Navigation – Plan du site

AccueilNuméros155DÉBATSUn Lénine peut en cacher un autre

DÉBATS

Un Lénine peut en cacher un autre

Dimitris Fasfalis
p. 145-156

Résumés

La chute du socialisme réel en Europe de l’Est a entraîné une transformation radicale de l’ordre symbolique dans ces pays, à commencer par l’effacement, la destruction ou, plus simplement, le lent abandon des monuments de l’époque soviétique. Les statues de Lénine ont été en première ligne dans ce processus de réinvention nationale. Partant du corpus de photographies de Niels Ackermann et Sébastien Gobert, le présent article se propose d’explorer les significations multiples des statues renversées de Lénine. Paradoxalement, cet iconoclasme postcommuniste a ouvert, complexifié et actualisé les significations de ces monuments soviétiques, là où ses partisans voulaient consacrer leur triomphe idéologique. Pour ce faire, le corpus photographique de Niels Ackermann et Sébastien Gobert est croisé avec des concepts tirés des travaux de Patrick Boucheron, Pierre Bourdieu, Enzo Traverso, Michael Hardt et Toni Negri, ainsi qu’avec des témoignages recueillis par Svetlana Alexievitch.

L’auteur tient à préciser que l’article a été rédigé avant l’invasion russe en Ukraine.

Haut de page

Texte intégral

1Lénine écrit en 1917 dans L’État et la révolution :

  • 1 Cité par Tariq Ali, Les Dilemmes de Lénine, Paris, Sabine Wespieser éditeur, 2017, p. 460.

« Après leur mort [celle des grands révolutionnaires], on essaie d’en faire des icônes inoffensives, de les canoniser pour ainsi dire, d’entourer leur nom d’une certaine auréole afin de “consoler” les classes opprimées et de les mystifier ; ce faisant, on vide leur doctrine révolutionnaire de son contenu, on l’avilit et on en émousse le tranchant révolutionnaire. »1

  • 2 Il importe de rappeler ici l’opposition des proches de Lénine à cette transformation. Alors que Jos (...)

2Il ne pouvait alors imaginer quels niveaux atteindrait le culte de sa personnalité après sa mort en Union soviétique et, plus largement, dans les partis et le monde communistes. Embaumé et exposé à l’adoration de foules soumises au despotisme bureaucratique soviétique, Lénine, le révolutionnaire communiste, était ainsi transformé en saint byzantin par une hagiographie, une iconographie, des lieux de culte, une liturgie et un calendrier dignes de l’Église orthodoxe de l’ancien régime. Ses statues déboulonnées en Europe de l’Est ont pour origine ce culte religieux sécularisé, emblématique des religions civiles du 20e siècle et de la contre-révolution bureaucratique des années 1920 qu’a représentée le stalinisme2.

3Pourtant, ces statues gisant sur le sol, en raison même de leur renversement et de leur « profanation », semblent s’être parées d’une polysémie complexe dont elles étaient auparavant dépourvues.

  • 3 Niels Ackermann et Sébastien Gobert, Looking for Lenin, Lausanne, Éditions Noir sur Blanc, 2017, 17 (...)

4Le présent article entend analyser cette polysémie. Que peuvent bien nous dire toutes ces statues ? Leur signification semblait stable au temps du socialisme réel. Mais que nous disent-elles aujourd’hui, à propos de notre époque et de notre monde tel qu’il va ? Le point d’appui documentaire de l’analyse qui suit est un recueil de photographies publié aux Éditions Noir sur Blanc à Lausanne, en 2017, par le photographe de presse suisse Niels Ackermann et le journaliste Sébastien Gobert, intitulé Looking for Lenin3.

5Au sujet de la complexification du sens de ces statues, Sébastien Gobert soutient dans l’épilogue du livre :

  • 4 Passages soulignés par nous. Niels Ackermann et Sébastien Gobert, op. cit., p. 165.

« Nous avons aussi rencontré des dizaines de personnes. À la mention du nom de “Lénine”, les langues se déliaient. Pour, contre, indifférent, nostalgique, vindicatif… Chacun avait une opinion sur diadia Vova (oncle Vlad)… Chacun avait une façon bien particulière de vivre sa chute, et de comprendre la décommunisation de l’Ukraine. Au bout du compte, le processus devenait illisible. »4

  • 5 « Looking for Lenin », exposition au cloître Saint-Trophime, Arles, Les Rencontres de la photograph (...)

6À l’origine de ce livre, une quête pour retrouver le Lénine de Bessarabska. Cette statue en quartzite rouge s’était dressée au-dessus de la place Bessarabska, à Kiev, jusqu’au 8 décembre 2013, lorsque des manifestants liés au parti d’extrême droite Svoboda s’y sont attaqués et l’ont détruite. Sculpture monumentale soviétique de Sergueï Merkourov, elle avait été offerte par Staline en 1946 après son retour de la Foire internationale de New York en 1939. Neuf cartes postales différentes, datant de 1954 à 1979, montrent ce monument et en soulignent l’importance dans l’espace symbolique officiel de la République socialiste soviétique d’Ukraine. Cette dernière était en 1991, avec plus de 5 000 statues de Lénine, le territoire de l’Union le plus densément décoré de telles statues. Niels Ackermann et Sébastien Gobert tentent de retrouver le Lénine de Bessarabska et, ce faisant, ils sont amenés à retrouver bien d’autres Lénine au cours de leur quête en 2015-2016. Cela les décide à étendre leur enquête. C’est ainsi que sont produits en 2015-2016 les soixante et onze clichés qui composent le livre et qui avaient fait l’objet d’une exposition à Arles en 20175.

Sens premier et idéologies

7La signification d’une statue monumentale est une construction sociale qui, comme l’illustre de manière paradigmatique le cas de Lénine, est jalousement gardée entre les mains de l’État. Malgré le monopole étatique sur ce capital symbolique officiel, aussitôt installée, la statue s’affranchit quelque peu de ses commanditaires et trouve des significations autonomes par le truchement de la réception des regards. Ainsi en est-il aussi de Lénine dans cette république postcommuniste. Comme mentionné ci-dessus, les significations inscrites et/ou projetées sur ces statues se complexifient avec leur renversement, destruction et mise à l’écart. C’est cette complexité du sens, socialement situé et historiquement déterminé, que permettent de saisir les photographies réunies dans ce livre.

  • 6 « Le sémiologue [Umberto Eco], donc, y distingue soigneusement la connotation de la dénotation arch (...)
  • 7 Dans une histoire ouverte « profane » (Daniel Bensaïd), où les êtres humains font l’histoire dans l (...)

8Pour l’analyser, nous avons choisi d’employer un concept utilisé par Patrick Boucheron pour évoquer la polysémie des monuments, assimilant l’architecture à un langage, emprunté à Umberto Eco. Ces monuments possèdent plusieurs strates de significations, se répondant les unes aux autres, mobilisant de manière diachronique d’autres œuvres, se contredisant ou s’alliant dans des combinaisons imprévisibles entre le passé et le présent : c’est « le feuilletage de leurs resémentisations successives6 ». De sorte que des strates de significations multiples semblent s’être sédimentées sur ces statues monumentales de Lénine, de la révolution russe à nos jours7.

  • 8 Marcel Roncayolo, La Ville et ses territoires, Paris, Gallimard, 1990.

9Une première strate est faite des idéologies concurrentes et antagonistes de ceux qui ont érigé, puis de ceux qui ont déboulonné ces monuments publics. La victoire des Rouges contre les Blancs au cours de la guerre civile est allée de pair avec l’érection de statues de Lénine dans les villes et villages de l’Ukraine, dès 1919. Elles ont été jusqu’à leur destruction des symboles du régime soviétique de l’Ukraine. C’est pour cette même raison que les nationalistes ukrainiens, dont ceux du parti Svoboda, ont entrepris, après le succès des manifestations Euromaïdan, en 2013-2014, de déboulonner ces statues des places publiques. En faisant disparaître Lénine de l’espace public, on voulait tourner la page du 20e siècle et affirmer l’attachement national à une Ukraine débarrassée des Soviétiques et/ou des Russes. C’est le sens nationaliste des lois de « décommunisation » de mai 2015 – dont la « loi sur la condamnation des régimes totalitaires communiste et national-socialiste et l’interdiction de la promotion de leurs symboles » – tout comme des manifestants de Svoboda s’en prenant au Lénine de Bessarabska le 8 décembre 2013. Cela confirme que la mémoire collective a besoin d’être fixée et objectivée dans l’espace public, notamment par des statues et des monuments, comme le rappelait Marcel Roncayolo dans La Ville et ses territoires8, et qu’elle est par conséquent un terrain politique d’affrontement entre les différents acteurs du corps politique.

Une dépossession symbolique

10La « chute de Lénine » (Leninopad) en Ukraine a par conséquent une deuxième strate de significations. C’est celle d’un sentiment diffus de dépossession symbolique chez tous ceux qui, sans être attachés au régime soviétique, étaient attachés à ces monuments. En effaçant Lénine des places publiques, plusieurs Ukrainien·ne·s y ont donc perçu l’effacement d’une part de leur expérience collective et intime. Architecte à Zaporijia, Natacha Lobach raconte :

  • 9 Citée dans Niels Ackermann et Sébastien Gobert, op. cit., p. 65.

« Il leur a fallu deux jours pour enlever notre Lénine. La plupart des gens se sont estimés satisfaits, car cela s’est passé d’une manière civilisée. (…) Ce qu’ils ont aimé aussi, c’est que cela a permis à des centaines de personnes de venir dire au revoir à Lénine ! Mon bureau est juste à côté, donc j’ai pu les voir, ces centaines de babouchkas, venir pleurer à ses pieds et lui hurler leur amour. »9

  • 10 Enzo Traverso, Mélancolie de gauche. La force d’une tradition cachée (XIXe-XXe siècle), Paris, La D (...)

11Le parallèle s’impose ici avec une autre foule : celle qui salue depuis les berges du Danube le Lénine couché sur une péniche dans Le Regard d’Ulysse (1995) de Théo Angelopoulos. Dans les deux cas apparaît cette mélancolie née de la défaite et la dépossession telle que décrite par Enzo Traverso10. Tout se passe donc comme si la disparition des monuments de Lénine participait d’une perte de reconnaissance et de dignité des classes subalternes, dans l’espace public et la culture légitime et reconnue. Cette dépossession symbolique est notamment soulignée dans le témoignage d’Elena Iourevna, 49 ans, ancienne secrétaire du comité régional du parti, qui raconte à Svetlana Alexievitch :

  • 11 Svetlana Alexievitch, La Fin de l’homme rouge ou le temps du désenchantement, Paris, Actes Sud, 201 (...)

« C’est ça la liberté ? Les petites gens, les gens ordinaires, ils ne sont plus rien aujourd’hui, plus rien du tout, zéro ! Relégués dans les bas-fonds de la vie. (…) Vous vous souvenez des noms de rues soviétiques : la rue des Métallurgistes, la rue des Enthousiastes, la rue de l’Usine, la rue des Prolétaires… Les petites gens… C’étaient eux, les plus importants. »11

« Fin du monde »

12À considérer toutefois ces photographies publiées en Europe de l’Ouest, par une maison d’édition à Lausanne, après une exposition photographique à Arles, ces statues prennent une autre signification qui se superpose aux précédentes. Ces statues massives et monumentales, une fois déboulonnées, mises à l’écart et/ou mutilées, offrent au regard cultivé contemporain une esthétique apocalyptique par la sublimation photographique d’une « fin du monde ». Une telle esthétisation de la catastrophe rappelle les photographies de l’espace urbain abandonné de Detroit, aux États-Unis, au cours de la dernière décennie, mais aussi les paysages en ruines des pays en guerre et des régions dévastées par des catastrophes « naturelles ». Dans le cas ukrainien, les Lénine renversés sont magnifiés par un décor urbain morne, appauvri et emblématique d’une modernisation soviétique synonyme d’échec.

  • 12 Référence à Fredric Jameson, cité par Stathis Kouvelakis, dans La Critique défaite. Émergence et do (...)

13Le renversement physique des statues reflète un renversement dans la « sémantique des temps » (Reinhart Koselleck) dont elles étaient chargées pendant le 20e siècle. Ces statues n’incarnent plus ce temps historique orienté vers l’avenir communiste qui sous-tendait le « matérialisme historique » officiel : le bras tendu de Lénine vers l’avant indiquant la voie du progrès est littéralement désorienté puisque, gisant sur le sol ou mis à l’écart d’un jardin ou d’une pièce, ce bras pointe vers le sol, le ciel, le mur, lorsqu’il n’a pas été coupé et détruit. Ainsi, de manière surprenante, les Lénine renversés photographiés par Niels Ackermann semblent ici nous indiquer un horizon d’attente commun de l’apocalypse, en Europe et au-delà, car la fin du monde est plus facile à imaginer aujourd’hui que la fin du capitalisme12.

Lénine postmoderne

  • 13 Michael Hardt et Antonio Negri, Empire, Paris, Exils et 10/18, 2001.

14Enfin, du point de vue de la longue durée de l’État, toutes ces statues à moitié détruites, profanées, vendues au plus offrant, sont d’un grand intérêt pour penser les transformations de la souveraineté, de l’État et du monde. Elles semblent être une preuve supplémentaire de la fin de la monumentalité et donc de la souveraineté classique de l’État moderne tel que le monde l’a connu depuis la Renaissance. Telle peut en être la lecture à la suite de Michael Hardt et Toni Negri13. Lénine gisant dans la boue signifierait donc la fin du commandement étatique de la société, par en haut, tout comme la crise de cette « société disciplinaire ». À leur place, on trouve une « société de contrôle » immanente aux rapports sociaux de production et d’échange, et non plus extérieure aux sujets du corps politique. Le temps des héros collectifs et des monuments officiels serait donc bel et bien fini.

15Cela remet en cause l’un des pouvoirs d’orchestration des corps et des esprits par l’État moderne tel que décrit par Bourdieu dans son analyse des « esprits d’État ». Dans une conférence donnée en juin 1991 à Amsterdam, Bourdieu expliquait comment l’État donnait naissance à une transcendance commune :

  • 14 Pierre Bourdieu, Raisons pratiques. Sur la théorie de l’action, Paris, Éditions du Seuil, 1994, p.  (...)

« La construction de l’État s’accompagne de la construction d’une sorte de transcendantal historique commun, immanent à tous ses “sujets”. À travers l’encadrement qu’il impose aux pratiques, l’État instaure et inculque des formes et des catégories de perception et de pensée communes, des cadres sociaux de la perception, de l’entendement ou de la mémoire, des structures mentales, des formes étatiques de classification. Par-là, il crée les conditions d’une sorte d’orchestration immédiate des habitus qui est elle-même le fondement d’une sorte de consensus sur cet ensemble d’évidences partagées qui sont constitutives du sens commun. »14

  • 15 Idem.

16Il ajoutait à cela, du point de vue des sujets politiques, que « le monde social est parsemé de rappels à l’ordre qui ne fonctionnent comme tels que pour ceux qui sont prédisposés à les apercevoir, et qui réveillent des dispositions corporelles profondément enfouies, sans passer par les voies de la conscience et du calcul15 ».

17Sous cet angle, la « décommunisation » de l’Ukraine marque non seulement une transition idéologique évidente, mais se révèle être aussi le symptôme de la fin d’un paradigme de souveraineté politique. Il importe en ce sens de souligner l’importance des « dispositions corporelles » que mobilisent les statues de Lénine comme autant de « rappels à l’ordre » du passé soviétique. Seule une partie infime des statues déboulonnées ont été remplacées par des statues de héros collectifs en adéquation avec le récit national ukrainien postcommuniste. Force est donc de constater le déclin de cette monumentalité étatique emblématique du régime soviétique, et plus largement de l’État moderne, dans l’espace public ukrainien.

18Pour comprendre donc ce qui se perd ainsi dans le Leninopad, il faut recourir à des sources de microhistoire et restituer ces « dispositions corporelles profondément enfouies » dont parle Bourdieu. Dans le témoignage russe qui suit, Margarita Pogrebitskaïa, médecin de 57 ans, se souvient de la fête officielle de la révolution d’Octobre. De manière révélatrice, son champ lexical n’est pas politique ou civique, mais corporel, sensoriel, affectif. La mémoire collective ainsi créée se situe non pas au niveau de la conscience rationnelle, mais davantage au niveau des dispositions incorporées par l’expérience :

  • 16 Svetlana Alexievitch, op. cit., p. 134-135.

« Ma fête à moi, c’est le 7 novembre… Un grand jour, un jour radieux. Mon plus beau souvenir d’enfance, c’est le défilé militaire sur la place Rouge. Je suis sur les épaules de mon père, et j’ai un ballon rouge attaché au poignet. Dans le ciel, au-dessus des colonnes qui défilent, d’immenses portraits de Lénine et de Staline, de Marx… Des guirlandes et des grappes de ballons rouges, bleus, jaunes… Le rouge, c’est ma couleur préférée. La couleur de la révolution, la couleur du sang versé en son nom. (…) La veille, on se couchait tard, toute la famille fabriquait des fleurs en papier crépon, on découpait des petits cœurs en carton, on les coloriait. Le matin, maman et grand-mère restaient à la maison pour préparer un repas de fête. Ce jour-là, nous avions toujours des invités. (…) Grand-mère préparait ses fameux pirojkis au chou et aux champignons, maman nous concoctait une salade russe et faisait cuire l’incontournable viande en gélatine. Et moi, j’allais avec papa ! La rue était pleine de monde, les gens avaient tous des rubans rouges sur leur manteau ou sur leur veste. (…) On avait tout le temps envie de crier : “Hourra !”… Les haut-parleurs clamaient : “Gloire aux travailleurs de l’usine Likhatchov, qui a reçu deux fois l’ordre de Lénine et du Drapeau rouge ! Hourra camarades !” (…) C’était splendide ! Il y avait un enthousiasme ! Les gens débordaient de joie, ils en pleuraient. »16

19Les statues déboulonnées de Lénine représentent donc aujourd’hui la disparition de tous ces « rappels à l’ordre » emblématiques de la souveraineté moderne. Malgré le changement idéologique postcommuniste en Ukraine, rien ne s’est substitué à cette monumentalité perdue, confirmant ainsi la transition postmoderne de la souveraineté décrite dans Empire (2001) par Michael Hardt et Antonio Negri.

Lénine marrane

  • 17 Carlo Ginzburg, Le Fromage et les vers. L’univers d’un meunier du XVIe siècle, Paris, Aubier, 1980 (...)
  • 18 Daniel Bensaïd, op. cit.

20En fin de compte, les strates de significations sont infiniment nombreuses et les significations des Lénine déboulonnés apparaissent presque singulières, tant leur réception demeure autonome, leçon qu’a démontrée depuis longtemps la microhistoire17. Ce rôle irréductible du regard pour construire le sens de Lénine déboulonné est notamment confirmé par l’histoire d’un syndicaliste qui aurait caché des bustes et une statue de Lénine comme si, à la chute du régime soviétique, son communisme s’était fait « marrane18 ».

21Voici ce que raconte Vitali, entrepreneur à Trouskavets, à Sébastien Gobert et Niels Ackermann :

  • 19 Niels Ackermann et Sébastien Gobert, op. cit., p. 35.

« Avec deux collègues, nous avons acheté cette maison en bois au syndicat de la ville. Nous avons entamé des rénovations afin de préserver le bâtiment qui était en mauvais état. Nous voulions en faire un hôtel. Nous avons abattu quelques-uns des murs en contreplaqué au dernier étage, pour agrandir les pièces. Et ils étaient là, derrière un de ces murs. Deux bustes de Lénine, et une petite statue. J’imagine qu’un syndicaliste les a placés ici il y a des années, pour les protéger. Peut-être pour les garder pour lui. Peut-être parce qu’il pensait que les Soviétiques allaient revenir… Mais quelle que soit la raison, cela veut dire que les statues sont ici depuis plus de vingt ans, parce que tous les monuments soviétiques ont disparu de l’Ukraine de l’Ouest très rapidement après l’indépendance du pays. Regardez-les. Tout sales, couverts de poussière. Je dois avouer que, quand on les a découverts, j’ai eu peur un moment. Je n’ai pas tout de suite compris ce que c’était, mais cela avait l’air dangereux. Personne ne s’attendait à revoir Lénine ici… Maintenant, ça va, je n’ai plus peur. Ça m’amuse, au contraire. Mais voilà : je ne sais toujours pas quoi faire avec eux… »19

  • 20 Svetlana Alexievitch, op. cit., p. 101.

22D’autres cas de bustes ou de statues de Lénine cachés et mis à l’abri sont attestés comme ceux mentionnés par Elena Iourevna dans le récit recueilli par Svetlana Alexievitch : « Récemment, dans une famille, on m’a montré un buste de Lénine rangé en haut d’un placard. Ils le gardent. On ne sait jamais, ça peut encore servir… Si les communistes reviennent, ils seront les premiers à arborer un ruban rouge20 ».

23Ou encore, Nikolaï Ivanovitch, retraité à Berdiansk (Ukraine), qui garde et protège un buste de Lénine dans son jardin contre les nationalistes :

  • 21 Niels Ackermann et Sébastien Gobert, op. cit., p. 146.

« Une vieille femme qui passe par ici, de temps en temps, quand elle voit Lénine, elle fait le signe de croix ! Il y a tellement de contradictions dans ce monde… Lénine, c’est le symbole d’une utopie perdue. Je me souviens de cela. C’est pour cette raison que je comprends à quel point c’est important. C’est ce que je dis à ces jeunes fous de nationalistes. Et vous savez ce que je leur dis d’autre ? De se construire un avenir meilleur, pour eux-mêmes, au lieu de détruire mon passé ! »21

  • 22 Daniel Bensaïd, Walter Benjamin. Sentinelle messianique à la gauche du possible, Paris, Les Prairie (...)

24La défense de ce buste apparaît ici comme une défense d’un passé et d’un avenir non advenu, afin d’en garder la potentialité utopique au présent, pour un avenir meilleur, à la manière du sauvetage des vaincus de l’histoire par l’action révolutionnaire décrit par Walter Benjamin22.

Conclusion

25Si la chute du mur de Berlin et la fin du communisme soviétique en 1989-1991 ont signalé la fin d’une sémantique des temps qu’incarnaient, entre autres, les monuments de Lénine dans l’espace soviétique, le renversement de ces monuments a vraisemblablement ouvert leurs significations de manière inattendue. C’est cette complexité du sens que permet de saisir le recueil de photographies de Niels Ackermann et Sébastien Gobert lorsqu’il est envisagé sous un angle documentaire. Le Lénine défiguré et démembré par les nationalistes laisse place à un Lénine mélancolique dans le regard de ceux qui en ont été dépossédés, mais aussi un Lénine clandestin, « marrane », peut-être même rechargé de ses virtualités révolutionnaires pour un avenir indéterminé. Loin du Lénine jadis officiel de l’URSS, grandiose et monumental, les Lénine renversés et mis à l’écart sondent enfin les transformations de la souveraineté étatique au 21e siècle, tout comme l’horizon commun – apocalyptique – d’une époque.

26Figure 1 : Statue de Lénine, place Bessarabska à Kiev, œuvre de Sergueï Merkourov, 1939. Photographie de Ferran Cornella, 28 mai 2011. Source : Wikimedia Commons.

27Figure 2 : Statue déboulonnée de Lénine, Krementchouk, Ukraine, 30 mars 2016. Photographie de Niels Ackerman.

28Figure 3 : Bustes de Lénine et statue trouvés derrière un mur dans une maison en bois appartenant auparavant au syndicat de la ville. Trouskavets, Ukraine, 2 novembre 2016. Photographie de Niels Ackermann.

Haut de page

Notes

1 Cité par Tariq Ali, Les Dilemmes de Lénine, Paris, Sabine Wespieser éditeur, 2017, p. 460.

2 Il importe de rappeler ici l’opposition des proches de Lénine à cette transformation. Alors que Joseph Staline s’évertuait en 1924 à faire de Lénine un saint, Nadejda Kroupskaïa, son épouse et camarade, prononçait ces paroles sur le cercueil de son mari : « Camarades, ouvriers et ouvrières, paysans et paysannes, j’ai une grande prière à vous adresser. Ne laissez pas votre peine se transformer en adoration extérieure de la personnalité de Vladimir Ilitch. Ne construisez pas de palais ou de monuments en son nom. À toutes ces choses, il accorda peu d’importance au cours de sa vie. Ça lui était même pénible. Vous savez quelle misère, quelle désorganisation règnent dans ce pays. Si vous voulez honorer la mémoire de Vladimir Ilitch, construisez des crèches, des jardins d’enfants, des maisons, des écoles, des hôpitaux, et mieux encore vivez en accord avec ses préceptes ». Cité par Tariq Ali, op. cit., p. 459.

3 Niels Ackermann et Sébastien Gobert, Looking for Lenin, Lausanne, Éditions Noir sur Blanc, 2017, 176 p.

4 Passages soulignés par nous. Niels Ackermann et Sébastien Gobert, op. cit., p. 165.

5 « Looking for Lenin », exposition au cloître Saint-Trophime, Arles, Les Rencontres de la photographie, 3 juillet au 23 septembre 2017.

6 « Le sémiologue [Umberto Eco], donc, y distingue soigneusement la connotation de la dénotation architecturale, celle-ci pouvant varier selon les contextes et les situations, et décrit comment une architecture dont le sens premier se perd est finalement réinterprétée en lui accordant des significations secondes soumises “à des pertes, des récupérations, des substitutions de divers genres”. Quoique de plus en plus imaginaires, celles-ci finissent par adhérer à la perception qu’on a des monuments finalement constitués par le feuilletage de leurs resémentisations successives. Lorsque l’on regarde une cathédrale aujourd’hui, c’est tout cela que l’on voit : un montage anachronique où se perçoit l’ombre portée de tous les regards qui se sont posés sur elle, depuis l’œil gothique jusqu’à la vision romantique ». Patrick Boucheron, Faire profession d’historien, Paris, Éditions du Seuil, 2018, p. 124-125.

7 Dans une histoire ouverte « profane » (Daniel Bensaïd), où les êtres humains font l’histoire dans les conditions historiques déterminées où ils se trouvent, rien ne permet de dire si les générations à venir n’ajouteront pas de nouvelles couches de significations à ces statues héritées du passé soviétique.

8 Marcel Roncayolo, La Ville et ses territoires, Paris, Gallimard, 1990.

9 Citée dans Niels Ackermann et Sébastien Gobert, op. cit., p. 65.

10 Enzo Traverso, Mélancolie de gauche. La force d’une tradition cachée (XIXe-XXe siècle), Paris, La Découverte, 2016.

11 Svetlana Alexievitch, La Fin de l’homme rouge ou le temps du désenchantement, Paris, Actes Sud, 2013, p. 79.

12 Référence à Fredric Jameson, cité par Stathis Kouvelakis, dans La Critique défaite. Émergence et domestication de la Théorie critique, Paris, Éditions Amsterdam, 2019. Stathis Kouvelakis écrit dans son introduction : « S’il fallait choisir un adage qui serait parvenu à capter en quelques mots la tonalité de notre époque, celui-ci, venant de la plume du critique culturel Fredric Jameson, apparaîtrait comme un candidat sérieux : “Quelqu’un a dit qu’il était plus facile d’imaginer la fin du monde que d’imaginer la fin du capitalisme” ». Daniel Bensaïd écrivait en 1998 : « Commencé dans la grande promesse des lendemains qui chantent, le siècle se termine sur le désenchantement de ses espérances inaugurales. Laissant dans son sillage un amoncellement de ruines, il annonce un avenir rétréci, obscur et chargé de péril, coincé entre l’usure de ceux qui ne peuvent plus dominer et l’impuissance de ceux qui ne le peuvent pas encore ». (Daniel Bensaïd, « Considérations inactuelles sur “l’actuel encore actif” du Manifeste communiste », dans Contretemps. Revue de critique communiste, 1er février 2018 (1998), en ligne : <https://www.contretemps.eu/bensaid-manifeste-communiste-marx-engels/>.

13 Michael Hardt et Antonio Negri, Empire, Paris, Exils et 10/18, 2001.

14 Pierre Bourdieu, Raisons pratiques. Sur la théorie de l’action, Paris, Éditions du Seuil, 1994, p. 125-126.

15 Idem.

16 Svetlana Alexievitch, op. cit., p. 134-135.

17 Carlo Ginzburg, Le Fromage et les vers. L’univers d’un meunier du XVIe siècle, Paris, Aubier, 1980 (1976).

18 Daniel Bensaïd, op. cit.

19 Niels Ackermann et Sébastien Gobert, op. cit., p. 35.

20 Svetlana Alexievitch, op. cit., p. 101.

21 Niels Ackermann et Sébastien Gobert, op. cit., p. 146.

22 Daniel Bensaïd, Walter Benjamin. Sentinelle messianique à la gauche du possible, Paris, Les Prairies ordinaires, 2010 (1990).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dimitris Fasfalis, « Un Lénine peut en cacher un autre »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 155 | 2022, 145-156.

Référence électronique

Dimitris Fasfalis, « Un Lénine peut en cacher un autre »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 155 | 2022, mis en ligne le 01 mars 2023, consulté le 20 mars 2023. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/20660 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.20660

Haut de page

Auteur

Dimitris Fasfalis

Professeur agrégé d’histoire, enseignant en collège à Montpellier.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search