Navigation – Plan du site

AccueilNuméros154LIVRES LUSAlessandro Stella, L’Herbe du dia...

LIVRES LUS

Alessandro Stella, L’Herbe du diable ou la chair des dieux ? La prohibition des drogues et l’Inquisition

Paris, Divergences, 2019, 188 p.
Erwan Pointeau-Lagadec
Référence(s) :

Alessandro Stella, L’Herbe du diable ou la chair des dieux ? La prohibition des drogues et l’Inquisition, Paris, Divergences, 2019, 188 p.

Texte intégral

1Contrairement au monde anglo-saxon, l’histoire des drogues est un champ de recherche à la vitalité questionnable en France : à la rareté des publications d’importance s’ajoute un tropisme pour le long 19e siècle européen – soit l’espace-temps qui a vu naître le régime contemporain des usages de psychotropes –, un assujettissement des analyses aux catégories médicales et juridiques, et une surreprésentation paradoxale des travaux relatifs aux substances licites. Consacré à l’interdiction du peyotl par les autorités inquisitoriales de la Nouvelle-Espagne en 1620, ce petit ouvrage d’Alessandro Stella (Centre de recherches historiques, EHESS) constitue ainsi une heureuse exception.

2Paru aux éditions Divergences, spécialisées dans la critique sociale et politique, L’Herbe du diable ou la chair des dieux ? est un livre engagé, ce qui ne retire rien à la rigueur de ses analyses ni à la pertinence de ses conclusions. En effet, il s’ouvre sur deux citations (Lucrèce et Antonin Artaud) consacrant un « droit naturel » à la modification de conscience individuelle, et se poursuit par une longue préface de la sociologue Anne Coppel – pionnière de la politique de réduction des risques liés aux usages de drogue dans les années 1980 – démontrant l’échec historique de l’approche prohibitionniste en matière de psychotropes. Loin de ne constituer qu’un prétexte à une énième dénonciation de l’action publique répressive et inefficace menée dans ce domaine, cette double introduction permet au lecteur d’apprécier le caractère faussement naturel de notre rapport collectif aux produits stupéfiants, et à l’auteur de remettre en cause la chronologie canonique du rejet dans l’interdit de certaines substances psychoactives, que l’historiographie fait parfois débuter aux guerres de l’opium entre la Chine et les puissances occidentales (1839-1842 et 1856-1860), plus généralement aux premières conférences internationales sur le sujet (Shangaï en 1909 et La Haye en 1912). À l’instar d’une tradition historiographique particulièrement vivace aux États-Unis, l’ouvrage situe ainsi l’origine du mouvement de prohibition des drogues en « situation coloniale » (Georges Ballandier), et plus particulièrement dans le Mexique sous domination espagnole au début du 17e siècle.

3Le 19 juin 1620, le tribunal du Saint-Office de Mexico promulgue un édit interdisant la consommation du peyotl sur tous les territoires placés sous sa juridiction. La justification avancée est la lutte contre l’hérésie : l’utilisation par les Indiens des propriétés hallucinogènes du petit cactus dans le cadre de cérémonies divinatoires relèverait de la superstition et serait donc contraire à la foi catholique. En confrontant le texte à des extraits de correspondance ecclésiastique (chap. I), Alessandro Stella commence par énoncer les multiples questions soulevées, alors comme aujourd’hui, par cet édit de prohibition :

« Pourquoi pourchasser les mangeurs et buveurs de peyotl (...) ? Comment faire entendre à des Indiens que celle qui pour eux était “la chair de dieu” était pour le tribunal de la foi “l’herbe du diable” ? Comment empêcher des pratiques ancestrales tellement répandues, des habitudes, des rites, des fêtes, toute une culture liée au peyotl ? (...) Et cela dans des régions immenses et aux communications difficiles, du centre au grand Nord mexicain et jusqu’au sud-ouest des actuels États-Unis ? Surtout si, en principe, l’Inquisition ne touchait pas aux Indiens ? Comment faire le tri, d’ailleurs, entre Indiens et non Indiens dans une société qui depuis la conquête n’avait cessé de se métisser, autant biologiquement que dans les coutumes et les comportements ? » (p. 20-21)

4Dans un deuxième chapitre, l’auteur entreprend de remonter « aux origines de l’édit de 1620 » (p. 23) à la manière d’un enquêteur. Repartant du maigre dossier d’instruction constitué au cours des années précédentes par les inquisiteurs de Mexico, il montre comment cette « criminalisation culturelle d’une pratique coutumière » (p. 35) s’inscrit en fait dans un double contexte : un contexte transatlantique et religieux de lutte contre la sorcellerie de la part de l’Église catholique (qu’on songe aux milliers de bûchers qui se dressent sur le Vieux Continent à partir des années 1560) et un contexte local et politique de lutte contre l’acculturation des Espagnols aux mœurs indigènes de la part des autorités ecclésiales et coloniales. C’est l’accélération de ce dernier phénomène, et notamment la multiplication dans les années 1610 des cas rapportés d’utilisation du peyotl chez les Espagnols, « mais aussi chez les couches sociales intermédiaires entre eux et les Indiens, à savoir chez les Mestizos, les Mulâtres et les Noirs » (p. 37), qui semble avoir décidé le tribunal du Saint-Office à agir contre le produit.

5S’ensuivent cinq courts chapitres où l’auteur tente d’expliquer l’attitude ambiguë de l’Inquisition en matière de lutte contre les substances psychotropes dans les territoires non européens où elle a été active tout au long de la période moderne. En effet, si elle a complété l’édit de 1620 par un second interdisant l’usage de la marijuana en 1691 (chap. IV), elle ne s’est pas attaquée à la consommation du pulque au Mexique, cette boisson alcoolisée obtenue à partir de la fermentation d’agave (chap. VII), comme elle a laissé libre cours à la consommation de la coca en Amérique du Sud (chap. V), et à celle de l’opium et du haschisch aux Indes (chap. VI). Pour expliquer ces renoncements et le traitement spécial de facto réservé au peyotl dans le monde colonial ibérique, Alessandro Stella avance deux raisons principales : premièrement, les modalités particulières de l’absorption du petit cactus – « des herbes divinisées, des cierges allumés, des invocations, des chants et des danses accompagnés de beuveries de pulque et d’aguardiente » (p. 46) – qui ont, dès les premiers temps de la conquête des Amériques, été assimilées à un rituel satanique par les missionnaires européens ; deuxièmement, l’intérêt supérieur des couronnes espagnole et portugaise, qui sont parvenues à amasser des sommes colossales en imposant des taxes sur le commerce de tous les autres produits.

6Jusqu’à la suppression du tribunal du Saint-Office de Mexico en 1820, la « chasse aux mangeurs de peyotl » (p. 81) elle-même n’a d’ailleurs pas été épargnée par les ambiguïtés. En se fondant sur des extraits de dénonciation – parfois d’autodénonciation – et des témoignages d’inquisiteurs, l’auteur montre dans les trois chapitres suivants que l’Inquisition a souvent dérogé à sa propre règle, se montrant tolérante envers la consommation du produit pour des motifs thérapeutiques (chap. VIII) et ne poursuivant que rarement les principaux concernés, c’est-à-dire les Indiens (chap. IX). De ces hiatus, l’auteur tire une conclusion : si les principales cibles du tribunal ecclésiastique ont été les « métis de sang et de culture » (p. 87), c’est que l’édit de 1620 visait d’abord à régler un « conflit entre mondes magiques » (p. 97). La conquête du Mexique par les Espagnols, bien qu’elle ait initialement pu revêtir l’aspect d’un choc entre deux ensembles distincts de pratiques et de représentations – celui des colons et celui des autochtones –, a immédiatement débouché sur un processus d’hybridation à grande échelle entre les éléments européens, indigènes et même africains, avec la montée en puissance de la traite atlantique. Ainsi, la prohibition du peyotl a pu constituer un outil d’établissement et de maintien de la domination coloniale en Amérique centrale : en cherchant à faire disparaître une pratique sacrée aux yeux de la majorité indienne, la minorité espagnole s’est employée à hispaniser la masse grandissante des populations issues de mélanges au travers de l’imposition de l’orthodoxie catholique.

7Le livre s’achève sur trois chapitres s’intéressant aux héritages de l’édit de 1620. Dans le premier (chap. XI), Alessandro Stella évoque l’étonnante stabilité du statut juridique du peyotl malgré la suppression de l’Inquisition et de sa législation au Mexique au début du 19e siècle : si la mescaline – le principe actif de la plante – a bien été interdite par les diverses conventions internationales sur les stupéfiants qui ont jalonné le 20e siècle, l’usage du petit cactus est resté toléré pour « certains groupes restreints bien déterminés à l’occasion de cérémonies magiques ou religieuses » (Convention sur les substances psychotropes de 1971). En d’autres termes, l’imposition d’une norme anti-drogue venue du monde occidental n’a eu que peu d’effet sur la consommation populaire de la substance chez les Indiens, les mécanismes traditionnels de régulation de la pratique – connaissance « des doses, des effets, du rythme de consommation » (p. 143) – ayant pleinement continué à jouer leur rôle tout au long de la période coloniale, et même après. Dans le chapitre suivant (chap. XII), l’auteur replace l’édit de 1620 dans la généalogie des textes qui, de l’Ancien testament à nos lois modernes, prétendent édicter la norme en matière de gestion individuelle et collective des états modifiés de conscience. Cette entreprise lui permet de souligner la dimension pionnière de l’interdiction du peyotl par l’Inquisition de Mexico – jusque-là, personne n’avait en effet « eu l’idée d’interdire la consommation de certains végétaux » (p. 127) pour leurs propriétés psychoactives –, mais surtout d’insister sur le caractère « tout à fait récent du phénomène de la prohibition des drogues sur le temps long de l’histoire » (p. 128).

8Ayant ainsi démontré que notre rapport moderne aux psychotropes n’était qu’une possible parenthèse, voire une anomalie historique, Alessandro Stella termine son ouvrage en plaidant pour une « révolution culturelle des normes établies » (p. 148), qui rejetterait les inquisiteurs – ceux d’hier, « en soutane », comme ceux d’aujourd’hui, « en blouse blanche » (p. 125) – et reconnaîtrait la quête individuelle du plaisir comme une donnée anthropologique. Si la subjectivité assumée de cette conclusion l’expose nécessairement à la critique et à la contradiction, les analyses et les raisonnements sur lesquels elle se fonde sont de nature à renforcer durablement notre connaissance et notre compréhension au sujet du passé des usages de drogues.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Erwan Pointeau-Lagadec, « Alessandro Stella, L’Herbe du diable ou la chair des dieux ? La prohibition des drogues et l’Inquisition »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 154 | 2022, mis en ligne le 18 octobre 2022, consulté le 02 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/20208 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.20208

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search