Navigation – Plan du site

AccueilNuméros155LIVRES LUSSandrine Kott, Organiser le monde...

LIVRES LUS

Sandrine Kott, Organiser le monde. Une autre histoire de la guerre froide

Paris, Seuil, 2021, 321 p.
Chloé Maurel
Référence(s) :

Sandrine Kott, Organiser le monde. Une autre histoire de la guerre froide, Paris, Seuil, 2021, 321 p.

Texte intégral

1Dans ce nouvel ouvrage, Sandrine Kott, professeure d’histoire à l’université de Genève, autrice de plusieurs ouvrages sur l’Allemagne (une biographie de Bismarck et plusieurs histoires de l’Allemagne) et sur les organisations internationales, défend l’idée que, durant la guerre froide, par-delà les oppositions idéologiques, il y a eu, au sein des élites des deux blocs, des échanges et une volonté commune d’œuvrer en faveur de la modernisation et du progrès économique et social. Pour le démontrer, elle se fonde sur un travail de recherche remarquable mené dans les archives d’organisations internationales (ONU, OMS, OIT, FAO, HCR, UNESCO, CNUCED, ONUDI, CAEM), de fondations (fondation Ford, fondation Rockefeller), de syndicats (FSM, CISL), et d’ONG et associations (YMCA, Mouvement de la paix). En effet, ces structures internationales constituent de bons observatoires des conflits mondiaux, mais aussi des convergences transnationales.

2Au cours de cet ouvrage organisé en 6 chapitres chronologico-thématiques qui alternent un focus sur l’Europe et sur le monde (et notamment le tiers monde), elle commence par retracer les débuts de la guerre froide et le fonctionnement d’une organisation internationale méconnue qui a fonctionné temporairement sous l’égide de l’ONU : l’UNRRA (administration des Nations unies pour le secours et la reconstruction), active de 1943 à 1947. Cette agence a porté assistance et secours aux pays d’Europe dévastés et détruits par la guerre. L’UNRRA, pensée par les États-Unis et dirigée par l’Américain Herbert Lehman, est chronologiquement la première agence de l’ONU et la dernière initiative du New Deal de Roosevelt. Les États-Unis en sont les principaux financeurs. L’UNRRA a déployé une action de grande ampleur, employant fin 1946 plus de 21 000 personnes, dont plus de 1 500 volontaires, et parmi eux beaucoup de femmes. Elle est intervenue dans 17 pays, non seulement européens, mais aussi la Chine, l’Inde ou le Moyen-Orient. Les employés de l’UNRRA, souvent formés à l’anthropologie, se montrent respectueux des spécificités culturelles locales. Fin 1946, l’UNRRA a acheminé des États-Unis 80 000 camions en Europe de l’Est. Elle est donc l’ancêtre des organisations humanitaires actuelles.

3La guerre froide a certes impacté les organisations internationales : ainsi l’URSS se retire précocement de plusieurs agences de l’ONU, n’y revenant qu’en 1954, au moment du « dégel » qui a suivi la mort de Staline en 1953. Et le maccarthysme a fait intrusion dans ces institutions.

4Mais ce que montre Sandrine Kott, et qui est très intéressant, c’est que les institutions internationales ont été le lieu d’un dialogue suivi, d’un authentique échange Est-Ouest. Ainsi le directeur général de l’OIT de 1948 à 1970, l’Américain David Morse, fervent antinazi qui avait pendant la guerre lutté dans l’armée américaine contre le nazisme et libéré le camp de Mauthausen, avait, de par sa sensibilité, les capacités pour dialoguer avec les représentants du bloc de l’Est.

5De même, la FAO organise en 1947 une mission en Pologne pour étudier les problèmes agricoles et industriels. Le rapport de mission insiste sur le bon accueil fait en Pologne aux enquêteurs de la FAO et sur l’esprit ouvert et constructif des échanges.

6Une autre agence méconnue de l’ONU est la Commission économique pour l’Europe des Nations unies (ECE), une des commissions économiques régionales de l’ONU. Créée en 1947 et dirigée d’abord par l’économiste suédois Gunnar Myrdal, elle a permis, tout au long de la guerre froide, de manière discrète, des échanges et des coordinations utiles entre représentants de l’est et de l’ouest de l’Europe, souvent sur des sujets techniques. Ces agences ont un rôle spécifique au sein de l’ONU par leur centrage sur l’Europe et comme acteur diplomatique à part entière, puisqu’elles ont la particularité de faire coopérer ensemble, par-delà le rideau de fer, des fonctionnaires et des experts des deux blocs.

7Sandrine Kott ébauche aussi des portraits d’acteurs de ces institutions qui, par leur profil, ont été ouverts aux échanges Est-Ouest : il en va ainsi du Soviétique Amazasp Arutiunian, chef de la délégation de l’URSS à l’ONU pendant la guerre froide et qui, ayant étudié aux États-Unis dans l’entre-deux-guerres, est un des rares Soviétiques à pouvoir s’exprimer en anglais, ce qui est un facteur de rapprochement.

8Les organisations internationales sont aussi le lieu où se confrontent deux visions contraires de la société, et notamment de la femme : à travers les enquêtes menées par la FAO dès 1947 en Pologne sur le sort des Trümmerfrauen (les femmes qui déblaient les ruines), il apparaît que les experts occidentaux préconisent que ces femmes retournent au plus vite à leur foyer, alors que les experts communistes sont plutôt favorables à ce qu’elles se professionnalisent et trouvent un travail productif dans l’industrie. Cela reflète des conceptions opposées du rôle de la femme, ce qui va être illustré par leur évolution divergente en RFA (majoritairement femmes au foyer) et en RDA (femmes actives).

9De même, concernant l’éducation des jeunes enfants, le Centre international de l’enfance, créé en 1950 à Paris par le pédiatre français Robert Debré et le médecin polonais Ludwik Rajchman, développe l’idée, sous l’influence du psychologue d’orientation communiste Henri Wallon, que les très jeunes enfants doivent être socialisés très tôt, donc mis dans des crèches, contrairement à l’idée répandue en Occident qu’il faut les laisser avec leur mère.

10C’est aussi lors des crises de guerre froide que les agences internationales agissent comme pacificatrices : suite à la répression soviétique à Budapest en 1956, le Haut Commissariat de l’ONU aux réfugiés (HCR) intervient directement sur le terrain pour aider les 200 000 réfugiés hongrois. Et lors de la crise de Suez, la même année, l’ONU met en place la première force d’urgence des Nations unies, en novembre 1956, avec l’envoi de casques bleus.

11Certes, il y a des oppositions entre les blocs et des rivalités au sein des organisations internationales. Ainsi, le bloc de l’Est dénonce la surreprésentation du bloc de l’Ouest dans ces structures : en effet, en 1955, les Occidentaux détiennent 75 % des postes de la fonction publique internationale.

12Au niveau syndical, la rupture est claire entre fédérations syndicales : la Fédération syndicale mondiale (FSM) devient clairement la porte-parole du bloc soviétique, tandis que la Confédération internationale des syndicats libres (CISL) représente le bloc occidental.

13D’autres fédérations ou associations mondiales, plus militantes et rassemblant non plus des diplomates, mais des citoyens engagés, représentent le camp communiste tout en ayant un objectif universaliste : il en va ainsi de la Fédération démocratique internationale des femmes (FDIF), fondée à Paris en 1945 et dirigée par la scientifique communiste Eugénie Cotton, ou encore du Mouvement de la paix, créé en France en 1948, qui lance l’Appel de Stockholm pour la paix en 1950. Cet appel aurait, selon Sandrine Kott, pu influencer le président américain Eisenhower pour son discours de 1953, « Des Atomes pour la paix », dans lequel il promeut les usages pacifiques de l’énergie atomique et jette les bases de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), qui sera créée en 1957 sous l’égide de l’ONU.

14L’ONU est aussi le lieu où sont prononcés des discours importants, c’est une formidable tribune : ainsi, en septembre 1959, Khrouchtchev, dans son premier discours devant l’assemblée générale à New York, s’affirme en faveur de l’indépendance des peuples colonisés. L’URSS, par le canal des organisations internationales, apporte de l’aide aux pays du tiers monde : en 1955, des experts soviétiques, par l’intermédiaire de l’Unesco, aident l’Inde à créer sur son sol le deuxième institut de technologie du pays ; d’autres experts soviétiques, par le biais de l’OMS, de la FAO, de l’OIT, apportent de l’assistance technique à plusieurs pays du Sud, pas toujours avec succès, comme en témoignent des échecs au Ghana, en Guinée, au Togo et au Congo au début des années 1960.

15Les structures internationales servent aussi bien sûr d’instruments pour la confrontation idéologique Est-Ouest : c’est le cas avec les associations financées par la CIA, comme le Congrès pour la liberté de la culture, ou celles financées par la fondation Ford.

16Certaines organisations internationales ont une importance stratégique, et les deux Grands veillent à y faire placer des ressortissants aux postes-clés : c’est le cas de l’AIEA, dont le premier directeur jusqu’en 1961 est un étatsunien, le républicain Sterling Cole, mais où l’URSS envoie dès l’origine des fonctionnaires bien formés. De plus, l’ONUDI (Organisation des Nations unies pour le développement industriel) est créée en 1966 sur la demande des Soviétiques, en vue d’apporter de l’aide technologique aux pays du Sud. Ses deux premiers directeurs généraux, un Égyptien puis un Algérien, sont proches du bloc de l’Est.

17Cette même année 1966 sont adoptés par l’ONU deux « pactes internationaux », l’un sur les « droits civils et politiques » (soutenu par les États-Unis, champions des libertés individuelles), l’autre sur les « droits économiques et sociaux » (soutenu par l’URSS et les pays du Sud). Et le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), qui commence à fonctionner cette année-là, apporte de l’assistance technique aux pays du Sud. Soviétiques et Américains rivalisent pour y œuvrer, mais ce sont les Américains qui ont l’avantage : dans les années 1960, les deux tiers des experts du PNUD viennent de pays occidentaux.

18Enfin, la Conférence sur la coopération et la sécurité en Europe (CCSE), organisée à Helsinki en 1975, illustre bien la coopération Est-Ouest par-delà le rideau de fer, inaugurant « l’esprit d’Helsinki ».

19À partir des années 1970, les pays du Sud font entendre de plus en plus fortement leurs voix et leurs aspirations au sein des organisations internationales. Dans les années 1970, l’OMS, dirigée par le Danois Hafdan Mahler, s’oriente vers un esprit tiers-mondiste, promouvant le modèle chinois des « médecins aux pieds nus » envoyés dans les pays en voie de développement. En 1974, la déclaration sur le « Nouvel ordre économique international » (NOEI) adoptée par l’assemblée générale de l’ONU sous l’impulsion du président algérien Houari Boumédiène, illustre l’influence croissante des pays du Sud aux Nations unies. Cela se reflète aussi dans la « Déclaration sur les entreprises multinationales et la politique sociale » adoptée par le conseil d’administration du BIT (Bureau international du travail) en 1977, visant à davantage contrôler les agissements des multinationales. Durant ces années, en outre, la CEPAL (Commission économique des Nations unies pour l’Amérique latine) est, sous l’influence de l’économiste argentin Raul Prebisch, proche des idées socialistes. Cette chronologie est importante, car il est remarquable d’observer la lente et progressive affirmation du tiers monde dans les organisations internationales à la suite des indépendances. Cela change la configuration de ces agences et le rapport de force en leur sein.

20Sandrine Kott, qui est aussi spécialiste de la RDA, étudie également le rôle du Conseil d’assistance économique mutuelle (CAEM), organisation d’aide économique développée par l’URSS. Elle montre que le CAEM aide non seulement les pays d’Europe de l’Est, mais aussi de nombreux pays du Sud : en 1987, on compte 5 000 projets économiques entre les pays du CAEM et les pays du Sud.

21Cet ouvrage très rigoureux et très stimulant apporte ainsi, grâce à des recherches novatrices et par son approche globale, un nouvel éclairage sur l’histoire de la guerre froide. Écrit avec clarté et illustré d’exemples précis, il sera donc très utile à tout étudiant, enseignant ou chercheur travaillant sur l’histoire des relations internationales du 20e siècle, et se classe d’ores et déjà comme un ouvrage de référence sur l’histoire de la guerre froide.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Chloé Maurel, « Sandrine Kott, Organiser le monde. Une autre histoire de la guerre froide »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 155 | 2022, mis en ligne le 25 février 2023, consulté le 22 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/20831 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.20831

Haut de page

Auteur

Chloé Maurel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search