Navigation – Plan du site

AccueilNuméros154DOSSIERCharles Marck, Sur les routes que...

DOSSIER

Charles Marck, Sur les routes que j’ai parcourues

Édité par Michel Pigenet, Coll. Archives du travail, Paris, Classiques Garnier, 2021, 264 p.
Laurence Montel
p. 67-72

Entrées d’index

Géographie :

Le Havre, Paris, France

Chronologie :

XIXe siècle, XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1« Le nom n’est pas de ceux que l’histoire contemporaine a retenus » : ainsi Michel Pigenet ouvre-t-il la riche préface qu’il consacre à l’édition critique des « mémoires retrouvés » de Charles Marck, premier secrétaire de la Bourse du travail du Havre en 1898 et trésorier de la CGT de 1909 à 19151. Sur les routes que j’ai parcourues est le deuxième volume de la collection « Archives du Travail » de la maison d’édition Classiques Garnier. Dirigée par Paul Boulland, Nicolas Hatzfeld et Michel Pigenet, trois historiens spécialistes du monde ouvrier et du travail, cette collection propose l’édition critique de « documents oubliés ou inédits portant sur des situations singulières, exemplaires et problématiques2 » propres à mieux diffuser, par-delà ces matériaux, les renouvellements récents de l’histoire du travail3. Charles Marck est né en 1867. Ses mémoires s’étendent de ses souvenirs d’enfance et de jeunesse à 1915, lorsqu’il quitte ses fonctions de trésorier de la CGT. Michel Pigenet a établi le texte à partir d’une version dactylographiée inédite, recoupée avec des extraits publiés dans la presse. Il l’accompagne d’une riche préface d’une soixantaine de pages, d’un copieux appareil critique, d’une bibliographie et de deux index. Par son travail, il souligne que ces mémoires sont un témoignage en relief sur les luttes sociales et l’engagement militant au temps du syndicalisme révolutionnaire, un support utile à l’histoire du travail, en particulier sur les quais des grands ports de commerce et, enfin, matière à revenir sur les trajectoires individuelles et les écritures de soi dans le monde ouvrier. Nous en rendons compte dans ces pages pour témoigner de l’intérêt de la source et saluer cette édition.

Un militant au temps du syndicalisme révolutionnaire

2La version la plus longue des mémoires de Charles Marck est un texte de 80 feuillets dactylographiés conservé au Cédias-Musée social (Centre d’études, de documentation, d’information et d’actions sociales). Des extraits en ont été publiés en octobre 1945, puis entre mai et décembre 1948, respectivement dans Servir la France et Le Peuple, deux revues de la Confédération générale du travail. Charles Marck présente son récit comme un « travail auquel on [l]’a convié de collaborer » et qui devait s’inscrire « dans un projet éditorial plus large », impliquant d’autres anciens de la Confédération. Il pourrait s’agir, suggère Michel Pigenet, d’une entreprise de fixation mémorielle engagée dans le cadre de l’Amicale des vieux militants de la CGT, fondée en 1939 entre autres avec le concours de Charles Marck, un projet que la guerre aurait interrompu. Toujours est-il que le parcours syndical de Marck et les luttes sociales des années 1890-1910 sont au cœur du propos.

  • 4 Charles Marck, « Sur les routes que j’ai parcourues », cité par Michel Pigenet, p. 47.
  • 5 Michel Pigenet, op. cit., p. 37.

3Né au Havre en 1867, mis au travail à l’âge de 9 ans, docker vers 15 ans puis de nouveau à son retour du service militaire, c’est en 1892, vers l’âge de 25 ans, que Charles Marck débute une vie militante. Le mouvement ouvrier havrais commence tout juste à s’organiser, impulsé par le mouvement socialiste. Charles Marck rejoint le syndicat des journaliers du port, qui ne compte qu’une trentaine d’adhérents sur plus de 7 000 dockers4. Deux ans plus tard, il en est le secrétaire. Dans ces années, « tout est à inventer » en matière de mobilisations, de lutte et de vie syndicale, et les candidats ne se bousculent pas pour assurer des responsabilités qui exposent aux représailles policières et patronales. Charles Marck connaît donc une ascension rapide : en 1897, il est nommé secrétaire de la toute nouvelle Bourse du travail, avec le soutien de la municipalité radicale. Il cumule un temps cette charge avec la représentation des ouvriers des docks et des magasins généraux, des voiliers, des marins du commerce. En juin 1898, il est à Londres au 2e Congrès international des marins. En septembre 1900, il intègre le comité central de la Fédération internationale des travailleurs des transports (FIT/ITF), puis organise en avril 1901 le congrès constitutif de la Fédération nationale des ports et docks, dont il devient aussi, une année durant, le secrétaire. Mais cette carrière militante havraise est interrompue par la fermeture de la Bourse du travail, intervenue en 1901 sur arrêté municipal, à l’issue d’un 1er mai fiévreux5. Sans ressources, Marck doit quitter sa ville natale. Il s’exile en Angleterre.

  • 6 Charles Marck, op. cit., p. 138.

4Le deuxième temps de sa carrière syndicale est parisien, après une année difficile outre-Manche. Il rejoint la CGT au moment où elle est chassée de la Bourse du travail. Il fait partie de ceux qui la déménagent dans un appartement de la Cité Riverin, puis au 33 rue de la Grange-aux-Belles, future Maison des syndicats, alors usine chimique désaffectée qu’il faut déblayer et dépolluer. Marck participe en particulier à l’installation de l’imprimerie avant d’y être salarié. Entré à la CGT comme « homme de peine6 » trois ans plus tard, il en rejoint le bureau, et est élu trésorier dans un contexte de crise de direction. Ses qualités de gestion sont reconnues, puisqu’il est reconduit dans ses fonctions à l’unanimité en 1910. Il s’y maintient jusqu’en 1915, lorsque les difficultés financières de l’organisation en temps de guerre l’engagent à accepter un emploi de contremaître à Saint-Nazaire. Les mémoires de Charles Marck s’arrêtent alors, et il ne paraît plus exercer de responsabilité dans la confédération avant de réapparaître en 1939 comme membre fondateur d’une Amicale des vieux militants de la CGT, puis encore entre 1944 et 1951, l’année de sa mort, comme secrétaire général de l’Union nationale des vieux travailleurs de France. Il est retraité sans doute depuis ses 65 ans, atteints en 1932. En 1944, lorsqu’il reprend du service, il a 77 ans.

  • 7 Michel Pigenet, op. cit., p. 57.
  • 8 Ibid., p. 16.
  • 9 Lettres de prison de Jules Durand, édition préparée par Christiane Marzelier et Jean-Pierre Castela (...)

5Comme secrétaire de la Bourse du travail du Havre, puis permanent de la CGT, Charles Marck est de ceux qui bâtissent les organisations syndicales et tissent du lien entre elles, en France et au niveau international. Il insiste peu sur ses compétences de gestionnaire. Pourtant, comme trésorier, il joue un rôle-clé dans la rationalisation des finances de la Confédération7. Mais la technicité de ses interventions, et le rapport sans doute compliqué des membres de la CGT à l’argent, peuvent expliquer qu’il ne s’y attarde pas, invisibilisant donc un travail qui se duplique dans l’historiographie8. En revanche, dans ses mémoires, il décrit sa participation aux actions de propagande et aux mobilisations syndicales de son temps, consacrant en particulier de très nombreuses pages aux luttes collectives, depuis la mobilisation générale du monde ouvrier havrais en faveur des employés de magasin pour l’obtention de la fermeture le dimanche (1899) jusqu’aux multiples grèves et manifestations des années 1907-1910, auxquelles il a contribué ou dont il a été témoin : grèves des dockers de Nantes, des boutonniers de l’Oise, des lads de Maisons-Laffitte, où on le délègue pour accompagner et soutenir l’effort des travailleurs. Il donne à voir ses talents d’organisateur. Il revient d’autre part sur différents événements de son temps qui ont marqué le monde ouvrier, comme l’affaire Ferrer (octobre 1909) et l’affaire Durand (1910). À cette dernière, il consacre d’intéressantes pages, d’autant plus qu’il a fait partie de ceux venus accueillir Jules Durand à sa sortie de prison9.

6Ces tranches de vie contribuent à l’édification d’une mémoire collective militante et témoignent également de la dureté des luttes, de la brutalité des affrontements aux poursuites judiciaires encourues par les militants. Charles Marck a ainsi connu la prison au moins à trois reprises, quelques semaines en 1899 et 1909, puis une année entière en 1907 pour des propos estimés criminels, qu’il se défendait pourtant d’avoir prononcés, durant la grève des dockers. Ce parcours judiciaire, qui n’a rien d’exceptionnel pour un militant à cette époque, rappelle sans fard l’intensité de la répression judiciaire et la criminalisation du mouvement ouvrier.

L’itinéraire déroutant d’un docker havrais

  • 10 Michel Pigenet, op. cit., p. 15.
  • 11 Nicolas Cochard, « Les bas-fonds d’une ville portuaire : l’exemple du Havre au prisme de la presse (...)
  • 12 Cf. dans le même volume, Ronan Viaud, « Les grandes étapes de l’action collective des marins de com (...)

7Le récit autobiographique de Charles Marck n’est pas seulement utile à qui souhaite s’instruire sur le syndicalisme révolutionnaire et la structuration concomitante du mouvement ouvrier dans le contexte politique et répressif des années 1890-1910. Il donne à voir, à hauteur d’homme, au travers de sa subjectivité, le rapport au travail, l’expérience laborieuse et la sociabilité d’un ouvrier né dans une ville portuaire, dépourvu de qualification professionnelle et engagé dans la défense syndicale des intérêts de sa classe. Charles Marck consacre de belles pages à son enfance, frappée par différents malheurs, à commencer par la mort précoce de sa mère et l’abandon par son père. Élevé par deux des sœurs de sa mère, il grandit dans le quartier Saint-François, qui sera détruit en 1944 par les bombardements alliés comme 80 % du Havre10. Trop souvent réduit, comme les autres quartiers populaires décrits par la bourgeoisie, à un tableau de bas-fonds, il prend vie ici dans sa complexité, ce qui est bienvenu11. Charles Marck fréquente l’asile, puis l’école. Trop turbulent, il en est exclu à 9 ans et mis au travail. L’école n’est alors pas obligatoire et le travail des enfants à domicile peu contrôlé. Auprès de sa tante et sous l’œil sévère de son grand-père, il débute en assemblant avec eux des paillasses pour émigrants, avant de s’embarquer lui-même, comme mousse, pour deux voyages qui suffisent à lui ôter l’envie de naviguer. Il faut lire les pages détaillées relatives aux conditions de travail et de vie à bord des hommes d’équipage. De retour au Havre, il est placé comme copiste chez un avoué, mais il s’y déplait tant qu’il est renvoyé. Il retrouve le port, cette fois comme docker, élu secrétaire de la Bourse du travail par les syndicats, avec l’aval de la municipalité. Entre-temps, il a effectué son service militaire durant 36 mois, en tant qu’inscrit maritime12 dans la marine d’État, ce qui donne lieu à un autre morceau de bravoure du récit. Durant ces années où il voit du pays, il passe son brevet de timonier. Mais, mais une fois libéré des drapeaux, il quitte la navigation.

  • 13 Michel Pigenet, op. cit., p. 38.

8Charles Marck n’a reçu aucune autre formation professionnelle, ni scolaire ni par le biais d’un apprentissage. On le voit donc exercer, comme souvent les ouvriers non-qualifiés, notamment ceux qu’on nomme les journaliers, toutes sortes de métiers et parfois plusieurs en même temps. Comme docker, ses revenus dépendent des rythmes du commerce. Lorsque l’embauche se fait rare, il assemble des matelas à domicile. Victime en 1895 d’un incendie qui détruit tous les biens de son ménage, il traverse deux années très difficiles comme « docker à 100 % ». Forcé de quitter Le Havre en 1900, en Angleterre il se fait tour à tour aide-menuisier, charpentier, maçon terrassier, cimentier, paveur, colleur de papier, guide-interprète. Pour la CGT il est homme à tout faire, aide mécanicien, fondeur de plomb, il assure aussi la maintenance de l’imprimerie. En 1915, il devient contremaître pour une compagnie maritime à Saint-Nazaire, très brièvement. Enfin, il termine sa vie professionnelle dans les années 1920 comme gérant d’une maison de papier en gros. L’engagement syndical de Charles Marck a pesé fort dans les ruptures qui ont marqué sa vie. Son départ du Havre est en lien étroit avec son rôle de leader à la Bourse du travail : aucun patron n’accepte dès lors de l’embaucher. Cependant, le syndicalisme est aussi pourvoyeur de ressources. C’est fort de ses contacts britanniques au sein de l’ITF qu’il arrive en Angleterre. Michel Pigenet rappelle qu’il fut d’ailleurs le « traducteur attitré » et l’ami de Tom Mann, le fondateur de la Fédération internationale des marins et dockers, puis de l’ITF, et son président jusqu’en 1901. Enfin, les « mille métiers13 » de Charles Marck, ses déplacements en France, en Europe ou sur les mers, mais encore ses engagements syndicaux, dans les instances ou au plus près des luttes, sont aussi à embrasser de concert comme les différentes manifestations d’une subjectivité volontaire et rétive à la soumission, de la révolte sur les bancs de classe au refus de se soumettre à l’autorité patronale.

  • 14 Ibid., p. 17.

9Bien sûr, l’impression d’autonomie singulière ne peut que s’accuser au fil d’une écriture autobiographique qui est en elle-même en cohésion avec une « affirmation de soi14 ». Si l’histoire sociale découpe volontiers le réel en catégories pour le rendre intelligible, elle explore aujourd’hui les expériences individuelles et subjectives parce qu’elles ont pour elles de restituer plus finement les entrelacs dynamiques et multiples du réel. On dresse souvent inconsciemment des cloisons invisibles entre les groupes sociaux et les territoires, en particulier lorsqu’on leur prête des identités fortes. Ainsi des dockers ou des espaces maritimes, comprenant les ports. L’itinéraire de Charles Marck, des quais du Havre à la trésorerie de la CGT rue de la Grange-aux-Belles, rappelle leur porosité.

Haut de page

Notes

1 Michel Pigenet, « Mémoires retrouvés. Itinéraire ouvrier et syndical, des quais du Havre au bureau de la CGT (1867-1917) », préface, p. 7.

2 <https://classiques-garnier.com/archives-du-travail.html>, consulté le 22 juin 2022.

3 Nicolas Hatzfeld (éd.), Les Frères Bonneff, reporters du travail. Articles publiés dans l’Humanité de 1908 à 1914, Classiques Garnier, Coll. Archives du travail, n° 1, 415 p.

4 Charles Marck, « Sur les routes que j’ai parcourues », cité par Michel Pigenet, p. 47.

5 Michel Pigenet, op. cit., p. 37.

6 Charles Marck, op. cit., p. 138.

7 Michel Pigenet, op. cit., p. 57.

8 Ibid., p. 16.

9 Lettres de prison de Jules Durand, édition préparée par Christiane Marzelier et Jean-Pierre Castelain, avec les contributions de Joseph Andras, John Barzman, Johan Boennec, Hervé Delamare, Nicolas Eprendre, Alain Gouiffes, Christian Louvet, Michelle Perrot, Ernest Pignon-Ernest, Gaston Prunier, Paris, L’Harmattan, 2018 ; John Barzman et Jean-Pierre Castelain (dir.), Jules Durand : un crime social et judiciaire, Paris, L’Harmattan, 2015.

10 Michel Pigenet, op. cit., p. 15.

11 Nicolas Cochard, « Les bas-fonds d’une ville portuaire : l’exemple du Havre au prisme de la presse et de la littérature locales », dans « Presse, prostitution, bas-fonds (1830-1930) », sous la direction de Guillaume Pinson, dans Médias 19 (en ligne : <https://www.medias19.org/publications/presse-prostitution-bas-fonds-1830-1930/les-bas-fonds-dune-ville-portuaire-lexemple-du-havre-au-prisme-de-la-presse-et-de-la-litterature-locales>, consulté le 29/06/2022). Sur les descriptions stéréotypées des quartiers populaires par des représentants de la bourgeoisie, cf. Maurizio Gribaudi, Paris ville ouvrière. Une histoire occultée (1789-1848), Paris, La Découverte, 2014, 400 p.

12 Cf. dans le même volume, Ronan Viaud, « Les grandes étapes de l’action collective des marins de commerce en France, 19e-21siècles ».

13 Michel Pigenet, op. cit., p. 38.

14 Ibid., p. 17.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurence Montel, « Charles Marck, Sur les routes que j’ai parcourues »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 154 | 2022, 67-72.

Référence électronique

Laurence Montel, « Charles Marck, Sur les routes que j’ai parcourues »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 154 | 2022, mis en ligne le 15 octobre 2022, consulté le 02 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/19704 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.19704

Haut de page

Auteur

Laurence Montel

Maîtresse de conférences en histoire contemporaine, UR 15507-Criham, Université de Poitiers, associée à l’UMR 7303-TELEMMe, Université d’Aix-Marseille

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search