Navigation – Plan du site

AccueilNuméros155Le mot de la rédaction

Le mot de la rédaction

Anne Jollet
p. 5-9

Texte intégral

1Ce volume des Cahiers d’histoire est à l’image de la société présente. Plein de bruits. Les bruits que fait l’entrelacs des violences sociales, des espoirs, des peurs qui s’entrechoquent. Le temps long s’y fraie difficilement un chemin face aux surgissements des problématiques du présent. Rien que de normal en histoire, mais il y a des tempos : des temps un peu lents et des temps d’accélération. Est-ce un effet de contexte de lecture ? Temps suspendu à l’issue des mobilisations collectives. Il semble que chaque article tente de proposer une profondeur temporelle et in fine nous fait entendre des urgences du présent. Ou plus justement de pans de présent dans un monde dont nous avons la conscience de plus en plus vive qu’il est à la fois fait de joint et de disjoint, monde un, uni par les échanges d’informations, par les circulations incessantes des hommes et des biens, mais aussi balafré de murs, de frontières hérissées de barbelés aussi désuets que cruels, et aussi d’immenses fossés d’inégalités.

2Côté des bruits sourds, étouffés par les puissants, « Chantiers » nous engouffre dans les contradictions de la politique étatsunienne en matière de génocide. Le sombre du 20e siècle dont la violence extrême réveille la mémoire enfouie d’anciens massacres écrase, dans l’article de Julien Zarifian, les pouvoirs magiques de la société de consommation triomphante de la première puissance du 20e siècle. L’article fait entendre le bruit des livraisons d’armes et des alliances militaires, armatures d’une politique internationale basée sur les rapports de force. Que peuvent les éclats de voix des peuples massacrés comme les malheureux Arméniens, les Indonésiens ou, plus près de nous, les Tutsis du Rwanda, les Palestiniens, face à la solidité des alliances au présent ? Évidemment, retrouver l’OTAN, l’allié turc intouchable, fait surgir du présent des rues soudainement emplies de la colère des Kurdes, assassiné·es en plein Paris, aux livraisons des armes à l’est de l’Europe. Un peu plus loin, « Transmettre » nous soumet à l’évidence de l’implacable violence coloniale à travers l’analyse par l’historien Gwénael Murphy de l’important livre de deux spécialistes de la domination française en Nouvelle-Calédonie, L’Indigénat. Genèses dans l’empire français. Pratiques en Nouvelle-Calédonie. Spoliation, travail forcé, enfermement dans des réserves, la soumission du peuple kanak fait entendre le bruit des chaînes des bagnards et la coercition par les lois, dont le fameux code de l’Indigénat, par le désarmement du peuple et un monde de l’exception. Comme pour les États-Unis esclavagistes, nous savons que l’empreinte de ce talon de fer n’est pas prête de s’effacer. « Débats » ne nous en éloigne guère. Didier Monciaud y fait revivre un épisode récent de notre histoire, quand les héros de la chasse obstinée des criminels nazis, Beate et Serge Klarsfeld, acceptent les hommages de l’une des figures de proue de l’extrême droite. C’est à la fois la pensée de la barbarie nazie, du génocide des juifs d’Europe qui vient emplir nos têtes, et la menace de récupération de cette barbarie par une extrême droite qui cherche à faire oublier sa complicité passée et son inhumanité présente. À côté, Dimitris Fasfalis met en débat une autre mémoire, celle de Lénine, déboulonné dans l’Ukraine post-Maïdan, symbole de la fin d’une tyrannie pour les uns, de la relégation des classes populaires pour les autres. L’auteur en fait, pour nous, Occidentaux, une « esthétisation de la catastrophe », une esthétique de « fin du monde », l’expression de l’espoir éteint d’un monde meilleur incarné par ces statues emblématiques du socialisme réel gisant à terre.

3À la lecture de ces traces d’histoire, le constat révolté de Rousseau pourrait bien nous revenir en tête comme une litanie de ces passés récents qui habitent notre présent : « L’homme est né libre, et partout il est dans les fers ». Nous pourrions bien faire nôtre cette préoccupation dans laquelle s’ancre son Contrat social. Et cependant, l’entendant, nous savons qu’elle laisse voir une immense lumière liée à cet intangible, « L’homme est né libre ».

4D’où viendra donc la lumière ? De l’obstinée conviction que l’homme n’est pas fait pour vivre dans les fers. Peut-être de ces regards de femmes, photographes de guerre, qu’évoque pour nous ici, dans « Transmettre », l’ethnologue Noëlle Gérôme. Peut-être du regard bienveillant de Noëlle elle-même, qui transmet l’existence d’une exposition qu’elle a jugé forte et qui s’arrête sur le regard paisible d’enfants au milieu des violences, tel que saisi par la photographe Anja Niedringhaus. Bien sûr, il s’agit toujours de guerre, d’effets de domination, de peur. Bien sûr, Anja elle-même est morte en plantant une nouvelle fois son appareil photo en Afghanistan, tuée par un policier qui était censé la protéger. Mais le courage de ces femmes qui bravent les interdits, dits ou tacites, liés à leur sexe, qui osent regarder et rendre visibles les réalités des guerres, qui disent chacune à leur manière que « les guerres n’ont pas de vainqueurs », selon l’expression d’Anja Niedringhaus, sont des bulles de lumière qui nous redisent que « l’homme est né libre ». Ces photographes rappellent que la guerre est d’abord souffrances, mais elles transmettent aussi la conviction que les humains trouvent dans la connaissance des malheurs la force de les combattre.

  • 1 Nathalie Brémand (dir.), « Pour en finir avec le “socialisme utopique” », Cahiers d’histoire. Revue (...)

5Autres voies par lesquelles se fraie l’espoir. « Émanciper et produire » titre fièrement notre numéro. « Un pour tous, tous pour un », la médaille de la « Solidarité », que notre ami François Féret a mis au cœur du beau collage qu’il nous offre en couverture, fait entendre haut et fort l’idéal du mouvement coopératif. Bien sûr, le dossier nous fait revenir aux espoirs du 19e siècle, à l’agitation fébrile d’une société dont les fondements changent et dans laquelle certain·es cherchent des voies nouvelles d’organisation. Les projets sont multiples, depuis le début du siècle, qui visent à faire échapper à la misère les travailleurs et travailleuses des sociétés industrielles. Avant Marx, lui-même héritier, nous le savons. Nous avons déjà évoqué ces voies d’émancipation dans un dossier publié sous le titre gentiment provocateur, « Pour en finir avec le “socialisme utopique” ». Dans ce dossier, coordonné par Nathalie Brémand, plusieurs études concernaient l’organisation projetée ou mise en œuvre du travail et montraient comment elle s’élabore à travers ces expérimentations du socialisme1. Mais le présent dossier, coordonné par David Hamelin et Sébastien Jahan, tout en renouant avec cette histoire, s’en extirpe en évoquant la persistance, voire la renaissance de la forme coopérative comme alternative au mode de production capitaliste dans le monde d’aujourd’hui. Certes, le dossier entraîne dans les mondes en pleine relecture des socialismes du 19e siècle, divers, divisés, en partie étrangers à Marx et à son héritage. Julien Dohet, à propos de la situation belge, signale le soutien du pouvoir politique à la fin du 19e siècle, qui donne un cadre juridique aux coopératives. Maxime Quijoux ouvre son article sur l’essor des coopératives de production dans les années 1960 en France par un retour sur la Chambre consultative des associations ouvrières de production, institution créée en 1884 sous le haut patronage du ministre de l’Intérieur républicain, René Waldeck-Rousseau. Le dossier chemine à travers le 20e siècle, évoquant quelques-unes des formes prises par cet espoir de changer les rapports sociaux de production par en bas, par des structures alternatives aux logiques macro-économiques du capitalisme. Andrea Benedetti rappelle combien, au début du 20e siècle, la question des coopératives embarrasse la Première Internationale : faut-il inclure cette forme d’organisation qui vise, certes, à combattre la misère ouvrière ou paysanne, mais aussi souvent à promouvoir l’émancipation des travailleurs dans l’organisation socialiste ? L’auteur montre bien les divergences au sein de l’Internationale : la coopération est-elle une « duperie », voire un « danger », comme l’exprime Paul Lafargue au congrès de Paris en 1900 ? Ou bien peut-on, en étant socialiste, partager le point de vue qui affirme que « la coopération est bonne ou mauvaise suivant l’esprit qui la dirige » ? Anna Safronova analyse la spécificité de la situation russe dans ce début du 20e siècle, rappelant notamment le soutien du pouvoir tsariste à la création de coopératives paysannes. Elle voit cependant dans le coopérativisme une des formes multiples d’acculturation socialiste qui ont contribué au succès de la révolution de 1917. Le cas du socialisme belge et l’inclusion des coopératives dans le Parti socialiste belge révèlent le choix d’une voie graduelle vers le socialisme.

  • 2 Sylvie Mayer, « Économie sociale et solidaire : croisements et synergies », dans Progressistes, dos (...)

6La revalorisation dans le passé de ce « socialisme de l’association » renvoie évidemment à un présent dans lequel les certitudes quant à l’efficacité des formes de sortie du capitalisme se sont passablement usées. L’intervention du pouvoir d’État pour transformer le capitalisme a le plus souvent négligé de rendre le pouvoir aux travailleurs et a échoué à triompher du capitalisme. Les créations du mouvement coopératif ont souvent succombé face à la concurrence des entreprises capitalistes et, quand elles ont vécu, elles n’ont pas subverti, elles non plus, le fonctionnement capitaliste. Cependant, depuis l’effondrement des économies du socialisme d’État, singulièrement de l’URSS, l’histoire du coopérativisme comme voie socialiste a trouvé un nouvel écho. Dans des configurations nouvelles qui allient défense de l’environnement, défense des peuples dominés autochtones et défense de l’égalité sociale, des expériences politiques comme celles des sandinistes au Nicaragua et des zapatistes au Chiapas mexicain, que Bernard Duterme rapproche ici, ouvrent des mises en forme politiques neuves. La mise en œuvre du coopérativisme est redevenue une voie ouvrant des espoirs d’émancipation, même si, là aussi, les faiblesses internes et les attaques externes ont fini par triompher de ces alternatives. Sous d’autres formes, que les coordonnateurs du dossier rappellent dans leur introduction, le mouvement coopératif a retrouvé une place politique, y compris dans les grandes puissances, sous la forme de création d’espaces de vie sur un modèle de solidarité autant que possible non marchande, dont les ZAD sont les formes les plus visibles, mais aussi sous la forme plus incluse, légale, de l’économie sociale et solidaire. Certain·es continuent, certes, à y voir un cache-sexe de l’oppression capitaliste. Mais pour d’autres militant·es de l’égalité sociale, les coopératives de production, qui se créent souvent sous la menace de liquidation des entreprises, sont des expérimentations par en bas de la solidarité, de la démocratie au travail, en même temps que des formes écologiquement maîtrisées de la production. La France est la deuxième économie coopérative au monde, avec 4,5 % de la main-d’œuvre totale dans ce secteur, et bien plus hors des métropoles. Le fonctionnement de ces coopératives n’en fait pas toujours des poches de socialisme. Il n’en reste pas moins que ses formes neuves d’économie sociale et solidaire, ce tiers secteur, entrent désormais dans les réflexions de tous les acteurs et les penseurs de la transformation sociale. Ainsi, un parti né et grandi dans la matrice marxiste, comme le Parti communiste en France, a un secteur « Économie sociale et solidaire » et produit des analyses sur ce que ce secteur de l’économie véhicule et diffuse de neuf en matière de droit du travail, d’expérimentation démocratique, mais aussi d’économie solidaire, au national comme à l’international, de circuit court, d’engagement écologique, notamment par un rapport fondamentalement renouvelé aux territoires2.

7Les prochains dossiers des Cahiers d’histoire poursuivront entre oppression et émancipation, du côté des exilés et du poids social de leurs engagements, puis du côté de la Françafrique, qui sera au cœur de la présence de notre revue aux Rendez-vous de l’histoire de Blois. Et au-delà, nous vous invitons à prendre bonne note des prochaines « Rencontres d’histoire critique » qui auront lieu les 24 et 25 novembre 2023 à Gennevilliers. Bien sûr, on y parlera sport… entre oppression et émancipation.

Haut de page

Notes

1 Nathalie Brémand (dir.), « Pour en finir avec le “socialisme utopique” », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 124, 2014, <https://journals.openedition.org/chrhc/3659>.

2 Sylvie Mayer, « Économie sociale et solidaire : croisements et synergies », dans Progressistes, dossier n° 6, « Économie circulaire », 2014, <https://revue-progressistes.org/2015/02/28/economie-sociale-et-solidaire-croisements-et-synergies-sylvie-mayer/>.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 155 | 2022, 5-9.

Référence électronique

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 155 | 2022, mis en ligne le 01 mars 2023, consulté le 22 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/20325 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.20325

Haut de page

Auteur

Anne Jollet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search