Navigation – Plan du site

AccueilNuméros154DOSSIERBen Fletcher et les IWW sur les q...

DOSSIER

Ben Fletcher et les IWW sur les quais de Philadelphie. Un modèle de syndicalisme interracial au début du 20e siècle

Peter Cole
Traduction de Olivier Maheo
p. 45-65

Résumés

Aujourd’hui oublié, Ben Fletcher compte cependant parmi les plus importants syndicalistes et révolutionnaires africains-américains de l’histoire des États-Unis. Il contribua en 1913 à la création du Local 8 de l’Industrial Workers of the World (IWW), peut-être le syndicat le plus radical des États-Unis. Ce syndicat représentait une main-d’œuvre composée d’un tiers de Noirs, d’un tiers d’Irlando-Américains et d’un tiers d’immigrants européens. Fletcher et ses camarades pensaient que ce qui unissait les travailleurs noirs et blancs était plus important que leurs différences, et que la meilleure manière de les aider était le syndicalisme interracial, c’est-à-dire apporter une solution de classe aux problèmes liés à la race. Il l’a fait dans une période où le racisme, l’antisyndicalisme et la xénophobie étaient endémiques, et cela sans même signer d’accord avec le patronat, par la seule pression constante que représentait la menace de faire grève. Fletcher et un petit groupe d’ouvriers noirs et blancs « non qualifiés » ont rendu possible ce que la plupart des institutions américaines ne sont toujours pas parvenues à réaliser : l’égalité et l’intégration.

Haut de page

Texte intégral

  • 2 Le terme Local désigne un syndicat constitué localement qui obtient ensuite sa reconnaissance par u (...)
  • 3 Il s’agit de l’Association nationale pour la promotion des gens de couleur ou NAACP (NdT).

1Bien qu’il soit largement oublié, Benjamin Harrison Fletcher compte parmi les syndicalistes et les militants politiques radicaux africains-américains les plus importants de l’histoire des États-Unis. Il a contribué, au début du 20e siècle, à fonder un syndicat qui était probablement l’organisation la plus mixte du point de vue interracial. Fletcher et des milliers de dockers de Philadelphie appartenaient au Local 82 du syndicat Industrial Workers of the World (IWW), que l’on peut considérer comme le plus radical de l’histoire des États-Unis. Ses membres étaient, et sont encore, affectueusement connus sous le nom de wobblies3.

2Ben Fletcher commence à travailler sur le port de Philadelphie en tant que docker vers 1910. C’est alors qu’il rejoint l’IWW, où ses talents d’orateur le font rapidement remarquer. En 1913, il fait partie de la direction du nouveau Local 8, constitué lors d’une grève victorieuse, qui avait en deux semaines littéralement bloqué le port. L’IWW fait alors partie des rares syndicats qui cherchaient à rassembler les travailleurs sans distinction de métier, de race, de sexe ou de nationalité. Ils sont encore moins nombreux à chercher, comme lui, à renverser le système capitaliste pour faire naître « une nouvelle société des cendres de l’ancienne », comme le déclare fièrement le préambule de sa constitution.

  • 4 Fletcher n’a laissé ni journal intime, ni mémoires, ni correspondance. On sait peu de choses sur so (...)

3L’hégémonie du Local 8 sur les quais de Philadelphie pendant presque une décennie – un symbole de ce qui était possible – doit être soulignée. Les dockers de Philadelphie, au lieu d’adhérer au syndicat de l’American Federation of Labor (AFL), choisissent le syndicalisme révolutionnaire de l’IWW. À sa fondation, le Local 8 compte environ un tiers d’Africains-Américains, un tiers d’Irlandais et d’Américains d’origine irlandaise, un tiers d’immigrants originaires d’autres pays européens. Cette diversité n’est pas rare dans le monde du travail. En revanche, elle l’est dans les organisations syndicales à une époque où la plupart, généralement au sein de l’AFL, sont racistes et/ou xénophobes. Fletcher contribue à ce succès. Il est d’ailleurs célébré par les intellectuels noirs radicaux les plus en vue. A. Philip Randolph et Chandler Owen, corédacteurs de The Messenger, un mensuel socialiste qui se présente comme le « seul magazine noir radical d’Amérique », le qualifient en 1923 de « leader syndical noir le plus important d’Amérique ». L’écrivain d’origine jamaïcaine Claude McKay, en anticapitaliste convaincu, raconte l’histoire du Local 8, et donc celle de Fletcher, dans son roman Home to Harlem (1928). W.E.B. DuBois, cofondateur de la NAACP et rédacteur en chef de son influent mensuel, écrit quant à lui : « Nous respectons [l’IWW] comme l’un des mouvements sociaux et politiques des temps modernes qui ne connaît pas de frontière de couleur ». Avec le Local 8, l’antiracisme des wobblies devient une réalité. Fletcher et un petit groupe d’ouvriers noirs et blancs « non qualifiés » ont rendu possible ce que la plupart des institutions américaines ne sont toujours pas parvenues à réaliser : l’égalité et l’intégration. La biographie de Fletcher étant intimement liée au Local 8, on retracera ici leur histoire commune4.

Jeunesse de Ben Fletcher

  • 5 Ben eut six frères et sœurs, mais la première mourut très jeune.

4Ben Fletcher naît le 13 avril 1890, de parents qui étaient probablement esclaves jusqu’à l’abolition de l’esclavage en 1865 par le 13e amendement de la Constitution. Installés à Philadelphie dans les années 1880, ils se marient en 1899 et donnent naissance à Ben, l’aîné, puis à six autres garçons et filles, dont la première meurt très jeune5. Le père est ouvrier, et si aucune profession n’est mentionnée pour sa mère, qui meurt alors que Ben est adolescent, il est possible qu’elle ait été domestique, comme la plupart des femmes noires de son temps. Aux dires de tous, Ben Fletcher était très intelligent, mais, comme beaucoup d’Américains de la classe ouvrière à cette époque, il n’a jamais obtenu aucun diplôme. Cependant, on peut déduire de ses écrits et discours qu’il était cultivé. Entre les équipes de travail sur les quais et entre deux embauches, il a pris du temps pour lire, surtout en hiver. Il appartient ainsi à une longue lignée de travailleurs de la mer cultivés et autodidactes.

5À Philadelphie, la suprématie blanche est alors la norme, comme partout ailleurs dans le pays. Les tramways sont ségrégués et de nombreux patrons blancs refusent d’embaucher des Africains-Américains. À trois reprises au moins avant la guerre civile, en 1834, 1842 et 1849, des émeutiers blancs se déchaînent contre les quartiers noirs, leurs habitants et les abolitionnistes blancs. L’émeute de 1842 s’étend jusqu’aux docks, le long de la rivière Schuylkill, où elle mobilise des Irlandais d’immigration récente, signe que, pour certains Blancs au moins, les rivalités professionnelles étaient un des moteurs de la haine raciale.

L’atelier du monde

  • 6 Voir infra (NdT).

6Au début du 20e siècle, Philadelphie est la troisième ville du pays et se vante d’être « l’atelier du monde ». Les États-Unis sont depuis 1900 la plus puissante des nations industrielles. Le déchargement d’incroyables quantités de charbon, de fer, de coton et d’autres matières premières, ainsi que le chargement de toutes sortes de produits manufacturés, reposent sur des milliers d’emplois éreintants, dangereux et mal payés, occupés par des hommes désespérés et au dos solide – aucune femme alors ne charge ni ne décharge les navires –, soumis à un système d’embauche oppressant, le shape-up6.

7Durant l’ère coloniale et les débuts de la république, les dockers noirs étaient nombreux, jusqu’à ce que les Irlandais s’imposent par la force dans les années 1840-1850 et prennent le contrôle des quais, conservé par la suite par les Américains d’origine irlandaise. Cependant, les nombreux Africains-Américains et des immigrants d’Europe de l’Est, en particulier des catholiques et des juifs venus de Pologne et de Lituanie, exercent une pression à la baisse sur les salaires, du fait qu’ils en sont réduits à travailler pour trois fois rien. Désireux de les pressurer autant que possible et dans l’espoir de tirer parti des divisions de la main-d’œuvre, le patronat n’hésite pas à les employer, d’où le caractère très hétérogène de la main d’œuvre. Selon un recensement en 1910, les 3 063 dockers de Philadelphie se composent de 410 natifs étatsuniens descendants de natifs, de 440 natifs de parents nés à l’étranger, de 844 immigrants et enfin de 1 369 Africains-Américains.

La révolte des wobblies

  • 7 Ce « grand syndicat » dans lequel les wobblies voyaient le moyen décisif pour transformer la sociét (...)
  • 8 Le Local 57 était « mixte », c’est-à-dire qu’il servait de syndicat pour tous les travailleurs d’un (...)

8Les militants de l’IWW trouvent sur les quais de Philadelphie un terreau fertile. En effet, des milliers d’ouvriers sont attirés par les wobblies, parmi lesquels le jeune Ben Fletcher. Peut-être a-t-il acheté un exemplaire de Solidarity, leur journal ? Il adhère en tout cas en 1910 et devient vite un militant. Il prend la parole dans des rassemblements, à Philadelphie et dans la ville voisine de Chester. Il devient le secrétaire du Local 57 et assiste à la convention nationale de l’IWW à Chicago. Sa présence, ainsi que celle de D.B. Gordon, un Africain-Américain venu représenter la Fraternité des travailleurs du bois (Brotherhood of Timber Workers) de l’IWW de Louisiane, sont citées comme « la preuve que nous avons surmonté toutes les barrières de race et de couleur » dans la lutte pour le One Big Union7, une affirmation cependant discutable au vu du nombre, encore dérisoire alors, de wobblies noirs. Fletcher écrit de nombreux articles pour Solidarity et prend souvent la parole en public. Le wobbly Howard Marston rapporte que Fletcher « [savait] comment emballer la marchandise. [...] La foule, très attentive, buvait ses paroles lorsqu’il évoquait la lutte des classes ». Fletcher ne tarde pas à mettre ses compétences à contribution sur les quais8.

La naissance du Local 8

  • 9 L’Association internationale des dockers (NdT).

9Le 14 mai 1913, les dockers de Philadelphie débrayent et « reviennent dans le mouvement syndical après une absence de 15 ans », comme Fletcher l’écrit dans Solidarity. Sur les 4 000 grévistes, environ la moitié sont africains-américains, les autres polonais, lituaniens et irlando-américains. Les grévistes auraient pu rejoindre l’ILA (International Longshoremen’s Association)9, qui était le syndicat des ports membre de l’AFL, plutôt que l’IWW, dont l’image était mauvaise dans le pays et qui était très radical. Mais les Africains-Américains y auraient été des syndiqués de deuxième classe, confinés par la ségrégation dans des locaux réservés. Ce syndicat regroupait déjà des travailleurs des ports le long des quatre côtes américaines (Atlantique, Grands Lacs, Golfe et Pacifique), mais il n’était pas encore implanté à Philadelphie. Les ouvriers noirs y étaient cependant bien trop nombreux pour être ignorés d’une organisation aux discours d’inclusion bien plus convaincants que ne l’étaient les politiques racistes et bien connues de l’AFL. Comme l’a rappelé James Fair, docker noir et membre du Local 8, lors d’une interview en 1978 : « À ma connaissance, à l’époque, l’IWW était la seule organisation à accepter les travailleurs noirs. Ils les accueillaient et ne prônaient qu’une chose, la solidarité ».

10Fletcher, déjà leader des wobblies et lui-même docker, a sans doute joué un rôle décisif dans la grève et dans la décision des grévistes de rejoindre l’IWW. Ses talents d’orateur ont pu convaincre ceux qui hésitaient. L’ILA n’avait probablement pas de représentant noir. Pourtant, le nom de Fletcher n’apparaît que brièvement dans les rapports. Peut-être cette omission témoigne-t-elle de sa modestie, ou bien l’IWW ne voulait pas souligner qu’il était le seul membre noir important. Il est en tout cas vraisemblable qu’il ait joué un rôle-clé, bien qu’invisible, dans l’essor du Local 8. Les autres grévistes, pour la plupart des Américains d’origine irlandaise et des immigrants européens, subissaient les mêmes conditions de travail difficiles et les mêmes faibles salaires. Un tel syndicat, prêt à porter des revendications communes à tous les travailleurs, ne pouvait manquer de les attirer. Les travailleurs « noirs » ne représentaient pas une menace existentielle pour les Lituaniens et les Polonais, encore en train de découvrir qu’en Amérique ils étaient « blancs ». De leur côté, les Africains-Américains ne considéraient pas nécessairement ces immigrants comme des « Blancs ». Ils pouvaient s’allier plus facilement à eux. Quant aux Irlando-Américains, ils ont peut-être été conquis par le leadership du représentant irlando-américain de l’IWW, John J. McKelvey, et du docker George McKenna.

11Le Local 8 fait face, lors de cette grève, à l’opposition féroce du patronat et de la municipalité. Les employeurs font appel à des briseurs de grève, principalement des Africains-Américains de Chester, de Baltimore et de Norfolk. Des batailles acharnées se déroulent entre, d’une part, les grévistes et leurs soutiens, dont des centaines de femmes, et, d’autre part, la police qui protège les briseurs de grève. Les dirigeants de l’IWW sont frappés et emprisonnés sans preuve. Mais jusqu’à trente navires sont immobilisés. L’IWW donne une direction démocratique au mouvement : un comité de grève est élu, qui comprend quinze personnes, dont au moins un membre de chacune des nationalités mobilisées. D’après Solidarity, « les collègues polonais, juifs, noirs et anglophones étaient fermement unis. [...] Ils réalisent ce qu’un grand syndicat peut faire ».

12Après deux semaines, les grévistes l’emportent. Le propriétaire de l’une des plus grandes entreprises d’arrimage de la ville négocie avec un comité de trois grévistes – un Irlando-Américain, un Polonais et un Africain-Américain (peut-être Fletcher) – un accord prévoyant un salaire de 30 cents de l’heure, un taux majoré de moitié pour les heures supplémentaires et doublé pour les dimanches et les jours fériés, alors qu’aucune majoration n’existait auparavant. Cet acquis est fondamental, car les dockers faisaient généralement des journées de 24, voire 36 heures. Les patrons acceptent également de ne pas sanctionner les grévistes et la formation d’un comité représentatif des travailleurs. Il faut noter que l’IWW ne signe pas d’accord écrit qui aurait proscrit la grève entre deux négociations. Il s’agit donc d’un accord oral, valable pour une année. Les travailleurs conservent ainsi leur meilleure arme : la grève.

Construire le Local 8

13Ce succès retentissant amène des milliers de nouveaux membres à l’IWW, mais le Local 8 ne connaît pas de répit parce que les employeurs restent à l’offensive. Fred Taylor, un armateur, écrit dans une lettre adressée à P.A.S. Franklin, le vice-président de l’International Mercantile Marine Company, qu’on observe « une nette augmentation à compter de cette époque [la grève] du nombre de dockers portant les badges de l’IWW. Sous l’influence du syndicat, à deux ou trois reprises, on a brandi la menace de faire grève sur nos bateaux jusqu’à ce que soient renvoyés les travailleurs qui ne portent pas ces badges ». Ainsi, les dockers de Philadelphie ont-ils rapidement adopté les tactiques d’action directe des wobblies.

14L’utilisation de badges pour vérifier l’adhésion au syndicat est significative. Après la grève victorieuse, le Local 8 se révèle assez fort pour obliger les employeurs à cesser d’utiliser le système oppressif du shape-up, dans lequel les ouvriers s’alignaient dès quatre heures du matin en espérant être sélectionnés par un patron. Les wobblies méprisaient cet ancien système, qui existait du reste dans d’autres ports des États-Unis et du monde entier, parce qu’il plaçait les travailleurs en concurrence. À la place, les patrons doivent désormais se rendre au local syndical et déclarer leurs besoins, par exemple, lundi matin à 8 heures, envoyer 120 travailleurs au quai 5 pour décharger des marchandises. À quelques exceptions près, jusqu’à la fin de 1922, la plupart des employeurs suivent à contrecœur cette procédure. Après avoir réglé sa cotisation, un membre de l’IWW reçoit un badge qui lui permet de travailler sur n’importe quel quai contrôlé par le syndicat au cours du mois. Ces badges mentionnent le mois et l’année, ainsi que « IWW, Local 8 ». Ils sont essentiels pour indiquer à tous qui fait partie du syndicat : un ouvrier qui ne le porte pas ne peut pas être embauché. Bien évidemment, les employeurs détestent l’IWW et essaient régulièrement d’engager des non-syndiqués.

  • 10 Ces « détectives » étaient les agents d’une police privée, l’agence de détectives Pinkerton, qui ét (...)

15D’innombrables conflits, souvent de courte durée, illustrent en quoi le port du badge n’est pas un détail, mais un élément majeur de la conscience de classe et de la lutte au moment où le Local 8 se développe. En 1913, par exemple, l’International Mercantile Marine Company met le jeune syndicat à l’épreuve. D’après le Philadelphia Inquirer, 500 dockers ont quitté les navires « en sympathie avec cinq hommes qui ont été renvoyés [...] parce qu’ils ont refusé d’enlever leurs badges syndicaux ». La grève a rapidement immobilisé trois navires, car « des détectives armés et plusieurs escouades de policiers en uniforme », ainsi que « des dizaines de détectives privés », ont protégé les briseurs de grève10. Les dockers ont quitté le travail, lit-on dans le Public Ledger, « à un moment inopportun, car deux [autres] navires [...] venaient d’arriver, chargés d’importantes cargaisons de marchandises ». Bien sûr, ce n’était pas une coïncidence. L’entreprise dut se résoudre à ne plus embaucher que des membres du syndicat. Les dockers avaient bien intégré la « logique » du capital, bien résumée en ces termes : « le navire doit appareiller à l’heure », ce qui leur donnait du pouvoir s’ils suspendaient le travail au moment opportun. Les membres du Local 8, comme les dockers de tous les ports, lançaient aussi parfois des « grèves express ». Abraham Moses, un docker africain-américain, s’en souvient :

« Si vous disiez quelque chose à l’un d’entre eux [de l’IWW] qui ne leur plaisait pas, vous savez ce qu’ils faisaient ? Ils montaient la cargaison jusqu’à mi-hauteur, coupaient la cale de sauvetage [terme nautique décrivant une partie du processus de déplacement de la cargaison] et quittaient le navire. Tout le monde quittait le navire, le quai, et rentrait chez soi. »

16Un tel militantisme et une telle solidarité confèrent un réel pouvoir. En plus d’améliorer les conditions de travail et les salaires, le Local 8 promeut l’égalité raciale. Jusque-là, les équipes de travail étaient composées selon des principes de ségrégation ethnique et raciale, entièrement irlandaises, italiennes ou noires, et mises en concurrence sur les quais. Ainsi, les patrons pouvaient espérer des gains de productivité, et peut-être tirer profit de la division. Après la grève, le Local 8 impose leur mixité. L’initiative est sans doute inédite. Seule la loi sur les droits civils en 1964 impose la fin de la ségrégation raciale, dans les syndicats et le monde du travail. Le syndicat met aussi en place une direction collégiale déségréguée. Cette politique perdure jusqu’en 1927, date à laquelle l’ILA prend le relais de l’IWW. Le Local 8 cherche aussi à organiser d’autres travailleurs du secteur des transports. Les wobblies voyaient dans l’organisation d’un seul grand syndicat, « One Big Union », la clé du pouvoir. En l’espace de quelques mois, les travailleurs des barges et des petits bateaux rejoignent le syndicat et font grève pour des augmentations. Le syndicat tente aussi de rallier les dockers des secteurs côtier et bananier, les ouvriers du rail, ceux des raffineries de sucre et les camionneurs. Le syndicat rencontre un tel succès que son rival, l’ILA, est contraint de reconnaître sa puissance. En juin 1913, William F. Dempsey, secrétaire-trésorier de l’ILA pour l’Atlantique, écrit que « la ville [c’est-à-dire le port] est sous le contrôle absolu de l’IWW ».

17Pour célébrer leur premier anniversaire et « faire de cette journée un jour férié sous notre juridiction », les membres du syndicat organisent une fête. Leurs employeurs menacent de licencier quiconque ne se présenterait pas au travail ce samedi matin-là, mais, à leur grande consternation, près de 2 500 dockers, soit la quasi-totalité de la main-d’œuvre de haute mer, prennent leur journée pour défiler le long du fleuve Delaware, puis dans le centre-ville, emmenés par trois orchestres. Selon un article de l’IWW, « des travailleurs représentant la plupart des pays européens, dont beaucoup ne parlaient pas l’anglais, ainsi que des autochtones, aussi bien de couleur que blancs, ont défilé tout en travaillant ». Quinze ans auparavant, DuBois avait constaté la réalité omniprésente de la ségrégation dans le monde du travail, à Philadelphie. Mais là où il en a le pouvoir, l’IWW y met un terme, et cela sans contrat, sans campagne électorale et sans aucun relais au sein du monde politique.

18La récession économique provoquée par la guerre fait ensuite diminuer les activités du port et donc l’activité syndicale. Mais celle-ci reprend en 1915, avec une grève menée contre certains des patrons les plus notoirement antisyndicaux, et dont les quais n’étaient pas syndiqués. Fletcher est l’un de ceux qui convainquent les non-syndiqués de l’Independent Piers Company et de la Southern Steamship Line de cesser le travail. Plusieurs milliers de dockers se mettent en grève et, une fois de plus, la plupart des employeurs cèdent. D’autres actions importantes ont lieu en 1916, ainsi que de très nombreuses « grèves express ».

19Ces tactiques d’action directe, dites « au point de production », ont une histoire longue : peu de gens le savent, mais le terme anglais pour dire « grève », « strike », a des origines maritimes ! En 1768, à Londres, des marins interrompirent leur travail pour obtenir une augmentation. Ils démontèrent les voiles de leurs navires, une action qui en anglais se dit « strike the sails ». Cela confirme l’importance du commerce maritime pour le capitalisme. Le patronat et les travailleurs avaient parfaitement compris le rôle crucial des dockers dans le système commercial international, et les wobblies, comme bien d’autres travailleurs, ont exploité ce maillon faible de la chaîne d’approvisionnement à leur avantage.

On the road

20En plus de participer à la direction du Local 8, Ben Fletcher se déplace souvent pour des campagnes de syndicalisation, en particulier dans les villes portuaires où l’ILA exclut ou ségrégue les dockers noirs. Il est connu de Norfolk à Boston. Il est même le meilleur argument que l’IWW peut présenter aux dockers noirs. Au cours de l’hiver 1916-1917, récemment promu organisateur national, il se rend à Providence, dans le Rhode Island, où une grève se prépare, car de nombreux dockers y sont d’origine africaine, en particulier du Cap-Vert. Fletcher est ensuite à Baltimore, où il soutient une autre grève. Il apprend alors qu’il y a de l’agitation à Norfolk, l’un des plus grands ports du Sud, où les dockers africains-américains sont majoritaires. Voici ce qu’il raconte en 1931 :

« Je préparais les dockers de Baltimore à une grève en 1917 pour de meilleurs salaires, une réduction du temps et une amélioration des conditions de travail, lorsque j’ai reçu des instructions du quartier général pour me rendre à Norfolk, où les dockers s’agitaient et réclamaient un organisateur. »

21L’IWW était déjà présent à Norfolk parmi les dockers et les marins. Fletcher raconte les événements :

« J’ai trouvé les hommes réceptifs et désireux de se syndiquer. Mais je n’étais pas en ville depuis longtemps que le bruit courait que j’étais dangereux, décidé à détruire des biens et à renverser le gouvernement. J’ai commencé à recevoir des messages menaçants. On m’a dit que je serais lynché si je répandais cette doctrine dans Norfolk. »

22Son radicalisme et sa couleur de peau mettent en rage certains Blancs. Plus tard, il se confie au couple d’anarchistes Esther et Sam Dolgoff, et dans ses mémoires Sam Dolgoff écrit :

« Fletcher, sans doute l’orateur le plus éloquent et le plus drôle que j’aie jamais entendu (sa voix forte n’avait pas besoin de micro), s’adressait à une réunion de rue à laquelle participaient des racistes blancs venus la perturber. Ils lui posèrent cette question embarrassante : “Approuvez-vous les mariages mixtes ou les relations sexuelles entre Blancs et Noirs... qu’un nègre épouse une femme blanche ?” Pour démontrer l’hypocrisie de ces fauteurs de trouble, alors que tout le monde savait bien que les enfants métis sont plus clairs de peau, Fletcher fit remarquer : “Je ne vois personne d’aussi noir que moi. Nous savons tous très bien pourquoi”. La réunion se poursuivit sans autre interruption. »

23Certains Blancs, humiliés, ont entrepris de l’assassiner : « je serai lynché si je propage cette doctrine à Norfolk, m’a-t-on dit. Une nuit, des amis, craignant que ma vie ne soit en danger, m’ont fait monter clandestinement à bord d’un bateau en direction du nord, à Boston ». En avril 1917, les États-Unis déclarent la guerre à l’Allemagne et, en juin, le Congrès adopte une loi sur l’espionnage pour réduire au silence toute contestation.

La Première Guerre mondiale et l’IWW

24La Première Guerre mondiale accroît la pression exercée sur ceux qui critiquaient la société américaine, afin qu’ils se rallient au drapeau. L’IWW et d’autres organisations et militants de gauche perçoivent rapidement le risque de persécution, légale et extra-légale, auquel ils s’exposent. Mais le contexte ouvre également de nouvelles perspectives, en exposant les contradictions du capitalisme. Moins nombreux et donc affaiblis, les ouvriers s’interrogent sur ce qu’ils ont à gagner d’une guerre dans laquelle on leur demande de tuer ou d’être tués pour le plus grand profit d’une poignée d’individus, alors que le pays n’a même pas été attaqué.

25Avant la déclaration de guerre, l’IWW a condamné la Première Guerre mondiale comme un leurre propre à détourner du véritable objectif qu’est la révolution socialiste, avec pour slogan : « pas de guerre hormis la guerre de classe ». Les wobblies pensaient que la Première Guerre mondiale enrichirait quelques grandes compagnies aux dépens des travailleurs, réduits à servir de chair à canon. Cependant, ils n’ont pas pris de position officielle contre la guerre et ont laissé leurs membres décider par eux-mêmes. Ainsi de nombreux adhérents du Local 8 répondent à la conscription (comme la loi l’exigeait) et des centaines servent dans les forces armées. Beaucoup d’entre eux sont noirs, et donc rejoignent, qu’ils soient volontaires ou appelés, une armée ségréguée. Sans compter que beaucoup de ceux qui sont envoyés en Belgique et en France sont affectés, comme aux États-Unis, au travail dans les cargos. Le port de Philadelphie joue un rôle important durant le conflit. En 1917, plus de 75 % des marchandises y sont destinées à l’effort de guerre. Ben Fletcher lui-même a défendu, avec d’autres leaders du Local 8, la mobilisation pour l’effort de guerre. Un rapport de 1919 de l’US Shipping Board indique que le Local 8 « a chargé une grande partie des munitions envoyées en Europe ».

  • 11 « An injury to one is an injury to all » (NdT).

26Le Local 8 n’a effectué qu’un seul arrêt de travail durant la guerre, le 15 mai 1917, pour célébrer le quatrième anniversaire de la fondation du syndicat. Comme l’a écrit C.L. Lambert, un militant de l’IWW, « on pouvait voir des Américains, des Polonais, des Lituaniens, des Belges et des gens de couleur défiler en rang » et clamer en chœur « Aucune religion, aucune couleur ne peut vous empêcher d’être membre » et la devise officielle de l’IWW, « Une attaque contre l’un d’entre nous est une attaque contre nous tous11 ».

  • 12 Joe Hill, né Joel Emmanuel Hägglund, était un militant de l’IWW et un chanteur engagé, exécuté en 1 (...)

27Le 5 septembre 1917, des agents du ministère de la Justice et de la police locale effectuent une descente dans les locaux de l’IWW, à Philadelphie et dans des dizaines d’autres villes. Les agents fédéraux confisquent des tonnes de dossiers, de correspondances, de publications, de mobilier, jusqu’aux cendres de Joe Hill12. Le ministère de la Justice émet des mandats d’arrêt contre Fletcher et 165 autres wobblies, accusés de faire obstacle à la loi sur le service militaire, de violer la loi sur l’espionnage de 1917, de conspirer en vue de faire grève, de bafouer les droits constitutionnels des employeurs et de conspirer contre l’État.

Les poursuites contre Fletcher et l’IWW

28Le gouvernement a déclaré la guerre à l’IWW, et son objectif est clair : le détruire totalement, au nom du « 100 % américain », une combinaison toxique d’hyperpatriotisme, de suprématie blanche et de nativisme. Ces mesures répressives s’ajoutent à celles par lesquelles le gouvernement américain venait déjà au secours des patrons contre le syndicalisme et pour l’aider à briser les grèves. Dans Aliens and Dissenters, William Preston écrit que la guerre a permis à Woodrow Wilson d’assimiler la menace des grèves à une « sédition contre l’économie de guerre ». Il est vrai que l’IWW détenait un réel pouvoir dans les industries stratégiques telles que le transport maritime, les mines, l’agriculture et la sylviculture. Lors du procès fédéral qui débute à Chicago le 1er avril 1918, l’accusation assimile l’anticapitalisme à un sentiment pro-allemand et à une trahison. Les poursuites contre les dirigeants du syndicat montrent que le gouvernement est plus préoccupé par le démantèlement de l’IWW que par l’effort de guerre : les dockers du Local 8 ont chargé des milliers de navires sans protester. Cependant, ils continuent de porter fièrement leurs badges sur les quais destinés à la marine de guerre. L’accusation ne peut présenter aucune preuve contre les Philadelphiens, en dehors de leur appartenance à l’IWW. D’ailleurs, la direction locale du ministère de la Justice n’a même pas été consultée avant les perquisitions.

  • 13 Les « Haymarket Martyrs » sont les anarchistes Adolph Fischer, Albert R. Parsons, August Spies, Lou (...)

29Durant ce procès extrêmement long, les wobblies sont incarcérés à la prison du comté de Cook, celle où les martyrs de Haymarket avaient été emprisonnés trente ans plus tôt13. Dans son autobiographie, Big Bill Haywood rapporte ce commentaire humoristique de Ben Fletcher : « Si je n’étais pas là, ce procès manquerait de couleur ». Après quatre mois d’auditions, le jury rend son verdict en moins de quarante-cinq minutes : tous les accusés sont jugés coupables de tous les chefs d’accusation. Fletcher est condamné à dix ans de prison et à une amende de 30 000 dollars. Dans le train spécial qui l’emmène à la prison de Leavenworth, il tourne en dérision le procès et Haywood, raconte comment il organise un simulacre de tribunal. Imitant le juge Landis, « l’air solennel et crachant du jus de tabac », il « fait prêter serment aux prisonniers comme à des témoins, appelle les gardes et les inspecteurs à lui et les condamne à la pendaison, l’exécution ou la prison à vie ».

Ben Fletcher, photographié à son arrivée au pénitencier de Leavenworth, Kansas, septembre 1918. Source : Dossiers des détenus, archives du Bureau des prisons, 1870-2009 (Archives Group 129), Archives Nationales.

Le Local 8 sans Fletcher

30Ben Fletcher était le principal dirigeant et le membre le plus respecté du syndicat. Son emprisonnement est un coup dur, mais le syndicat continue d’exister. Le fonctionnement démocratique et inclusif de l’IWW a permis le développement d’une direction collégiale. Les adhérents africains-américains occupent au moins la moitié des postes de direction et, lors des réunions, l’un d’entre eux préside, aux côtés d’un immigrant européen ou un membre d’origine européenne, secrétaire de séance. Lorsqu’une question menace de diviser les membres selon des critères raciaux, le syndicat tente de contrer la difficulté par l’éducation. Ainsi, de nouveaux dirigeants, noirs et blancs, prennent la relève de Fletcher, comme les Africains-Américains Charles Carter, William « Dan » Jones, Glenn Perrymore, Alonzo Richards, Ernest Varlack, Joseph Weitzen et Amos White. Ils doivent se former sur le tas, dans une situation où l’erreur n’est pas permise. Malgré la répression, le Local 8 reste l’un des maillons les plus solides d’une chaîne de wobblies affaiblie.

31L’égalité raciale a toujours été une question litigieuse, d’autant plus lorsque des centaines de Noirs du Sud ont rejoint les rangs du syndicat durant la guerre, qui a stoppé l’immigration européenne. La violence raciale qui règne dans les États du « Vieux Sud » et la demande de main-d’œuvre au Nord y ont attiré des milliers d’Africains-Américains, dans ce qu’on appelle la « Grande Migration ». Selon le recensement de 1920, 4 036 dockers travaillent à Philadelphie, parmi lesquels 2 388 « Nègres », 397 natifs de parents natifs, 436 natifs de parents étrangers et 814 immigrants. Les effectifs se sont donc accrus d’un millier de personnes depuis 1910, essentiellement par augmentation du nombre de Noirs. Sans leur soutien, le syndicat se serait affaibli.

32À la sortie de la guerre, le trafic maritime connaît une baisse brutale qui accroît la concurrence entre les travailleurs. La perte de Fletcher est particulièrement gênante pour le syndicat dans ce contexte.

Fletcher en prison

33En septembre 1918, Fletcher et 93 autres wobblies sont emprisonnés au pénitencier de Leavenworth, dans le Kansas. Il y passe l’essentiel des quatre années suivantes. Cette prison fédérale est surpeuplée, sale, chaude en été et glaciale en hiver, pleine de rats et de cafards. Les détenus sont affectés à diverses tâches, souvent pénibles et fastidieuses. Les gardiens ou les détenus non « politiques » sont souvent violents et les peines d’isolement fréquentes. Dans ses mémoires, un codétenu, Ralph Chaplin, décrit Leavenworth comme « un monde fiévreux de répression brutale et de frustration ».

  • 14 La mention d’une peine de vingt ans est ici erronée : comme nous l’avons écrit plus haut, il a été (...)

34Les wobblies lisent, se forment mutuellement et correspondent beaucoup avec leurs familles et leurs camarades. Parmi les correspondants de Fletcher, il faut mentionner John Reed, l’auteur du classique Dix jours qui ébranlèrent le monde, Oswald Villard, un cofondateur de la NAACP et le petit-fils de l’abolitionniste William Lloyd Garrison. Il échange régulièrement aussi avec les socialistes Chandler Owen et A. Philip Randolph, corédacteurs de The Messenger, à New York. Dans un éditorial de ce journal, Owen et Randolph écrivent : « Notre camarade Ben Fletcher, condamné à vingt ans avec Haywood, a lu avec beaucoup de satisfaction et de plaisir The Messenger au cours des derniers mois, et de nombreux radicaux et membres de l’IWW de Leavenworth y sont abonnés14 ».

35Comme les autres détenus, Fletcher effectue divers travaux subalternes et, comme à l’extérieur, il refuse de suivre les règles. À six reprises au moins, il est puni pour des « infractions », pour avoir « flâné » au travail, quitté son poste, désobéi aux ordres, discuté. Il est puni, placé en isolement, affamé, et ses droits à des « loisirs » et aux promenades sont suspendus.

Libérez Fletcher !

36Après l’annonce des condamnations, l’IWW et ses alliés lancent une campagne en faveur de la grâce des détenus. Une fois l’armistice déclaré, de nombreux Américains remettent en question la légalité et la légitimité des mesures prises en temps de guerre et demandent la libération des personnes emprisonnées. En 1920-1921, la plupart des prisonniers politiques, y compris les socialistes et ceux qui s’étaient opposés à la guerre en raison de croyances religieuses, sont libérés. Ainsi, à la Noël 1921, le plus célèbre des prisonniers fédéraux, Eugene Debs, le cofondateur de l’IWW, est relâché. En 1922, la plupart des détenus restants sont des wobblies.

37Fletcher, parce qu’il est le seul Africain-Américain d’entre eux, est celui qui a recueilli le plus de soutien. Le Local 8 collecte des fonds. Des familles, des amis écrivent au procureur des grâces des États-Unis. Son cas est largement couvert par The Messenger, qui affirme qu’il « est emprisonné à Leavenworth au nom d’un principe – un principe qui, lorsqu’il sera en vigueur, chassera tous les dirigeants noirs de leurs emplois devenus inutiles. Le monde appartient aux travailleurs, voici ce principe ».

  • 15 Le jeu de mot porte sur « sentence » qui signifie à la fois phrase et décision de justice (NdT).

38Fletcher est libéré sous caution en 1920, et New Solidarity proclame haut et fort : « Ben Fletcher est libre ! ». L’article rappelle aux lecteurs qu’il a été « le seul camarade ouvrier de couleur jugé et condamné sur la base de l’acte d’accusation fédéral de Chicago. [...] Il a été condamné à dix ans d’emprisonnement et, on s’en souviendra, il avait plaisanté contre le style littéraire du juge Landis qui se détériorait [lorsqu’il] prononçait des peines aussi longues15 ». Dès sa libération, et malgré le risque de voir sa caution révoquée, il milite à nouveau pour l’IWW. Il écrit dans une lettre, peu avant sa libération, que « le premier et le plus important des devoirs est de nous préparer au chapitre final de la vie du capitalisme ». En juin 1920, la plus grande grève de l’histoire des ports rassemble 10 000 travailleurs des quais. Elle fait partie de la vague nationale et internationale de soulèvements et de révolutions ouvrières qui ont marqué l’immédiat après-guerre. Fletcher se rend de nouveau à Baltimore pour militer contre le déchargement des navires. Avec le soutien de pompiers du port militants, il convainc les équipages de quatre bateaux de faire grève en solidarité, et ce alors qu’il est encore en liberté sous caution. Dans une lettre adressée en 1929 à l’historien Abram Harris, il se souvient avec émotion de cette solidarité : « Le badge IWW était un passeport partout. La ville était électrifiée. Si vous exploitiez un restaurant, un saloon ou tout autre établissement fréquenté par les dockers, les marins et leurs alliés, vous souteniez ouvertement l’IWW ». Les grévistes entament l’été avec l’espoir de réduire leur quart à huit heures, d’obtenir des augmentations et de réaffirmer la primauté de l’IWW en tant que « seigneurs des docks », mais aucun de ces objectifs n’est atteint. 10 000 travailleurs ont fait grève pendant un mois, puis réussi à mettre fin à leur mouvement sans que le syndicat s’effondre.

Le lockout de 1922

  • 16 Il s’agit d’une agence fédérale publique créée en 1916 pour organiser et développer la navigation p (...)

39Les jours du syndicat sont comptés. En octobre 1922, plus de 4 000 membres tentent à nouveau d’obtenir la journée de travail de huit heures, un objectif pour les travailleurs depuis plus de cinquante ans. Dans un pur style wobblies, ils annoncent leur intention d’imposer la journée de huit heures en se présentant au travail une heure plus tard que d’habitude. Mais la situation de 1922 n’est plus celle de 1913. Les patrons ont consolidé leur pouvoir après avoir vaincu, au sortir de la guerre, une vague de grève nationale sans précédent. Ils décrètent le lock-out contre les dockers. Le syndicat rival, l’ILA, a recruté des centaines de membres prêts à jouer les briseurs de grève contre l’IWW. L’US Shipping Board16 aide considérablement le patronat en faisant venir du Sud des remplaçants et en majorant de 10 % les profits des compagnies de Philadelphie durant la grève. Par ailleurs, ses espions et ceux du ministère de la Justice infiltrent les rangs des grévistes.

40La meilleure nouvelle, pendant le lock-out, est l’annonce, le 31 octobre 1922, que les peines de Fletcher, Walter Nef et Jack Walsh sont commuées. Le ministère de la Justice s’est opposé à l’octroi de la clémence à Fletcher : « Il s’agit d’un nègre qui a une grande influence parmi les débardeurs, les dockers, les pompiers et les marins de couleur, et qui a matériellement contribué à la création du Marine Transport Workers Union, qui est devenu si fort au moment de l’acte d’accusation [1917-1918] qu’il contrôle pratiquement toute la navigation sur la côte atlantique ». Cependant, le procureur chargé d’enquêter sur les dirigeants du Local 8 écrit avoir des « difficultés considérables » à « déterminer ce que » ces dockers ont fait « qui ait pu constituer le délit pour lequel ils ont été condamnés ». Comme l’a reconnu plus tard l’agent fédéral qui a conduit les descentes contre le Local 8 en 1917, « je ne connais personnellement aucun crime qu’il [Nef] ait commis contre le pays », et on peut en dire autant de Fletcher et des autres.

41Le lock-out réussit en partie parce que la solidarité interraciale du Local 8 disparaît. Les relations raciales se détériorent alors dans tout le pays, comme en témoignent la vague de terreur raciste déclenchée pendant l’été rouge de 1919 et la résurgence du Ku Klux Klan. À Philadelphie, les employeurs travaillent activement à restaurer dans le monde des dockers des barrières raciales, par exemple en recrutant régulièrement des remplaçants noirs. L’intransigeance du patronat et la détermination de l’ILA à fournir des briseurs de grève et courtiser les membres noirs du syndicat finissent par l’emporter. Le Local 8 se scinde en deux : la majorité des Noirs reprend le travail ; certains militants blancs reprochent aux Noirs, après la défaite, leur manque d’engagement. Compte tenu des tensions raciales très fortes en cet après-guerre, de plus en plus de dockers noirs abandonnent le syndicat, certains temporairement pour l’ILA. Après neuf ans d’interruption, l’animosité raciale est de retour sur les quais de Philadelphie. Il est possible que l’absence de Fletcher ait contribué à la fracturation du Local 8. En 1922, son leader est Polly Baker, un immigré lituanien. Les dirigeants noirs Alonzo Richards et « Plug » Dickerson le soutiennent, mais ils expriment aussi leur désaccord avec sa décision de lancer la grève. Ce qui est certain, c’est qu’après 1922, le syndicat perd le soutien des dockers de Philadelphie, en particulier des dockers noirs qui se tiennent à l’écart de l’IWW, bien que Fletcher en soit toujours membre.

Après le Local 8

  • 17 La National Urban League est une organisation de défense des Africains-Américains, qui milite pour (...)

42Les dockers de Philadelphie souffrent de la disparition du Local 8. En 1928, Thomas Dabney, un enquêteur de la National Urban League17, relève que les événements de 1922 ont laissé beaucoup d’amertume. Les Africains-Américains qui travaillent sur le port ne sont plus les mêmes qu’en 1913. Environ 75 000 Africains-Américains originaires du Sud se sont installés à Philadelphie entre 1916 et 1930. Venus du monde rural, ils ne savent rien des syndicats et encore moins de l’IWW ou de son histoire le long du Delaware. Le syndicat a beau affirmer qu’« il n’y a pas de place pour les préjugés raciaux dans l’IWW », ils sont très peu à le rejoindre.

43En 1927, le Local 1116 de l’ILA parvient à représenter les dockers de Philadelphie. L’un de ses principaux avantages est que cette organisation entretient une relation stable, bien que soumise, avec les patrons. Rejoindre l’ILA permet d’obtenir un contrat qui prévoit quelques garanties, et notamment la journée de huit heures. Les employeurs n’acceptent de négocier avec ce syndicat qu’une fois que le chef de l’US Shipping Board, O’Connor, les y a incités. O’Connor est d’ailleurs un ancien président de l’ILA. Il faut noter aussi que l’ILA avait maintenu dans ce syndicat des principes d’inclusion, des garanties de représentation égalitaires des communautés et un président noir, à l’inverse de ce qui existait dans ses autres syndicats.

  • 18 En 1957, le film d’Elia Kazan On the Waterfront (Sur les quais) documente le fonctionnement de ce s (...)

44L’ILA assure des relations pacifiées avec les employeurs et un certain équilibre racial. Pour la première fois, les dockers disposent d’un accord légal avec leurs employeurs. Mais ce contrat instaure des salaires réduits et ils doivent sacrifier leur droit à faire grève. En outre, leur autonomie se réduit considérablement avec la substitution du système bureaucratique et hiérarchique de l’ILA aux traditions démocratiques de l’IWW. En l’espace de quelques années, les réunions régulières et les élections disparaissent. En 1930, la corruption dans le style de son fameux syndicat new-yorkais s’est installée18. Enfin, bien que le Local 1116 de l’ILA comprenne des dockers noirs et des blancs, les relations raciales se détériorent. Les groupes de travail sont ségrégués depuis 1922 et les relations en dehors du travail entre les travailleurs blancs et noirs sont déplorables. C’en est fini des pique-niques interraciaux de l’époque des wobblies. La transition de l’IWW à l’ILA est difficile à court terme et désavantageuse à long terme. Néanmoins, les dockers de Philadelphie ont un syndicat et un semblant d’accommodement racial à une époque où beaucoup de leurs pairs n’en ont pas.

Ben Fletcher après le Local 8

45Dans les années 1930, Fletcher reste actif au sein de l’IWW et fidèle à ses idées jusqu’à sa mort en 1949. Il prend la parole lors de nombreux événements dans les années 1920 et 1930, et il est raisonnable de penser que, pour chaque discours conservé, beaucoup d’autres ont été perdus. En 1925, il prend la parole au forum philadelphien de l’American Negro Labor Congress, une organisation dominée par les communistes, rassemblant des travailleurs et des syndicalistes noirs. Il « soulève l’auditoire lorsqu’il décrit que le syndicalisme industriel de l’IWW représente l’espoir des travailleurs noirs exploités dans leur lutte pour une véritable liberté ». Il souligne l’engagement du syndicat à organiser les travailleurs sans distinction de race, de sexe ou d’origine nationale à un niveau international, car les patrons ne sont pas limités par les frontières nationales.

46Fletcher s’installe à New York vers 1931. Dans une longue interview qu’il accorde cette année-là à l’Amsterdam News, un journal noir de Harlem, il évoque la possibilité d’ouvrir un bureau de l’IWW dans un local du sud de Manhattan. Cette même année, un fonctionnaire de l’AFL écrit à Industrial Solidarity de l’IWW pour faire l’éloge de Fletcher, qui l’a retenu une heure durant à un meeting de rue auquel il comptait assister quelques minutes seulement :

47« J’ai entendu tous les grands du mouvement ouvrier sur une période de 25 ans, d’un océan à l’autre, et je n’exagère pas quand j’affirme que cet homme de couleur, Ben Fletcher, est le seul que j’ai jamais entendu attaquer ainsi jusqu’à la moelle aussi efficacement les prétentions capitalistes à un règne éternel, avec une argumentation syndicale constructive et concrète en faveur de la classe ouvrière ».

48En 1933, Fletcher est victime, à 42 ans, d’une attaque cérébrale, peut-être suivie par d’autres. C’est l’année où lui et nombre d’autres wobblies sont graciés par le président Franklin Roosevelt. Fletcher souffre aussi d’hypertension, une pathologie liée à cette attaque, d’un rhumatisme sciatique et de douleurs aux pieds : des affections particulièrement répandues chez les personnes de couleur et dans la classe ouvrière. Il n’a jamais plus été le même, physiquement, après ce premier accident cérébral.

49Mais sa politique n’a pas changé, comme le montre sa correspondance en 1929 avec Abram Lincoln Harris, un intellectuel noir qui a écrit avec Sterling Spero The Black Worker, devenu par la suite un classique du genre. Il continue de penser que ce qui unit les travailleurs noirs et blancs est plus important que ce qui les sépare : « Les Noirs qui rejoignent l’IWW ne diffèrent pas des Blancs dans leurs motivations ». Sa conception des relations raciales et du racisme est très influencée par la pensée socialiste, et c’est ce qui explique sans doute qu’il ait adhéré à l’IWW. La race semble clairement secondaire pour Fletcher. Mais il souligne aussi que les travailleurs noirs souffrent bien plus, et il était sans doute bien placé pour le savoir. Jusqu’à sa mort, il est resté convaincu que le syndicalisme interracial était le meilleur moyen d’aider les travailleurs noirs, qu’en s’appuyant sur la solidarité de classe il proposait une solution aux problèmes bien réels de la pauvreté, des discriminations et des barrières en tout genre liées à la race. Comme il l’a écrit dans The Messenger :

50« Aucune tentative authentique du mouvement syndical pour arracher des concessions valables et durables à la classe des employeurs ne peut réussir tant que ce mouvement reste pour l’essentiel indifférent, voire opposé à la question de l’amélioration des conditions de travail des Noirs ».

51Il continue également de croire en la solidarité ouvrière. James Fair le rappelle, « Ben Fletcher nous disait que nous devions vivre ensemble, que nous devions travailler ensemble. Son expression fétiche était “tous pour un et un pour tous”, la solidarité était l’essentiel. Et beaucoup d’entre nous l’ont compris ».

52Ce que Ben Fletcher contribuait à rendre possible sur les quais de Philadelphie dans les années 1910 a rarement été reproduit. Cent ans plus tard, il paraît impensable que Fletcher et le Local 8 aient réussi à former un syndicat interracial et multi-ethnique suffisamment puissant pour contraindre des employeurs violemment antisyndicaux à accepter des contrats oraux avec l’IWW. Ce syndicat, ouvertement révolutionnaire et dirigé par un Noir, a obligé les entreprises de la troisième ville – et cinquième port – d’Amérique à traiter avec un syndicat dont la grande majorité des membres étaient des Africains-Américains et des immigrants. Il y est parvenu sans jamais signer de contrat, mais en imposant ses exigences par la menace omniprésente de la grève. Ben Fletcher est mort en 1949.

Haut de page

Notes

1 Cet article est tiré de mon livre, Ben Fletcher : The Life and Times of a Black Wobbly, Oakland, PM Press, 2021, 2e édition.

2 Le terme Local désigne un syndicat constitué localement qui obtient ensuite sa reconnaissance par une confédération syndicale, qui lui attribue alors un numéro. Nous avons choisi de maintenir dans ce texte ce terme américain (NdT).

3 Il s’agit de l’Association nationale pour la promotion des gens de couleur ou NAACP (NdT).

4 Fletcher n’a laissé ni journal intime, ni mémoires, ni correspondance. On sait peu de choses sur son enfance, sa famille et sa vie personnelle. Il n’a pas eu d’enfants. Heureusement, il a joué un rôle suffisamment important pour que certains de ses écrits aient été préservés et que d’autres écrivent sur lui. Ironiquement, nombre d’informations utiles à son sujet proviennent des sources des espions et des prisons du gouvernement fédéral, qui ont consigné ses activités. Presque tous les documents écrits par ou sur Fletcher sont rassemblés dans mon livre qui porte son nom, Ben Fletcher : The Life and Times of a Black Wobbly, op. cit.

5 Ben eut six frères et sœurs, mais la première mourut très jeune.

6 Voir infra (NdT).

7 Ce « grand syndicat » dans lequel les wobblies voyaient le moyen décisif pour transformer la société (NdT).

8 Le Local 57 était « mixte », c’est-à-dire qu’il servait de syndicat pour tous les travailleurs d’une ville sans branches industrielles spécifiques.

9 L’Association internationale des dockers (NdT).

10 Ces « détectives » étaient les agents d’une police privée, l’agence de détectives Pinkerton, qui étaient engagés contre les grèves, parfois même pour infiltrer les syndicats. Dans le cas présent, trois sociétés différentes intervinrent : Pinkerton, Baldwin-Felts et Burns.

11 « An injury to one is an injury to all » (NdT).

12 Joe Hill, né Joel Emmanuel Hägglund, était un militant de l’IWW et un chanteur engagé, exécuté en 1915. Il est l’auteur de dizaines de chansons, <https://joehill100.com/> (NdT).

13 Les « Haymarket Martyrs » sont les anarchistes Adolph Fischer, Albert R. Parsons, August Spies, Louis Lingg et George Engel. Le 4 mai 1886 avait eu lieu à Chicago une journée de protestation contre les violences policières qui avaient émaillé le 1er Mai précédent. À l’issue de cette manifestation violemment réprimée, une bombe fut lancée contre la police et le bilan de la journée s’éleva à sept victimes dans les rangs policiers. Les huit anarchistes furent condamnés à mort, accusés injustement d’avoir lancé cette bombe. Louis Lingg se suicida en prison, les autres furent exécutés par pendaison le 11 novembre 1887, avant d’être réhabilités par la justice en 1893 (NdT).

14 La mention d’une peine de vingt ans est ici erronée : comme nous l’avons écrit plus haut, il a été condamné à dix ans de prison.

15 Le jeu de mot porte sur « sentence » qui signifie à la fois phrase et décision de justice (NdT).

16 Il s’agit d’une agence fédérale publique créée en 1916 pour organiser et développer la navigation perturbée par le conflit.

17 La National Urban League est une organisation de défense des Africains-Américains, qui milite pour leurs droits. Ainsi nommée en 1920, elle est constituée par la réunion de différentes associations dont les premières remontent aux années 1900 (NdT).

18 En 1957, le film d’Elia Kazan On the Waterfront (Sur les quais) documente le fonctionnement de ce syndicat lié à la mafia (NdT).

Haut de page

Table des illustrations

Légende Ben Fletcher, photographié à son arrivée au pénitencier de Leavenworth, Kansas, septembre 1918. Source : Dossiers des détenus, archives du Bureau des prisons, 1870-2009 (Archives Group 129), Archives Nationales.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/19625/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Peter Cole, « Ben Fletcher et les IWW sur les quais de Philadelphie. Un modèle de syndicalisme interracial au début du 20e siècle »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 154 | 2022, 45-65.

Référence électronique

Peter Cole, « Ben Fletcher et les IWW sur les quais de Philadelphie. Un modèle de syndicalisme interracial au début du 20e siècle »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 154 | 2022, mis en ligne le 15 octobre 2022, consulté le 02 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/19625 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.19625

Haut de page

Auteur

Peter Cole

Professor and Graduate Director, Western Illinois University

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search