Navigation – Plan du site

AccueilNuméros154LIVRES LUSLaurent Joly, La Falsification de...

LIVRES LUS

Laurent Joly, La Falsification de l’Histoire. Éric Zemmour, l’extrême droite, Vichy et les juifs

Paris, Grasset, 2022, 136 p., 12 €.
Sébastien Jahan
Référence(s) :

Laurent Joly, La Falsification de l’Histoire. Éric Zemmour, l’extrême droite, Vichy et les juifs, Paris, Grasset, 2022, 136 p., 12 €.

Texte intégral

  • 1 Robert Paxton, La France de Vichy, 1940-1944, Seuil, 1973, réédition augmentée (avec Michael Marrus (...)

1Dans la longue série des falsifications relayées par Éric Zemmour pour s’ériger en redresseur de torts d’une histoire nationale « déconstruite » par des universitaires « idéologues », son récit exposant le sort des juifs pendant l’Occupation est sûrement le plus connu et l’un des plus affligeants. Répétée à plusieurs reprises dans ses livres à succès, constamment assumée dans ses multiples interventions médiatiques, la thèse qui voudrait que Pétain ait « protégé » ou « sauvé » les juifs français a beau avoir été disqualifiée depuis longtemps, elle n’en revient pas moins sur le devant de la scène, portée par la notoriété et la communication tapageuse d’un personnage qui a prétendu à la magistrature suprême de la République. Cette offensive idéologique sur l’histoire de la Seconde Guerre mondiale n’est pas sortie tout armée du cerveau de l’ancien chroniqueur du Figaro. Elle puise dans un corpus de contre-vérités régulièrement exploitées par des activistes et auteurs d’extrême droite, dans un but politique bien précis : réhabiliter le régime de Vichy et, à travers lui, sa politique liberticide et xénophobe. Faire l’anatomie du mensonge, c’est ce que propose l’historien Laurent Joly dans un essai passionnant où les manipulations de Zemmour sont analysées à la lueur tant de la tradition politique du « nationalisme ethnique » du 20e siècle que de la production historique sur Vichy, avant comme après l’ouvrage majeur de Robert Paxton1.

  • 2 Laurent Joly, L’État contre les juifs. Vichy, les nazis et la persécution antisémite, Grasset et Fa (...)
  • 3 Gérard Noiriel, Le Venin dans la plume. Édouard Drumont, Éric Zemmour et la part sombre de la Répub (...)

2Concis et percutant, le livre de Laurent Joly, auteur en 2018 d’une remarquable synthèse (L’État contre les juifs2), déjà en partie dictée par la nécessité d’une mise au point face à la propagation des idées de Zemmour, atteint son objectif : remonter aux sources du mythe, démonter son mécanisme et dévoiler sa raison d’être. Un premier chapitre règle la question de l’appartenance idéologique et intellectuelle d’Éric Zemmour à l’extrême droite. Bien que certains de ses partisans se plaisent à en faire un authentique « gaulliste », les références que mobilise le polémiste ne laissent aucune place au doute : Zemmour est un héritier de la synthèse qui s’opère au tout début du 20e siècle entre « l’extrême droite contre-révolutionnaire » et monarchiste, d’une part, le nationalisme antisémite et xénophobe d’un Barrès ou d’un Drumont, d’autre part. À cet égard, les pages de Laurent Joly complètent avantageusement celles de Gérard Noiriel dans son portrait croisé de Zemmour et de Drumont, publié en 20193. Car, dans cette généalogie intellectuelle, il importait de rétablir les chaînons manquants, à commencer par Charles Maurras et Jacques Bainville, les deux grandes plumes de l’Action française dans l’entre-deux-guerres, acteurs de ce syncrétisme idéologique – royaliste, nationaliste et ethnique – que Joly place aux sources de l’extrême droite contemporaine. Zemmour, on le sait, se réfère constamment à Bainville, moins ouvertement antisémite et auréolé de son talent supposé d’historien et de « prophète de la Seconde Guerre mondiale », mais il ne dédaigne pas Maurras, auquel, rappelle l’auteur, il emprunte son goût de l’invective, la foi dans la toute-puissance de ses idées et le caractère vital de son combat pour la « civilisation », sa vision d’une France plus rêvée que réelle, et surtout son action en faveur de la diffusion dans tous les milieux d’une rengaine xénophobe déguisée en réfutation prétendument savante et audacieuse de la pensée dominante.

3Le deuxième chapitre nous rappelle à quel point Vichy, sa législation anti-juive et sa politique de collaboration, en partie inspirées par les idées de Maurras, provoquèrent une rupture profonde entre l’extrême droite et la droite gaulliste ou chrétienne-démocrate. Depuis la Libération, ce verrou a, pour l’essentiel, tenu en grande partie grâce à la fermeté de Jacques Chirac, résistant à la tentation unioniste « libérale-nationale » promue par le Club de l’horloge dans les années 1980-1990, et malgré la synthèse réalisée dans les coulisses du pouvoir élyséen, autour de Sarkozy, conseillé à la fois par le maurrassien Patrick Buisson et le gaulliste Henri Guaino. Pour Laurent Joly, Éric Zemmour reprend donc à son compte ce vieux serpent de mer des nationalistes depuis le début des années 1950 et l’amnistie des collaborateurs : la réconciliation des deux droites, incarnées par Charles De Gaulle et Philippe Pétain. Pour ce faire, il est absolument nécessaire de dédouaner Vichy de ses crimes et, mieux encore, d’inventer de toutes pièces un improbable partage des tâches, concerté, entre les deux figures antagonistes. Zemmour s’emploie à faire valoir les deux mythes : la théorie du « moindre mal » (Pétain, sous la pression des Allemands, n’a eu d’autres choix que de sacrifier les juifs étrangers pour sauver les Français israélites) et celle des « deux cordes » (la connivence secrète entre le chef de la France Libre et celui de Vichy). Là encore, il n’invente absolument rien. Les deux théories sont directement inspirées du système de défense adopté par Pétain lors de son procès en juillet-août 1945. Affirmant avoir « préparé les voies de la Libération » pour un De Gaulle qui poursuivait la lutte hors de nos frontières, le vieux maréchal façonnait ainsi la théorie du « glaive » et du « bouclier », tandis que ses avocats, Jacques Isorni en tête, affirmaient que seule l’action de leur client avait permis de sauver une grande partie des juifs français.

4Depuis lors, les mensonges ont circulé – à bas bruit, car forcément longtemps inaudibles – dans des cénacles nationalistes, plaidant « la réconciliation » des « bons Français » face à la menace des « agents de l’étranger » (c’est-à-dire les communistes). Du colonel Rémy, ancien résistant, revenu à ses sympathies maurassiennes de jeunesse, au professeur François-Georges Dreyfus, ancien gaulliste, rallié aux unionistes du Club de l’horloge, en passant par l’écrivain Robert Aron, chantre de la concorde retrouvée, tous ont nourri le bréviaire pétainiste en présentant le maréchal comme le protecteur des Français, et parmi eux des juifs, face aux brutales exigences des vainqueurs. Zemmour n’a donc qu’à se servir dans cette littérature, mal documentée, souvent contrefaite, truffée d’erreurs factuelles, pour trouver matière à sa version du roman national. Mais au-delà même du projet d’union des droites, Laurent Joly a raison de pointer du doigt le but le plus objectivement terrifiant de cette tentative pour réhabiliter le régime de Vichy : rendre acceptables ses politiques d’exception. En pratique, la mise en œuvre du programme du candidat Zemmour nécessite des options déjà expérimentées par Vichy : l’abolition projetée par l’essayiste doctrinaire de la loi Pleven de 1972, créant le délit d’injure à caractère raciste ou d’incitation à la haine raciale, aurait pour unique précédent l’abrogation par Vichy dès août 1940 de la première législation française contre le racisme, le décret-loi Marchandeau de 1939. Quant au projet de capture et d’expulsion des étrangers en situation irrégulière, il paraît difficile de penser sa réalisation possible « sans recourir massivement à l’internement administratif » (p. 68), également pratiqué par Vichy. Se libérer du complexe de la droite française à l’égard de cette page d’histoire constitue donc pour Zemmour un préalable indispensable à l’application de sa politique de lutte contre l’immigration de masse et « l’islamisation » du pays.

5Tout en propageant son discours, le faussaire doit, en outre, s’employer à démonétiser ses contradicteurs, et tout spécialement la recherche universitaire de qualité. Sa cible favorite est l’historien étatsunien Robert Paxton (chapitre 3). Depuis sa publication en France (1973), la thèse de Paxton – la collaboration volontaire de Vichy avec l’Allemagne nazie – s’est en effet imposée avec force dans l’opinion. Zemmour y voit un signe du « déclin de la France », amorcé en 1968 : l’adhésion à ce qu’il nomme la « doxa paxtonienne » confine à la haine de soi, dans la mesure où Paxton, par son rejet viscéralement américain de « l’assimilation à la française », engendre une culpabilité collective qui tétanise encore aujourd’hui nos gouvernants confrontés aux « vagues d’immigrés ». Sans surprise, Zemmour, une fois de plus, se contente de reprendre des critiques déjà formulées par des pétainistes opiniâtres, comme le journaliste antisémite Alfred Fabre-Luce, parti en guerre contre ce qu’il nomme le lobby d’historiens qui relaie la « propagande » de Paxton. Pour Fabre-Luce, c’est une évidence : les juifs français sont les « enfants de Vichy » et René Bousquet mérite sa place parmi les Justes au « Mémorial de Jérusalem » (Yad Vashem) ! Autre devancier de Zemmour, le rabbin israélien Alain Michel (Vichy et la Shoah, 2012) substitue Laval à Pétain dans le rôle du protecteur des juifs français, mais reprend la théorie du « moindre mal » pour tenter de s’opposer à la « doxa paxtonienne », à coups de citations détournées et de statistiques manipulées.

  • 4 Joseph Billig, Le Commissariat général aux questions juives, 1941-1944, Paris, Éditions du Centre, (...)
  • 5 Voir l’enquête remarquable de Jacques Sémelin, La Survie des juifs en France, 1940-1944, CNRS Éditi (...)

6Laurent Joly rappelle aussi que l’écho dont a bénéficié le premier livre de Robert Paxton ne doit pas faire oublier les publications françaises antérieures, déjà fondées sur les archives, que Zemmour et ses précurseurs feignent d’ignorer ou dont ils déforment honteusement les analyses. Dès 1951, Léon Poliakov, dans son Bréviaire de la haine, avait clairement démontré la « complicité délibérée » de Vichy dans la persécution des juifs. Mais c’est surtout Joseph Billig qui, grâce aux documents rassemblés par le Centre de documentation juive contemporaine (CDJC), met en lumière, une décennie avant Paxton, la recherche par Vichy de la collaboration avec l’Allemagne nazie et les marges de manœuvre dont Pétain disposait pour s’opposer aux rafles4. Il est donc faux de prétendre, comme le fait le chroniqueur de CNews, que la thèse de Paxton a remplacé en France une vision conciliante à l’égard de Vichy. Zemmour, obsédé par sa défense de Pétain, n’a d’ailleurs pas voulu voir la portée de la principale critique sérieuse apportée aux conclusions de Paxton : l’absence d’une prise en compte par le chercheur américain du poids de l’opinion des Français, de leur hostilité aux rafles et de leur rôle décisif dans la survie des quelque 220 000 juifs qui ont échappé à la déportation5. Ce n’est donc pas Vichy qui a sauvé tant de juifs – français ou étrangers –, mais bien plutôt la solidarité agissante de nombre de Français.

7Le quatrième et dernier chapitre du livre expose avec talent la méthode qu’emploie Zemmour pour embrouiller son lecteur ou son auditeur, à grand renfort d’aphorismes, de raccourcis, de torsions orientées des faits, de détails secondaires promus au rang de vérités générales… Laurent Joly illustre cette grammaire du mensonge avec quelques exemples de falsifications caractéristiques. On y retrouve notamment le mythe d’une France qui, en vertu des conditions imposées par l’armistice, n’avait pas d’autre choix que de répondre aux exigences de son vainqueur, celui du « rôle protecteur » joué par Vichy dans une France en voie de « polonisation » à partir de 1943, ou encore l’idée que la IIIe République avait, en mai 1940, organisé une « première rafle du Vel d’Hiv » (en réalité l’internement d’Allemands, dont une majorité de juifs, non pas, bien sûr, arrêtés en raison de leur religion, mais en tant que ressortissants d’un pays ennemi). L’auteur rapporte aussi comment Zemmour manipule ses sources, omettant systématiquement ce qui contrarie ses thèses, tronquant à dessein les citations, faisant passer pour certains des témoignages douteux, etc. À terme, se poserait donc la question de savoir si les idées défendues par Zemmour relèvent ou non du négationnisme. Laurent Joly considère que oui, dans la mesure où prétendre que « Pétain a sauvé les juifs français » s’apparente à une « minoration outrancière » d’un crime contre l’humanité, comme telle condamnable au titre de la loi Gayssot. Pourtant, le 4 février 2021, Zemmour a été relaxé en première instance du chef de contestation de crime contre l’humanité. L’affaire n’est toutefois pas définitivement tranchée : lors de l’audience en appel du 20 janvier 2021, le Parquet a requis une amende de 10 000 euros, mais a mis la décision en délibéré à l’issue de la campagne présidentielle.

8Le petit livre de Laurent Joly ne dispense certes pas de la lecture de ses autres ouvrages, notamment de L’État contre les juifs, qui fournit l’essentiel des matériaux nécessaires au démontage de la rhétorique fallacieuse du polémiste. Car, comme le concède le chercheur, le lecteur ou la lectrice de Zemmour a « intérêt à avoir de solides repères historiques » (p. 103) s’il souhaite déjouer ses pièges. En plus d’être une incitation à creuser une question que l’on pensait, sans doute hâtivement, réglée une fois pour toutes, ce livre se révèle surtout un outil indispensable pour saisir, à l’instar de Pierre Vidal-Naquet questionnant le « pourquoi » et le « comment » des délires négationnistes, les sources d’inspiration et les intentions d’un personnage trouble et dangereux. Laurent Joly dévoile ici tout ce que Zemmour, au-delà d’une image de bouffon médiatique et populiste, doit à l’extrême droite la plus violemment xénophobe et antidémocratique. Il assume, en outre, pleinement son rôle de chercheur dans la cité, refusant de minimiser les enjeux et les conséquences de ce retour en force d’un révisionnisme historique. Son livre nous fait comprendre, au contraire, que le passé vu par Zemmour est avant tout une arme politique, mise au service d’idées nauséabondes dont la résurgence offensive ne peut que nous inquiéter et contre laquelle les historiens ont le devoir de se mobiliser.

Haut de page

Notes

1 Robert Paxton, La France de Vichy, 1940-1944, Seuil, 1973, réédition augmentée (avec Michael Marrus), Calmann-Lévy, 1981.

2 Laurent Joly, L’État contre les juifs. Vichy, les nazis et la persécution antisémite, Grasset et Fasquelle, 2018, rééd. Flammarion, « Champs », 2020.

3 Gérard Noiriel, Le Venin dans la plume. Édouard Drumont, Éric Zemmour et la part sombre de la République, Paris, La Découverte, 2019.

4 Joseph Billig, Le Commissariat général aux questions juives, 1941-1944, Paris, Éditions du Centre, 3 vol., 1955-1960.

5 Voir l’enquête remarquable de Jacques Sémelin, La Survie des juifs en France, 1940-1944, CNRS Éditions, 2018.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Jahan, « Laurent Joly, La Falsification de l’Histoire. Éric Zemmour, l’extrême droite, Vichy et les juifs »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 154 | 2022, mis en ligne le 18 octobre 2022, consulté le 01 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/20249 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.20249

Haut de page

Auteur

Sébastien Jahan

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search