Navigation – Plan du site

AccueilNuméros158DOSSIERNe plus se laisser prendre à leur...

DOSSIER

Ne plus se laisser prendre à leurs Jeux.

Transidentité et intersexuation versus la bicatégorisation sexuée
Anaïs Bohuon et Lucie Pallesi
p. 61-75

Résumés

Aujourd’hui reconnues avec embarras par les institutions sportives, l’intersexuation et la transidentité remettraient fondamentalement en cause un principe de base de la compétition selon lequel la bicatégorisation sexuée garantirait l’équité, surtout pour la catégorie femmes. Tant d’un point de vue scientifique que socioculturel, la prise en compte de l’identité sexuée par les instances sportives s’avère très insuffisante. Les cas récents et médiatisés de femmes trans ou intersexes exclues des compétitions bousculent la logique jusqu’alors inflexible de la dualité sexuée et renouvellent la controverse. Parce qu’elles sont les premières victimes des mécanismes de maintien du système de la bicatégorisation sexuée sportive, certaines athlètes intersexes et trans créent un contre-discours à celui, hégémonique, de l’équité. Dans les années 1970-1980, l’exclusion de certaines athlètes les a d’abord conduites à se servir du raisonnement des institutions sur la supposée infériorité physique « naturelle » des femmes pour être réhabilitées. Dans les années 2010, une forme de militantisme plus affirmé a émergé avec la mobilisation d’outils juridiques de la part d’athlètes défiant les règlements des fédérations restreignant leur participation, en particulier les seuils maxima de taux de testostérone imposés en catégorie femmes.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Clare Tebbutt, « The Spectre of the “Man-Woman Athlete” : Mark Weston, Zdenek Koubek, the 1936 Olym (...)
  • 2 Anaïs Bohuon, « Sport et bicatégorisation par sexe : test de féminité et ambiguïtés du discours méd (...)

1Dans le sport de compétition, l’idée que le sexe constitue une propriété corporelle innée et inaltérable, à l’origine d’un avantage physique des hommes sur les femmes, justifie ainsi qu’il soit érigé comme la catégorie classificatoire préalable à toute compétition sportive. Or, à partir de 1936, la médiatisation de deux athlètes ayant réalisé une transition de sexe, Zdenek Koubek et Mark Weston1, a véhiculé l’idée que le sexe n’était pas toujours stable ni immédiatement intelligible, que le sport des femmes pourrait le viriliser et qu’il serait complexe pour les organisations sportives de déterminer ce que doit être une « vraie femme » autorisée à concourir2.

  • 3 « L’intersexuation désigne la situation sociale des personnes nées avec des caractéristiques sexuel (...)
  • 4 Robert Ritchie, John Reynard et Tom Lewis, « Intersex and the Olympic Games », dans Journal of the (...)
  • 5 Tom Donohoe et Neil Johnson, « Drugs and the female athlete », dans Foul Play : Drugs Abuse in Spor (...)
  • 6 Stefan Berg, « How Dora the Man Competed in the Woman's High Jump », Speigel International, 15 sept (...)

2Lors des compétitions olympiques, les premiers « soupçons » d’hommes se faisant passer pour des femmes remontent aux Jeux de 1936 organisés par l’Allemagne nazie et ont visé des athlètes dont on peut penser aujourd’hui qu’elles étaient intersexes3 : l’Étatsunienne Helen Stephens, qui remporte le 100 mètres femmes en établissant un nouveau record, accusée par les Polonais d’être un « homme déguisé4 » ; son adversaire polonaise Stanisława Walasiewicz, dont l’autopsie après son assassinat en 1980 révèle des organes sexuels « masculins5 » ; la sauteuse en hauteur allemande Dora Ratjen, souvent présentée à tort comme la seule fraude de sexe avérée de l’histoire6.

  • 7 Anaïs Bohuon, Le Test de féminité dans les compétitions sportives : une histoire classée X ?, Donne (...)
  • 8 Ibid.
  • 9 Anne Fausto-Sterling, Les Cinq sexes : pourquoi mâle et femelle ne sont pas suffisants, traduit par (...)

3Le malaise des institutions sportives face à ces athlètes conduit à l’instauration de contrôles de sexe, ensuite désignés comme « tests de féminité » ou « contrôles de genre », sous la forme d’examens médicaux imposés à des sportives tirées au sort, pour la première fois en 1966 lors des championnats d’Europe d’athlétisme à Budapest, par la Fédération internationale d’athlétisme (IAAF) et généralisés dès 1968 par le Comité international olympique (CIO). Si leur objectif affiché – débusquer les hommes se faisant passer pour des femmes afin de remporter des médailles – s’est maintenu, protocoles et méthodes ont évolué. On est passé des tests morphologiques et gynécologiques (1966-1968) à des tests cytologiques pour identifier le deuxième chromosome X (1968-1992), puis génétiques pour identifier le chromosome Y (1992-2000). Depuis 2000 sont menés des dosages hormonaux en cas de doute sur l’identité sexuée d’une concurrente7. Les controverses générées par ces contrôles, qui ont mené à l’exclusion ou au retrait de nombreuses athlètes au cours de la seconde moitié du vingtième siècle8, ont contraint le milieu médicosportif à prendre en compte les niveaux pluridimensionnels de l’identité sexuée et à s’interroger sur la définition de la « vraie femme » autorisée à concourir : question complexe, qui renvoie à des problématiques à résonance biologique, sociale, politique, éthique, juridique et philosophique9.

  • 10 Une personne trans est une « personne qui vit ou qui souhaite vivre dans un genre différent de celu (...)

4L’intersexuation et la transidentité10 révèlent le caractère construit des catégories dans lesquelles sont pensés les corps. Aujourd’hui reconnues avec embarras par les institutions sportives, elles remettraient fondamentalement en cause un principe de base de la compétition selon lequel la bicatégorisation sexuée garantirait l’équité, surtout pour la catégorie femmes. En réalité, la parfaite égalité des chances que le monde du sport prétend instaurer est illusoire et supposerait des moyens matériels et caractéristiques physiques strictement identiques pour toutes les concurrentes. Or, cet objectif obstinément réaffirmé par les instances sportives sous-tend une politique d’exclusion : pour éviter une injustice de performance, on commet celle de la ségrégation sous couvert de défense de l’« esprit olympique ». Tant d’un point de vue scientifique que socioculturel, la prise en compte de l’identité sexuée par les instances sportives s’avère pourtant très insuffisante. Les cas récents et médiatisés de femmes, trans ou intersexes, exclues des compétitions bousculent la logique jusqu’alors inflexible de la dualité sexuée et renouvellent la controverse. Le monde sportif, en réponse, ne s’interroge pas sur le bien-fondé de la bicatégorisation sexuée, mais maintient cette dualité pensée comme inhérente à la compétition au prix d’une redéfinition constante des contours de la catégorie femmes.

  • 11 Christine Mennesson, « Pourquoi les sportives ne sont-elles pas féministes ? De la difficulté des m (...)

5Les refus et critiques des règlements régissant la catégorisation sexuée s’avèrent tout à fait exceptionnels dans un univers aussi normatif que le sport de haut niveau : les fédérations, grâce au levier des sélections, peuvent réguler et conformer les comportements des athlètes, ce qui peut constituer une explication à la faible contestation des sportives11.

6Pour autant, cela ne doit pas laisser croire qu’il n’existerait aucune résistance. Parce qu’elles sont les premières victimes des mécanismes de maintien du système de la bicatégorisation sexuée sportive, certaines athlètes intersexes et trans créent un contre-discours à celui, hégémonique, de l’équité. Les parcours de plusieurs sportives concernées permettent d’en dresser les contours. Dans les années 1970-1980, l’exclusion de certaines athlètes les a d’abord conduites à se servir du raisonnement des institutions sur la supposée infériorité physique « naturelle » des femmes pour être réhabilitées : c’est le cas de l’athlète espagnole María José Martínez Patiño, désignée comme intersexe par les instances sportives, et de la joueuse de tennis trans étatsunienne Renée Richards. Dans les années 2010, une forme de militantisme plus affirmé a émergé avec la mobilisation d’outils juridiques de la part d’athlètes défiant les règlements des fédérations restreignant leur participation, en particulier les seuils maximum de taux de testostérone imposés en catégorie femmes. Les athlètes intersexes Dutee Chand et Caster Semenya ont ainsi saisi le Tribunal arbitral du sport (TAS) pour s’attaquer aux législations de l’IAAF, devenue World Athletics en 2019, avec des résultats mitigés, tandis que la cycliste canadienne trans Kristen Worley a porté plainte auprès d’une juridiction civile, faisant entrevoir l’idée d’une inclusion inconditionnelle au nom de la santé des athlètes et des droits humains.

Refuser la sanction de sexe et/ou de genre en retournant la logique des institutions sportives

7Des années 1960 à 2000, les contrôles de sexe systématiques, fondés sur le sexe chromosomique, excluent les sportives trans et les athlètes intersexes avec un caryotype XY, en particulier les femmes XY insensibles aux androgènes. Ces contrôles sont à l’origine des combats personnels menés par María José Martínez Patiño et Renée Richards. Pour être autorisées à concourir, elles ont cherché à prouver qu’elles ne bénéficiaient d’aucun avantage physique par rapport à leurs adversaires. Leur réhabilitation sportive ne débouche pas sur une prise de conscience politique des rapports de pouvoir collectifs en jeu ni sur une critique du contrôle des corps des femmes sportives.

L’insensibilité complète aux androgènes comme argument de résistance institutionnelle

  • 12 María José Martínez Patiño, « Personnal Account : A Woman Tried and Tested », dans Lancet, vol. 366 (...)
  • 13 Les femmes qui ont une insensibilité aux androgènes (totale ou partielle) produisent des quantités (...)
  • 14 Anaïs Bohuon et Irène Gimenez, « Performance sportive et bicatégorisation sexuée. Le cas de Maria J (...)

8Lors des championnats du monde universitaire de Kobe en 1985, María José Martínez Patiño, coureuse de haies espagnole, ayant oublié son certificat de féminité obtenu deux ans plus tôt, doit repasser le test du corpuscule de Barr, auquel elle échoue cette fois12. Elle refuse la sanction et continue les entraînements. Son dossier médical est alors dévoilé dans la presse et sa condition de femme XY rendue publique. Face à l’effacement de ses records et à l’humiliation publique, Martinez Patiño intente un procès à la Real Federación Española de Atletismo pour divulgation de son dossier médical et atteinte à son intimité, qu’elle remporte en août 1986 devant le tribunal de première instance n° 7 de Madrid. Elle passe à son initiative un grand nombre d’examens dont ressort un diagnostic d’insensibilité totale aux androgènes13, permettant la traduction de sa conviction intime d’être une femme dans le langage des institutions sportives. En réfutant l’accusation de fraude et en démontrant qu’elle ne tire aucun avantage significatif de la possession d’un chromosome Y, elle retourne la logique de ces institutions et se voit de nouveau reconnue comme femme éligible pour la compétition en 1988 par l’IAAF. Elle échoue de peu à se qualifier pour les Jeux de Barcelone et met un terme à sa carrière14.

  • 15 Bohuon et Gimenez, Ibid.
  • 16 Une opinion déjà exprimée dans un article académique co-écrit avec un psychologue et un généticien  (...)

9La victoire de Martinez Patiño, dans un contexte où les controverses scientifiques et sociales entourant les tests systématiques ont conduit à leur abandon par l’IAAF en 1991, puis par le CIO en 2000, lui a conféré une légitimé dans le milieu sportif fédéral international15. Sa reconversion comme universitaire à l’université de Vigo, où elle préside le Centre d’études olympiques, après la réalisation d’une thèse en 2006 sur la participation et la performance des femmes en athlétisme, double son expérience sportive d’une légitimité scientifique. Elle adhère alors au nouveau paradigme émergeant à l’IAAF, qui prétend non plus déceler des fraudes de sexe, mais mener des tests ciblés en cas de doute sur un avantage physique jugé disproportionné chez une femme. Retenue comme experte témoin pour l’IAAF lors du procès Chand, elle produit un rapport d’expertise pour le TAS en janvier 2015 où elle répète que les nouveaux règlements ne doivent pas remettre en question le sexe de l’athlète16, mais seulement détecter un taux de testostérone endogène « élevé », supposé conférer un avantage physique.

  • 17 Bohuon et Gimenez, op. cit.

10Elle contribue de ce fait à légitimer le discours institutionnel et naturalise une nouvelle ligne de fracture qui passerait non plus entre « vraies femmes » et « athlètes intersexes », mais au sein des athlètes intersexes17.

L’irruption de la transidentité dans le monde sportif

  • 18 Ilana Löwy, « Intersexe et transsexualités : Les technologies de la médecine et la séparation du se (...)
  • 19 Pieper Lindsay Parks, « Advantage Renée ? Renée Richards and Women’s Tennis », dans Ann Travers et (...)
  • 20 Ibid.
  • 21 Emily Bazelon, Cross-Court Winner : Renée Richards (1934-), From Jewish Jocks : An Unorthodox Hall (...)
  • 22 Pieper, op. cit.
  • 23 Richards v. United States Tennis Association, 1977, vol. 93.
  • 24 Ibid.
  • 25 Ibid.

11Alors que les protocoles médicaux de transition sont mis en place dans les années 195018, ce n’est que dans les années 1970 que la transidentité est inscrite à l’agenda du monde sportif. Après des études de médecine à Yale et une première carrière dans le tennis en catégorie hommes, Renée Richards transitionne vers l’âge de 40 ans, puis participe à des tournois de tennis chez les femmes19. En 1976, après qu’elle ait remporté à 41 ans le tournoi vétéran de La Jolla, un journaliste révèle sa transidentité. Une partie de ses adversaires, de la presse et du public dénonce alors sa participation au Tennis Week Open20. Sa présence est perçue comme une menace à la lutte pour l’acceptation du tennis des femmes par des joueuses de l’élite mondiale comme Chris Evert ou Virginia Wade21. Face à son intention de participer à l’US Open, la United States Tennis Association (USTA), la Women’s Tennis Association (WTA) et le United States Open Committee instaurent le test du corpuscule de Barr afin de n’autoriser que les femmes au caryotype XX à concourir, excluant de fait Richards. Refusant de passer le test, celle-ci renonce à l’US Open de 1976 et poursuit en justice l’USTA et la WTA devant le tribunal de New York22. Lors du procès, les instances sportives justifient l’instauration du test par la nécessité d’empêcher des hommes de frauder et « d’assurer l’équité » vis-à-vis d’individus qui « ont un avantage compétitif causé par leur entraînement et leur développement physique en tant qu’homme23 ». Les avocats et les médecins de Richards reprennent les critiques scientifiques du test du corpuscule de Barr, qualifié d’« insuffisant, très injuste, imprécis, faillible et inéquitable24 », et expliquent que la transition médicale l’aurait rendue « pleinement » femme, le retrait des testicules ayant provoqué une réduction considérable de la production d’androgènes et amené un « développement musculaire, poids, taille et physique correspondant à la norme féminine25 ». Le tribunal donne gain de cause à Richards et explique qu’elle a été victime de discrimination. Elle est autorisée à participer à l’US Open, poursuit sa carrière quelques années, puis devient entraîneure, notamment de Martina Navratilova.

12Si son cas a bousculé la bicatégorisation sexuée en vigueur dans le sport, Richards ne porte aucun discours en faveur d’une meilleure inclusion des personnes trans. Elle s’est même publiquement exprimée récemment contre l’autorisation des femmes trans à rejoindre les compétitions femme et adhère au modèle de la binarité sexuée :

  • 26 Charlie Eccleshare, « Exclusive interview : Meet Renee Richards, sport’s accidental transgender pio (...)

« Si une personne n’est pas une vraie transgenre transsexuelle et ne vit pas sa vie comme femme, alors c’est injuste pour elle de concourir. Je connais plusieurs comités de certification qui dans leur infinie sagesse disent que la chirurgie n’est pas obligatoire et que le traitement hormonal suffit, mais je ne suis pas sûre que ce soit approprié parce que les organes sexuels sont une grosse partie de l’identité sexuelle d’une personne. »26

13La contestation des normes sportives de la bicatégorisation sexuée, sur la base d’une défense de qualités physiques individuelles, n’a pas conduit ces athlètes à construire une critique plus générale des critères conditionnant l’accès à la catégorie femmes. Au contraire, c’est en embrassant paradoxalement l’idéologie dominante de l’infériorité « naturelle » des femmes qu’elles ont obtenu leur réintégration aux compétitions et défendent même aujourd’hui les politiques mises en place par les fédérations internationales pour limiter la participation des athlètes trans et intersexes.

S’aventurer sur le terrain juridique et militant pour contrer l’exclusion fondée sur le taux de testostérone

  • 27 Rebecca M. Jordan-Young, Katrina Karkazis, Testosterone : An Unauthorized Biography, Cambridge (Mas (...)
  • 28 E-Alliance, Athlètes transgenres féminines et sport d’élite : examen scientifique, 2022.
  • 29 CIO, « Déclaration du Consensus de Stockholm concernant les changements de sexe dans le sport », 20 (...)
  • 30 L’hyperandrogénisme est une production jugée excessive d’hormones androgènes (en particulier la tes (...)
  • 31 Fédération internationale de natation, « Policy on Eligibility for the Men’s and Women’s Competitio (...)

14À partir des années 2000, les institutions sportives internationales érigent la testostérone en hormone « miracle » de la performance27 et en font de ce fait le critère déterminant au centre de l’idée d’équité dans la catégorie femmes, sans fondement scientifique28. Un taux considéré comme excessif de testostérone, pourtant produit naturellement chez certaines, est inscrit au Code mondial antidopage et donne lieu à partir de 2004 à un contrôle du schéma hormonal des femmes trans29 et, à partir de 2011, à de nouveaux règlements concernant l’hyperandrogénisme30. Les femmes intersexes désignées comme « hyperandrogènes » et les femmes trans doivent désormais se soumettre à des traitements médicaux pour abaisser leur taux de testostérone sous les seuils réglementaires, oscillant au cours du temps et selon les fédérations entre 10,5 et 2,5 nmol/litre de sang. Certaines fédérations interdisent aux femmes trans de prendre part aux compétitions en catégorie femmes, arguant que leur puberté leur donnerait un avantage physique disproportionné, voire menacerait la sécurité de leurs adversaires31.

Mobiliser les outils juridiques du monde sportif pour interroger la bicatégorisation sexuée

  • 32 Anaïs Bohuon, Eva Rodriguez, « “Gender Verifications” vs. Anti-Doping Policies : sexed controls », (...)
  • 33 CAS 2014/A/3759, Dutee Chand v. Athletics Federation of India (AFI) & The International Association (...)

15En 2014, la sprinteuse indienne Dutee Chand32, alors âgée de 18 ans, se voit interdire la participation aux Jeux du Commonwealth en raison d’une hyperandrogénie. Elle dépose alors une plainte auprès du TAS, expliquant ne pas comprendre pourquoi elle devrait subir une hormonothérapie ou, davantage encore, des opérations, alors qu’elle n’avait pas triché et que ses avantages « estimés » sont liés à une production naturelle de son corps. En juillet 2015, le TAS lui donne raison et demande à l’IAAF de suspendre son règlement, pointant un manque de « preuves scientifiques » attestant de l’impact du taux de testostérone sur la performance sportive. Un délai de deux ans lui est cependant accordé pour fournir de telles preuves33.

  • 34 Stéphane Bermon et Pierre-Yves Garnier, « Serum androgen levels and their relation to performance i (...)
  • 35 Roger Pielke, Ross Tucker, Erik Boye, « Scientific integrity and the IAAF testosterone regulations  (...)
  • 36 Rebecca M. Jordan-Young et Katrina Karkazis, op. cit.
  • 37 « Correction : Serum androgen levels and their relation to performance in track and field : mass sp (...)

16En juillet 2017, l’IAAF publie une étude basée sur plus de 2 000 individus34 qui conclut à une corrélation entre taux de testostérone et performances dans certaines disciplines. Fortement critiquée35, l’étude présente plusieurs biais qui font douter de la robustesse des résultats36. Les auteurs publient même un rectificatif37 reconnaissant le caractère exploratoire de leur travail et leur manque d’informations pour conclure à un réel avantage chez les personnes présentant un taux de testostérone élevé. L’IAAF maintient néanmoins l’existence d’un seuil maximal de testostérone autorisé chez les « dames » dans son nouveau règlement de 2018, et en abaisse même la valeur de moitié sur certaines courses.

  • 38 CAS 2018/O/5794 Mokgadi Caster Semenya v. International Association of Athletics Federations, 2019.
  • 39 Katrina Karkazis, Rebecca Jordan-Young, Georgiann Davis et Silvia Camporesi, « Out of Bounds ? A Cr (...)

17À la suite de sa victoire en 2009 aux championnats du monde d’athlétisme, les nombreux tests auxquels a dû se soumettre la coureuse sud-africaine Caster Semenya révèlent un hyperandrogénisme. Exclue de toute compétition, elle conteste ce règlement auprès du TAS. Celui-ci le juge discriminatoire mais nécessaire pour préserver l’intégrité des compétitions des femmes38. Semenya perd à nouveau en appel devant le Tribunal fédéral suisse, et ne peut de ce fait participer aux championnats du monde de 2019 et aux Jeux olympiques de 2021, tout comme la coureuse kenyane Margaret Wambui et l’athlète burundaise Francine Niyonsaba, à moins qu’elles se soumettent, pour abaisser leur taux de testostérone, à des traitements médicamenteux présentant de nombreux effets secondaires (troubles diurétiques, intolérance au glucose, résistance à l’insuline, fatigue, maux de têtes, bouffées de chaleur, etc.39).

18En novembre 2020, Semenya conteste le règlement de World Athletics sur l’hyperandrogénisme devant la Cour européenne des droits de l’homme, non sans critiquer publiquement l’arbitraire absurde de ces règlements : « Selon Word Athletics et ses membres, je suis un homme quand il s’agit de 400 m, 800 m et 1 500 m, 1 600 m, Puis, une femme lorsqu’il s’agit du 100 m, du 200 m et des plus longues distances ! ».

Kristen Worley : de l’équité à la santé, en défense de l’inclusion inconditionnelle de toutes les femmes

  • 40 « Déclaration du Consensus de Stockholm concernant les changements de sexe dans le sport », op. cit
  • 41 World Rugby et la Fédération internationale de natation ont, ces dernières années, légiféré égaleme (...)

19L’affaire Richards, sans doute trop isolée et singulière à l’époque, n’amène pas de réflexion immédiate sur l’inclusion générale des personnes trans dans les fédérations. Néanmoins, ses effets, renforcés par le traitement des quelques cas de sportives trans de haut niveau dans les années 1980-1990, se font sentir dans l’élaboration des premiers règlements encadrant la participation des personnes trans : le consensus de Stockholm du CIO de 2004 valide le modèle de transition médicale « complète » de Richards et autorise la participation des seules femmes trans qui prennent une hormonothérapie « féminisante » et qui ont réalisé des chirurgies de réassignation sexuée40. S’impose une représentation de la transidentité dans le sport, focalisée sur les femmes trans et leur supposé avantage physique par rapport aux autres femmes – les hommes trans demeurent un impensé jusqu’à très récemment41.

  • 42 Worley Kristen et Schneller Johanna, Woman Enough : How a Boy Became a Woman and Changed the World (...)

20Née en 1966 en Nouvelle-Zélande, Kristen Worley est adoptée par une famille de Toronto. Durant son adolescence, elle se tourne avec succès vers le cyclisme. Elle commence sa transition médicale dans les années 1990, puis effectue une chirurgie de réassignation sexuée en 2004. Alors qu’elle espère se qualifier pour les JO de 2008 en cyclisme sur piste, elle est la première sportive trans testée dans le cadre du consensus de Stockholm. Elle comparaît alors devant un panel d’experts médicaux, juridiques et sportifs, qu’elle vit comme une très vive humiliation, aux conséquences traumatiques sur sa santé mentale42.

  • 43 Kristen Worley, « Canadian Cyclist Fighting Sport’s Gender Rules and Supporting Caster Semenya », C (...)

21Elle reçoit l’autorisation de concourir de la part de l’UCI en janvier 2006, soit plus de huit mois après sa demande. Si sa participation aux compétitions fait débat, sa principale préoccupation concerne sa santé. Elle réalise en effet que son métabolisme fonctionne au ralenti et ses muscles s’atrophient depuis son opération de réassignation, en raison d’une carence en testostérone43.

22Ne produisant plus de testostérone naturellement, elle sollicite en 2009 une autorisation à usage thérapeutique (AUT) au Centre canadien pour l’éthique dans le sport (agence antidopage canadienne) pour en recevoir sous forme exogène, car la testostérone est assimilée à un produit dopant. La réponse positive n’est rendue que trois ans après, et Worley se rend alors rapidement compte de l’insuffisance du dosage demandé et doit redemander une AUT. Afin de pouvoir participer aux compétitions sans mettre en danger sa santé, elle demande sans succès à l’UCI d’être exemptée des dispositions relatives à l’antidopage et aux politiques de sexe et de genre.

  • 44 « Kristen Worley v. Ontario Cycling Association, Cycling Canada Cyclisme, Union Cycliste Internatio (...)

23En 2015, Worley se tourne alors vers la voie juridique et dépose une requête auprès du Tribunal des droits de la personne de l’Ontario, accusant de discrimination l’Ontario Cycling Association (OCA), Cyclisme Canada (CC), l’UCI, le CIO ainsi que l’Agence mondiale antidopage. Une partie des accusés met en cause la légitimité de ce tribunal à intervenir sur des instances sportives internationales, une médiation s’engage finalement entre Worley, l’OCA, CC et l’UCI, au terme de laquelle l’OCA et CC s’engagent à faire pression auprès du CIO pour une modification des règlements concernant les personnes trans. Les parties s’accordent notamment sur le fait que les règlements doivent s’appuyer sur des recherches scientifiques objectives44.

  • 45 « Cadre du CIO sur l’équité, l’inclusion et la non-discrimination sur la base de l’identité sexuell (...)
  • 46 Kristen Worley, « Imagining fair sport that doesn’t harm people », 3 août 2021, <https://www.sports (...)
  • 47 Joanna Harper, Emma O’Donnell, Behzad Sorouri Khorashad, Hilary McDermott, Gemma L. Witcomb, « How (...)

24Depuis, Worley milite pour les droits des personnes trans et intersexes dans le sport. Elle a été auditionnée par le CIO lors de l’élaboration du « Cadre sur l’équité, l’inclusion et la non-discrimination45 ». Contre la conception déshumanisante de l’équité promue par les fédérations, elle défend une approche fondée sur la santé et le bien-être des athlètes. Elle dénonce notamment le risque d’hypogonadisme que fait peser sur les femmes trans l’exigence de maintenir leur taux de testostérone en-dessous d’un seuil très faible, contribuant au déclin continu de leurs performances46. Ce déclin constitue justement la preuve pour la communauté des biologistes de l’absence d’avantage physique chez les femmes trans47.

  • 48 « Cadre du CIO sur l’équité, l’inclusion et la non-discrimination sur la base de l’identité sexuell (...)
  • 49 Helen Jefferson Lenskyj, Gender, Athletes’ Rights, and the Court of Arbitration for Sport, Emerald (...)

25Ainsi, devant cette inanité consistant à chercher à définir ce que serait « une vraie femme » autorisée à concourir, le CIO a mené, suite aux Jeux de Tokyo de 2021, une consultation auprès de plus de 250 athlètes, des membres de la communauté des athlètes, des fédérations internationales ainsi que des experts dans les domaines médicaux, juridiques et des droits humains, qui a débouché sur la publication d’un nouveau « Cadre sur l’équité, l’inclusion et la non-discrimination sur la base de l’identité sexuelle et de l’intersexuation48 ». Dix principes sont proposés aux instances sportives pour élaborer les critères de participation applicables à leur sport : en cas de légifération par une fédération, le CIO invite à adopter une approche globale fondée sur le respect des droits humains internationalement reconnus, un degré élevé de données scientifiques probantes et la consultation des athlètes. Pourtant, cette nouvelle approche promue par le CIO n’a pas été suivie d’effets jusqu’à présent. Au contraire, les fédérations étant invitées à traiter elles-mêmes ce sujet, on assiste depuis à un durcissement des critères d’admission. Le CIO ne s’est jusqu’ici jamais exprimé sur l’absence de prise en compte des principes de son « Cadre sur l’équité » par les fédérations internationales. La justice interne au sport49 ne semble pas non plus être d’un grand secours pour les athlètes exclues, le TAS ayant débouté Semenya au motif que les intérêts du sport seraient au-dessus des principes internationaux de non-discrimination. L’indépendance et la neutralité des institutions sportives s’en trouvent plus que jamais mises en crise.

26Le 23 mars 2022, World Athletics a dévoilé son nouveau règlement : sur toutes les disciplines athlétiques, les athlètes désignées comme « hyperandrogènes » doivent dorénavant présenter un taux de testostérone inférieur ou égal à 2,5 nmol/litre de sang, depuis au moins les deux années précédant la compétition internationale à laquelle elles souhaitent participer. Les sportives trans, celles qui ont transitionné après leur puberté sont exclues de toute compétition, même si la fédération reconnaît l’absence de toute preuve scientifique de leur avantage physique. World Athletics entérine à nouveau l’existence d’un « sexe sportif », purement contextuel et indépendant à la fois du « sexe civil », du « sexe social » et du « sexe vécu ».

27Pour ces sportives que l’on soupçonne de profiter de leur production naturelle jugée trop élevée de testostérone afin de remporter les courses contre les « vraies » femmes ou pour ces femmes trans que l’on accuse de tricher en les considérant in fine comme des hommes envahissant un espace de femmes, la question n’est pas « dans quelle mesure produire plus de testostérone que la moyenne autorisée chez les femmes constitue-t-il un avantage indu en termes de performances ? », mais bien « dans quelle mesure la nomenclature des compétitions de haut niveau génère-t-elle des exclusions et des interdits à l’égard de la catégorie « Dames » et participe-t-elle à la reproduction d’une norme masculine de la performance sportive rendue inaccessible aux femmes ? ». Il existe des avantages et désavantages innés que le classement par sexe, par taille, par âge, etc., ne suffit pas à niveler. Toutes ces interrogations perturbent la manière dont on conçoit aujourd’hui la compétition sportive, en fonction de groupes strictement différenciés. Elles remettent également en cause le sacro-saint principe d’équité : en quoi la testostérone est-elle plus condamnable que des fibres musculaires exceptionnelles ? Cet idéal devient encore plus indéfinissable lorsqu’on se place au niveau du sport en général, avec ses différentes disciplines qui réclament chacune des dispositions physiques particulières. L’enjeu de ces problématiques, qui dépasse la seule assignation de sexe, se pose en réalité en ces termes : comment légiférer sur un critère aussi indéterminable que l’avantage physique ?

Conclusion

28À l’inverse des sportives désignées par les instances sportives comme intersexes, les personnes trans ne mobilisent pas le TAS. En effet, elles savent, en amont, qu’il y a des critères de participation. Celles qui participent aux compétitions suivent une transition traduisible dans les termes de ces institutions et répondent de fait aux critères posés. Et si elles passent par la justice, c’est alors par le biais de la justice civile. À l’inverse, les athlètes intersexes qui mobilisent un argumentaire juridique reposant sur l’idée qu’elles sont « nées comme ça » pour mettre en évidence la discrimination dont elles sont victimes s’emparent du TAS. Chand, Semenya et Worley se rejoignent en ce qu’elles déplacent la question de l’inclusion des athlètes trans et intersexes de l’enjeu de l’équité, pensée comme purement physiologique, vers les enjeux de non-discrimination et de santé. Elles ne se défendent pas seulement avec des arguments scientifiques et médicaux, mais sur le terrain juridique et des droits humains pour dénoncer des règlements arbitraires aux fondements scientifiques douteux.

29Or, mardi 11 juillet 2023, la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) a estimé que Semenya était victime de discrimination50. Si cet arrêt de la CEDH n’invalide pas le règlement et ne permet pas le retour de Semenya sur ses disciplines de prédilection, il représente malgré tout une grande avancée dans le combat mené par ces athlètes. Les contestations portées par Semenya auprès de la juridiction internationale mentionnaient des violations supposées de la Convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme à son égard, notamment des articles 3 (interdiction des traitements inhumains ou dégradants), 8 (droit au respect de la vie privée), 14 (interdiction de la discrimination), 6 (droit à un procès équitable) et 13 (droit à un recours effectif). Et dans son arrêt, la Cour indique qu’il y a bien eu violation de l’article 14, combiné avec l’article 8, ainsi qu’une violation de l’article 13. Dans une décision rendue avec une très courte majorité de quatre juges contre trois, la CEDH a estimé que la requérante n’avait pas bénéficié en Suisse des garanties institutionnelles et procédurales suffisantes qui lui auraient permis de faire valoir ses droits. Par ailleurs, la CEDH a relevé que « la Suisse a outrepassé la marge d’appréciation réduite dont elle jouissait dans le cas d’espèce qui portait sur une discrimination fondée sur le sexe et les caractéristiques sexuelles, laquelle ne peut être justifiée que par des considérations très fortes ».

30On assiste ainsi peut-être à l’émergence d’un espace revendicatif qui ose aujourd’hui s’opposer aux fédérations internationales et à leur discours hégémonique sur la bicatégorisation sexuée.

Haut de page

Notes

1 Clare Tebbutt, « The Spectre of the “Man-Woman Athlete” : Mark Weston, Zdenek Koubek, the 1936 Olympics and the Uncertainty of Sex », dans Women’s History Review, vol. 24, n° 5, 2015, p. 721-738.

2 Anaïs Bohuon, « Sport et bicatégorisation par sexe : test de féminité et ambiguïtés du discours médical », dans Nouvelles questions féministes, vol. 27, n° 1, 2008, p. 80-91.

3 « L’intersexuation désigne la situation sociale des personnes nées avec des caractéristiques sexuelles primaires et/ou secondaires considérées comme ne correspondant pas aux définitions sociales et médicales typiques du féminin et du masculin. » (Collectif intersexe activiste-OII France, en ligne : <https://cia-oiifrance.org/>).

4 Robert Ritchie, John Reynard et Tom Lewis, « Intersex and the Olympic Games », dans Journal of the Royal Society of Medicine, n° 101, 2008, p. 395-399.

5 Tom Donohoe et Neil Johnson, « Drugs and the female athlete », dans Foul Play : Drugs Abuse in Sports, Oxford, Blackwell, 1986, p. 66-79 ; Joe-Leigh Simpson, Arne Ljungquist et Albert De La Chapelle, « Gender verification in competitive sports », dans Sports Medicine, t. 16, n° 5, 1993, p. 306.

6 Stefan Berg, « How Dora the Man Competed in the Woman's High Jump », Speigel International, 15 septembre 2009, en ligne : <http://www.spiegel.de/international/germany/0,1518,649104,00.html> ; Vanessa Heggie, « Testing sex and gender in sport ; reinventing, reimagining and reconstructing histories », dans Endeavour, vol. 34, n° 4, 2010, p. 157-163.

7 Anaïs Bohuon, Le Test de féminité dans les compétitions sportives : une histoire classée X ?, Donnemarie-Dontilly, Éditions iXe, 2012.

8 Ibid.

9 Anne Fausto-Sterling, Les Cinq sexes : pourquoi mâle et femelle ne sont pas suffisants, traduit par Anne-Emmanuelle Boterf, Paris, Payot, 2013 ; Delphine Gardey, Ilana Löwy (dir.), L’Invention du naturel. Les sciences et la fabrication du féminin et du masculin, Paris, Éditions des Archives Contemporaines, 2000 ; Nelly Oudshoorn, Beyond the Natural Body : An Archeology of Sex Hormones, London and New York, Routledge, 1994 ; Hélène Rouch, Elsa Dorlin, Dominique Fougeyrollas-Schwebel (dir.), Le Corps, entre sexe et genre, Paris, L’Harmattan, 2005 ; Marie-Xavière Catto, Julie Mazaleigue-Labaste (dir.), La Bicatégorisation de sexe : entre droit, normes sociales et sciences biomédicales, Paris, Éditions Mare & Martin, 2021.

10 Une personne trans est une « personne qui vit ou qui souhaite vivre dans un genre différent de celui qui lui a été assigné à la naissance. Cela englobe toute personne ayant fait ou souhaitant faire le choix d’une transition, qu’elle choisisse ou non d’avoir recours à des traitements médicaux et/ou des chirurgies dans cet objectif. » (OUTrans, <https://outrans.org/ressources/lexique-outransien/>).

11 Christine Mennesson, « Pourquoi les sportives ne sont-elles pas féministes ? De la difficulté des mobilisations genrées dans le sport », dans Sciences sociales et sport, n° 5, 2012, p. 161-191.

12 María José Martínez Patiño, « Personnal Account : A Woman Tried and Tested », dans Lancet, vol. 366, 2005, p. 38.

13 Les femmes qui ont une insensibilité aux androgènes (totale ou partielle) produisent des quantités élevées de testostérone, mais une mutation dans les récepteurs des cellules empêche l’organisme d’y être sensible.

14 Anaïs Bohuon et Irène Gimenez, « Performance sportive et bicatégorisation sexuée. Le cas de Maria José Martinez Patiño et le problème de l’avantage indu », dans Genèses, sciences sociales et histoire, n° 115 : « Est-ce bien naturel ? », 2019, p. 9-29.

15 Bohuon et Gimenez, Ibid.

16 Une opinion déjà exprimée dans un article académique co-écrit avec un psychologue et un généticien : Francisco J. Sánchez, María José Martínez Patiño et Éric Vilain, « The New Policy on Hyperandrogenism in Elite Female Athletes is Not About Sex Testing », dans Journal of Sex Research, vol. 50, n° 2, 2013, p. 112-115.

17 Bohuon et Gimenez, op. cit.

18 Ilana Löwy, « Intersexe et transsexualités : Les technologies de la médecine et la séparation du sexe biologique du sexe social », dans Cahiers du genre, 2003, vol. 1, no 34, p. 81-104.

19 Pieper Lindsay Parks, « Advantage Renée ? Renée Richards and Women’s Tennis », dans Ann Travers et Eric Anderson (dir.), Transgender Athletes in Competitive Sport, London and New York, Routledge, 2017.

20 Ibid.

21 Emily Bazelon, Cross-Court Winner : Renée Richards (1934-), From Jewish Jocks : An Unorthodox Hall of Fame, 2012, en ligne : <https://slate.com/culture/2012/10/jewishjocks-and-renee-richards-the-life-of-the-transsexual-tennis-legend.html>.

22 Pieper, op. cit.

23 Richards v. United States Tennis Association, 1977, vol. 93.

24 Ibid.

25 Ibid.

26 Charlie Eccleshare, « Exclusive interview : Meet Renee Richards, sport’s accidental transgender pioneer », The Telegraph, 26 mars 2019.

27 Rebecca M. Jordan-Young, Katrina Karkazis, Testosterone : An Unauthorized Biography, Cambridge (Massachusetts), 2019.

28 E-Alliance, Athlètes transgenres féminines et sport d’élite : examen scientifique, 2022.

29 CIO, « Déclaration du Consensus de Stockholm concernant les changements de sexe dans le sport », 2004 ; « Réunion de consensus du CIO sur le changement de sexe et l’hyperandrogénisme », 2015 ; « IAAF Regulations Governing Eligibility of Athletes Who Have Undergone Sex Reassignment to Compete in Women’s Competition », 2011 ; « World Athletics Eligibility Regulations for Transgender Athletes », 2019 ; Union Cycliste Internationale, « Règlement médical, titre 13, chapitre V : Règles d’éligibilité pour les athlètes transgenres », 2022.

30 L’hyperandrogénisme est une production jugée excessive d’hormones androgènes (en particulier la testostérone), censée procurer un « avantage » sur les autres concurrentes, d’après les fédérations internationales.

31 Fédération internationale de natation, « Policy on Eligibility for the Men’s and Women’s Competition Categories », 2022 ; World Rugby, « Transgender Guideline », 2019.

32 Anaïs Bohuon, Eva Rodriguez, « “Gender Verifications” vs. Anti-Doping Policies : sexed controls », dans Aurélie Olivesi, Sandy Montenola, (dir.), Gender Testing in Sport : Ethics, Cases and Controversies, Ethics & Sport, London, Routledge, 2016, p. 27-45.

33 CAS 2014/A/3759, Dutee Chand v. Athletics Federation of India (AFI) & The International Association of Athletics Federations (IAAF).

34 Stéphane Bermon et Pierre-Yves Garnier, « Serum androgen levels and their relation to performance in track and field : mass spectrometry results from 2127 observations in male and female elite athletes », dans British Journal of sports medicine, n° 17, 2017, p 1309-1314.

35 Roger Pielke, Ross Tucker, Erik Boye, « Scientific integrity and the IAAF testosterone regulations », dans The International Sports Law Journal, septembre 2019, vol. 19, no 1-2, p. 18-26.

36 Rebecca M. Jordan-Young et Katrina Karkazis, op. cit.

37 « Correction : Serum androgen levels and their relation to performance in track and field : mass spectrometry results from 2127 observations in male and female elite athletes », British Journal of Sports Medicine, 2021, vol. 55, no 17, p. e7-e7.

38 CAS 2018/O/5794 Mokgadi Caster Semenya v. International Association of Athletics Federations, 2019.

39 Katrina Karkazis, Rebecca Jordan-Young, Georgiann Davis et Silvia Camporesi, « Out of Bounds ? A Critique of the New Policies on Hyperandrogenism in Elite Female Athletes », The American Journal of Bioethics, vol. 12, n° 7, 2012, p. 5.

40 « Déclaration du Consensus de Stockholm concernant les changements de sexe dans le sport », op. cit.

41 World Rugby et la Fédération internationale de natation ont, ces dernières années, légiféré également sur les hommes trans en considérant que leur participation en catégorie homme les mettait en danger et qu’ils devaient donc assumer le risque qu’ils prenaient par leur propre assurance personnelle et avec l’aval d’un médecin. Jusque-là, on leur demandait uniquement d’obtenir une autorisation à usage thérapeutique pour la prise de testostérone.

42 Worley Kristen et Schneller Johanna, Woman Enough : How a Boy Became a Woman and Changed the World of Sport, Random House Canada, 2019.

43 Kristen Worley, « Canadian Cyclist Fighting Sport’s Gender Rules and Supporting Caster Semenya », Cycling Weekly, 2016.

44 « Kristen Worley v. Ontario Cycling Association, Cycling Canada Cyclisme, Union Cycliste Internationale », 2017.

45 « Cadre du CIO sur l’équité, l’inclusion et la non-discrimination sur la base de l’identité sexuelle et de l’intersexuation », 2021. En ligne : <https://olympics.com/cio/news/le-cio-publie-son-cadre-sur-l-equite-l-inclusion-et-la-non-discrimination-sur-la-base-de-l-identite-sexuelle-et-de-l-intersexuation>, 16/11/2021.

46 Kristen Worley, « Imagining fair sport that doesn’t harm people », 3 août 2021, <https://www.sportsintegrityinitiative.com/imagining-fair-sport-that-doesnt-harm-people/>.

47 Joanna Harper, Emma O’Donnell, Behzad Sorouri Khorashad, Hilary McDermott, Gemma L. Witcomb, « How does hormone transition in transgender women change body composition, muscle strength and haemoglobin ? Systematic review with a focus on the implications for sport participation », dans British Journal of Sports Medicine, 2021, vol. 55, no 15, p. 865-872.

48 « Cadre du CIO sur l’équité, l’inclusion et la non-discrimination sur la base de l’identité sexuelle et de l’intersexuation », op. cit.

49 Helen Jefferson Lenskyj, Gender, Athletes’ Rights, and the Court of Arbitration for Sport, Emerald Publishing Limited, 2018.

50 En ligne : <https://www.echr.coe.int/fr/w/judgment-concerning-switzerland?p_l_back_url=%2Ffr%2Fsearch%3Fq%3Dsemenya>.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anaïs Bohuon et Lucie Pallesi, « Ne plus se laisser prendre à leurs Jeux. »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 158 | 2023, 61-75.

Référence électronique

Anaïs Bohuon et Lucie Pallesi, « Ne plus se laisser prendre à leurs Jeux. »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 158 | 2023, mis en ligne le 04 décembre 2023, consulté le 20 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/22551 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.22551

Haut de page

Auteurs

Anaïs Bohuon

professeure, Université de Paris-Saclay

Lucie Pallesi

doctorant·e, Université de Paris-Saclay

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search