Navigation – Plan du site

AccueilNuméros154METIERSAux sources de l'HistoireLouis Benjamin Barron, géographe ...

METIERS
Aux sources de l'Histoire

Louis Benjamin Barron, géographe et communard (1847-1914)

Andréa Poiret
p. 149-151

Texte intégral

1fr

  • 1 Éditions Hachette/BnF, ouvrages réédités dans la collection « Géographie et voyages » : La Loire(...)

2Les principaux écrits de Louis Benjamin Barron, géographe (1847-1914), numérisés par la Bibliothèque nationale de France, ont été récemment publiés par les éditions Hachette-Livre1. Ce contemporain d’Élisée Reclus, pourchassé lui aussi pour sa participation à la Commune de Paris, a connu la déportation et le bagne de l’île des Pins, en Nouvelle-Calédonie.

3Sergent dans la Garde impériale, il quitte l’armée en 1869, mais reprend très vite du service comme sous-lieutenant dans la Garde nationale en 1871. Humilié par la défaite et le traité franco-allemand qui met fin à la guerre de 1870, il épouse rapidement la cause des ouvriers parisiens et se met au service de la Commune afin de, selon ses mots, « voir une révolution sociale, la révolution rêvée, attendue, souhaitée par la jeunesse ardente et pauvre (…) pendant les années fiévreuses de la fin de l’Empire ». Rapidement, il devient secrétaire à l’état-major de Clément Rossel, chargé notamment de la paye des employés. Au cours de la « Semaine sanglante » (du 21 au 28 mai 1871), au cours de laquelle on estime que plus de vingt mille communards seront fusillés sans jugement, il est fait prisonnier sur une barricade, mais bénéficie d’un non-lieu début août.

  • 2 Claudy Chene, « L’Île des Pins, un espace carcéral (1872-1913) », Sciences humaines combinées, n° 1 (...)
  • 3 Idem.

4Il continue dès lors à militer pour le mouvement « communaliste », intervenant notamment au congrès ouvrier de 1876 pour attirer l’attention sur la situation des ouvriers, prônant, pour lutter contre le chômage, le développement d’une organisation syndicale capable de mettre en place un véritable enseignement professionnel. Reconnu par la police à cette occasion, il est arrêté à son domicile, où l’on retrouve des écrits politiques. Il est condamné le 22 décembre par un conseil de guerre à la déportation en Nouvelle-Calédonie. En vertu de la loi du 23 mars 1872, les Communards étaient déportés soit sur l’île des Pins pour les condamnés à la déportation simple, comme Théodore Ozeré et Eugène Mourot, soit sur l’île Nou pour les condamnés aux travaux forcés, tandis que les condamnés en enceinte fortifiée, comme Louise Michel et Henri Rochefort, étaient envoyés sur l’île de Ducos. Plus de trois mille d’entre eux connurent « La Nouvelle », le bagne de la colonie pénitentiaire. Le but déclaré de ce bagne était de « neutraliser les opposants politiques » par l’exil2, qui les éloignait de la métropole, et aussi, bien entendu, de leur permettre de se réhabiliter par la pratique du travail agricole et industriel3.

5Louis Benjamin Barron fait la traversée à bord du Navarin, pour aborder dans la partie sud-ouest de l’île des Pins, la plus méridionale des îles calédoniennes, qui était partagée en deux : à l’ouest, le domaine pénitentiaire, à l’est les territoires des tribus du peuple Kanak. Le domaine pénitentiaire était à son tour divisé en deux, avec d’une part le territoire militaire, réservé aux citoyens libres et aux autorités, d’autre part le territoire de la déportation, découpé en cinq communes : Ourou, Koéville, Ouamen, Ouaméo et enfin la commune réservée aux Berbères algériens déportés à la suite de la révolte kabyle de 1872-1880. Ourou, aussi appelée Déportopolis, était un peu le centre de cet univers. Sans matériel de typographie ni presse à imprimer, Louis Benjamin Barron arrive à publier sur place plusieurs journaux, comme Le Parisien hebdomadaire et Le Parisien illustré, et collabore également à L’Album de l’île des Pins, un autre journal local. À son retour, il publie un récit de son expérience, La déportation et les déportés, 1870-1880, pour la revue La Philosophie positive, ainsi que Sous le drapeau rouge en 1889. Il est amnistié en 1879.

6Par la suite il rédigera surtout des ouvrages de géographie descriptive, richement illustrés de gravures, dont quatre volumes sur Les Fleuves de France (La Garonne, La Loire, Le Rhône, La Seine) puis, un peu à la manière d’un écrivain-voyageur, Le Nouveau voyage de France, description vivante des bords de mer, des Cévennes, des Pyrénées et des alentours de Nîmes. On lui doit également plusieurs livres sur Paris : Paris étrange, mœurs parisiennes, puis Les Environs de Paris, ou encore Autour de Paris, enfin Paris pittoresque, 1800-1900, la vie, les mœurs, les plaisirs.

7Ses activités de géographe et d’écrivain ne l’empêchent pas de militer inlassablement pour la justice sociale et même, déjà, pour la défense de l’environnement, dans Barbizonneries, un texte exaltant la beauté de la forêt de Fontainebleau et la nécessité de la préserver.

8Il est regrettable que sa réputation soit demeurée confidentielle. L’essentiel de ses manuscrits a disparu dans la destruction de la bibliothèque municipale du Havre, lors de la dernière guerre. Seuls quelques articles et trois carnets sont encore conservés par la famille de l’auteur de ces lignes.

Haut de page

Notes

1 Éditions Hachette/BnF, ouvrages réédités dans la collection « Géographie et voyages » : La Loire (Éd. 1888), La Seine (Éd. 1890), Le Rhône (Éd. 1891), La Garonne (Éd. 1891), Le Nouveau voyage de France (Éd. 1899) ; et dans la collection « Sciences sociales. Généralités », Paris étrange (Éd. 1883).

2 Claudy Chene, « L’Île des Pins, un espace carcéral (1872-1913) », Sciences humaines combinées, n° 13, 2014, En ligne : <http://preo.u-bourgogne.fr/shc/index.php?id=351>.

3 Idem.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Andréa Poiret, « Louis Benjamin Barron, géographe et communard (1847-1914) »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 154 | 2022, 149-151.

Référence électronique

Andréa Poiret, « Louis Benjamin Barron, géographe et communard (1847-1914) »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 154 | 2022, mis en ligne le 15 octobre 2022, consulté le 02 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/20060 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.20060

Haut de page

Auteur

Andréa Poiret

géographe, chargée de mission dans une association de préservation de l’environnement.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search