Navigation – Plan du site

AccueilNuméros154DEBATS« Tout changer pour que rien ne c...

DEBATS

« Tout changer pour que rien ne change ? » : le temps long de la Françafrique

Entretien avec Thomas Borrel et Thomas Deltombe, réalisé par Alain Gabet et Sébastien Jahan
Thomas Borrel et Thomas Deltombe
p. 155-167

Résumés

Thomas Borrel, membre de l’association Survie, et Thomas Deltombe, éditeur, sont chercheurs indépendants et co-auteurs (avec Amzat Boukari-Yabara et Benoît Collombat) de l’Empire qui ne veut pas mourir. Une histoire de la Françafrique1, paru au Seuil en octobre 2021. Cette somme collective de près de 1000 pages offre une synthèse inédite sur l’histoire d’un système de domination dont l’étude reste marginale dans le monde académique. Envisagées dans le temps long, ces relations néocoloniales témoignent, selon la thèse défendue par les auteurs, d’une étonnante capacité à s’adapter pour perdurer, en dépit des proclamations de rupture ou des apparences de délitement.

Haut de page

Texte intégral

1L’Empire qui ne veut pas mourir vient combler une lacune éditoriale avec une somme qui embrasse la totalité de l’histoire de la Françafrique et un ample éventail thématique. Pouvez-vous nous raconter la genèse de ce projet ? Comment l’équipe s’est-elle constituée et comment a-t-elle associé des chercheurs venus d’horizons différents ? Comment le partenariat avec les éditions du Seuil s’est-il noué ?

2Thomas Deltombe :

3Ce livre est le résultat d’une insatisfaction en tant que lecteurs. Depuis des années, nous constations que la plupart des ouvrages consacrés aux relations franco-africaines se contentaient d’en proposer une lecture assez conventionnelle, voire édulcorée, qui assénait que la France « perdait du terrain » en Afrique. La démonstration s’appuyait en général sur une analyse à courte vue, alignant des faits et des anecdotes parfois contradictoires, qui aboutissait presque toujours à la même conclusion : « la Françafrique est morte ». Cette affirmation, ressassée par d’innombrables commentateurs et responsables politiques depuis une vingtaine d’années, nous paraissait d’autant plus suspecte qu’aucun de ces ouvrages ne prenait la peine de définir la notion de Françafrique ni d’en étudier la genèse.

4D’où l’idée de bâtir un ouvrage de « référence » qui retracerait en détail l’histoire longue des relations franco-africaines, permettant de comprendre d’où viennent les relations singulières que la France entretient avec le continent africain. Au lieu de jeter aux orties la notion de Françafrique, nous avons cherché à en étudier les origines. Ayant découvert que le terme « Françafrique » était apparu sans doute pour la première fois en une du journal L’Aurore dès le mois d’août 1945, et non dans les années 1950 ou dans les années 1960 comme beaucoup de gens le croient, nous avons décidé de réinvestir cette notion, d’en proposer une définition solide et d’en faire la colonne vertébrale de l’ouvrage.

5Thomas Borrel :

6Notre définition de la Françafrique est à la fois plus large et plus précise que celle qu’en donnent – souvent implicitement – celles et ceux qui en décrètent la fin depuis près d’un quart de siècle. Ce néologisme permet selon nous de désigner en même temps les caractéristiques officielles (les mécanismes de coopération, l’aide au développement, les opérations militaires, la francophonie, le franc CFA, etc.) et les dimensions officieuses, voire crapuleuses de la relation franco-africaine (financements occultes de la vie politique française, réseaux financiers offshore, coups d’État, barbouzeries, etc.). Contrairement à la plupart des analystes, qui séparent ces deux facettes, nous cherchons à comprendre comment elles interagissent l’une avec l’autre. Montrer la complémentarité entre ces deux faces permet non seulement d’analyser le rapport très particulier que la France entretient avec l’Afrique, mais aussi de comprendre pourquoi le système néocolonial, qui s’est progressivement mis en place dès les années 1940-1950, a pu perdurer jusqu’à nos jours. Car telle est l’une des caractéristiques du système françafricain : sa capacité à se réinventer pour s’adapter à un monde changeant.

7Pour mettre en lumière les trois caractéristiques du système françafricain – sa facette officielle, sa dimension officieuse et sa capacité d’adaptation –, nous avons structuré l’ouvrage autour de six parties chronologiques, qui emmènent le lecteur de la « Conférence africaine française » de Brazzaville (en 1944) jusqu’au « Nouveau sommet Afrique-France » de Montpellier (en 2021). Cette structuration cherche à montrer que les inflexions du système françafricain à certaines périodes charnières n’ont jamais abouti à sa disparition. En d’autres termes : il ne faut pas confondre évolutions et ruptures. Plus encore : c’est précisément pour se perpétuer que ce système n’a cessé de s’adapter. Tel était bien l’objectif de la conférence de Brazzaville et du réformisme colonial des années 1940-1950 : « réformer » le système colonial pour sauver ce qu’il restait d’empire. Tel est, selon nous, toujours l’objectif des dirigeants français actuels : « refonder » la relation franco-africaine pour sauvegarder – et parfois renforcer – l’influence de la France en Afrique.

8Thomas Deltombe :

9Voilà en tout cas les grandes lignes du projet que nous avons soumis à Hugues Jallon, patron des éditions du Seuil, qui l’a accepté avec enthousiasme. Nous sommes alors partis en quête d’auteurs et d’autrices, d’horizons différents – universitaires, journalistes et militants associatifs – capables de documenter cette histoire longue des relations africaines. Nous tenions à cette variété car nous estimons que cette histoire n’est pas le domaine réservé d’une seule catégorie de chercheurs ou n’appartient pas à une seule « corporation ». D’où la grande richesse de l’équipe que nous avons constituée, à laquelle participent des historien·ne·s (comme Catherine Coquery-Vidrovitch ou Jean-Pierre Bat), des journalistes d’investigation (comme Fabrice Arfi ou Fanny Pigeaud), des économistes (Ndongo Samba Sylla), des politologues (Marielle Debos), des sociologues (Claire Cosquer), des philosophes (Khadim Ndiaye), pour ne citer que quelques exemples. À ces universitaires ou journalistes s’ajoutent des chercheurs indépendants, que nous regrettons de voir trop sommairement regardés avec un certain mépris sous prétexte qu’ils ont choisi de mener leurs investigations dans un cadre associatif plutôt qu’institutionnel.

10On pourrait qualifier cet ouvrage d’hybride, puisqu’il rassemble des textes ressortissant à des genres différents (analyses historiques, résultats d’enquêtes journalistiques, contributions militantes aux allures de pamphlet). Pouvez-vous clarifier les objectifs et les méthodes qui ont animé l’équipe rédactionnelle et circonscrit son travail d’écriture ?

11Thomas Borrel :

12J’aimerais avant tout revenir sur l’adjectif « militant », dont on qualifie généralement certains travaux et pas d’autres. Lorsque des écrits journalistiques ou des travaux académiques apportent une caution complaisante au récit politique dominant, ils ne sont jamais qualifiés de « militants », mot ambigu apparemment réservé à des textes qui dénotent soit par leur style soit par leur ligne analytique.

13Il en résulte une forme d’usage rédactionnel qui en vient à limiter la pensée, en s’interdisant de nommer les choses : les termes « pillage » ou « dictateur », par exemple, sont presque bannis des sciences sociales lorsqu’il n’est pas question d’une époque révolue. Dès lors, si un auteur issu du monde associatif comme moi qualifie le régime togolais de dictature, cela donne l’impression d’un déficit de « neutralité ». Pourtant, parler d’un tel régime comme d’une « démocratie dont les résultats électoraux sont contestés » n’a en réalité rien de neutre, bien au contraire, puisque cela apporte une caution intellectuelle à une imposture politique. Si on y réfléchit bien, presque tous les termes qui servent à décrire les relations franco-africaines sont piégés ou, a minima, ambigus : « coopération », « partenariat », « développement », « aide », etc. Ce vocabulaire officiel, presque jamais questionné, jette un voile pudique sur une relation asymétrique, structurellement inégalitaire et toujours imprégnée par les imaginaires coloniaux.

14Le fait que vous parliez de « pamphlet » me paraît d’ailleurs plutôt étonnant. S’il y a heureusement des différences de style entre les auteurs, nous avons veillé à ce que le registre utilisé tout au long du livre reste homogène, de façon à en rendre la lecture agréable et à faciliter les connexions entre les différents chapitres (de sorte que l’ouvrage puisse être lu de façon non linéaire). À cela s’ajoute une très grande exigence documentaire : comme vous avez pu le constater, la cinquantaine de chapitres qui composent le livre sont assez denses. D’où, d’ailleurs, le choix d’ajouter une trentaine de textes plus courts, parfois plus légers, se concentrant par exemple sur une personnalité peu connue (comme Henri Fonfrède ou Eirik Labonne), un film emblématique (La Noire de…, d’Ousmane Sembène), une anecdote frappante (l’incroyable mélange de racisme et de sexisme d’un ancien correspondant du journal Le Monde), un destin déroutant (le journaliste Pierre Péan), un dossier méconnu (la création par l’Agence française de développement et la Caisse des dépôts et consignations de STOA, une holding qui prend des participations dans des paradis fiscaux au nom du « développement », etc.).

15Mais tout cela, je le répète, est toujours solidement documenté. Le livre s’appuie évidemment sur d’innombrables lectures, comme l’attestent les bibliographies qui accompagnent chaque chapitre et comptent tout de même au total plusieurs centaines de références, en français ou en langues étrangères.

16Thomas Deltombe :

17Certains chapitres, consacrés aux périodes plus anciennes, ont nécessité des recherches en archives qui apportent des éclairages inédits. C’est le cas par exemple du chapitre sur l’Eurafrique dans les années 1950 ou encore des textes consacrés aux carrières naissantes de François Mitterrand, de Félix Houphouët-Boigny ou de Léopold Sédar Senghor. Ce dernier cas est d’ailleurs intéressant : un commentateur nous a reproché de dresser un portrait excessivement critique de l’ancien président sénégalais. Mais, comme le montre l’excellent article que lui consacre Khadim Ndiaye, le parcours de Senghor mérite en réalité d’être sérieusement interrogé : comment se fait-il que tant de sources mobilisées pour la première fois dans ce chapitre aient été si longtemps dénigrées ? Si ce portrait apparaît à certains « trop critique », n’est-ce pas tout simplement parce que Senghor a jusqu’à présent bénéficié d’une historiographie étonnamment complaisante ?

18Quant aux périodes plus récentes, pour lesquelles les archives demeurent inaccessibles, nous avons dû comme tout le monde nous appuyer sur les sources ouvertes (articles de presse, rapports d’ONG, bilans d’entreprises, articles scientifiques, etc.) et sur des entretiens réalisés avec des acteurs vivants de cette histoire encore fraîche. Pour ce travail documentaire, l’expérience de Benoît Collombat, enquêteur chevronné et membre de la cellule investigation de Radio France, d’Amzat Boukari Yabara, historien et militant associatif impliqué dans les mouvements sociaux africains, et de chercheurs de l’association Survie (comme Fabrice Tarrit, Raphaël Granvaud, Yanis Thomas ou David Mauger) s’est révélée essentielle.

19S’il fallait trouver une formule pour résumer l’état actuel de la Françafrique, diriez-vous que c’est un système qui a gardé l’essentiel de sa capacité de nuisance ? Un système de plus en plus concurrencé et en perte de vitesse ? Un système condamné à plus ou moins brève échéance ?

20Thomas Deltombe :

21Notre travail vise moins à évaluer la capacité de nuisance ou l’impact néfaste de la Françafrique qu’à mettre en évidence les continuités historiques. Ce faisant, les lecteurs pourront comprendre que ce qui les choque ou les surprend concernant le passé se retrouve parfois, sous d’autres formes, dans le présent. Mettre en regard le « passé », intuitivement perçu comme révolu, et le « présent », généralement associé à la nouveauté, agit comme un révélateur, au sens photographique du terme : le passé révèle le présent et le présent réfléchit le passé.

22Il est amusant, pour ne citer qu’un exemple, de mettre en parallèle la posture de François Mitterrand dans les années 1950 et celle d’Emmanuel Macron dans les années 2020 : deux quadragénaires conquérants qui ont fièrement affirmé vouloir refonder les « relations franco-africaines »… tout en prolongeant de façon étonnante la longue geste impériale française. L’un et l’autre, chacun à son époque, estiment que la France et l’Afrique doivent maintenir une relation particulière (Macron parle carrément d’une « histoire d’amour »). L’un et l’autre cherchent à défendre une « présence française » en Afrique face à ce qu’ils perçoivent comme d’inacceptables « concurrences étrangères » (expression révélatrice) : jadis les Anglo-Saxons et les Soviétiques, aujourd’hui les Chinois, les Russes ou les Turcs. L’un et l’autre s’appuient sur des « partenaires africains » fidèles pour mettre en œuvre ce que l’actuel président français appelait en 2021 un « plan de reconquête » (expression encore plus troublante). L’un et l’autre, finalement, regardent le continent africain comme un réservoir de puissance et d’influence pour leur pays.

23S’il y a bien évidemment des évolutions, il est donc intéressant de mettre en lumière les continuités. Car c’est peut-être là que se loge la principale « nuisance » du système françafricain : grâce à sa grande malléabilité, grâce à sa grande capacité d’adaptation, il perpétue l’esprit impérial qui domine encore les classes dirigeantes françaises et une grande partie de l’opinion publique. La plupart des Français ne semblent voir aucun problème à ce que la France continue de gérer le système monétaire d’une quinzaine d’États africains ou qu’elle y maintienne, de façon permanente ou temporaire, des milliers de soldats. Qui s’étonne, dans l’Hexagone, que l’armée française n’ait jamais quitté le sol africain… depuis 1830 ? En Afrique, en revanche, cette présence française multiforme agace de plus en plus et creuse le fossé qui sépare les dirigeants vieillissants et les jeunes générations, qui rêvent d’émancipation. Sans qu’elle soit identique, nous nous trouvons actuellement dans une situation analogue à celle qui prévalait dans les années 1950, quand une jeunesse africaine radicale se révoltait contre les élites africaines qui se contentaient d’une simple réforme de la relation coloniale.

24Thomas Borrel : Il me semble difficile de dire si la Françafrique, c’est-à-dire l’ensemble de ce qui « fait système », est en perte de vitesse. Certains mécanismes sont particulièrement critiqués en Afrique sans pour autant être forcément en perte de vitesse : le franc CFA n’a pas disparu, malgré la « réforme » mise en œuvre en 2020 en Afrique de l’Ouest (mais pas ailleurs), et le maillage de bases de l’armée française est encore solidement implanté. Si les effectifs se réduisent, le réseau de coopérants militaires placés au sein des appareils répressifs africains n’a pas non plus disparu. D’autres mécanismes (influence économique et politique grâce à l’aide au développement, francophonie, etc.) ne font presque pas l’objet de débats en France.

25Reste donc la question de l’impact : en dépit de ces mécanismes institutionnels et de certains « coups tordus » qui remontent à la surface de temps en temps, la France perd-elle de l’influence ? C’est incontestablement le cas dans certains pays, comme actuellement la Centrafrique ou le Mali. Mais il faut se méfier d’en tirer des conclusions trop rapides, car cette perte d’influence peut tout à fait être conjoncturelle. Se focaliser sur certains pays et sur une période courte, c’est prendre le risque d’un « effet loupe ». Au Mali, on constate une énorme perte d’influence française entre les années 2013-2014, où l’ambassadeur de France assumait un rôle de quasi-gouverneur colonial, imposant le rythme des réformes ou le calendrier électoral, et les années 2021-2022, où son successeur devient persona non grata. Mais qu’en sera-t-il dans cinq ou dix ans ? En Centrafrique, on aurait pu conclure en 1997 à une perte d’influence, puisque l’armée française avait dû plier bagage après des mutineries dans la troupe centrafricaine. Quelques années plus tard, Paris s’était pourtant remis au centre du jeu. Pour en ressortir à nouveau en 2021…

26Thomas Deltombe :

27Là encore, l’analyse historique permet d’éviter les conclusions hâtives. Par le passé, bien des régimes ont pris leurs distances avec la France, sans pour autant rompre définitivement les amarres : celui de Modibo Keïta au Mali dans les années 1960, celui de Didier Ratsiraka à Madagascar dans les années 1970, celui de Thomas Sankara au Burkina Faso dans les années 1980. Mais leurs pays respectifs sont loin de s’être libérés de l’emprise néocoloniale française. L’exemple de Sékou Touré, grande figure anti-impérialiste après 1958, est également intéressant : après une quinzaine d’années à jouer les trublions antigaullistes, il est devenu un des meilleurs alliés africains de Valéry Giscard d’Estaing…

28La thèse de la « perte d’influence » développée implicitement ou explicitement par la plupart des analystes français, que nous évoquions tout à l’heure, doit donc être relativisée. La France, affirment ces analystes, n’est plus cette espèce de deus ex machina capable d’écrire l’histoire en Afrique. Mais ce que montre une plongée dans l’histoire longue des relations franco-africaines, c’est que la France n’a jamais été ce deus ex machina, en tout cas pas dans tous les pays de son pré carré à la fois. Dès les années 1960, elle a été contestée par différents responsables africains, y compris par ceux qui lui étaient sur le papier les plus fidèles. Même Félix Houphouët-Boigny ou Omar Bongo n’ont cessé de négocier avec Paris, en jouant parfois de leur propre influence et d’un certain rapport de force, pour défendre leurs propres intérêts. En somme, les dirigeants africains, même les plus « soumis » en apparence, ont toujours joué leur partition. Même Jean-Bedel Bokassa, à bien des égards perçu comme une caricature de despote françafricain, savait monnayer son influence : quand la France lui refusait des liquidités pour alimenter son fastueux train de vie, il se tournait vers le régime sud-africain ou vers la Libye de Kadhafi. L’idée d’une France jadis toute-puissante doit donc être relativisée : elle l’était globalement, mais pas autant qu’on le dit et pas partout en même temps. L’histoire de la Françafrique est une histoire de permanentes tractations et de constantes recompositions.

29Thomas Borrel :

30Ces recompositions sont observables également dans le domaine économique : la présence des acteurs économiques français n’a cessé d’évoluer dans le temps. Certaines entreprises françaises jadis omniprésentes ont disparu du continent africain ou ont été avalées par des acteurs économiques étrangers (c’est le cas par exemple de la CFAO ou de Péchiney). Mais, dans le même temps, d’autres se sont implantées et se sont développées (par exemple les groupes Castel ou Orange). Le cas du groupe Bolloré est intéressant à cet égard : il ne s’est implanté en Afrique qu’à partir des années 1980, en rachetant d’anciennes entreprises coloniales et en profitant du processus de privatisation imposé par les institutions financières internationales. Et le voilà désormais qui, pour des raisons d’opportunités financières, lâche subitement la majeure partie de ses actifs africains.

31Si on regarde les choses globalement, on comprend mieux la difficulté de tirer des conclusions trop générales, car, comme le reconnaissent les acteurs économiques français, si les parts de marché des entreprises françaises régressent en Afrique (en valeur relative donc), leurs chiffres d’affaires explosent (en valeur absolue, donc). « On entend souvent ici et là que nos entreprises seraient en retrait, mais il y a un effet de trompe-l’œil, affirmait ainsi Geoffroy Roux de Bézieux, président du Medef, en juin 2021. La réalité est simple : nos entreprises progressent et investissent en Afrique. Les chiffres sont très clairs : en dix ans, les entreprises françaises ont doublé leur stock d’investissements, passant de 20 à 40 milliards d’euros. » Il faut donc, dans ce domaine aussi, se méfier des « effets loupe » : en se focalisant sur une entreprise ou un secteur en perte de vitesse, on prend le risque de ne pas voir que d’autres savent tirer leur épingle du jeu.

32Il ne s’agit pas pour autant de dire que rien n’a changé : les changements en question ne sont pas des ruptures profondes, mais une sorte de très lente érosion dont les observateurs surévaluent en général les effets. La présence française est indubitablement moins massive au plan militaire et diplomatique, et elle est davantage « diluée » au plan économique. Mais les logiques sous-jacentes restent pour la plupart inchangées. C’est comme pour la période coloniale : malgré les changements survenus entre 1895 et 1950, cela restait du colonialisme direct dont on pouvait reconnaître les dimensions structurelles.

33Et qu’importe d’ailleurs si la France ne peut plus intervenir aujourd’hui aussi directement et de façon aussi visible que dans les années 1970 ou 1980, lorsque les logiques d’influence sont parfaitement internalisées : c’est le stade ultime de la domination, que les chercheurs en psychologie sociale Jean-Léon Beauvois et Robert-Vincent Joule désignent sous les termes de « soumission librement consentie », s’agissant de l’emprise exercée sur un individu ou un groupe. Car avoir des appareils d’État africains moins truffés de Français ne veut pas dire que ces États se sont complètement émancipés de l’emprise françafricaine, s’ils ne remettent pas en cause les intérêts tricolores. La Côte d’Ivoire offre actuellement un exemple frappant : depuis Paris, des nostalgiques des années 1980 y voient un recul de la présence française, sans comprendre que les institutions ivoiriennes restent imprégnées de cette influence.

34Ce sont peut-être les « effets loupe » qui avaient amené François-Xavier Verschave, ancien président de l’association Survie, à affirmer au début des années 2000 que la Françafrique était un système qui aurait disparu à l’échéance de dix ans (et il ajoutait qu’il ne tenait qu’aux citoyens français de faire en sorte que cela se produise rapidement). Il s’est trompé sur ce point. Je ne me risquerai donc pas à dire ce que sera devenu ce système dans dix ou vingt ans. Tout au plus peut-on relever que, ces vingt dernières années, la colère et le rejet de la politique française n’ont cessé de croître au sein des populations des pays « françafricains », et c’est bien sûr ce qui menace le plus l’influence française. Il faut maintenant voir si le néocolonialisme français va à nouveau muter de façon à désamorcer cette critique, ou si ces mouvements populaires vont réussir à s’en débarrasser.

35L’ouvrage retrace l’évolution de l’impérialisme français en Afrique à travers ses différentes mues et conclut sur la permanence des mécanismes de domination. Quelles perspectives, quel avenir voyez-vous pour les relations franco-africaines ? Une refondation de ces relations en dehors d’un cadre impérialiste vous paraît-elle envisageable ?

36Thomas Deltombe :

37Le cadre « impérial » auquel vous faites référence a au moins deux dimensions. La première se matérialise dans les relations économiques, avec un commerce mondial injuste que dénoncent depuis longtemps des économistes, à l’instar de Samir Amin hier ou de Ndongo Samba Sylla aujourd’hui : les pays anciennement colonisés restent à la « périphérie » et subordonnés économiquement, selon la « théorie de la dépendance », à des pays du « centre ». Qu’il s’agisse de l’ancienne métropole ou d’un ensemble de pays dits « riches » ne change pas la donne au plan économique, mais sortir les relations franco-africaines d’un cadre impérialiste supposerait déjà de révolutionner les règles commerciales et financières qui régissent les échanges.

38La seconde dimension est idéologique : c’est l’imaginaire colonial, le racisme matriciel qui continue d’imprégner les relations politiques, au plan interétatique comme au niveau individuel. Sans se défaire de cet imaginaire colonial, tant en France que dans les pays africains concernés, il semble illusoire de chercher à « assainir » les relations franco-africaines. On le voit particulièrement avec la politique prétendument « mémorielle » mise en œuvre sous le premier quinquennat d’Emmanuel Macron : se contenter d’une forme de reconnaissance expéditive (« les crimes de la colonisation européenne sont incontestables », comme il l’a dit en novembre 2017 dans son discours de Ouagadougou), pour immédiatement appeler à dépasser une histoire qui ne mériterait même pas d’être détaillée, c’est finalement contribuer à en minorer les déflagrations à long terme.

39Thomas Borrel :

40Sortir du cadre impérial implique déjà d’en saisir la portée. En France, le récit national mythifie une idée de « rayonnement » international : le « pays des droits de l’homme », l’« universalisme des Lumières », les « valeurs » que défendrait notre diplomatie de par le monde, sans parler de la langue et de la culture françaises, que beaucoup considèrent comme des bienfaits en soi. Bien souvent, l’impérialisme n’est pensé, et remis en cause, que dans sa matérialisation militaire ou économique. Dès lors, refonder des relations franco-africaines hors d’un cadre impérialiste peut s’envisager par une succession de réformes : sortie du franc CFA, retrait de l’armée française d’Afrique, fin de l’ingérence économique… Ce sont de fait des conditions nécessaires, mais pas suffisantes.

41Il y a aussi une façon de se penser dans le monde qui doit être revue, et c’est le plus difficile. C’est là qu’interviennent les enjeux mémoriels : si on ne travaille pas suffisamment sur ce qu’ont été les sociétés précoloniales, sur ce que la colonisation a provoqué et sur ce qu’elle a profondément transformé, on ne peut pas questionner pleinement notre place dans le monde, le rôle auquel un pays comme la France pourrait prétendre. Inconsciemment, parce que nous avons grandi avec ce récit national mythifié, nous sommes convaincus que cette place est importante, plus importante que celle de bien des pays.

42Que répondez-vous aux citoyens africains qui voient avec effroi l’éventuelle transition du néocolonialisme français vers de nouvelles formes d’impérialisme russes ou chinoises ?

43Thomas Borrel :

44C’est évidemment le grand débat du moment, certains leaders politiques africains ou des figures de la société civile jouant de la concurrence des impérialismes pour tenter de se défaire du néocolonialisme français. C’est un débat crucial en Afrique, car on voit bien, avec les exactions commises par les mercenaires russes du groupe Wagner, que le prix à payer pour la population peut être terrifiant. La plus grande force de l’impérialisme est sans doute de parvenir à faire croire aux peuples dominés qu’ils ne peuvent pas se passer d’une telle intervention externe : l’émancipation ne semble possible qu’en s’aliénant par ailleurs. À l’opposé de cela, il y a des Africains qui ouvrent d’autres perspectives, c’est notamment le cas avec les mouvements de résistance panafricaine, qui ne tombent pas dans ce piège.

45Mais en tant que Français, je me considère particulièrement mal placé pour vraiment prendre part à ce débat. La seule chose que je peux faire, pour l’éclairer plus que pour l’alimenter, c’est de documenter la façon dont le néocolonialisme français a sapé les bases d’organisation démocratiques. Au plan mémoriel, il y a donc une responsabilité française à détailler et reconnaître la trajectoire historique qui amène par exemple un État comme le Mali à se tourner vers les mercenaires de Wagner pour tenter (de façon illusoire) de recouvrer un peu de souveraineté au plan militaire.

46Thomas Deltombe :

47Trop souvent la « popularité » des Russes ou des Chinois – d’ailleurs peut-être moins forte, ou moins profondément ancrée, que ce que l’on pourrait croire – me paraît être un bon révélateur de l’état de détestation dont la France est désormais l’objet dans une partie des opinions publiques africaines. Certes, ce « sentiment antifrançais » est instrumentalisé par les concurrents de la France. Mais il devrait surtout nous faire réfléchir aux conséquences à long terme des politiques menées en notre nom en Afrique. Si nous ne voulons pas être détestés demain, commençons par ne pas nous comporter de manière détestable aujourd’hui. Je doute que nos dirigeants, qui ont l’air de croire que tous les déboires de la France en Afrique sont le résultat des manigances de Moscou ou de Pékin, aient vraiment compris cette leçon d’histoire, pourtant évidente. Avant d’accuser les autres de nos « malheurs », une introspection véritable et un travail historique sans concession ne seraient pas inutiles.

48Même en 1000 pages, L’Empire qui ne veut pas mourir ne peut prétendre faire le tour d’un sujet aussi vaste. Avez-vous des regrets dans le choix des thèmes abordés et leur hiérarchisation ? Des lacunes qui vous seraient apparues après bouclage ? Voire des repentirs ?

49Thomas Borrel :

50Le format final est déjà un peu plus important que ce que nous envisagions au départ, puisque le volume total a augmenté de 25 %, mais nous avons la chance d’avoir eu un éditeur qui nous a donné cette souplesse.

51A posteriori, on se rend bien compte que certains sujets manquent, ou apparaissent trop brièvement. La dimension centrale de la finance offshore ces trente dernières années, par exemple, n’apparaît que dans un chapitre (de Robert Montoya, sur les circuits financiers) et un encadré (sur la façon dont des sommes comptabilisées en aide publique au développement empruntent des circuits analogues). Sur les aspects historiques, certaines thématiques comme le pillage forestier ou le rôle d’autres entreprises qu’Elf et Bolloré (comme la Compagnie française de développement des textiles, la Compagnie fruitière, Castel), ou d’autres mouvements et figures de la résistance auraient eu leur place… si le livre avait fait le double de volume.

52Thomas Deltombe :

53Un « repentir », il est vrai que nous en avons un : reflétant à sa manière ce qui se joue dans notre société, notre livre est bien trop masculin, puisqu’il ne compte que six contributrices pour vingt contributeurs, en comptant les quatre codirecteurs qui ne sont que des hommes.

54Quant aux regrets, le principal concerne la dimension culturelle de la Françafrique. Nous avions au départ imaginé de tirer un fil rouge historique à travers ce que l’on pourrait qualifier de « patrimoine » françafricain et anti-françafricain. L’idée était d’analyser d’une part les œuvres vantant les relations franco-africaines (ou alimentant les perceptions racistes qui les sous-tendent), d’autre part celles qui cherchaient à résister à l’impérialisme français en Afrique. De la chanson Indépendance cha cha (Grand Kallé, 1960) au tube Françafrique (Tiken Jah Fakoly, 2002) en passant par Afrique adieu (Michel Sardou, 1982), du film Les Bronzés (de Patrice Leconte, 1978) à Timbuktu (de Abderrahmane Sissako, 2014) en passant par Le Professionnel (de Georges Lautner, en 1981, avec Jean-Paul Belmondo), il y a tout un patrimoine artistique qui irrigue notre imaginaire collectif sur la Françafrique. Nous avons malheureusement manqué de temps et de place pour tirer ce fil narratif.

55De façon générale, nous espérons que ce nouveau livre de référence, malgré ses insuffisances et ses défauts, contribuera à alimenter la recherche académique et les investigations journalistiques sur les relations franco-africaines.

Haut de page

Notes

1 Voir le compte rendu par Alain Gabet dans ce numéro.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thomas Borrel et Thomas Deltombe, « « Tout changer pour que rien ne change ? » : le temps long de la Françafrique »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 154 | 2022, 155-167.

Référence électronique

Thomas Borrel et Thomas Deltombe, « « Tout changer pour que rien ne change ? » : le temps long de la Françafrique »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 154 | 2022, mis en ligne le 15 octobre 2022, consulté le 02 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/20154 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.20154

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search