Navigation – Plan du site

AccueilNuméros156MÉTIERSTransmettre l'HistoireLa section juive de la Main-d’œuv...

MÉTIERS
Transmettre l'Histoire

La section juive de la Main-d’œuvre immigrée (MOI). Histoire de Résistance

Un musée en ligne : <https://museemrjmoi.com>.
Claudie Bassi-Lederman et Maryse Wolikow
p. 131-137

Texte intégral

1À la fin des années 1920, pour toucher les immigrés venus nombreux chercher du travail en France et les aider à s’intégrer, la CGTU et le Parti communiste français créent la MOE (Main-d’œuvre étrangère), qui deviendra la MOI (Main-d’œuvre immigrée), le terme « étrangère » étant considéré comme péjoratif.

2Le PCF met ainsi en place une dizaine de sections de langues : espagnol, italien, grec, polonais… La section de langue yiddish – la langue des juifs d’Europe de l’Est –, nommée aussi « section juive de la MOI », compte le plus grand nombre de membres. Elle est essentiellement composée de juifs polonais qui ont fui la misère et l’antisémitisme.

3Dans leurs pays respectifs, les juifs immigrés ont appris à désobéir aux lois qui les excluaient, à s’organiser pour résister aux pogroms, à militer dans des associations clandestines antifascistes. Certains ont connu la prison. Ils sont donc prêts, en France occupée, à vivre dans l’illégalité et à mener des combats clandestins. Persécutés à double titre, conscients et avertis, ils participeront, dès le début de l’Occupation, à une résistance civile de solidarité, d’entraide et d’information avec de nombreux journaux en yiddish et en français. Ils prendront part à la lutte armée dans les rangs des FTP-MOI (Francs-tireurs et partisans de la Main-d’œuvre immigrée) dès la création du mouvement, en 1942.

4Leur conscience politique et sociale va les conduire, dès le début de la guerre, à un engagement total contre le nazisme et pour la libération de la France. Pour ces jeunes, femmes et hommes chassés de leurs pays par la misère, l’antisémitisme et le fascisme, le communisme représentait un idéal de paix, de justice sociale et de fraternité universelle, qui devait éradiquer, pensaient-ils, toute forme d’antisémitisme, de discrimination, d’oppression, et favoriser l’émancipation humaine. Ils se sont appropriés les valeurs de la République : liberté, égalité, fraternité, au moment où elles étaient combattues par l’occupant et ses collaborateurs français.

5Tous n’étaient pas communistes, nombre d’entre eux le sont devenus dans la lutte, mais tous avaient le même ennemi, le nazisme. L’engagement de la plupart d’entre eux affirmait cette double identité de juifs et de communistes, qui a été longtemps ignorée, voire même niée.

6Malgré le rôle important de ces combattants dans la lutte civile et armée pour la libération de leur terre d’accueil – la France –, une chape de plomb s’est abattue sur eux. Ils ont donné leur vie pour un monde de fraternité et de justice, mais ils ont, pendant longtemps, disparu de la mémoire collective.

7C’est pour cette raison qu’en 2005, au moment où les témoins disparaissaient, d’anciens résistants de la section juive de la MOI ont créé notre association, MRJ-MOI.

8Elle a pour but :

9- d’en finir avec le mythe du « récit national », conçu pour préserver une Résistance exclusivement française, militaire et masculine ;

10- de transmettre une mémoire plurielle de la Résistance en mettant en lumière la contribution des communistes, des étrangers, des juifs d’origine immigrée à l’histoire nationale ;

11- de faire connaître l’importance du combat de ceux qui ont été longtemps considérés uniquement comme des victimes ;

12- de montrer le chemin vers l’intégration de ceux qui étaient les plus réprouvés et pourchassés parmi les étrangers.

13Pour accomplir ces missions, MRJ-MOI a produit un documentaire et réalisé un musée virtuel. Notre film Nous étions des combattants, construit à partir de multiples entretiens écrits, oraux et vidéos avec des membres de la jeunesse communiste juive, dont certains avaient 15 ans à l’époque de l’Occupation, a rencontré un grand succès auprès des lycéens. Il les a conduits à s’interroger sur le sens de l’engagement.

14Nous nous devions de recueillir ces témoignages essentiels sur les actions résistantes des jeunes communistes ou sympathisants juifs immigrés pendant l’Occupation. Il était urgent pour nous, en réalisant ce documentaire, dont les acteurs ont tous disparu aujourd’hui, de sauvegarder une mémoire et une histoire, de permettre la transmission d’une expérience collective et historique, chaque expérience personnelle trouvant sa place dans le collectif.

15Le 24 mai 2022, après plusieurs années de recherches, d’investigations, de collaboration avec les historiens, de confrontation des sources et d’écoute des derniers témoins, nous avons mis en ligne notre musée virtuel, « La section juive de la MOI-Histoire de Résistance », dont le préambule se veut sans équivoque : ce musée virtuel « est dédié aux femmes et aux hommes de la section juive de la Main-d’œuvre immigrée qui se sont engagés dans la Résistance civile et armée contre l’occupant nazi ».

Page d’accueil du musée en ligne : <https://museemrjmoi.com>

16Bien évidemment, il n’était pas question, dans notre musée, d’ignorer l’importance des autres mouvements de résistance juive pendant l’Occupation, ni les réseaux juifs de sauvetage et de combat. Il n’était pas concevable non plus de minimiser l’importance de la Résistance dans sa diversité ou l’action des Justes. Mais l’objectif de notre musée est essentiellement de faire connaître la section juive de la MOI, cet engagement juif communiste, sa signification, ses enjeux.

17Robert Endewelt, responsable des jeunes juifs communistes durant l’Occupation, a écrit :

« On ne dira jamais assez combien ce combat mené par la section juive de la MOI a été un facteur considérable dans le sauvetage d’une population exposée à l’extermination, mais aussi et en même temps, combien il permit à nombre de combattants issus de cette immigration de se battre et de participer à la Résistance nationale ».

18Les témoins disparaissent. Leur rôle a été déterminant dans la prise en compte de la participation des étrangers à la Résistance et dans l’élaboration du savoir sur la Shoah. Rappelons-nous ce qu’a écrit Paulette Sarcey, jeune juive communiste, déportée à Auschwitz à l’âge de 19 ans : « À notre arrivée à Auschwitz-Birkenau, nous avons fait un serment : si l’une d’entre nous survit, elle devra raconter pour que le monde sache… J’ai tenu parole, j’ai raconté, témoigné ma vie durant […] ».

19Nous savons tous que la mémoire et la transmission n’ont de valeur que si elles sont fondées sur un travail historique. La mémoire ne se transmet pas spontanément, elle se renouvelle à travers des affrontements et des enjeux, elle fait l’objet de manipulations politiques ou idéologiques, et parfois elle s’exonère du rapport à l’histoire. La période actuelle illustre malheureusement cette réécriture de l’histoire.

20Il est donc indispensable qu’il y ait une articulation entre mémoire individuelle, mémoire collective, mémoire historique et avancées de la recherche, appuyées sur les archives, pour assurer la transmission. Notre musée virtuel, en liaison avec le travail des historiens, permet par cette approche de transmettre une page longtemps occultée de l’histoire de France. Il met en lumière cette résistance qui se développa à tous les niveaux et sur tous les terrains, dans le domaine civil comme dans la lutte armée.

21À l’opposé de tout esprit communautariste partisan, il s’agit de suivre, dans une démarche scientifique rigoureuse, les étapes d’un combat singulier et méconnu qui s’inscrit dans l’histoire générale de la résistance au fascisme et au nazisme.

22Les combattantes et combattants ne disparaissent vraiment que lorsque disparaissent la trace et le sens de leurs actions, les idées qu’ils ont défendues, l’exemple qu’ils ont donné.

Présentation du musée

  • 1 Soutiens et partenaires : Mairie de Paris, conseil régional d’Île-de-France, Mémorial de la Shoah, (...)
  • 2 Design : Motionorama, Gaëlle et Benjamin Geronimi ; Développement : DPnews/Janvier.

23Le musée virtuel de MRJ-MOI est membre de la Fédération des musées de la Résistance nationale (MRN). De nombreux partenaires1 et un engagement sans faille de l’association et de ses membres ont permis sa création2.

24Le musée, en accès libre, en ligne sur Internet, est organisé autour d’une narration enrichie de notes, de vidéos, d’entretiens, de témoignages, d’archives, certaines inédites, et de documents divers ; ses concepteurs ont conduit une recherche rigoureuse, avec la participation d’historiens, afin de valider les sources de toutes les archives.

25La première partie, mise en ligne le 24 mai 2022, propose un parcours chronologique de quinze salles, des années « avant1934 » à 1945, chacune dédiée à un ou plusieurs thèmes précis. Cette partie est plus particulièrement destinée à un public jeune, ainsi sensibilisé à la mémoire vivante des résistants de la section juive de la MOI. L’outil Internet et la conception interactive du musée constituent un langage familier pour ces utilisateurs. Cette partie s’adresse aussi à un public plus vaste, passionné d’histoire récente.

Le parcours chronologique

26Il est construit sur quinze «salles», chacune d’entre elles est introduite par une courte vidéo.

27Ces séquences vidéo, scénarisées par le comité éditorial et un réalisateur, sont tournées dans des décors emblématiques (Drancy, Mémorial du Mont-Valérien, Mémorial de la Shoah, Mémorial des martyrs de la déportation…) et jouées par deux comédiennes, la plus jeune dans le rôle de la petite-fille d’une militante de la section juive de la MOI, l’autre dans celui d’une doctorante en histoire contemporaine. Ainsi, par leurs dialogues, leurs échanges vivants (ex : Occupation, création du mouvement de Résistance Solidarité, sauvetage des enfants juifs, unification de la Résistance), elles préparent le visiteur à l’entrée dans la salle, y compris en proposant la lecture éventuelle de quelques notes à consulter au cours du défilement de la vidéo.

« Salle XI » : création de l’UJRE

28Une ligne du temps indique les principaux événements de la Seconde Guerre mondiale, elle accompagne toutes les séquences vidéo. De la même façon, dans chaque salle, la ligne du temps souligne plus précisément, dans la période concernée, les événements marquants en lien avec la Résistance.

29Les « salles » sont construites en plusieurs paragraphes (3 à 4), accompagnés chacun d’une « galerie d’images » présentant des archives, des extraits de témoignages de résistants. Le visiteur peut faire défiler les textes et, en cliquant sur les liens proposés, lire des notes explicatives et des biographies. Dans chaque salle, il est aussi possible d’effectuer une recherche à partir d’un mot-clé, d’un nom propre.

30Pour certains visiteurs, plus familiers avec les « visuels » qu’avec le texte, l’accès au contenu des « salles » peut aussi se faire par la galerie d’images. Elles sont légendées avec précision et les sources sont indiquées pour chaque document. Ce parcours dans la galerie peut engager le visiteur à revenir ensuite à la lecture des textes associés à chacune des galeries. Ainsi, ce double accès permettra à un accompagnant de guider de jeunes visiteurs, selon leurs préférences, leurs intérêts, vers des périodes ou des thèmes particuliers.

L’accès par l’onglet « Documents »

31Le visiteur qui souhaite retrouver la totalité du millier de documents illustrant les quinze salles ira, à partir de la page d’accueil, directement à l’onglet « Documents ». Grâce à l’utilisation des filtres (année ou catégories : cartes, notes, biographies, vidéos), il pourra sélectionner les documents correspondant à ses requêtes.

Accès par l’onglet « Documents »

32Tous les textes, notes et biographies constituent un matériel pédagogique important et peuvent être téléchargés en format PDF. De la même façon, dans un souci d’accompagnement, sauf exceptions liées à certaines sources, les documents sont enregistrables et utilisables, selon les recommandations de copyright mentionnées sur le site.

33La deuxième partie du musée, à venir, s’adressera plus particulièrement à un public plus spécialisé, qui trouvera matière à réflexion dans les approfondissements thématiques, les confrontations d’idées et les bases de données.

Conclusion

34En tant que passeurs de mémoire, nous voulons permettre aux nouvelles générations de découvrir ce que d’autres jeunes, en d’autres circonstances, ont accompli de courageux au péril de leur vie. Par la transmission de cette histoire, nous espérons que les combats menés par ces résistantes et résistants les feront réfléchir, s’interroger sur le sens de l’engagement dans leur vie de femmes et d’hommes libres, au moment où se réaffirme l’urgence du combat pour la tolérance et la fraternité, contre la haine de l’autre, contre l’antisémitisme et le racisme ; un combat pour que l’histoire ne se répète pas. C’est la raison d’être de notre association, c’est la raison d’être de notre musée virtuel.

Haut de page

Notes

1 Soutiens et partenaires : Mairie de Paris, conseil régional d’Île-de-France, Mémorial de la Shoah, Fondation pour la mémoire de la Shoah, Fondation Renée et Léon Baumann, SNCF.

2 Design : Motionorama, Gaëlle et Benjamin Geronimi ; Développement : DPnews/Janvier.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Page d’accueil du musée en ligne : <https://museemrjmoi.com>
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/21530/img-1.png
Fichier image/png, 1,4M
Légende « Salle XI » : création de l’UJRE
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/21530/img-2.png
Fichier image/png, 597k
Légende Accès par l’onglet « Documents »
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/21530/img-3.png
Fichier image/png, 666k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claudie Bassi-Lederman et Maryse Wolikow, « La section juive de la Main-d’œuvre immigrée (MOI). Histoire de Résistance »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 156 | 2023, 131-137.

Référence électronique

Claudie Bassi-Lederman et Maryse Wolikow, « La section juive de la Main-d’œuvre immigrée (MOI). Histoire de Résistance »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 156 | 2023, mis en ligne le 02 juin 2023, consulté le 26 septembre 2023. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/21530 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.21530

Haut de page

Auteurs

Claudie Bassi-Lederman

Présidente de MRJ-MOI

Maryse Wolikow

Vice-présidente de MRJ-MOI

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search