Navigation – Plan du site

AccueilNuméros154LIVRES LUSThomas Borrel, Amzat Boukari-Yaba...

LIVRES LUS

Thomas Borrel, Amzat Boukari-Yabara, Benoît Collombat, Thomas Deltombe (dir.), L’Empire qui ne veut pas mourir. Une histoire de la Françafrique

Paris, Seuil, 2021, 992 p., 25 €.
Alain Gabet
Référence(s) :

Thomas Borrel, Amzat Boukari-Yabara, Benoît Collombat, Thomas Deltombe (dir.), L’Empire qui ne veut pas mourir. Une histoire de la Françafrique, Paris, Seuil, 2021, 992 p., 25 €.

Texte intégral

  • 1 François-Xavier Verschave, La Françafrique. Le plus long scandale de la république, Paris, Stock, 1 (...)

1Alors que la thématique migratoire devient une obsession grandissante, comme le note Thomas Borrel, L’Empire qui ne veut pas mourir. Une histoire de la Françafrique vient combler un manque qui était déploré, depuis le livre pionnier de François-Xavier Verschave1, par toutes celles et tous ceux qui s’intéressent à l’histoire des relations franco-africaines et qui souhaitaient disposer d’un outil de travail embrassant largement le sujet.

2La structure de l’ouvrage et la composition de l’équipe qui l’a réalisé renseignent sur la difficulté, mais aussi l’intérêt crucial du projet, comme semble déjà l’indiquer le titre. En effet l’expression « L’empire qui ne veut pas mourir » résume bien la thèse qui court tout au long des presque 1000 pages de ce travail, qui est celle de la permanence du projet colonial après les fausses décolonisations des années 1960, grâce à la mise en place d’un système néocolonial que l’on appelle communément aujourd’hui « Françafrique ». Le sous-titre « Une histoire de la Françafrique » souligne le fait qu’il serait présomptueux de vouloir faire le tour d’un tel sujet en un volume. Par conséquent, l’équipe assume des choix qui, pour être évidemment critiquables dans le détail, offrent finalement une appréhension très satisfaisante et heuristique du sujet. Ainsi, on peut faire la fine bouche sur certains articles qui laissent le lecteur sur sa faim, comme le chapitre « De la presse coloniale au journalisme sous contrôle, la fabrique de l’information » (p. 723-735), qui est loin de faire le tour de l’emprise des réseaux françafricains sur les médias. On peut également regretter que, dans la réflexion sur la fabrique du consentement qui court sur différents chapitres, aucune entrée ne soit consacrée à l’enseignement et à la façon dont la question du néocolonialisme a été systématiquement escamotée des programmes scolaires, donc de la réflexion des futurs citoyens. Il est possible de s’étonner de la faible place réservée aux dommages environnementaux causés par le pillage des richesses africaines, au profit des intérêts occidentaux (seule la filière nucléaire est évoquée dans plusieurs entrées, mais sans faire l’objet d’une étude spécifique ; la déforestation n’est quant à elle pas traitée, pas plus que les pollutions générées par les activités minières). Enfin, la ligne très offensive du discours – amplement justifiée par la gravité des faits relatés – aurait pu laisser un peu de place à des approches alternatives sans être aussi militantes, nous pensons aux travaux d’Achille Mbembe, par exemple. Mais, il faut le répéter avec force, ce ne sont que des critiques marginales au regard de l’apport majeur que constitue cette entreprise, qui est le fruit d’années de travail et de luttes menées avec courage et rigueur intellectuelle. Rappelons à cet égard que certains auteurs sont parties prenantes dans des procédures judiciaires afin de rendre justice aux victimes de la Françafrique, et que d’autres sont harcelés depuis des années par des procédures bâillons de la part du groupe Bolloré.

  • 2 Thomas Deltombe, Manuel Domergue, Jacob Tatsitsa, Kamerun ! Une guerre cachée aux origines de la Fr (...)

3L’ouvrage est dirigé par quatre auteurs qui ont chacun un rapport particulier au sujet, ce qui offre une diversité bien venue de points de vue. Ainsi, le quatuor est-il composé d’un journaliste de renom, Benoît Collombat, de la cellule investigations de France Inter et fin connaisseur des arcanes de la République ; un militant de l’association Survie, Thomas Borrel, qui a joué un rôle clé dans la conscientisation et la dénonciation du système néocolonial françafricain ; un éditeur, Thomas Deltombe, par ailleurs co-auteur d’un ouvrage qui a fait date sur la guerre secrète menée par la France au Cameroun2 ; et, last but not least, un historien, Amzat Boukari-Yabara, spécialiste du panafricanisme. La présence d’un seul historien dans l’équipe directrice, alors qu’il s’agit d’écrire « une histoire » de la Françafrique, n’étonnera pas les lecteurs avertis. En effet, il n’est pas outrageant de dire que la recherche universitaire en France s’est peu investie dans la problématique du néocolonialisme, et n’a pas intégré l’expression « Françafrique » dans son lexique. Comme le regrette Nadia Yala-Kisukidi dans l’épilogue très fort de l’ouvrage,

« On peut s’étonner de ce que ce système politico-économique ne fasse pas l’objet, dans le champ des études postcoloniales et décoloniales contemporaines de langue française, de l’analyse théorique fine à laquelle il aurait droit. Comme s’il n’y avait pas eu rencontre entre certains pans entiers de la recherche en sciences humaines, d’un côté, et les enquêtes menées par des journalistes, des associations de défense des droits humains, des chercheurs en sciences sociales, qui se sont emparés de l’analyse du système françafricain, de l’autre. » (p. 960)

  • 3 Alain Gabet, François Graner, « Le sabre et la machette. Officiers français et génocide tutsi », Ca (...)

4Puisse cet ouvrage ouvrir un chemin pour de telles convergences, dont nous avons déjà déploré l’absence dans cette revue à plusieurs reprises3.

5Le quatuor de directeurs a fait appel à une équipe d’une vingtaine d’auteurs pour balayer le plus largement possible le spectre très large ouvert par le sujet. Ainsi, on retrouve des synthèses très informées et remarquablement écrites sur les relations Sarkozy-Kadhafi par Fabrice Arfi ; sur la complicité de la France dans le génocide tutsi par David Servenay ; sur les réseaux Foccart par Jean-Pierre Bat ; sur les « habits neufs du capitalisme impérial » par Catherine Coquery-Vidrovitch ; ou bien encore sur « La Françafrique dans le prétoire », par Fabrice Tarrit.

6La structuration de l’ouvrage en fait un instrument de travail qui manquait aux étudiants désireux de plonger dans cette thématique intimidante. Le propos est découpé en six grandes parties, selon un plan chronologique qui n’oublie pas l’instant charnière de la Seconde Guerre mondiale et de la IVe République, où les débats sur la survie de l’empire posent les bases du système néocolonial qui verra le jour sous la Ve République. Chaque partie est introduite par un long texte des quatre directeurs, puis se décompose en chapitres et encadrés plus courts qui permettent d’approfondir un thème, un pays, un acteur, une notion clé. Si bien que la lecture des six textes introductifs offre une histoire continue de la Françafrique, tandis que les chapitres permettent une approche plus thématique, bien qu’insérée dans la temporalité du plan général.

7La qualité du travail force le respect : journalistes, historiens, militants associatifs et éditeurs se rejoignent dans une écriture d’une grande rigueur où toutes les informations font l’objet d’une démarche critique, sourcée et recoupée. Si le propos général est offensif, il ne se départit jamais de l’honnêteté intellectuelle sans laquelle cet ouvrage, tout autant militant dans sa dénonciation des mécanismes de domination que scientifique dans sa démarche, n’eût été d’aucune utilité.

8Ainsi, le lecteur pourra parcourir en toute confiance l’histoire de ce système néocolonial qui, pensé dès la conférence de Brazzaville, se met en place entre la loi-cadre Defferre et la fausse indépendance accordée au début de la Ve République (système « Foccart »), se perpétue en se renouvelant sans cesse sous les mandats présidentiels de Giscard, Pompidou, la fausse alternance de Mitterrand, puis sous les versions tour à tour décomplexées ou empreintes d’hypocrisie sous Chirac, Sarkozy, Hollande et enfin Macron.

9Les approches aussi bien diachroniques que thématiques démontent les rouages d’un système dont seule la carrosserie évolue : les accords de coopération qui font des États issus de la décolonisation non pas des États indépendants, mais des protectorats entre les mains de dictateurs, aussi violents envers leurs peuples que complaisants envers leurs maîtres ; l’ingérence systématique et militaire afin de placer à la tête de ces protectorats des satrapes choisis pour leur docilité ; la fausse aide publique au développement qui a contribué à maintenir le pré carré dans la dépendance tout en alimentant la corruption des potentats ; la tutelle économique et financière instaurée par le franc CFA, la pression de la dette et l’omniprésence des grandes entreprises françaises, etc. Les auteurs, tous investis d’un haut niveau d’expertise sur ces questions, qu’ils soient chercheurs professionnels ou militants acharnés à connaître la vérité, démontent les mécanismes du système néocolonial avec brio et se permettent des échappées vers des faits plus anecdotiques, mais révélateurs, comme le langage fleuri, relevé par Thomas Deltombe, utilisé par De Gaulle pour exprimer sa lassitude des contraintes protocolaires engendrées par le système qu’il a lui-même commandé à Foccart (« Foutez-moi la paix avec vos nègres ! Quand de Gaulle se lâche sur les présidents africains », p. 296-298). Bon antidote pour celles et ceux qui auraient encore la tentation d’excuser l’homme du 18 juin… Si les quatre coordinateurs sont encore très présents dans l’écriture des chapitres thématiques, ils ont su trouver des auteurs idoines sur des sujets parfois secondaires et pourtant indispensables, comme la synthèse très intéressante de Claire Cosquer sur les coopérants ou l’épilogue confié à la philosophe Nadia Yala Kisukidi.

10C’est également en spécialistes maîtrisant parfaitement leur sujet que les auteurs traquent les inflexions du discours justifiant l’ingérence, de la mission civilisatrice à la lutte contre le terrorisme, en passant par l’aide au développement. Ce qui leur permet de souligner combien l’objectif reste toujours le même : faire du pré carré un levier de puissance dans la compétition internationale, quitte à compromettre notre pays dans la défense d’un régime génocidaire, ce qui fut le cas au Rwanda entre 1990 et 1994.

11En articulant cette quête de puissance à la nécessaire corruption qu’elle induit, l’ouvrage revêt une dimension citoyenne certaine. Corruption des élites africaines sans laquelle la tutelle de la France n’aurait pu se maintenir (à cet égard, l’ouvrage a de multiples occasions de revenir sur le rôle clé d’Houphouët-Boigny dans le retournement des élites africaines au profit du système françafricain), mais aussi corruption de l’appareil d’État français avec ses financements occultes, ses porteurs de mallette, ses profiteurs de toute sorte, marchands d’armes, intermédiaires grassement rétribués, militaires reconvertis dans la sécurité des dictateurs, mercenaires faiseurs de rois, fonctionnaires élevant le pantouflage au rang de 9e art, etc. Ce pacte corrupteur à double sens a été mis au jour pour le grand public avec l’affaire Elf, mais ce n’est pas le moindre mérite de cet ouvrage que de mesurer combien les pratiques se sont adaptées depuis pour rester les mêmes. Décidément, la formule « il faut que tout change pour que rien ne change » s’applique parfaitement à la Françafrique.

12Alors que chaque président, depuis Giscard, prend soin d’annoncer la fin de la Françafrique, qu’en est-il aujourd’hui ? La réponse est sans nuance, mais fait mouche : la Françafrique – critiquée, concurrencée, condamnée à plus ou moins brève échéance – reste bien une composante de l’État profond français. Les tentatives sincères, du côté des sociétés civiles africaines, pour refonder les relations entre la France et l’Afrique risquent fort de se heurter à une classe politique française qui a plus d’une fois montré sa duplicité. À cet égard, les gesticulations mémorielles d’Emmanuel Macron ne sont qu’un avatar de plus de cet empire qui ne veut décidément pas mourir, voire un « investissement pour fabriquer l’oubli », selon la judicieuse analyse de Nadia Yala Kisukidi. Pour mesurer comment le naturel revient au galop et combien il trahit la psyché profonde de l’élite dirigeante, il suffit de se remémorer la panique des réseaux françafricains qui a suivi la mort inopinée du dictateur Idriss Déby, puis la venue du président Macron à ses obsèques en avril 2021, et enfin la façon dont il a adoubé son héritier, en violation manifeste de la constitution tchadienne, mais conformément aux traditions françafricaines les plus ancrées.

Haut de page

Notes

1 François-Xavier Verschave, La Françafrique. Le plus long scandale de la république, Paris, Stock, 1998, 379 p.

2 Thomas Deltombe, Manuel Domergue, Jacob Tatsitsa, Kamerun ! Une guerre cachée aux origines de la Françafrique, 1948-1971, Paris, La Découverte, disponible en poche, 2019, 976 p.

3 Alain Gabet, François Graner, « Le sabre et la machette. Officiers français et génocide tutsi », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 131, 2016, en ligne : <https://journals.openedition.org/chrhc/5287>.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Gabet, « Thomas Borrel, Amzat Boukari-Yabara, Benoît Collombat, Thomas Deltombe (dir.), L’Empire qui ne veut pas mourir. Une histoire de la Françafrique »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 154 | 2022, mis en ligne le 18 octobre 2022, consulté le 02 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/20224 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.20224

Haut de page

Auteur

Alain Gabet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search