Navigation – Plan du site

AccueilNuméros154METIERSAux sources de l'HistoireUsages et mésusages de la figure ...

METIERS
Aux sources de l'Histoire

Usages et mésusages de la figure corbuséenne

Pascal Guillot
p. 141-148

Résumés

Cinquante ans après sa mort, le monde intellectuel se livre à des échanges passionnés sur l’architecte Le Corbusier. Parmi les nombreuses publications, deux d’entre elles attirent particulièrement l’attention des historiens. Dans son pamphlet iconoclaste, Rococo, le critique et architecte François Chaslin relate ses mésaventures sur la scène intellectuelle à propos de ses positions sur la figure corbuséenne et élargit son propos à l’histoire de l’architecture et de l’urbanisme de la seconde moitié du 20ème siècle. L’ouvrage collectif Le Corbusier, figure patrimoniale ? relit quant à lui la production architecturale du « Corbu » à partir de la notion de patrimoine.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 À cette occasion, donc en 1987, le Centre Georges-Pompidou organise déjà une grande exposition rétr (...)
  • 2 Du titre de l’ouvrage pour enfants de Francine Bouchet, Michèle Cohen et Michel Raby, Corbu comme L (...)
  • 3 Marc Perelman, Urbs ex machina. Le Corbusier, le courant froid de l’architecture, Paris, Éditions d (...)
  • 4 Xavier De Jarcy, Le Corbusier, un fascisme français, Paris, Albin Michel, 2015, 284 p.
  • 5 François Chaslin, Un Corbusier, Paris, Seuil, 2015.

1Vingt-sept ans après avoir célébré le centenaire de Le Corbusier1 (ou Corbu2) en 2015, on commémore cette fois-ci le cinquantenaire de la mort de l’architecte. À cette occasion, une grande exposition a lieu au Centre Pompidou, un indéniable succès public avec ses quelque 260 000 visiteurs, et on observe une inflation éditoriale. La plupart des ouvrages se concentrent sur l’œuvre de l’architecte, mais quelques-uns scrutent sa figure intellectuelle et son engagement politique. Ce n’est certes pas nouveau. Déjà, quelques mois avant le centenaire de 1987, Marc Perelman avait publié un essai virulent, Urbs ex machina. Le Corbusier, le courant froid de l’architecture3. Mais en 2015, deux livres ont particulièrement retenu l’attention de la critique architecturale et des milieux médiatiques, en l’occurrence Le Corbusier, un fascisme français, du journaliste de Télérama Xavier De Jarcy4, et surtout Un Corbusier, de François Chaslin5.

2Certes, l’ouvrage de Xavier De Jarcy, celui d’un admirateur repenti, est acerbe et affiche clairement la couleur dès son titre. Mais celui de François Chaslin, au caractère universitaire, suscite davantage de réactions passionnées, étant donné la position qu’occupe son auteur. Architecte, critique d’architecture, ancien rédacteur en chef de la revue Architecture d’aujourd’hui, créée en 1930, fondateur de l’émission Métropolitains sur France Culture – désormais disparue des ondes depuis son départ –, ses positions font davantage argument d’autorité. Le portrait que dresse Chaslin de l’architecte dans deux chapitres intitulés « Corbeau » et « Fada » se réduit au faux « scoop » d’un architecte marqué par ses sympathies pétainistes et son antisémitisme, et déclenche des jugements approximatifs et simplistes. On accuse l’auteur de saboter la commémoration de l’anniversaire de la mort de l’architecte et de faire courir le risque de faire échouer la candidature de l’œuvre de Le Corbusier au Patrimoine mondial de l’humanité, examinée par l’UNESCO l’année suivante et déjà recalée deux fois. Surtout, l’un des co-commissaires de l’exposition Le Corbusier du Centre Pompidou accuse Chaslin et les autres auteurs d’avoir plagié (ou pillé) un travail de doctorat sur la revue Prélude, soutenu en 1985 par l’universitaire étatsunienne Mary McLeod, placée alors dans un grand embarras.

  • 6 La Fondation Le Corbusier, créée en 1967, implantée dans la Villa La Roche, dans le 16e arrondissem (...)
  • 7 François Chaslin, Un Corbusier, op. cit., « Beautés éparses », p. 244-245.

3Quatre ans plus tard, l’érudit Chaslin, revendiquant sa liberté, règle en quelque sorte ses comptes. Dans un texte iconoclaste, marqué par un vagabondage littéraire (de Nietzsche à Goethe, de Diderot à Cioran, de Gide à Kafka) et par des citations oiselières, il cherche à se défendre et répond à ses potentiels diffamateurs. Le livre se veut une sotie ou un pamphlet rendant compte de ses mésaventures avec une certaine crudité. L’allégorie ornithologique vient d’une des passions de l’auteur, mais surtout, et tout simplement, du pseudonyme que Charles-Édouard Jeanneret se choisit à l’âge de trente-trois ans pour commencer sa carrière. On pourrait aussi penser à ces oiseaux de mauvais augure, auxquels s’en prend précisément l’auteur. Il s’en prend à ce « tout petit monde » (titre d’un des chapitres du livre), notamment à la Fondation Le Corbusier, appelée « Grande Corbuseraie de Passy6 », qui n’a jamais accepté de le rencontrer. Plus largement, Chaslin réfléchit à la façon dont on fait usage des travaux universitaires, comment on se documente, comment on consulte les archives, comment on peut se permettre de citer un texte ou ses sources ou d’y faire référence, en appuyant sa démonstration sur un texte de Michel Foucault7. Il dit que nous sommes entrés à l’ère des « infox », celles des accusations sans preuves. On assassine les livres sans les avoir lus.

  • 8 François Chaslin, Rococo…, op. cit., « Les mauvais chats », p. 297.
  • 9 Ibid., p. 301.

4Non dénué toutefois d’anticommunisme primaire8, Chaslin revient sur l’histoire des « grands ensembles » et de leur disqualification depuis le terme « sarcellite » prononcé dès 1962 sur Europe 1, repris par France Soir dès l’année suivante, et sur les politiques publiques menées en matière d’urbanisme et de logement. Cela éclaire nos consciences en n’hésitant pas à faire des allers-retours avec l’actualité immédiate, jusqu’aux propos de Manuel Valls sur des « lieux d’apartheid territorial, social, ethnique9 ». Encore une fois, Chaslin nuance son propos et montre que les difficultés des banlieues françaises ne relèvent pas de la responsabilité d’un « Corbu », mais sont en partie le fruit d’une forme construite héritée des années 1960, le « grand ensemble ». Comme l’écrit Chaslin,

  • 10 Ibid., p. 308.

« Je m’accommode, pour ma part, des contradictions et des erreurs idéologiques, et même des mensonges de Le Corbusier. Cela le renvoie à son humanité finalement, à son historicité, à son statut de jeune homme d’avant Quatorze, puis d’homme des années vingt et trente, puis de pétainiste ordinaire, enfin de figure tutélaire de la Reconstruction. Je le vois tout d’un bloc, avec ses impuretés et ses failles. C’est un personnage. »10

  • 11 Ibid., p. 312.

5Contrairement à De Jarcy, il ne s’agit ni de démasquer ni d’épurer Le Corbusier. Chaslin manifeste une position équilibrée, ne voulant voir dans l’architecte ni une quasi-divinité ni un idéologue prêt à toutes les compromissions, voire un (crypto-)fasciste, ne tenant compte ni de la psychologie de l’homme ni du contexte historique. Comme il le soutient, « il faudrait accepter l’impur, le tremblé, la pénombre et dans une certaine mesure les eaux troubles11 ».

  • 12 L’ouvrage est gratifié à la fois de la Médaille d’or (dans la catégorie Design de livre) de l’Europ (...)

6Ce qui fait aussi la qualité de l’ouvrage et qui lui a valu d’être récompensé à trois reprises12, c’est sa qualité artistique, qui ne peut pas laisser le lecteur indifférent. Sa mise en forme soignée relève en effet d’un pari audacieux de la part de la maison d’éditions Non Standard. L’approche calligraphique fait chanter le texte ; on peut découper les plis japonais de l’ouvrage pour faire apparaître les oiseaux cachés dans les pages, dessinés merveilleusement de la main de l’auteur. Sur la couverture du livre, ainsi que sur son marque-page, figure aussi un détail d’oiseau en relief. À la fin de l’ouvrage, la couleur du papier change, la couleur saumon pour une bibliographie chronologique des ouvrages cités, les couleurs bleu ou vert pour les croquis (appelés « croqués » par l’auteur-dessinateur) de bâtiments construits par Le Corbusier, qui trahissent nécessairement une forme d’affection et de reconnaissance. Le pari de ce bel objet (que Chaslin qualifie de « livre beau » et non pas de « beau livre »), qui se veut en quelque sorte un livre d’oiseaux, explique-t-il, lui épargne d’être relégué dans le rayon « Architecture » des librairies, car les livres d’architecture sont souvent feuilletés mais peu lus.

  • 13 Jean-Baptiste Marie, « L’héritage et les héritiers de Le Corbusier », dans Le Corbusier : figure…, (...)
  • 14 Gwenn Gayet-Kerguiduff, Marianne Jakobi, Mathilde Lavenu (dir.), Le Corbusier : figure…, op. cit. N (...)

7Précisément, quelle postérité accorde-t-on à l’œuvre du « Corbu » ? Le Corbusier devient-il une figure patrimoniale ? C’est l’objet d’une journée d’étude qui s’est tenue à Clermont-Ferrand en 2014 à l’initiative de l’École nationale supérieure d’architecture de Clermont-Ferrand et du Centre d’histoire « Espaces et Cultures » de l’université Clermont-Auvergne. Cette initiative était d’autant plus opportune que l’on projetait de classer l’œuvre du Corbu au patrimoine mondial depuis plusieurs années. La candidature avait été recalée déjà à deux reprises, précisément avant le classement de l’œuvre au patrimoine mondial en 2016, tout du moins de dix-sept sites, dont dix en France. Il s’agit de relire la production architecturale du Corbu à travers la notion de patrimoine. C’est un singulier objet, fort stimulant (en dépit de quelques redites) avec un titre – Le Corbusier : figure patrimoniale ? – qui relève quasiment de l’oxymore lorsque l’on sait que « l’architecte avait lui-même organisé savamment son héritage13 » et qu’il était particulièrement attentif à son image, « [nourrissant] son propre mythe jusque dans les détails physiques de ses portraits (l’architecte au nœud papillon et aux lunettes rondes) », comme le souligne Philippe Bourdin. Cette architecture, symbole du Mouvement moderne, est-elle devenue patrimoine ? L’ouvrage collectif qui en est tiré, dirigé par Gwenn Gayet-Kerguiduff, Marianne Jakobi et Mathilde Lavenu, publié par les Presses universitaires Blaise-Pascal six ans plus tard, en 2020, comprend huit contributions d’une richesse certes inégale14. Il ne s’agit pas seulement d’analyser l’héritage architectural des édifices du Corbu en les inscrivant dans leur environnement, mais aussi de revenir sur les documents et traces produits par et sur l’architecte (et non pas par le peintre, sculpteur et graveur). Le Corbusier laisse en effet des traces profondes dans le tissu urbain et l’on s’interroge sur les réappropriations sociales de ses bâtiments.

  • 15 Julie Noirot, « La photographie dans le processus de patrimonialisation de l’architecture corbuséen (...)

8La photographie joue un rôle-clé dans la conservation, la diffusion et la promotion de l’architecture du Corbu, comme le montre Julie Noirot. Des photographes aussi divers que Marius Gravot, Pierre Joly ou Lucien Hervé collaborent avec l’architecte, et il convient de noter que ceux d’aujourd’hui continuent de se pencher avec brio sur son travail, comme Stéphane Couturier, « phénomènes d’appropriation et de réinterprétation à la fois respectueux et impertinent15 ». Le film, sous ses aspects divers (documentaires, fictions, interviews), constitue aussi une source documentaire appréciable, comme le relève Dominique Boone. Il permet aussi de faire (re)connaître l’œuvre et d’obtenir des projets de restauration et de réhabilitation de celle-ci. Le film Singspiel, réalisé en 2009 par Ulla Von Brandenburg, analysé par Stéphanie Jamet, nourrit un dialogue avec l’architecture du Corbu en « habitant » la villa Savoye, filmée jadis si différemment par Chenal, Sachs ou Wood.

  • 16 Olivier Poisson ?
  • 17 Gwenn Gayet-Kerguiduff, Marianne Jakobi, Mathilde Lavenu (dir.), Le Corbusier : figure…, op. cit., (...)

9En tout cas, même si l’architecte prépare sa postérité à travers la fondation quelques années avant sa disparition, comme le montre François Goven, la protection de son œuvre ne fut pas d’emblée évidente, sans débat ni controverse. Mais, grâce à la fois à la création du ministère des Affaires culturelles en 1959, à la personnalité d’André Malraux et à la détermination de l’architecte, la « Cité radieuse » de Marseille est protégée dès 1964, soit seulement un peu plus d’une décennie après son inauguration, au titre des Monuments historiques, sous la forme d’une inscription à l’inventaire supplémentaire. Les échecs du classement au patrimoine mondial attestent aussi de cette difficulté, comme le développe Olivier Poisson16. En tout cas, cette distinction relève de l’exception et « soulève incidemment la question de la reconnaissance patrimoniale d’œuvres architecturales du 20e siècle17 ».

10Deux sites sont particulièrement mis en exergue dans l’ouvrage : Firminy, dans la Loire, qui concentre le plus grand nombre de bâtiments de l’architecte, dont l’un, l’église, a été achevé longtemps après sa mort, et le couvent de la Tourette. Les deux contributions autour de Firminy, signées par Vincent Veschambre et Clarisse Lauras, se focalisent sur le rôle-clé de la personnalité de l’esthète ministre (de la Reconstruction et de l’Urbanisme), puis maire de la cité stéphanoise, Eugène Claudius-Petit, ami de l’architecte. En dépit d’une population au départ réticente, voire hostile, peu à peu une réhabilitation politiquement correcte se met en œuvre depuis les années 1990. Toutefois, dans un contexte social troublé (émeutes de 2008), cela ne se fait pas sans heurts, dans la mesure où il faut concilier mise en valeur patrimoniale et politique de rénovation urbaine.

11Soulignons par ailleurs, à l’occasion de la présentation de ces deux publications, depuis une bonne décennie, la volonté de rendre l’œuvre de Le Corbusier plus accessible à des publics élargis. Une volonté pédagogique s’affirme pour que l’architecture ne se cantonne pas à un petit cénacle de spécialistes. Parmi ces ouvrages – fort courts –, on peut en citer deux, tout à fait remarquables. D’une part, Jean-Louis Cohen, architecte et historien, professeur au Collège de France, à l’origine de l’exposition mémorable Le Corbusier. An Atlas of Modern Landscapes présentée en 2014 à Barcelone et à Madrid, a publié chez Taschen un Le Corbusier (1887-1965), un lyrisme pour l’architecture de l’ère mécaniste, présentant les principaux bâtiments de l’architecte avec une iconographie abondante et une mise en page soignée (paru une première fois en 2006) ; d’autre part, Frédéric Rébéna, Rémi Baudouï et Jean-Marc Thévenet ont fait paraître en 2010 chez Dupuis un album dessiné complété d’un dossier documentaire intitulé Le Corbusier, architecte parmi les hommes.

Haut de page

Notes

1 À cette occasion, donc en 1987, le Centre Georges-Pompidou organise déjà une grande exposition rétrospective qui donne lieu à la publication d’une grande et impressionnante encyclopédie, Le Corbusier : une encyclopédie, dirigée par Jacques Lucan.

2 Du titre de l’ouvrage pour enfants de Francine Bouchet, Michèle Cohen et Michel Raby, Corbu comme Le Corbusier, Genève, La Joie de lire, 2017.

3 Marc Perelman, Urbs ex machina. Le Corbusier, le courant froid de l’architecture, Paris, Éditions de la Passion, 1986, 114 p., réédité en 2015 sous le titre Le Corbusier, une froide vision du monde, Paris, Michalon, 256 p. Militant trotskyste, Marc Perelman avait déjà écrit un premier texte anticorbuséen dès 1978, alors qu’il était étudiant en architecture, dans un volume hors-série de la revue Quel corps ? éditée par François Maspéro. François Chaslin revient sur cet épisode dans son ouvrage Rococo… (p. 292-296).

4 Xavier De Jarcy, Le Corbusier, un fascisme français, Paris, Albin Michel, 2015, 284 p.

5 François Chaslin, Un Corbusier, Paris, Seuil, 2015.

6 La Fondation Le Corbusier, créée en 1967, implantée dans la Villa La Roche, dans le 16e arrondissement de la capitale, précisément dans le quartier de Passy, est légataire de la totalité des biens de l’architecte. Elle conserve ses archives, gère et fait visiter certains bâtiments (dont les villas La Roche et Jeanneret, et l’immeuble de la rue Nungesser-et-Coli à Boulogne-Billancourt). Elle veille à promouvoir et à défendre l’œuvre de l’architecte.

7 François Chaslin, Un Corbusier, op. cit., « Beautés éparses », p. 244-245.

8 François Chaslin, Rococo…, op. cit., « Les mauvais chats », p. 297.

9 Ibid., p. 301.

10 Ibid., p. 308.

11 Ibid., p. 312.

12 L’ouvrage est gratifié à la fois de la Médaille d’or (dans la catégorie Design de livre) de l’European Design Award de Varsovie en 2019, du Best Dutch Book Design (Student Selection) en 2018 et du Prix du livre d’architecture décerné par l’Académie d’architecture en 2019.

13 Jean-Baptiste Marie, « L’héritage et les héritiers de Le Corbusier », dans Le Corbusier : figure…, op. cit., p. 10.

14 Gwenn Gayet-Kerguiduff, Marianne Jakobi, Mathilde Lavenu (dir.), Le Corbusier : figure…, op. cit. Notons toutefois le contraste de forme avec l’ouvrage de François Chaslin. L’ouvrage est « moche », indéniablement. Pourquoi un ouvrage à caractère académique se doit-il encore d’obéir à une forme de paresse esthétique ? Ce n’est pas seulement une question d’argent, car cela traduit aussi l’idée que l’on se fait d’un ouvrage universitaire : pour paraître sérieux, on fait fi de toute recherche artistique alors que l’objet même du livre s’y prête.

15 Julie Noirot, « La photographie dans le processus de patrimonialisation de l’architecture corbuséenne », dans Le Corbusier : figure…, op. cit., p. 33-45.

16 Olivier Poisson ?

17 Gwenn Gayet-Kerguiduff, Marianne Jakobi, Mathilde Lavenu (dir.), Le Corbusier : figure…, op. cit., introduction, p. 21. Notons sur ce point la question de l’horizon d’attente d’une époque. Il nous faut rappeler ici la dévalorisation du patrimoine de Guimard dans les années 1950 et 1960 (avec la destruction d’un certain nombre d’édicules du métro parisien, comme celui de Bastille), puis celle du patrimoine industriel dans les années 1970 (avec la destruction des Halles Baltard à Paris, avant le sauvetage et la reconversion in extremis de la gare d’Orsay). Aujourd’hui encore, des sites ou des bâtiments remarquables sont menacés, comme la cité-jardin de la Butte Rouge à Châtenay-Malabry, l’ancienne école d’architecture de Nanterre ou encore le siège de Sandoz à Rueil-Malmaison.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascal Guillot, « Usages et mésusages de la figure corbuséenne »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 154 | 2022, 141-148.

Référence électronique

Pascal Guillot, « Usages et mésusages de la figure corbuséenne »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 154 | 2022, mis en ligne le 15 octobre 2022, consulté le 02 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/20030 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.20030

Haut de page

Auteur

Pascal Guillot

Université Versailles/Saint-Quentin-en-Yvelines

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search