Navigation – Plan du site

AccueilNuméros155DOSSIERLes promoteurs des associations d...

DOSSIER

Les promoteurs des associations de travailleurs, Russie tsariste et soviétique, 1905-1930. Contribution à l’histoire des socialismes dits « utopiques ».

Anna Safronova
p. 57-72

Résumés

Les idées et les pratiques des socialistes de l’association ont influencé les décisions politiques des bolcheviks, bien que ces derniers ne reconnaissent pas la légitimité des idées politiques de leurs concurrents. Fondé sur des sources d’archives et des sources imprimées, l’article restitue le réseau d’acteurs qui constituent le socialisme de l’association en Russie de 1905 à 1929, et inscrit leurs idées et leurs pratiques dans un contexte sociopolitique plus large. Les personnes qui prônent les associations de travailleurs comme un moyen de leur émancipation ne se sont pas structurées en un mouvement social autonome, doté d’une étiquette politique communément acceptée, ni d’une organisation centrale. Malgré sa position marginalisée, ce réseau d’acteurs a contribué à la construction socio-économique du nouveau régime après 1917.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Russie, URSS

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

« Le progrès technique dont se vante l’humanité contemporaine l’amènera inévitablement à la dégénérescence, tant que les personnes n’apprendront pas à fonder leur activité économique sur le principe coopératif de l’entraide »

Vahan Totomianc, Anthologie de la coopération, 1919.

  • 1 Totomianc Vahan Fomič (1875-1964), économiste de formation, publiciste et promoteur actif du mouvem (...)
  • 2 Vahan Totomianc, Kooperativnaâ hrestomatiâ. Sbornik statej, rečej I izrečenij o kooperacii, Moscou, (...)
  • 3 Antsiferov Aleksej Nikolaevič (1867-1943), économiste de formation, qui occupait des postes de déci (...)
  • 4 Pour plus de détails, voir Carole Christen, Caroline Fayolle et Samuel Hayat, « Introduction. L’his (...)
  • 5 Alexia Blin, Stéphane Gacon, François Jarrige et Xavier Vigna (dir.), L’Utopie au jour le jour. Une (...)
  • 6 Parmi de nombreux ouvrages, citons quelques titres les plus récents : François Allisson, « Tugan-Ba (...)

1En 1919, quand Vahan Totomianc1, l’une des figures emblématiques du mouvement coopératif russe de sensibilité socialiste, édite son Anthologie de la coopération2, il l’accompagne d’une liste d’aphorismes. L’une des citations, mise en exergue et attribuée à un théoricien de la coopération agricole russe, Aleksej Antsiferov3, suggère qu’il existe une opposition entre, d’un côté, ceux qui vantent le progrès technique sans prendre en compte ses conséquences sociales désastreuses et, de l’autre, ceux qui promeuvent les entreprises fondées sur le principe de coopération. Cette opposition exprime les tensions qui divisent deux socialismes russes, en fonction de leur rapport à la concentration de la production industrielle et l’extension du travail salarial. Alors que le Parti social-démocrate russe plaide pour organiser le travail en grandes usines, les sympathisants d’un autre socialisme, imprégnés du « principe coopératif », prônent au contraire le développement d’unités de production plus petites, organisées sous la forme d’associations. Cette dernière forme d’organisation du travail est pensée comme un cadre permettant de libérer les travailleurs de la domination des patrons et des fabricants dans le secteur de la petite et moyenne industrie. Comme les historiennes et les historiens l’ont montré, « un même associationnisme4 » émerge, dans des pays et à des périodes différents, dans les secteurs organisés selon le modèle de la manufacture dispersée. Cet associationnisme est le résultat d’un dialogue constant entre les socialistes et les ouvriers, qui s’inspirent mutuellement ; il est alimenté par des allers-retours entre les doctrines et les expériences locales5. Même si, de prime abord, les socialismes russes semblent déjà bien étudiés6, le courant qui a irrigué les associations des travailleurs n’a pas encore fait l’objet d’une analyse approfondie.

  • 7 Nous nous permettons ici de renvoyer à notre thèse de doctorat, qui propose une synthèse des différ (...)
  • 8 Pierre François et Claire Lemercier, Sociologie historique du capitalisme, Paris, La Découverte, 20 (...)
  • 9 Christian Topalov (dir.), Laboratoires du nouveau siècle : la nébuleuse réformatrice et ses réseaux (...)
  • 10 Anna Safronova, op. cit.

2Le mouvement coopératif russe, en revanche, a déjà fait l’objet de travaux, certes fragmentaires, où la focale d’analyse était réduite à une seule branche7. Dans la Russie tsariste, comme dans d’autres pays industrialisés, des coopératives sont créées dès les années 1860, à la fois par l’effet de la circulation internationale des idées, et en réaction aux enjeux locaux posés par l’industrialisation, puis, autour des années 1880, par la transformation du capitalisme de « l’âge du commerce » vers « l’âge de l’usine »8. Au sein du mouvement coopératif, seuls les courants s’inscrivant dans la « nébuleuse réformatrice9 » (selon la catégorie d’analyse proposée par Christian Topalov) arrivent à se pérenniser et s’institutionnaliser avant la révolution de 1905 : celui des coopératives de consommation, promues par les classes moyennes urbaines, et celui des coopératives agricoles, développées par les experts agraires qui obtiennent le soutien financier du gouvernement tsariste dès 189610.

3Il s’agira donc ici d’identifier le réseau de personnes dans le paysage des socialismes russes pendant la période d’un relatif pluralisme politique : de la révolution de 1905 jusqu’au « Grand tournant » stalinien de la fin 1929, qui entraîne le musellement des socialismes hétérodoxes. Comment s’y positionnent les personnes qui prônent les associations de travailleurs comme la forme principale d’organisation de travail et qui s’opposent à la généralisation du travail salarié, au contraire des bolcheviks ? Dans quelle mesure ces personnes qui prônaient les associations de travailleurs, restées largement méconnues, ont-elles contribué aux décisions politiques des socialistes russes dominants après la révolution bolchevique de 1917, malgré et depuis leur position marginale ?

Définir un socialisme marginalisé et sans nom avant 1917

  • 11 Pour ne citer que quelques-uns : Jonathan Beecher, Victor Considerant. Grandeur et décadence du soc (...)
  • 12 Sheila Fitzpatrick, Everyday Stalinism : Ordinary Life in Extraordinary Times. Soviet Russia in the (...)

4Distinguer les différents courants des socialismes plutôt que de parler d’un seul socialisme, représenté par le parti au pouvoir, est un chantier qui a été déjà entamé dans l’historiographie des socialismes des pays occidentaux11. Or, le terrain reste encore à défricher dans l’historiographie des socialismes russes. Comme l’a montré Sheila Fitzpatrick, les catégories analytiques construites par la propagande soviétique ont influencé les interprétations des historiens occidentaux12. Cela se manifeste notamment par le fait d’associer le socialisme russe à sa seule expression bolchevique. Malgré des avancées notoires, après la chute de l’URSS en 1991, la place des sensibilités socialistes marginales reste mal connue.

  • 13 « Pour en finir avec le socialisme “utopique” », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, no  (...)

5L’étude d’un courant marginalisé se heurte à une série de difficultés causées par la rareté et la faiblesse des traces disponibles. Les textes publiés sont notre principale source d’information pour la période prérévolutionnaire, donc à un moment où les personnes critiques du capitalisme et du tsarisme, engagées dans une activité légale, sont obligées de recourir à l’autocensure dans un contexte politique répressif. La présente étude doit ainsi se fonder sur l’hypothèse qu’il est possible, pour le groupe de personnes étudiées, d’inférer leurs positions d’avant la révolution de Février 1917 à partir de celles qu’elles ont exprimées après la révolution, après la disparition de la censure. La présente analyse doit donc se comprendre comme une première conjecture. Notre but est de contribuer à l’histoire des socialismes dits « utopiques13 » en défrichant le champ historiographique, jusqu’à présent négligé, des promoteurs des associations de travailleurs.

  • 14 Evgenij Maksimov, Novye postroeniâ v ideologii i teorii kooperatizma-artel’nosti : stat’i M. Slobož (...)
  • 15 Philippe Chanial, XXXIII. Les Socialismes de l’association, sources et ressources d’une politique d (...)

6Être privés de voix, de visibilité et même de nom est l’une des conséquences d’une existence à la marge. En effet, le courant du socialisme russe qui prône les associations de travailleurs ne porte pas de nom unique, qui lui servirait d’étiquette politique. Certes, ce courant avait des désignations, telles que le « coopérativisme-associationnisme » (kooperativizm-artel’nost’) ou le « socialisme coopérativiste », mais ces étiquettes ont gardé leur usage ponctuel et n’ont pas constitué une désignation commune, transmissible et reconnaissable14. Pour cette raison, nous reprenons le terme du « socialisme de l’association », proposé par Philippe Chanial, pour désigner le courant étudié15. Le cœur de la doctrine du socialisme de l’association est le désir d’organiser les relations économiques et sociales sous la forme d’associations libres de travailleurs qui, en plus de produire des biens, participent à la gestion de l’entreprise dont ils sont membres. Abolir le salariat et permettre aux ouvriers associés de travailler pour eux-mêmes, tout en étant organisés collectivement en association, est le trait distinctif fort de ce courant du socialisme. Ce trait valide à nos yeux la désignation de « socialisme de l’association ».

  • 16 Sheila Fitzpatrick, « La Grande Rupture », dans Dans l’équipe de Staline. De si bons camarades, Par (...)

7Trois moments de reconfiguration invitent à distinguer trois étapes dans la structuration du courant du socialisme de l’association russe et dans l’élaboration des dispositifs de sa mise en place : la révolution de 1905, ensuite, la guerre de 1914 suivie des révolutions de 1917 et d’une guerre civile jusqu’en 1921, et enfin le « Grand tournant » stalinien de la fin 192916.

1905-1914 : une structuration à la marge

  • 17 Dans les années 1890, le socialisme russe est scindé en marxistes et non-marxistes, mieux connus da (...)

8La révolution de 1905 permet aux groupes politiques jusqu’alors privés d’organisations légales de se structurer autour de partis politiques, syndicats, associations et coopératives. Au contraire des autres courants qui se structurent autour des partis socialiste-révolutionnaire et social-démocrate, le courant du socialisme de l’association ne se dote pas d’une organisation centrale unique17. Les sympathisants de ce courant constituent plutôt une constellation élargie, aux liens souples, articulée autour de plusieurs centres de gravité de trois types.

  • 18 Minej Leot’evič Hejsin, Istoriâ kooperacii v Rossii, Leningrad, Vremâ, 1926, p. 172.
  • 19 Evgenij Maksimov, op. cit., p. 26.
  • 20 Sur les premières décennies du Comité, dès la création de son bureau à Saint-Pétersbourg en 1871, v (...)

9Un premier type de centres de gravité est constitué par les sociétés savantes, formées avant la révolution de 1905, l’une des rares associations dont l’existence est jusqu’alors tolérée. Leurs organes périodiques permettent de promouvoir la cause du socialisme associationniste dans la sphère publique et même dans l’agenda politique. Ainsi, la Société pour le développement des associations de travail est créée en 1905 à Saint-Pétersbourg pour coordonner l’activité des associations de travailleurs existantes18. Son journal, Vestnik kustarnoj promyšlennosti (Messager de la petite industrie), créé en 1912, sert de canal discret de diffusion aux idées associationnistes. Le rédacteur en chef, Evgenij Maksimov, ainsi que d’autres contributeurs réguliers, comme Aleksander Merkulov et Aleksander Štange, adaptent leur argumentation aux conditions de la censure. Sans utiliser des mots qui pourraient les compromettre politiquement, ils affirment que développer les coopératives dans le secteur de la petite industrie est une condition nécessaire pour industrialiser la Russie19. Des centres structurants de ce type existent dans d’autres villes, par exemple le bureau moscovite du Comité des coopératives de crédit agricoles et artisanales, qui est actif de 1910 à 191720.

  • 21 « Značenie kooperativnogo banka », Ob’edinenie, 1912, no 7, p. 1-3.

10Le deuxième type de centres de gravité de la constellation sont des sociétés par actions qui mènent une activité commerciale ou financière tout en étant animées par des personnes engagées pour la cause coopérative. C’est notamment le cas de la Banque populaire à Moscou, créée en 1912 par des unions des coopératives pour centraliser la gestion des capitaux détenus par les coopératives et faciliter l’octroi de prêts21. Le conseil de direction de cette banque coopérative réunit des représentants des différentes branches du mouvement coopératif, notamment des sympathisants du socialisme associationniste, comme Evgenij Maksimov.

  • 22 Anna Safronova, « La résurgence de l’association des travailleurs comme outil d’émancipation dans l (...)
  • 23 Aleksandr Grammatin, Don Kihot osuŝestvivšij svoû mečtu, Nižnij Novgorod, Vektor Tis, 2006.

11Le troisième type de centres de gravité du socialisme de l’association, enfin, sont des associations de travailleurs à plus petite échelle, dont les membres participent à la circulation des idées de l’associationnisme. En 1890, une telle association de serruriers a été fondée en dans la ville industrielle de Pavlovo, dans la province de Nižnij Novgorod, grâce au soutien administratif et financier d’un sympathisant du socialisme, Aleksander Štange22. Grâce à lui, l’association de serruriers devient non seulement l’une des expérimentations associationnistes les plus pérennes – elle n’est nationalisée qu’en 1932 –, mais aussi l’une des plus visibles23.

12La difficulté à mettre en place concrètement des associations de travailleurs qui puissent servir de preuve de succès et de source d’inspiration contribue à la faiblesse du socialisme de l’association. La nature ambivalente des associations de travailleurs, situées entre la continuité des pratiques traditionnelles du secteur de la petite industrie et le désir de rupture en réaction aux enjeux posés par le capitalisme, rend compliquée la tâche de leur promotion dans un contexte où se forme un consensus autour de la nécessité de développer la grande industrie.

Nature ambivalente des associations

  • 24 Carole Christen, Caroline Fayolle, et Samuel Hayat, « Introduction. L’histoire des associations ouv (...)
  • 25 Andrei Keller, Artifex Petersburgensis : remeslo Sankt-Peterburga XVIII-načala XX veka, administrat (...)
  • 26 Häfnet Lutz, « “The Temple of Idleness” : Associations and the Public Sphere in Provincial Russia » (...)

13Comme leurs homologues françaises, les associations de travailleurs russes ont une origine double24. Le cas russe se distingue pourtant du français, premièrement parce que le travail dans la petite industrie y est moins régulé, du fait du manque de confréries25, et deuxièmement parce que la circulation des idées politiques est plus difficile en raison d’une répression policière plus importante en Russie tsariste que dans les pays occidentaux26.

  • 27 Alexia Blin, Stéphane Gacon, François Jarrige et Xavier Vigna, « Introduction générale », dans L’Ut (...)
  • 28 Victoria E. Bonnell, Roots of Rebellion : Workers’ Politics and Organizations in St. Petersburg and (...)
  • 29 Maria V. Kartašova, Kustarnye promysly Rossijskoj imperii v poslednej treti XIX-načale XX v. (1872- (...)

14À la veille de la révolution de 1905, les travailleurs du secteur de la petite industrie sont organisés en associations coutumières, nommées « artels », littéralement « unions », « associations ». À partir des années 1890, un consensus s’installe, partagé à la fois par les libéraux et par les marxistes, selon lequel ces artels ne seraient qu’un vestige d’un monde archaïque, voué à la disparition avec l’avancement inéluctable du progrès27. La plupart de ces artels réunissent des travailleurs des milieux ruraux, qui alternent des périodes de production agricole et des périodes de production industrielle. Régulés par un contrat et les règles coutumières, les artels sont gérés par l’assemblée générale des membres, qui élit un responsable chargé de la documentation et décide de la manière de répartir entre les membres les dépenses aussi bien que les bénéfices. En l’absence de confréries, ces artels servent à la fois d’unité administrative assurant le contrôle gouvernemental sur les travailleurs et d’outil légal pour protéger le marché du travail, grâce à la régulation des tarifs et des volumes de production28. De tels artels émergent, notamment dès les années 1890, dans la région de l’Oural, à la demande de serruriers qui se retrouvent sans source de revenus après la fermeture des ateliers d’État de production sidérurgique29.

  • 30 Ibid., p. 308.

15La majorité de ces artels n’a pourtant pas laissé de trace permettant de savoir si leur création était accompagnée ou non d’un discours politique porté par le socialisme de l’association. Il est également impossible d’effectuer un décompte de ces artels, parce que le secteur de la petite industrie est exempté de l’imposition et n’est pas encadré par l’inspection des fabriques, instituée en 1882 et adressée uniquement aux entreprises de la grande industrie30.

  • 31 Vladimir Perelešin, Otčet o dvadcatiletnej deâtel’nosti Moskovskoj trudovoj arteli ŝetočnikov (s 19 (...)

16Des témoignages épars indiquent cependant que les textes et les idées socialistes circulent parmi les travailleurs russes : certains se politisent et créent une association, alors que d’autres investissent un atelier déjà existant d’un sens politique nouveau. L’association de producteurs de brosses Ŝetočnaâ, créée en 1909 à Moscou, semble correspondre à cette dernière configuration. Après la mort de l’ancien patron, en 1907, quatre travailleurs de l’atelier le reprennent après l’avoir racheté à la veuve, d’abord de manière informelle, avec l’équipement comprenant « une table à manger, table de rabotage, perceuse à pédale et des petits outils31 ». La veuve devient alors la cuisinière de l’atelier et l’orphelin de 14 ans est embauché comme apprenti. Après une année de fonctionnement non déclaré sous la vieille enseigne, et surtout après la rencontre avec quatre autres ouvriers désireux aussi de se mettre à travailler à leur compte, sans patron, les ouvriers décident de créer une association de travailleurs.

  • 32 Robert William Davies, The Soviet Economy in Turmoil, 1929-1930, London, Palgrave McMillan, 1998, p (...)

17L’histoire de cette initiative nous est parvenue grâce au travail des sympathisants du socialisme de l’association qui travaillent au Comité des coopératives de crédit agricoles et artisanales à Moscou, et qui entrent en contact avec l’association de producteurs de brosses. L’un des membres du Comité, l’économiste agrarien Vladimir Perelešin, rédige le récit de création et de fonctionnement de cette association et le publie en 1929, très probablement pour prévenir la fermeture de l’association en pleine campagne de collectivisation de la production dans la petite industrie32. En 1908, quand les producteurs de brosses cherchent à légaliser leur atelier en tant qu’entreprise associative, ils rencontrent des travailleurs du Comité, notamment Vladimir Perelešin.

  • 33 Vladimir Perelešin, op. cit., p. 4.

18Les membres du Comité convainquent les ouvriers d’enregistrer leur atelier sous les statuts d’une association de travailleurs auprès du ministère de l’Intérieur, plutôt que comme un simple artel traditionnel régulé par un contrat visé chez un notaire. Cela octroie à l’entreprise les droits d’une personne morale, mais c’est aussi un geste qui sépare leur atelier de la forme traditionnelle d’artel. En septembre 1909, le préfet de Moscou autorise l’enregistrement des statuts de l’association des producteurs de brosses33.

  • 34 Minej Leot’evič Hejsin, Istoriâ kooperacii v Rossii, op. cit., p. 297.

19Au contraire des artels, dont l’activité n’est pas encadrée de manière systématique, les associations régulées par des statuts sont quantifiables. Selon le décompte réalisé par le Comité, à la veille de la guerre de 1913, il existe en Russie environ cinq cents associations de travailleurs de ce type ; en 1920, leur effectif a décuplé34. Cette distinction entre association et artel, sur laquelle insistent les personnes qui classifient et catégorisent les associations de travailleurs, contribue également à ce que les travailleurs perçoivent leur travail d’une manière nouvelle.

20Cet exemple montre que les frontières sont très poreuses entre une association de producteurs et les ateliers privés avant 1917. C’est grâce au travail de propagande effectué par la constellation des socialistes de l’association, regroupés autour du Comité des coopératives de crédit agricoles et artisanales à Moscou, que l’atelier des producteurs de brosses se transforme pour s’approcher d’un projet politique. Cette association, créée pour des raisons circonstancielles, se transforme graduellement parce que ses membres font leur le discours politique d’une émancipation par le travail grâce à l’association de travailleurs.

La guerre de 1914 et les révolutions de 1917 : quelle place pour le socialisme de l’association ?

  • 35 M. Slobožanin, Novoe stroitel’stvo melkoj promyslennosti I vsemirnaâ vojna, Moscou, 1915, p. 52 ; c (...)
  • 36 Peter Holquist, Making War, Forging Revolution : Russia’s Continuum of Crisis, 1914-1921, Cambridge (...)

21La guerre de 1914 fait croître les commandes de l’État auprès des ateliers de la petite industrie et contribue ainsi au développement des associations de travailleurs. La centralisation des commandes et l’organisation du marché qui en découle sont, d’après les sympathisants du socialisme de l’association, tel Evgenij Maksimov, les prémices d’une nouvelle organisation de l’économie, fondée sur une coordination des associations de travailleurs plutôt que sur les logiques du marché35. Sa critique s’inscrit, certes, dans un ensemble d’idées partagées par les élites des bords politiques les plus divers, qui légitiment ainsi leurs prétentions à participer au pouvoir36. Les promoteurs de la coopération désirent donc fédérer les associations de travailleurs existantes, d’une part pour mieux coordonner leur activité économique et, de l’autre, pour promouvoir leur agenda politique.

  • 37 Evgenij Maksimov, par exemple, publie en 1917 un livre sur l’histoire des associations de travaille (...)
  • 38 M. Slobožanin, « K tekuŝemu momentu », Artel’noe delo, 1917, no 4, p. 1-3.

22La chute de la monarchie lors de la révolution de Février 1917 a permis aux courants politiques, obligés jusqu’alors de pratiquer l’autocensure et/ou de mener une activité clandestine, d’exprimer librement leur position politique. Les références à un socialisme différent de celui des sociaux-démocrates bolcheviks font alors pour la première fois irruption dans les publications des sympathisants du socialisme de l’association37. Leur objectif est de devenir visibles, mais aussi de se distinguer des autres socialismes, afin de se positionner sur l’arène publique comme un courant autonome. En avril 1917, par exemple, Evgenij Maksimov formule ainsi le programme : « Les associations de travail se fondent sur l’égalité, l’autogestion et l’élection des titulaires des postes de responsabilité » ainsi que sur « le travail, la mise en commun des outils de production et la redistribution équitable des bénéfices », et ces principes « devront être extrapolés sur d’autres sphères de la vie38 ».

  • 39 Les représentants d’autres partis socialistes que celui des bolcheviks (SR et SD mencheviks) ont ét (...)
  • 40 Vladimir N. Tukalevskij, « Očerednye zadači kooperacii », Vestnik kooperativnogo kredita, 1918, p.  (...)

23Cette période du pluralisme socialiste est pourtant courte, car l’arrivée des bolcheviks au pouvoir en Octobre 1917 change radicalement la conjoncture politique39. La majorité des sympathisants du socialisme de l’association accepte de participer à la construction d’un nouveau régime avec les bolcheviks. Désormais, l’objectif des socialistes de l’association devient, au contraire d’auparavant, de prouver qu’ils appartiennent à la famille des socialismes révolutionnaires, tout en affirmant leurs différences par rapport aux bolcheviks. En janvier 1918, dans un article sur Les Objectifs actuels de la coopération, Tukalevskij, le rédacteur en chef de la revue de la Banque populaire de Moscou, Vestnik kooperativnogo kredita (Messager du crédit coopératif), exprime sa certitude que le nouveau régime social sera fondé sur la coopération40. Pour Tukalevskij, il s’agit d’une conclusion qui découle logiquement du constat suivant : les coopératives sont les seules institutions qui ont traversé la guerre de 1914-1918 et la révolution d’Octobre 1917 sans avoir subi des transformations profondes, au contraire des entreprises privées et étatiques.

  • 41 Bernard Desmars, « Fourierisme et coopération, des années 1860 aux années 1920 », dans Alexia Blin, (...)
  • 42 Boris Frommett, Socialističeskie i kooperativnye idealy pertraševcev v sorokovye gody, Petrograd, É (...)
  • 43 Boris Frommett, op. cit., p. 3.
  • 44 Evgenij Maksimov, op. cit., p. 10.

24Pour prouver leur appartenance à la famille des socialismes, sans pour autant mettre en cause leur légitimité face aux bolcheviks, les socialistes de l’association se revendiquent de l’héritage des socialistes français et anglais des années 1840, tels Charles Fourier et Robert Owen, lesquels prônaient l’association sous ses formes diverses41. Cette filiation est présentée comme légitime parce que ce courant existait avant le marxisme, dont se réclament les bolcheviks. Toute une série de publications parues entre 1918 et 1919 retracent l’histoire des coopératives russes dans les idéaux des socialistes prémarxistes, comme, par exemple, les brochures sur Les Idéaux socialistes et coopérativistes des Petraševcy dans les années quarante, de Boris Frommett, ou sur Charles Fourier et la coopération, de Vahan Totomianc42. Comme l’écrit Boris Frommett, la coopération est « l’organisation de la lutte contre le capitalisme », qui est apparue quand « les idées socialistes et la pratique coopérative étaient encore inséparables43 ». En 1918, Maksimov publie De nouvelles conceptions dans l’idéologie et la théorie du coopérativisme-associationnisme, où il cherche à formuler une théorie du socialisme de l’association, érigé en projet général de société, au même titre que le socialisme, le communisme et l’anarchisme, opposés au capitalisme44.

  • 45 Laura Engelstein, Russia in Flames : War, Revolution, Civil War, 1914-1921, New York, Oxford Univer (...)
  • 46 Evgenij Maksimov, op. cit., p. 19.
  • 47 Ibid., p. 20.
  • 48 Ibid., p. 56.

25En outre, les socialistes de l’association construisent leur distinction par rapport aux bolcheviks sur les critères de la stratégie d’action politique à adopter, ainsi que sur certaines valeurs et normes de comportement. Ils fondent sur les violences engendrées à toutes les échelles45 par la guerre civile leur rejet explicite de la stratégie de la lutte de classes des bolcheviks. D’après Evgenij Maksimov, le socialisme de l’association « construit de nouvelles formes de vie sociale et n’inclut pas de méthodes coercitives dans ses programme et stratégie, même s’il est prêt à recourir à la violence pour anéantir les injustices sociales46 ». Le socialisme de l’association se fonde sur l’adhésion volontaire, et en cela il est « supérieur au soi-disant “socialisme scientifique” qui ne peut être atteint qu’au bout de la lutte des classes » et qui « s’autorise à contraindre par la force le reste de la société à se subordonner47 ». L’association libre de travailleurs laisse donc un espace de liberté aux individus, au contraire des communautés de vie et de travail sur lesquelles se fonde le collectivisme promu par les bolcheviks48.

  • 49 Ibid., p. 51.

26Les violences de la guerre civile conduisent les socialistes de l’association à se distancier de la manière dont les bolcheviks rejettent non seulement les pratiques culturelles de l’ancien régime, mais aussi les formes de travail. D’après Evgenij Maksimov, les bolcheviks ne « voient le travail que comme une malédiction […] et ils ne reconnaissent l’art, la science et la beauté que s’ils ont été validés comme prolétariens », alors que le socialisme de l’association, au contraire, cherche à réunir tous les groupes sociaux, crée des richesses, des valeurs collectives et « prépare l’avènement d’un véritable royaume du travail49 ».

La NEP (1921-1928) : les bolcheviks favorables aux associations de travailleurs

  • 50 Lénine, Čto takoe « Druz’â naroda » I kak oni voûût protiv social-demokratov  (Ce que sont les « am (...)

27La victoire des bolcheviks dans la guerre civile et le début de la NEP au printemps 1921 fournissent un nouveau terrain pour la collaboration politique des bolcheviks avec les socialistes de l’association, lesquels continuent à occuper des postes de décision dans les organisations qui coordonnent le développement des associations de travailleurs. La nécessité de rétablir la production industrielle dans un pays dévasté par sept ans de guerre met les dirigeants bolcheviques face à la décision pragmatique de modifier leur discours sur le secteur de la petite industrie et de commencer à promouvoir les associations de travailleurs, qu’ils critiquaient avant 1917 en tant que « formes médiévales de travail50 ». La justification de ce retournement stratégique s’appuie en particulier sur le discours politique qui fait des coopératives des entreprises collectivistes et, à ce titre, nécessaires à la construction du socialisme. En outre, des points de convergence existent entre ces deux socialismes, dont le plus important est le rejet commun du travail salarié.

  • 51 Minei Leot’evič Hejsin, Istoriâ kooperacii v Rossii, op. cit., p. 300.
  • 52 Archives d’État de la Fédération de Russie (GARF), f. A5449, op. 1, d. 3, l.1.
  • 53 Sur Mikhail Kalinine (1875-1946) voir : Sheila Fitzpatrick, Dans l’Équipe de Staline…, op. cit., p. (...)
  • 54 GARF, f. A5449, op. 1, d. 3, l.24.

28La guerre civile laisse la constellation des socialistes de l’association profondément reconfigurée. Ses centres de gravité se réorganisent, puis se structurent autour d’une organisation centrale. Cela est rendu possible par le soutien à la coopération d’une partie des dirigeants bolcheviques. En 1922 est ainsi créée l’Union panrusse de la coopération dans le secteur de la petite industrie (Vserossijskij soûz promyslovoj kooperacii ou Vsekustprom), afin de coordonner l’activité commerciale, administrative et idéologique des associations de travailleurs51. Sa composition sociale est largement héritée des organisations coopératives prérévolutionnaires : Aleksander Štange, l’initiateur de l’association des serruriers de Pavlovo, est nommé vice-président du Vsekustprom52. Le premier congrès du Vsekustprom est honoré par la présence du bolchevik Mihail Kalinin53, qui affirme que « des opportunités grandioses sont ouvertes pour la coopération de production, parce que [de toutes les autres formes d’organisation du travail] elle s’assimile le mieux au communisme54 ».

  • 55 GARF, f. A5449, op. 1, d. 3, l.33-34.
  • 56 GARF, f. A5449, op. 1, d. 3, l.29.

29Promouvoir les associations de travailleurs est, pour les bolcheviks, une solution pragmatique au problème du manque général de capitaux dans tous les secteurs de l’économie. Au contraire de la grande industrie, les ateliers associatifs de la petite industrie ne nécessitent pas de capitaux aussi importants pour fonctionner. Les socialistes de l’association considèrent donc comme une opportunité le fait d’organiser la production industrielle grâce à des associations, qui seraient modernisées à cet effet. Pour cela, en 1922, les ingénieurs du Vsekustprom proposent de « mécaniser la production » dans les petits ateliers grâce à des moteurs conçus spécialement pour la petite échelle de production55. Vladimir Perelešin, membre du conseil de direction du Vsekustprom, rajoute qu’il est urgent d’investir dans l’éducation technique, afin que les associations de travailleurs « soient à jour avec les moindres innovations techniques, de manière à guider fermement l’industrie vers un succès international56 ».

30La publication de l’article de Lénine Sur la coopération57, les 26 et 27 mai 1923 dans la Pravda58, largement diffusée, entraîne un revirement des bolcheviks en faveur de la coopération. Pour justifier ce changement de stratégie, le discours officiel définit la coopération comme un moyen terme avant le socialisme et les formes collectives de production. À la suite de ce revirement, les bolcheviks modernisent en 1924 le cadre légal traditionnel des associations de travailleurs et le mettent en accord avec le Code du travail soviétique. Les statuts standards de l’association de travailleurs, toujours appelée « artel », introduisent l’assurance obligatoire des membres et imposent que la rémunération soit encadrée par des accords de branches59. Les membres de l’association sont autorisés à travailler dans un atelier de travail commun, mais ce n’est pas une obligation60. Dans les faits, cependant, le fonctionnement des associations ne correspondait pas aux cadres légaux imposés, et cet écart a contribué à éloigner les bolcheviks et les socialistes de l’association.

  • 61 GARF, f. A5449, op. 1, d. 3, l.43.

31Les tensions entre les sympathisants et les détracteurs du socialisme de l’association augmentent graduellement. Le fait même que les sympathisants d’un courant vaincu et marginalisé du socialisme, formés avant la révolution, occupent des postes de décision cristallise l’animosité des sympathisants des bolcheviks. Ce fait est posé comme un problème par les bolcheviks dès le premier congrès du Vsekustprom, en 1922. Ainsi, l’un des bolcheviks présents, Dzagurov, traite les socialistes non bolcheviques de « banqueroutes de la révolution » et proteste contre leur nomination aux postes de décision61. Vers 1926, de telles attaques se multiplient et occupent une place plus importante dans les discussions du congrès annuel du Vsekustrom. En réaction à l’une des attaques, quand le courant du socialisme de l’association est assimilé à une « coopération ancienne », Aleksander Štange, alors septuagénaire, défend sa position ainsi :

  • 62 GARF, f. A5449, op. 1, d. 97, l.16-17.

« Je crois appartenir à la coopération la plus jeune possible. (…) Autrefois, lorsqu’il n’y avait pas de division entre les marxistes et les populistes [narodniki], (…) il n’y avait pas de telle division. (…) Je crois que nous devons une fois pour toutes mettre un terme à cette discussion sur l’ancien et le nouveau, sur les adhérents du Parti et les non-adhérents, et nous devons une fois pour toutes admettre que tous les travailleurs du mouvement associationniste sont des socialistes sincères, qui luttent pour construire le socialisme dans notre république. »62

  • 63 GARF, f. A5449, op. 1, d. 97, l.18.

32Aucune des deux positions, celle des bolcheviks comme celle des socialistes de l’association, ne correspond pourtant au positionnement des délégués locaux, lesquels restent extérieurs à cette lutte pour le pouvoir et aux discussions doctrinaires qui l’accompagnent. Le délégué Kozlenko s’indigne que l’organisation centrale s’amuse à débattre « au lieu de se concentrer sur les affaires » et il exprime sa frustration de devoir « passer des semaines entières à ces congrès, alors qu’on n’y parle de rien de concret63 ».

  • 64 Robert William Davies, op. cit., p. 99-109.
  • 65 Promyšlennaâ kooperaciâ SSSR v 1928/1929. Statističeskij ežegodnik, Moscou, 1931, p. 32 ; cité d’ap (...)
  • 66 Paul R. Josephson, Would Trotsky wear a Bluetooth ? Technological Utopianism under Socialism, 1917- (...)

33Les tensions s’intensifient et aboutissent à une confrontation directe à partir de 1927, quand le gouvernement bolchevique cherche à regrouper les travailleurs dans des ateliers de production collectivisés. Les mesures employées à cette fin sont d’abord simplement fiscales, avant de devenir de plus en plus contraignantes64. De 1927 à 1929, la part de associations de travailleurs dont les membres travaillent dans un atelier commun passe de 19 % à 36 %65. Pendant l’hiver 1929-1930, la campagne de collectivisation forcée de la production, mieux connue pour le secteur agraire, touche également le secteur de la petite industrie. Le passage au collectivisme signe l’abandon d’un compromis pragmatique trouvé avec les socialistes de l’association. Le « Grand tournant » annoncé lors du 12e anniversaire d’Octobre, le 7 novembre 1929, est empreint d’une fascination pour la grande industrie qui marginalise les associations de travailleurs dans la petite industrie, ainsi que leurs promoteurs, les socialistes de l’association66.

  • 67 L’arrêté du 14 avril 1956 sur la réorganisation de la coopération de production dans le secteur de (...)

34Malgré des divergences doctrinales entre les bolcheviques et les socialistes de l’association, ces derniers ont participé à l’élaboration d’une nouvelle coopération soviétique, notamment dans le secteur de la petite industrie. Les associations de travailleurs, grâce à leur nature ambivalente, sont devenues une hybridation des pratiques traditionnelles avec de nouvelles formes d’organisation de travail. Durant l’hiver 1929-1930, lors de la collectivisation forcée de la production, les petits ateliers et les associations de travailleurs du secteur de la petite industrie subissent, eux aussi, la concentration contrainte ainsi que la soumission aux autorités soviétiques locales, accompagnée de violence politique à l’échelle locale et de répression à l’égard des membres récalcitrants. Mais les socialistes de l’association formés avant 1917, peut-être protégés par leur relative invisibilité, ne semblent pas avoir été particulièrement ciblés par la répression, au même titre, par exemple, que les dirigeants de la coopération agricole. Par exemple, Aleksander Štange meurt de vieillesse en 1932, alors que le dirigeant de la coopération agricole Aleksander Čaânov est arrêté dès 1930 ; condamné en 1932, il sera fusillé en 1937. Finalement, en 1929, les socialistes de l’association sont écartés des postes de pouvoir comme des concurrents politiques et non à cause de leur refus du progrès technique. Au contraire, ils étaient favorables à la mécanisation de la production dans la petite industrie. Les efforts des socialistes de l’association pour prouver la légitimité de ces formes d’organisation du travail n’ont pourtant pas été vains : les artels ne disparaissent définitivement de l’économie socialiste qu’en 195667.

Haut de page

Notes

1 Totomianc Vahan Fomič (1875-1964), économiste de formation, publiciste et promoteur actif du mouvement coopératif russe, dispose d’un vaste réseau de sociabilité dans les cercles occidentaux des socialistes et des activistes de la coopération. Il quitte la Russie des soviets en 1919. Ses livres sont publiés en France, Allemagne, Italie et Tchécoslovaquie.

2 Vahan Totomianc, Kooperativnaâ hrestomatiâ. Sbornik statej, rečej I izrečenij o kooperacii, Moscou, 1919, p. 144-145.

3 Antsiferov Aleksej Nikolaevič (1867-1943), économiste de formation, qui occupait des postes de décision dans les organisations centrales de la coopération agricole avant la révolution de 1917, quitte la Russie en 1920, vit à Prague, puis à Paris.

4 Pour plus de détails, voir Carole Christen, Caroline Fayolle et Samuel Hayat, « Introduction. L’histoire des associations ouvrières au XIXe siècle : débats et enjeux », dans S’unir, travailler, résister. Les associations ouvrières au XIXe siècle, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2021, p. 15-16.

5 Alexia Blin, Stéphane Gacon, François Jarrige et Xavier Vigna (dir.), L’Utopie au jour le jour. Une histoire des expériences coopératives (XIXe-XXIe siècles), Nancy, L’Arbre bleu, 2020 ; Matthieu Hély et Pascale Moulévrier, L’Économie sociale et solidaire : de l’utopie aux pratiques, Paris, La Dispute, 2013.

6 Parmi de nombreux ouvrages, citons quelques titres les plus récents : François Allisson, « Tugan-Baranovsky on Socialism : From Utopia to the Economic Plan », Œconomia, 1er mars 2014, no 4-1, p. 35-53 ; Guido Carpi, Istoriâ russkogo marksizma, Moscou, Common place, 2016, 342 p. ; James D. White, Marx and Russia : the Fate of a Doctrine, 2019.

7 Nous nous permettons ici de renvoyer à notre thèse de doctorat, qui propose une synthèse des différents courants jusqu’alors traités séparément : Safronova Anna, Coopératives : rêves et entreprises. Pour une histoire longue des alternatives économiques en Russie (1861-1930), thèse soutenue à l’Université Paris 1, 2022. Sur le courant agraire, voir : Katja Bruisch, Als das Dorf noch Zukunft war : Agrarismus und Expertise zwischen Zarenreich und Sowjetunion, Köln, Böhlau, 2014 ; Yanni Kotsonis, Making Peasants Backward : Agricultural Cooperatives and the Agrarian Question in Russia, 1861-1914, New York, St. Martin’s Press, 1999 ; Alessandro Stanziani, L’Économie en révolution : le cas russe, 1870-1930, Paris, Albin Michel, 1998 ; sur le courant urbain : Aleksandr Davydov, Kooperatory sovetskogo goroda v gody NĖPa : meždu « voennym kommunizmom » i socialističeskoj rekonstrukciej, Saint-Pétersbourg, Aleteâ, 2011.

8 Pierre François et Claire Lemercier, Sociologie historique du capitalisme, Paris, La Découverte, 2021.

9 Christian Topalov (dir.), Laboratoires du nouveau siècle : la nébuleuse réformatrice et ses réseaux en France, 1880-1914, Paris, École des hautes études en sciences sociales, 1999.

10 Anna Safronova, op. cit.

11 Pour ne citer que quelques-uns : Jonathan Beecher, Victor Considerant. Grandeur et décadence du socialisme romantique, Dijon, Presses du réel, 2012 ; Philippe Chanial, La Délicate essence du socialisme : l’association, l’individu et la République, Latresne, Le Bord de l’eau, 2009 ; Michel Cordillot, Aux origines du socialisme moderne. La Première Internationale, la Commune de Paris, l’exil, Paris, Éditions de l’Atelier, 2010 ; Pamela M. Pilbeam, French Socialists before Marx : Workers, Women and the Social Question in France, Montréal, McGill-Queen’s University Press, 2000, 259 p.

12 Sheila Fitzpatrick, Everyday Stalinism : Ordinary Life in Extraordinary Times. Soviet Russia in the 1930s, New York, Oxford University Press, 1999, p. 15.

13 « Pour en finir avec le socialisme “utopique” », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, no 124, 2014 ; Olivier Chaïbi, « De l’intérêt des biographies : Jules Lechevalier (1806-1862), des socialismes “utopiques” aux modèles coopératifs », Revue internationale de l’économie sociale. Recma, 2008, no 310, p. 79 ; Michel Dreyfus, Financer les utopies : une histoire du crédit coopératif, 1893-2013, Arles, Actes Sud, 2013.

14 Evgenij Maksimov, Novye postroeniâ v ideologii i teorii kooperatizma-artel’nosti : stat’i M. Slobožanina, Imprimerie de l’Union des coopératives de consommation ouvrières de Petrograd, 1919, p. 10 et 51.

15 Philippe Chanial, XXXIII. Les Socialismes de l’association, sources et ressources d’une politique du commun ?, Hermann, 2019 ; Philippe Chanial, La Délicate essence du socialisme : l’association, l’individu et la République, Latresne, Le Bord de l’eau, 2009.

16 Sheila Fitzpatrick, « La Grande Rupture », dans Dans l’équipe de Staline. De si bons camarades, Paris, Perrin, 2018, p. 67.

17 Dans les années 1890, le socialisme russe est scindé en marxistes et non-marxistes, mieux connus dans l’historiographie comme des « populistes » (narodniki). Nous faisons le choix de ne pas utiliser ce terme, d’abord parce que les socialistes non marxistes ne l’ont pas utilisé comme autonomination, ensuite parce que cette étiquette comporte des connotations négatives ; pour plus de détails sur la division entre les socialismes russes, voir : Manfred Hildermeier, The Russian Socialist Revolutionary Party before the First World War, Münster, LIT Verlag, 2000, p. 169 ; Esther Kingston-Mann, In Search of the True West : Culture, Economics, and Problems of Russian Development, Princeton, Princeton University Press, 1999, p. 140-146.

18 Minej Leot’evič Hejsin, Istoriâ kooperacii v Rossii, Leningrad, Vremâ, 1926, p. 172.

19 Evgenij Maksimov, op. cit., p. 26.

20 Sur les premières décennies du Comité, dès la création de son bureau à Saint-Pétersbourg en 1871, voir : Yanni Kotsonis, op. cit., p. 15-35.

21 « Značenie kooperativnogo banka », Ob’edinenie, 1912, no 7, p. 1-3.

22 Anna Safronova, « La résurgence de l’association des travailleurs comme outil d’émancipation dans la Russie tsariste au tournant du XXe siècle », dans Carole Christen, Caroline Fayolle et Samuel Hayat (dir.), S’unir, travailler, résister…, op. cit., p. 237-252.

23 Aleksandr Grammatin, Don Kihot osuŝestvivšij svoû mečtu, Nižnij Novgorod, Vektor Tis, 2006.

24 Carole Christen, Caroline Fayolle, et Samuel Hayat, « Introduction. L’histoire des associations ouvrières au XIXe siècle : débats et enjeux », op. cit., p. 15-16 ; Remi Gossez, Les Ouvriers de Paris. Livre premier : L’organisation, 1848-1851, Persée, portail des revues scientifiques en SHS, 1967, vol. 24 ; Vincent Robert, Le Temps des banquets. Politique et symbolique d’une génération (1818-1848), Paris, Publications de la Sorbonne, 2010 ; William Hamilton Sewell, Work and Revolution in France : the Language of Labor from the Old Regime to 1848, Cambridge, Cambridge University Press, 1980.

25 Andrei Keller, Artifex Petersburgensis : remeslo Sankt-Peterburga XVIII-načala XX veka, administrativno-zakonodatel’nyj i socialno-èkonomiceskie aspekty, Saint-Pétersbourg, Aleteâ, 2020, p. 560-563.

26 Häfnet Lutz, « “The Temple of Idleness” : Associations and the Public Sphere in Provincial Russia », dans Susan Purves McCaffray et Michael S. Melancon (dir.), Russia in the European context, 1789-1914 : a member of the family, New York, Palgrave McMillan, 2005, p. 141-160.

27 Alexia Blin, Stéphane Gacon, François Jarrige et Xavier Vigna, « Introduction générale », dans L’Utopie au jour le jour…, op. cit., p. 10-12.

28 Victoria E. Bonnell, Roots of Rebellion : Workers’ Politics and Organizations in St. Petersburg and Moscow, 1900-1914, Berkeley, University of California Press, 1984, p. 74.

29 Maria V. Kartašova, Kustarnye promysly Rossijskoj imperii v poslednej treti XIX-načale XX v. (1872-1917 gg.). Statistika, lokalizaciâ, gosudarstvennaâ podderžka, Nižnij Novgorod, Kvarc, 2018, p. 162.

30 Ibid., p. 308.

31 Vladimir Perelešin, Otčet o dvadcatiletnej deâtel’nosti Moskovskoj trudovoj arteli ŝetočnikov (s 1909 po 1929 god), Moscou, 1929, p. 4.

32 Robert William Davies, The Soviet Economy in Turmoil, 1929-1930, London, Palgrave McMillan, 1998, p. 105-106.

33 Vladimir Perelešin, op. cit., p. 4.

34 Minej Leot’evič Hejsin, Istoriâ kooperacii v Rossii, op. cit., p. 297.

35 M. Slobožanin, Novoe stroitel’stvo melkoj promyslennosti I vsemirnaâ vojna, Moscou, 1915, p. 52 ; cité d’après V.G. Egorov, Otečestvennaâ kooperaciaâ v melkom promyšlennom proizvodstve. Stanovlenie, ètapy razvitiâ, ogosudarstvlenie (pervaâ tret’ XX veka), Kazan, Université de Kazan, 2005, p. 169.

36 Peter Holquist, Making War, Forging Revolution : Russia’s Continuum of Crisis, 1914-1921, Cambridge, Harvard University Press, 2002 ; Alessandro Stanziani, op. cit.

37 Evgenij Maksimov, par exemple, publie en 1917 un livre sur l’histoire des associations de travailleurs en Russie dont le contenu lui servira de base pour les cours qu’il dispense à l’Institut de coopération à Petrograd au début des années 1920, intitulé Pouvoir par le peuple et les principes de travail dans les formes historiques des associations de travail traditionnelles ; M. Slobožanin, Narodopravstvo i trudovoe načalo v istoričeskih formah bytovyh artelej, Petrograd, 1917.

38 M. Slobožanin, « K tekuŝemu momentu », Artel’noe delo, 1917, no 4, p. 1-3.

39 Les représentants d’autres partis socialistes que celui des bolcheviks (SR et SD mencheviks) ont été évincés des soviets à toutes les échelles ; leur effectif passe de 14,2 % en 1918 à 0,2 % en 1920 et disparaît complètement vers 1922 ; Stephen Smith, Russia in Revolution : an Empire in Crisis, 1890 to 1928, Oxford, Oxford University Press, 2017, p. 206.

40 Vladimir N. Tukalevskij, « Očerednye zadači kooperacii », Vestnik kooperativnogo kredita, 1918, p. 51.

41 Bernard Desmars, « Fourierisme et coopération, des années 1860 aux années 1920 », dans Alexia Blin, Stéphane Gacon, François Jarrige et Xavier Vigna (dir.), L’Utopie au jour le jour…, op. cit. ; Ophélie Siméon, « Owenisme, coopération et le spectre de l’échec. Repenser les mythes fondateurs », Ibidem, p. 159-170.

42 Boris Frommett, Socialističeskie i kooperativnye idealy pertraševcev v sorokovye gody, Petrograd, Éditions d’Unions coopératives « Kooperaciâ », 1918 ; Vahan Totomianc, Charles Fourier i kooperaciâ, Moscou, MSPO, 1917.

43 Boris Frommett, op. cit., p. 3.

44 Evgenij Maksimov, op. cit., p. 10.

45 Laura Engelstein, Russia in Flames : War, Revolution, Civil War, 1914-1921, New York, Oxford University Press, 2018, p. 629-631.

46 Evgenij Maksimov, op. cit., p. 19.

47 Ibid., p. 20.

48 Ibid., p. 56.

49 Ibid., p. 51.

50 Lénine, Čto takoe « Druz’â naroda » I kak oni voûût protiv social-demokratov  (Ce que sont les « amis du peuple » et comment ils luttent contre les social-démocrates), texte en français : 1894, <https://www.marxists.org/francais/lenin/works/1894/04/index.htm>.

51 Minei Leot’evič Hejsin, Istoriâ kooperacii v Rossii, op. cit., p. 300.

52 Archives d’État de la Fédération de Russie (GARF), f. A5449, op. 1, d. 3, l.1.

53 Sur Mikhail Kalinine (1875-1946) voir : Sheila Fitzpatrick, Dans l’Équipe de Staline…, op. cit., p. 49-50.

54 GARF, f. A5449, op. 1, d. 3, l.24.

55 GARF, f. A5449, op. 1, d. 3, l.33-34.

56 GARF, f. A5449, op. 1, d. 3, l.29.

57 Pour le texte en français : <https://www.marxists.org/francais/lenin/works/1923/01/vil19230106.htm>.

58 Lénine, Sočineniâ. Vol. XLV, Moscou, Gosudarstvennoe izdatel’stvo političeskoj literatury, 1964, p. 369-377.

59 N.G. Berdičevskij, Trudovye arteli. Praktičeskij kommentarij k postanovleniû VCIK i SNK ot 15 dekabrâ 1924 o trudovyh artelâh, Moscou, 1925, Kooperativnoe izdatel’stvo, p. 4.

60 Ibid., p. 3.

61 GARF, f. A5449, op. 1, d. 3, l.43.

62 GARF, f. A5449, op. 1, d. 97, l.16-17.

63 GARF, f. A5449, op. 1, d. 97, l.18.

64 Robert William Davies, op. cit., p. 99-109.

65 Promyšlennaâ kooperaciâ SSSR v 1928/1929. Statističeskij ežegodnik, Moscou, 1931, p. 32 ; cité d’après V.G. Egorov, op. cit., p. 256.

66 Paul R. Josephson, Would Trotsky wear a Bluetooth ? Technological Utopianism under Socialism, 1917-1989, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 2010, 342 p.

67 L’arrêté du 14 avril 1956 sur la réorganisation de la coopération de production dans le secteur de la petite industrie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anna Safronova, « Les promoteurs des associations de travailleurs, Russie tsariste et soviétique, 1905-1930. Contribution à l’histoire des socialismes dits « utopiques ». »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 155 | 2022, 57-72.

Référence électronique

Anna Safronova, « Les promoteurs des associations de travailleurs, Russie tsariste et soviétique, 1905-1930. Contribution à l’histoire des socialismes dits « utopiques ». »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 155 | 2022, mis en ligne le 01 mars 2023, consulté le 26 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/20421 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.20421

Haut de page

Auteur

Anna Safronova

Centre de recherches en histoire des Slaves (CRHS) à Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR Sirice 8138

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search