Navigation – Plan du site

AccueilNuméros155LIVRES LUSDavid Todd, Un empire de velours....

LIVRES LUS

David Todd, Un empire de velours. L’impérialisme informel français au XIXe siècle

Paris, La Découverte, 2022, 399 p., 24 €.
Alain Gabet
Référence(s) :

David Todd, Un empire de velours. L’impérialisme informel français au XIXe siècle, Paris, La Découverte, 2022, 399 p., 24 €.

Texte intégral

1Dans Un empire de velours, David Todd s’attache à décrire un pan oublié de l’historiographie coloniale française, qui a tendance à concentrer ses feux sur les deux périodes de conquêtes territoriales, à l’époque moderne et au 19e siècle. Il montre ainsi que, de 1820 à 1880, dans cette période interstitielle de l’histoire coloniale, la France ne renonce pas à ses ambitions impériales, mais leur donne un caractère informel, non territorialisé, dont les mécanismes ont commencé à être théorisés dès le 18e siècle, après la défaite de la guerre de Sept Ans, puis l’indépendance des États-Unis, observée par de fins esprits, dont Talleyrand, comme une affaire pas si négative que cela pour l’ancienne puissance coloniale britannique. Cette notion d’empire informel, peu utilisée en France, est bien documentée dans la littérature anglo-saxonne, dans laquelle l’auteur, chercheur associé au Centre for History and Economics à l’université de Cambridge, puise abondamment dans un dialogue érudit, critique et courtois, absolument passionnant.

2Après la perte des colonies américaines lors du Traité de Paris et celle d’Haïti durant la période révolutionnaire, et alors que la suprématie britannique sur les mers et océans ne laisse guère de perspectives d’expansion territoriale, la monarchie restaurée et l’empire ressuscité encouragent des formes de domination indirectes qui sont autant de leviers pour restaurer la puissance française. L’essor du commerce de luxe, le placement de capitaux ou l’imposition extraterritoriale de notre droit permettent alors à la France de trouver de nouvelle formes de domination dans des territoires occupant des positions stratégiques, dans un monde en voie de globalisation accélérée.

3Ainsi, David Todd rappelle le rôle prépondérant joué par la France en Égypte jusqu’à la prise de possession militaire par les Britanniques en 1882. Haïti apparaît comme un laboratoire du néocolonialisme par la dette. L’aventure napoléonienne au Mexique est revue, au prisme de ce colonialisme informel, comme un recours ponctuel et malheureux à la force dans un plan d’ensemble qui ne paraît plus si irrationnel. Même la conquête de l’Algérie, principal contre-exemple que l’on aurait envie d’objecter spontanément à la thèse défendue par l’auteur, apparaît comme le résultat de l’échec des multiples tentatives d’asseoir une domination indirecte sur ce territoire.

4Il résulte de ce beau travail un ensemble de conclusions qui fait de cet ouvrage une lecture indispensable. La réflexion sur la notion de puissance, formelle ou informelle, associant toujours selon des formules adaptées aux contingences du moment, des éléments de hard et de soft power, devrait être enseignée en toute occasion dans les cours où la géopolitique est débattue. La formule assimilant les empires informels à des « bulles spéculatives » permet de comprendre tout à la fois le succès rapide de cet impérialisme caché, son effondrement tout aussi rapide, ainsi que son oubli dans la mémoire collective. Le sens de l’observation consistant à articuler des événements locaux et lointains donne à relire l’histoire politique de notre pays :

« Nous voudrions réévaluer l’importance d’événements lointains, fussent-ils des échecs cuisants, dans la constitution de la France contemporaine. (...) Les historiens traitent souvent ces catastrophes comme des épisodes distincts et n’accordent de véritable importance qu’au volet européen de cette déroute mondiale. Pourtant, il est aussi possible de voir la défaite de 1870-1871 comme le symptôme d’une crise plus profonde, surtout si l’on prête attention aux liens entre ces revers : le désastre mexicain entraîna une forte réduction des dépenses militaires qui facilita la victoire de la Prusse, laquelle déclencha la révolte de la Kabylie qui discrédita la politique bonapartiste en Algérie et diminua le prestige français en Égypte, au point d’y rendre possible la domination britannique. La débâcle ne fut pas seulement celle d’un régime politique, la monarchie bonapartiste, mais aussi celle d’une formation impériale principalement informelle, comparable par son ampleur à la désintégration d’autres empires, avant ou après le 19e siècle. »

5Mais le plus saisissant est sans doute la mise en évidence du continuum impérial français :

« La France n’est donc pas un État-nation qui connut des moments d’égarement impériaux. Elle fut et même demeure à la fois un État-nation et un empire. Cette conclusion illustre le principal avantage analytique du concept d’empire informel, à savoir la manière dont il aide à discerner des continuités essentielles à l’intelligence historique des formations impériales. »

6David Todd réunifie ainsi l’histoire coloniale française et jette un pont entre l’empire informel des années 1820-1880 et la Françafrique des années 1960 à nos jours. Le désarroi qui succède au Traité de Paris de 1763, puis la recherche de nouvelles formes de domination moins directes et plus rentables qui en résulte, ne sont pas sans rappeler les échanges entre les administrateurs coloniaux et De Gaulle avant la conférence de Brazzaville. Pour tout citoyen désireux de comprendre l’implication de notre pays dans la marche du monde et les effets retour de cette action sur notre histoire politique, plus encore pour les lecteurs de notre revue, sensibles entre tous à l’historiographie des phénomènes de domination, l’apport est considérable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Gabet, « David Todd, Un empire de velours. L’impérialisme informel français au XIXe siècle »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 155 | 2022, mis en ligne le 25 février 2023, consulté le 20 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/20809 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.20809

Haut de page

Auteur

Alain Gabet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search