Navigation – Plan du site

AccueilNuméros158DOSSIERJeux olympiques, enjeux politiques

DOSSIER

Jeux olympiques, enjeux politiques

Numéro coordonné par Valentin Guéry et Igor Martinache
p. 13-19

Texte intégral

  • 1 « Coupe du monde 2022 : “Il ne faut pas politiser le sport”, affirme Emmanuel Macron », Le Monde, 1 (...)
  • 2 Jacques Defrance, « La politique de l’apolitisme. Sur l’autonomisation du champ sportif », Politix, (...)
  • 3 Sous le nom d’« éducation athlétique », afin notamment de contourner l’anglophobie ambiante – un st (...)
  • 4 Patrick Clastres, « Inventer une élite : Pierre de Coubertin et la “chevalerie sportive” », Revue f (...)
  • 5 Pierre-Alban Lebecq, « Une œuvre politique éclairée par la science. Paschal Grousset (1844-1909) et (...)
  • 6 Jean Dauven, « Question d’insigne », Le Figaro, 17 mai 1937.
  • 7 Voir par exemple le discours d’Henri Sérandour à son départ de la présidence du CNOSF (Comité natio (...)

1Trois jours avant l’ouverture de la dernière Coupe du monde de football masculin au Qatar, le président de la République française lançait cette injonction pour le moins contradictoire : « il ne faut pas politiser le sport1 ». Ce faisant, Emmanuel Macron ne savait peut-être pas qu’il s’inscrivait dans une entreprise ancienne consistant à neutraliser la dimension politique du sport, qualifiée par Jacques Defrance de « politique de l’apolitisme2 ». Cette revendication de neutralité, tant à l’égard des clivages politiques internes que des conflits internationaux, a notamment animé Pierre de Coubertin, considéré comme le « rénovateur » des Jeux olympiques et zélé promoteur du sport en France3 et à l’échelle internationale. Son projet doit « être rapporté à la quête tocquevillienne et leplaysienne d’une troisième voie entre l’aristocratisme anglais et le révolutionnarisme français4 ». Cela ne l’empêche pourtant pas de tenter une éphémère carrière élective dans le champ politique, ni de ferrailler âprement contre ses adversaires, à commencer par l’ancien communard Paschal Grousset, promoteur d’une éducation physique bien plus démocratique que la « chevalerie sportive » de l’aristocrate normand5 qui excluait femmes et ouvriers. Cette recherche permanente d’autonomie de l’espace sportif à l’égard, notamment, du champ politique a été et demeure largement soutenue par les propres participants de ce dernier, et relayée par de nombreux journalistes. Parmi une multitude d’exemples, on peut citer cet éditorialiste du Figaro affirmant, au lendemain des Jeux de Berlin, en soutien d’un directeur sportif ayant interdit à ses athlètes le port de tout insigne politique, même à l’entraînement : « Quoi qu’en aient ceux qui veulent, en raison de son attrait, l’utiliser à des fins de propagande, le sport n’est ni de droite, ni de gauche6 » – une formule appelée à faire florès, notamment dans la bouche des dirigeants du monde sportif7.

  • 8 « La Russie “n’a pas sa place” aux JO de Paris en 2024, plaide Emmanuel Macron », Libération, 7 sep (...)
  • 9 Jacques Lagroye, « Les processus de politisation », dans Jacques Lagroye (dir.), La Politisation, P (...)

2Une telle insistance n’est pas sans sonner comme une dénégation et suggère, à l’instar de la formule d’Emmanuel Macron, qu’il est en fait bel et bien possible de politiser le sport. Les propos du président de la République tenus à l’été 2023, considérant qu’« il ne peut pas y avoir de drapeau russe aux JO 20248 » à un an du rendez-vous olympique parisien, attestent par ailleurs du caractère ambivalent entre dénégation du politique et entreprise de politisation du sport, entendue ici comme remise en cause de la frontière entre des espaces d’activités ordinairement séparés9.

  • 10 Ingrid Nyström et Patricia Vendramin, Le Boycott, Paris, Presses de Sciences-Po, 2015, et Jean-Gabr (...)
  • 11 Voir Éric Monnin et Christophe Maillard, « Pour une typologie du boycottage aux Jeux olympiques », (...)

3L’histoire des Jeux olympiques modernes est à elle seule un exemple patent du décloisonnement qui s’opère entre espaces sportif et politique, en dépit du martèlement permanent d’un discours apolitique par une grande majorité de dirigeants politiques et sportifs : dès la première édition en 1896, l’Empire ottoman décide au dernier moment de boycotter l’événement organisé à Athènes en raison des fortes tensions avec la Grèce depuis son indépendance, tandis que la puissance accueillante utilise la victoire de ses athlètes – en particulier celle du marathonien Spyridon Loúis – pour attiser le patriotisme de ses concitoyens. Le boycott, en dépit ou sans doute plutôt en raison de l’ambiguïté profonde de ce mode de protestation10, apparaît plus largement comme la modalité privilégiée d’expression politique dans le sport, et à l’égard des Jeux olympiques en particulier. Outre 1896 et 1920, toutes les éditions successives de 1952 à 1988 sont marquées par l’absence volontaire d’au moins un pays – notamment la République populaire de Chine entre 1956 et 1976, année de la mort de Mao Zedong, pour s’opposer à la reconnaissance de Taïwan par le Comité international olympique (CIO). On peut ainsi noter qu’il règne toujours un relatif flou quant aux motivations et à la cible ou aux cibles exactes du boycott. À côté des boycotts frontaux ciblant directement le pays organisateur, comme à Moscou en 1980 ou Los Angeles en 1984, se donnent à voir des boycotts triangulaires. Cette configuration s’est notamment présentée en 1976 lors des Jeux olympiques de Montréal, où le refus de participer de la majorité des pays africains a alors été justifié par l’hostilité à l’égard de la Nouvelle-Zélande qui maintenait des rencontres sportives avec l’Afrique du Sud ségrégationniste, exclue par le CIO11.

  • 12 Comité international olympique, Charte olympique, état en vigueur au 8 août 2021, p. 8 et 95.
  • 13 Matthew P. Llewellyn, « A British Olympics », The International Journal of the History of Sport, vo (...)
  • 14 Sylvain Dufraisse, Une histoire sportive de la guerre froide, Paris, Nouveau Monde Éditions, 2023.
  • 15 Voir André Gounot, « Les Spartakiades internationales, manifestations sportives et politiques du co (...)
  • 16 Nicolas Martin-Breteau, Corps politiques, Paris, Éditions de l’EHESS, 2020.

4Au-delà – ou en deçà – de ces boycotts, les Jeux olympiques sont également le théâtre d’autres formes d’expression politique, en dépit de la Charte olympique, dont le préambule impose le « principe de neutralité politique » à toute organisation membre, et de l’article 50 qui prévoit qu’« aucune sorte de démonstration ou de propagande politique, religieuse ou raciale [ne soit] autorisée dans un lieu, site ou autre emplacement olympique12 ». Ainsi, à Londres en 1908, l’hostilité du pays hôte à l’égard de l’olympisme et les tensions entre lui et les États-Unis, son ancienne colonie, ont émaillé la compétition de part en part13. Cela a commencé par l’« oubli » des organisateurs de faire flotter la bannière étoilée dans le stade olympique au moment de la cérémonie d’ouverture, auquel a répondu le refus du porte-drapeau de la délégation étatsunienne de respecter l’usage consistant à faire une révérence au roi Édouard VII en arrivant à sa hauteur. Plus largement, cette édition a été marquée par des accrochages récurrents entre les représentants des deux nations sur les terrains, avec de multiples accusations de tricherie à la clé. De même, durant la guerre froide, les Jeux ont constitué un terrain privilégié d’affrontement entre les blocs capitaliste et socialiste dès lors que l’URSS a intégré le jeu olympique au début des années 195014. Cette décision entérinait le revirement stratégique amorcé au milieu des années 1930 dans le contexte plus général de front populaire contre le fascisme. Jusque-là, en effet, les militants communistes de toute l’Europe voyaient dans le mouvement olympique l’incarnation du « sport bourgeois », dont ils ne cessaient de dénoncer l’hypocrite revendication de neutralité, et clamaient au contraire le caractère éminemment politique du sport, tout en entretenant un système parallèle d’organisations et de compétitions sportives ouvrières15. On peut encore penser aux différents sportifs qui ont payé l’affichage de leur soutien à différentes causes politiques, notamment l’égalité « raciale » pourtant censée être au cœur des valeurs olympiques, par la déchéance de leurs titres et une exclusion à vie des Jeux16.

  • 17 Voir Fabien Ollier, « Nous étions pour le boycott total des Jeux olympiques de Pékin 2008 ! Le COBO (...)
  • 18 Jean-Gabriel Contamin et Olivier Le Noé, « La coupe est pleine Videla !... », op. cit.
  • 19 Voir Jean-Marie Brohm, Sociologie politique du sport, Nancy, Presses universitaires de Nancy, 1992 (...)
  • 20 Jean-Michel Faure et Charles Suaud, La Raison des sports, Paris, Raisons d’agir, 2015, p. 15. Souli (...)

5Si la marchandisation accélérée des Jeux au début de la décennie 1980 sous la présidence du franquiste Juan Antonio Samaranch n’a initialement guère suscité d’oppositions, les années 2000 ont néanmoins vu monter l’opposition aux Jeux, notamment lorsque l’organisation en a été confiée à Pékin, dans une République populaire de Chine qui ne cessait d’être épinglée pour ses entorses aux droits humains17. Ces appels aux boycotts, qui avaient comme particularité d’émaner de la société civile, en écho à ceux contre les Jeux de Berlin de 1936 organisés par l’Allemagne nazie ou contre la Coupe du monde de football masculine de 1978 confiée à la dictature militaire argentine18, oscillaient cependant entre une dénonciation conjoncturelle de l’infraction aux valeurs de l’olympisme, notamment la neutralité politique, et une condamnation plus radicale du sport en général, considéré comme le cheval de Troie de la domination capitaliste et porteur des multiples maux associés19. Si cette approche d’inspiration freudo-marxiste, qui s’est développée dans le sillage des mouvements de mai-juin 1968, proclame à son tour le caractère éminemment politique du sport, en l’essentialisant ainsi négativement, elle contribue aussi paradoxalement d’une certaine manière à le dépolitiser, en délégitimant d’emblée toute approche alternative et en occultant la grande plasticité du phénomène sportif, qui « ouvre une possibilité quasi infinie de luttes de marquage symbolique20 ».

  • 21 On a en tête évidemment les attentats lors des Jeux de Munich en 1972 ou, dans une moindre mesure, (...)
  • 22 Boria Majumdar, « How Covid changed sport – a case study of the 2020 Tokyo Olympic Games », Sport i (...)
  • 23 Jean-Pierre Augustin et Pascal Gillon. Les Jeux du monde, Paris, Armand Colin, 2021, p. 173 et suiv
  • 24 Nicolas Ksiss-Martov, Qatar, le mondial de la honte, Montreuil, Libertalia, 2022.
  • 25 Cécile Collinet et Pierre-Olaf Schut (dir.), « L’héritage social des Jeux olympiques », Movement &  (...)
  • 26 Hugo Bourbillères et Michel Koebel, « Les processus de contestation dans le cadre des candidatures (...)

6C’est cette ambiguïté constitutive du sport, et plus particulièrement du phénomène olympique, que ce dossier propose d’aborder alors que Paris et plus largement le territoire français s’apprêtent à accueillir dans quelques mois les Jeux d’été, dans un contexte de montée des scandales et critiques envers les méga-événements et les organisations internationales sportifs pour différents motifs : corruption des dirigeants, notamment pour la désignation des lieux d’accueil, coût économique – notamment pour les finances publiques –, mais aussi social et écologique pour les populations locales, a contrario la grande incertitude des retombées positives pour ces territoires, mais aussi les enjeux de sécurisation des athlètes et de la population face au risque terroriste21 et désormais au risque sanitaire22 – parmi bien d’autres « défis23 ». Le récent Mondial de football masculin organisé par le Qatar en décembre 2022 a constitué un véritable précipité de ces différents griefs24, sans que cela suffise pour autant à infléchir l’audience de cette compétition. Au contraire de leurs homologues de la FIFA, les dirigeants du CIO ont mis en avant le concept d’« héritage social » des Jeux25, assorti de mesures d’impact pour tenter de désamorcer ces critiques, sans pour autant réussir à enrayer le refus d’accueillir la manifestation qui monte parmi les gouvernants et les populations locales26.

  • 27 Voir Jacques Lagroye (dir.), La Politisation, Paris, Belin, 2003.

7Repartant des interrogations déjà éprouvées par les sciences sociales sur les processus de (dé)politisation des phénomènes sociaux27 et du constat de la très grande plasticité symbolique du sport en général et des Jeux olympiques en particulier, les différentes contributions rassemblées dans ce dossier proposent d’examiner plusieurs cas éclairant la récurrence et l’ambiguïté de ces entreprises de politisation et dépolitisation, tout en évitant de se focaliser sur les seuls dirigeants du mouvement olympique, afin de montrer que ces luttes de sens impliquent différentes catégories d’agents sociaux aux ressources, certes inégales, mais aussi différenciées, et impliquant tout à la fois des rapports de classe, de genre et de « race ». Ce dossier propose dès lors de montrer non seulement que le consensus olympique est avant tout un mythe susceptible d’instrumentalisations diverses, mais aussi que l’olympisme envisagé comme institution est traversé depuis plus d’un siècle par des luttes menées au sein et en dehors de l’espace sportif, assignant le sport à un prétexte de mobilisation par des agents situés à ses marges ou, au contraire, présentant le sport comme l’enjeu même de conflits politiques suscités par des « insiders ».

8La première contribution de ce numéro, proposée par Karen Bretin-Maffiuletty et Benoît Caritey, met en exergue la tentative opérée dans l’entre-deux-guerres par l’Internationale sportive ouvrière socialiste et l’Internationale rouge du sport pour promouvoir un contre-modèle sportif aux Jeux olympiques, dénoncés comme « bourgeois ». L’émergence d’un sport socialiste traduit à la fois l’identification d’enjeux politiques inhérents au sport par le mouvement ouvrier, mais aussi la paradoxale réhabilitation du fait olympique par le développement d’un modèle alternatif suscitant une transformation interne de l’institution. La thèse défendue par les auteurs révèle aussi que les Jeux olympiques n’ont pas été hermétiques aux transformations politiques, sociales et économiques du 20siècle, induites en particulier ici par la révolution russe.

9Quarante ans plus tard, la vague de décolonisations qui traverse le continent africain conforte ce postulat d’un enchevêtrement entre le politique et l’olympisme, ouvrant la voie à un espace revendicatif. Dans cette optique, Pascal Charitas montre dans sa contribution comment les indépendances ont rendu possible l’émergence d’un sport africain, émancipé du CIO, où la lutte contre l’apartheid a également constitué une opportunité pour cet ensemble d’affirmer plus largement son autonomie sur la scène internationale. Les luttes antiracistes dans l’histoire olympique n’ont pas été seulement l’apanage d’États, mais ont été aussi menées à l’échelle individuelle, notamment par les initiatives d’athlètes africains-américains. Si la photographie des coureurs Tommie Smith et John Carlos levant un poing ganté de noir sur le podium des Jeux de Mexico pour protester contre l’oppression des Noirs étatsuniens est devenue mondialement iconique, le cas de Lee Evans, champion olympique quelques jours plus tard, est quant à lui tombé dans l’oubli, alors même qu’il révèle les nombreuses tensions et ambivalences affrontées par les athlètes-militants. Comme le montre François-René Julliard à travers son étude de Lee Evans, s’affranchir des normes tacites de l’apolitisme sportif n’est pas sans risque pour la poursuite d’une carrière de haut niveau, même si on prend la précaution de dénier le caractère politique de son action.

10Lucie Pallesi et Anaïs Bohuon présentent pour leur part un autre exemple de mobilisations initiées par des athlètes, en l’occurrence ici contre l’imposition de normes de bicatégorisation sexuée établies à partir de critères subjectifs. En s’emparant d’un répertoire d’action relevant du registre juridique, les athlètes privées de compétitions sportives par le déni de leur féminité contestent le caractère construit des catégories de genre, en particulier à l’aune des représentations sociales de l’intersexuation et la transidentité.

11Dans une cinquième contribution, Valentin Guéry montre que l’institution olympique n’est pas seulement investie comme espace revendicatif par des athlètes, mais aussi par des acteurs politiques, a priori éloignés de la sphère sportive. Ceux-ci s’emparent de l’événement olympique comme opportunité de mobilisation. Son article se penche sur la mobilisation organisée en amont des Jeux olympiques de Moscou 1980 par l’extrême droite anticommuniste française contre le régime soviétique et ses implications dans l’interaction entre les ordres sportif et politique.

12Enfin, dans une perspective très contemporaine, Igor Martinache et Olivier Le Noé interrogent la construction d’un apparent consensus autour de l’organisation des Jeux olympiques 2024 à Paris, en mettant en évidence le rôle joué par la presse, mais aussi l’alignement des intérêts et des dispositions des acteurs impliqués à différents titres dans la préparation de cet événement. Si des oppositions existent bel et bien, elles apparaissent cependant trop fragmentées et pauvres en ressources pour contrecarrer une puissante dynamique sociale. Pour autant, l’avenir reste à écrire et l’équilibre entre entreprises de politisation et de dépolitisation peut également se modifier plus ou moins brutalement, comme l’ont montré maints épisodes historiques, dans le sport et surtout au-delà.

Haut de page

Notes

1 « Coupe du monde 2022 : “Il ne faut pas politiser le sport”, affirme Emmanuel Macron », Le Monde, 17 novembre 2022.

2 Jacques Defrance, « La politique de l’apolitisme. Sur l’autonomisation du champ sportif », Politix, n° 50, 2000, p. 13-27.

3 Sous le nom d’« éducation athlétique », afin notamment de contourner l’anglophobie ambiante – un stratagème sémantique déjà très « politique »...

4 Patrick Clastres, « Inventer une élite : Pierre de Coubertin et la “chevalerie sportive” », Revue française d’histoire des idées politiques, vol. 22, n° 2, 2005, p. 283.

5 Pierre-Alban Lebecq, « Une œuvre politique éclairée par la science. Paschal Grousset (1844-1909) et l’éducation physique », Sciences sociales et sport, n° 5, 2012, p. 87-117.

6 Jean Dauven, « Question d’insigne », Le Figaro, 17 mai 1937.

7 Voir par exemple le discours d’Henri Sérandour à son départ de la présidence du CNOSF (Comité national olympique et sportif français) dans La lettre du CNOSF, n° 9, 2009, p. 4 : « Le sport n’est ni de droite, ni de gauche. Le sport doit continuer à avancer. Notre seule politique, c’est de développer les activités physiques et sportives sur tout le territoire ».

8 « La Russie “n’a pas sa place” aux JO de Paris en 2024, plaide Emmanuel Macron », Libération, 7 septembre 2003.

9 Jacques Lagroye, « Les processus de politisation », dans Jacques Lagroye (dir.), La Politisation, Paris, Belin, 2003, p. 360.

10 Ingrid Nyström et Patricia Vendramin, Le Boycott, Paris, Presses de Sciences-Po, 2015, et Jean-Gabriel Contamin et Olivier Le Noé, « La coupe est pleine Videla ! Le Mundial 1978 entre politisation et dépolitisation », Le Mouvement social, n° 230, 2010, p. 27-46.

11 Voir Éric Monnin et Christophe Maillard, « Pour une typologie du boycottage aux Jeux olympiques », Relations internationales, vol. 162, n° 2, 2015, p. 173-198.

12 Comité international olympique, Charte olympique, état en vigueur au 8 août 2021, p. 8 et 95.

13 Matthew P. Llewellyn, « A British Olympics », The International Journal of the History of Sport, vol 28, n° 5, 2011, p. 669-687.

14 Sylvain Dufraisse, Une histoire sportive de la guerre froide, Paris, Nouveau Monde Éditions, 2023.

15 Voir André Gounot, « Les Spartakiades internationales, manifestations sportives et politiques du communisme », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 88, 2002, p. 59-76, et Les Mouvements sportifs ouvriers en Europe (1893-1939), Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2016.

16 Nicolas Martin-Breteau, Corps politiques, Paris, Éditions de l’EHESS, 2020.

17 Voir Fabien Ollier, « Nous étions pour le boycott total des Jeux olympiques de Pékin 2008 ! Le COBOP. Analyse concrète d’une situation », Outre-Terre, n° 21, 2009, p. 67-74.

18 Jean-Gabriel Contamin et Olivier Le Noé, « La coupe est pleine Videla !... », op. cit.

19 Voir Jean-Marie Brohm, Sociologie politique du sport, Nancy, Presses universitaires de Nancy, 1992 [1976] et « L’olympisme ou la continuité d’une idéologie totalitaire », Outre-Terre, n° 21, 2009, p. 75-87.

20 Jean-Michel Faure et Charles Suaud, La Raison des sports, Paris, Raisons d’agir, 2015, p. 15. Souligné dans l’original.

21 On a en tête évidemment les attentats lors des Jeux de Munich en 1972 ou, dans une moindre mesure, ceux d’Atlanta en 1996, auxquels ont en quelque sorte répondu des dispositifs sécuritaires très importants lors des jeux d’Athènes de 2004 ou de Pékin en 2008.

22 Boria Majumdar, « How Covid changed sport – a case study of the 2020 Tokyo Olympic Games », Sport in Society, vol. 26, n° 1, 2021, p. 184-190.

23 Jean-Pierre Augustin et Pascal Gillon. Les Jeux du monde, Paris, Armand Colin, 2021, p. 173 et suiv.

24 Nicolas Ksiss-Martov, Qatar, le mondial de la honte, Montreuil, Libertalia, 2022.

25 Cécile Collinet et Pierre-Olaf Schut (dir.), « L’héritage social des Jeux olympiques », Movement & Sport Sciences, n° 107, 2020.

26 Hugo Bourbillères et Michel Koebel, « Les processus de contestation dans le cadre des candidatures des villes européennes aux Jeux olympiques et paralympiques 2024 », Movement & Sport Sciences, n° 107, 2020, p. 17-29.

27 Voir Jacques Lagroye (dir.), La Politisation, Paris, Belin, 2003.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Jeux olympiques, enjeux politiques »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 158 | 2023, 13-19.

Référence électronique

« Jeux olympiques, enjeux politiques »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 158 | 2023, mis en ligne le 04 décembre 2023, consulté le 23 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/22413 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.22413

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search