Navigation – Plan du site

AccueilNuméros156LIVRES LUSWim Decock, Le Marché du mérite. ...

LIVRES LUS

Wim Decock, Le Marché du mérite. Penser le droit et l’économie avec Léonard Lessius

Bruxelles, Zones Sensibles, 2020, 245 p., 19 €.
Jérôme Lamy
Référence(s) :

Wim Decock, Le marché du mérite. Penser le droit et l’économie avec Léonard Lessius, Bruxelles, Zones Sensibles, 2020, 245 p., 19 €.

Texte intégral

  • 1 Voir notamment : Giacomo Todeschini, Richesse franciscaine. De la pauvreté volontaire à la société (...)

1L’histoire médiévale et l’histoire moderne des relations entre théologie et émergence d’une pensée économique connaissent actuellement d’importants développements1. L’ouvrage de Wim Decock fera date, à n’en pas douter, dans le renouvellement historiographique qui s’amorce. Spécialiste de l’histoire du droit, l’auteur s’est intéressé à la figure du jésuite Léonard Lessius, concepteur, à la fin du 16e et au début du 17e siècle, d’une œuvre majeure sur l’articulation entre l’activité marchande et le respect des règles de vie chrétienne. L’Espagne du début de l’époque moderne constitue le foyer de « la pensée économique des scolastiques » (p. 14). Les travaux de Luis de Molina et Juan de Lugo forment le premier corpus jésuite sur les arrangements entre théologie, droit et économie. Léonard Lessius va poursuivre et amplifier ces réflexions. Le religieux des Pays-Bas était d’abord destiné au métier de marchand (p. 17). Mais il entre dans la Compagnie de Jésus en juin 1572 (p. 17). Peu avant, l’École jésuite de Salamanque participait « à la renaissance du courant thomiste » (p. 21). Précisément, « Lessius ne ménage pas sa peine pour faire entrer aux Pays-Bas [c]es idées » (p. 22). Professeur de théologie à Louvain, il fait rayonner une pensée économique très originale.

2Avant d’aborder très directement les propositions de Lessius, Wim Decock prend soin de rappeler que les propositions du sociologue Max Weber sur le rapport privilégié entre le protestantisme et le capitalisme n’excluaient nullement que la religion catholique ait pu participer activement à la consolidation d’une pensée économique. Seulement, « l’immense littérature catholique relative au cas de conscience demeurait généralement un angle mort » (p. 37).

3Wim Decock explore d’abord les « racines religieuses de ce qu’Alain Supiot a pu désigner comme l’un des grands fondements dogmatiques de l’économie de marché : la croyance en la force de la parole donnée. Cette croyance se manifeste dans l’impératif selon lequel les conventions doivent être respectées : pactum serva » (p. 40). C’est autour de la contractualité que s’organise le lien entre théologie et économie. Il s’agit de concevoir la façon dont « le droit naturel permet de penser le contrat de manière générique et abstraite à partir de la volonté intime des parties. Au sein de cette conception des contrats, affirmaient les théologiens, l’homme retrouvait sa liberté naturelle d’origine (libertas restituta) » (p. 45). C’est au niveau quasi anthropologique que s’opère ce subtil nouage entre les dispositions humaines et les règles contractuelles : « pour les théologiens scolastiques, le contrat est donc l’expression par excellence de “l’autonomie”, au sens étymologique de ce terme (du grec autos, “soi-même”, et nomos, “loi”) » (p. 47). Les scolastiques font donc droit à « la “convention-loi”, soumise à la fois aux dictats de la volonté des contractants, du bien commun et des principes de droit naturel » (p. 48). L’important, dans cette architectonique des principes du contrat, c’est que « les théologiens scolastiques comme Léonard Lessius n’ont pas envisagé le lien contractuel en des termes purement moraux » (p. 50). Le « caractère juridique et contraignant d’une obligation contractuelle » est tout aussi important (p. 50). Wim Decock synthétise les « trois éléments (…) requis pour qu’une promesse obtienne force contraignante : 1) l’intention de s’obliger juridiquement ; 2) l’extériorisation de cette volonté sous la forme d’une offre ; 3) son acceptation par le destinataire de cette dernière » (p. 50).

4Dans Sur la justice et le droit, paru en 1605, Léonard Lessius fait montre d’une connaissance précise « des pratiques commerciales et financières de son époque » (p. 59). Concernant les créances, l’Église catholique affronte la délicate question de l’usure, formellement interdite. Ce sont les propos de Luc (6, 35) qui ont constitué « le socle théologique des décrétales pontificales qui, au tournant des 12e et 13e siècles, ont durci l’interdiction générale du prêt à intérêt » (p. 61). Mais il faut compter avec l’inventivité marchande de l’époque moderne, et notamment « la pratique (…) de l’escompte des lettres obligataires » (p. 64). Ce que Lessius met en jeu, c’est « le caractère juridique » de l’opération consistant à « savoir si l’achat d’une lettre obligataire à un prix inférieur à sa valeur nominale est licite » (p. 66). Il considère simplement qu’« une lettre obligataire, soit un droit à de l’argent futur, est une marchandise comme une autre » ; par conséquent, « un droit à de l’argent futur fait l’objet d’un vrai contrat d’achat (emptio), et non pas d’un prêt à intérêt (mutuum) » (p. 70). Lessius suit ici la « tradition de droit canonique » (p. 71). En intégrant « la dimension du temps » dans son raisonnement, il appuie sa logique théologique sur le droit.

5Il s’ensuit que la question de la spéculation est totalement transformée. Une situation classique pour situer les ambivalences du jeu financier est celle « du “marchand de Rhodes”, un marchand de blé qui, venant du port d’Alexandrie, veut vendre sa marchandise à un prix élevé aux habitants de l’île de Rhodes, où une pénurie a fait monter les prix, alors que ses informations personnelles lui permettent d’envisager une baisse des prix suite à l’arrivée prochaine de ses concurrents » (p. 83-84). Lessius veut « débarrasser une fois pour toutes le marchand de Rhodes de ses scrupules », puisqu’il considère que le commerçant doit d’abord veiller à ses intérêts (p. 85). Wim Decock montre que l’infrastructure informationnelle de l’époque moderne a permis une circulation plus intense des données ; ceci contraint les scolastiques à intégrer la nouvelle puissance du commerce dans leur manière d’envisager les échanges. Lessius en vient donc à considérer que l’homme d’affaires doit « déchiffrer la logique [des marchés] pour limiter les risques et saisir les opportunités » (p. 91). Cependant, les points d’appui de ce comportement économique ne sont pas purement juridiques ou opportunistes ; il s’agit, pour Lessius, de valoriser la prudence (p. 92). En effet, le jésuite tient compte des risques que court « la raison calculatrice », jamais totalement assurée de saisir toutes les données disponibles, ni de les interpréter de façon correcte (p. 105). C’est ainsi qu’il défend les pratiques assurantielles, quelle que soit la qualité des informations que détiennent les commerçants. Wim Decock soutient, à raison, que Lessius a « une attitude très ouverte (…) envers la logique spéculative de l’économie du marché » (p. 123). Opérant un petit « détour historiographique » via la figure de Joseph Höffner, religieux catholique allemand et tenant de l’ordolibéralisme après le second conflit mondial (p. 124), il défend notamment « une intervention publique bien ciblée dans le marché » (p. 129). Or, le fondement de cette position est à rechercher dans les écrits des scolastiques modernes, tout particulièrement chez Lessius. Car le jésuite a développé une analyse très fine du monopole, dont il condamne la pratique en précisant même les conditions précises d’une entente frauduleuse entre marchands. Finalement, « Lessius rejoignait (…) l’opinion commune des scolastiques selon laquelle l’intérêt général requérait une prohibition des positions dominantes résultant d’un excès d’industrie » (p. 141). Ses positions sont particulièrement souples concernant le « crédit sur gage » (p. 147) et même « le “triple contrat” [qui] couvre des pratiques d’octroi de crédit commercial moyennant un taux d’intérêt » (p. 159). La ligne argumentative de Lessius, en l’espèce, reste la même : défendre « l’utilité publique » (p. 166). Il s’impose de saisir « l’impact sociétal de l’approbation des pratiques financières », comme celle du triple contrat. Ses ouvrages proprement théologiques révèlent le même souci d’articuler les pratiques religieuses aux formes d’une « économie du salut » (p. 175). Se différenciant des protestants et ne se privant pas du recours « à la grâce comme élément nécessaire à l’obtention du salut », il assure que « le processus de justification dépend à la fois du secours divin et du libre arbitre » (p. 190).

6Si les positions de Lessius sont très favorables à une logique marchande appuyée simultanément sur le droit et la morale, Wim Decock rappelle, à bon droit, que « le pluralisme doctrinal au sein de la tradition scolastique, comme, de manière plus générale, la coexistence d’opinions divergentes au sein de l’Église catholique à l’aube des temps modernes, méritent d’être soulignés » (p. 201). C’est tout l’équilibre du livre qui se trouve résumé dans cette assertion : Decock examine un courant (parmi d’autres) de la conception théologique du marché. Quand bien même les positions de Lessius n’auraient pas été majoritaires, il convient de noter qu’elles ont nourri des traditions économiques (en particulier l’ordolibéralisme allemand) qui ont, pour une part, façonné notre monde. S’interroger, comme le fait avec précision Wim Decock, sur la généalogie théologique du marché, c’est permettre de mieux comprendre les logiques contemporaines d’enfermement idéologique du néolibéralisme, mais c’est également avancer les premiers arguments d’une contestation des fausses évidences de la conception économique des rapports sociaux.

Haut de page

Notes

1 Voir notamment : Giacomo Todeschini, Richesse franciscaine. De la pauvreté volontaire à la société de marché, Verdier, Lagrasse, 2008 ; Giacomo Todeschini, Les Marchands et le Temple. La société chrétienne et le cercle vertueux de la richesse du Moyen Âge à l’Époque moderne, Paris, Albin Michel, 2017 ; Sylvain Piron, L’Occupation du monde, Bruxelles, Zones Sensibles, 2018.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Lamy, « Wim Decock, Le Marché du mérite. Penser le droit et l’économie avec Léonard Lessius »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 156 | 2023, mis en ligne le 06 juin 2023, consulté le 19 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/21610 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.21610

Haut de page

Auteur

Jérôme Lamy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search