Navigation – Plan du site

AccueilNuméros158DOSSIERL’unité du monde sportif africain...

DOSSIER

L’unité du monde sportif africain face à l’olympisme : influences et interdépendances dans la création du Conseil supérieur du sport en Afrique (1960-1966)

Pascal Charitas
p. 47-59

Résumés

Après la Seconde Guerre mondiale, l’Afrique est un enjeu pour le mouvement olympique alors que peu de pays ont des Comités nationaux olympiques (CNO) et participent aux Jeux olympiques (JO). De plus, hormis les Jeux méditerranéens (1951) et les Jeux panarabes (1953), une partie de l’Afrique n’est pas représentée au Comité international olympique (CIO) et n’a pas de structure représentative du sport sur le continent. Cependant, en 1960, les indépendances africaines précipitent le processus d’intégration de l’Afrique au mouvement olympique. Il ne s’agit pas seulement pour eux de constituer leurs CNO et de participer aux JO de Tokyo (1964), mais d’organiser un bloc africain olympique afin de créer les premiers Jeux africains (1965) et d’édifier un « monde sportif » africain uni et indépendant du CIO par le Conseil supérieur du sport en Afrique (1966). L’objectif est ainsi de se saisir de l’olympisme comme un espace politique de revendication face à l’apartheid.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Membre égyptien du CIO (1934-1968), de la Commission exécutive (1952), chef du protocole (1956) et (...)
  • 2 Membre égyptien du CIO (1960-1992). Un des fondateurs des premiers Jeux panarabes.
  • 3 Outre les deux membres égyptiens précédemment cités, le CIO compte les membres africains suivants ( (...)

1Ce n’est véritablement qu’après 1945 que l’Afrique fait son entrée dans le mouvement olympique au rythme des vagues d’indépendance sur le continent : d’abord la décolonisation britannique, puis l’autonomie et les indépendances des anciennes colonies et protectorats français d’Afrique du Nord, et enfin celles du sud du Sahara. Cela explique pourquoi des Jeux régionaux méditerranéens (1951) et panarabes (1953) sont lancés alors que le projet de Jeux africains imaginé dès 1923 par Coubertin reste empêché par les colonisations britannique, française et portugaise. L’entrée de l’Afrique dans l’olympisme coïncide avec la guerre froide, mais aussi avec le mouvement des non-alignés (Bandung, 1955), porté au CIO par les membres égyptiens Mohamed Taher Pacha1, puis Ahmed Eldemerdash Touny2. Ainsi, de 1945 à 1966, les membres africains au CIO sont peu nombreux3, or ils vont cristalliser un certain nombre d’enjeux via l’intégration olympique des Comités nationaux olympiques (CNO) issus des décolonisations : la formation d’un bloc africain, la lutte contre l’apartheid dans le sport et les influences tiers-mondistes et soviétiques.

  • 4 Howard Saul Becker, Les Mondes de l’art, Paris, Flammarion, 2006.
  • 5 Lutan Rusli, Hong Fan, « The politicization of sport : GANEFO – A case study », Sport in Society : (...)
  • 6 Zerbo Yacouba, « La problématique de l’unité africaine (1958-1963) », dans Guerres mondiales et con (...)
  • 7 Amzat Boukari-Yabara, chap. 13, « Une nouvelle Afrique, autour de l’année 1960 », dans Africa Unite (...)

2Après 1945, les jougs coloniaux, sous la pression de la guerre froide et les injonctions de l’ONU à la libération des peuples colonisés, s’engagent dans les décolonisations de l’Afrique dans un nouvel ordre international. Cela permet peu à peu aux leaders africains des mouvements indépendantistes de projeter leur vision de l’Afrique libre. Puis, après les indépendances, en 1961, se dessinent deux blocs comme autant de « mondes4 » divergents idéologiquement sur la vision de l’union africaine, confrontés à ceux de la guerre froide et des anciennes tutelles coloniales. D’un côté, le groupe de Casablanca, d’obédience anglophone, souhaite une union et un regroupement fédéraliste, panafricaniste, continentaliste, voire révolutionnaire, s’appuyant sur le tiers-mondisme et le non-alignement (Bandung, 1955), qui s’exprime par les Jeux des nouvelles forces émergentes (GANEFO)5 dans le sport. De l’autre, le groupe de Monrovia, composé d’États modérés francophones, s’appuie sur une union économique de coopération avec l’Occident, nationaliste, paternaliste et antifédérale, qui soutient une Afrique des patries, des États souverains et l’intangibilité des frontières héritées de la colonisation6. Cependant, au moment de l’indépendance de l’Algérie, la conférence de Lagos (1962) assouplit les contradictions entre ces groupes par des compromis amenant à l’unité africaine par la création en 1963 d’une structure confédérale gouvernementale, l’Organisation de l’unité africaine (OUA)7 : leurs divergences sont mises de côté pour défendre le continent et les peuples décolonisés sans distinctions géopolitiques ou idéologiques.

  • 8 Pascal Gillon, « Une lecture géopolitique du système olympique », dans Annales de géographie, n° 68 (...)
  • 9 Nous nous appuyons sur des archives issues du Centre d’études olympiques de Lausanne (correspondanc (...)
  • 10 Joseph S. Nye Jr, Soft Power : The Means to Success in World Politics, New York, Public Affairs, 20 (...)
  • 11 Mansour Al-Tauqi, Solidarité olympique : ordre global et diffusion du sport moderne entre 1961 et 1 (...)
  • 12 Douglas Booth, The race game : sport and politics in South Africa, London, Or. : F. Cass, 1998 ; Do (...)

3À partir des indépendances africaines, le sport devient un moyen d’affirmation de l’identité de ces jeunes nations, permettant de saisir les enjeux qui amènent les leaders africains à se servir du système olympique8 comme d’un espace de revendication politique reflétant les divisions et les compromis quant à leur vision de l’union africaine. Ainsi, de 1960 à 19669, nous postulons l’émergence de plusieurs enjeux stratégiques interdépendants au sein du monde sportif olympique comme facteurs favorisant la création d’un espace de revendication politique pour les cadres africains en tant que soft power10 : le « néo-impérialisme11 » de l’aide au développement olympique par la Commission d’aide internationale olympique (CAIO), la lutte contre l’apartheid12 et l’influence tiers-mondiste. Peu à peu, ces enjeux postcoloniaux vont devenir des leviers pour les dirigeants politiques et sportifs africains afin d’obtenir la reconnaissance de leurs nouveaux CNO, le parrainage par le CIO des Jeux africains (1965) et enfin l’indépendance politique de l’organisation faîtière du sport africain dans sa lutte contre l’apartheid : le Conseil supérieur du sport en Afrique (CSSA, 1966).

La CAIO : formation d’un bloc africain olympique sous influences (1960-1963)

  • 13 Pascal Charitas, « L’Afrique et les Jeux olympiques avant les décolonisations (1945-1960) », dans U (...)
  • 14 Entre le 1er janvier et le 31 décembre 1960, 17 pays d’Afrique subsaharienne, dont 14 anciennes col (...)
  • 15 Pascal Charitas, L’Afrique au mouvement olympique : enjeux, stratégies et influences de la France d (...)
  • 16 Pascal Charitas, « La naissance d’une solidarité. Les conditions d’émergence de l’aide au développe (...)
  • 17 Pascal Charitas, Yann Drouet, « La Commission d’aide internationale olympique (CAIO) : nécessité d’ (...)
  • 18 Pascal Charitas, « La Commission d’aide internationale olympique (CAIO) : Un instrument de propagan (...)

4Dans les années 1950, le mouvement des indépendances en Afrique commence par les colonies britanniques et certains protectorats français en Afrique du Nord présents aux JO de Londres (1948) et de Rome (1960)13. Puis, à la suite de l’éclatement de la Communauté franco-africaine, les indépendances des anciennes colonies françaises en Afrique s’accélèrent14. Cependant, ces nouveaux pays n’ont pas encore leurs CNO et ne sont pas reconnus par le CIO. Par le truchement des accords bilatéraux de coopération, la France tente de préserver son pré carré tout en poursuivant « sa mission civilisatrice » par la décolonisation sportive de ses anciennes colonies, devenues partenaires dans l’organisation de Jeux franco-africains de la Communauté puis de l’amitié (1960, 1961, 1963)15. Car en parallèle, au CIO, une Commission d’aide internationale olympique (1961)16, sous l’influence conjointe des Français17 et des Soviétiques18, est créée afin d’accompagner ces nouveaux pays d’Afrique, mais aussi d’Asie, dans la constitution de leurs CNO en vue de leur participation aux JO de Tokyo (1964). Pour ce faire, le président de la CAIO, le Français Jean de Beaumont, utilise les Jeux franco-africains afin d’acculturer les dirigeants africains aux standards olympiques sous couvert de la coopération avec la France. D’un côté, Jean de Beaumont est en lien avec Maurice Herzog, haut-commissaire français à la Jeunesse et aux Sports, pilote des Jeux franco-africains, pour modeler ceux-ci sur les JO. De l’autre, il s’entretient avec les ministres africains de la Jeunesse et des Sports et les dirigeants sportifs africains afin d’aider à la création des CNO, ce qui passe par la Charte olympique, les statuts constitutifs d’un CNO, la procédure d’affiliation des fédérations nationales aux fédérations internationales.

  • 19 Pascal Charitas, « Anglophone Africa in the Olympic Movement : the confirmation of a British wager  (...)

5Ainsi, tout en les intégrant progressivement au CIO, les blocs francophones et soviétiques tentent de continuer ou de faire adhérer les nouvelles élites africaines à leurs modèles sportifs, culturels et politiques via l’émergence d’un bloc africain au CIO. Parallèlement, le bloc anglophone19 défend ses propres intérêts conservateurs, s’agissant par exemple de la défense de l’apartheid. Les délégués africains constituent donc à la fois un espoir par l’expansion de l’olympisme et une menace s’ils se désolidarisent du CIO en rejoignant le tiers-mondisme et les Jeux des nouvelles forces émergentes. Ainsi, les membres occidentaux du CIO souhaitent les voir se rallier aux influences des anciennes tutelles coloniales plutôt que de former un bloc africain olympique indépendant et incontrôlable.

La 60e session du CIO de Nairobi à Baden-Baden : un bloc africain entre anti-apartheid et tiers-mondisme (1961-1963)

  • 20 Le marquis d’Exeter (1905-1984), ancien athlète et homme politique, est membre du CIO britannique ( (...)
  • 21 Le membre du CIO pour le Kenya, Sir Reginald Stanley Alexander (1914-1990), est un Européen né au K (...)
  • 22 National Archives/Kew Garden (London), carton n° CO822-3219, East African Department, Opening of th (...)
  • 23 National Archives/Kew Garden (London), carton n° CO822-3219, East African Department, Opening of th (...)
  • 24 L’ASSA est constituée en 1958, puis devient le Comité olympique non-racial sud-africain (CONRSA) en (...)

6Dès 1959, la ville de Nairobi est évoquée pour accueillir la 60e session du CIO qui doit se dérouler du 11 au 23 octobre 1963, alors que le processus d’indépendance du pays n’est pas encore achevé. Les membres du CIO, le Britannique marquis d’Exeter20 – par ailleurs vice-président du CIO de 1954 à 1966 – et le Kenyan Reginald Stanley Alexander21 sont en relation avec le Colonial Office, le Foreign Office, Buckingham Palace et le secrétariat d’État aux Colonies22 afin de réaliser la première session du CIO sur le continent africain. Cependant, la position politique du nouveau Premier ministre Jomo Kenyatta fait craindre une instrumentalisation de la session par les représentants africains à partir de deux enjeux23 : le soutien à la politique de lutte contre l’apartheid de l’Association des sports sud-africains (ASSA)24 et l’influence du tiers-mondisme par les Jeux des nouvelles forces émergentes. En effet, en 1962, le CIO accepte la requête de l’ASSA (futur Comité olympique non racial sud-africain, CONRSA) de dénoncer la politique de discrimination raciale lors de cette session et, suivant les décisions de l’OUA, Jomo Kenyatta prend position contre l’Afrique du Sud, refusant d’accorder des visas aux athlètes sud-africains et portugais.

  • 25 Archives CIO/Fond A. Brundage, box n° 50, mi3, R.S. Alexander à Brundage, 21/08/1963, « personnel e (...)
  • 26 Archives CIO/Correspondances avec les membres du CIO, 1961-1963, marquis d’Exeter à Beaumont, 26/01 (...)
  • 27 Archives CIO/Correspondances avec les membres du CIO, 1961-1963, Brundage à Beaumont, 22/07/1963.
  • 28 Archives CIO/Fond Avery Brundage, box n° 49, Otto Mayer à Avery Brundage, 26/08/1963.
  • 29 Côte d’Ivoire, Mali, Sénégal, Mauritanie, Tchad, Cameroun, Gambie, Congo-Léopoldville et Libye.

7Dès lors, les délégués africains se radicalisent dans un contexte où le CIO fait déjà face à de nombreux problèmes comme ceux des deux Allemagnes, des deux Corées, des deux Viêtnam, des deux Chines ou encore d’Israël25. En réaction, le maître d’œuvre britannique de la session, le marquis d’Exeter, choisit des « observateurs » africains dans les anciennes colonies de son pays26 et demande à Jean de Beaumont de faire de même27. Mais le CIO redoute que les pays africains quittent la réunion en bloc, comme ils ont pu le faire à l’ONU. Le chancelier du CIO, le Suisse Otto Mayer, s’inquiète de leur attitude en des termes racistes : « We shall have some more trouble with those damn negroes. I begin to change my mind towards them !!! 28 » Nous allons avoir plus de problèmes avec ces maudits nègres. Je commence à changer d’avis à leur égard !!!. Tous ces éléments incitent le CIO à annuler la session kényane et à la reporter à Baden-Baden. De plus, la tentative d’assassinat sur le président du CONRSA, Dennis Brutus, alors qu’il tente de quitter clandestinement l’Afrique du Sud pour rejoindre la session du CIO, durcit les positions des dirigeants africains. Le CIO pense ainsi amoindrir la délégation africaine par cet éloignement géographique, en évoquant le prétexte de résoudre ainsi le conflit sur la division des deux CNO allemands. Finalement, cinq CNO en voie de constitution et non reconnus par le CIO acceptent l’invitation29 à la session et seuls six délégués africains s’y présentent, tous issus des anciennes colonies françaises d’Afrique subsaharienne.

La dissolution de la CAIO et le renouvellement stratégique de l’interdépendance de l’aide et de l’apartheid (1963-1964)

  • 30 Archives CIO/CAIO-Compte BVC (Banque vaudoise cantonale), 1962-1963, statuts ronéotypés, de Beaumon (...)
  • 31 Archives CIO/PV de la session du CIO, Baden-Baden, Kurhaus, du 14 au 20 octobre 1963, « Motion prop (...)
  • 32 PV de la 62e session du CIO, les 7 et 8 octobre 1964, Nissei Kaikan, Tokyo, proposition de C. Andri (...)
  • 33 Lord Killanin est ensuite vice-président du CIO en 1968 et le successeur d’Avery Brundage à la prés (...)
  • 34 « I am regarded, in South African parlance, as a Kaffir Bootee which means a White Man who sides (...)
  • 35 La Commission des affaires africaines ou d’aide aux affaires africaines est certes présidée par un (...)

8La CAIO, sous contrôle occidental, a joué son rôle dans le processus d’entrée de l’Afrique au mouvement olympique, principalement pour l’espace francophone. Cependant, cette institution n’a pas pour fonction la formation d’un bloc africain, car elle est d’abord un espace d’émancipation par l’internationalisation du sport en Afrique lors des Jeux franco-africains et de la participation aux JO de Tokyo. Or, en 1963, à la suite de la session de Baden-Baden et face aux problèmes que soulèvent l’apartheid, le tiers-mondisme et la création de l’OUA, le président du CIO estime qu’il est temps de mettre un terme à la CAIO, car elle pourrait devenir un espace de revendication. Le président du CIO, Avery Brundage, justifie cette décision par la demande de la CAIO d’un soutien financier aux CNO pour les nouveaux pays entrant au CIO. Une telle aide pourrait engendrer une dépendance du CIO et fait craindre une autonomisation, voire une indépendance de la CAIO, qui deviendrait incontrôlable, voire concurrente en cas de scission. Cette menace est visible dans le rapport diffusé aux membres des CNO dès 196230 et proposé par Jean de Beaumont à l’issue de la session de Baden-Baden en 1963 (point 4) : « L’étude d’un projet visant à coordonner ces actions [celles du sport dans les pays en voie de développement] par le truchement d’une autorité faîtière de caractère international et apolitique, afin d’éviter des pertes d’énergie, de temps et d’argent31 ». Bien que la motion soit acceptée, les membres du CIO décident de geler les activités de la CAIO jusqu’à la session de Tokyo (1964) dans le but officiellement de redéfinir ses actions, mais en fait de les éviter. Ainsi vidée de ses attributions et rôles, la CAIO est laissée aux Soviétiques, par une motion votée le 8 octobre 196432. Ses activités sont en effet redistribuées à deux nouvelles commissions contrôlées par les membres les plus conservateurs et les plus proches de la présidence du CIO. La première, présidée par l’Irlandais Lord Killanin33, se consacre au problème de l’apartheid dans le sport et le mouvement olympique. La seconde est une commission des affaires africaines présidée par le Kényan R. S. Alexander – perçu par les Africains comme un « colon » 34 –, dont le rôle est de contrôler la création et la reconnaissance des CNO afin de déjouer le bloc politique africain35.

  • 36 Sir Adetokumbo Ademola (1906-1993) fait ses études à Lagos et à Cambridge. Juge et avocat, il est a (...)
  • 37 Amadou Barry (1904-1969), dirigeant sportif et homme politique sénégalais, député-maire de Gorée, m (...)

9Pour Brundage, l’intégration des derniers CNO d’Afrique peut permettre de les rallier à la position occidentale conservatrice au CIO concernant l’Afrique du Sud et la Rhodésie. En effet, même si les pays d’Afrique francophones et anglophones sont unis dans la décolonisation et la lutte contre l’apartheid, chacun défend son modèle d’union et d’intégration : d’une part, les partisans francophones de l’Union africaine et malgache (1961) en faveur d’un maintien des relations pacifiques avec les États capitalistes, d’autre part, les anglophones, arabophones et lusophones, adeptes d’une rupture socialiste avec le monde occidental. Au regard de l’olympisme, les membres d’Afrique anglophone représentés par Sir Adetokunbo Ademola36, adoptent une position plus nuancée à l’égard du boycott de l’apartheid, pris dans un double jeu, du fait de leurs alliances avec les arabophones et le mouvement tiers-mondiste. Les membres et observateurs d’Afrique francophone sont eux représentés par Amadou Barry37, qui suit la politique de l’OUA d’éradication de l’apartheid sans pour autant rejoindre l’idéal communiste et le tiers-mondisme, et en préservant les liens avec l’ancien colonisateur français. Les trois membres africains se répartissent ainsi le continent par zones géographiques à visiter – recouvrant largement les frontières des empires coloniaux – pour continuer la diffusion des valeurs olympiques débutée trois ans plus tôt par Jean de Beaumont avec la CAIO.

10Dans ces conditions, les « observateurs » et les rares membres olympiques africains ne peuvent plus constituer un groupe uni au sein du mouvement olympique. Pour les dirigeants africains, il s’agit désormais de trouver des espaces de revendication extérieurs au mouvement olympique pour dialoguer avec le CIO et lutter contre l’apartheid.

Les dirigeants africains face au bloc anglophone : les enjeux du parrainage olympique des premiers Jeux africains (1964-1965)

  • 38 Jean-Claude Ganga (1934-2020) fait ses études chez les missionnaires catholiques, pratique le sport (...)
  • 39 Activiste politique hostile aux puissances coloniales. Ce changement fait suite à l’instauration du (...)
  • 40 Le membre égyptien du CIO (puis de la RAU) et membre de la CAIO Ahmed Eldermash Touny (1907-1997) e (...)

11La France est à l’initiative des Jeux de l’amitié, auxquels elle participe également sportivement jusqu’à la troisième édition à Dakar, en 1963, et qui se transforment alors en Jeux régionaux africains indépendants au Congo-Brazzaville (1965). Dès février 1964, une conférence préparatoire des premiers Jeux africains décide de la création d’un secrétariat général d’organisation, présidé par le Congolais Jean-Claude Ganga38, et un Comité permanent des Jeux africains sous l’autorité du haut-commissaire à la Jeunesse et aux Sports du pays, André Hombessa, rapidement remplacé en 1965 par Ernest N’Dalla39. Quoique non membre du CIO, le rôle de Jean-Claude Ganga est d’abord de faire le tour du continent pour promouvoir les Jeux africains, parrainés par le CIO. Si les dirigeants francophones s’y montrent favorables sans condition, en revanche leurs homologues anglophones souhaitent s’assurer que la France ne sera plus présente à ces Jeux. Ganga identifie rapidement les problèmes du parrainage des Jeux par le CIO : la participation de l’Afrique du Sud, du Mozambique, de l’Angola ainsi que du Congo-Léopoldville, sous influence américaine, qui fait courir le bruit d’un sabotage des Jeux africains par un commando, et l’influence des GANEFO, portée par le membre égyptien A.D. Touny40, qui fait craindre une désolidarisation des pays africains si les Jeux africains ne sont pas reconnus par le CIO.

  • 41 National Archives/Kew Garden (London), carton n° FO371-181634, West and Central African Department, (...)
  • 42 Le CIO officialise sa position lors de sa commission exécutive du 11 au 14 avril 1965, puis l’entér (...)

12Par ailleurs, l’International Association of Athletics Federation (IAAF), présidée par le membre britannique du CIO, le marquis d’Exeter, soutient la politique d’apartheid de l’Afrique du Sud et refuse le terme « africains » pour ces Jeux, faute de représentation de l’ensemble des pays du continent. Il joue ainsi sur le pouvoir des fédérations internationales par l’affiliation des fédérations nationales comme condition sine qua non pour constituer et faire reconnaître un CNO. En effet, aux JO de Tokyo, de nombreux pays africains ne sont que provisoirement reconnus, car ils constituent un risque d’instrumentalisation du problème de l’apartheid dans l’olympisme. Celui-ci n’est pas résolu, puisque l’Afrique du Sud est suspendue (non exclue) et que la Rhodésie du Sud est même invitée à ces JO. Jean-Claude Ganga engage alors le rapport de force avec l’IAAF et le CIO via le Comité permanent des Jeux africains et non via le secrétariat d’organisation du gouvernement congolais, afin d’éviter la critique de l’ingérence politique. Il dirige une délégation composée de membres des pays d’Afrique francophone et présidée par le ministre congolais André Hombessa, de Mahmoud Kara Terki (Algérie), d’Abraham Ordia (Nigeria), de Badara Sow (Mali) et de René Rakotobé (Madagascar). Le 23 février 1965, ceux-ci rencontrent le marquis d’Exeter et son secrétaire général au siège de l’IAAF, en présence du président britannique de la Fédération internationale de football association (FIFA), Stanley Rous. L’IAAF (en réalité le Foreign Office41) accepte finalement d’affilier les nouvelles fédérations africaines pour les Jeux africains, ce qui permet de porter leur candidature au CIO. Puis, le CIO officialise son patronage des Jeux africains en 1965, laissant le soin aux membres africains de rendre visite aux CNO existants et à ceux qui demandent la reconnaissance du CIO42.

  • 43 Archives CIO/Fond A. Brundage, box n° 54-55, mi4, Brundage à marquis d’Exeter, 21/12/1965.

13L’habileté des représentants africains francophones est d’utiliser les Jeux africains, construits sur la base de la coopération sportive française, afin de faire émerger une entité politique fédératrice du sport continental tout en poursuivant l’assistance technique avec la France, sans risquer la critique du mouvement tiers-mondiste et panafricain. Cependant, sans la présence des pays africains appliquant l’apartheid, le parrainage olympique des Jeux africains souligne le « deux poids, deux mesures » du CIO. Aux JO de Tokyo de 1964, il décide de suspendre l’Afrique du Sud, décision ne valant pas exclusion, qui n’interviendra qu’en 1970. L’enjeu est d’éviter un conflit entre les CNO qui soutiennent l’Afrique du Sud et ceux qui s’y opposent, afin qu’ils ne rejoignent pas la sphère soviétique et tiers-mondiste. Cependant, l’attitude modérée du CIO favorise en même temps l’extension des critiques anti-apartheid43 aux JO et en dehors. Ainsi, les revendications des membres africains trouvent de nouveaux lieux d’expression de l’Unité africaine hors de l’OUA et du CONRSA dans les Jeux africains de juillet 1965, qui regroupent au Congo-Brazzaville 27 pays, en présence d’Avery Brundage (CIO) et de Diallo Telli (Guinée), le secrétaire général de l’OUA. Le Comité permanent des Jeux africains est alors transformé en Conseil permanent du sport africain, matrice éphémère du futur Conseil supérieur du sport en Afrique (CSSA).

Le CSSA ou l’unité d’un monde du sport africain contre l’apartheid (1964-1966) 

  • 44 Le premier secrétaire général est le Congolais Jean-Claude Ganga, le futur secrétaire général du CS (...)
  • 45 La Coupe des tropiques n’a eu que deux éditions en 1962 (Bangui) et en 1964 (Yaoundé), rassemblant (...)

14Le 14 décembre 1966, la création du CSSA est en réalité l’aboutissement d’un processus complexe de remodelage et de fusions institutionnelles préexistantes : une partie de ses fondements se trouve dans les architectures successives des secrétariats d’organisation des Jeux franco-africains de la Communauté puis de l’amitié initiés par la France, et une autre dans les conférences préparatoires des premiers Jeux africains. La fusion de ces deux entités organisationnelles donne le Secrétariat d’organisation des Jeux africains qui, une fois les Jeux terminés, se mue en un Conseil ou Comité permanent des premiers Jeux africains (CPPJA). Ainsi, en juillet 1965, celui-ci est commué en Conseil permanent du sport africain et rassemble trente pays. Son siège est établi provisoirement à Brazzaville, puis déplacé en 1966 au Mali (Bamako)44. Rattaché à l’OUA, le CSSA devient ainsi le reflet des positions de l’Unité africaine et du panafricanisme. En effet, certaines initiatives sportives déjà existantes en Afrique reflètent également les dissensions politiques des leaders africains, soit l’Unité africaine par la Coupe des tropiques (1962)45 ou le panafricanisme par la Coupe d’Afrique des clubs champions (1964). Ainsi, la transformation successive des organes des Jeux africains poursuit la politique de coopération française en Afrique en s’assurant qu’ils ne deviennent pas une enclave panafricaine et en tentant de préserver l’unité africaine.

  • 46 Celui-ci devient le deuxième président du CSSA en 1971, 1975 et 1979. Les suivants sont les Algérie (...)
  • 47 Jean-Claude Ganga, Combats pour un sport africain, Paris, L’Harmattan, 1979, p. 178.
  • 48 La CAIO est dissoute en 1964 et réapparaît en 1968. En réalité, plus qu’une dissolution, il semble (...)
  • 49 Sylvère-Henry Cissé, « L’Afrique et les Jeux Olympiques après les décolonisations (1960-1990) », da (...)

15Dès lors, le CSSA a pour mission le contrôle et le développement des affaires sportives sur le continent africain et de relayer la politique anti-apartheid de l’OUA. La composition du premier bureau exécutif du CSSA reflète ces tendances : présidé par le Haut-commissaire à la Jeunesse et aux Sports congolais André Hombessa, lui-même assisté des deux vice-présidents, Abraham Ordia (Nigeria)46 et Badara Sow (Mali), et du secrétaire général Jean-Claude Ganga. Piloté par les dirigeants francophones, le CSSA promeut la coopération avec la France, ce qui n’est pas du goût des anglophones47. Dès ses débuts, le CSSA est traversé par plusieurs paradoxes : le premier concerne ses premiers fonds de fonctionnement, qui proviennent des maigres reliquats de la CAIO48 ; le deuxième est la reconnaissance par le CIO des Jeux africains pour éloigner la question de l’apartheid en contingentant sa résolution du problème à des Jeux régionaux ; enfin, là où le CIO espérait une dissension source d’immobilisme entre les dirigeants africains modérés et révolutionnaires, ceux-ci parviennent à conjuguer leurs efforts au-delà des discours idéologiques de l’Unité africaine et du panafricanisme. Ils passent ainsi outre la logique de « bloc contre bloc49 » face aux membres occidentaux au CIO en édifiant le CSSA comme solution institutionnelle. Ainsi, le CSSA va porter les enjeux suivants dans le CIO et en dehors des JO : réactiver l’aide olympique au développement au sport pour le tiers-monde, organiser le sport sur le continent et notamment les éditions suivantes des Jeux africains, construire un bloc africain non inféodé ou influencé par le CIO, et lutter contre l’apartheid.

  • 50 Le CSSA devient l’organe technique de l’OUA en 1977.
  • 51 Dès 1966, reconnu comme ONG par l’ONU et non reconnu par le CIO, le CSSA abandonne en 1977 son stat (...)
  • 52 Nicolas Bancel, « Montréal 1976, l’affirmation d’une “puissance africaine” », dans Une histoire mon (...)

16Or, l’aide financière au sport africain n’est qu’un vœu pieux. Elle reste minime et très circonscrite, puisque d’une part le CSSA ne dispose que d’un maigre budget octroyé par l’OUA50, et par ailleurs le CSSA organise les Jeux africains jusqu’en 2011 puisque l’institution, d’abord incorporée à l’Union africaine après la dissolution de l’OUA (2002), va à son tour être dissoute en 2013. Depuis 2015 les Jeux africains sont organisés par l’Association des Comités nationaux olympiques africains, ACNOA. De plus, l’apartheid n’émeut réellement la communauté internationale que suite aux massacres de Sharpeville (1960) et de Soweto (1976), alors qu’entre ces deux événements bon nombre de pays occidentaux coopèrent économiquement et militairement avec l’Afrique du Sud, le CSSA apparaît bien comme le principal opposant au CIO sur la question de l’apartheid jusqu’à la fin des années 1980, avec l’exclusion de la Rhodésie aux JO de Munich (1972) – réintégrée en tant que Zimbabwe aux JO de Moscou en 1980 – et jusqu’au retour de l’Afrique du Sud aux JO de Barcelone (1992). La force du CSSA réside dans le fait que le bloc africain a réussi à se saisir de plusieurs espaces de revendication en se construisant un « monde » – plus qu’un bloc – pouvant intervenir dans le CIO et en dehors. Les pressions du CSSA51 permettront, entre autres, de faire exclure l’Afrique du Sud des JO (1968, 1972) en utilisant le boycott comme lors des JO de 197652, et suggèrent que l’unité d’un sport africain indépendant est finalement advenue en dépit des nombreux obstacles qui lui ont été opposés.

Haut de page

Notes

1 Membre égyptien du CIO (1934-1968), de la Commission exécutive (1952), chef du protocole (1956) et assistant du président du CIO, l’Américain Avery Brundage (1960-1964). Un des fondateurs des premiers Jeux méditerranéens.

2 Membre égyptien du CIO (1960-1992). Un des fondateurs des premiers Jeux panarabes.

3 Outre les deux membres égyptiens précédemment cités, le CIO compte les membres africains suivants (mentionnant la durée de leurs fonctions de 1945 à 1966) : les Sud-Africains Sydney Dowsett (1946-1951) et Sir Reginald Honey (1946-1982), le Kenyan Sir Reginald Stanley Alexander (1960-1990), le Marocain Hadji Mohamed Benjelloun (1961-1997), le Nigérian Sir Adetokunbo Ademola (1963-1985), et le Sénégalais Amadou Barry (1965-1969).

4 Howard Saul Becker, Les Mondes de l’art, Paris, Flammarion, 2006.

5 Lutan Rusli, Hong Fan, « The politicization of sport : GANEFO – A case study », Sport in Society : Cultures, Commerce, Media, Politics, volume 8, issue 3, 2005, p. 425-439.

6 Zerbo Yacouba, « La problématique de l’unité africaine (1958-1963) », dans Guerres mondiales et conflits contemporains, Paris, PUF, n° 212, 2003.

7 Amzat Boukari-Yabara, chap. 13, « Une nouvelle Afrique, autour de l’année 1960 », dans Africa Unite ! Une histoire du panafricanisme, Paris, La Découverte, 2017, p. 182-193. Ibid., chap. 16, « L’Organisation de l’unité africaine (1963) », p. 214-225.

8 Pascal Gillon, « Une lecture géopolitique du système olympique », dans Annales de géographie, n° 680, 2011/4, p. 425-448.

9 Nous nous appuyons sur des archives issues du Centre d’études olympiques de Lausanne (correspondances de membres olympiques, rapports, minutiers des sessions du CIO, bulletins olympiques, etc.), des ministères français (Centre des archives contemporaines, Pierrefitte-sur-Seine) et britanniques (Kew Garden, Londres) en charge de la Jeunesse et des Sports.

10 Joseph S. Nye Jr, Soft Power : The Means to Success in World Politics, New York, Public Affairs, 2004.

11 Mansour Al-Tauqi, Solidarité olympique : ordre global et diffusion du sport moderne entre 1961 et 1980, thèse de doctorat, Université de Loughborough, 2003.

12 Douglas Booth, The race game : sport and politics in South Africa, London, Or. : F. Cass, 1998 ; Douglas Booth, « Hitting Apartheid for Six ? The Politics of the South African Sports Boycott », Journal of Contemporary History, vol. 38, no 3,‎ juillet 2003, p. 477-493.

13 Pascal Charitas, « L’Afrique et les Jeux olympiques avant les décolonisations (1945-1960) », dans Une Histoire mondiale de l’olympisme (1896-2024), Paris, Atlande, 2023, p. 203-213.

14 Entre le 1er janvier et le 31 décembre 1960, 17 pays d’Afrique subsaharienne, dont 14 anciennes colonies françaises, acquièrent leur indépendance.

15 Pascal Charitas, L’Afrique au mouvement olympique : enjeux, stratégies et influences de la France dans l’internationalisation du sport africain (1944-1966), thèse de doctorat, Université Paris-Saclay, 2010.

16 Pascal Charitas, « La naissance d’une solidarité. Les conditions d’émergence de l’aide au développement sportif olympique (la Commission d’aide internationale olympique, 1952-1964) », dans STAPS, vol. 9 (80), 2008, p. 23-32.

17 Pascal Charitas, Yann Drouet, « La Commission d’aide internationale olympique (CAIO) : nécessité d’un nouveau médiateur entre la France et l’Afrique noire ? (1960-1963) », dans STADION, XXXIII, 2, 2007.

18 Pascal Charitas, « La Commission d’aide internationale olympique (CAIO) : Un instrument de propagande soviétique ? (1951-1962) », dans Sport History Review, Editions Human Kinetics, n° 40, 2009, p. 143-166.

19 Pascal Charitas, « Anglophone Africa in the Olympic Movement : the confirmation of a British wager ? (1948-1962) », dans African Research and Documentation, Scolma’s Journal, (116), 2012, p. 35-52.

20 Le marquis d’Exeter (1905-1984), ancien athlète et homme politique, est membre du CIO britannique (1905-1981), président de l’Association d’athlétisme amateur (1936-1976), président du Comité olympique britannique (1936-1966) et de l’Association olympique britannique (1966-1976), président du Comité d’organisation des Jeux de la 14e olympiade à Londres (1948), gouverneur et commandeur en chef aux Bermudes (1943-1945), président de la chambre du commerce du Commonwealth britannique (1952-1964), président de l’IAAF (1946-1976).

21 Le membre du CIO pour le Kenya, Sir Reginald Stanley Alexander (1914-1990), est un Européen né au Kenya. Il fait ses études à l’école Prince de Galles de Nairobi. Expert-comptable et conseiller financier, président de la Kenya Oil Company, conseiller touristique et maire de Nairobi (1954-1955), président de l’Association olympique du Kenya et des Jeux du Commonwealth (1954-1968), président de l’Impala Sports Club, membre du CIO (1960-1990), de la CAIO (1961-1965), puis président de la Commission d’aide olympique (1966-1967), membre de la Commission d’enquête sur l’Afrique du Sud (1966-1968).

22 National Archives/Kew Garden (London), carton n° CO822-3219, East African Department, Opening of the 1963 International Olympic Conference in Nairobi by a member of the Royal Family.

23 National Archives/Kew Garden (London), carton n° CO822-3219, East African Department, Opening of the1963 International Olympic Conference in Nairobi by a member of the Royal Family. R.S. Alexander à Nigel Fisher (Colonial Office), 19/11/1962.

24 L’ASSA est constituée en 1958, puis devient le Comité olympique non-racial sud-africain (CONRSA) en 1963 face au pro-apartheid Comité olympique sud-africain et à la Fédération des Jeux nationaux (COSAFJN) fondée en 1961.

25 Archives CIO/Fond A. Brundage, box n° 50, mi3, R.S. Alexander à Brundage, 21/08/1963, « personnel et confidentiel ».

26 Archives CIO/Correspondances avec les membres du CIO, 1961-1963, marquis d’Exeter à Beaumont, 26/01/1963.

27 Archives CIO/Correspondances avec les membres du CIO, 1961-1963, Brundage à Beaumont, 22/07/1963.

28 Archives CIO/Fond Avery Brundage, box n° 49, Otto Mayer à Avery Brundage, 26/08/1963.

29 Côte d’Ivoire, Mali, Sénégal, Mauritanie, Tchad, Cameroun, Gambie, Congo-Léopoldville et Libye.

30 Archives CIO/CAIO-Compte BVC (Banque vaudoise cantonale), 1962-1963, statuts ronéotypés, de Beaumont à Messieurs les présidents et secrétaires généraux des CNO, 18/10/1962.

31 Archives CIO/PV de la session du CIO, Baden-Baden, Kurhaus, du 14 au 20 octobre 1963, « Motion proposée par la CAIO à la session du CIO », dans Bulletin du CIO, février 1964, n° 85, p. 26.

32 PV de la 62e session du CIO, les 7 et 8 octobre 1964, Nissei Kaikan, Tokyo, proposition de C. Andrianov, c) intitulé « Reprendre la CAIO », p. 21, repris en annexe n° 5, c) « Commission d’aide internationale » du PV, p. 24, archives en ligne : <https://la84.org>.

33 Lord Killanin est ensuite vice-président du CIO en 1968 et le successeur d’Avery Brundage à la présidence du CIO (1972-1980).

34 « I am regarded, in South African parlance, as a Kaffir Bootee which means a White Man who sides with the Black Man whereas in other parts of Africa I am regarded as a Colonialist”. », Archives CIO/Fond A. Brundage, box n° 50, mi3, R.S. Alexander à A. Brundage, 23/05/1966.

35 La Commission des affaires africaines ou d’aide aux affaires africaines est certes présidée par un colon, mais est dominée par les arabophones et deux Africains d’Afrique subsaharienne : A. D. Touny (Égypte), Hadj Mohamed Benjelloun (Maroc), Mohamed Mzali (Tunisie), Sir A. Ademola (Nigeria) et Amadou Barry (Sénégal).

36 Sir Adetokumbo Ademola (1906-1993) fait ses études à Lagos et à Cambridge. Juge et avocat, il est anobli en 1957. Il est président de l’Association olympique nigériane et des Jeux du Commonwealth (1958-1966), membre du CIO (1963-1985), président de l’Association olympique nigériane (1966), du CNO du Nigeria (1962-1966), de la Fondation du Commonwealth, membre de la Commission exécutive du CIO (1969-1973) et de la Commission d’enquête sur l’Afrique du Sud (1966-1968).

37 Amadou Barry (1904-1969), dirigeant sportif et homme politique sénégalais, député-maire de Gorée, membre du Parti démocratique sénégalais (PDS), directeur des Chemins de fer sénégalais, président du CNO du Sénégal (1961-1969), membre du CIO (1965-1969). Il participe aux Jeux de l’amitié de Dakar et favorise la rencontre entre le président du CIO Avery Brundage, Jean de Beaumont (CAIO) et le Haut-commissaire à la Jeunesse et aux Sports français, Maurice Herzog.

38 Jean-Claude Ganga (1934-2020) fait ses études chez les missionnaires catholiques, pratique le sport et le scoutisme, devient enseignant et le premier Inspecteur général à la Jeunesse et aux Sports de son pays, puis Directeur national de la Jeunesse et des Sports au Congo, secrétaire général du CSSA (1966-1979), ambassadeur du Congo en Chine (1982-1985), membre du CIO en 1986, ministre des Sports, puis du Tourisme en 1986 au Congo, président de l’ACNOA (1989-1999). Il est exclu par la CE du CIO en 1999 pour corruption, suite au scandale lors de l’attribution des JO d’hiver 2002 à Salt Lake City (USA).

39 Activiste politique hostile aux puissances coloniales. Ce changement fait suite à l’instauration du gouvernement provisoire du président Alphonse Massamba-Débat, marxiste et révolutionnaire, partisan de l’Unité africaine et de l’OUA.

40 Le membre égyptien du CIO (puis de la RAU) et membre de la CAIO Ahmed Eldermash Touny (1907-1997) est vice-président pour l’Afrique du Comité du GANEFO, par ailleurs un des fondateurs des Jeux panarabes (1953). En effet, le mouvement non-aligné est lui-même mené par des anciennes colonies anglophones (Ghana, Nigeria, Kenya, Égypte) et francophones (Mali, Guinée, Algérie, République centrafricaine) en Afrique.

41 National Archives/Kew Garden (London), carton n° FO371-181634, West and Central African Department, General, J1801/1, Encloses a copy of a letter to J.C. Ganga about the First African Games at Brazzaville, marquis d’Exeter à J.C. Ganga, 31/01/1965. Ibid., J1801/4, The African Games, Report of the visit to London of the African Delegations, R.W. Renwick au marquis d’Exeter, 15/03/1965. André Hombessa invite officiellement le ministre des Sports de Grande-Bretagne, le 30/03/1965.

42 Le CIO officialise sa position lors de sa commission exécutive du 11 au 14 avril 1965, puis l’entérine définitivement lors de sa session du 6 au 9 octobre 1965 (Madrid). Extrait du PV de la CE du CIO, Lausanne (Suisse), 11 au 14 avril 1965.

43 Archives CIO/Fond A. Brundage, box n° 54-55, mi4, Brundage à marquis d’Exeter, 21/12/1965.

44 Le premier secrétaire général est le Congolais Jean-Claude Ganga, le futur secrétaire général du CSSA. Le siège du CSSA est ensuite déplacé au Cameroun (Yaoundé) en 1968.

45 La Coupe des tropiques n’a eu que deux éditions en 1962 (Bangui) et en 1964 (Yaoundé), rassemblant l’Afrique équatoriale francophone dans une compétition multisports.

46 Celui-ci devient le deuxième président du CSSA en 1971, 1975 et 1979. Les suivants sont les Algériens Mouldi Aïssaoui en 1997, et Mohamed Aziz Derouaz (1997-1998), puis le Congolais Léon-Alfred Opimbat jusqu’en 2012.

47 Jean-Claude Ganga, Combats pour un sport africain, Paris, L’Harmattan, 1979, p. 178.

48 La CAIO est dissoute en 1964 et réapparaît en 1968. En réalité, plus qu’une dissolution, il semble que le projet soit mis en sommeil sur les directives du président Avery Brundage, pour des raisons financières et idéologiques. Archives CIO/African Games, 1963-1973, Jean-Claude Ganga à Avery Brundage, 10/10/1966. Archives CIO/Dossier : Correspondance relative aux Jeux d’Afrique centrale (jeux régionaux), ID Chemise : 2027, Sous-dossier : articles de presse 1963-1966, lettre de J.W. Westerhoff à Jean-Claude Ganga, 04/11/1966.

49 Sylvère-Henry Cissé, « L’Afrique et les Jeux Olympiques après les décolonisations (1960-1990) », dans Nicolas Bancel, Pascal Blanchard, Gilles Boëtsch, Daphné Bolz, Yvan Gastaut, Sandrine Lemaire et Stéphane Mourlane (dir.), Une histoire mondiale de l’olympisme (1896-2024), Paris, Atlande, 2023, p. 251-261.

50 Le CSSA devient l’organe technique de l’OUA en 1977.

51 Dès 1966, reconnu comme ONG par l’ONU et non reconnu par le CIO, le CSSA abandonne en 1977 son statut d’ONG pour devenir un organe à part entière de l’OUA.

52 Nicolas Bancel, « Montréal 1976, l’affirmation d’une “puissance africaine” », dans Une histoire mondiale de l’olympisme (1896-2024), ouvr. cit., p. 239-250.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascal Charitas, « L’unité du monde sportif africain face à l’olympisme : influences et interdépendances dans la création du Conseil supérieur du sport en Afrique (1960-1966) »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 158 | 2023, 47-59.

Référence électronique

Pascal Charitas, « L’unité du monde sportif africain face à l’olympisme : influences et interdépendances dans la création du Conseil supérieur du sport en Afrique (1960-1966) »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 158 | 2023, mis en ligne le 04 décembre 2023, consulté le 23 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/22511 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.22511

Haut de page

Auteur

Pascal Charitas

MCF, UFR STAPS, Université Paris-Nanterre, laboratoire ISP (UMR7220)

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search