Navigation – Plan du site

AccueilNuméros158DOSSIERModèle et contre-modèles olympiqu...

DOSSIER

Modèle et contre-modèles olympiques dans l’entre-deux-guerres.

Le succès oublié des manifestations sportives internationales ouvrières
Karen Bretin-Maffiuletti et Benoît Caritey
p. 21-33

Résumés

L’objet de cet article est de retracer l’histoire des « Olympiades ouvrières » et des « Spartakiades » mises sur pied, entre les deux guerres, par l’Internationale sportive ouvrière socialiste et l’Internationale rouge du sport dans le but de faire barrage à l’hégémonie croissante des Jeux olympiques. Ces manifestations sportives ouvrières ont connu un indéniable succès, malgré l’hostilité des pouvoirs publics et la réticence des principaux titres de la presse sportive et de la presse d’information à en parler à leurs lecteurs. À travers elles, les fédérations sportives ouvrières internationales ont dans un premier temps promu un autre modèle sportif, davantage tourné vers la pratique de masse et la fraternité internationale, avant de s’ériger en défenseurs d’un idéal olympique qu’elles estiment dévoyé. L’évolution du discours critique des Jeux olympiques « bourgeois » et de célébration des manifestations ouvrières dans la presse socialiste et communiste, témoigne de ce glissement.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Fabrice Auger, « Le Comité international olympique face aux rivalités franco-allemandes (1918-1928) (...)
  • 2 Voir notamment Anne-Marie Waser, « L’internationalisation du sport. Transformation d’une entreprise (...)
  • 3 Jacques Defrance, « La politique de l’apolitisme. Sur l’autonomisation du champ sportif », Politix, (...)

1L’entre-deux-guerres est pour l’olympisme une phase d’essor et de consolidation de sa position dominante dans le mouvement sportif international, malgré l’exclusion des nations vaincues des Jeux de 1920 et 19241, les scandales et controverses autour de l’amateurisme des athlètes olympiques2, et malgré ce que les nazis ont fait des Jeux de Berlin, avec la complicité tacite du Comité international olympique qui a appliqué pour l’occasion une « politique de l’apolitisme3 » pour le moins problématique.

  • 4 Anne-Marie Waser, art. cité.

2Parallèlement, et pour une part en relation avec ces entorses à l’esprit olympique, des organisations affirment leur différence par rapport au mouvement sportif dont le CIO est en passe de devenir la clé de voûte. Les fédérations sportives ouvrières sont de celles-là. Elles se structurent ou se renforcent dans un contexte de fort développement du sport, et conquièrent progressivement une place significative sur la scène sportive internationale. Dans le but de concurrencer les Jeux olympiques, elles organisent des manifestations sportives internationales à travers lesquelles elles ont dans un premier temps promu un autre modèle sportif, davantage tourné vers la pratique de masse et la fraternité internationale, avant de s’ériger en défenseurs d’un idéal olympique qu’elles estiment dévoyé. Entre les deux guerres en effet, la mise en œuvre du projet de rénovation des Jeux olympiques porté par Pierre de Coubertin achoppe sur les revendications des fédérations internationales et des États qui se servent de cette compétition internationale au succès grandissant pour accroître la visibilité de leur sport ou exhiber leur puissance nationale sur la scène internationale4.

  • 5 Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, « Quel autre sport ? », n° 120, 2013.
  • 6 Cet article inclut des réflexions déjà développées par les auteurs dans de précédentes publications (...)

3À travers une mise en récit qui privilégie les va-et-vient entre le modèle olympique et ces « autres jeux5 », on rappellera dans les pages à venir quels furent l’esprit, les succès et les représentations des manifestations sportives internationales ouvrières, événements majeurs de l’histoire du sport, dont la disparition après 1945 a favorisé l’oubli6.

Face au « sport bourgeois » : le sport ouvrier international au cours de l’entre-deux-guerres

  • 7 Arnd Krüger et James Riordan (dir.), The Story of Worker Sport, Cambridge, Human Kinetics, 1996, p. (...)

4Nées au tournant du siècle, principalement en Europe7, les organisations sportives ouvrières visent à affranchir les sportifs ouvriers de la domination de la bourgeoisie en leur offrant la possibilité de faire du sport entre eux. Affichant plus ou moins ouvertement le double objectif de formation physique et de socialisation politique de leurs membres, ces groupements figurent, dans chaque pays concerné, une déclinaison sportive du mouvement politique et syndical ouvrier. Après la Grande Guerre, ils connaissent une augmentation importante de leurs effectifs. Aux côtés des « poids lourds » que sont les organisations sportives ouvrières d’Union soviétique, d’Allemagne, d’Autriche et de Tchécoslovaquie, des groupements auparavant confidentiels sortent de l’ombre, et acquièrent une assise plus importante, même si les fortes disparités initiales ne sont pas effacées. En France, les fédérations sportives ouvrières voient grossir leurs rangs à partir de 1919, pour atteindre quelque 100 000 adhérents en 1938.

  • 8 Ceci sans compter les millions de sportifs d’URSS, dont le Parti bolchevique a interdit la constitu (...)

5À l’échelle internationale, deux organisations sont créées, reproduisant, quelques années après la révolution russe, les nouveaux clivages du mouvement ouvrier. L’Union internationale d’éducation physique et sportive du travail, de tendance réformiste, plus connue sous le nom d’Internationale sportive de Lucerne (ISL), voit le jour en 1920. Elle deviendra en 1928 l’Internationale sportive ouvrière socialiste (ISOS). L’Internationale rouge sportive (IRS), de tendance communiste, est formée à Moscou en 1921. La première fédération rassemble 1 700 000 licenciés en 1927, contre 300 000 environ à la même période pour la seconde8.

  • 9 André Gounot, « L’Internationale rouge sportive et son rôle d’institution de propagande soviétique (...)

6Les programmes des deux organisations traduisent leurs appartenances différenciées au mouvement ouvrier. La fédération réformiste a l’ambition de donner au pratiquant une bonne santé physique lui permettant de surmonter sa charge de travail et de mieux accomplir sa tâche de militant socialiste. Pour la fédération communiste et moscovite, il s’agit de conférer aux masses une condition physique digne de la révolution prolétarienne à venir. L’appui à l’Union soviétique est également inscrit dans les objectifs premiers de l’organisation, dont les réalisations doivent apporter la preuve « des progrès de la société socialiste en train de se constituer9 ».

  • 10 Voir André Gounot, « Le sport travailliste européen et la fizkul’tura soviétique : critiques et app (...)

7Jusqu’au milieu des années 1930, les rapports entre les deux fédérations sont tendus. La fédération socialiste défend l’idée d’un sport « neutre », s’attirant ainsi les foudres de l’IRS. L’ISOS interdit à ses membres de participer aux manifestations sportives organisées par le Sportintern qu’elle soupçonne de prosélytisme. Les sœurs ennemies ne s’en rejoignent pas moins sur « un point fondamental » : l’attitude critique à l’égard du sport bourgeois et des Jeux olympiques. De même, les deux organisations rejettent initialement le principe compétitif (au nom d’une éducation physique complète et accessible à tous). Mais dès la fin des années 1920, l’IRS révise sa position lorsque l’Union soviétique et l’Internationale communiste reconnaissent dans le sport un moyen de prestige à l’échelle internationale : le sportif performant devient l’incarnation de l’homme nouveau soviétique10.

  • 11 Nicolas Bancel et Jean-Marc Gayman, Du guerrier à l’athlète, éléments d’histoire des pratiques corp (...)
  • 12 On trouve aux archives du Comité international olympique, à Lausanne, des documents édifiants témoi (...)
  • 13 D’après le compte rendu du congrès olympique de Prague (1925), cité par Anne-Marie Waser, art. cité (...)
  • 14 Suivant l’usage, on parle indifféremment dans ce texte de sport « ouvrier » ou de sport « travailli (...)
  • 15 Roland Renson, La VIIe Olympiade Anvers 1920, les Jeux ressuscités, Bruxelles, Comité olympique et (...)
  • 16 Voir Nicolas Bancel et Jean-Marc Gayman, op. cit., p. 239-241.

8Les partisans de l’olympisme rendent bien cette hostilité aux organisations ouvrières11. L’existence même de fédérations sportives poursuivant un projet politique, jugé « contre nature », ne peut que les rebuter12. Parce qu’ils visent la révolution sociale, les dirigeants sportifs socialistes et communistes incarnent ce qu’ils craignent et rejettent par-dessus tout. Enfin, la défiance est forcément grande envers des organisations qui opposent au mouvement olympique une concurrence sérieuse. Les membres du CIO s’inquiètent en 1925 de la menace que constitue le développement rapide du sport ouvrier13. Pour autant, contrairement à la stratégie des fédérations internationales travaillistes14, le CIO emprunte une voie médiane entre la confrontation et l’évitement pur et simple. Les discours des institutions olympiques ne laissent que peu de place à la disqualification de l’adversaire, qui est le plus souvent ignoré. Pour Pierre de Coubertin, la pratique sportive ouvrière ne saurait d’ailleurs être combattue pour elle-même. En « aristocrate patriarcal », il perçoit le sport « comme une formation idéale pour l’acceptation de ses propres limites et des inégalités sociales15 ». Il est impératif toutefois que celle-ci s’effectue dans un cadre contrôlé. À ce titre, des pourparlers visant l’intégration du sport travailliste dans le mouvement olympique sont même engagés à plusieurs reprises dans les années 1920, mais ils échouent faute de coopération des organisations ouvrières16.

« Olympiades ouvrières » et « Spartakiades » : des manifestations alternatives et leurs évolutions

  • 17 Voir André Gounot, « L’Olympiade populaire de Barcelone 1936 : entre nationalisme catalan, "esprit (...)

9Au cours des années 1920 et 1930, tant l’Internationale sportive ouvrière socialiste que l’Internationale rouge sportive organisent des rassemblements sportifs d’importance majeure. Côté réformiste, il s’agit de « Jeux olympiques ouvriers » ou « Olympiades ouvrières », dont les principales éditions ont lieu à Francfort en 1925, à Vienne en 1931 et à Anvers en 1937. Côté communiste, on parle tout d’abord de « Spartakiades internationales », successivement organisées à Moscou en 1928 et à Berlin en 1931. En 1932, l’IRS invite ses sections nationales à mettre sur pied des contre-manifestations aux Jeux olympiques de Los Angeles. C’est ainsi qu’en France, une « Spartakiade » est organisée à Lyon. Enfin, des « Spartakiades mondiales » devaient être mises en place par l’IRS à Moscou en 1933. D’abord repoussées d’un an, elles n’ont jamais eu lieu. Elles sont finalement remplacées par un « Rassemblement international sportif contre la guerre et le fascisme », qui se tient à Paris en 1934. Une « Olympiade populaire », manifestation travailliste internationale d’opposition aux Jeux olympiques de Berlin, devait se tenir à Barcelone en 1936. Elle est annulée à la veille de son ouverture en raison du déclenchement de la guerre civile en Espagne17.

  • 18 « Le rapport sur les Jeux olympiques de Vienne », Le Populaire, 12 septembre 1932, p. 4. La plupart (...)
  • 19 « Le film de la 3e Olympiade », Sport, 22 décembre 1937, p. 3.
  • 20 André Gounot, « Les Spartakiades internationales, manifestations sportives et politiques du communi (...)
  • 21 Id., p. 68.
  • 22 André Gounot évoque dans différents articles les difficultés des délégations étrangères, et notamme (...)
  • 23 Ainsi, par exemple en France, en dehors de la subvention votée par le Parlement pour financer la pa (...)

10En termes d’ampleur et de participation, les manifestations sportives internationales ouvrières sont le plus souvent couronnées de succès. 1 100 sportifs de onze nations prennent part aux Jeux ouvriers de Francfort en 1925, 77 278 sportifs de 22 fédérations (dont 29 783 Allemands et 37 097 Autrichiens) se rendent à Vienne en 193118, et 10 000 sportifs (dont 4 000 étrangers de quatorze nations) à Anvers en 193719. De même, 612 concurrents venus de douze pays participent à la Spartakiade internationale de Moscou, en 1928, aux côtés de 3 879 Soviétiques20 tandis que le « Rassemblement international sportif contre la guerre et le fascisme » de 1934 réunit à Paris 3 000 sportifs de 18 délégations différentes21. On est certes loin des 2 622 athlètes venus de 29 pays pour participer aux Jeux d’Anvers (1920) et des 3 963 sportifs représentant 49 nations qui ont fait le déplacement à Berlin (1936). Mais compte tenu des obstacles que doivent surmonter les organisateurs et les participants, dressés par les autorités notamment22, le succès d’une manifestation sportive internationale ouvrière tient de la gageure, alors que les Jeux olympiques bénéficient du soutien des pouvoirs publics23.

11Olympiades ouvrières et Spartakiades constituent un outil privilégié pour la réalisation des ambitions du mouvement travailliste international. Leur raison d’être est ouvertement politique : elles sont conçues comme des expressions concrètes et des moyens de célébration de l’internationalisme prolétarien. Ces manifestations visent également à détourner les sportifs des classes laborieuses des organisations « bourgeoises » et à les attirer dans les sections ouvrières nationales, régionales et locales qui sont chargées d’assurer leur formation physique et militante. Enfin, les internationales travaillistes revendiquent à travers leurs Jeux l’élaboration d’un type différent de rassemblement sportif, devant célébrer une nouvelle culture physique prolétarienne, où la performance et l’excellence sportive sont reléguées, dans un premier temps au moins, au second plan.

  • 24 « Les Jeux olympiques ouvriers de Francfort », Le Peuple, 26 juillet 1925, p. 1.
  • 25 Paul Guitard, « Le sport à l’ombre des drapeaux rouges – L’Étoile au Front – Place Rouge, quinze mi (...)
  • 26 « Aux Jeux olympiques d’Anvers – La France championne olympique en water-polo », l’Humanité, 2 août (...)

12C’est pourquoi ces événements sont aussi des manifestations de masse : aux athlètes engagés dans les épreuves sportives s’ajoute en effet une multitude de jeunes gens et de jeunes filles – voire d’enfants – qui sont intégrés à diverses cérémonies et spectacles de grande envergure. À titre d’exemple, 40 000 gymnastes participent au mouvement d’ensemble des Jeux ouvriers de Francfort en 192524 et le cortège du dimanche réunit quelque 60 000 participants. 15 000 personnes défilent sur la place Rouge, à Moscou, lorsque débute la Spartakiade de 192825. À Anvers, en 1937, le comité d’organisation ouvre la marche, précédant les délégations étrangères suivies par « les sociétés sportives ouvrières belges dont le défilé s’étendait sur plus d’un kilomètre26 ».

  • 27 Andrea Bruns et André Gounot, « Critique de société et aspirations réformatrices : l’Olympiade ouvr (...)
  • 28 Paul Faure, « Au congrès de Vienne – Éducation populaire », Le Populaire, 31 juillet 1931, p. 1.

13Ces manifestations sont porteuses de messages politiques émis avec force, que ce soit à travers les affiches des événements ou à l’occasion des représentations culturelles, grandioses, organisées en marge des programmes sportifs. L’affiche de la Spartakiade de Berlin (1931) figure, sous les traits d’un robuste lanceur de marteau, un sportif ouvrier terrassant les ennemis de l’URSS, réduits à des proportions minuscules et rampant à ses pieds. À Francfort comme à Vienne, les emblèmes nationaux sont exclus, remplacés par des drapeaux rouges, et L’Internationale se substitue aux hymnes nationaux27. Les spectacles de masse, bien que présents également dans le camp communiste, sont par ailleurs la spécialité de l’Internationale sportive socialiste, qui déploie en la matière des moyens considérables. Ainsi, en 1931, à Vienne, 4 000 personnes se produisent devant près de 80 000 spectateurs, dans une pièce de théâtre magnifiant la révolte et la libération du prolétariat28.

  • 29 Archives de la FSGT, brochure « Il y a 50 ans… La troisième Olympiade ouvrière 1937 », Centre Louis (...)
  • 30 André Gounot, art. cité, 2002, p. 70.

14Les manifestations travaillistes présentent des traits singuliers, qui illustrent clairement la volonté de leurs organisateurs de marquer leur différence par rapport aux Jeux olympiques. La prise de distance la plus flagrante est sans doute celle qui consiste à faire évoluer sur le stade des athlètes de tous niveaux, de tous âges et des deux sexes, quand le modèle olympique ne valorise que des hommes jeunes, auteurs de performances significatives. Ce choix implique nombre d’aménagements pour les rencontres, qui comprennent des compétitions réservées aux concurrents les plus valeureux, mais aussi différents concours, exhibitions ou séances d’entraînement plus ouverts, à destination de l’ensemble des sportifs ouvriers présents. Un concours de pêche à la ligne, organisé lors de l’Olympiade ouvrière d’Anvers, en 1937, réunit ainsi pas moins de 2 000 participants29. Dans le même esprit, le mouvement ouvrier propose ponctuellement des épreuves innovantes. À l’occasion de l’Olympiade ouvrière de Francfort, chaque délégation est ainsi tenue d’effectuer une démonstration de son système d’entraînement, lequel est évalué par un jury censé mesurer à la fois son efficacité et sa capacité à plaire aux jeunes travailleurs. Plus classique en apparence, un concours organisé à la Spartakiade de Berlin en 1931 n’en propose pas moins un assemblage original de pratiques sportives : contre la spécialisation et pour la valorisation de l’« athlète [rouge] complet », les participants sont engagés tour à tour dans des épreuves aussi hétéroclites que le cyclisme, la course, le lancer, le tir ou la natation30. Pour finir, une autre différence non négligeable entre les modèles travailliste et olympique concerne le rôle dévolu aux spectateurs. Tandis que le public des compétitions olympiques se contente de vibrer aux exploits des champions, les prolétaires assemblés à Francfort, Vienne, Moscou ou Berlin sont amenés à prendre part aux exercices sportifs de masse, ou deviennent subitement, par des choix de mise en scène, des acteurs à part entière des représentations théâtrales évoquées plus haut.

L’inégale médiatisation des Jeux olympiques et des manifestations sportives internationales ouvrières

  • 31 Tom Busseuil, « L’Auto et le sport ouvrier (1918-1939) : une prétention apolitique mise à l’épreuve (...)
  • 32 « La première “Spartakiade” de Moscou », L’Auto, 13 août 1928, p. 4 : 16 lignes relatant le défilé (...)
  • 33 « La première “Spartakiade” en URSS », Le Journal, 13 août 1928, p. 3.
  • 34 « Les Jeux olympiques des Soviets qui sont les “Spartakiades” ont débuté par une revue solennelle » (...)
  • 35 Paul Roux, « Athlétisme – Du beau sport mais trop de politique à l’Olympiade d’Anvers », L’Écho des (...)
  • 36 Id., p. 5.

15Si les journaux de la grande presse, comme les titres de la presse sportive, ouvrent largement leurs colonnes aux Jeux olympiques, dont ils relatent jour après jour le déroulement en première page et en pages intérieures, ils tendent à ignorer les manifestations sportives ouvrières, malgré leur importance bien réelle. Ainsi, jusqu’au milieu des années 1930, L’Auto choisit, en vertu du principe selon lequel le sport doit transcender les clivages partisans, de ne pas parler des manifestations sportives ouvrières31. Certes, il consacre quotidiennement quelques lignes aux résultats sportifs des Jeux ouvriers de Francfort, sur la base de dépêches d’agence utilisées également par L’Écho des sports, Le Petit Parisien et Paris-Soir. Mais la platitude du propos et l’insignifiance des précisions montrent le peu d’intérêt du journal pour cette manifestation sportive alternative. En 1928, L’Auto consacre un seul article à la Spartakiade de Moscou, assez bref de surcroît32, mais fait mieux que son principal concurrent, L’Écho des sports, qui n’en parle pas du tout. Du côté de la presse d’information, seuls Le Journal33 et Le Petit Parisien34 y consacrent un entrefilet reprenant presque mot pour mot la dépêche de l’agence Havas utilisée par L’Auto. Un silence total entoure le déroulement des Jeux olympiques ouvriers de Vienne (1931). En revanche, L’Auto consacre une rubrique quotidienne à l’Olympiade ouvrière d’Anvers (1937), couverte par un envoyé spécial, Gaston Frémont. Il faut donc attendre la fin de l’entre-deux-guerres, lorsque le sport travailliste ne se définit plus par son opposition frontale au sport « officiel », pour que L’Auto lui ouvre plus largement ses colonnes. Les journaux de la presse d’information publient également quelques courts articles sur les résultats sportifs des Jeux ouvriers d’Anvers. Performances, records, victoires françaises : dans ces articles, rien ne différencie plus les manifestations sportives ouvrières des compétitions olympiques. Leur spécificité est gommée, ou, lorsqu’il en est fait état, c’est pour la critiquer : « Trop de politique », regrette L’Écho des sports35 dont l’envoyé spécial conclut : « La prochaine Olympiade est prévue pour 1943. Souhaitons-lui une atmosphère plus purement sportive et moins politique que celle qui a enveloppé la manifestation d’Anvers36 ».

  • 37 Organe de la Fédération sportive travailliste.
  • 38 « La Vie sportive – Échos de tous les sports », l’Humanité, 27 juillet 1924, p. 4.
  • 39 Bécro [Eugène Beckrick], « Aujourd’hui se terminent les Jeux olympiques », Le Peuple, 27 juillet 19 (...)
  • 40 Revue Olympiade de l’Arbeiter-Turn und Sportbund, avril 1924, citée par Andrea Bruns et André Gouno (...)

16Du côté de la presse travailliste, l’Humanité, Le Populaire et Le Peuple, mais aussi Sport37, tout au long des années 1920 et 1930, critique des Jeux olympiques et célébration des manifestations travaillistes constituent les deux versants d’un même discours. Si le ton du compte rendu des Jeux olympiques d’Anvers (1920) dans l’Humanité comme dans Le Populaire est assez neutre, les Jeux de Paris (1924) sont condamnés en bloc et leur père fondateur traité avec une ironie mordante : « Aujourd’hui à Colombes, grand tralala olympique de clôture. Le noble baron de Coubertin, champion olympique du lancement de salive, prononcera un discours38 ». Dans Le Peuple, les Jeux de Paris sont taxés de « vilaine comédie39 ». Et les responsables socialistes font la promotion de l’Olympiade ouvrière de Francfort en fustigeant le « combat chauvin » qui s’est déroulé à Paris, l’année précédente, dans le cadre olympique40.

  • 41 Karen Bretin-Maffiuletti et Benoît Caritey, art. cité, 2013.
  • 42 Alex, « Les sports – Swings… », l’Humanité, 8 juillet 1932, p. 6. La critique vise tout autant l’év (...)
  • 43 C’est une crainte exprimée par les communistes – et relayée dans l’Humanité – aussi bien en 1928, l (...)
  • 44 C’est l’expression la plus fréquente dans la presse ouvrière (Karen Bretin-Maffiuletti et Benoît Ca (...)
  • 45 Pierre Marie, « À Amsterdam – Aujourd’hui a lieu la cérémonie d’ouverture de la IXe Olympiade », Le (...)
  • 46 L. Robert, « Sous le signe de l’Impérialisme – L’ouverture des Jeux olympiques s’est faite hier à A (...)
  • 47 Id., p. 2.
  • 48 Ibidem.

17La cible de la critique des Jeux olympiques évolue cependant au fil des ans41. Dès la fin des années 1920, à travers un premier (et subtil) glissement de discours, le sport travailliste devient le conservatoire des valeurs fondatrices de l’olympisme, mises en danger par les dérives dont les organisations sportives « bourgeoises » se rendent coupables : professionnalisme (les athlètes prêtent un « faux serment » d’amateurisme), chauvinisme exacerbé (orchestré par « la grande presse apprivoisée42 »), militarisation (les communistes soupçonnent les pays capitalistes de préparer une offensive contre l’Union soviétique43), mercantilisme (les organisateurs des Jeux ne pensent qu’à faire de « belles recettes44 »). La diatribe épargne désormais le projet coubertinien pour se concentrer sur la dénonciation de son dévoiement dont les organisateurs des Jeux de 1928 et 1932 sont responsables : « Nous trouvons que les Jeux olympiques ne répondent nullement à l’espoir que le rénovateur actuel, M. Pierre de Coubertin avait mis en eux45 ». Pour L. Robert de l’Humanité, son dessein ne manquait pas de grandeur : « Émulation loyale et sereine, rapprochement entre les peuples, essor triomphal du sport "bienfait social", du sport "école de santé, de beauté et de morale", telles devaient être selon le bon baron, les conséquences idéales du néo-olympisme46 ». Mais ses « candides espérances47 » ont été ruinées par « la cupidité fatale du capitalisme affamé de plus-value48 ».

  • 49 « Les Olympiades de Francfort », Le Peuple, 29 juillet 1925, p. 1.
  • 50 Paul Guitard, op. cit.
  • 51 Paul Faure, « Le sport ouvrier et socialiste », Le Populaire, 30 juillet 1931, p. 1.
  • 52 « La IIIe Olympiade ouvrière d’Anvers – La population anversoise fait aux athlètes espagnols un acc (...)

18La presse ouvrière s’emploie alors à souligner et célébrer les spécificités du cérémonial des Olympiades ouvrières comme des Spartakiades, en particulier les mouvements de masse, dont le commentaire journalistique reflète, du même coup, le pouvoir de suggestion. Lors de l’Olympiade de Francfort en 1925, Le Peuple insiste sur les manifestations de fraternisation entre spectateurs (allemands), massés le long du parcours du défilé, et sportifs français au passage desquels on crie « Vive la paix49 ! ». En 1928, dans l’Humanité, Paul Guitard décrit longuement les délégations des différentes républiques soviétiques, suivies par les délégations étrangères, puis les clubs syndicaux et les jeunes gardes, « hommes et femmes armés, et bien armés, prêts à défendre, bon pied, bon œil, les conquêtes de la Révolution50 », qui défilent à Moscou. En 1931, Paul Faure magnifie dans Le Populaire le cortège qui parcourt les rues de Vienne : « À sept heures et demie commença la marche de cette armée internationale du socialisme, mobilisée autour des mêmes drapeaux rouges, innombrables et pareils. Vers midi passèrent les derniers bataillons. Combien étaient-ils ces soldats du socialisme et de la paix ? On me dit cent cinquante mille51 ! ». En 1937, l’Humanité détaille l’accueil réservé à la délégation espagnole reçue à la gare d’Anvers par le comité d’organisation au grand complet, les représentants de toutes les délégations étrangères déjà arrivées et par la population anversoise. Hors de la gare, la foule entonne L’Internationale et de nombreux bouquets sont offerts aux Espagnols émus par « un accueil si chaleureux et si touchant52 ».

  • 53 A. Deschamps, « Comme M. Massard, nous disons : les sportifs allant à Berlin seront des ambassadeur (...)
  • 54 Id., p. 6.
  • 55 Elle est annoncée en titre : « Aux Jeux olympiques d’Anvers – La France championne olympique en wat (...)

19En fin de période, ces célébrations sont associées à un nouveau changement de ligne éditoriale dans les discours consacrés aux Jeux. Dans le contexte si particulier qui précède l’ouverture des Jeux de Berlin, le mouvement sportif ouvrier s’érige dans les colonnes de l’Humanité en défenseur des valeurs fondatrices de l’olympisme, perverties par les nazis : « L’esprit olympique veut aussi que les Jeux se déroulent pacifiquement, servent au rapprochement des peuples et à la fraternité des races. Il n’en sera pas ainsi à Berlin. Chaque manquement doit être dénoncé53 ». Et l’auteur de ces lignes de conclure, en complète rupture avec la critique radicale des Jeux olympiques des années 1920 : « Il faut que les Jeux reviennent dans la tradition, qu’ils soient à nouveau régis par l’idée de son rénovateur, M. Pierre de Coubertin. Les sportifs français s’y emploieront de toutes leurs forces54 ». Le mouvement sportif ouvrier ne défend plus les valeurs de l’olympisme contre les organisations sportives « officielles », mais avec elles. De la même manière, on note à ce moment-là un intérêt accru pour les performances des sportifs ouvriers. Les exploits des Soviétiques à l’occasion de l’Olympiade d’Anvers, notamment, qui égalent ceux des athlètes olympiques de Berlin, sont rapportés avec enthousiasme, tout comme la victoire – inattendue – des Français dans le tournoi de water-polo55. Ainsi, on peut lire dans Le Populaire comme dans l’Humanité, des titres et des commentaires semblables à ceux qui, relevés dans les journaux de la « grande presse » quelques années auparavant, étaient brandis comme autant de preuves des dérives chauvines du « sport bourgeois ».

Conclusion

20Après la Seconde Guerre mondiale, les organisations sportives ouvrières reprennent leur activité. Elles continuent à promouvoir une pratique sportive de masse et à défendre les valeurs du « sport pur » contre les excès du sport de haut niveau et les dérapages du « sport-spectacle », sans plus chercher désormais à concurrencer les Jeux olympiques organisés par le CIO. Mais pendant près de vingt ans, l’ISOS et l’IRS ont organisé des manifestations sportives internationales dans le but de contester l’hégémonie des Jeux olympiques, non sans succès, malgré les obstacles dressés par les autorités, et malgré le travail d’invisibilisation de la presse sportive et de la presse d’information.

21Du côté de la presse de gauche, la critique des Jeux olympiques se prolonge par la célébration des manifestations ouvrières. S’il s’agissait au début des années 1920 de différencier point par point le sport ouvrier du « sport bourgeois » dont les Jeux olympiques sont la forme la plus aboutie et de promouvoir une contre-culture sportive, dès la fin de la décennie, le mouvement sportif ouvrier est érigé en défenseur de l’idée olympique, contre les visées chauvines et mercantiles des organisations sportives bourgeoises, puis contre les détournements politiques des régimes totalitaires.

22Le rapport aux Jeux olympiques change : rejetés en bloc au début des années 1920, on reconnaît des vertus à leur forme originelle. Ce que sont les Jeux est toujours critiquable, mais ce qu’ils devraient être mérite d’être défendu. De ce fait, le contenu des manifestations sportives internationales ouvrières évolue. Dans les années 1920, les concours, les exhibitions et le cérémonial des manifestations sportives ouvrières s’opposaient au contenu des Jeux. Et le discours médiatique soulignait autant que possible ces spécificités. À partir des années 1930, le distinguo est de plus en plus subtil : sur le terrain, les adversaires fraternisent davantage ; dans les tribunes, le public est moins chauvin. Mais les compétitions et les performances prennent une importance qui tend à gommer les principales différences entre manifestations ouvrières et Jeux olympiques.

Haut de page

Notes

1 Fabrice Auger, « Le Comité international olympique face aux rivalités franco-allemandes (1918-1928) », Relations internationales, n° 112, 2002/4, p. 427-446.

2 Voir notamment Anne-Marie Waser, « L’internationalisation du sport. Transformation d’une entreprise universelle en un organisme au service des intérêts particuliers : le Comité international olympique (1894-1925) », Regards sociologiques, n° 20, 2000, p. 5-25 ; Florence Carpentier, « Le conflit entre le CIO et la FIFA dans l’entre-deux-guerres. Les Jeux olympiques contre la Coupe du monde de football », STAPS, vol. 68, n° 2, 2005, p. 25-39 ; Florence Carpentier, « Aux origines de l’exclusion du tennis des Jeux olympiques. Un conflit institutionnel multiforme dans les années 1920 », Le Mouvement social, vol. 215, n° 2, 2006, p. 51-66.

3 Jacques Defrance, « La politique de l’apolitisme. Sur l’autonomisation du champ sportif », Politix, n° 50, 2000, p. 13-27.

4 Anne-Marie Waser, art. cité.

5 Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, « Quel autre sport ? », n° 120, 2013.

6 Cet article inclut des réflexions déjà développées par les auteurs dans de précédentes publications : Karen Bretin-Maffiuletti, « Le mouvement sportif ouvrier international et le modèle olympique dans les années 1920 », dans Thierry Terret (dir.), Les Paris des Jeux olympiques de 1924, Biarritz, Atlantica-Séguier, 2008, p. 299-320 ; Karen Bretin-Maffiuletti et Benoît Caritey, « l’Humanité et les manifestations sportives internationales dans les années 1920 », dans Michaël Attali et Évelyne Combeau-Mari (dir.), Le sport dans la presse communiste, Rennes, PUR, 2013, p. 53-72. Les auteurs insistent par ailleurs sur le fait que la synthèse proposée en 1ère et 2eme parties doit beaucoup aux travaux d’André Gounot.

7 Arnd Krüger et James Riordan (dir.), The Story of Worker Sport, Cambridge, Human Kinetics, 1996, p. VII ; André Gounot, Les Mouvements sportifs ouvriers en Europe (1893-1939), Strasbourg, PUS, 2016, p. 9, note 7.

8 Ceci sans compter les millions de sportifs d’URSS, dont le Parti bolchevique a interdit la constitution en union sportive indépendante, mais qui participent de fait aux pratiques sportives travaillistes, et notamment aux manifestations internationales qui seront évoquées plus loin.

9 André Gounot, « L’Internationale rouge sportive et son rôle d’institution de propagande soviétique à l’étranger (1921-1937) », dans Jean-Philippe Saint-Martin et Thierry Terret (dir.), Le sport français dans l’entre-deux-guerres, regards croisés sur les influences étrangères, Paris, L’Harmattan, 2000, p. 96.

10 Voir André Gounot, « Le sport travailliste européen et la fizkul’tura soviétique : critiques et appropriations du modèle “bourgeois” de la compétition (1893-1939) », dans Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 120, 2013, p. 33-48.

11 Nicolas Bancel et Jean-Marc Gayman, Du guerrier à l’athlète, éléments d’histoire des pratiques corporelles, Paris, PUF, 2002, p. 239-241.

12 On trouve aux archives du Comité international olympique, à Lausanne, des documents édifiants témoignant de cette position pour les années 1930 (dossier « Jeux internationaux ouvriers », fonds « Relations avec les CNO et FI »).

13 D’après le compte rendu du congrès olympique de Prague (1925), cité par Anne-Marie Waser, art. cité, p. 12.

14 Suivant l’usage, on parle indifféremment dans ce texte de sport « ouvrier » ou de sport « travailliste », les deux adjectifs étant considérés comme synonymes. Pour de plus amples réflexions sur ce point, consulter André Gounot, « Le “sport ouvrier” face au “sport bourgeois”. Quelques réflexions terminologiques sur l’histoire idéologique des pratiques sportives », dans Jean-François Loudcher, Christian Vivier, Paul Dietschy et Jean-Nicolas Renaud (dir.), Sport et idéologie, Besançon, Éditions Burs, 2004, p. 137-147.

15 Roland Renson, La VIIe Olympiade Anvers 1920, les Jeux ressuscités, Bruxelles, Comité olympique et fédéral belge, 1995, p. 74.

16 Voir Nicolas Bancel et Jean-Marc Gayman, op. cit., p. 239-241.

17 Voir André Gounot, « L’Olympiade populaire de Barcelone 1936 : entre nationalisme catalan, "esprit olympique" et internationalisme prolétarien », dans André Gounot, Denis Jallat et Benoît Caritey (dir.), Les politiques au stade. Étude comparée des manifestations sportives du XIXe au XXIe siècle, Rennes, PUR, 2007, p. 125-143.

18 « Le rapport sur les Jeux olympiques de Vienne », Le Populaire, 12 septembre 1932, p. 4. La plupart de ces participants n’ont pris part qu’au défilé d’ouverture du 26 juillet 1931.

19 « Le film de la 3e Olympiade », Sport, 22 décembre 1937, p. 3.

20 André Gounot, « Les Spartakiades internationales, manifestations sportives et politiques du communisme », dans Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 88, 2002, p. 62.

21 Id., p. 68.

22 André Gounot évoque dans différents articles les difficultés des délégations étrangères, et notamment soviétiques, pour obtenir des visas. Clément Dumas rapporte que les autorités françaises tentent de freiner, voire d’empêcher le départ des sportifs ouvriers français pour les Spartakiades de Moscou et de Berlin (voir « Encadrer et surveiller les sports en marge. Les préfets et les Spartakiades durant l’entre-deux-guerres », dans Patrick Clastres et Edenz Maurice (dir.), Les préfets et le sport : pour une histoire sportive du corps préfectoral (XIXe-XXIe siècle), Paris, La Documentation française, 2022, p. 109-123).

23 Ainsi, par exemple en France, en dehors de la subvention votée par le Parlement pour financer la participation française à l’Olympiade populaire de Barcelone (1936), les organisations sportives ouvrières ne peuvent compter que sur leurs fonds propres pour organiser une manifestation sportive internationale ou pour y envoyer une délégation, alors que l’organisation des Jeux de Paris (1924) et le déplacement des représentations françaises aux Jeux d’Anvers, Amsterdam, Los Angeles et Berlin sont subventionnés par l’État.

24 « Les Jeux olympiques ouvriers de Francfort », Le Peuple, 26 juillet 1925, p. 1.

25 Paul Guitard, « Le sport à l’ombre des drapeaux rouges – L’Étoile au Front – Place Rouge, quinze mille sportifs ouvriers venus de tous les pays du monde ont défilé au son des musiques éclatantes, sous la rafale des vivats… », l’Humanité, 18 août 1928, p. 1-2.

26 « Aux Jeux olympiques d’Anvers – La France championne olympique en water-polo », l’Humanité, 2 août 1937, p. 6. L’article, non signé, est rédigé par P. Portier, envoyé spécial du journal à Anvers.

27 Andrea Bruns et André Gounot, « Critique de société et aspirations réformatrices : l’Olympiade ouvrière de Francfort 1925 face aux Jeux olympiques de Paris 1924 », dans André Gounot, Denis Jallat et Benoît Caritey (dir.), Les politiques au stade. Étude comparée des manifestations sportives du XIXe au XXIe siècle, Rennes, PUR, 2007, p. 113-124.

28 Paul Faure, « Au congrès de Vienne – Éducation populaire », Le Populaire, 31 juillet 1931, p. 1.

29 Archives de la FSGT, brochure « Il y a 50 ans… La troisième Olympiade ouvrière 1937 », Centre Louis Major, Anvers, 1987.

30 André Gounot, art. cité, 2002, p. 70.

31 Tom Busseuil, « L’Auto et le sport ouvrier (1918-1939) : une prétention apolitique mise à l’épreuve », dans Benoît Caritey (dir.), La Fabrique de l’information sportive : L’Auto (1900-1944), Reims, EPURE, 2020, p. 225-244.

32 « La première “Spartakiade” de Moscou », L’Auto, 13 août 1928, p. 4 : 16 lignes relatant le défilé d’ouverture sur la place Rouge à Moscou.

33 « La première “Spartakiade” en URSS », Le Journal, 13 août 1928, p. 3.

34 « Les Jeux olympiques des Soviets qui sont les “Spartakiades” ont débuté par une revue solennelle », Le Petit Parisien, 13 août 1928, p. 2.

35 Paul Roux, « Athlétisme – Du beau sport mais trop de politique à l’Olympiade d’Anvers », L’Écho des sports, 3 août 1937, p. 1. Quotidien depuis septembre 1922, et principal concurrent de L’Auto, L’Écho des sports redevient hebdomadaire en janvier 1932.

36 Id., p. 5.

37 Organe de la Fédération sportive travailliste.

38 « La Vie sportive – Échos de tous les sports », l’Humanité, 27 juillet 1924, p. 4.

39 Bécro [Eugène Beckrick], « Aujourd’hui se terminent les Jeux olympiques », Le Peuple, 27 juillet 1924, p. 1.

40 Revue Olympiade de l’Arbeiter-Turn und Sportbund, avril 1924, citée par Andrea Bruns et André Gounot, art. cité, 2007.

41 Karen Bretin-Maffiuletti et Benoît Caritey, art. cité, 2013.

42 Alex, « Les sports – Swings… », l’Humanité, 8 juillet 1932, p. 6. La critique vise tout autant l’événement en lui-même que sa médiatisation par la grande presse, coupable d’exacerber les passions chauvines.

43 C’est une crainte exprimée par les communistes – et relayée dans l’Humanité – aussi bien en 1928, lors de la Spartakiade de Moscou, qu’en 1932, au moment où est adoptée une loi sur la préparation militaire des sursitaires.

44 C’est l’expression la plus fréquente dans la presse ouvrière (Karen Bretin-Maffiuletti et Benoît Caritey, art. cité, 2013).

45 Pierre Marie, « À Amsterdam – Aujourd’hui a lieu la cérémonie d’ouverture de la IXe Olympiade », Le Populaire, 28 juillet 1928, p. 1.

46 L. Robert, « Sous le signe de l’Impérialisme – L’ouverture des Jeux olympiques s’est faite hier à Amsterdam », l’Humanité, 29 juillet 1928, p. 2.

47 Id., p. 2.

48 Ibidem.

49 « Les Olympiades de Francfort », Le Peuple, 29 juillet 1925, p. 1.

50 Paul Guitard, op. cit.

51 Paul Faure, « Le sport ouvrier et socialiste », Le Populaire, 30 juillet 1931, p. 1.

52 « La IIIe Olympiade ouvrière d’Anvers – La population anversoise fait aux athlètes espagnols un accueil inoubliable », l’Humanité, 27 juillet 1937, p. 2.

53 A. Deschamps, « Comme M. Massard, nous disons : les sportifs allant à Berlin seront des ambassadeurs – mais d’un pays libre », l’Humanité, 28 juillet 1936, p. 6.

54 Id., p. 6.

55 Elle est annoncée en titre : « Aux Jeux olympiques d’Anvers – La France championne olympique en water-polo » (l’Humanité, 2 août 1937, p. 6).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Karen Bretin-Maffiuletti et Benoît Caritey, « Modèle et contre-modèles olympiques dans l’entre-deux-guerres. »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 158 | 2023, 21-33.

Référence électronique

Karen Bretin-Maffiuletti et Benoît Caritey, « Modèle et contre-modèles olympiques dans l’entre-deux-guerres. »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 158 | 2023, mis en ligne le 04 décembre 2023, consulté le 23 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/22414 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.22414

Haut de page

Auteurs

Karen Bretin-Maffiuletti

LIR3S, UMR 7366, Université de Bourgogne

Articles du même auteur

Benoît Caritey

LIR3S, UMR 7366, Université de Bourgogne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search