Navigation – Plan du site

AccueilNuméros154CHANTIERSSoviets et salaires : les sardini...

CHANTIERS

Soviets et salaires : les sardinières dans la grève de Douarnenez (novembre 1924-janvier 1925)

Théo Bernard
p. 123-138

Résumés

À la fin novembre 1924, une grève éclate parmi les ouvrières des conserveries de Douarnenez dans le Finistère. Mobilisant 2 200 salariés, la grève dure sept semaines et remet en cause, pour une période brève, la puissance et l’autorité des patrons, de l’État, voire des militants communistes à la tête de la mairie de Douarnenez et en position d’intermédiaires syndicaux dans la grève. Durant le conflit, les revendications, la place des femmes, la souveraineté des assemblées plénières de grévistes, les prérogatives du comité de grève contrôlant l’activité productive du port, la forme des manifestations, les blocages de routes expriment la profondeur de la révolte. L’effectivité de la participation ouvrière dans la direction du mouvement contribue à définir la nature du conflit, dont les dimensions politiques se conjuguent avec une organisation consciente de la grève.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Charles Gide, La Lutte contre la cherté et la coopération : cours sur la coopération au Collège de (...)

1Au milieu des années 1920, Douarnenez est le premier centre de France pour la mise en boîte de sardines. Industrialisée autour de la pêche, la localité du Finistère compte 21 fabriques de conserves concentrées sur le port à proximité immédiate des lieux d’habitation. Les conflits sociaux de la ville sont âpres et les classes moyennes y sont marginalisées. Face aux revendications salariales, les patrons ont parfois dû céder au cours des années précédentes, notamment lors d’une grève étendue à 20 usines de la localité à l’été 1917 et lors de conflits usine par usine au début des années 1920. En mai 1923, 47 ouvrières obtiennent notamment une rallonge de 10 centimes du salaire horaire après quelques heures de débrayage. Sur l’essentiel, ces grèves n’ont pourtant que peu amélioré une condition ouvrière très dure dans les usines depuis plusieurs décennies. À l’automne 1924, une sardinière de Douarnenez gagnant 80 centimes de salaire horaire obtient sans doute trois fois moins que le « salaire normal » de 20 francs par jour estimé par le chrétien-social Charles Gide à l’échelle nationale1. L’inflation aggrave cette misère et une crise du logement dans les années 1920 renforce les difficultés ouvrières douarnenistes. Aux conditions de travail désastreuses dans les conserveries s’ajoutent les horaires variables, que la presse ouvrière décrit comme pouvant aller jusque 16 heures par jour, car l’activité industrielle est organisée de manière saisonnière en fonction des arrivées du poisson.

  • 2 Rapport du commandant de gendarmerie Ruel, 24/11/1924, Archives départementales du Finistère (AD 29 (...)

2En novembre 1924, les conserveries s’apprêtent, comme à chaque arrivée de l’hiver, à réduire leur activité, voire à fermer leurs portes. Une grève éclate alors dans les usines métallurgiques de la localité qui fabriquent les boîtes utilisées dans les fabriques de conserves, puis se généralise à l’ensemble des usines de Douarnenez sous l’impulsion d’ouvrières en grève le 24 novembre 19242. L’arrêt du travail est presque total et le mouvement est général. 75 % des grévistes sont des ouvrières, aussi appelées « femmes d’usines ». La préfecture dénombre plus de 2 200 grévistes. Longue et violente, la grève dure sept semaines et génère une quantité d’archives étatiques importante, en raison de l’implication de ministères, de la préfecture, des différents commissaires spéciaux, des commissaires de police, de l’inspection du travail, de la gendarmerie et des autorités portuaires : des sources précieuses, quoique toutes en français, ce qui pose un problème majeur pour accéder aux points de vue des sardinières. Si les plus jeunes ouvrières lisent et écrivent le français, à la différence d’usiniers dont les familles ne sont pas originaires de la région, travailleuses et travailleurs parlent le douarneniste, un mélange de français et de breton.

  • 3 Rapport du préfet, 27/12/1924, Archives Nationales (Arch. nat.), F7/13842.

3Politiquement, l’espace de la grève n’est pas anodin. Depuis 1921, la mairie de Douarnenez est contrôlée par des militants communistes. Liés aux combats et aux problèmes ouvriers locaux, ces militants sont en conflit avec la préfecture, notamment lorsqu’ils prennent des arrêtés municipaux empêchant les expulsions de locataires. Néanmoins, avant la grève, la CGTU, centrale syndicale dominée par la SFIC, ne syndique pas d’ouvrières à Douarnenez. Seul permanent de la CGTU pour suivre l’activité dans le Finistère Sud et le Morbihan, Charles Tillon est passé quelques semaines plus tôt dans la localité et ses tentatives de syndicalisation semblent alors se concentrer sur les employés municipaux, les marins et les manœuvres. Le déclenchement et la généralisation du conflit ont l’air spontanés, voire inopportuns, et la CGTU n’en revendique pas réellement l’initiative. Commentant le conflit, Arthur Henriet, député SFIC, affirme même publiquement aux sardinières grévistes que, dans l’avenir, il sera nécessaire de « ne plus faire grève en période de chômage3 ». Cependant, la généralisation de la grève constitue une opportunité pour gagner une influence dans le monde ouvrier féminin, conformément aux indications du Komintern. Malgré la relative barrière de la langue, le Parti communiste envoie des dizaines de militants à Douarnenez. Parmi eux figurent de grands noms de l’époque, comme Daniel Renoult, Marcel Faure-Brac, Henri Boville ou Julien Racamond. Une pléthore de sources militantes de différents courants et statuts accompagne de ce fait les sources étatiques. L’événement devient ainsi pertinent à étudier pour l’historien, dans la mesure où il permet de questionner précisément le déroulement de la grève en fonction des choix des protagonistes dans celle-ci et d’interroger l’ampleur et l’intensité de la révolte, qualifiée de « grève de la misère » dans les publications communistes de grande diffusion.

  • 4 Journal officiel, 16/01/1925, Chambre des députés, séance du 15/01/1925, p. 27, Arch. nat., F7/1384 (...)
  • 5 Edward Shorter et Charles Tilly, Strikes in France 1830-1968, Londres, CUP, 1974, 428 p. ; Michelle (...)
  • 6 D’autres problématiques liées à la condition des sardinières ne sont pas abordées dans cet article, (...)

4« On n’a pas formé les Soviets à Douarnenez, il ne s’agissait que d’une revendication de salaires !4 », affirme notamment Jacques Doriot le 15 janvier 1925 à la Chambre des députés. Tenus une semaine après la fin de la grève, ces propos résument la vision globale de la grève de Douarnenez retenue par la mémoire militante, comme par la plupart des travaux historiques. Soviets ou salaires ? Le dilemme pose une interrogation historiographique courante, relative à la dimension politique des grèves5. Selon nous, celle-ci ne correspond pas à un fait donné et ne peut résumer le point de vue des grévistes s’exprimant dans leurs choix. Ainsi, les revendications des femmes mènent à une irruption ouvrière indépendante des intentions des militants locaux du PC, qui s’appuient néanmoins sur les compétences de militants venus de la région parisienne pour structurer le soulèvement politique. Dans ce cadre, l’effectivité de la participation ouvrière dans la direction du mouvement contribue à définir la nature, l’étendue et les limites du conflit remettant en cause, pour une période brève, la puissance et l’autorité des patrons, de l’État, voire des communistes en position d’intermédiaires syndicaux. Les revendications, les prérogatives du comité de grève, la souveraineté des assemblées plénières de grévistes, la forme des manifestations, les blocages de routes, les distributions de secours et surtout la place des femmes dans le conflit expriment la singularité de la grève. Notre propos est de montrer comment les dimensions politiques du conflit se conjuguent avec une organisation consciente de l’action, mobilisant largement les sardinières en grève6.

Imbroglio sur les revendications et la place des ouvrières

  • 7 Rapport du capitaine de gendarmerie Ruel, 24/11/1924, AD 29, 10M54.
  • 8 Idem.

5Au mois d’octobre 1924, de courtes grèves ont lieu dans deux usines de Douarnenez. Isolées, elles témoignent d’une agitation ouvrière en gestation. La grève de Douarnenez proprement dite débute dans la métallurgie le 21 novembre 1924, puis s’étend à l’ensemble des usines de conserves sous l’impulsion d’ouvrières en grève le 24 novembre 1924. Des sardinières quittent le travail en abandonnant le poisson sur les tables et les patrons perdent 123 000 boîtes de conserve7. Selon le capitaine de gendarmerie, 45 centimes d’augmentation du salaire horaire, qui était alors de 80 centimes, sont demandés par les femmes en grève le 21 novembre8. Le conflit à peine généralisé à l’échelle de la ville, l’arrivée de la responsable de la commission féminine de la CGTU, Lucie Colliard, et du dirigeant de la Fédération de l’Alimentation, Maurice Simonin, débouche sur la constitution d’un comité de grève mettant en avant cette revendication.

  • 9 Emmanuel Allot, « Une grève de la misère, la victoire des sardinières de Douarnenez », dans La Révo (...)
  • 10 Brouillon de rapport du préfet, 28/11/1924, AD 29, 10M52.
  • 11 Télégramme chiffré du préfet, 28/11/1924, AD 29, 10M52.
  • 12 Note d’administrateur maritime, 3/12/1924, AD 29, 10M52.
  • 13 Télégramme du commissaire spécial au préfet, 26/11/1924, AD 29, 10M54.

6Indépendamment du sexe et des différentes professions, la revendication générale du comité de grève se résume à ces 45 centimes d’augmentation horaire pour toutes les ouvrières et les ouvriers9. Les revendications font néanmoins débat au début de la grève. Le préfet, souhaitant promptement terminer le conflit sur la base de 20 centimes d’augmentation, affirme que cela correspond à la revendication initiale des grévistes et critique les fondateurs du comité de grève, qui ont revu à la hausse les revendications. Une reprise du travail semble selon lui possible dès les premiers jours10. Le préfet prétend même que les communistes locaux, et notamment Daniel Le Flanchec, le maire de la ville, accepteraient cette base de 20 centimes d’augmentation pour mettre fin au conflit le 24 novembre, acceptant d’appeler à une reprise immédiate. Mais, selon lui, ce sont les patrons qui refusent l’accord et empêchent la reprise du travail11. Après la perte initiale des stocks de poisson abandonnés sur les tables, les usiniers auraient la possibilité de « tenir le coup » et de « déclarer le lock-out12 ». Le 26 novembre, Daniel Le Flanchec aurait déclaré se retirer de la direction du mouvement, alors que dans les cortèges les grévistes chantent ce même jour Pemp real avo (cinq réaux nous aurons)13, un chant demandant une augmentation de 45 centimes.

7Bien que les sources ne permettent pas de trancher définitivement, les implications de cet imbroglio sur les revendications sont majeures. Dans quelle mesure les communistes locaux ont-ils respecté les revendications des femmes en grève, et se sont-ils placés résolument de leur côté dès le début ? Quasiment seules dans les manifestations du début de la grève, les sardinières réussissent à étendre leur conflit. Parti des ateliers, il va progressivement concerner le port où travaillent les hommes. Ils arrêtent de sortir en mer et participent aux manifestations à partir du mois de décembre. Déterminant l’évolution de la grève, les ouvrières assument un rôle dirigeant en provoquant l’extension du conflit. Cela ne va pas de soi.

  • 14 Rapport du préfet, 29/11/1924, Arch. nat., F7/13842.
  • 15 Brouillon du rapport du préfet, 29/11/1924, AD 29, 10M52.
  • 16 Rapport du commissaire de police, 29/11/1924, Arch. nat., F7/13842.
  • 17 Emmanuel Allot, art. cit., p. 18.
  • 18 Rapport du commissaire de police, 30/11/1924, AD 29, 1M238.
  • 19 Rapport de Marthe Bigot au 3e congrès de la SFIC, janvier 1924, Fonds 517-1-165.
  • 20 Jacqueline Tardivel, « Des pacifistes aux résistantes : les militantes communistes en France dans l (...)

8Selon le préfet, le 29 novembre, au cours d’une réunion, le maire communiste de Douarnenez aurait dit aux ouvrières « qu’ayant du travail à la maison, elles pouvaient rester chez elles et ne pas suivre dorénavant les cortèges, il leur demandait seulement de faire pointer matin et soir leur carte14 ». La lecture du brouillon du rapport indique que l’incise « ayant du travail à la maison » a été rajoutée15, mais les propos rapportés par le commissaire de police vont dans le même sens : « Il [Le Flanchec] annonce qu’il ne sera peut-être pas nécessaire que les femmes continuent à suivre les manifestations. Il suffira qu’elles viennent faire pointer leurs cartes de grève16 ». La préfecture et les commissaires de police ne fournissent pas une analyse désintéressée. Ils incriminent et dédouanent les militants sur la base d’actions ou de paroles rapportées. Le 5 décembre, le maire, Le Flanchec, qui s’est interposé entre la troupe et les grévistes, est suspendu17. Toutefois, les propos, même déformés, indiquent deux choses : d’une part que le maire, dont ce n’est pas la première grève, considère que les ouvrières sont une force d’appoint du mouvement ouvrier ; d’autre part, que les ouvrières se sont affirmées au cours du mouvement contre les patrons et, dans une moindre mesure, contre le maire trop prompt à restreindre leurs revendications comme leur participation. Ce positionnement est à l’exact opposé de celui de Lucie Colliard, déléguée au troisième congrès de l’Internationale communiste en 1921 et élue à la direction de l’Internationale communiste des femmes. Cette dernière regrette l’absence de femmes en réunion : « Je fais également un appel pressant aux femmes qui, jusqu’à ce jour, ont eu tort de se reposer sur leurs maris. Il y a en France 3 millions de femmes qui travaillent, 3 millions de femmes qui devraient former le beau bataillon pour lutter contre le capital18 ». Ainsi, la place des femmes dans le conflit semble marquer une opposition entre « les sphères dirigeantes du parti », dont Lucie Colliard est l’une des principales représentantes, et « les camarades dans les départements19 », dont ceux de Douarnenez qui peinent « à sortir du discours » et ont « du mal à considérer les femmes autrement qu’en masse de manœuvre 20», pour reprendre ici les termes de la thèse de Jacqueline Tardivel consacrée aux militantes du Parti communiste. Dépassant le cadre d’un conflit économique, les grèves féminines ne sont pas les plus appréciées. Des militantes dénoncent en 1924 la crainte des conflits politiques chez leurs camarades :

  • 21 Marthe Bigot, rapport cité.

« Le secrétariat féminin s’est intéressé aux grèves féminines. Nous avons rencontré un certain ostracisme de la part de quelques camarades de la CGTU, ostracisme causé la plupart du temps par la crainte de voir les journaux bourgeois et réformistes nuire à la grève par l’accusation d’être de caractère politique. »21

  • 22 Claudie Cornec et Jean Cornec, Joséphine Phine Fine..., Treignac, Les Monédières, 2002, 585 p., p.  (...)
  • 23 Note de conversation téléphonique du préfet avec le commissaire spécial, 12/12/1924, AD 29, 10M54.

9Quelques mois après la grève de Douarnenez, les ouvrières sont sciemment écartées de la grève touchant Pont-l’Abbé, localité située à une trentaine de kilomètres. Comme l’affirme, plus tard, Jean Cornec, militant CGTU et principal responsable syndical de la grève de Pont-l’Abbé, « l’appel aux femmes signifiait en réalité l’appel à la révolte, le déclenchement de la violence, ce que je voulais, si possible, éviter22 ». À Douarnenez, cette crainte est bien présente et les discours communistes cherchent à souligner les dimensions économiques du conflit. Toutefois, l’irruption des femmes, en posant la question de leur place dans l’espace politique public, déborde d’une grève pour les salaires, d’autant plus que les ouvrières semblent les plus actives et que l’organisation de la grève repose sur elles. Le 12 décembre, une délégation de communistes et de grévistes se rend par exemple à Audierne, située à 20 kilomètres, pour tenter d’étendre le mouvement ou au moins d’y organiser une réunion. Celle-ci semblait vouée à l’échec et finalement n’a pas lieu. Cependant, trois ouvrières anonymes, devenues actives au moment de leur grève, se sont déplacées23.

  • 24 Note de conversation téléphonique du commissaire spécial, 30/12/1924, AD 29, 10M54.
  • 25 Brouillon du télégramme du préfet, non daté, sans doute du 14/12/1924, AD 29, 10M52.
  • 26 « Les deux délégations sont parties pour Paris », Daniel Renoult, l’Humanité, 15/12/1924.
  • 27 Lucie Colliard, Une belle grève de femmes : Douarnenez, Paris, Librairie de l’Humanité, février 192 (...)
  • 28 Pierre Monatte « Douarnenez après Bizerte », dans La Révolution prolétarienne, revue mensuelle synd (...)

10Associée aux meneurs communistes dans les discours patronaux, cette effervescence politique se maintient en raison d’une très forte organisation de la grève, marquée par les aspirations des grévistes à prolonger le conflit. Le pointage quotidien des cartes de grève dure parfois plusieurs heures. Suivi de manifestations, il indique une participation active des sardinières au mouvement de grève. Et à mesure que le conflit dure, ses enjeux ressortent. Au cours du mois de décembre, la plupart des patrons de la localité exposent que leur problème n’est pas tant les salaires que la révolte ouvrière et la présence des communistes. Ils réitèrent les propositions de fin de conflit de la préfecture faites au mois de novembre, à condition que les ouvrières abandonnent le comité de grève mis en place par la CGTU : « 1 franc et 1 franc cinquante seront offerts aux ouvriers et ouvrières qui veulent reprendre travail. Un contrat interviendra dans chaque usine respective entre chaque patron et son personnel, et l’ingérence du comité de grève ne sera jamais tolérée24 ». Ils l’affirment clairement : « Aussi longtemps que les communistes dirigeront […], ils ne modifieront pas leur décision25 ». Face à ce refus de négocier, le ministère du Travail intervient et pousse à une médiation. Une délégation de grévistes, qui comprend Lucie Colliard, Maurice Simonin, deux hommes et trois ouvrières, se rend à Paris pour négocier le 17 décembre26. Durant l’entrevue, Lucie Colliard souligne la modestie des revendications des ouvrières de Douarnenez en mettant en avant la revendication d’égalité salariale entre homme et femme : 1,75 francs par heure de travail devraient être revendiqués pour toutes et tous27. Les patrons refusent à nouveau de céder. Et certains usiniers profitent de leur voyage parisien pour embaucher une officine de briseurs de grève spécialisée dans l’usage du revolver, qui est active à Douarnenez à la fin du mois de décembre28.

« L’instauration complète de la dictature locale communiste » ?

  • 29 Stéphane Sirot, La Grève en France : une histoire sociale (XIXe-XXe siècle), Paris, Odile Jacob, (...)
  • 30 Emmanuel Allot, art. cit., p. 19.
  • 31 Rapport du préfet, 07/01/1925, Arch. nat., F7/13842.
  • 32 Rapports du commissaire de police, 25 et 29/12/1924, AD 29, 10M53.
  • 33 Charles Tillon, On chantait rouge, Paris, Robert Laffont, 1977, 581 p., p. 64-82.

11L’historiographie pointe durant la période la « mainmise » des syndicalistes sur les comités de grève par lesquels les militants « contrôlent le déroulement » des grèves29. En réalité, les sources font souvent défaut pour questionner cette mainmise. À Douarnenez, les descriptions fiables des pointages de cartes de grève ou de distributions de secours font notamment défaut, alors que près de 2 000 repas sont distribués par jour fin décembre30. Tenues durant tout le conflit de Douarnenez, ce sont les réunions qui permettent de questionner cette mainmise, et elles groupent fréquemment 2 000 à 3 000 participants. Le dernier meeting du mouvement, le 7 janvier, rassemblerait même 4 000 personnes31. Une grande majorité des grévistes semble donc présente dans les réunions, qui constituent le lieu où se fixent les orientations de la grève32. Peu fiable factuellement et écrit plusieurs décennies après les évènements, le récit de Charles Tillon mobilise, néanmoins, la souveraineté des grévistes sur leur mouvement comme l’un des arguments centraux du récit expliquant la victoire des grévistes et peut, sans doute, être suivi sur ce point33.

  • 34 Télégramme du préfet, 18/12/1924, AD 29, 10M52.
  • 35 Brouillon de télégramme du préfet, non daté, sans doute du 14/12/1924, AD 29, 10M52.
  • 36 Télégramme du préfet, 18/12/1924, AD 29, 10M52.
  • 37 Rapport manuscrit du commissaire de police, 22/11/1924, AD 29, 10M53.
  • 38 Michelle Perrot, op. cit., p. 594, et Stéphane Sirot, op. cit., p. 136.
  • 39 Rapport du commissaire de police, 24/11/1924, Arch. nat., F7/13842. Une biscuiterie, une scierie et (...)

12Comme souvent à l’époque, le vote est constant en réunion : l’ordre du jour, fréquemment de soutien au comité de grève, est adopté à mains levées par les participants de la réunion publique34. Les représentants envoyés à Paris pour négocier sont élus35. Une réunion de l’après-midi rassemblant 1 000 pêcheurs et seulement 1 000 grévistes ne peut être considérée comme souveraine, par le comité de grève tentant de conserver le soutien des grévistes, pour prendre une décision importante36. Les grévistes, ou même les membres douarnenistes du comité de grève, ne prennent pas la parole au cours des réunions, qu’ils ne président pas non plus. Les bureaux comme les orateurs des réunions sont constitués par les militants communistes et ceux de la CGTU, le plus souvent « étrangers ». Une seule fois, le 22 novembre, c’est-à-dire avant l’arrivée des « délégués », des ouvrières anonymes président une réunion37. À rebours de pratiques généralisées parmi les militants syndicaux de l’époque, ne prenant communément pas en compte la représentativité de l’assemblée gréviste38, les militants communistes présents à Douarnenez font, en revanche, avaliser les décisions devant le plus de monde possible. Le vote de l’assemblée plénière exprime un contrôle de l’action du comité de grève par les grévistes régulièrement réunis, et le comité de grève implique des grévistes anonymes. Ce dernier compte, après l’intégration des pêcheurs, 15 membres dont 2 dirigeants de la CGTU, 5 femmes et 5 communistes locaux39.

  • 40 Brouillon de rapport du préfet, 15/12/1924, AD 29, 10M52.
  • 41 Bulletin de grève par la direction de l’inscription maritime, 17/12/1924, AD 29, 10M54.
  • 42 Copie du cahier de revendications, 18/12/1924, 6 p., Arch. nat., F7/13842.
  • 43 Rapport du commissaire spécial, 19/12/1924, AD 29, 10M54.
  • 44 Notes manuscrites de conversation téléphonique entre le commissaire de police et le préfet, 22/12/1 (...)
  • 45 Rapport manuscrit du commissaire de police, 22/12/1924, AD 29, 10M53.
  • 46 Rapport du préfet, 23/12/1924, Arch. nat., F7/13842.
  • 47 Rapport manuscrit du commissaire de police, daté du 22/11/1924, datant en réalité du 22/12/1924, AD (...)

13Le comité de grève dirige le mouvement en organisant les négociations ainsi que le ravitaillement des grévistes et le revendique par affiches sur les murs de la ville. Le moment le plus significatif pour mesurer l’efficience de cette direction est celui des négociations et décisions de reprise. Dès le 13 décembre, Mme Quéro, propriétaire de l’usine du même nom, démissionne du syndicat patronal groupant localement les industriels de la conserve et propose au comité de grève d’entrer en discussion pour faire reprendre le travail dans son usine, indépendamment du cours général de la grève40. Privilégiant un règlement collectif avec l’arbitrage du ministre du Travail, le comité de grève refuse. Puis l’arbitrage échoue. Mme Quéro propose une reprise à 1 franc pour les femmes et 1,5 franc pour les hommes41. Le comité de grève reste sur le cahier de revendications établi à la fin novembre un jour durant42, puis présente une reprise à 1,05 et 1,55 franc avec quelques bénéfices supplémentaires. Mme Quéro refuse43. Les ouvrières et ouvriers de l’usine, suivant le comité de grève, ne reprennent pas le travail. Le 22 décembre, six manœuvres de l’usine – qui n’en compterait que sept – se rendent auprès du comité de grève pour le faire changer de position44. Les communistes poussent alors à l’acceptation de l’offre de Mme Quéro. Au cours d’une réunion rassemblant 2 500 assistants, Maurice Simonin affirme que les pourparlers avec la maison Quéro ont repris à la demande des ouvriers de l’usine. Le contrat présenté comporte des salaires de 1 et 1,5 franc, et inclut des clauses sur le travail de nuit et les heures supplémentaires. Il demande aux assistants de voter un ordre du jour permettant la reprise dans cette usine : vingt mains se lèvent. La reprise ne semble générer aucun enthousiasme. Personne ne vote contre, « mais des “non” énergiques partent d’un groupe de jeunes filles45 ». Une deuxième tentative de remise au vote de l’ordre du jour échoue. Julien Racamond, secrétaire général de la CGTU, arrivé la veille de Paris, intervient alors pour défendre la reprise46. Pour le commissaire focalisé sur la parole en tribune, c’est « son énergique et persuasif plaidoyer [qui] décidera de l’acceptation47». Un contrat est signé le lendemain matin.

  • 48 Michelle Perrot, op. cit., p. 570 et p. 573.
  • 49 Rapport du commissaire de police, 17/12/1924, 3 p., Arch. nat., F7/13842.
  • 50 Rapport manuscrit du chef d’escadron, 18/12/1924, 2 p., AD 29, 10M54.
  • 51 Emmanuel Allot, art. cit., p. 19.
  • 52 Télégramme du préfet, 18/12/1924, AD 29, 10M52.
  • 53 Brouillon de télégramme du préfet, 18/12/1924, AD 29, 10M52.

14Si la reprise a lieu dans une usine un mois après le début de la grève, le conflit se radicalise. Les bris de carreaux, formes élémentaires de la violence gréviste et fréquents lorsque les conflits s’enlisent48, se multiplient après le 17 décembre. Les militants communistes revendiquent de passer à « l’action directe49 ». Aux environs de la gare, un camion transportant des caisses de boîtes de sardines et qui, pour éviter de traverser la ville, avait fait le tour par des communes limitrophes, est arrêté le 17 décembre50. Les grévistes donnent aux patrons « une bonne petite leçon51 » en s’emparant de caisses de sardines pour quelques heures. En réunion publique, Maurice Simonin demande de s’en tenir à la persuasion52. Contrôlant les excès grévistes, le comité de grève fait rendre les boîtes de sardines en fin d’après-midi. Les gendarmes ne prennent pas les grévistes sur le fait. Ils entrent et ressortent de la ville sans confrontation physique, mais sous le regard des travailleuses et travailleurs en grève53. Le lendemain, le commissaire spécial semble affolé par le cours du conflit :

  • 54 Rapport du commissaire spécial, 18/12/1924, AD 29, 10M54. Souligné dans le rapport original. Ces pr (...)

« Je conclus donc en disant très catégoriquement que les pouvoirs de police de la ville de Douarnenez sont actuellement et effectivement entre les mains d’un véritable SOVIET qui par le COMITÉ DE GRÈVE ne cherche qu’à faire retirer un service d’ordre général, dont l’action éventuelle irait à l’encontre de l’instauration complète de la dictature locale communiste. »54

  • 55 Propos de Maurice Simonin, d’après le compte rendu analytique des travaux et résolutions du 12e con (...)
  • 56 Danièle Auffray, Michèle Collin, Thierry Baudouin et Alain Guillerm, La Grève et la Ville, Paris, C (...)

15Quelques années après la révolution russe, l’expression de « soviet » est fréquemment utilisée par les responsables du maintien de l’ordre, mais ce vocable est ici particulier : c’est la première et seule fois du conflit que ce commissaire spécial décrit un tel climat dans la localité où les routes n’ont jamais été coupées. La police et la gendarmerie sont prêtes à assurer l’expédition des stocks de conserves qui ne cessent pas durant la grève. L’état d’esprit des grévistes, prégnant dans les rues de la ville, explique-t-il cet affolement ? Le changement dans les têtes rejaillit dans la multitude des récits communistes, comme celui de Maurice Simonin : « avec une rapidité prodigieuse, ce mouvement prit un caractère général pour adopter par la suite un véritable caractère révolutionnaire55 ». Suivant l’analyse de la grève de Revin en 1907 faite par Danièle Auffray et son équipe, on serait presque tenté d’avancer qu’ouvrières et pêcheurs occupent la ville56. Dans les jours suivants, le port est dominé par le comité de grève, contrôlant les mouvements des pêcheurs de Douarnenez et exerçant une forme de contrôle ouvrier sur l’activité du port. Le 24 décembre, dans l’après-midi, il prend en charge et réglemente, par affiche, la sortie des pêcheurs destinée à nourrir les grévistes :

  • 57 Note du commissaire spécial, 24/12/1924, AD 29, 10M54.

« Le comité autorise à sortir en mer pour l’approvisionnement de la population en poisson frais et la vente aux mareyeurs qui n’ont pas d’usines de conserves. Ils devront à leur débarquement faire une part de pêche qui sera répartie par les soins du Comité de grève aux grévistes et aux cantines. »57

  • 58 Rapport du commissaire de police et du commissaire spécial, 8/01/1925, Arch. nat., F7/13842.
  • 59 Rapport du commissaire spécial, 02/01/1925, AD 29, 10M54.
  • 60 Constatation de l’huissier près du tribunal de Quimper, 02/01/1925, AD 29, 2O386.
  • 61 État manuscrit des militaires blessés ou contusionnés le 1er janvier 1925, 07/01/1925, AD 29, 10M54

16Les patrons ne peuvent accepter cette situation. Le 1er janvier, peu après 19 heures, cinq communistes sont blessés par des briseurs de grève armés de revolvers. Deux le sont grièvement : le maire de la ville à la gorge, son neveu à la tête. Le bruit court que le maire a été assassiné. Les criminels se réfugient à l’hôtel de France, lieu de rendez-vous de la bourgeoisie locale, sous la protection de la gendarmerie souhaitant les arrêter58. Quarante gendarmes à pied ne peuvent protéger cet hôtel, le plus riche de la ville. La devanture cède et trente cavaliers sont appelés en renfort. Certains sortent leur sabre, puis les rangent sur consigne de leur commandant. Signalés en état d’ivresse, les marins détruisent un symbole59. Les vitres, les portes et tous les meubles sont brisés. L’encaisse et les bouteilles d’alcool sont emportées60. Vingt-deux gendarmes sont blessés, les chefs de brigade ciblés. Sept sont atteints à la tête, aux côtes ou au thorax61. La troupe parvient à cacher les briseurs de grève dans la cuisine et l’écurie de l’hôtel. Ils s’en sortent physiquement indemnes.

  • 62 Emmanuel Allot, art. cit., p. 20.
  • 63 Rapport du commissaire spécial, 04/01/1925, Arch. nat., F7/13842.
  • 64 Rapport du commissaire spécial, 02/01/1925, AD 29, 10M54.
  • 65 Déposition de Marcel Faure-Brac, 3 janvier 1925, AD 29, 10M52.
  • 66 Journal officiel, 16/01/1925, Chambre des députés séance du 15/01/1925, p. 27, Arch. nat., F7/13842
  • 67 Ibid., p. 39.

17Une manifestation, déterminée, nocturne et pluvieuse, n’éloigne les manifestants qu’après 23 h 3062. Au cours de l’émeute du 1er janvier, les communistes, en contradiction avec leurs discours publics, limitent les violences. Ce serait Arthur Henriet, député SFIC, qui le 1er janvier au soir « fit observer au Commandant de Gendarmerie de retirer ses chevaux, et l’officier donna un ordre en conséquence 63». Les communistes appellent alors au calme et organisent une réunion publique, « ce qui dégage les voies publiques de plusieurs centaines de personnes64 ». Marcel Faure-Brac, permanent du parti, chargé de l’organisation des cellules d’usine dans un Parti communiste en cours de « bolchévisation », affirme même avoir assuré la protection du café de l’Aurore « contre la fureur populaire65 ». Le 15 janvier, à la Chambre des députés, la droite accuse les communistes d’avoir été « les maîtres absolus de la rue66 ». Arthur Henriet assure avoir fait « une bonne police67 ».

  • 68 Rapport manuscrit du commissaire spécial, 17/12/1924, AD 29, 10M54.
  • 69 Brouillon manuscrit du rapport du préfet, 03/01/1925, AD 29, 10M52.
  • 70 Rapport du commissaire de police, 05/01/1925, AD 29, 10M53.
  • 71 Propos de Maurice Simonin, d’après le compte-rendu analytique des travaux et résolutions du 12e Con (...)
  • 72 Ordre du jour voté le 5 janvier au matin, signé par le comité de grève, 05/01/1925, Arch. nat, F7/1 (...)

18Durant tout le conflit ou presque, le maintien de l’ordre repose sur des échanges téléphoniques constants des communistes avec la préfecture via la mairie. Dans les manifestations, les photos d’époque indiquent que les militants de la CGTU et du Parti communiste se placent en tête ou en serre-file pour limiter les débordements68. La rue, rassemblant cependant les plus déterminés des grévistes, semble incontrôlable à mesure que le conflit dure. Plus qu’à un autre moment de la journée, les manifestations sont le moment où les grévistes décident d’agir, y compris contre les communistes. Quarante vitres sont brisées lors de la manifestation qui suit l’émeute du 1er janvier69 et de nombreuses autres les jours suivants70. Les grévistes prennent définitivement l’ascendant, manifestant en nombre et pesant sur la négociation collective par la violence et sa menace. La préfecture ne tente pas de poursuivre les auteurs des bris de carreaux. Dans le même temps, aucune enquête sur l’action des briseurs de grève n’est diligentée : la préfecture étouffe l’affaire, en échange d’un contrat collectif de fin de la grève. Négligeant la détermination des sardinières et leur attachement aux communistes, les patrons semblent avoir commis une erreur tactique, au point que dans le privé relatif d’un congrès syndical postérieur, Maurice Simonin reconnaîtra avoir remporté la victoire par « la chance71 ». Tôt le matin du 5 janvier, l’avocat patronal est contraint de monter sur l’estrade d’une réunion publique pour discuter des propositions patronales. Les grévistes refusent par vote de reprendre72. Une nouvelle réunion est organisée à 14 heures pour exposer les résultats des négociations, une autre à 20 heures. Le 6 janvier, les patrons cèdent et reconnaissent le comité de grève. Les gains des grévistes sont, au dire des contemporains, objectivement limités. Par un contrat de fin de conflit, les patrons reconnaissent, en revanche, ce qu’ils avaient défini comme inacceptable : la présence des syndicats unitaires ainsi que la réglementation du travail.

  • 73 Rapport du commissaire de police, 15/01/1925, AD 29, 1M222.
  • 74 Note de conversation téléphonique du préfet, 15/01/1925, AD 29, 10M53.
  • 75 Rapport du commissaire central de Brest, 19/10/1925, AD 29, 1M222.
  • 76 Voir notamment Paul Boulland et Julian Mischi, « Promotion et domination des militantes dans les ré (...)
  • 77 Michelle Perrot, op. cit., p. 319-320.
  • 78 Rapport manuscrit du commissaire de police Coquet, 18/04/1925, AD 29, 1M239.
  • 79 Rapport d’inscription maritime, 03/12/1924, AD 29, 10M53.

19Après la grève, une minorité significative d’ouvrières semble particulièrement investie dans la SFIC. Des cours de formation réunissent 40 jeunes hommes et 10 jeunes femmes dans les jours suivant la grève, en janvier 192573. On y parlerait d’union libre voire de « malthusianisme74 ». Et presque un an après la grève, le congrès des JC bretonnes, qui ne rassemble que 15 congressistes, montre la présence de trois femmes, dont deux portent des coiffes douarnenistes75. Consécutives à la grève et propres au milieu des années 1920, cette mobilisation ouvrière et la place des femmes dans les JC de « la ville rouge » et de la région nuancent l’idée qu’avant 1939 les femmes sont, au sein du Parti communiste, confinées à des fonctions symboliques ou aux plus hauts postes de direction76. Toutefois, classiquement au vu de grèves féminines déjà étudiées par Michelle Perrot, à Douarnenez les ouvrières « protestent plus qu’elles ne revendiquent77 ». Lors d’un meeting postérieur tenu au moment du congrès de la conserve d’avril 1925, une oratrice rappelle les revendications mises en avant par Lucie Colliard durant la grève : « salaire égal pour la femme, crèches et garderies dans les usines, mêmes droits politiques que les hommes78 ». Ces revendications sont pourtant quasiment absentes de la grève et notamment de la convention de fin de conflit. Hormis les 19 bordeuses de la ville, les femmes, quelles que soient leurs spécialités, revendiquent et obtiennent des salaires moindres que ceux des hommes79.

20L’arrêt généralisé du travail crée un nouveau rapport au temps et une imprévisibilité majeure, qui se retrouvent dans l’évolution rapide des choix des acteurs syndicaux, patronaux, étatiques et ouvriers. L’affirmation des sardinières dans la grève et celle des ouvrières communistes dans les usines bouleversent le cadre du conflit salarial. Les réunions, où s’exerce une forme de démocratie ouvrière, deviennent les lieux de pouvoir dans la localité. Les blocages symboliques et les affrontements de rue marquent la ville. S’agit-il donc d’une grève communiste ? Centrale pour analyser le conflit, la place des communistes détermine l’attitude des patrons. Toutefois, ce conflit ne se résume pas au point de vue patronal. À chaque moment du conflit, les militants du Parti communiste doivent tenir compte des volontés ouvrières qui se manifestent dans les réunions et les manifestations. Elles s’expriment également dans de nombreux autres aspects de l’organisation quotidienne du conflit, qui nous échappent partiellement en raison des limites – notamment linguistiques – des sources.

21À l’évidence, il n’y a pas d’insurrection à Douarnenez justifiant l’emploi du vocable de « soviet », et le soulèvement ne s’inscrit pas dans la durée. En 1925, dans les usines, la CGTU survit à peine à la grève. N’en faire qu’une lutte pour les salaires revient cependant à négliger l’étude de l’entre-deux permettant de comprendre l’univers ouvrier gréviste et les actions des femmes qui ont tant marqué les militants communistes, parfois débordés par le cours de la grève. Ces ouvrières aux salaires de misère ne sont pas seulement préoccupées par la faim : durant de longs jours libérés par l’arrêt complet du travail dans les usines, puis dans le port, elles dominent la ville, changeant radicalement les coordonnées de la situation politique à Douarnenez et dans les ports environnants. Vivement dénoncée, l’oppression patronale devient illégitime face au bon droit des sardinières. La préfecture doit tenir compte du point de vue des ouvrières en grève. Gendarmes ou policiers sont inquiets lorsqu’ils sont dans la ville, les rapports de force s’inversent, des changements éphémères, mais tellement brusques que les communistes semblent eux-mêmes à peine y croire et pour certains cherchent à les modérer. De ce fait, ce sont les ouvrières qui, dans une relative autonomie par rapport aux militants communistes, sont à l’initiative de la généralisation du mouvement à l’ensemble des usines, puis du port de pêche, du refus de céder face aux patrons, et exercent la pression sur les usiniers et l’État. Malgré des faits objectivement limités, toujours difficiles à établir en raison d’un fréquent manque de sources, l’entre-deux entre soviets et salaires nous autorise à accéder à l’atmosphère du conflit, aux humeurs des grévistes, aux potentialités présentes dans leur esprit et à leur prise de liberté vis-à-vis de tous les acteurs constitués. L’étude de l’entre-deux permet de chercher à rétablir différentes perspectives grévistes dans le conflit.

Haut de page

Notes

1 Charles Gide, La Lutte contre la cherté et la coopération : cours sur la coopération au Collège de France, décembre 1924-mars 1925, Paris, Association pour l’enseignement de la coopération, 1925, p. 43.

2 Rapport du commandant de gendarmerie Ruel, 24/11/1924, Archives départementales du Finistère (AD 29), 10M54.

3 Rapport du préfet, 27/12/1924, Archives Nationales (Arch. nat.), F7/13842.

4 Journal officiel, 16/01/1925, Chambre des députés, séance du 15/01/1925, p. 27, Arch. nat., F7/13842.

5 Edward Shorter et Charles Tilly, Strikes in France 1830-1968, Londres, CUP, 1974, 428 p. ; Michelle Perrot, Les Ouvriers en grève : France, 1871-1890, Paris, Mouton & C°, 1974, 900 p.

6 D’autres problématiques liées à la condition des sardinières ne sont pas abordées dans cet article, notamment les violences de genre et la religion. Ces aspects sont évoqués dans le mémoire dont est issu ce texte : Théo Bernard, La Grève des "sardinières" et des manœuvres des usines métallurgiques et des fabriques de conserve de Douarnenez (1924-1945), mémoire de master sous la direction de Claire Andrieu, IEP de Paris, 2015, Prix Jean Maitron 2015.

7 Rapport du capitaine de gendarmerie Ruel, 24/11/1924, AD 29, 10M54.

8 Idem.

9 Emmanuel Allot, « Une grève de la misère, la victoire des sardinières de Douarnenez », dans La Révolution prolétarienne, revue mensuelle syndicaliste communiste, janvier 1925, p. 17.

10 Brouillon de rapport du préfet, 28/11/1924, AD 29, 10M52.

11 Télégramme chiffré du préfet, 28/11/1924, AD 29, 10M52.

12 Note d’administrateur maritime, 3/12/1924, AD 29, 10M52.

13 Télégramme du commissaire spécial au préfet, 26/11/1924, AD 29, 10M54.

14 Rapport du préfet, 29/11/1924, Arch. nat., F7/13842.

15 Brouillon du rapport du préfet, 29/11/1924, AD 29, 10M52.

16 Rapport du commissaire de police, 29/11/1924, Arch. nat., F7/13842.

17 Emmanuel Allot, art. cit., p. 18.

18 Rapport du commissaire de police, 30/11/1924, AD 29, 1M238.

19 Rapport de Marthe Bigot au 3e congrès de la SFIC, janvier 1924, Fonds 517-1-165.

20 Jacqueline Tardivel, « Des pacifistes aux résistantes : les militantes communistes en France dans l’entre-deux-guerres », thèse de doctorat sous la direction de Michelle Perrot, Université Paris Diderot, 1993, 615 p., p. 62 et p. 129.

21 Marthe Bigot, rapport cité.

22 Claudie Cornec et Jean Cornec, Joséphine Phine Fine..., Treignac, Les Monédières, 2002, 585 p., p. 185.

23 Note de conversation téléphonique du préfet avec le commissaire spécial, 12/12/1924, AD 29, 10M54.

24 Note de conversation téléphonique du commissaire spécial, 30/12/1924, AD 29, 10M54.

25 Brouillon du télégramme du préfet, non daté, sans doute du 14/12/1924, AD 29, 10M52.

26 « Les deux délégations sont parties pour Paris », Daniel Renoult, l’Humanité, 15/12/1924.

27 Lucie Colliard, Une belle grève de femmes : Douarnenez, Paris, Librairie de l’Humanité, février 1925, 32 p., en ligne sur <www.marxists.org/francais/colliard/works/1925/02/colliard.htm>, consulté le 18 juillet 2022. 

28 Pierre Monatte « Douarnenez après Bizerte », dans La Révolution prolétarienne, revue mensuelle syndicaliste communiste, numéro 1, janvier 1925, p. 8.

29 Stéphane Sirot, La Grève en France : une histoire sociale (XIXe-XXe siècle), Paris, Odile Jacob, 2002, 306 p., p. 109.

30 Emmanuel Allot, art. cit., p. 19.

31 Rapport du préfet, 07/01/1925, Arch. nat., F7/13842.

32 Rapports du commissaire de police, 25 et 29/12/1924, AD 29, 10M53.

33 Charles Tillon, On chantait rouge, Paris, Robert Laffont, 1977, 581 p., p. 64-82.

34 Télégramme du préfet, 18/12/1924, AD 29, 10M52.

35 Brouillon de télégramme du préfet, non daté, sans doute du 14/12/1924, AD 29, 10M52.

36 Télégramme du préfet, 18/12/1924, AD 29, 10M52.

37 Rapport manuscrit du commissaire de police, 22/11/1924, AD 29, 10M53.

38 Michelle Perrot, op. cit., p. 594, et Stéphane Sirot, op. cit., p. 136.

39 Rapport du commissaire de police, 24/11/1924, Arch. nat., F7/13842. Une biscuiterie, une scierie et une usine de filature, également en grève, ne suivent pas exactement le même mouvement.

40 Brouillon de rapport du préfet, 15/12/1924, AD 29, 10M52.

41 Bulletin de grève par la direction de l’inscription maritime, 17/12/1924, AD 29, 10M54.

42 Copie du cahier de revendications, 18/12/1924, 6 p., Arch. nat., F7/13842.

43 Rapport du commissaire spécial, 19/12/1924, AD 29, 10M54.

44 Notes manuscrites de conversation téléphonique entre le commissaire de police et le préfet, 22/12/1924, AD 29, 10M54.

45 Rapport manuscrit du commissaire de police, 22/12/1924, AD 29, 10M53.

46 Rapport du préfet, 23/12/1924, Arch. nat., F7/13842.

47 Rapport manuscrit du commissaire de police, daté du 22/11/1924, datant en réalité du 22/12/1924, AD 29, 10M53.

48 Michelle Perrot, op. cit., p. 570 et p. 573.

49 Rapport du commissaire de police, 17/12/1924, 3 p., Arch. nat., F7/13842.

50 Rapport manuscrit du chef d’escadron, 18/12/1924, 2 p., AD 29, 10M54.

51 Emmanuel Allot, art. cit., p. 19.

52 Télégramme du préfet, 18/12/1924, AD 29, 10M52.

53 Brouillon de télégramme du préfet, 18/12/1924, AD 29, 10M52.

54 Rapport du commissaire spécial, 18/12/1924, AD 29, 10M54. Souligné dans le rapport original. Ces propos très commentés ont été longtemps faussement attribués à un commissaire spécial anti-communiste, ce qui n’est pas le cas. Ils ne relèvent pas de la paranoïa observable dans d’autres sources liées à la grève.

55 Propos de Maurice Simonin, d’après le compte rendu analytique des travaux et résolutions du 12e congrès national, septembre 1925, Fédération nationale des travailleurs de l’Alimentation, p. 4, Archives départementales de Seine-Saint-Denis (AD 93), 46J3.

56 Danièle Auffray, Michèle Collin, Thierry Baudouin et Alain Guillerm, La Grève et la Ville, Paris, Christian Bourgois, 1979, 256 p., p. 50.

57 Note du commissaire spécial, 24/12/1924, AD 29, 10M54.

58 Rapport du commissaire de police et du commissaire spécial, 8/01/1925, Arch. nat., F7/13842.

59 Rapport du commissaire spécial, 02/01/1925, AD 29, 10M54.

60 Constatation de l’huissier près du tribunal de Quimper, 02/01/1925, AD 29, 2O386.

61 État manuscrit des militaires blessés ou contusionnés le 1er janvier 1925, 07/01/1925, AD 29, 10M54.

62 Emmanuel Allot, art. cit., p. 20.

63 Rapport du commissaire spécial, 04/01/1925, Arch. nat., F7/13842.

64 Rapport du commissaire spécial, 02/01/1925, AD 29, 10M54.

65 Déposition de Marcel Faure-Brac, 3 janvier 1925, AD 29, 10M52.

66 Journal officiel, 16/01/1925, Chambre des députés séance du 15/01/1925, p. 27, Arch. nat., F7/13842.

67 Ibid., p. 39.

68 Rapport manuscrit du commissaire spécial, 17/12/1924, AD 29, 10M54.

69 Brouillon manuscrit du rapport du préfet, 03/01/1925, AD 29, 10M52.

70 Rapport du commissaire de police, 05/01/1925, AD 29, 10M53.

71 Propos de Maurice Simonin, d’après le compte-rendu analytique des travaux et résolutions du 12e Congrès national, septembre 1925, Fédération nationale des travailleurs de l’Alimentation, p. 35, AD 93, 46J3.

72 Ordre du jour voté le 5 janvier au matin, signé par le comité de grève, 05/01/1925, Arch. nat, F7/13842.

73 Rapport du commissaire de police, 15/01/1925, AD 29, 1M222.

74 Note de conversation téléphonique du préfet, 15/01/1925, AD 29, 10M53.

75 Rapport du commissaire central de Brest, 19/10/1925, AD 29, 1M222.

76 Voir notamment Paul Boulland et Julian Mischi, « Promotion et domination des militantes dans les réseaux locaux du Parti communiste français », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, vol. 126, 2015/2, p. 73-86, p. 76.

77 Michelle Perrot, op. cit., p. 319-320.

78 Rapport manuscrit du commissaire de police Coquet, 18/04/1925, AD 29, 1M239.

79 Rapport d’inscription maritime, 03/12/1924, AD 29, 10M53.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Théo Bernard, « Soviets et salaires : les sardinières dans la grève de Douarnenez (novembre 1924-janvier 1925) »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 154 | 2022, 123-138.

Référence électronique

Théo Bernard, « Soviets et salaires : les sardinières dans la grève de Douarnenez (novembre 1924-janvier 1925) »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 154 | 2022, mis en ligne le 15 octobre 2022, consulté le 02 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/19929 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.19929

Haut de page

Auteur

Théo Bernard

doctorant, IDHES-UMR8533, Université d’Évry

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search