Navigation – Plan du site

AccueilNuméros156Le mot de la rédaction

Le mot de la rédaction

Anne Jollet
p. 5-11

Texte intégral

1Lancinante question : quelle histoire faire ? On a envie d’ajouter : « en temps de guerre ». Très exagéré, diront les prudents. Nous ne nous terrons pas dans des caves, nous n’entendons pas la déflagration des bombes. Nous n’avons qu’une faible idée, en dépit des témoignages poignants rassemblés ici ou là, à la surface de la Terre et particulièrement à nos portes, dans la vaste Ukraine, de l’infernale peur qui tenaille en zone de combat. Mais les médias nous entraînent de plus en plus sur les champs de bataille. Nous savons que les dépenses d’armement grimpent d’année en année et rivalisent avec les sommets de la fin de la guerre froide, nous savons que les voyages des chefs d’État, et particulièrement du nôtre, sont des déplacements de marchands d’armes. Nous savons que toutes les puissances atomiques qui surveillent la non-prolifération à la surface du globe sont les premiers agents de la prolifération, assurant leur puissance à travers des complaisances avec les régimes qu’ils soutiennent. Nous savons qu’autour de nous la militarisation des esprits est orchestrée par les gouvernants. Nous mesurons la présence de plus en plus fréquente, via divers projets « éducatifs » de l’armée et de la police dans les écoles et les lycées. Nous constatons l’invitation de plus en plus insistante à des partenariats dans la recherche. Des allocations d’études spécifiques sont versées aux étudiant·es qui acceptent de s’engager dans la « garde nationale », cette armée de réserve créée en 2016 dans le contexte des attentats. Le contrat taillé pour les étudiants (et a priori les étudiantes), qui comporte aussi des versements pour les 37 journées d’active, fait d’eux des militaires. Nous avons donc maintenant en France des étudiant·es co-formé·es par l’armée. Réponse « aux désirs d’engagement de la jeunesse », dit le secrétaire général de la Garde nationale. Réponse au besoin d’argent d’une grande partie de la jeunesse ? Quelles que soient les motivations des individus, le but proclamé sur le site officiel est « le rehaussement des forces morales de notre pays », lieu commun de toutes les forces conservatrices depuis deux siècles1. Et, nous le savons, l’investissement dans la « réserve opérationnelle » va doubler, comme l’a annoncé le président de la République dans ses vœux aux Armées. La loi de programmation militaire promet à l’armée un budget annuel doublé par rapport à 20172. La mise en place du SNU, le Service national universel, est une étape supplémentaire dans la volonté de faire entrer l’armée dans la vie des jeunes. Dans un article récent publié par le magazine Regards, « Contre l’école au garde-à-vous », l’historienne Laurence De Cock rappelle que tout n’est pas neuf dans cette affaire, mais aussi combien cette valorisation de l’armée comme outil éducatif est inquiétante3. Orientation de long terme, travail à bas bruit, expérimentation. Cette formation des jeunes est une des dimensions d’un faisceau de contraintes sociales entées dans le cadre des lois dites « antiterroristes ». La politique de « sécurité nationale » nous fait vivre dans un état de surveillance des engagements qui doit aux états de guerre. La contestation du pouvoir peut devenir à tout moment un acte relevant de la menace terroriste et menaçant ladite « sécurité nationale ». On a pu récemment mesurer la réalité de cette surveillance avec l’incroyable interpellation à Londres d’un éditeur du fait de sa participation à la contestation du pouvoir en France4. Ainsi des interpellations massives de manifestant·es, ainsi de la surveillance des manifestations par des drones, ainsi des interdictions de manifestations par arrêtés préfectoraux dont l’illégalité est immédiatement dénoncée par la justice. Ainsi de la violence de la nouvelle Brigade de répression de l’action violente motorisée, dont la violence a été immédiatement dénoncée, sans conséquences pour son existence et ses pratiques5. Inutile d’écheniller ici. Le pacte républicain tend à devenir un pacte d’obéissance républicaine.

2Nous reviendrons dans nos analyses historiennes sur ces problématiques sociales massives. Un prochain dossier traitera de l’incontournable question des « forces de l’ordre » et de la démocratie. Nous disons aussi notre soutien aux éditions La Fabrique, dont le responsable des droits étrangers a été arbitrairement arrêté à Londres ce mois d’avril 2023. La pétition publiée dans le journal Le Monde du 2 mai 2023, « Les habits neufs de la censure », sera publiée dans les pages du prochain numéro des Cahiers d’histoire comme un morceau de notre histoire de la surveillance et de la répression subies par celles et ceux qui expriment leur opposition aux pouvoirs économiques et politiques.

3Les « migrant·es engagé·es », au cœur du dossier du présent numéro des Cahiers d’histoire, ancrent ces menaces dans le temps et dans la diversité des expériences sociales. Premiers, premières parmi les citoyen·nes entravé·es dans l’expression libre de leur pensée, dans l’exercice de leurs activités militantes, les personnes « migrantes » donnent à voir avec une acuité extrême ce contexte de militarisation qui justifie surveillance et répression. Dans le court terme, nous avons été témoins de l’assassinat de personnes, parce que suspectes d’être « étrangères », à proximité du Centre culturel kurde Ahmet-Kaya, ce mois de décembre 2022. Nous nous sommes remémoré·es l’assassinat en plein Paris de trois militantes du Parti des travailleurs du Kurdistan en janvier 2013, illustration dramatique, à la suite de bien d’autres plus ou moins connues, de la fragilité des « migrant·es engagé·es »6. Nous avons été moins alerté·es sur toutes les formes de restriction que les personnes « migrantes », avec ou sans papiers, se sont imposées à elles-mêmes, limitant leur droit de manifester, de se mobiliser au cours des grands moments d’action collective que nous venons de connaître. Les historien·nes feront cette histoire comme elle a été faite pour le passé par certain·es spécialistes d’histoire du travail. Le dossier rappelle que les migrant·es engagé·es sont partout des « indésirables »7. Gérard Noiriel, dans ses premiers travaux à propos des mineurs de fer et des sidérurgistes, a montré que la « seconde » génération des immigrés italiens en Lorraine a pu être plus revendicative, adhérer massivement au Parti communiste, car elle était en grande partie française et redoutait moins la répression, notamment les expulsions, que la génération de ses parents8.

  • 9 Mathieu Grenet, Stéphane Mourlane (dir.), « Migrations et nation. Le cas italien », Cahiers d’histo (...)
  • 10 Friedrich Engels et Karl Marx, avec la collaboration d’Ernst Dronke, Les Grands hommes de l’exil, é (...)
  • 11 Voir, parmi une impressionnante production, les multiples écrits de Sylvie Aprile, dont sa somme : (...)

4Les articles du présent dossier rappellent cette fragilité sociale de la personne migrante. À nouveau dans l’horizon italien, espace de toutes les migrations, départs massifs, arrivées importantes, circulations internes dans un espace unifié tardivement et incluant des caractères socio-économiques très divers que les migrations internes contribuent, non sans rejets, conflits, à unifier, ainsi que l’ont rappelé les auteur·trices d’un précédent dossier des Cahiers d’histoire autour de « Migrations et nation. Le cas italien »9. Isabelle Felici, la coordonnatrice du présent dossier, a choisi d’évoquer les déplacements transnationaux de la façon la plus large, le fait d’être résident·e dans un pays qui n’est pas celui de sa naissance, celui de ses parents, celui de son éducation, et qui ne sera pas nécessairement non plus celui de son trépas. D’où le terme de « migrant », comme dans le dossier précédent, choisi plutôt que celui d’« immigrant » ou d’« immigré ». Elle installe les personnages qu’étudient les auteurs du dossier dans un horizon de circulation plutôt que dans celui de l’installation, même si, souvent, la circulation installe in fine à l’étranger. L’accent n’est pas mis sur la contrainte légale de partir, l’exil, mais sur le fait d’être quelque part, pour un temps indéterminé, étranger du point de vue de la loi. Elle épouse le point de vue internationaliste de ses migrant·es, militant·es anarchistes ou communistes, citoyen·nes du monde, citoyen·nes engagé·es, porteur·ses d’idées, vecteurs de luttes partout où se déroule leur vie. En même temps, pas d’héroïsation de personnes plus souvent mises en difficulté que puissantes politiquement. Les réalités évoquées nous situent loin des « grands hommes de l’exil » moqués par Marx et Engels après l’échec des révolutions de 1848, que nous a fait redécouvrir Sylvie Aprile10. En convergence avec l’importante historiographie construite ces dernières décennies autour de l’exil politique, l’autrice rappelle dans son introduction le refus de distinguer d’emblée migration politique et migration économique11. Tous les travaux montrent la fluidité entre les diverses motivations de l’émigration. Ici, notamment, l’article de Germano Mascitelli et Anne Morelli met en évidence la similitude de l’enchevêtrement des motivations économiques et politiques de l’émigration dans l’avant-guerre fasciste et dans l’après-guerre fait des déceptions et de la misère liées à l’échec des luttes sociales et à la répression anticommuniste.

  • 12 Nous pensons notamment au beau livre de fragments autobiographiques réunis par Laurence Campa, Mémo (...)

5Beaucoup des migrant·es ne sont pas contraint·es juridiquement au départ, mais sont aussi des personnes engagées dans des luttes qui préfèrent fuir pour éviter des sévices, la prison peut-être, le chômage et la misère souvent. L’approche monographique des articles rassemblés peut conduire à valoriser l’approche en termes de parcours de vie et de bifurcations comme étudiés par la sociologie contemporaine, elle peut aussi glisser vers les approches en termes de mémoire et d’exil, d’exilé·es, au sens large de l’obsédant attachement à un lieu perdu (à reconquérir ou pas)12. Isabelle Felici ancre cet attachement dans l’horizon du « quartier », espace vécu, comme affirmé dans l’introduction, cependant les cadres nationaux se rappellent avec force. Ainsi de la fuite du communiste Otello Palmieri vers le bloc de l’Est après l’échec de la riposte armée à la tentative d’assassinat de Togliatti en 1948, de celle de l’anarchiste Gaggi vers la jeune URSS en 1921, si ce n’est qu’ils sont bien dans une forme d’éloignement forcé qui en fait des exilés. Ou de la fuite sans cesse renouvelée de Malatesta, du fait de l’hostilité des gouvernants. In fine, même quand elles et ils sont bienvenu·es comme travailleur·ses, ces migrant·es sont toujours objets de méfiance s’ils poursuivent un engagement indépendant des structures dominantes du pays d’accueil. Ainsi dans la Confédération helvétique, où est maintenue après-guerre une législation de 1936 qui impose à l’étranger sans permis de séjour définitif de faire une demande d’autorisation pour prendre la parole en public. Ainsi en Belgique, dont le patronat souhaite l’arrivée massive d’immigrants dans les mines après la Seconde Guerre mondiale, mais interdit aux étrangers toute forme de participation politique active ou passive, stigmatisant toute forme de proximité avec les structures considérées comme communistes.

  • 13 Dans la même optique, mentionnons le livre de Jean Villeret, Entretiens avec Julien Le Gros. Un jou (...)
  • 14 Lien pour visiter le musée : <https://museemrjmoi.com/>.

6L’ensemble de ce numéro 156 des Cahiers d’histoire est traversé par la vigueur des conflits et des luttes idéologiques et politiques qui structurent les réalités sociales. Dans « Chantiers », Irène Cacopardi analyse les ressorts de la guerre idéologique menée par les réseaux complotistes autour de QAnon depuis une dizaine d’années. Dans « Débats », Chloé Maurel rappelle les activités « engagées » de femmes martiniquaises trop oubliées, sœurs d’une famille aisée, dites souvent les « sœurs Nardal », et leur rôle dans la difficile émergence de la notion de « négritude » dans les années 1930. Dans le contexte du 80e anniversaire de la création du Conseil national de la Résistance, nous pensons particulièrement important que « Métiers » ouvre ses pages à l’histoire de la Section juive de la Main-d’œuvre immigrée, présentée par deux coordonnatrices de l’association MRJ-MOI, Claudie Bassi-Lederman et Maryse Wolikow. Effet d’écho évident avec le sort des « migrant·es engagé·es » évoqué par le dossier, mais aussi ouverture à la problématique qui nous est chère de la transmission, particulièrement vive dans ces moments du présent où les voix du passé proche se taisent13. Le texte présente une des réponses à cette menace de l’oubli, la création d’un musée virtuel qui, mêlant vidéos explicatives et reproductions de documents, permet, à la fois la circulation de salle en salle, comme dans un musée, et les recherches par notion comme dans un site en ligne14. Un très beau travail de savoir historique, qui décline à son tour histoire et engagement.

  • 15 Rendez-vous de l’histoire de Blois, 26e édition, du 4 au 8 octobre 2023, sur le thème « Les vivants (...)
  • 16 Suggestions de retrouvailles : en juin, visite de l’exposition « Marx en France », avec les Ami·es (...)

7La suite de l’histoire des Cahiers mènera nos lecteurs et lectrices vers les ressorts de la Françafrique, souvent volontairement obscurcis par les pouvoirs, dans un dossier coordonné par nos deux spécialistes, Alain Gabet et Sébastien Jahan. Dès à présent, lisez leurs nombreuses contributions à ce versant de l’histoire dans les Cahiers ! Nous espérons pouvoir les entendre à Blois dans le cadre d’une table ronde où l’on évoquera cette histoire à travers ses morts soigneusement occultés15. Puis nous plongerons avec beaucoup d’autres dans l’olympisme, autour d’un dossier coordonné par Igor Martinache et Valentin Guéry. Ce dossier, « (Dé)politiser les jeux olympiques », suivi par Nicolas Tardits pour la rédaction, introduit à une lecture conflictuelle des enjeux de ces grands événements, au passé comme au présent. Ces problématiques seront reprises et élargies dans un grand moment de débats entre historien·nes et citoyen·nes engagé·es lors des 8e Rencontres d’histoire critique qui se dérouleront cet automne, les 24 et 25 novembre, autour de l’Espace culturel et social Grésillons à Gennevilliers. Avec beaucoup d’autres, nous y débattrons autour de « Sports Enjeux ». À la suite de beaucoup d’autres retrouvailles, ami·es lecteur·trices, nous comptons sur votre présence à ces Rencontres, et sur vos lectures, suggestions, propositions pour suivre au mieux les pistes d’une histoire vivante et critique16.

Haut de page

Notes

1 Interview du général Gasparini pour l’Institut Montaigne, <https://garde-nationale.gouv.fr/tag/engagement>, consulté le 24 avril 2023. Voir Grégoire Le Quang (dir.), « L’extrême droite : de la marginalité au pouvoir ? », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 152, 2022, <https://journals.openedition.org/chrhc/18159>.

2 l’Humanité, 5 avril 2023, <https://www.humanite.fr/politique/armee-francaise/budget-historique-pour-la-loi-de-programmation-militaire-789507>.

3 <http://www.regards.fr/actu/article/contre-l-ecole-au-garde-a-vous>.

4 <https://www.blast-info.fr/articles/2023/arrestation-dun-editeur-francais-a-londres-lors-dune-foire-internationale-khB26vCMSgm584vzZzK_9w>.

5 Rejet d’une pétition réunissant plus de 260 000 signatures, refus du débat à l’Assemblée nationale, <https://www.liberation.fr/politique/dissolution-de-la-brav-m-apres-la-petition-enterree-lassemblee-refuse-un-debat-dans-lhemicycle->.

6 <https://www.humanite.fr/monde/kurdes-assassinees-paris-2013/assassinat-des-militantes-kurdes-en-plein-paris-une-omerta-d-etat-777264> ; on pense bien sûr aussi à l’assassinat de Dulcie September, représentante de l’ANC à Paris, sans protection policière, assassinée en 1988, dont un film récent d’Enver Samuel, Murder in Paris (2021), appelle à rouvrir le dossier judiciaire, <https://www.youtube.com/watch?v=amIkMtTFsC4>.

7 Souvent repris par les législateurs, le mot rappelle cruellement l’accueil fait dans la France des années 1930 aux antifascistes italiens, allemands, espagnols, et aux communistes ou anarchistes du monde entier. Témoignage de migrants engagés dans Siegmund Gingold, Mémoires d’un indésirable, juif, communiste et résistant. Un siècle d’errance et de combat, Paris, L’Harmattan, 2004.

8 Gérard Noiriel, Longwy : Immigrés et prolétaires, 1880-1980, préface de Madeleine Rebérioux, Paris, PUF, 1984 ; Gérard Noiriel, Les Ouvriers dans la société française, XIXe-XXe siècle, Paris, Éditions du Seuil, 1986.

9 Mathieu Grenet, Stéphane Mourlane (dir.), « Migrations et nation. Le cas italien », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 143, 2019.

10 Friedrich Engels et Karl Marx, avec la collaboration d’Ernst Dronke, Les Grands hommes de l’exil, édition établie et préfacée par Sylvie Aprile, Agone, 2015.

11 Voir, parmi une impressionnante production, les multiples écrits de Sylvie Aprile, dont sa somme : Sylvie Aprile, Le Siècle des exilés. Bannis et proscrits, de 1789 à la Commune, Paris, CNRS éditions, 2010 ; ainsi que les recherches de Delphine Diaz ou les travaux ancrés dans le cas italien de Catherine Brice, par exemple : Catherine Brice (dir.), Séquestres et confiscations des biens des exilés dans l’Italie du 19e siècle, MEFRIM, 2017-2, ou Exile and the circulation of political practices, Cambridge Scholars, 2020.

12 Nous pensons notamment au beau livre de fragments autobiographiques réunis par Laurence Campa, Mémoires de nos mères. Des femmes en exil, Paris, Textuel, 2022.

13 Dans la même optique, mentionnons le livre de Jean Villeret, Entretiens avec Julien Le Gros. Un jour nos voix se tairont, Éditions Alisio, 2023.

14 Lien pour visiter le musée : <https://museemrjmoi.com/>.

15 Rendez-vous de l’histoire de Blois, 26e édition, du 4 au 8 octobre 2023, sur le thème « Les vivants et les morts ».

16 Suggestions de retrouvailles : en juin, visite de l’exposition « Marx en France », avec les Ami·es des Cahiers d’histoire, 25 mars-31 décembre 2023, Musée de l’histoire vivante de Montreuil (Seine-Saint-Denis) ; en septembre, stand des Cahiers d’histoire et du Musée de l’histoire vivante au « Village du livre » de la Fête de l’Humanité les 15, 16 et 17 septembre 2023, sur la Base 217 au Plessis-Pâté (91).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 156 | 2023, 5-11.

Référence électronique

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 156 | 2023, mis en ligne le 05 juin 2023, consulté le 12 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/20920 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.20920

Haut de page

Auteur

Anne Jollet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search