Navigation – Plan du site

AccueilNuméros155DOSSIERLa Deuxième Internationale face à...

DOSSIER

La Deuxième Internationale face à la question coopérative, 1889-1914

Andrea Benedetti
p. 23-37

Résumés

La Deuxième Internationale (1889-1914) expérimente des difficultés à définir ses relations avec le mouvement coopératif, puisque les divergences d’ordre théorique entre ses partis affiliés se cristallisent autour de trois questionnements : faut-il considérer les coopératives comme les prémices de l’ordre socialiste à venir ? Entre parti et coopératives, doit-il exister une unité organique ou une autonomie organisationnelle ? Les partis nationaux demeurent-ils souverains, ou bien les instances de l’Internationale peuvent-elles leur dicter une ligne de conduite en matière coopérative ? Si les premiers congrès négligent le coopérativisme, dès 1900, le Bureau socialiste international, animé par une équipe de coopérateurs socialistes belges, adopte une approche graduelle et pragmatique pour resserrer les liens entre partis et coopératives. Le congrès de Copenhague de 1910 s’occupe finalement de la question coopérative, mais doit adopter une résolution équilibriste et qui reste sans lendemain.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Louis Bertrand, Romain Van Loo, La Coopération au point de vue socialiste, sl, sn, 1896, p. 2.
  • 2 Georges Haupt, La Deuxième Internationale, 1889-1914. Étude critique des sources, essai bibliograph (...)
  • 3 Jean Longuet, « Le mouvement socialiste international », dans Adéodat Compère-Morel (dir.), Encyclo (...)

1« Quoique frères d’origine, coopération et socialisme n’ont pas toujours marché de pair. Cela tient surtout à ceci, c’est que certains coopérateurs ont vu dans l’association coopérative la solution de la question sociale1 ». Louis Bertrand et Romain Van Loo expliquent ainsi, au congrès socialiste international de 1896, l’articulation difficile entre les deux mouvements dont ils sont pourtant dirigeants en Belgique : le socialisme et la coopération. En effet, alors que les années 1880 se caractérisent par une clarification structurelle du mouvement ouvrier autour de trois formes d’organisation distinctes – partis socialistes, syndicats et coopératives –, la Deuxième Internationale se configure dès sa fondation en 1889 comme un entre-soi de partis2. Elle est néanmoins confrontée à un mouvement coopératif florissant, qu’on ne peut plus reléguer à une simple permanence de socialisme utopique. Nombreux sont les militants socialistes qui s’impliquent dans la coopération afin de combattre la conception étriquée selon laquelle celle-ci serait une fin en soi, suffisante à répondre aux aspirations de la classe ouvrière. Mais même si à son apogée l’Internationale vante l’affiliation de 7 315 000 coopérateurs3, ses relations avec le monde coopératif restent mal définies, voire problématiques durant toute son existence. Une « question coopérative » émerge ainsi progressivement en son sein, puisque ses partis affiliés développent des approches différentes, rendant difficile une harmonisation internationale des pratiques nationales. Les clivages se structurent principalement autour de trois dimensions.

  • 4 BSI, Les Congrès socialistes internationaux. Ordres du jour et résolutions, Gand, Volksdrukkerij, 1 (...)
  • 5 Émile Vandervelde, « Préface », dans Louis Bertrand, Histoire de la coopération en Belgique. Les ho (...)
  • 6 Jules Guesde, Questions d’hier et d’aujourd’hui, Paris, Giard & Brière, 1911, p. 72.

2Premièrement, une question de principe : bien que le congrès fondateur de l’Internationale ait déclaré vouloir remplacer le régime de la concurrence par une « organisation coopérative4 » de la société, faut-il considérer les coopératives existantes comme les prémices de l’ordre socialiste futur ? Les réponses des grands théoriciens diffèrent sensiblement. Si Émile Vandervelde estime que la coopération est une « réalisation embryonnaire du socialisme, qui prépare les esprits à concevoir un ordre social très différent du régime capitaliste actuel5 », à l’extrême opposé, Jules Guesde note que « la coopération en elle-même n’a absolument rien de socialiste6 ».

  • 7 Voir Julien Dohet, « Le mouvement coopératif : histoire, questions et renouveau », Courrier hebdoma (...)

3Deuxièmement, une question relationnelle : entre partis et coopératives, doit-il exister une unité organique ou bien une simple unité d’action sur la base d’une complète autonomie organisationnelle ? Si les socialistes belges7 et hollandais sont des fervents partisans des rapports organiques, c’est-à-dire de l’affiliation officielle des coopératives au parti, via le paiement de cotisations, leurs camarades étrangers optent plutôt pour une neutralité active, à savoir le maintien d’une indépendance mutuelle tout en collaborant d’égaux à égaux dans la solidarité ouvrière.

4Troisièmement, une question de compétences : les partis nationaux sont-ils souverains dans la définition de leurs rapports avec la coopération, ou bien les instances de l’Internationale peuvent-elles s’y entremettre ? Sur ce point, les tenants de l’autonomie complète s’opposent aux partisans des formes d’intégration supranationale. Ces derniers trouvent un référent de taille dans le Bureau socialiste international (BSI), organe central et permanent de coordination, créé en 1900 au congrès de Paris afin de parachever l’architecture institutionnelle de l’Internationale.

Les tâtonnements des premiers congrès, 1889-1900

  • 8 Paris 1889, Bruxelles 1891, Zurich 1893, Londres 1896, Paris 1900.
  • 9 BSI, op. cit., p. 15-17.
  • 10 Ordre du jour du Congrès international socialiste des travailleurs et des chambres syndicales ouvri (...)
  • 11 Louis Bertrand, Romain Van Loo, op. cit., p. 8.

5Les coopérateurs font les frais indirectement de l’éviction des groupes non politiques et non socialistes établie par les cinq premiers congrès internationaux8. En effet, sont admis seulement les groupes qui reconnaissent la nécessité de l’organisation en parti et de la conquête des pouvoirs publics par l’action politique (législative et parlementaire), alors même qu’est affirmée la primauté du parti sur les autres formes d’organisation ouvrière9. En outre, les congrès ne discutent guère de la façon de se rapporter à l’Alliance coopérative internationale (ACI), fondée en 1895 sur des principes neutralistes. Aucun débat structuré n’est spécifiquement accordé à la coopération, les délégués se contentant de relater leurs expériences nationales. Parmi les rares exceptions, le congrès de Londres de 1896 est saisi de deux rapports portant une perspective internationale, mais qui ne soulèvent finalement aucune remarque au cours des séances. D’une part, la Fabian Society britannique préconise que l’Internationale invite les coopératives à payer « à leur personnel un minimum de salaire suffisant (…) afin de prouver leur sincérité lorsqu’elles proclament la communauté d’intérêts qui existe entre leurs actionnaires et leurs employés10 ». D’autre part, Bertrand et Van Loo vont jusqu’à appeler à « la constitution d’une fédération internationale des Sociétés coopératives socialistes11 ». Regrettant qu’en France, en Angleterre et en Allemagne les coopératives n’aient pas de caractère explicitement socialiste et que, sous ce prétexte, les congrès des partis les aient condamnées, ils déclarent :

  • 12 Ibid., p. 2-3.

« Si nous sommes d’accord que la coopération n’est pas la panacée, elle n’est pas non plus l’adversaire du socialisme. (…) Nos amis des autres nations se trompent quand ils partent en guerre contre la coopération. La coopération est bonne ou mauvaise suivant l’esprit qui la dirige. »12

  • 13 Voir Emmanuel Jousse, « Du révisionnisme d’Eduard Bernstein au réformisme d’Albert Thomas (1896-191 (...)
  • 14 Cinquième congrès socialiste international tenu à Paris du 23 au 27 septembre 1900. Compte rendu an (...)
  • 15 Idem.

6Un premier débat sur la coopération se produit accidentellement au congrès de Paris de 1900. Alors que la querelle révisionniste bat son plein depuis la diffusion des thèses d’Eduard Bernstein13, prétendant que le passage du capitalisme au socialisme peut se faire pacifiquement par un processus de réformes graduelles, une résolution inclut les coopératives dans une liste de moyens de lutte au même rang que les partis et syndicats. Fidèle à la rhétorique anticoopérative du parti guesdiste, Paul Lafargue déclare alors que la coopération est une duperie et un danger, en aucun cas « un moyen d’exproprier la classe capitaliste14 ». Il rajoute que même le socialisme belge considère la coopération essentiellement comme un moyen de recrutement et de financement. Au milieu des protestations, un compromis est finalement trouvé par Wilhelm Ellenbogen, dirigeant du Parti ouvrier social-démocrate autrichien : les partis ne doivent pas propager tous les moyens de lutte listés, mais simplement les combiner autant que possible15. Interprétée ainsi, la résolution maintient intacte la souveraineté des partis quant au degré d’implication des coopératives dans la lutte socialiste, ce qui explique son adoption à l’unanimité.

  • 16 Job Harriman, « Some Questions at the Paris Congress », The International Socialist Review, vol. I, (...)
  • 17 Voir Margaret Kohn, Radical Space : Building the House of the People, Ithaca, Cornell UP, p. 102-10 (...)
  • 18 Voir Robert Hunter, « First Impressions of Socialism Abroad », The International Socialist Review, (...)
  • 19 Sur l’échec de reproduction française du modèle belge, voir Madeleine Rebérioux, « Parti ouvrier be (...)

7Depuis lors, et jusqu’à 1910, ce n’est plus dans les congrès que se joue l’approfondissement de la question coopérative, mais au sein du BSI. Composé de deux délégués pour chaque nationalité et fonctionnant selon des réunions plénières annuelles, il catalyse dès le début de grands espoirs. Par exemple, Job Harriman, dirigeant du Socialist Party of America et candidat à la vice-présidence des États-Unis en 1900, estime que les renseignements diffusés par le BSI concerneront aussi les coopératives, déterminant une évolution du mouvement ouvrier international vers une organisation compacte16. À la base de cet optimisme se trouvent deux décisions prises par le congrès de 1900 : le siège du BSI est fixé à la Maison du peuple de Bruxelles17 et c’est au Parti ouvrier belge (POB) que revient la responsabilité d’en former le comité exécutif, assurant la pérennité des travaux entre deux réunions et centralisant les correspondances. Le choix de la Maison du peuple n’est pas dû au hasard : fonctionnant déjà comme siège central du POB, de la confédération syndicale et de plusieurs coopératives18, elle est le symbole même de l’unité entre les trois composantes du mouvement ouvrier et enthousiasme les observateurs étrangers19. Ainsi, selon Xavier Guillemin, membre du Parti ouvrier socialiste révolutionnaire de France et administrateur de la Verrerie ouvrière d’Albi, de la Bourse des coopératives socialistes et de l’Avenir de Plaisance :

  • 20 Xavier Guillemin, « Mouvement coopératif », La Revue socialiste, t. XLIV, 1906, p. 369.

« Les Maisons du peuple sont les temples où se forgent les idées, les arsenaux où se fabriquent les munitions qui permettront de monter à l’assaut de la citadelle capitaliste. Et si les Maisons du peuple sont les temples, les Anseele, les Vandervelde, les Furnémont, les Léonard, les Van Loo, les Hubin, etc., sont les apôtres. Et le socialisme est l’Évangile commun de tous les coopérateurs. »20

  • 21 « La federazione delle cooperative socialiste in Belgio », Avanti !, 23 septembre 1902, p. 1.
  • 22 Victor Serwy, La Coopération socialiste belge de demain, Bruxelles, sn, 1917, p. 82 ; Emory S. Boga (...)
  • 23 « Dictionnaire biographique », dans Victor Serwy, La Coopération en Belgique, t. IV, Bruxelles, Pro (...)

8Or, ce sont certains parmi ces « apôtres » qui vont former l’exécutif du BSI. La présidence est confiée à Émile Vandervelde, théoricien de pointe du POB, et la trésorerie revient à Édouard Anseele, fondateur de la coopérative gantoise Vooruit en 1881. Pour le secrétariat, le choix se porte sur Victor Serwy. Connu à l’étranger pour être « l’âme21 » de la Fédération des coopératives belges, dont il est secrétaire-gérant depuis sa fondation en 189822, Serwy porte un « socialisme constructif » dont l’idée phare est « l’organisation des consommateurs, liée étroitement à l’organisation des producteurs23 ». Tout semble indiquer que, sous la houlette des coopérateurs belges, l’Internationale va franchir un cap vers le rapprochement avec les coopératives.

L’approche graduelle et pragmatique du BSI, 1900-1910

  • 24 « Enrico Ferri al Vooruit », Avanti !, 31 octobre 1901, p. 1.
  • 25 Victor Serwy, « Bulletin coopératif », L’Avenir social, t. VI, 1901, p. 52
  • 26 Marcel Mauss, « L’Alliance coopérative internationale », l’Humanité, 26 décembre 1904, p. 4.
  • 27 « Das internationale socialistische Sekretariat », Vorwärts, 24 janvier 1901, p. 4.
  • 28 Georges Haupt, Bureau Socialiste International, vol. I : 1900-1907. Comptes rendus des réunions. Ma (...)
  • 29 BSI, L’Organisation socialiste & ouvrière en Europe, Amérique et Asie, Bruxelles, 1904, p. 514-517.
  • 30 Ibid., p. 517.

9En marge des réunions du BSI, Serwy organise des visites des coopératives pour que les dirigeants étrangers constatent les progrès du modèle belge, mais aussi pour encourager les coopérateurs eux-mêmes en leur conférant une appréciation internationale. Des membres du BSI profitent de leur séjour belge pour donner des meetings dans les coopératives et aborder explicitement la question des liens entre celles-ci et le socialisme. Par exemple, le député socialiste italien Enrico Ferri, durant une conférence au Vooruit en 1901, remarque avec optimisme que, malgré les diatribes théoriques, il existe en Europe des tendances à l’unification entre partis, coopératives et syndicats24. Cependant, les initiatives de Serwy s’épuisent rapidement. En effet, il conçoit le rapprochement international entre partis et coopératives surtout comme l’exportation du modèle belge25, mais il est réticent à établir des contacts entre BSI et ACI, dont il intègre pourtant le comité central en 190226. Surtout, sa responsabilité de secrétaire de la Fédération des coopératives finit par l’absorber entièrement. Les rares fois où Serwy s’occupe de la question coopérative en tant que secrétaire du BSI, sa pratique est essentiellement informative. Son projet de bulletin périodique où traiter à égalité les questions socialistes, syndicales et coopératives27 aboutit à la simple publication dans la revue du POB de renseignements épars sur l’actualité coopérative des différents pays. De même, son projet de volume sur « la puissance du socialisme sous les formes politique, syndicale, coopérative28 » se réduit à une rubrique statistique où sont listés, pays par pays, le nombre et le type de coopératives, leurs effectifs et leurs chiffres d’affaires29. De plus, Serwy admet avoir dû emprunter les informations non aux partis, mais à l’ACI et, dans l’incapacité de distinguer coopératives socialistes et neutres, il doit noter que « nous ne pouvons considérer toutes les données fournies comme indiquant l’effort des travailleurs vers des conquêtes matérielles et morales30 ».

  • 31 André Morizet, « Le congrès d’Amsterdam », Le Mouvement socialiste, n° 139-140, 1904, p. 412.
  • 32 Daniel De Leon, Flashlights of the Amsterdam International Socialist Congress, New York, Labor News (...)
  • 33 Marcel Mauss, op. cit., p. 4.
  • 34 « Dictionnaire biographique », op. cit., p. 223.
  • 35 Anvers, AMSAB-ISG, Archief van Camille Huysmans, 625.2292, f° 425, Lettre de Camille Huysmans à Vic (...)

10Au congrès international d’Amsterdam de 1904, alors que la question coopérative est peu évoquée, ce sont précisément les « tendances modérées des coopérateurs belges31 » qui sont pointées du doigt, au moment où l’état-major du POB décide de s’abstenir sur une résolution qui dénonce le révisionnisme et le ministérialisme en tant que compromissions avec la bourgeoisie. Daniel De Leon, dirigeant du très orthodoxe Socialist Labor Party of America, rédige un réquisitoire contre l’équilibrisme du POB, prouvant que c’est l’organisation coopérative elle-même qui menace son intégrité et l’éloigne de tout objectif révolutionnaire32. Au milieu des querelles, mais surtout « en raison du travail très lourd que lui impose la Fédération des coopératives33 », Serwy démissionne à la fin de l’année du poste de secrétaire du BSI « pour se consacrer uniquement à la coopération34 ». Lui succède en 1905 Camille Huysmans, qui est davantage un militant politique et qui tient à l’indépendance de son rôle vis-à-vis des coopératives belges. Il va jusqu’à polémiquer avec Serwy à propos de ses obligations, lui écrivant : « Je ne vends ni beurre, ni café, ni margarine, ce qui est peut-être un tort. Je ne suis pas employé de la Fédération des coopératives, ce qui me paraît fort heureux. Je n’ai donc ni le droit, ni le devoir d’assister aux séances de votre comité exécutif35 ».

  • 36 Georges Haupt, Bureau..., op. cit., p. 195 et p. 238.
  • 37 Ibid., p. 193.

11Huysmans tente de surmonter par une approche pragmatique les différends théoriques au sujet de la coopération et de rendre plus élastique l’architecture de l’Internationale, pour qu’elle englobe réellement les trois formes de l’organisation ouvrière. Ainsi, les coopératives sont intégrées à part entière aux dispositifs de solidarité internationale, notamment lors de la campagne de soutien à la révolution russe lancée par le BSI en 1905 : on compte sur elles pour protester contre les manœuvres tsaristes, accueillir et trouver un emploi aux réfugiés politiques, ou encore ouvrir des souscriptions en faveur des partis russes et polonais36. En même temps, le BSI réforme les modes de votation et de représentation aux congrès internationaux, incluant « la force de l’organisation syndicale et coopérative socialiste37 » parmi les critères d’attribution des voix aux délégations nationales. Dans ce cadre, Huysmans esquisse un plan de transformation du BSI en un organe collégial quadripartite réunissant en son sein socialistes, syndicalistes, coopérateurs et députés :

  • 38 Ibid., p. 436.

« À mesure que l’idée socialiste imprègnera le mouvement coopératif, toutes ces forces diverses tiendront à envoyer des délégués aux congrès internationaux. Puis les relations, qui ne sont souvent qu’accidentelles, deviendront, par la force des choses, permanentes. (…) On entrevoit donc le moment où le bureau reliera toutes les organisations ouvrières et admettra pour chaque section nationale un délégué du parti politique, un délégué des syndicats, un délégué des coopératives, un délégué du groupe parlementaire, collège de quatre mandataires incorporant les aspects divers du mouvement socialiste. »38

  • 39 L’Internationale ouvrière et socialiste. Rapports soumis au Congrès socialiste international de Stu (...)
  • 40 Ibid., p. 30-86.
  • 41 VIIe Congrès socialiste international tenu à Stuttgart du 16 au 24 août 1907. Compte rendu analytiq (...)
  • 42 AMSAB, Archief Huysmans, 625.2304, f° 51, Circulaire, 4 juin 1909.

12L’espoir de Huysmans est conforté par les rapports d’activité adressés par les partis au congrès de Stuttgart de 1907, faisant état d’une hausse de l’implication socialiste dans les coopératives, particulièrement en Belgique, aux Pays-Bas, en Allemagne, au Danemark, en Suède, en Suisse, en Bulgarie, en Argentine et en République tchèque39. De plus, un rapport du Belge Louis De Brouckère sur les relations entre partis et syndicats déborde sur la question coopérative et pose l’objectif de l’unité organique : puisque la lutte des classes est unique et indivisible, les frontières entre les organisations sont inexistantes dans la pratique, il faut donc combiner leurs efforts au lieu de procéder à un partage artificiel des tâches40. Cependant, le congrès rejette finalement l’unité organique entre partis et syndicats au profit de la formule transactionnelle de simple unité d’action, alors que la coopération est très peu discutée, hormis un échange d’invectives entre Vandervelde et Guesde41. Huysmans décide alors de débloquer la situation de sa propre autorité, en inscrivant lui-même un point – « Les relations entre les coopératives et les partis politiques » – à l’ordre du jour du congrès suivant42, prévu à Copenhague pour 1910.

  • 43 Bulletin périodique du Bureau socialiste international, vol. I, n° 2, 1909, p. 34.
  • 44 Ibid., p. 35.
  • 45 Ibid., p. 26.

13La 11e réunion plénière du BSI du 7 novembre 1909, censée valider la proposition, permet aux dirigeants nationaux de discuter enfin du fond de la question coopérative dans un cadre formel. Les Allemands se démarquent par des velléités de blocage, demandant d’ajourner le congrès, parce que les points à l’ordre du jour « ne présentent qu’un intérêt théorique43 », et de supprimer la question coopérative, puisqu’elle serait « d’ordre essentiellement national44 ». Au contraire, Français, Suédois et Autrichiens insistent sur le besoin de décider quelles relations l’Internationale tout entière entretiendra avec les coopératives, afin d’éviter d’éventuelles déviations dans cette question qui se pose partout de la même façon. Les Allemands se trouvant en minorité, la question des rapports entre parti et coopératives est maintenue au premier point de l’ordre du jour de Copenhague, résumée ainsi : « Les coopératives doivent-elles être neutres, indépendantes des organisations politiques, rattachées à celles-ci par un lien personnel ou bien affiliées au Parti ?45 ».

Les espoirs déçus du congrès de Copenhague

  • 46 Voir Denis Lefebvre, « Coopération et socialisme, la fédération socialiste du Nord (fin XIXe-XXe si (...)
  • 47 Bulletin périodique du Bureau socialiste international, vol. I, n° 3, 1910, p. 74.
  • 48 Ibid., p. 97-98.
  • 49 Idem.

14Seulement quatre partis envoient au BSI des rapports en vue du congrès de 1910. Allemands et Français46 défendent l’option neutraliste. Le SPD prend comme prétexte la législation allemande, qui interdit aux coopératives de s’occuper de politique, pour montrer que la simple existence de liens personnels entre parti et coopératives est suffisante en vue de leur unité d’action. Le devoir des socialistes impliqués dans les coopératives serait néanmoins d’« y faire usage de toute leur influence pour que les conditions de salaire et de travail (…) soient supérieures aux conditions qui existent dans l’industrie privée47 ». La SFIO propose de prendre comme base de discussion la résolution adoptée à son congrès national d’août 1910. Même si les socialistes doivent « donner sans restriction leur concours à la coopération48 », reconnue comme nécessaire à la transformation sociale par son potentiel éducatif et organisationnel, le parti doit informer les coopérateurs des « limites imposées par la concurrence capitaliste elle-même, afin qu’avertis par lui des difficultés complexes du combat social, ils ne négligent pas l’effort incessant que leur réclament aussi l’action syndicale et l’action politique49 ». D’autre part, l’unité d’action doit se faire autour du principe d’indépendance mutuelle :

  • 50 Idem.

« Fondé pour servir la classe ouvrière et non pour s’en servir, le Parti socialiste contracte l’obligation d’apporter aux groupements prolétariens une aide fraternelle et vigoureuse, sans avoir à réclamer le paiement de ses bons offices. Formuler à leur charge des obligations à son égard, ce serait susciter dans l’action coopérative des dissensions qui auraient un retentissement funeste au cœur même du Parti. Ce serait, en outre, s’aliéner des recrues possibles. Sans s’interdire à lui-même de recevoir pour son action autonome des ressources librement offertes, il diminuerait la sienne propre, s’il faisait dépendre (…) son équilibre budgétaire de leur prospérité. »50

  • 51 Ibid., p. 96.

15A contrario, Hollandais et Belges s’expriment en faveur de l’unité organique. Les premiers rappellent que ce principe permet « d’employer la coopérative de production comme moyen de combat, en affectant une partie des bénéfices éventuels comme appui financer pour le mouvement ouvrier51 », et terminent leur rapport par une vision optimiste de l’avenir :

  • 52 Ibid., p. 97.

« Les coopératives augmenteront en importance, les bénéfices deviendront plus grands et la partie de ces gains qui revient à l’action syndicale et politique grandira dans les mêmes proportions. De sorte que la coopération ouvrière renforcera les deux parties du mouvement ouvrier et ce trio : ce mouvement syndical, coopératif et politique travaillera à la destruction du capitalisme et à l’établissement du socialisme. »52

  • 53 Ibid., p. 91.
  • 54 Idem.
  • 55 Ibid., p. 95.
  • 56 Idem.
  • 57 Idem.

16Quant au POB, Bertrand adresse au BSI le seul rapport qui adopte une approche comparative entre divers cas nationaux. Rejetant la théorie de la loi d’airain du salaire, il explique que la coopération a désormais un caractère international et qu’elle est une étape non seulement « vers la production sociale53 », mais aussi vers la solidarité des peuples et la paix entre nations. Dès lors, la coopération n’est pas un simple moyen d’organisation et de propagande, mais est déjà en soi « l’élaboration d’un régime social nouveau, aboutissant finalement à une forme nouvelle de la société54 ». Revendiquant l’autorité morale du modèle belge sur le développement coopératif européen, Bertrand démontre que même les coopératives neutres en politique ne le sont pas en matière sociale. La meilleure solution serait alors la « concentration de toutes les forces prolétariennes en une seule et unique organisation », puisqu’en les laissant indépendantes « il est à craindre que l’on crée un état de choses poussant au particularisme, à l’indiscipline55 ». Ainsi, le projet de résolution du POB indique « qu’il est désirable que des liens organiques, de plus en plus étroits, s’établissent entre les partis socialistes et les coopératives, et que, là où la législation le permet, elles adhèrent effectivement au parti56 ». En outre, l’adhésion à l’ACI devrait être encouragée « dans le but d’y faire prévaloir les principes socialistes, de façon à donner au mouvement coopératif un caractère de lutte contre le système capitaliste actuel57 ».

17Pendant le congrès de Copenhague, la commission sur la question coopérative connaît des débats houleux. Quant à l’essence même de la coopération, seul Guesde ne lui accorde aucune utilité en vue de la conquête socialiste des pouvoirs publics :

  • 58 Huitième Congrès Socialiste International tenu à Copenhague du 28 août au 3 septembre 1910. Compte (...)

« La coopération n’est pas en soi du socialisme ; c’est du mercantilisme. Des sociétés marchandes dans un milieu marchand. (…) La coopération peut ne pas être un instrument de combat de classe ; elle peut n’être qu’un moyen d’amélioration immédiate du sort de quelques ouvriers associés. »58

  • 59 Ibid., p. 97-98.
  • 60 Ibid., p. 95-96.
  • 61 Ibid., p. 108.
  • 62 Ibid., p. 94.
  • 63 Ibid., p. 100.
  • 64 Ibid., p. 109.
  • 65 Ibid., p. 114.

18Au contraire, les autres délégués tombent d’accord au moins sur un point : la coopération n’est pas un but en soi, mais a une utilité éducative et organisationnelle qui fait d’elle un instrument à part entière de la lutte des classes. Les Allemands et la majorité de la délégation française pensent tendre la main aux Belges en affirmant la valeur intrinsèquement socialiste de la coopération. Louis Héliès déclare que « la coopération est en soi du socialisme » en tant qu’« acheminement vers la transformation de la production actuelle59 », alors qu’Adolf Von Elm, député du SPD et fondateur de la coopérative de production Tabakarbeiter-Genossenschaft, note que la coopération est « un moyen de transformer les modes de production et de répartition économique60 ». Albert Thomas va jusqu’à dire que « le seul fait de grouper des ouvriers est déjà du socialisme61 ». Or, les Belges renient ces arguments et les prennent comme prétexte pour démontrer que c’est justement pour séparer les coopératives du danger des déviations bourgeoises qu’il faut l’unité organique. Celle-ci est définie par Bertrand comme « logique, car nous avons ainsi un parti fort, uni, sans divisions syndicalistes ou coopératives », permettant d’aboutir « à l’unification de toutes les organisations ouvrières, sous les auspices et dans les cadres du parti62 ». De même, selon Anseele, puisque la neutralité coopérative « ce serait la guerre au socialisme63 », il faut obliger les membres du parti à adhérer aux coopératives et leur donner des directives. Se rallient à ces vues les Norvégiens et les Hollandais, et paradoxalement Guesde aussi : exhortant à « aller aux coopératives et en faire des citadelles socialistes64 », il interprète l’unité organique comme étant une soumission intégrale des coopératives au parti. Contre cette alliance entre POB et guesdistes, définie comme « inacceptable65 » par un délégué suédois, le SPD s’impose en chef de file de l’option neutraliste. Von Elm loue les bénéfices du développement parallèle, mais séparé d’organisations ouvrières, tant qu’elles tendent toutes à l’unité d’action :

  • 66 Ibid., p. 94.

« Les trois actions, politique, syndicale et coopérative, doivent être séparées et autonomes, sinon le parti se met inévitablement sous la dépendance de la coopération (…). Le vrai but de ces trois actions est dans leur mouvement vers le socialisme, mais elles doivent rester indépendantes. »66

  • 67 Ibid., p. 97.
  • 68 Ibid., p. 98.
  • 69 Ibid., p. 97.
  • 70 Ibid., p. 115.

19Héliès défend lui aussi « l’autonomie absolue de la coopérative vis-à-vis du parti67 », mais qui ne se résumerait guère à une attitude passive du second envers la première : « Ne dictez pas la loi aux coopératives. Persuadez-les et vous les amènerez à leur devoir de classe. Là où la coopération se développe, l’idée socialiste grandit68 ». Benno Karpeles, rédacteur de l’Arbeiter Zeitung de Vienne et fondateur de la coopérative de production Hammerbrot-Werke, va dans le même sens, voulant « faire prédominer les tendances socialistes au sein des coopératives » tout en arrivant « à traiter la coopérative sur un pied d’égalité avec le syndicat et le parti69 ». S’expriment de manière similaire les Italiens, les Tchèques, les Étatsuniens, les Britanniques, les Suédois et les Russes. Au nom de ces derniers, Viktor Tchernov indique que la coordination libre et spontanée des efforts politiques, syndicaux et coopératifs permettra de constituer une « trinité fédérative de ces trois organisations fondamentales des forces du travail70 ».

  • 71 Ibid., p. 111.
  • 72 Ibid., p. 95.
  • 73 Ibid., p. 96.
  • 74 Ibid., p. 107.
  • 75 Ibid., p. 99.
  • 76 Ibid., p. 108.

20La commission se divise également quant aux compétences mêmes de l’Internationale. Allemands et Autrichiens défendent la souveraineté intégrale des partis. Von Elm recommande de laisser « une grande liberté d’allure » puisque « la forme des relations dépend dans chaque pays du degré d’éducation politique71 » : vu que « dans les questions de détails, il est impossible de prendre des décisions liant toutes les nations72 », le congrès ne peut pas définir la question coopérative, faisant fi des circonstances changeantes de l’avenir. Karpeles lui fait écho, rajoutant que « les rapports entre le parti politique et les coopératives sont plutôt du ressort d’un congrès coopératif que d’un congrès socialiste73 ». À l’inverse, Belges et Hollandais estiment que le congrès, sans pouvoir donner des ordres, est au moins compétent pour tracer la voie à suivre. Comme le dit Vandervelde, l’Internationale se doit de trancher « la question de savoir si la coopération se développera sur le terrain de la collaboration des classes ou sur le terrain de la lutte des classes74 », ne serait-ce qu’en conseillant un rapprochement étroit entre parti et coopératives dans chaque pays. Les rapports entre Internationale et ACI sont peu évoqués. Alors que Serwy estime que l’entente serait naturelle du fait que l’ACI « a biffé de son programme que la coopération se suffit à elle-même75 », Héliès et Thomas se contredisent au sein même de la majorité de la SFIO : si le premier suggère de ne pas susciter de rivalité entre l’Internationale et l’ACI, le second déclare que « ce qu’il faut, c’est finir par rallier l’Internationale coopérative entière à l’Internationale socialiste76 ».

  • 77 Ibid., p. 118.
  • 78 Idem.
  • 79 Ibid., p. 119.
  • 80 Idem.
  • 81 Ibid., p. 118.

21Au milieu des divergences, la rédaction d’une résolution se révèle ardue et doit être confiée à une sous-commission, qui ne peut qu’adopter une posture équilibriste sur tous les points sensibles. Quant à la valeur de la coopération, son texte met en garde les ouvriers « contre ceux qui soutiennent que la coopération se suffit à elle-même » puisqu’« à elle seule, [elle] serait impuissante à réaliser le but poursuivi par le socialisme77 ». Toutefois, on reconnaît dans le coopérativisme une arme que « la classe ouvrière a le plus puissant intérêt à utiliser dans sa lutte de classes78 ». C’est en partant de ce présupposé que la résolution tente un compromis entre unité organique et indépendance complète, affirmant que le prolétariat « a le plus grand intérêt à ce que les syndicats, les coopératives et le Parti socialiste, tout en conservant leur autonomie et leur unité propres, soient unis par des relations tous les jours plus intimes79 ». Concrètement, même s’« il appartient aux diverses coopératives dans chaque pays de décider si et dans quelle mesure elles aideront directement de leurs ressources le mouvement politique et syndical80 », les socialistes doivent s’engager « à participer activement au mouvement coopératif, afin d’y développer l’esprit du socialisme et d’empêcher que les coopératives ne dévient de leur rôle d’éducation et de solidarité ouvrières81 ». En somme, le parti a des devoirs à remplir vis-à-vis des coopératives, mais sans attendre aucune contrepartie. Surtout, les socialistes doivent faire en sorte que les coopératives forment des fédérations nationales, qu’elles proposent des salaires et des conditions de travail exemplaires, et que les trop-perçus ne soient pas accaparés individuellement, mais destinés à des buts d’éducation et d’enseignement.

  • 82 Ibid., p. 386.
  • 83 Ibid., p. 387. Les bolcheviks et les autonomistes tchèques s’abstiennent ou votent contre la Social (...)
  • 84 Émile Vandervelde, La Coopération neutre et la coopération socialiste, Paris, Alcan, 1913, p. 125-1 (...)
  • 85 Bulletin périodique du Bureau socialiste international, vol. III, n° 8, 1911, p. 6 ; vol. IV, n° 10 (...)

22Présentant le texte en séance plénière du congrès, Karpeles en souligne l’esprit de compromis : loin d’établir des décrets impératifs, la résolution se borne à souhaiter que les liens entre parti et coopératives deviennent toujours plus étroits, tout en laissant à chaque parti la liberté de définir sa propre politique en fonction des conditions nationales. En somme, les partis sont autorisés à « persévérer dans leur méthode respective d’action coopérative, tout en restant dans l’esprit de l’Internationale82 ». De ce fait, même si la résolution est adoptée à une écrasante majorité83, elle marque une défaite des partisans de l’unité organique et des compétences supranationales de l’Internationale. Vandervelde la juge négativement, notant qu’elle a le défaut de dire ce qui rapproche les socialistes des divers pays, mais de taire ce qui les divise, les autorisant donc à poursuivre des tactiques nettement opposées84. En outre, si à Stuttgart Huysmans avait été mandaté pour nouer des relations officielles avec le Secrétariat syndical international, cette dynamique ne se produit pas à Copenhague à l’égard de l’ACI. Ainsi, pendant que le BSI concentre de plus en plus son action sur la prévention d’une guerre européenne, en établissant même des contacts avec les pacifistes libéraux, l’ACI n’est guère concernée. Pourtant, Huysmans était parfaitement au courant des résolutions qu’elle avait prises, définissant la paix comme condition première du coopérativisme85. Si les références à l’unité des trois composantes du mouvement ouvrier deviennent monnaie courante après le congrès de 1910, elles demeurent éminemment rhétoriques. Jusqu’à son éclatement en août 1914, l’Internationale en reste à la formule transactionnelle de Copenhague, garantissant aux partis une souveraineté pleine et entière en matière de relations avec les coopératives.

Haut de page

Notes

1 Louis Bertrand, Romain Van Loo, La Coopération au point de vue socialiste, sl, sn, 1896, p. 2.

2 Georges Haupt, La Deuxième Internationale, 1889-1914. Étude critique des sources, essai bibliographique, Paris/La Haye, Mouton, 1964, p. 76.

3 Jean Longuet, « Le mouvement socialiste international », dans Adéodat Compère-Morel (dir.), Encyclopédie socialiste, syndicale et coopérative de l’Internationale ouvrière, t. V, Paris, Quillet, 1913, p. 627.

4 BSI, Les Congrès socialistes internationaux. Ordres du jour et résolutions, Gand, Volksdrukkerij, 1902, p. 26.

5 Émile Vandervelde, « Préface », dans Louis Bertrand, Histoire de la coopération en Belgique. Les hommes, les idées, les faits, t. I, Bruxelles, Dechenne et Cie, 1902, p. IX.

6 Jules Guesde, Questions d’hier et d’aujourd’hui, Paris, Giard & Brière, 1911, p. 72.

7 Voir Julien Dohet, « Le mouvement coopératif : histoire, questions et renouveau », Courrier hebdomadaire du CRISP, n° 2370-2371, 2018, p. 5-58.

8 Paris 1889, Bruxelles 1891, Zurich 1893, Londres 1896, Paris 1900.

9 BSI, op. cit., p. 15-17.

10 Ordre du jour du Congrès international socialiste des travailleurs et des chambres syndicales ouvrières, Londres, Twentieth Century Press, 1896, p. 23.

11 Louis Bertrand, Romain Van Loo, op. cit., p. 8.

12 Ibid., p. 2-3.

13 Voir Emmanuel Jousse, « Du révisionnisme d’Eduard Bernstein au réformisme d’Albert Thomas (1896-1914) », dans Les Cahiers Irice, n° 2, 2008, p. 39-52 ; Manfred Gangl, « La querelle du révisionnisme au sein de la social‑démocratie allemande », dans Joseph Rovan (dir.), La Social-démocratie dans l’Allemagne impériale, Paris, Presses Sorbonne-Nouvelle, 1985, p. 89-102.

14 Cinquième congrès socialiste international tenu à Paris du 23 au 27 septembre 1900. Compte rendu analytique officiel, Paris, Société nouvelle de librairie et d’édition, p. 55.

15 Idem.

16 Job Harriman, « Some Questions at the Paris Congress », The International Socialist Review, vol. I, 1900-1901, p. 309.

17 Voir Margaret Kohn, Radical Space : Building the House of the People, Ithaca, Cornell UP, p. 102-105.

18 Voir Robert Hunter, « First Impressions of Socialism Abroad », The International Socialist Review, vol. VIII, 1907-1908, p. 9-19.

19 Sur l’échec de reproduction française du modèle belge, voir Madeleine Rebérioux, « Parti ouvrier belge et socialisme français », dans Jean Jaurès. Cahiers trimestriels, n° 158, 2000, p. 21-32.

20 Xavier Guillemin, « Mouvement coopératif », La Revue socialiste, t. XLIV, 1906, p. 369.

21 « La federazione delle cooperative socialiste in Belgio », Avanti !, 23 septembre 1902, p. 1.

22 Victor Serwy, La Coopération socialiste belge de demain, Bruxelles, sn, 1917, p. 82 ; Emory S. Bogardus, Dictionary of Cooperation, New York, The Cooperative League of the USA, 1948, p. 81.

23 « Dictionnaire biographique », dans Victor Serwy, La Coopération en Belgique, t. IV, Bruxelles, Propagateurs de la coopération, 1952, p. 227.

24 « Enrico Ferri al Vooruit », Avanti !, 31 octobre 1901, p. 1.

25 Victor Serwy, « Bulletin coopératif », L’Avenir social, t. VI, 1901, p. 52

26 Marcel Mauss, « L’Alliance coopérative internationale », l’Humanité, 26 décembre 1904, p. 4.

27 « Das internationale socialistische Sekretariat », Vorwärts, 24 janvier 1901, p. 4.

28 Georges Haupt, Bureau Socialiste International, vol. I : 1900-1907. Comptes rendus des réunions. Manifestes et circulaires, Paris, Éditions de l’EHESS, 1969, p. 59.

29 BSI, L’Organisation socialiste & ouvrière en Europe, Amérique et Asie, Bruxelles, 1904, p. 514-517.

30 Ibid., p. 517.

31 André Morizet, « Le congrès d’Amsterdam », Le Mouvement socialiste, n° 139-140, 1904, p. 412.

32 Daniel De Leon, Flashlights of the Amsterdam International Socialist Congress, New York, Labor News Company, 1904, p. 78-79.

33 Marcel Mauss, op. cit., p. 4.

34 « Dictionnaire biographique », op. cit., p. 223.

35 Anvers, AMSAB-ISG, Archief van Camille Huysmans, 625.2292, f° 425, Lettre de Camille Huysmans à Victor Serwy, 19 octobre 1907.

36 Georges Haupt, Bureau..., op. cit., p. 195 et p. 238.

37 Ibid., p. 193.

38 Ibid., p. 436.

39 L’Internationale ouvrière et socialiste. Rapports soumis au Congrès socialiste international de Stuttgart (18-24 août 1907) par les organisations socialistes d’Europe, d’Australie et d’Amérique sur leur activité pendant les années 1904-1907, Bruxelles, Brismée, 1907.

40 Ibid., p. 30-86.

41 VIIe Congrès socialiste international tenu à Stuttgart du 16 au 24 août 1907. Compte rendu analytique, Bruxelles, Brismée, 1908, p. 145-147.

42 AMSAB, Archief Huysmans, 625.2304, f° 51, Circulaire, 4 juin 1909.

43 Bulletin périodique du Bureau socialiste international, vol. I, n° 2, 1909, p. 34.

44 Ibid., p. 35.

45 Ibid., p. 26.

46 Voir Denis Lefebvre, « Coopération et socialisme, la fédération socialiste du Nord (fin XIXe-XXe siècles) », dans Jean Vavasseurs-Desperriers, Jean-François Sirinelli, Bernard Ménager (dir.), Cent ans de socialisme septentrional, Lille, Septentrion, 1995, p. 55-66.

47 Bulletin périodique du Bureau socialiste international, vol. I, n° 3, 1910, p. 74.

48 Ibid., p. 97-98.

49 Idem.

50 Idem.

51 Ibid., p. 96.

52 Ibid., p. 97.

53 Ibid., p. 91.

54 Idem.

55 Ibid., p. 95.

56 Idem.

57 Idem.

58 Huitième Congrès Socialiste International tenu à Copenhague du 28 août au 3 septembre 1910. Compte rendu analytique, Gand, Volksdrukkerij, 1911, p. 109.

59 Ibid., p. 97-98.

60 Ibid., p. 95-96.

61 Ibid., p. 108.

62 Ibid., p. 94.

63 Ibid., p. 100.

64 Ibid., p. 109.

65 Ibid., p. 114.

66 Ibid., p. 94.

67 Ibid., p. 97.

68 Ibid., p. 98.

69 Ibid., p. 97.

70 Ibid., p. 115.

71 Ibid., p. 111.

72 Ibid., p. 95.

73 Ibid., p. 96.

74 Ibid., p. 107.

75 Ibid., p. 99.

76 Ibid., p. 108.

77 Ibid., p. 118.

78 Idem.

79 Ibid., p. 119.

80 Idem.

81 Ibid., p. 118.

82 Ibid., p. 386.

83 Ibid., p. 387. Les bolcheviks et les autonomistes tchèques s’abstiennent ou votent contre la Social Democratic Federation britannique.

84 Émile Vandervelde, La Coopération neutre et la coopération socialiste, Paris, Alcan, 1913, p. 125-134 et p. 181-184.

85 Bulletin périodique du Bureau socialiste international, vol. III, n° 8, 1911, p. 6 ; vol. IV, n° 10, 1912, p. 21.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Andrea Benedetti, « La Deuxième Internationale face à la question coopérative, 1889-1914 »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 155 | 2022, 23-37.

Référence électronique

Andrea Benedetti, « La Deuxième Internationale face à la question coopérative, 1889-1914 »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 155 | 2022, mis en ligne le 01 mars 2023, consulté le 19 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/20335 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.20335

Haut de page

Auteur

Andrea Benedetti

Doctorant, UMR 7069 LinCS, Université de Strasbourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search