Navigation – Plan du site

AccueilNuméros155DOSSIERLes coopératives de production au...

DOSSIER

Les coopératives de production au service des coopératives de consommation : le cas de la coopération socialiste en Belgique (1872-1983)

Julien Dohet
p. 39-56

Résumés

En Belgique, le mouvement coopératif se développe à partir du dernier quart du 19e siècle comme l’ossature, la colonne vertébrale d’un mouvement ouvrier socialiste où la forme « parti » sera à la fois le fruit d’un regroupement et la force centralisatrice et dirigeante des autres composantes que sont les mutuelles, les syndicats et les coopératives. Les coopératives sont au cœur du développement du socialisme en Belgique et lui donnent une puissance économique importante. Au-delà d’un aspect logistique, pour les socialistes belges « [La coopérative] apparaît (…) comme une sorte de réalisation embryonnaire du socialisme, qui prépare les esprits à concevoir un ordre social très différent du régime capitaliste actuel1 ». Le mouvement coopératif belge reprend les principes arrêtés par les pionniers de Rochdale, mais y ajoute une obligation : celle d’adhérer au Parti ouvrier belge (POB2) et d’affecter une partie des bénéfices à la propagande socialiste. Cet ajout différencie clairement le modèle coopératif belge de celui des autres pays. Une autre spécificité est de s’être développé quasi exclusivement sur le modèle de la consommation, les rares coopératives de production venant alimenter celle-ci.

Haut de page

Texte intégral

Un modèle coopératif qui s’inscrit dans le modèle général, mais y intègre un supplément particulier

1Comme l’indique Victor Serwy (1864-1946), alors secrétaire de la Fédération des sociétés coopératives belges, une des structures de la coopération socialiste belge, dans sa préface à la traduction du classique sur l’Histoire des Équitables pionniers de Rochdale :

  • 3 Georges Holyoake, Histoire des Équitables pionniers de Rochdale, Gand, Volksdrukkerij, 1923, p. 2.

« L’histoire des pionniers de Rochdale par G. Holyoake est somme toute l’histoire du mouvement coopératif lui-même, non seulement en Angleterre où il est né, mais en Belgique et dans tous les pays. (…) Il n’y a pas, dans toute la littérature du 19e siècle, d’histoire ouvrière plus vécue, plus vive d’intérêt que celle des Équitables pionniers de Rochdale. »3

2La coopération socialiste belge reprend donc les principes établis à Rochdale, dans lesquels elle inscrit pleinement son action. Fondée en 1844 par 28 tisserands de Rochdale, en Angleterre, les « Équitables pionniers » est une société coopérative considérée comme fondatrice du mouvement coopératif, auquel elle donne ses quatre principes de base : l’égalité (1 homme = 1 voix), la justice (ristourne liée aux achats et non au capital), l’équité (limitation des dividendes) et la liberté (possibilité de quitter la coopérative). Le livre d’Holyoake est très largement diffusé dans le mouvement coopératif belge, qui le décline également en bande dessinée, conférences… Un élément est cependant ajouté en Belgique. Émile Vandervelde le souligne quand il évoque le Vooruit, sur lequel nous reviendrons :

  • 4 Émile Vandervelde, La Coopération neutre et la coopération socialiste, Paris, Félix Alcan, 1913, p. (...)

« Il est exact, en effet, que les fondateurs du Vooruit adoptèrent les principes fondamentaux formulés, dès 1844, par les Pionniers et se bornèrent, sauf quelques retouches de détail, à décider que les membres de la coopérative devraient adhérer au Parti ouvrier et qu’une partie des bonis serait consacrée à la propagande socialiste. Cela suffit, d’ailleurs, pour engager la coopération belge dans des voies entièrement nouvelles. »4

  • 5 Pour une histoire plus globale des coopératives en Belgique, nous renvoyons vers notre étude : Juli (...)

3Cette voie nouvelle s’incarne dans la structure coopérative et son maillage de magasins et de Maisons du peuple, qui forme l’ossature d’un mouvement ouvrier centré sur le parti, mais dont les syndicats et la mutuelle forment les deux autres branches5.

4Outre l’exemple de Rochdale, la naissance de la coopération en Belgique s’effectue via l’influence des grands penseurs utopistes, mais surtout suite à un besoin de solutions concrètes des travailleuses et travailleurs pour sortir de la misère. C’est ce qu’exprime clairement Victor Serwy :

  • 6 Victor Serwy, Vade mecum du propagandiste coopérateur, Bruxelles, Office coopératif belge, 1922, p. (...)

« Robert Owen, qu’on a nommé le père de la coopération en Grande-Bretagne, pas plus que Charles Fourier en France, ne sont les créateurs de la coopération, mais ils n’en sont pas moins les éveilleurs. Leurs pensées ont exercé une influence considérable sur les premières réalisations économiques des travailleurs, dénommées coopératives, mais c’est avant tout les besoins de la vie qui ont amené les travailleurs à l’action constructive. »6

5En Belgique se produit donc un mouvement dialectique : d’une part, une auto-organisation des travailleurs afin de répondre à des besoins concrets immédiats et, d’autre part, une influence théorique de bourgeois liés au mouvement utopiste. Concrètement, la création de la première coopérative de production date du milieu du 19e siècle. À l’initiative de Nicolas Coulon, l’Association fraternelle des ouvriers tailleurs est fondée à Bruxelles le 16 avril 1849. Elle est rapidement suivie par d’autres initiatives qui ont toutefois une existence éphémère, à l’exception notable de l’Alliance typographique. Dès 1854, il n’existe presque plus rien de ces diverses tentatives de coopératives majoritairement de production et non de consommation. La coopération redevient alors une utopie dont il est discuté dans les lieux où se côtoient libéraux progressistes et premiers socialistes. C’est ainsi que, à la veille de la création d’une section belge de l’Association internationale des travailleurs (AIT, nom officiel de la Première Internationale), il n’existe guère que quelques sociétés coopératives créées vers 1864, notamment La Coopérative à Grivegnée, constituée par des ouvriers et des contremaîtres de l’industrie, ou La Prévoyante à Verviers. L’AIT, dont l’influence est très importante (y compris en Belgique) en dépit de sa brève existence, prône surtout le développement des coopératives de production et se montre réticente envers celles de consommation.

  • 7 En Belgique, la législation relative aux coopératives fait partie intégrante du droit commercial et (...)
  • 8 L’association de fait est assez répandue en Belgique. Elle n’est pas dotée d’un statut juridique. P (...)

6Le 18 mai 1873, la Belgique se dote d’une loi sur les coopératives. Si celle-ci est très large et permet à nombre de structures commerciales très éloignées des principes de Rochdale de prendre ce statut juridique7, elle permet aussi au mouvement socialiste de disposer d’une de ses branches dotées d’un statut juridique, tandis que parti et syndicat resteront, jusqu’à aujourd’hui, des associations de fait8. Ce statut juridique lui permet notamment d’acquérir des bâtiments pour doter le mouvement de locaux. Ce rôle que prendront les Maisons du peuple a une importance déterminante :

  • 9 Annick Brauman, Brigitte Buyssens, « Voyage au pays des maisons du peuple », dans Architecture pour (...)

« Dans la création d’une Maison du peuple, l’objectif alimentaire et festif prévaut : améliorer l’alimentation de l’ouvrier dans un premier temps ; développer une stratégie d’implantation à proximité du consommateur dans un deuxième temps et organiser les loisirs ouvriers. La fonction éducative est plus discrète (…). Mais ce qui distingue les Maisons du peuple (…), [c’est] qu’elles apparaissent comme des conquêtes, comme des lieux d’indépendance et de maturité, loin du rapport infantilisant de domination patronale, comme des constructions autonomes, des possessions autogérées, comme des bastions de solidarité et de dignité nés du sentiment de se réunir pour faire du pain, boire de la bière, s’amuser librement et, en définitive, ne pas être exploité. »9

7La Maison du peuple n’est donc pas seulement le lieu des activités commerciales de la coopérative. Dès le départ, elle est conçue comme un ensemble plus large permettant d’accueillir et de développer l’ensemble des activités des organisations et mouvements liés au POB. Son processus de construction ou d’achat est également représentatif du projet dont elle participe, puisqu’il implique les coopérateurs, y compris dans les travaux mêmes.

Une histoire intimement liée à celle du parti

  • 10 Cité dans Jules Van Den Heuvel, Une citadelle socialiste, le Vooruit de Gand (extrait de La Réforme (...)

8Ce n’est que dans le dernier quart du 19e siècle que le mouvement coopératif prend vraiment son essor en Belgique avec une phase de développement exponentielle, et il ne se voit stopper que par la Première Guerre mondiale. Si ce n’est pas forcément la première, celle de Jolimont créée en 1872 par des ouvriers membres de l’AIT lui étant antérieure, c’est la coopérative du Vooruit à Gand, fondée en 1880, qui sert de modèle dans le monde socialiste belge. Celle-ci était considérée par Édouard Anseele, son principal fondateur et dirigeant, comme « une citadelle, établie par les socialistes et d’où ils bombardent la classe bourgeoise à coups de tartines et de pommes de terre10 ». L’origine même du Vooruit est une affirmation de son caractère socialiste. Ses fondateurs étaient en effet membres d’une autre coopérative, les Vrye bakkers, fondée en 1873, mais

  • 11 Ibid., p. 5.

« La majorité de la société ne voulait pas subordonner les affaires à la politique ; elle protestait, regimbait. Aux assemblées générales on échangea des mots durs et des coups. Les conservateurs du statu quo finirent par l’emporter. Vaincus, les socialistes firent scission et se décidèrent à constituer une société nouvelle. (…) Ils affichèrent nettement leur intention de faire de cette coopérative l’humble servante, l’instrument du socialisme. »11

9Ce lien avec le parti n’est pas qu’une simple affiliation. C’est ce que détaille Heuvel, professeur de droit public à l’Université catholique de Louvain à partir de 1883 et futur ministre de la Justice, dans sa brochure critique envers le Vooruit :

  • 12 Ibid., p. 15.

« À bien examiner les choses, il paraît même que la Société n’est pas tant une coopérative de consommation qu’une branche commerciale de l’organisation générale du parti socialiste gantois. Elle n’est pas un organisme isolé, autonome, indépendant. Elle n’est qu’un rouage d’une puissante société politique. »12

10Et de préciser plus loin ce lien organique :

  • 13 Ibid., p. 18.

« Non seulement toutes ces associations, coopératives, syndicats, mutualités et clubs, sont consacrées en définitive au triomphe des mêmes idées, mais elles constituent en réalité une seule et même organisation. On dirait les divers rouages d’un mécanisme, les différentes sections d’une vaste société. Aussi se compénètrent-elles mutuellement et obéissent-elles à une même direction. Leur parenté est si étroite que leurs statuts, leurs règlements, sont pour ainsi dire entrelacés, enchevêtrés. (…) Mais où la communauté, l’identité de vues, l’unité d’existence éclate particulièrement, c’est dans l’unité de gouvernement. Coopératives, mutualités, syndicats et clubs sont soumis indistinctement à la direction omnipotente du comité central et de l’assemblée du parti. »13

11Cette réalité, Émile Vandervelde, « patron » du POB, la reconnaît sans hésitation dans son livre sur les coopératives, significativement dédié « à son ami Édouard Anseele, fondateur du Vooruit », quand il explique que toutes les sociétés coopératives socialistes

  • 14 Émile Vandervelde, op. cit., p. 69.

« (…) contribuent à la propagande socialiste en payant les affiliations de leurs membres au Parti et en mettant gratuitement des locaux à disposition des syndicats et des groupes politiques. C’est ainsi qu’une très grande partie des 90 000 francs que la Maison du peuple de Bruxelles a consacré en 1909 et en 1910 à l’amortissement de ses immeubles représente encore, pour une large part, une subvention indirecte au Parti ouvrier. Il n’est pas douteux que le succès des coopératives belges du type Vooruit ait été pour beaucoup dans le revirement qui s’est produit en faveur de la coopération dans les milieux socialistes, vers la fin du siècle. »14

12L’historien Jean Puissant souligne combien l’aide à une grève dans le Borinage en 1886, 30 tonnes de pain envoyées par wagons entiers, marque fortement les esprits et

  • 15 Jean Puissant, La Coopération en Belgique. Tentative d’évaluation globale, BTNG-RBHC, n° XXII, 1991 (...)

« explique, en partie du moins, le ralliement des ouvriers de la grande industrie wallonne (fer, charbon, verre) à la lutte politique, à la revendication du suffrage universel et au POB. (…) En Wallonie, ce développement spectaculaire sauve même le POB d’une disparition totale en raison d’une scission entre “pragmatiques” arc-boutés sur les grandes boulangeries coopératives et “impatients” pour qui la grève générale doit rapidement amener la constitution d’une république à préoccupation sociale. De la république ou de la boulangerie, c’est cette dernière qui l’emporte et ce succès permet au POB de s’affirmer comme seul représentant légitime de la classe ouvrière et de mener le combat politique en son nom. »15

13Cette interpénétration est aussi présente dans la naissance du Parti ouvrier belge en avril 1885, celui-ci étant créé à l’initiative de groupes politiques socialistes, mais aussi de syndicats, mutuelles et coopératives. On retrouve par exemple, outre le Vooruit, la Meunerie et Boulangerie mécanique fondée à Verviers en 1884, après une conférence d’Édouard Anseele. Louis Bertrand, ouvrier marbrier devenu député socialiste et qui écrit de nombreux ouvrages sur les coopératives, indique clairement que

  • 16 Préface d’Émile Vandervelde dans Louis Bertrand, Histoire de la coopération en Belgique…, op. cit., (...)

« pour être membre d’une coopérative socialiste, il faut faire une profession de foi socialiste, adhérer en même temps au programme du POB. Dans ces conditions, l’organisation coopérative se confond avec l’organisation même du socialisme. Les progrès de l’une réagissent nécessairement sur les progrès de l’autre. Presque tous les socialistes deviennent coopérateurs et, par conséquent, la coopération bénéficie de toute la propagande socialiste tandis que, réciproquement, par le fait de leur adhésion au POB, tous les coopérateurs sont socialistes. »16

  • 17 François Duquesne, Histoire de la société coopérative de Roux, Gand, Volksdrukkerij, 1906, p. 115.

14Un autre exemple concret est celui de la société La Concorde à Roux : c’est le POB lui-même qui impose les conditions exigées par celle-ci : « Se grouper syndicalement, mutuellement, coopérativement17 ».

15En 1898, les députés socialistes Jules Destrée et Émile Vandervelde écrivent :

  • 18 Jules Destrée et Émile Vandervelde, Le Socialisme en Belgique, Paris, Giard et Brière, 1898, p. 47.

« Ce sont les coopératives qui fournissent au Parti ouvrier la majeure partie de ses ressources, sous formes de cotisations, de subsides en cas de grève, de souscriptions en faveur de la presse socialiste et des autres œuvres de propagande. (…) De même qu’il y a des curés, dans chaque village, pour la diffusion des idées catholiques, de même il y a des employés des coopératives, dans chaque centre industriel, pour la propagation des principes socialistes. »18

  • 19 Gita Deneckere, Hannes Pieters, Een showcase voor het socialisme. De Gentse coöperatie Vooruit op d (...)

16Lors de l’Exposition universelle qui se tient à Gand en 1913, le stand de la coopérative Vooruit apparaît comme une vitrine du socialisme belge19, illustrant parfaitement la réalité de la coopération en Belgique.

  • 20 Au moment de la Libération, Léopold III se retrouve dans l’impossibilité de régner, ne résidant plu (...)

17L’entre-deux-guerres marque l’apogée du mouvement coopératif alors que le socialisme belge se renforce, participant au pouvoir où il concrétise une série de ses revendications historiques. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, contrairement au syndicat, le mouvement coopératif socialiste ne connaît pas de réel débat sur l’indépendance vis-à-vis du parti et tranche rapidement contre cette indépendance. La coopérative demeure donc un lieu central de la sociabilité du parti et le contrôle du Parti socialiste sur les coopératives reste entier. C’est cette même logique d’union qui prévaut à la création de l’Action commune, structure fondée en 1949 dans le contexte de la mobilisation de la « question royale20 », avec pour objectif de coordonner l’action des quatre principales branches de la famille socialiste : parti, mutualité, syndicat et coopérative.

18Les années 1960, alors que les coopératives regroupent encore plus de deux millions de personnes, sont marquées par des difficultés qui ne feront que s’accentuer les vingt années suivantes. Commercialement dépassé par le développement des grandes surfaces en libre-service souvent situées en périphérie des villes, le mouvement coopératif voit ses caisses de solidarité (voir infra) rendues obsolètes par la création de la sécurité sociale. On constate en parallèle que les coopérateurs restants sont de moins en moins actifs. Lors des réunions des comités locaux, qui ont perdu beaucoup de leur marge de manœuvre suite aux centralisations successives, les plaintes se multiplient quant aux retards de fourniture, à l’absence de travaux d’entretien et de rénovation, au manque de proactivité (pas d’ouverture de magasins dans des nouveaux quartiers, notamment dans ceux de logements sociaux), etc., alors que chacun sait qu’un magasin modernisé et bien approvisionné voit son chiffre d’affaires rebondir. En outre, les carences au niveau de l’entretien des bâtiments ont pour conséquence une diminution de la location des salles de réunion ; même les autres structures socialistes s’en vont ailleurs21. Les coopératives subissent par ailleurs un désintérêt grandissant du parti qui, parfaitement intégré dans tous les rouages de l’État, délaisse une structure dont il n’a plus vraiment besoin. Une tentative de réorganisation s’opère en 1970 avec d’une part Coop-Belgique, pour le volet commercial et opérationnel, et la Fédération belge des coopératives (FBC) pour la propagande, le lobbying et les relations au sein du mouvement socialiste. Dix ans plus tard, la première est contrainte de stopper ses activités. La seconde, devenue la Fédération belge de l’économie sociale et coopérative (FEBECOOP), continue ses activités de coordination autour des secteurs banque-assurance et pharmacie, mais surtout se réoriente comme « une plateforme intersectorielle d’entreprises et d’associations qui partagent la volonté de développer une économie respectueuse de l’homme et de son environnement, axée sur l’utilité et l’équité sociales, au moyen d’entreprises organisées sur la base des valeurs, de l’éthique et des principes coopératifs22 ». Febecoop existe toujours aujourd’hui et travaille au développement et à la promotion des principes coopératifs, mais à une échelle et d’une manière qu’il est impossible de comparer avec le mouvement étudié ici.

Une production au service de la consommation

  • 23 Émile Vandervelde, La Coopération neutre..., op. cit., p. 159.
  • 24 Louis Bertrand, La Coopération, Bruxelles, Rozez, coll. « Bibliothèque belge des connaissances mode (...)

19S’il reconnaît que des initiatives comme les Tisserands réunis, mises en œuvre par le Vooruit, permettent aux travailleurs qui y sont occupés de meilleures conditions de travail et de salaire, Vandervelde nuance : « seulement, la différence n’est pas très grande, et l’on doit prévoir qu’avec la meilleure volonté du monde, elle ne pourra jamais être très grande : les fabriques socialistes, en effet, resteront soumises aux lois de la concurrence et auront pour concurrentes des entreprises capitalistes plus favorisées qu’elles23 », car elles auront des capitaux frais, seront toujours moins respectueuses des travailleuses et travailleurs… ce qui le fait se montrer très hostile à des initiatives de production qui ne seraient pas juste là pour alimenter en marchandises les coopératives de consommation. Un autre argument que l’on retrouve dans la littérature socialiste est que c’est à l’État de réguler la production. Ainsi, Louis Bertrand dit : « La meilleure forme de production serait celle faite par les pouvoirs publics. Socialiser la production nous semble ce qu’il y a de plus pratique, de plus durable et de meilleur24 ». Le modèle d’une production adossée à la consommation est donc prôné par le POB. À partir de 1907, face au grand nombre d’échecs constatés, le parti décide par ailleurs de ne plus soutenir les initiatives de production qui n’ont pas reçu son aval préalable. Cette position est réaffirmée en 1911.

20C’est donc autour de la consommation, et à son service, que la plupart des coopératives de production sont mises en place. La concentration se veut tout à la fois, d’une part, horizontale (par la multiplication des produits vendus dans les magasins coopératifs et par la densification de leur réseau) et, d’autre part, verticale (par la volonté de contrôler l’ensemble de la chaîne de production). Si le pain – qui, à la fin du 19e siècle, constitue l’essentiel du régime alimentaire des familles ouvrières (avec les pommes de terre) et représente une part non négligeable de leur budget total – est à la base des initiatives originelles, d’autres produits s’y ajoutent très vite, diversifiant l’offre proposée et dépassant le cadre alimentaire. Tout d’abord, d’autres produits alimentaires, comme le beurre ou les conserves, voire la viande dans le cas où la coopérative possède une boucherie. Ensuite, des produits de mercerie (tissus, fil, etc.) et de soins (comme le savon). S’y ajoutent des initiatives plus particulières, comme une laiterie ouverte par la Maison du peuple de Bruxelles ou la « flotte rouge », un ensemble de bateaux de pêche installés par le Vooruit à Ostende. Enfin, dans le cas des plus grosses structures, l’extension peut aller parfois jusqu’à la vente de meubles.

21Une répartition des tâches s’opère au début des années 1920 entre deux pôles au sein du mouvement coopératif socialiste belge : l’Office coopératif belge (OCB), pour la propagande, et la Fédération des sociétés coopératives (FSC), pour le rôle de centrale d’achat et de grossiste. Travailler avec une centrale d’achat pour avoir une force de négociation liée aux importants volumes d’achats constitue, après l’introduction d’un processus industriel dans la boulangerie, une révolution amenée par les coopératives. En 1924 est mise sur pied la Société générale coopérative (SGC), qui a pour mission d’assurer la centralisation des productions alimentant le circuit de consommation et donc l’essentiel des activités des coopératives de production, qui par ailleurs sont souvent des coopératives dites de second degré : les coopérateurs ne sont pas des individus, mais des sociétés coopératives.

  • 25 Émile Dutilleul, La Coopération, Bruxelles, L’Églantine, 1930, p. 27-28.

22À la fin des années 1920, soit au moment où le mouvement est à son apogée, les principales coopératives de production sont La Verrerie ouvrière de Fraire, Les Cigariers réunis à Gand, La Volonté à Gosselies (fabrique de produits émaillés), L’Union métallurgique à Huy (fonderie), Les Campagnards de Tihange à Huy, L’Union des travaux à Lonzée, Les Ouvriers du bâtiment réunis à Mouscron, Le Travail collectif à Bruxelles (peinture), La Prévoyance à Presgaux (saboterie), Broederlijke Mandemokers à Tamise (vannerie). Mais comme déjà souligné, c’est surtout une production pour alimenter les magasins qui est développée : « Plus importante est la coopération de production dépendant de la consommation. Il existe 72 boulangeries, (…) 11 brasseries, 12 imprimeries, sept ateliers de confection de vêtement, une saboterie à Engis, une entreprise de production agricole (Les Planteurs de Saint-Léger)25 ». Tout cela sans compter ce qui dépend de la Société générale coopérative (SGC), dont le principal centre de production est un vaste complexe situé à Micheroux, sur les hauteurs de Liège, fondé et géré par l’Union coopérative de Liège, où sont produits bière, cirage, chocolat, confiserie, confiture, fruits en conserve, margarine, moutarde, savon, sirop, chaussures, conserves alimentaires, bonneterie, laine, chicorée. Par la suite, les coopératives de production et les usines liées au mouvement continuent à se diversifier. En 1933 est lancée la marque « Coop » pour identifier tant les magasins que les produits, ainsi qu’un périodique destiné à renforcer l’unité et la centralisation : Le Coopérateur belge.

23Mais quel que soit le degré de développement atteint, l’alimentation – et le pain en particulier – reste l’élément principal. La question du prix du pain et de sa qualité est centrale pour les magasins coopératifs et pour leur succès, tout au long de leur histoire. Il est à noter que, dès l’origine, outre la dimension idéologique et exemplaire, l’objectif est non seulement de contrôler, voire d’abaisser les coûts de production (notamment par une production centralisée et industrialisée), mais également de contrôler et d’augmenter la qualité des produits, les coopératives dénonçant régulièrement les fraudes au poids et à la qualité. Ainsi, les principales coopératives se dotent rapidement toutes d’une boulangerie, quand celle-ci n’est pas à l’origine même du projet de création de la coopérative. À Verviers, cette priorité s’inscrit jusque dans le nom : « Meunerie et boulangerie mécanique », qui marque le fait qu’une nouvelle étape a été franchie par la création d’une meunerie. Celle-ci est destinée à fournir de la farine, non seulement à la boulangerie qui produit le pain vendu dans les magasins, mais également aux coopérateurs qui font leur pain eux-mêmes. L’enjeu suivant est d’alimenter la meunerie en céréales. Par exemple, la coopérative agricole La Justice à Waremme permet à plusieurs boulangeries coopératives de s’approvisionner en blé, orge, etc. Enfin, étape ultime, il s’agit de créer une coopérative de semences. Le mouvement se dote d’au moins une telle structure, à Huy. Et à l’autre bout de la chaîne, il crée une fabrique de sachets pour les pains. Ainsi, de la semence à l’emballage du pain consommé par l’ouvrier, le mouvement coopératif socialiste parvient jusqu’à un certain point à « socialiser » un processus complet pour ses membres. Dans les années 1960, l’Union coopérative de Liège se vante, dans une brochure, de produire 40 000 pains dans « les usines ultra-modernes des deux plus puissantes boulangeries-pâtisseries de l’est du pays » (basées à Seraing et à Huy) et de les livrer dans les magasins ou à domicile par camionnette (la livraison à domicile étant, dès les origines, une caractéristique et un argument commercial).

Quelles relations de travail au sein de telles coopératives ?

  • 26 François Duquesne, op. cit., p. 42.
  • 27 Jules Destrée et Émile Vandervelde, op. cit., p. 47.

24Le personnel des coopératives est souvent composé de militants qui ont été licenciés d’autres lieux de travail ou mis sur une liste noire en raison de leurs activités syndicales ou politiques. À tout le moins, le recrutement au sein des organisations du pilier socialiste est en effet clairement favorisé. Ainsi, à Roux à la fin de l’année 1897, quand le développement de la coopérative nécessite de procéder à de nouveaux engagements, il est fait appel « aux groupes affiliés pour la présentation des candidats aux emplois à conférer26 ». Il s’agit là d’une pratique que Jules Destrée et Émile Vandervelde expliquent clairement : « Les militants du [POB], lorsqu’ils sont privés de travail et jetés sur le pavé à cause de leurs opinions, trouvent un refuge assuré dans le personnel des coopératives27 ».

25S’il est cohérent, le choix de privilégier l’engagement de militants socialistes n’en comporte pas moins un risque de complications. Le manque de compétences du personnel ainsi recruté peut causer des soucis, surtout si le processus de formation interne ne suit pas. Le mouvement coopératif est parfaitement conscient de cet écueil. Dès avant la Première Guerre mondiale, il organise des cours de plusieurs jours pour le personnel, pratique qui est étendue dans l’entre-deux-guerres.

  • 28 Union coopérative de Liège, « Statuts du personnel : le cahier général des charges applicables aux (...)

26Cette imbrication avec le parti et ses autres branches se poursuit après la Seconde Guerre mondiale. Ainsi, les statuts du personnel de l’Union coopérative de Liège (dans une version non datée, mais postérieure à 1945) précisent clairement que la personne engagée doit être membre du PSB, apporter son « aide constante à toutes les œuvres ouvrières agréées par le PSB », être affiliée à la Fédération générale du travail de Belgique (FGTB), centrale syndicale socialiste, et à la mutualité socialiste (article 36)28. Quelques années plus tard, au moment de décider d’un engagement, la priorité est clairement donnée à un coopérateur ou à l’enfant d’un coopérateur. Cela révèle une évolution intéressante : il n’est désormais plus question de militants socialistes, mais de simples membres de la coopérative. Cela est à mettre en lien avec les nombreuses plaintes enregistrées dans les années 1950-1960, dénonçant le manque d’investissement des gérants des magasins dans les initiatives socialistes. De même, inversement, on sait qu’un nombre croissant de membres du PSB ne sont pas coopérateurs. Ce sont là autant de signes que, bien que les coopératives demeurent un pilier de l’Action commune, les liens se distendent entre elles et les autres structures du socialisme.

  • 29 En sciences politiques, la notion de piliarisation consiste à démontrer qu’au sein de la société be (...)

27Un autre aspect qui doit être évoqué est celui des conditions de travail et de salaires, et plus largement des relations de travail. Inévitablement, la question des relations avec les syndicats au sein du pilier socialiste29 est complexe. Certes, les relations entre le mouvement coopératif et le mouvement syndical sont faites de solidarité comme nous l’avons vu.

  • 30 Joseph Bondas, Un demi-siècle d’action syndicale, 1898-1948. Histoire de la CS, de la CGTB et de la (...)

« Pendant des dizaines d’années, [les coopératives] ont prêté [aux syndicats] des bureaux pour travailler, des salles pour se réunir, sans réclamer de location, ou seulement une location de principe. Au temps de la répression patronale contre les syndicats, c’est dans les coopératives socialistes que les militants, chassés des entreprises, [ont] trouv[é] à s’occuper et la possibilité de continuer à agir. »30

28Certes, l’instauration de la journée de huit heures, la limitation du travail de nuit, les congés payés, des salaires plus élevés… sont appliqués dans les coopératives, en conformité avec les revendications du mouvement socialiste et de construction de la contre-société qui se doit de montrer l’exemple. Cependant, cela n’empêche pas que des tensions existent. Rapidement, les coopératives deviennent en effet de gros employeurs : à leur apogée, elles emploient plusieurs milliers de personnes. Dans un tel contexte, et dans le cadre plus global d’une coopération se voulant un modèle, les tensions ne peuvent qu’exister avec les syndicats : d’un côté, sur la lenteur ou la frilosité des coopératives à mettre en œuvre certaines réformes et, de l’autre côté, sur l’impatience des syndicats pouvant menacer l’ensemble de l’édifice coopératif. C’est ce que décrit parfaitement un des rares théoriciens du socialisme belge, Louis De Brouckère :

  • 31 Louis De Brouckère, La Coopération. Ses origines, sa nature, ses grandes fonctions, Bruxelles, Les (...)

« Que le syndicat demande à l’organisation coopérative de l’aider à l’aboutissement et au maintien de ces conditions, rien de plus logique. La coopération refusant d’accorder les conditions syndicales à ses travailleurs ne ferait qu’abaisser leur niveau matériel et moral au lieu de l’élever. (…) Mais fréquemment l’organisation syndicale sollicite de la coopération l’application des conditions syndicales, alors qu’elle ne peut l’exiger de l’industrie privée, ceci à seule fin de pouvoir invoquer l’exemple des entreprises coopératives pour faire acte de pression sur les entreprises capitalistes. (…) En exigeant de celles-ci les conditions de travail qu’ils ne pouvaient obtenir des concurrents de la coopération, les syndicats mirent les œuvres coopératives dans une position intenable. »31

29Par ailleurs, si elle semble aller de soi au vu de l’imbrication du mouvement coopératif dans le pilier socialiste, la syndicalisation du personnel employé dans les structures des coopératives est moins évidente dans les faits. Ainsi, à la fin du 19e siècle, et sans pour cela se mettre en porte-à-faux avec le POB, le Syndicat des employés et voyageurs dénonce les conditions de travail de la main-d’œuvre employée dans les coopératives socialistes (salaires trop bas, heures supplémentaires – au nom de la “cause” – trop nombreuses , etc.) et réclame une enquête sur la question. Cette enquête est menée deux ans plus tard, et ses résultats sont discutés lors du congrès que le syndicat tient en 1899 et à l’occasion de celui que les coopératives organisent l’année suivante. Le lien entre le Syndicat des employés et voyageurs et les coopératives socialistes

  • 32 Camille Baillargeon, « Du Syndicat des employés et voyageurs de Liège au SETCA Liège-Huy-Waremme », (...)

« demeure néanmoins très étroit, car (…) les employés de ces dernières forment la première base du recrutement des membres du syndicat. En outre, à partir de 1900, toutes les coopératives socialistes ont en principe l’obligation de s’adresser au syndicat − qui s’occupe aussi du placement de ses affiliés − pour recruter leur personnel “employé”. Ce service de placement est une des réponses apportées par le Syndicat des employés [et voyageurs] à la question du chômage qui le préoccupe. »32

  • 33 Guy Ansion, « Les Coopératives en Belgique », Courrier hebdomadaire du CRISP 933-934, Bruxelles, CR (...)

30Les relations sont parfois tendues, au point que, dans l’entre-deux-guerres, le mouvement coopératif socialiste connaît des grèves33. Au milieu des années 1920 est créée une commission nationale de conciliation et d’arbitrage entre les syndicats et des coopératives. Les discussions sont nombreuses et débouchent, à la fin des années 1930, sur une convention fixant les relations entre les parties. De manière significative, ce texte reprend dans ses conditions générales la remarque de De Brouckère :

  • 34 Joseph Bondas, op. cit., p. 190.

« On ne peut jamais négliger ce fait essentiel que les coopératives évoluent dans un régime capitaliste, qu’elles sont soumises aux lois de la concurrence, et il tombe sous le sens qu’à vouloir, par exemple, exiger, en plus des avantages sociaux qu’ignorent généralement les travailleurs des entreprises rivales, des rémunérations plus élevées que celles payées par ces dernières et en disproportion avec les possibilités financières des sociétés coopératives, on met celles-ci en état d’infériorité et on les condamne. »34

31De manière intéressante, il s’agit aussi d’une remarque similaire à celle formulée par Vandervelde des années plus tôt pour disqualifier les coopératives de production.

  • 35 Paul Lambert, Syndicalisme, coopération et problèmes sociaux d’aujourd’hui, Bruxelles, Les Propagat (...)
  • 36 Julien Dohet, « Coopération et syndicalisme. Concurrence ou complémentarité ? », dans D’autres repè (...)

32Après la Seconde Guerre mondiale, sans que cela résolve toutes les questions liées à la syndicalisation, un modèle de concertation est mis en place. Ainsi l’Union coopérative de Liège élabore avec la FGTB une convention disposant qu’« un conseil syndical est instauré au sein de l’Union coopérative ; un délégué syndical permanent y a son local et sert de trait d’union entre le personnel, le syndicat et la direction de la coopérative. À côté du conseil syndical, une instance mixte, représentative à la fois du personnel syndiqué et des dirigeants de la coopérative, a divers pouvoirs35 ». Les autres coopératives tentent de résoudre les mêmes problèmes selon des modalités diverses allant dans le même sens. Il reste que les relations sociales dans des sociétés aussi particulières et imbriquées dans le mouvement socialiste resteront compliquées36.

Émancipation matérielle et intellectuelle vont de pair

  • 37 Julien Dohet, « Itinéraire d’une citoyenne dans les instances de la coopération socialiste. Parcour (...)

33Aux origines du moins, ce sont les travailleurs eux-mêmes qui s’occupent de l’ensemble des aspects de la gestion et du développement des coopératives, ce qui constitue souvent un processus d’autoformation intéressant. Cet aspect sera maintenu dans son mouvement féminin, la Guilde des coopératrices, où les activités s’adressent certes à la « ménagère » et tournent autour de la découverte et l’utilisation des produits, mais en profitent aussi pour aborder les questions politiques, la contraception, le droit des femmes… Et ce, en lien étroit avec les Femmes prévoyantes socialistes, le mouvement féminin du parti. Ce lien avec le parti est donc une nouvelle fois marqué et très profondément ancré, comme le démontre le cas d’une figure comme Gisèle Dantinne-Paffen, dirigeante importante dont l’engagement total au sein de la coopération, par laquelle elle aura accès à une formation de type supérieur au sein du Centre d’études coopératives à Liège, est un engagement chevillé au Parti socialiste dont elle restera sa vie durant une fidèle sans faille37.

  • 38 Jules Destrée et Émile Vandervelde, op. cit., p. 49.

34Par ailleurs, les coopératives se sont dotées rapidement d’imprimerie qui sont ici aussi dans le volet d’une production au service du mouvement. Les coopératives socialistes sont par ce biais au centre de la diffusion de livres et de brochures de propagande. Nombre de sources utilisées dans le présent article sont d’ailleurs éditées par le mouvement coopératif : Églantine, Volksdrukkerij et bien entendu Office coopératif belge. Leur diffusion peut être très importante. Ainsi, à la fin du 19e siècle, les coopératives se chargent de « distribu[er] gratuitement deux millions de brochures (huit pages), s’adressant aux différentes catégories de travailleurs. Chacune des grandes corporations (…) a eu sa brochure spéciale, dont le tirage avait été calculé d’après le recensement professionnel de 189038 ». Une brochure pour aider à la constitution et l’organisation de syndicats donc. À nouveau, on voit avec cet exemple le lien organique et de soutien envers un mouvement socialiste pris dans sa globalité.

  • 39 Julien Dohet, « Coopératives et sécurité sociale. D’un embryon concret à une menace inconsciente », (...)

35Plus largement, les coopératives mettent progressivement en place une sécurité sociale avant la lettre à destination de leurs membres. Ceux-ci peuvent en effet cotiser à diverses caisses : caisse de layette, caisse de chômage, caisse d’accident, caisse de pension, caisse de funérailles, etc. Les montants ainsi collectés sont parfois impressionnants. Par exemple, au début des années 1930, alors qu’elle couvre 239 communes dans cinq provinces différentes et regroupe près de 80 000 membres, l’Union coopérative de Liège a une caisse de pension qui, à elle seule, s’élève à plus de 37 millions de francs belges. Ces caisses, fort diverses, gagnent en importance avec le temps. L’aide qu’elles apportent aux bénéficiaires consiste soit en versement d’argent, soit en pain quotidien, soit en possibilité de consulter gratuitement un médecin, etc. L’importance de cette aide dépend du nombre d’années de cotisation, mais aussi du volume d’achats dans les magasins de la coopérative, voire du nombre d’années d’affiliation dans les autres organisations du pilier socialiste comme les syndicats et les mutuelles39. On retrouve là cette importance du lien avec le parti socialiste au cœur de cet article.

Conclusion

36Leur puissance financière et logistique a fait des coopératives socialistes l’élément central du développement du socialisme belge. C’est à la Maison du peuple, incarnation physique dans le paysage urbain de la coopérative, que les militant·es se réunissaient, faisaient du sport, écoutaient des conférences, assistaient à des spectacles, participaient à des meetings, lisaient les ouvrages de la bibliothèque, faisaient leurs courses pour se nourrir et se vêtir, recevaient des indemnités (en cas de naissance, de grève, d’accident). C’est aussi la coopérative qui imprimait les affiches pour les campagnes électorales du parti dont elle assurait l’essentiel du financement. C’est elle aussi qui soutenait logistiquement les mouvements de grève. L’émancipation des travailleuses et travailleurs portée par les coopératives était donc à la fois matérielle et intellectuelle. Si l’élément matériel, à travers les coopératives de consommation soutenues par les coopératives de production qui les fournissaient, était le cœur du développement et l’explication principale de son succès, il était indissociable de l’élément intellectuel à travers les nombreuses publications et formations.

  • 40 Jean Puissant, op. cit., p. 59.
  • 41 Cette tendance lourde est présente dès sa création en 1885 et s’accentuera fortement après la révol (...)

37Jean Puissant peut donc faire le constat que « La coopérative a été la mère du mouvement associatif socialiste en Belgique, ses principaux dirigeants sont confondus avec les principaux dirigeants du POB jusqu’à la fin des années vingt40 ». Et si ensuite le syndicat prend progressivement le dessus, le mouvement coopératif reste encore pendant un demi-siècle, malgré un lent déclin qui s’accentue à partir des années 1960, la colonne vertébrale du socialisme en Belgique. Elle a ainsi donné au mouvement ouvrier belge une de ses spécificités et participé largement à son orientation (très) réformiste41. Pour le mouvement coopératif, l’alternative concrète au capitalisme qu’il incarne devait, par son caractère exemplaire et par l’extension progressive de son modèle économique, permettre de venir à bout de ce dernier. C’est donc par la réforme et non par l’aventure révolutionnaire que la classe ouvrière devait concrétiser la société socialiste assurant son bonheur. Une vision qui poussait à ne pas risquer par des mouvements sociaux trop aventureux ou coûteux le patrimoine patiemment construit.

38Le mouvement socialiste belge ne peut donc se comprendre sans une connaissance de sa dimension coopérative.

Haut de page

Notes

1 Préface d’Émile Vandervelde, dans Louis Bertrand, Histoire de la coopération en Belgique. Les hommes, les idées, les faits, tome 1, Bruxelles, Dechenne et Cie, 1902, p. IX.

2 Parti ouvrier belge (POB), fondé en 1885, devenu Parti socialiste belge (PSB) à partir de 1945.

3 Georges Holyoake, Histoire des Équitables pionniers de Rochdale, Gand, Volksdrukkerij, 1923, p. 2.

4 Émile Vandervelde, La Coopération neutre et la coopération socialiste, Paris, Félix Alcan, 1913, p. 3-4.

5 Pour une histoire plus globale des coopératives en Belgique, nous renvoyons vers notre étude : Julien Dohet, « Le Mouvement coopératif : histoire, question et renouveau », Courrier hebdomadaire du CRISP 2370-2371, Bruxelles, CRISP, 2018.

6 Victor Serwy, Vade mecum du propagandiste coopérateur, Bruxelles, Office coopératif belge, 1922, p. 4.

7 En Belgique, la législation relative aux coopératives fait partie intégrante du droit commercial et a une acception très large, permettant à de nombreuses sociétés sous statut coopératif, dans les faits l’immense majorité, de ne pas être considérées comme intégrant les critères de Rochdale. Ainsi, en 2018, seules 3 % des 25 000 coopératives belges étaient agréées par le Conseil national de la coopération et selon les critères de l’Alliance coopérative internationale.

8 L’association de fait est assez répandue en Belgique. Elle n’est pas dotée d’un statut juridique. Pour les organisations syndicales, cette structuration leur permet de ne pas être attaquées en justice lors d’une grève. Elle rend également possible de ne pas devoir dévoiler leurs comptes (donc les caisses de grève). Du coup, souvent une association sans but lucratif (ASBL) aujourd’hui (une coopérative à l’époque) est mise en place parallèlement pour posséder un bâtiment, engager du personnel…

9 Annick Brauman, Brigitte Buyssens, « Voyage au pays des maisons du peuple », dans Architecture pour le peuple. Maisons du peuple. Belgique, Allemagne, Autriche, France, Grande-Bretagne, Italie, Pays-Bas, Suisse, Bruxelles, Archives d’architecture moderne, 1984, p. 34. Sur l’histoire des Maisons du peuple, voir Tatiana Willems, Renaud Zeebroek (dir.), Les Maisons du peuple : entre militantisme et loisirs, Namur, Institut du patrimoine wallon, 2012.

10 Cité dans Jules Van Den Heuvel, Une citadelle socialiste, le Vooruit de Gand (extrait de La Réforme sociale), Paris, Secrétariat de la Société d’économie sociale, 1897, p. 3.

11 Ibid., p. 5.

12 Ibid., p. 15.

13 Ibid., p. 18.

14 Émile Vandervelde, op. cit., p. 69.

15 Jean Puissant, La Coopération en Belgique. Tentative d’évaluation globale, BTNG-RBHC, n° XXII, 1991, p. 44-45.

16 Préface d’Émile Vandervelde dans Louis Bertrand, Histoire de la coopération en Belgique…, op. cit., p. X.

17 François Duquesne, Histoire de la société coopérative de Roux, Gand, Volksdrukkerij, 1906, p. 115.

18 Jules Destrée et Émile Vandervelde, Le Socialisme en Belgique, Paris, Giard et Brière, 1898, p. 47.

19 Gita Deneckere, Hannes Pieters, Een showcase voor het socialisme. De Gentse coöperatie Vooruit op de Wereldtentoonstelling van 1913, Brood & Rozen, n° 2, 2013, p. 69-72.

20 Au moment de la Libération, Léopold III se retrouve dans l’impossibilité de régner, ne résidant plus en Belgique et étant critiqué sur son rôle pendant l’occupation. Afin de maintenir la monarchie constitutionnelle, son frère Charles assure alors la régence. Les discussions portant sur la question du retour de Léopold III en Belgique divisent le pays sur un axe communautaire Wallonie/Flandre qui se superpose à un axe gauche/droite. Une issue est recherchée au travers d’une consultation populaire organisée en mars 1950, dont le résultat favorable au retour de Léopold III souligne la fracture profonde dans la société belge. Lorsque le gouvernement catholique décide de la fin de l’impossibilité de régner de Léopold III sur base du résultat de la consultation populaire, des manifestations d’opposition à caractère rapidement insurrectionnel se multiplient en Wallonie et à Bruxelles. Après la mort de manifestants à Grâce-Berleur, près de Liège, et la menace d’une « marche sur Bruxelles », Léopold III se résout à abdiquer en faveur de son fils, Baudouin. La prestation de serment de ce dernier est marquée par le cri au Parlement de « Vive la République », qui sert ensuite de prétexte à l’assassinat à son domicile du député communiste Julien Lahaut.

21 Julien Dohet, Le Mouvement coopératif…, op. cit., p. 27.

22 <https://febecoop.be/>

23 Émile Vandervelde, La Coopération neutre..., op. cit., p. 159.

24 Louis Bertrand, La Coopération, Bruxelles, Rozez, coll. « Bibliothèque belge des connaissances modernes », 1893, p. 57.

25 Émile Dutilleul, La Coopération, Bruxelles, L’Églantine, 1930, p. 27-28.

26 François Duquesne, op. cit., p. 42.

27 Jules Destrée et Émile Vandervelde, op. cit., p. 47.

28 Union coopérative de Liège, « Statuts du personnel : le cahier général des charges applicables aux membres du personnel », s.d.

29 En sciences politiques, la notion de piliarisation consiste à démontrer qu’au sein de la société belge, les personnes vivaient de la naissance à la mort, y compris pour les activités culturelles et sportives, au sein du pilier catholique ou du pilier socialiste. Les libéraux organisèrent aussi un pilier, ce qui explique l’existence d’un « syndicat libéral » en Belgique aux côtés d’un syndicat catholique et d’un syndicat socialiste. Encore aujourd’hui, même si elle s’est amoindrie, cette organisation en piliers reste structurante, notamment au niveau de l’école, des syndicats et des mutuelles.

30 Joseph Bondas, Un demi-siècle d’action syndicale, 1898-1948. Histoire de la CS, de la CGTB et de la FGTB, Anvers, Excelsior, 1948, p. 184.

31 Louis De Brouckère, La Coopération. Ses origines, sa nature, ses grandes fonctions, Bruxelles, Les Propagateurs de la coopération, 1926, p. 132-133.

32 Camille Baillargeon, « Du Syndicat des employés et voyageurs de Liège au SETCA Liège-Huy-Waremme », dans Cols blancs, cœur rouge. Les combats des employés, techniciens et cadres du SETCA Liège-Huy-Waremme, Liège, SETCA-IHOES, 2012, p. 30.

33 Guy Ansion, « Les Coopératives en Belgique », Courrier hebdomadaire du CRISP 933-934, Bruxelles, CRISP, 1981, p. 10.

34 Joseph Bondas, op. cit., p. 190.

35 Paul Lambert, Syndicalisme, coopération et problèmes sociaux d’aujourd’hui, Bruxelles, Les Propagateurs de la coopération, 1955, p. 12-13.

36 Julien Dohet, « Coopération et syndicalisme. Concurrence ou complémentarité ? », dans D’autres repères, Liège, FAR, 2019.

37 Julien Dohet, « Itinéraire d’une citoyenne dans les instances de la coopération socialiste. Parcours militant de Gisèle Dantinne-Paffen, de 1946 à 1981 », Les Études de l’IHOES, Seraing, IHOES, 2020.

38 Jules Destrée et Émile Vandervelde, op. cit., p. 49.

39 Julien Dohet, « Coopératives et sécurité sociale. D’un embryon concret à une menace inconsciente », dans Cultivons le futur, hiver 2019, p. 13-16.

40 Jean Puissant, op. cit., p. 59.

41 Cette tendance lourde est présente dès sa création en 1885 et s’accentuera fortement après la révolte ouvrière de 1886, dans laquelle il ne joue quasiment aucun rôle et qu’il condamnera. Voir le classique de Marcel Liebman, Les Socialistes belges, 1885-1914. La révolte et l’organisation, tome 3, Bruxelles, EVO, coll. « Histoire du mouvement ouvrier en Belgique », 1979, notamment les p. 187-194 où il développe la polémique entre De Man et Vandervelde sur ce que le premier qualifiait de « crétinisme coopératif ». Et plus récemment, Mateo Alaluf, Le Socialisme malade de la social-démocratie, Lausanne et Paris, Page 2/Syllepse, 2021.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Dohet, « Les coopératives de production au service des coopératives de consommation : le cas de la coopération socialiste en Belgique (1872-1983) »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 155 | 2022, 39-56.

Référence électronique

Julien Dohet, « Les coopératives de production au service des coopératives de consommation : le cas de la coopération socialiste en Belgique (1872-1983) »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 155 | 2022, mis en ligne le 01 mars 2023, consulté le 24 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/20399 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.20399

Haut de page

Auteur

Julien Dohet

Administrateur de l’Institut d’histoire ouvrière, économique et sociale (IHOES)

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search