Navigation – Plan du site

AccueilNuméros158Le Mot de la rédaction

Texte intégral

1Bondissons, courons, gueulons, qu’on les aime ou pas, qu’on les veuille ou non, les JO, les « JOP » comme des communicants ont jugé bon d’inventer pour rendre la chose plus familière, sont bien là ! Inévitables sur nos murs depuis des mois, dans nos magazines, présents assurément dans nos têtes, les Jeux olympiques d’été de Paris auront bien lieu.

2Évidemment, nous sentions l’énorme poids médiatique qu’allait prendre l’événement quand nous nous sommes attelés à la préparation de ce dossier. Nous savions le tempo des « grands événements sportifs » (GES pour les gens pressés), déployés médiatiquement à l’échelle du globe, avec toujours plus de fastes de communication. Nous connaissions les folies de la Coupe du monde de football au Qatar, nous savions le déploiement du rugby, sorti de territoires bien balisés de la tradition, pour devenir un nouveau sport mondialisé à l’occasion de la Coupe du monde de Paris. Difficile et inutile de faire la part de la passion des acteurs (oserait-on dire des « citoyens », des « citoyennes » ?) et des immenses intérêts financiers et politiques qui sont mis en mouvement par ces grands événements. Nous avons été captés par le flux ou, dit d’une façon plus flatteuse pour notre réflexion historienne, nous avons pensé qu’il n’était pas superflu de proposer, parmi d’autres, des lectures de cette valorisation quasiment civique des sports tous azimuts, dont les Jeux olympiques veulent être l’expression unifiée. Cette histoire d’un peu plus de cent ans, inscrite dans la généalogie grecque rêvée par une partie des élites européennes, s’est en effet poursuivie en dépit des visées contradictoires, des entorses graves aux ambitions affichées qui l’ont traversée.

  • 1 Le programme complet est à retrouver sur le site de l’Université populaire des Hauts-de-Seine à Gen (...)

3Nous savions l’onde de la « sportivisation » des sociétés inarrêtable et l’utilité de penser les enjeux et les conséquences de ce « besoin ». Ce qui nous a conduit aussi à penser les 8e Rencontres d’histoire critique à Gennevilliers dans ce cadre devenu obsédant. Du 23 au 25 novembre, on parlera « Sports En-jeux ». On parlera olympisme bien sûr, sport populaire, sports et genre, sport éducatif, sport et marchandisation, bref on parlera des sports aux enjeux si divers et souvent contradictoires1. Les études d’historien·nes, de politistes, de philosophes, de sociologues, de pédagogues, de psychologues, bref l’ensemble des sciences humaines et sociales, sans parler de toutes les sciences du corps, des théologies diverses et autres pensées de l’humain, sont de plus en plus mobilisées sur ces activités, arrachées progressivement, au cours du dernier siècle, au monde des élites dotées d’argent et de temps de loisir, devenues omniprésentes dans les imaginaires et les réalisations du quotidien d’une grande partie des populations connectées du globe.

  • 2 « Enzo Traverso : La guerre à Gaza “brouille la mémoire de l’holocauste” », entretien pour Médiapar (...)
  • 3 Le dernier article de Roger Bourderon dans les Cahiers d’histoire date de 2017 et est un rappel de (...)
  • 4 Pascal Guillot et Annie Burger (dir.), « Intellectuel·les et artistes dans la jeunesse du communism (...)

4Ce que nous ne savions pas, cependant, c’est que la publication de ce dossier arriverait au temps des bombes détruisant massivement des populations civiles là-bas en Palestine. Qu’il arriverait au temps de la haine, de la pire barbarie, de la destruction massive de populations, réponse barbare à la barbarie. Les discours de politisation et de très politique « dépolitisation » des Jeux ne perdent pas leur sens, mais les circonstances dramatiques de ces mois d’octobre et novembre 2023 conduisent néanmoins à s’interroger sur l’effet de bulle de nos sociétés occidentales, qui construisent du « mondial » autour de leurs intérêts. Avions-nous oublié les camps ? L’absence de perspectives positives pour un peuple réduit à vivre en exil ou dans des enclaves ? Avions-nous oublié la présence de l’extrême droite au pouvoir dans nombre de pays et son poids sur les choix politiques dans tous les domaines ? Pensions-nous que les JOP préparaient un été plein d’exaltation sur canapé pour tous les peuples de la Terre ? Évidemment, nous savions que la force de l’extrême droite, toujours identitaire, quels que soient les critères changeants de l’identité, conduit à la guerre. Nous y voilà, après l’Ukraine, Palestine-Israël, des conflits qui engagent toutes les puissances et menacent tous les peuples. La lancinante question fracasse notre élan sportif : quelle histoire faire par temps de guerre ? Par temps de massacre ? La question n’est pas neuve. Elle s’éloigne parfois, puis se rapproche selon les temps, les contextes sociaux. On sait qu’elle peut devenir insupportable et conduire, au cœur des combats, des historien·nes, des intellectuel·les à déposer la plume et à prendre les armes. Dans notre quadrilatère, nous compatissons et nous pâtissons, mais nous ne sommes pas en guerre. Cependant, on ne peut qu’être impressionné par l’accélération de la fréquence des références à la Seconde Guerre mondiale. Bien sûr, il y a, au-delà du présent dramatique, l’effet anniversaire, il y a quatre-vingts ans, 1942, 1943,1944, 1945. Nous publions dans ce numéro 158 des Cahiers d’histoire, sous la plume de l’historienne Marie-Bénédicte Vincent, une lecture critique du film La Conférence, sorti en Allemagne en 2022 à l’occasion des quatre-vingts ans de la conférence de Wannsee, où se décida l’extermination des juifs d’Europe. Bien sûr, il y a aussi la part d’instrumentalisation, y compris de la mémoire de l’holocauste, combien dangereuse pour le respect de cette mémoire, comme vient de l’évoquer magistralement l’historien Enzo Traverso dans un entretien publié par Médiapart2. Mais s’exprime aussi certainement une mise en cause de notre sentiment de vivre dans un monde de paix, qui conduit insensiblement à penser différemment notre rapport à la Seconde Guerre dans ses différentes dimensions : certes, l’entrée de Missak Manouchian au Panthéon peut être saluée comme l’aboutissement d’un travail de longue haleine pour faire reconnaître l’apport des résistantes et résistants étranger·es à la lutte contre l’occupant nazi, mais des signes de mobilisation de divers segments de la société font comprendre que l’événement sera certainement vécu plus vivement au présent, sera plus approprié par des groupes sociaux divers, qu’il l’aurait été il y a quelques années. Les Cahiers d’histoire, qui sont peu revenus sur l’histoire de la Seconde Guerre mondiale depuis une dizaine d’années (de fait, un peu avant que Roger Bourderon, principal contributeur des Cahiers sur la question, dépose sa plume en 20193) analyseront les enjeux de cet hommage et reviendront sur cette histoire. De même, ce ne sera pas seulement effet d’anniversaire, quand nous reviendrons dans un prochain dossier des Cahiers sur ce qui a rendu possible une pensée neuve des fonctionnements sociaux, faisant place à la justice sociale comme garantie de paix, dans le contexte de la Libération et de l’immédiat après-guerre. Nous comprenons, qu’à notre tour, nous cherchons à penser des voies de développement qui nous permettraient d’échapper aux engrenages destructeurs de la violence. Dans un avenir plus proche, les Cahiers d’histoire scruteront la révolution portugaise de 1974, à travers un dossier coordonné par notre collègue de l’université de Lisbonne, Raquel Varela, révolution elle aussi porteuse d’espoirs de paix, comme le dit, à sa façon, son surnom de « révolution des œillets ». Dans un avenir proche, nous aborderons aussi la façon dont les liens entre « forces de l’ordre » et « ambition démocratique » conditionnent la réalité de la paix sociale, dans le cadre d’un dossier conçu par Grégoire et Jeanne-Laure Le Quang. Et dans le prochain dossier, coordonné par Pascal Guillot et Annie Burger, évoquant la rencontre d’intellectuel·les, d’artistes et du communisme à son aurore, les rêves de paix et les combats pour la paix des années 1920 se liront entre bien des lignes et des images4.

5Revenons, en dépit de l’instabilité inquiétante de notre présent, au dossier qui, à sa manière, lui aussi parle de paix. Paix affichée et souvent balafrée par les violences du présent, exclusions de sportifs du fait de leur appartenance nationale, discriminations raciales, sexistes, attentats. La formidable richesse de ce dossier, porté pour la rédaction des Cahiers d’histoire par Nicolas Tardits et coordonné par deux spécialistes d’histoire du sport, Valentin Guéry et Igor Martinache, « (Dé) Politiser les Jeux olympiques » traduit bien l’efflorescence des recherches et l’enracinement dans la complexité des rapports de domination des analyses de pratiques longtemps laissées en marge de l’histoire. Dès leur introduction, les coordonnateurs insistent sur « la grande plasticité du phénomène sportif », qui rend peu efficaces les mobilisations contre les « Grands événements sportifs », en dépit des critiques communément admises (coût pour les finances publiques, corruption, impact social négatif pour les habitants des régions concernées). Reprenant les termes des chercheurs Jean-Michel Faure et Charles Suaud dans Raisons d’agir en 2015, Valentin Guéry et Igor Martinache nous rappellent bien à propos dans le temps présent et celui de nos Rencontres, « Sports En-jeux », combien le sport « ouvre une possibilité quasi-infinie de luttes de marquage symbolique », d’où ces formes de pratiques et d’affiliations si diverses et parfois si passionnelles et si conflictuelles.

  • 5 Alain Gabet, Sébastien Jahan (coord.), « La Françafrique, un néocolonialisme français », Cahiers d’ (...)
  • 6  Mardi 28 février, à l’ENS, 29 rue d’Ulm, salle Jean-Jaurès, hommage à Sadek Hadjerès (1928-2022), (...)

6Comme pour nous rappeler le temps court de l’histoire du sport et peut-être la finitude de sa sphère, « Chantiers », « Métiers » et « Débats » nous replacent dans d’autres horizons, plus souvent frayés par nous. « Chantiers » donne la parole à Speranta Dumitru, politiste spécialiste de la problématique des frontières dans le monde contemporain, qui traite ici de celle plus spécifique et combien d’actualité des passeports. « Métiers » et « Débats » nous font retrouver la colonisation et ses séquelles si profondes. Après avoir coordonné un dossier sur la Françafrique et organisé dans la suite de ce dossier la projection à Blois du film de Marie-Clémence Andriamonta-Paes, Fahavalo5, Alain Gabet et Sébastien Jahan ont interrogé la réalisatrice à propos de ce documentaire qui rassemble les traces des mémoires enfouies et souvent niées de la révolte de 1947 à Madagascar et de sa répression terrible. Dans « Débats », Didier Monciaud donne la parole aux historiens qui sont intervenus lors de l’un des nombreux hommages rendus au militant communiste de l’indépendance algérienne, Sadek Hadjerès. Cet hommage, qui a eu lieu à l’École normale supérieure de la rue d’Ulm, a proposé une approche historienne de la longue vie militante de Sadek, de sa jeunesse et de son combat pour l’indépendance, à son activité au sein de la gauche de l’Algérie libérée, puis à son exil en France. Nous sommes heureux de pouvoir ainsi contribuer à faire connaître les diverses facettes de cet infatigable militant de la liberté6.

7Un très dense numéro des Cahiers d’histoire donc, qui vous convaincra, espérons-nous, de l’utilité de notre travail d’historien·nes critiques et vous donnera envie, d’une façon ou d’une autre, de vous y associer en y partageant vos savoirs, vos découvertes historiennes et aussi de le valoriser en le faisant lire et relire, en adhérant à l’association des Ami·es, en vous abonnant vite, si ce n’est déjà fait !

Haut de page

Notes

1 Le programme complet est à retrouver sur le site de l’Université populaire des Hauts-de-Seine à Gennevilliers, <https://universite-populaire92.org/cours/8e-rencontres-2023-sports-en-jeux/> partenariat des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, de l’Université populaire des Hauts-de-Seine, de l’Institut de recherche de la FSU, de la Fondation Gabriel-Péri.

2 « Enzo Traverso : La guerre à Gaza “brouille la mémoire de l’holocauste” », entretien pour Médiapart avec Joseph Confavreux et Mathieu Dejean, 5 novembre 2023.

3 Le dernier article de Roger Bourderon dans les Cahiers d’histoire date de 2017 et est un rappel de l’importance des femmes dans la Résistance parisienne : Roger Bourderon, « Redonner leur place aux femmes par la biographie : des résistantes communistes, Madeleine Vincent et Cécile Rol-Tanguy », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique n° 135, 2017.

4 Pascal Guillot et Annie Burger (dir.), « Intellectuel·les et artistes dans la jeunesse du communisme en France », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 159 (à paraître).

5 Alain Gabet, Sébastien Jahan (coord.), « La Françafrique, un néocolonialisme français », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 157. Rendez-vous de l’histoire de Blois, Fahavalo, Madagascar, 1947, samedi 7 octobre 2023, cinéma Les Lobis, en présence de la réalisatrice Marie-Clémence Andriamonta-Paes, Marie Ranjanoro, autrice de Feux, fièvres, forêts, roman inspiré par le film, et de Sébastien Jahan, historien, université de Poitiers, membre du comité de rédaction des Cahiers d’histoire, <https://rdv-histoire.com/programme/fahavalo-madagascar-1947-de-marie-clemence-adriamonta-paes>.

6  Mardi 28 février, à l’ENS, 29 rue d’Ulm, salle Jean-Jaurès, hommage à Sadek Hadjerès (1928-2022), projections programmées par François Demerliac, débat animé par Gilles Manceron, avec Aliki Papadomichelaki, Michèle Audin, Malika Rahal, Alain Ruscio, Ali Guenoun, Khaled Gallinari, historiens, ainsi que Okacha Touita, réalisateur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Jollet, « Le Mot de la rédaction »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 158 | 2023, 5-9.

Référence électronique

Anne Jollet, « Le Mot de la rédaction »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 158 | 2023, mis en ligne le 04 décembre 2023, consulté le 23 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/22374 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.22374

Haut de page

Auteur

Anne Jollet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search