Navigation – Plan du site

AccueilNuméros154UN CERTAIN REGARDLe Dernier témoignage, film de Lu...

UN CERTAIN REGARD

Le Dernier témoignage, film de Luke Holland, Royaume-Uni, 2020, 90 min.

Un documentaire glaçant sur la persistance des idées nazies chez les Allemands
Chloé Maurel

Texte intégral

1Ce film documentaire, sorti au cinéma en France en avril 2022, est d’une grande importance. Son auteur est le photographe et documentariste britannique Luke Holland, qui a réalisé plusieurs documentaires engagés pour la BBC, notamment sur l’oppression des peuples amérindiens1. Dans ce qui est son dernier film, il donne à voir, de manière brute, des interviews d’Allemands âgés qui, enfants et adolescents durant la période nazie, ont adhéré à ce système et ont été membres des Jeunesses hitlériennes, du Bund der deutschen Mädel (BDM, organisation de jeunesse féminine) et des SS. Des nazis ordinaires. Comme l’écrit en introduction le réalisateur, ce qui est dangereux pour une société, ce ne sont pas les monstres, qui sont très peu nombreux, ce sont les gens ordinaires qui obéissent. Ainsi, on est confronté à la banalité du mal. Les personnes interviewées se souviennent toujours avec nostalgie de cette période, qui s’apparente pour eux à un « âge d’or » : c’était pour eux le bon temps, une période de prospérité, de liberté et de joie, d’exaltation même. Dans ces organisations de jeunesse, garçons et filles pouvaient pratiquer le sport, s’émanciper de la tutelle familiale, être fiers de porter l’uniforme, de manier des armes, d’être choisis pour appartenir à « l’élite » (un mot qui revient souvent dans leurs bouches pour parler des SS) et d’expérimenter une liberté sexuelle (les nazis encourageaient le rapprochement physique entre filles et garçons, dans une perspective nataliste).

2Certains témoignages sont glaçants, car certains hommes continuent à approuver les principes nazis : « l’idée était bonne », dit l’un d’entre eux, un vieil homme distingué en costume et cravate, filmé dans son intérieur bourgeois. Le cinéaste lui demande si l’extermination des juifs était également une bonne idée, et l’homme concède : « non, on aurait dû les expulser vers un autre pays »... Les témoins interrogés montrent des photographies d’époque, où ils tendent le bras pour le salut hitlérien, et des objets de ce temps-là avec des croix gammées, reliques qu’ils ont soigneusement conservées et qu’ils montrent avec fierté.

3Les femmes ne sont pas en reste, beaucoup n’ont aucun recul critique et affirment que tout le monde était « très amical » dans ces organisations de jeunesse, que même dans les camps de concentration (dont certains témoins interviewés ont été des gardien·nes) « les kapos étaient très sympas ».

4Certains des témoins se mettent, face à la caméra, à chantonner avec nostalgie des chants nazis dont les paroles disent qu’il faut « faire couler le sang des juifs ». L’un d’entre eux raconte qu’il vivait près d’un camp de concentration, que parfois il trouvait des détenus échappés du camp, tentant de se cacher dans sa ferme, et alors qu’« on les dénonçait » sans état d’âme pour qu’ils soient arrêtés et reconduits au camp.

5Le réalisateur, un Britannique qui a commencé à recueillir ces témoignages en 2008 et a interviewé près de 300 personnes avant de monter son film, qu’il a terminé en 2020 peu avant sa mort, utilise l’écoute empathique, ce qui met les témoins en confiance et a permis qu’ils se confient si librement.

6Tous ces anciens nazis, dont certains très impliqués dans ce système criminel, ont vécu une existence paisible et sans aucune sanction après 1945, car il n’y a pas eu de réelle dénazification après la guerre en Allemagne de l’Ouest, la guerre froide naissante ayant donné la priorité à l’anticommunisme. Ils ne se sentent absolument pas coupables. Le réalisateur les pousse malgré tout dans leurs retranchements, leur posant des questions directes sur le caractère criminel du nazisme, et alors on voit une sorte de schizophrénie dans leurs discours : d’un côté ils ont appris à dire, comme on apprend une leçon, que les agissements des nazis sont des crimes, mais d’un autre côté ils ne se sentent pas coupables eux-mêmes d’y avoir participé et refusent de reconnaître leur responsabilité. Concernant le génocide, ils reconnaissent qu’ils étaient au courant, que tout le monde en Allemagne était au courant, mais qu’il ne fallait pas en parler, que cela se disait « sous le manteau ».

7Un seul des témoins interviewés a un regard rétrospectif critique sur son passé au sein des SS. Il anime alors, à Wannsee, un stage d’éducation civique auquel participent des jeunes Allemands qui ont été sanctionnés pour des propos ou graffitis néo-nazis. L’échange est peu productif, l’ancien SS s’énervant face aux jeunes, et ces derniers affirmant qu’il y a aujourd’hui plus à s’inquiéter des migrants albanais que des nazis…

8Le film, captivant car monté sans aucun temps mort, est édifiant et fait ressortir la nécessité fondamentale de mener une éducation antiraciste et antifasciste pour déraciner les préjugés et stéréotypes racistes. Il nous montre aussi l’injustice du fait que la dénazification n’ait pas été menée avec plus d’ampleur en Allemagne après la guerre, l’immense majorité des anciens criminels nazis n’ayant absolument pas été inquiétés.

  • 2 Anne Berest, La Carte postale, Paris, Grasset, 2021, Prix Renaudot des lycéens.

9De même, en France, la plupart des anciens collaborateurs ou profiteurs du régime de Vichy n’ont pas été inquiétés : dans son roman La Carte postale (2021), fondé sur des faits réels, la romancière française Anne Berest relate que les habitants du village des Forges, en Normandie, se sont accaparés les biens de sa famille déportée (maison, piano à queue...), sans aucun état d’âme et en toute impunité2.

10Les interviews sont entrecoupées d’images en vidéo de l’époque, montrant les jeunes nazis en train de faire du sport, de s’amuser, de faire le salut nazi, cela illustre bien leur adhésion à ce système. Plusieurs de ces séquences sont en couleurs, ce qui donne une impression d’actualité saisissante.

  • 3 Par exemple, le film de 2020 Irma et Irma, femmes de lumière en temps obscurs, de Hannes Gellner (A (...)
  • 4 Par exemple, le film de 2020 Les Enfants du 209 Rue Saint-Maur, Paris Xe, de Ruth Zylberman (France (...)

11Au total, ce film est d’une importance capitale car, en complémentarité d’autres films récents sur la Seconde Guerre mondiale, qui documentent la Résistance3 ou la déportation4, il se place du côté des bourreaux, montrant leur indifférence aux crimes nazis (plusieurs des témoins, alors adolescents, ont assisté dans l’indifférence à des incendies de synagogues, lors de la « Nuit de cristal » en 1938, et à des tortures de déportés dans les camps) et même leur adhésion, en tant qu’Allemands de base, à un système monstrueux, dont le danger de reviviscence est toujours présent aujourd’hui.

Haut de page

Notes

1 Notice nécrologique en anglais sur Luke Holland : <https://www.theguardian.com/film/2020/jul/05/luke-holland-obituary> (consulté le 13/04/2022).

2 Anne Berest, La Carte postale, Paris, Grasset, 2021, Prix Renaudot des lycéens.

3 Par exemple, le film de 2020 Irma et Irma, femmes de lumière en temps obscurs, de Hannes Gellner (Autriche), sur deux femmes résistantes communistes viennoises : Irma Schwager et Irma Mico.

4 Par exemple, le film de 2020 Les Enfants du 209 Rue Saint-Maur, Paris Xe, de Ruth Zylberman (France).

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/20269/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Chloé Maurel, « Le Dernier témoignage, film de Luke Holland, Royaume-Uni, 2020, 90 min. »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 154 | 2022, mis en ligne le 15 octobre 202, consulté le 02 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/20269 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.20269

Haut de page

Auteur

Chloé Maurel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search