Navigation – Plan du site

AccueilNuméros158DOSSIERL’autre boycott des Jeux olympiqu...

DOSSIER

L’autre boycott des Jeux olympiques de Moscou 1980 : quand l’événement sportif nourrit le combat anticommuniste de l’extrême-droite française.

Valentin Guéry
p. 77-94

Résumés

Cet article est consacré à la mobilisation oubliée d’une partie de l’extrême droite française anticommuniste lors des Jeux olympiques de Moscou organisés en 1980. Tandis que les mouvements lancés à l’échelle internationale par le gouvernement américain ou en France par les réseaux intellectuels de l’extrême-gauche ont été largement documentés, l’analyse de l’action collective menée par Bernard Antony, entrepreneur de cause anticommuniste, a été occultée. En ce qu’il révèle différents phénomènes inhérents à la saisie de l’opportunité de mobilisation politique par les militants anticommunistes et le poids des normes tacites de l’apolitisme sportif, notre travail propose d’éclairer tout à la fois les ressorts d’action de l’extrême droite française pour nourrir son combat contre le régime soviétique, et l’intrication des liens entre les ordres sportif et politique. Il questionne par ailleurs l’évolution progressive de la position de Jean-Marie Le Pen, passant de défenseur de la cause olympique à fervent soutien au mouvement de « boycottage » soutenu par une grande partie des militants du Front national.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Jérôme Gygax, « Raisons et prétextes au boycott américain des Jeux olympiques de Moscou 1980 : Cove (...)

1En décembre 1979, le sport est au cœur de conflits politiques internationaux depuis plusieurs années sur fond de guerre froide. Les pays européens doivent, face à la pression de l’URSS, prendre position contre le régime sud-africain qui mène une politique d’apartheid, tandis que l’invasion de l’Afghanistan par les troupes soviétiques nourrit et amplifie la rivalité entre les États-Unis et l’URSS. C’est dans ce contexte que le Moyen-Orient est en proie à une forte instabilité, quelques mois après la révolution iranienne, et à une crise pétrolière alors que les superpuissances américaine et soviétique veulent tirer bénéfice des ressources de cette région du monde1.

  • 2 Ibid.
  • 3 Ernie Trory, Munich Montreal and Moscow, a political Tale of the Olympic cities, Hove, Crabtree Pre (...)
  • 4 Dominique Maliesky, Sport et politique. Le boycott des jeux de Moscou (1980) : une crise multidimen (...)
  • 5 Luc Robène, Loïc Szerdahelyi et Jacques Gleyse, « Les conceptions des femmes dirigeantes du SGEN-CF (...)

2Percevant cette invasion comme une menace et un danger pour les intérêts américains, le président Jimmy Carter prend un certain nombre de mesures de rétorsion telles que des embargos économiques, mais également une mesure hautement symbolique : le boycott des Jeux olympiques de Moscou 19802, dont l’organisation avait suscité l’hostilité, quis’était exprimée dès 1978 dans la presse anglaise et américaine3. En France, des comités se créent pour appeler au boycott du rendez-vous olympique face à la situation qui a cours en URSS dans les camps du goulag. Le 25 avril 1979, des militants d’extrême gauche – dont des militants du COBA, comité pour le boycott de l’organisation par l’Argentine de la Coupe du monde de football – lancent une campagne animée par Jean-Marie Brohm, le sociologue critique du sport freudo-marxiste, visant à « dénoncer les violations des droits de l’homme en URSS4 ». Un appel est ensuite diffusé pour alerter sur la situation en URSS, signé par différentes personnalités issues des milieux intellectuel et artistique, telles que Michel Foucault, Roland Barthes, Félix Guattari, Gilles Deleuze, Haroun Tazieff, Marguerite Duras, Cabu, Bernard Lavilliers, etc.5

3L’extrême droite française, en particulier les solidaristes, le Front national, le Parti des forces nouvelles, ainsi que certains de ses relais médiatiques, soutient également l’idée d’un boycott des Jeux olympiques de Moscou. Mais cette prise de position témoigne d’un changement de positionnement. Après avoir fait valoir l’apolitisme sportif, l’extrême droite se saisit politiquement de l’événement sportif, qui apparaît alors comme une opportunité de mobilisation inédite alors qu’elle porte depuis des années un combat anticommuniste contre le régime soviétique. En effet, deux ans après le refus du boycott du Mundial en Argentine, au titre de la nécessaire séparation des deux ordres que sont le sport et la politique, mais qui sous-tendait un soutien latent au régime de Videla en Argentine, elle se mobilise ici contre la tenue des Jeux olympiques en URSS.

  • 6 Jacques Defrance, « La politique de l’apolitisme. Sur l’autonomisation du champ sportif », Politix, (...)
  • 7 Jean-Gabriel Contamin et Olivier Le Noé, « La coupe est pleine Videla ! Le Mundial 1978 entre polit (...)

4Cet article se donne pour objectif de comprendre les logiques et ressorts qui structurent le mouvement de boycott à l’initiative de l’extrême droite française et qui n’a, jusqu’à présent, pas fait l’objet d’analyse. Sera interrogée la manière dont s’est construite cette lutte protestataire avec ses entrepreneurs de cause, ses ressources, ses appuis, mais seront également analysés les discours des militants destinés à rallier des soutiens très larges dans cette mobilisation. Si l’article entend montrer que l’événement olympique apparaît comme une opportunité de mobilisation à la cause anticommuniste, il interroge dans le même temps le poids de l’apolitisme sportif6 – qui s’apparente à une croyance cantonnant le sport à une place singulière, à un domaine séparé ou autonome7 qui serait coupé des structures sociales et politiques – dans le discours des acteurs politiques étudiés.

  • 8 John Kingdon, Agendas, Alternatives and Public Policies, New York, Harper Collins, 2e édition, 1995 (...)
  • 9 Sylvain Dufraisse, Les Héros du sport : une histoire des champions soviétiques (années 1930-années (...)
  • 10 Olivier Le Noé et Jean-Gabriel Contamin, « L’événement sportif comme opportunité : contingence et r (...)
  • 11 Jusqu’à son élection en tant que député européen FN en 1984, il se fera appeler Romain Marie, ses d (...)

5Alors que l’événement olympique ouvre en effet une « fenêtre d’opportunité8 », autrement dit la perspective pour le régime soviétique d’imposer aux yeux du monde la puissance et l’efficacité de son modèle de formation des athlètes, bien que celui-ci soit confronté à de vives critiques liées au dopage ou encore à l’exploitation des corps9, il sera montré qu’en retour son usage politique est réversible et que la compétition sportive est aussi perçue comme une opportunité de mobilisation pour des groupes militants10. À partir d’une entrée « par le bas », nous questionnerons les étapes de construction de l’action collective à travers l’engagement des acteurs mobilisés. Ainsi, dans le cas de l’étude du boycott des Jeux olympiques de Moscou 1980, la conjonction des réseaux anticommunistes se met progressivement à l’œuvre au gré du contexte politique et de l’évolution du mouvement de contestation. L’article s’appuie sur l’étude archivistique de la presse d’extrême droite, à savoir les journaux Présent, Minute, Radio Le Pen et Le National, sur un corpus d’une dizaine d’articles de presse évoquant le mouvement de boycott, ainsi que sur des entretiens menés avec Bernard Antony11 et Jean-Marie Le Pen, figures de l’anticommunisme français et engagés dans le mouvement de boycott à des degrés et moments différents.

6Notre propos montrera en creux que la campagne en faveur du boycott de l’événement olympique porté par la presse d’extrême droite – qui réclame une réaction du gouvernement et des athlètes français pour ne pas se rendre sur les lieux de la compétition – rencontre au fil des mois le rôle majeur du Front national, qui réussit à faire que cette mobilisation olympique fédère des pans de l’extrême droite jusqu’alors quelque peu disparates.

L’espace anticommuniste français contre le régime soviétique : l’opportunité olympique

Le rôle clé de Bernard Antony, entrepreneur de cause anticommuniste

  • 12 Ce journal, fondé quatre ans auparavant, en 1975, « prône le décloisonnement du religieux vers l’ac (...)
  • 13 Ce terme est employé par le journal Présent, plutôt que celui de « boycott ».
  • 14 Cet appel intervient quelques semaines après l’annonce de l’interdiction signifiée aux Springboks d (...)

7En septembre 1979, le journal Présent12, fondé par Bernard Antony, qui se fera appeler Romain Marie (ses deuxième et troisième prénoms) pour des raisons professionnelles jusqu’à son entrée au sein du Front national, consacre sa une aux Jeux olympiques de Moscou. Il titre en lettres capitales : « Boycott des Jeux olympiques - Appel aux dirigeants des pays du « monde libre » pour qu’ils refusent la participation de leurs équipes nationales aux Jeux olympiques de Moscou ». L’appel au boycott lancé par le journal est explicite et signé par « le Comité de boycottage13 international des Jeux olympiques de Moscou », présidé par Bernard Antony14. Ces Jeux olympiques :

  • 15 « Boycott des Jeux olympiques », Présent, n° 42, septembre 1979, p. 1, cote : GR FOL-LC2-7431, cons (...)

« … ne doivent pas avoir lieu comme le veulent les dictateurs sanglants de l’Union soviétique. Car il serait honteux que les nations du monde libre puissent cautionner par leur participation une criminelle mascarade qui n’a d’autre but que de renforcer le régime le plus esclavagiste de l’histoire. »15

  • 16 Valérie Igounet, Le Front national, de 1972 à nos jours. Le parti, les hommes, les idées, Paris, Se (...)

8L’appel au boycott du journal Présent diffuse une première liste de signataires. Dans un premier temps, au moment où cette campagne n’est qu’embryonnaire, y figurent peu de personnalités de renom. Hormis le député non affilié de la Réunion, Jean Fontaine, et quelques conseillers municipaux, rares sont les personnalités politiques signataires. L’appartenance territoriale des signataires est d’ailleurs fortement marquée. Ils sont, pour une grande partie, basés dans le sud-ouest de la France et sont insérés dans les réseaux professionnels de Bernard Antony. En effet, en tant que directeur de la formation professionnelle au sein des laboratoires pharmaceutiques Pierre Fabre16, le fondateur de Présent tisse des liens avec des représentants syndicaux qui suivent son appel, qu’ils soient membres de la CFDT (Confédération française démocratique du travail), de FO (Force ouvrière) ou encore de la CFTC (Confédération française des travailleurs chrétiens). Le soutien de membres d’un syndicat de travailleurs chrétiens témoigne par ailleurs du poids des réseaux catholiques de Bernard Antony, révélé par la présence de nombreux abbés et hommes d’Église.

Une du journal Présent, n° 45, décembre 1979

  • 17 Le chiffre avancé de cent cinquante millions de morts, victimes du communisme à travers le monde, n (...)

9L’initiative du journal Présent n’est en rien anodine. Elle s’inscrit dans la continuité d’une ligne éditoriale foncièrement anticommuniste. Les Jeux olympiques de Moscou apparaissent comme une opportunité de mobilisation pour Bernard Antony, qui se révèle être à la pointe du combat anticommuniste en publiant en février 1979 un texte intitulé « Justice pour cent cinquante-six millions de morts17 », dans lequel il écrit :

  • 18 Présent, n° 35, février 1979, cote : GR FOL-LC2-7431, p. 2-3.

« Le nazisme aujourd’hui est mort. En dehors de quelques groupuscules de nostalgiques, mal à l’aise dans le présent, il n’intéresse plus personne et ne menace plus personne. Nous ne pouvons plus rien faire pour les millions de victimes de Dachau, de Buchenwald ou autres camps allemands. Par contre, et bien que le communisme ait tué 25 ou 30 fois plus, il continue de tuer aujourd’hui au Cambodge, au Laos, au Vietnam, en Afghanistan et dans bien d’autres pays. Or, pour tous ceux qui essaient de franchir le Rideau de fer, nous pouvons encore quelque chose. »18

  • 19 Pour Emmanuel Henry, « la notion de construction des problèmes publics renvoie aux processus par le (...)
  • 20 « Boycott des Jeux olympiques », Présent, n° 42, septembre 1979, cote : GR FOL-LC2-7431, p. 2.
  • 21 Roger W. Cobb et Charles D. Elder, Participation in American Politics. The dynamics of agenda-build (...)
  • 22 Érik Neveu, Sociologie politique des problèmes publics, Paris, Armand Colin, 2015, p. 41.
  • 23 Ibid.
  • 24 Ibid.
  • 25 « Boycott des Jeux olympiques », Présent, n° 42, septembre 1979, cote : GR FOL-LC2-7431, p. 2.
  • 26 Ibid.

10L’action menée par Bernard Antony s’apparente à la construction d’un problème public19 qu’est l’organisation des Jeux olympiques dans un pays marqué par la répression, la torture et qualifié de « régime le plus barbare que l’humanité ait jamais connu20 ». « Entrepreneur de cause21 » de l’anticommunisme depuis des années, Présent profite du retentissement médiatique de l’événement olympique pour cadrer ce « problème » en axant son argumentaire autour de la cruauté des camps du goulag et en opérant une analogie avec le nazisme, idéologie consensuellement rejetée et suscitant l’aversion. Il insiste ensuite sur des valeurs socialement acceptables22, la liberté et la dignité humaine, pour enfin s’atteler à la troisième opération consistant à pointer la gravité de la situation tout en insistant sur la dimension du « bien commun23 » afin de légitimer une cause qui se veut large et qui concernerait le plus grand nombre. Cette dernière étape traduit une tentative de popularisation du problème pour toucher largement l’opinion publique24. La diffusion de l’appel, ainsi que l’organisation d’un meeting le 28 avril 1980, s’inscrivent en ce sens. L’objectif recherché par le journal – auquel il n’est pas parvenu – est que des institutions sociales puissantes, à savoir « les dirigeants des nations encore libres25 », prennent en charge ce « problème » et répondent favorablement aux revendications en engageant une action réparatrice26.

  • 27 Bernard Lahire, L’Invention de l’illettrisme, Paris, La Découverte, 2005, p. 34.
  • 28 John McCarthy et Mayer Zald, « Resource mobilization and social movements : a partial theory », Ame (...)

11Comme le souligne Bernard Lahire, « les claimsmakers [« faiseurs de revendication »] mettent […] en forme le problème en fonction à la fois de leur propre définition sociale et du contexte social dans lequel ils sont amenés à le mettre en scène27 ». En effet, l’appel à la mobilisation lancé par Bernard Antony et sa formulation du « problème » sont indissociables de sa propre définition sociale d’un régime autoritaire et répressif. Alors qu’il était resté silencieux deux ans auparavant sur l’organisation du Mundial argentin, la perspective d’organisation des JO par le régime communiste soviétique motive son engagement en le liant au combat anticommuniste qu’il mène depuis plusieurs années. En publicisant et en alertant sur la situation en URSS, en demandant le refus de la participation des athlètes, le journal Présent tente d’attiser le mécontentement qui est « défini, créé et manipulé par [un] entrepreneur de “causes”28 » afin de le convertir en mobilisation.

  • 29 Lilian Mathieu, « Les ressorts sociaux de l’indignation militante. L’engagement au sein d’un collec (...)
  • 30 Bernard Antony, Bernard Antony raconte : nos combats de résistance catholique et française sur l’en (...)
  • 31 Camille Peugny, « La dynamique générationnelle de la mobilité sociale », Idées économiques et socia (...)
  • 32 Bernard Antony, op. cit., p. 26
  • 33 Ibid., p. 27.

12Une mobilisation protestataire repose sur un ordre de pratique et de sens spécialisé29 qui n’est pas à la portée de tous les acteurs sociaux. Pour comprendre ses conditions de possibilité, il est nécessaire d’effectuer un détour par le passé, en revenant sur la trajectoire du leader de ce mouvement. Né en 1944 à Tarbes, Bernard Antony est élevé par un père qui a débuté en tant qu’apprenti de « l’Arsenal », zone militaire industrielle de Tarbes. Après être passé par un chantier de jeunesse et une période de clandestinité, son père suit au sortir de la Seconde Guerre mondiale une formation professionnelle d’ouvrier ajusteur de précision avant d’intégrer l’École des techniciens des industries d’armement et d’être reçu au concours de l’École des officiers ingénieurs des travaux d’armement30. Bénéficiant des effets de la « révolution invisible » des Trente Glorieuses, à savoir la transformation d’une structure sociale « aspirée vers le haut31 », le père de Bernard Antony connaît une ascension sociale et termine sa vie professionnelle avec le grade de colonel. Son fils écrit en 2013 que son père lui aurait transmis une éducation reposant sur des influences composites, à savoir « une originale tradition ouvrière, patriote, militaire et catholique32 ». De son côté, sa mère, après un emploi de secrétaire, a consacré sa vie « à élever ses trois enfants33 ».

  • 34 Géraud Durand, Enquête au cœur du Front national, Paris, Jacques Grancher, 1996, p. 143.
  • 35 Bernard Antony, op. cit., p. 24.

13Alors qu’il déclare avoir grandi dans une famille apolitique34, il affirme être anticommuniste depuis l’école primaire, avant de le devenir « viscéralement35 » :

  • 36 « Romain Marie sans concession », entretien réalisé par Yves Daoudal, un proche de Bernard Antony, (...)

« En 1954 j’avais dix ans, la chute de Dien-Bien-Phu fut accueillie par mon institutrice avec joie. Je ne voyais pas du tout les choses du même œil et je lui fis remarquer que ses propos relevaient de la trahison. Inutile de dire qu’elle n’était pas habituée à ce genre de raisonnement chez la plupart des gamins du village… »36

  • 37 Frédérique Giraud, Aurélien Raynaud et Émilie Saunier, « Principes, enjeux et usages de la méthode (...)
  • 38 Annie Collovald, Jacques Chirac et le gaullisme, Paris, Belin, p. 21.

14Ces propos surprenants, presque rocambolesques tant ils sont en décalage avec les préoccupations habituelles de la grande majorité des enfants de dix ans, sont impossibles à vérifier. Ils révèlent néanmoins les écueils auxquels sont confrontées les analyses de discours biographiques produits par des enquêtés, qui plus est lorsqu’il s’agit d’acteurs politiques. Bernard Antony se met ici en récit. Il façonne et nourrit son identité, caractérisée par un anticommunisme chevillé au corps et révélé dès sa plus tendre enfance. Son discours biographique peut ainsi s’apparenter à l’élaboration d’un scénario qui le conduit à présenter une certaine vision de lui-même37, arrangée, enjolivée, voire fantasmée38, et qui tend à justifier et légitimer a posteriori les engagements qui ont jalonné son parcours.

  • 39 En 1982, il crée l’association Chrétienté-Solidarité.
  • 40 En 1984, il participe à la création de l’AGRIF (Alliance générale contre le racisme et pour le resp (...)
  • 41 Géraud Durand, op. cit., p. 143.

15Par la suite, à partir de son adolescence, il s’engage à la fois dans des réseaux catholique39 et d’extrême droite40. Il appartient à l’aile minoritaire de droite de la Jeunesse étudiante catholique41 tout en s’engageant, mineur, en faveur de l’Algérie française. Il intègre la branche jeune de l’OAS-Métro. En cursus universitaire de lettres à Toulouse, les années étudiantes de Bernard Antony sont animées par un engagement multiple au sein de différentes structures. Militant pro-Algérie française, il fait partie du Rassemblement de l’esprit public, et est membre des Comités Tixier-Vignancour en marge de l’élection présidentielle de 1965. L’année suivante, il rejoint le Mouvement jeune révolution (MJR), qui réunit à la fois d’anciens militants des comités Tixier-Vignancour et des jeunes militants de l’OAS-Métro, deux structures auxquelles il a appartenu. Le MJR, mouvement solidariste d’extrême droite, qui deviendra le Mouvement solidariste français en 1971, avait vocation à combattre notamment le marxisme.

L’événement olympique comme opportunité de mobilisation pour l’extrême droite française : la fragilité d’une rhétorique de l’apolitisme sportif

  • 42 « Oui, vous y pouvez quelque chose ! », Présent, n° 45, septembre 1979, cote : GR-FOL-LC2-7431, p.  (...)

16En montrant que l’action collective menée par Bernard Antony était précédée d’un combat anticommuniste de longue haleine structurant sa pensée et le sens de son engagement militant, il est évident que l’idée de l’événement olympique comme opportunité de mobilisation ne semble faire aucun doute. Après l’appel à la mobilisation lancé en septembre 1979 dans son journal, une conférence de presse est organisée le 30 novembre à l’hôtel Lutetia, situé dans le 6e arrondissement de Paris42. Le journal Présent recentre désormais sa ligne éditoriale autour des événements liés au comité de « boycottage » en informant des actions organisées ou en publiant des textes visant à interpeller de potentiels soutiens qui accepteraient de signer et de rejoindre la mobilisation.

  • 43 Rédacteur de plusieurs journaux partisans d’extrême droite, tels que Minute ou National Hebdo, Fran (...)
  • 44 « Pour dire non à Moscou, boycottons les JO ! », Minute, n° 926, 9 au 15 janvier 1980, cote : FOL-L (...)
  • 45 C’est ce qu’écrit le journal dans l’article suivant : « Les Jeux olympiques à Moscou : un crime ! » (...)
  • 46 « Pour dire non à Moscou, boycottons les JO ! », Minute, n° 926, 9 au 15 janvier 1980, cote : FOL-L (...)
  • 47 « La médaille de la honte aux JO du goulag », Minute, n° 888, du 18 au 24 avril 1979, cote : FOL-LC (...)
  • 48 Ibid.
  • 49 « Des liaisons… hasardeuses (JO Moscou) », Minute, n° 911, 26 septembre au 2 octobre 1979, cote : F (...)

17Celle-ci bénéficie tout d’abord d’un faible relais médiatique : seuls Le Parisien libéré et L’Aurore publient des articles sur l’action coordonnée par Bernard Antony. Marc Guedj, journaliste à L’Aurore, journal classé à droite, publie le 4 décembre 1979, quelques jours après la conférence de presse, un article intitulé « Pas de JO au pays du goulag ! ». En janvier 1980, c’est le journal Minute, sous la plume de François Brigneau43, qui s’empare du sujet et rejoint le mouvement de boycott pour dire « non44 » aux Jeux de Moscou, avant d’être suivi par des revues « amies45 » du journal Présent. Minute répond ainsi à l’appel de Bernard Antony et invite ses lecteurs à faire bloc face au communisme, en se mobilisant pour « pousser, tous ensemble, dans le même sens46 ». En avril 1979, François Brigneau décerne « la médaille de la honte aux JO du goulag47 », organisés par un régime assimilé à une « dictature implacable, la plus sanglante du XXe siècle et qui tient 300 millions d’hommes sous le talon d’acier de ses légions48 ». L’expression « JO du goulag » apparaît pour la première fois, avant d’être reprise quelques mois plus tard par Présent. L’entreprise de dénonciation se poursuit en septembre 1979, lorsque Minute pointe « la façade » que présentera le régime soviétique aux participants et spectateurs, bien loin selon le journal de la réalité vécue notamment par les journalistes, victimes de l’autorité d’un régime qui rend difficiles, voire impossibles, les liaisons téléphoniques avec l’étranger49. Le boycott annoncé par Jimmy Carter et l’omniprésence de la question soviétique dans le débat public incitent Minute à se joindre à l’initiative de Présent au début de l’année 1980. Le contexte est ainsi propice à la diffusion d’idées anticommunistes et permet au combat des militants anticommunistes d’acquérir une légitimité plus conséquente.

  • 50 « La médaille de la honte aux JO du goulag », Minute, n° 888, 18 au 24 avril 1979, cote : FOL-LC2-6 (...)
  • 51 « Pour dire non à Moscou, boycottons les JO ! », Minute, n° 926, 9 au 15 janvier 1980, cote : FOL-L (...)
  • 52 François Brigneau, « À Moscou, l’essentiel est de ne pas participer ! », Minute, n° 928, 23 au 29 j (...)

18Saisissant cette opportunité, le comité de « boycottage », qui bénéficie alors de l’appui d’un des principaux journaux de l’extrême droite française, porte un discours exclusivement politique. Il n’est jamais question de sport. François Brigneau, éditorialiste à Minute, use lui aussi d’arguments socialement acceptables, de principes consensuels (l’humanisme, la fraternité), qui ont pour but de fédérer et susciter l’émoi collectif50, même si ce discours sous-tend en réalité l’expression d’un anticommunisme qui constitue le moteur de cet engagement. Il déclare par exemple : « je suis [aussi] anticommuniste. Un anticommunisme tout ce qu’il y a de plus primaire. Je dirais même : grossier51 ». Pour lui aussi, l’échéance olympique apparaît comme une opportunité pour lancer une importante mobilisation visant à porter, selon ses propres dires, une cause qu’il défend depuis des années. Quelques semaines après le début de la récolte des signatures par le journal Présent, François Brigneau appelle donc ses lecteurs à s’engager et à diffuser autour d’eux le message porté par les réseaux anticommunistes d’extrême droite, comme en janvier 1980 où il écrit que « boycotter les Jeux de Moscou, c’est porter un coup concret aux entreprises du communisme international, alors n’hésitez pas, ne laissez pas passer l’occasion, elle ne se représentera pas de sitôt, rameutez les parents, les amis, les voisins, remuez ciel et terre52 ». Perçue comme une occasion inespérée, la controverse suscitée par l’organisation des Jeux olympiques par l’URSS après l’invasion de l’Afghanistan attise les velléités de dénonciation des militants anticommunistes.

  • 53 Ibid.

19La position de Minute laisse transparaître une réversibilité de l’apolitisme sportif qui était prôné lors du Mundial par l’extrême droite française en 1978. Après en avoir fait un principe fondamental et précieux, celui-ci est remis en cause. En moins de deux ans, le discours apolitique du sport est bousculé par la possibilité de prolonger le combat anticommuniste. Pour autant, les usages politiques du boycott des Jeux olympiques de Moscou font l’objet de dénégations au sein même de l’extrême droite française. Le journal Minute se défend à plusieurs reprises de politiser l’événement ou d’entremêler les univers politique et sportif. Selon lui, l’appel au boycott est une réaction à une politisation déjà existante : celle du régime soviétique instrumentalisant un événement planétaire à des fins politiques. En avril 1980, le journal prend le soin de préciser sa démarche et déclare qu’il ne boycotte pas le sport mais « l’utilisation du sport par l’impérialisme soviétique53 ». Par ailleurs, la dimension politique du boycott est minimisée, voire déniée :

  • 54 « Pour dire non à Moscou, boycottons les JO ! », Minute, n° 926, 9 au 15 janvier 1980, cote : FOL-L (...)

« Il ne s’agit même plus de politique. Il s’agit de guerre. Il s’agit d’empêcher la guerre qui vient en faisant reculer l’agresseur. Participer chez lui aux Jeux olympiques, c’est accorder la caution d’un certain humanitarisme, d’une certaine fraternité humaine par le sport au pays qui, aujourd’hui même, fait tuer par les autres au Cambodge et qui tue lui-même en Afghanistan. »54

  • 55 Jacques Defrance, « Politisations et apolitismes sportifs, en France et au Québec, 1930-1960 », Bul (...)

20Alors que le journal Minute dénonçait l’instrumentalisation du Mundial deux ans auparavant par les tenants d’un boycott, sa participation à une démarche similaire révèle un paradoxe aussitôt battu en brèche. En se défendant de politiser l’événement, mais en faisant porter la responsabilité de la politisation sur les dirigeants du régime soviétique, on voit bien que les usages politiques du sport sont perçus comme une tare, une action illégitime et inacceptable. Le besoin de justification du journal, visant à dénier le caractère politique de l’action de boycott qu’elle a rejointe, montre que la mise en avant de la séparation de ces deux ordres (sport et politique), si illusoire soit-elle, est perçue comme un gage de respectabilité au sein du mouvement sportif55, mais aussi par les acteurs politiques souhaitant démontrer qu’ils prennent soin de préserver cette frontière symbolique.

  • 56 Extrait de l’entretien réalisé avec Bernard Antony le 2 janvier 2019.

21Le soutien de Minute à la campagne menée par Bernard Antony pour le boycott des Jeux olympiques de Moscou contribue à l’essor de la mobilisation et à la diffusion de l’existence de ce mouvement et de ses activités dans les sphères de l’extrême droite. Fin avril 1980, lors du meeting à la Mutualité organisé par Bernard Antony, les intervenants et les mots d’ordre de l’événement montrent bien, encore une fois, que la mobilisation réunit les réseaux anticommunistes, et notamment internationaux, du journal Présent, ce que souligne le leader du boycott : « il y avait des stands de toutes les résistances anticommunistes de par le monde. Peut-être pas toutes, mais enfin au moins essentielles56 ».

22Le rassemblement à la Mutualité regroupe également des militants du Front national, ainsi que son président fondateur. Ce dernier, muet pendant de longues semaines, décide de rejoindre la mobilisation en mars 1980 avant de participer à la grande réunion du 28 avril et d’y prendre la parole. Comment expliquer ce soutien tardif ? Quel rôle a joué le Front national, centre névralgique de l’extrême droite française à partir des années 1970, dans cette campagne de « boycottage » ?

Photo prise par nos soins dans les locaux de l’AGRIF et de Chrétienté-Solidarité.

Le rôle du Front national : des hésitations de Jean-Marie Le Pen à un engagement actif dans la campagne du boycott des JO de Moscou

Jean-Marie Le Pen : un militant de la cause du sport et du maintien de la séparation des ordres politique et sportif ?

23En juin 1980, l’organe de diffusion officiel du Front national, Le National, publie une tribune de Bernard Antony consacrée à la campagne de « boycottage » qui a débuté depuis quelques mois. Il dresse le bilan de cette campagne qui a échoué et fait part de sa reconnaissance aux militants du Front national qui s’y sont impliqués :

  • 57 Romain Marie, « Campagne pour le boycottage des Jeux olympiques », Le National, n° 13 (nouvelle sér (...)

« C’est avec une grande joie que j’ai accepté d’écrire ces lignes dans le journal dont je suis un lecteur amical et attentif. Avec joie parce que la campagne pour le boycottage des Jeux olympiques m’aura permis de retrouver, regroupés au sein du Front national, des camarades dont l’amitié m’est chère et dont je sais la droiture, le courage, la ténacité. »57

24Il ajoute par ailleurs que le rôle des militants du parti a été non négligeable, tout en les remerciant de se greffer à une action extra partisane :

  • 58 Ibid.

« … ce qui m’a fait le plus chaud au cœur au cours de cette campagne pour le boycottage, c’est la façon dont les militants du Front national (indispensables pour la bonne tenue de la réunion de la Mutualité car représentant le groupe le plus important) ont su avec tact se mettre au service d’un objectif commun à des hommes souvent séparés par ailleurs. »58

25En revanche, si l’investissement d’une partie des militants du Front national semble avoir été précoce, il n’en a pas été de même de la part de Jean-Marie Le Pen, réfractaire dans un premier temps à rejoindre la campagne menée par Bernard Antony. Ce dernier revient quelques semaines plus tard sur les hésitations du président-fondateur du Front national, en écrivant :

  • 59 Ibid.

« Pourquoi ne pas le dire, et il ne m’en tiendra pas rigueur, Jean-Marie Le Pen ne fut pas dès le début d’accord avec nous. Ancien vice-président du Comité Pierre de Coubertin, sportif plaçant très haut les valeurs du sport, il y avait beaucoup de réticence chez cet homme pour admettre que les athlètes puissent être privés de l’aboutissement de leur entraînement. Mais, connaissant bien les statuts de l’olympisme et notamment celui qui dénie le droit à un pays en guerre d’organiser les Jeux, il ne put admettre qu’ils aient lieu dans un État se livrant à une criminelle agression. Il accepta alors d’appuyer la bataille que les militants de Présent avaient entreprise. »59

26Lors de notre entretien réalisé avec Jean-Marie Le Pen, aidé dans ses souvenirs par son chef de cabinet, Lorrain de Saint-Affrique, nous sommes revenus sur cet épisode afin de comprendre son revirement de position tel qu’il était présenté par Bernard Antony :

Valentin Guéry : « Vous aviez participé d’ailleurs à un rassemblement à la Mutualité en 1980 contre l’organisation des JO ».

Jean-Marie Le Pen : « Je ne me souviens plus pourquoi, d’ailleurs. »

VG : « Vous dénonciez le traitement des détenus dans les goulags en URSS. »

Lorrain de Saint-Affrique : « Oui, bah, c’était bien le problème. »

VG : « Vous vous rappelez pourquoi il y avait eu un basculement ? »

JMLP : « Oui, dans un premier temps j’estimais que le sport devait passer d’abord et ensuite je me suis adapté. »

LSA : « Il y a eu un point d’équilibre. Il y avait un fort courant d’hostilité contre l’Union soviétique au Front national à ce moment-là, et tu as tenu compte des équilibres internes tout simplement. »

  • 60 Extrait d’un entretien avec Jean-Marie Le Pen réalisé le 25 février 2019 à son domicile, situé à Sa (...)

JMLP : Oui, certes. »60

  • 61 Alain Giraudo, « La fin d’une certaine conception de l’olympisme », Le Monde, 22 janvier 1980.

27L’engagement de Jean-Marie Le Pen en faveur de l’olympisme pendant ses années étudiantes explique probablement sa réticence à l’égard du boycott. C’était en tout cas sa position jusqu’au printemps 1980. Il estimait qu’une délégation devait se rendre sur place pour « témoigner61 », mais le boycott n’était pas envisagé.

Un contexte politique propice aux usages politiques du boycott olympique par le Front national

  • 62 Les nouveaux signataires ne proviennent pas seulement de l’extrême droite. Nous pouvons également c (...)
  • 63 Valérie Igounet, op. cit., p. 469.
  • 64 « Un commando d’extrême-droite incendie deux wagons du Paris-Moscou », Le Monde, 29 avril 1980.
  • 65 « Notre Comité français pour le boycottage international des Jeux olympiques de Moscou », Présent, (...)
  • 66 Olivier Voirol, « Les luttes pour la visibilité. Esquisse d’une problématique », Réseaux, vol. 129- (...)
  • 67 Pour Pierre Bourdieu, le capital politique « est une forme de capital symbolique, crédit fondé sur (...)

28En mars 1980, le président du FN signe finalement l’appel aux côtés d’autres figures de l’extrême droite et notamment du Parti des forces nouvelles (PFN)62. C’est le cas de l’avocat Jean-François Galvaire, nommé président du comité de « boycottage », et de Roland Gaucher, président dans la première moitié des années 1940 des Jeunesses nationales populaires, branche jeune du Rassemblement national populaire (RNP), parti fasciste et collaborationniste pendant la Seconde Guerre mondiale63. Le comité agglomère en son sein des militants et cadres de formations d’extrême droite. L’engagement de Jean-Marie Le Pen au sein du comité peut notamment s’expliquer par deux raisons : la première, nous venons de l’évoquer, découle de l’implication de militants du parti – notamment des militants du FNJ, qui revendiquent l’incendie de wagons d’un train Moscou-Paris le 29 avril 198064 – qui a pu susciter l’infléchissement de Jean-Marie Le Pen et déboucher sur son ralliement. L’autre raison, que nous formulons sous la forme d’une hypothèse, est liée à sa candidature à l’élection présidentielle de 1981. Présenté dans la liste des signataires sous le statut de « candidat à la Présidence de la République65 », le président du Front national a pu y trouver un moyen d’intégrer de nouveaux réseaux politiques proches de ses idées pouvant l’appuyer et le soutenir, alors qu’il demeure invisible médiatiquement et qu’il n’a pas la garantie d’obtenir les parrainages nécessaires à sa candidature. La présence de Jean-Marie Le Pen au sein de ce comité peut donc s’apparenter à une « lutte pour la visibilité » visant à déployer « des procédés pratiques, techniques et communicationnels pour se manifester sur une scène publique et faire reconnaître des pratiques ou des orientations politiques66 ». Il souhaite profiter de la caisse de résonance de la controverse liée à l’organisation du rendez-vous sportif planétaire pour accroître son capital politique67, qui passe par la recherche de notoriété.

29C’est dans cette optique qu’il tente d’intervenir en mai 1980 sur une émission de télévision organisée par Antenne 2 en invoquant son statut d’ancien vice-président du Comité Pierre de Coubertin, afin de prétendre à une certaine légitimité pour intervenir sur le sujet :

  • 68 Sud-Ouest, 22 mai 1980, p. 26.

« Le premier vaincu des Jeux olympiques, Jean-Marie Le Pen, candidat du Front national à l’élection présidentielle, s’est vu refuser mardi soir l’entrée des studios d’Antenne 2, alors qu’il prétendait participer à l’émission “Les Dossiers de l’écran”. En sa qualité d’ancien vice-président du Comité Pierre de Coubertin et de membre du Comité pour le boycott des Jeux olympiques de Moscou, M. Le Pen avait demandé à participer aux “Dossiers de l’écran”, dont le thème était “La flamme olympique s’éteindra-t-elle ?”, pour représenter les Français hostiles à la participation nationale aux Jeux de Moscou. La direction de la chaîne n’a pas accédé à sa demande. »68

30L’opportunité de mobilisation du combat anticommuniste est aussi saisie par le président du Front national, qui plus est dans la perspective de la campagne de l’élection présidentielle ayant lieu un an plus tard. L’anticommunisme est au cœur des arguments mis en avant par les membres du « boycottage ». Les enjeux sportifs sont totalement absents, signe d’un hermétisme des enjeux propres à ces deux univers que sont les espaces public et sportif, malgré la remise en cause de leurs frontières. D’ailleurs, signe fort de ce décalage, aucun athlète n’intervient par exemple au cours du rassemblement de la Mutualité. Excepté la signature de Pierre Jonquères d’Oriola, double champion olympique d’équitation en saut d’obstacles (1952 et 1964), le sport apparaît seulement en toile de fond et n’est qu’un prétexte à la lutte anticommuniste.

  • 69 « Nous voterons Le Pen », Présent, n° 54, octobre 1980, cote : GR FOL-LC2-7431, p. 2. Faute de recu (...)
  • 70 Extrait de l’entretien réalisé avec Bernard Antony le 2 janvier 2019.

31Sur cette base, un rapprochement s’opère entre les instigateurs de cette campagne, notamment Bernard Antony, et le Front national. Finalement, en octobre 1980, le fondateur de Présent, qui est parvenu à fédérer les réseaux anticommunistes de l’extrême droite française, appelle à voter pour Jean-Marie Le Pen en vue de l’élection présidentielle 198169. Il rejoint ensuite le FN, « sur proposition de Jean-Pierre Stirbois70 », ancien solidariste comme lui, et devient député européen à partir de 1984. Au sein du Front national, il devient rapidement un cadre du parti et poursuit son combat anticommuniste, malgré la destruction du mur de Berlin et le recul progressif du discours anticommuniste au sein de l’institution partisane frontiste.

Conclusion

  • 71 « Brisons le mur du silence », Radio Le Pen Hebdo, n° 1, 1er octobre 1980, cote : 4-JO-37.428, cons (...)
  • 72 Ibid.

32Notre analyse a mis en exergue la réversibilité de la politisation des Jeux olympiques, s’apparentant à une « fenêtre d’opportunité » pour un régime politique contesté, mais en retour à une opportunité de mobilisation pour des militants engagés contre ce régime qui se saisissent de la médiatisation de l’événement pour porter leurs revendications. Si la politisation de l’édition moscovite par les réseaux anticommunistes français d’extrême droite ne fait aucun doute, celle-ci est déniée et révèle la force des injonctions tacites à l’apolitisme sportif. En outre, face à sa quasi-invisibilité dans le champ politique, le Front national s’engouffre dans le combat contre ce rendez-vous olympique. Il s’empare alors de la « tribune » médiatique que peut offrir la couverture de compétitions sportives internationales à une période où le parti souhaite « briser le mur du silence71 » et se plaint que Jean-Marie Le Pen soit « quasiment interdit d’antenne72 ». En définitive, si l’événement sportif qui apparaît en toile de fond est saisi par des acteurs éloignés des jeux politiques et diplomatiques du contexte de guerre froide, il révèle d’autant plus l’intrication des univers politique et sportif. Des entreprises partisanes et des entrepreneurs de cause contribuent ainsi à décloisonner les enjeux politiques qui structurent traditionnellement l’engagement politique, en y investissant l’espace sportif lorsqu’il constitue un point d’appui à la résonance de leurs revendications.

Haut de page

Notes

1 Jérôme Gygax, « Raisons et prétextes au boycott américain des Jeux olympiques de Moscou 1980 : Covert operation et engagement militaire en Afghanistan », Relations internationales, n° 112, 2002, p. 488.

2 Ibid.

3 Ernie Trory, Munich Montreal and Moscow, a political Tale of the Olympic cities, Hove, Crabtree Press, 1980, 96 p.

4 Dominique Maliesky, Sport et politique. Le boycott des jeux de Moscou (1980) : une crise multidimensionnelle, thèse de doctorat en Science politique, Université Paris 1-Panthéon-Sorbonne, 1989, p. 521.

5 Luc Robène, Loïc Szerdahelyi et Jacques Gleyse, « Les conceptions des femmes dirigeantes du SGEN-CFDT EPS 1977-1987, au travers du Corps Enchaîné : orthodoxie scolaire vs orthodoxie sportive. Carte blanche à Jacques Gleyse », Staps, vol. 123, n° 1, 2019, p. 21.

6 Jacques Defrance, « La politique de l’apolitisme. Sur l’autonomisation du champ sportif », Politix, n° 50, 2000, p. 13-27.

7 Jean-Gabriel Contamin et Olivier Le Noé, « La coupe est pleine Videla ! Le Mundial 1978 entre politisation et dépolitisation », Le Mouvement social, vol. 230, n° 1, 2010, p. 45. Voir également le numéro 120, intitulé « Quel autre sport ? » des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 2013.

8 John Kingdon, Agendas, Alternatives and Public Policies, New York, Harper Collins, 2e édition, 1995, 254 p.

9 Sylvain Dufraisse, Les Héros du sport : une histoire des champions soviétiques (années 1930-années 1980), Ceyzérieu, Champ Vallon, 2019, p. 16.

10 Olivier Le Noé et Jean-Gabriel Contamin, « L’événement sportif comme opportunité : contingence et réversibilité des usages politiques du Mundial de 1978 en Argentine », dans André Gounot, Denis Jallat, Michel Koebel (dir.), Les Usages politiques du football, Paris, L’Harmattan, 2012, p. 142.

11 Jusqu’à son élection en tant que député européen FN en 1984, il se fera appeler Romain Marie, ses deuxième et troisième prénoms.

12 Ce journal, fondé quatre ans auparavant, en 1975, « prône le décloisonnement du religieux vers l’action politique » : Guillaume Letourneur, « Les réseaux catholiques traditionalistes du Front national. Le cas de la fédération FN de la Mayenne (années 1980-2010) », Revue internationale de politique comparée, vol. 28, n° 1-2, 2021, p. 59.

13 Ce terme est employé par le journal Présent, plutôt que celui de « boycott ».

14 Cet appel intervient quelques semaines après l’annonce de l’interdiction signifiée aux Springboks de se rendre en France pour une rencontre de rugby.

15 « Boycott des Jeux olympiques », Présent, n° 42, septembre 1979, p. 1, cote : GR FOL-LC2-7431, consulté à la Bibliothèque nationale de France (BNF).

16 Valérie Igounet, Le Front national, de 1972 à nos jours. Le parti, les hommes, les idées, Paris, Seuil, 2014, p. 170.

17 Le chiffre avancé de cent cinquante millions de morts, victimes du communisme à travers le monde, n’est ni expliqué ni justifié. Il s’avère plus de trois fois supérieur à celui, lui-même difficilement vérifiable, révélé par Stéphane Courtois, dont Le Livre noir du communisme a connu un succès contrasté et a été qualifié par Bernard Pudal de « réinstrumentalisation politique de l’histoire du communisme », dans Gérard Mauger et Louis Pinto, « Communisme. Grand entretien avec Bernard Pudal », Savoir/Agir, vol. 37, n° 3, 2016, p. 73.

18 Présent, n° 35, février 1979, cote : GR FOL-LC2-7431, p. 2-3.

19 Pour Emmanuel Henry, « la notion de construction des problèmes publics renvoie aux processus par lesquels les problèmes sociaux (ou toute question ayant une existence plus ou moins localisée dans l’espace social) acquièrent une dimension publique » : Emmanuel Henry, « Construction des problèmes publics », dans Olivier Fillieule (dir.), Dictionnaire des mouvements sociaux, 2e édition mise à jour et augmentée, Presses de Sciences-Po, 2020, p. 152.

20 « Boycott des Jeux olympiques », Présent, n° 42, septembre 1979, cote : GR FOL-LC2-7431, p. 2.

21 Roger W. Cobb et Charles D. Elder, Participation in American Politics. The dynamics of agenda-building, Baltimore, The Johns Hopkins University Press, 1980, 182 p.

22 Érik Neveu, Sociologie politique des problèmes publics, Paris, Armand Colin, 2015, p. 41.

23 Ibid.

24 Ibid.

25 « Boycott des Jeux olympiques », Présent, n° 42, septembre 1979, cote : GR FOL-LC2-7431, p. 2.

26 Ibid.

27 Bernard Lahire, L’Invention de l’illettrisme, Paris, La Découverte, 2005, p. 34.

28 John McCarthy et Mayer Zald, « Resource mobilization and social movements : a partial theory », American Journal of Sociology, vol. 82, 1977, p. 1212-1241.

29 Lilian Mathieu, « Les ressorts sociaux de l’indignation militante. L’engagement au sein d’un collectif départemental du Réseau éducation sans frontière », Sociologie, vol. 1, n° 3, 2010, p. 305.

30 Bernard Antony, Bernard Antony raconte : nos combats de résistance catholique et française sur l’entre-deux-siècles. Entretien avec Cécile Montmirail, Paris, Éditions Godefroy de Bouillon, 2013, p. 25.

31 Camille Peugny, « La dynamique générationnelle de la mobilité sociale », Idées économiques et sociales, vol. 175, n° 1, 2014, p. 18.

32 Bernard Antony, op. cit., p. 26

33 Ibid., p. 27.

34 Géraud Durand, Enquête au cœur du Front national, Paris, Jacques Grancher, 1996, p. 143.

35 Bernard Antony, op. cit., p. 24.

36 « Romain Marie sans concession », entretien réalisé par Yves Daoudal, un proche de Bernard Antony, inséré dans les réseaux de la nébuleuse du Front national sous la présidence de Jean-Marie Le Pen, cité dans Bernard Antony, op. cit., p. 24.

37 Frédérique Giraud, Aurélien Raynaud et Émilie Saunier, « Principes, enjeux et usages de la méthode biographique en sociologie », ¿ Interrogations ?, n° 17, [en ligne].

38 Annie Collovald, Jacques Chirac et le gaullisme, Paris, Belin, p. 21.

39 En 1982, il crée l’association Chrétienté-Solidarité.

40 En 1984, il participe à la création de l’AGRIF (Alliance générale contre le racisme et pour le respect de l’identité française et chrétienne).

41 Géraud Durand, op. cit., p. 143.

42 « Oui, vous y pouvez quelque chose ! », Présent, n° 45, septembre 1979, cote : GR-FOL-LC2-7431, p. 3.

43 Rédacteur de plusieurs journaux partisans d’extrême droite, tels que Minute ou National Hebdo, François Brigneau, lui aussi anticommuniste, est un ancien collaborateur et milicien qui a ensuite participé à la création du Front national, après avoir été membre d’Ordre nouveau.

44 « Pour dire non à Moscou, boycottons les JO ! », Minute, n° 926, 9 au 15 janvier 1980, cote : FOL-LC2-6962, consulté à la BNF, p. 5-6.

45 C’est ce qu’écrit le journal dans l’article suivant : « Les Jeux olympiques à Moscou : un crime ! », Présent, n° 47, février 1980, cote : GR FOL-LC2-7431, p. 2.

46 « Pour dire non à Moscou, boycottons les JO ! », Minute, n° 926, 9 au 15 janvier 1980, cote : FOL-LC2-6962, p. 6.

47 « La médaille de la honte aux JO du goulag », Minute, n° 888, du 18 au 24 avril 1979, cote : FOL-LC2-6962, p. 10-11.

48 Ibid.

49 « Des liaisons… hasardeuses (JO Moscou) », Minute, n° 911, 26 septembre au 2 octobre 1979, cote : FOL-LC2-6962, p. 35.

50 « La médaille de la honte aux JO du goulag », Minute, n° 888, 18 au 24 avril 1979, cote : FOL-LC2-6962, p. 10-11.

51 « Pour dire non à Moscou, boycottons les JO ! », Minute, n° 926, 9 au 15 janvier 1980, cote : FOL-LC2-6962, p. 5.

52 François Brigneau, « À Moscou, l’essentiel est de ne pas participer ! », Minute, n° 928, 23 au 29 janvier 1980, cote : FOL-LC2-6962, p. 8.

53 Ibid.

54 « Pour dire non à Moscou, boycottons les JO ! », Minute, n° 926, 9 au 15 janvier 1980, cote : FOL-LC2-6962, p. 6.

55 Jacques Defrance, « Politisations et apolitismes sportifs, en France et au Québec, 1930-1960 », Bulletin d’histoire et politique, vol. 11, n° 2, 2003, p. 15-29.

56 Extrait de l’entretien réalisé avec Bernard Antony le 2 janvier 2019.

57 Romain Marie, « Campagne pour le boycottage des Jeux olympiques », Le National, n° 13 (nouvelle série), Juin 1980, cote : FOL-LC2-7394, consulté à la BNF, p. 10.

58 Ibid.

59 Ibid.

60 Extrait d’un entretien avec Jean-Marie Le Pen réalisé le 25 février 2019 à son domicile, situé à Saint-Cloud.

61 Alain Giraudo, « La fin d’une certaine conception de l’olympisme », Le Monde, 22 janvier 1980.

62 Les nouveaux signataires ne proviennent pas seulement de l’extrême droite. Nous pouvons également citer la présence sur la liste des soutiens du maire de Nice et ancien secrétaire d’État au tourisme, Jacques Médecin. Voir : « Un comité français pour le boycottage », Le Monde, 20 mars 1980.

63 Valérie Igounet, op. cit., p. 469.

64 « Un commando d’extrême-droite incendie deux wagons du Paris-Moscou », Le Monde, 29 avril 1980.

65 « Notre Comité français pour le boycottage international des Jeux olympiques de Moscou », Présent, n° 48, Mars 1980, cote : GR FOL-LC2-7431, p. 3.

66 Olivier Voirol, « Les luttes pour la visibilité. Esquisse d’une problématique », Réseaux, vol. 129-130, n° 1-2, 2005, p. 107-108.

67 Pour Pierre Bourdieu, le capital politique « est une forme de capital symbolique, crédit fondé sur la croyance et la reconnaissance ou, plus précisément, sur les innombrables opérations de crédit par lesquelles les agents confèrent à une personne (ou à un objet) les pouvoirs mêmes qu’ils lui reconnaissent » : Pierre Bourdieu, « La représentation politique », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 36-37, 1981, p. 14.

68 Sud-Ouest, 22 mai 1980, p. 26.

69 « Nous voterons Le Pen », Présent, n° 54, octobre 1980, cote : GR FOL-LC2-7431, p. 2. Faute de recueillir assez de parrainages, Jean-Marie Le Pen ne pourra être candidat.

70 Extrait de l’entretien réalisé avec Bernard Antony le 2 janvier 2019.

71 « Brisons le mur du silence », Radio Le Pen Hebdo, n° 1, 1er octobre 1980, cote : 4-JO-37.428, consulté à la BNF, p. 2.

72 Ibid.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Une du journal Présent, n° 45, décembre 1979
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/22611/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 181k
Légende Photo prise par nos soins dans les locaux de l’AGRIF et de Chrétienté-Solidarité.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/22611/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 197k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Valentin Guéry, « L’autre boycott des Jeux olympiques de Moscou 1980 : quand l’événement sportif nourrit le combat anticommuniste de l’extrême-droite française. »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 158 | 2023, 77-94.

Référence électronique

Valentin Guéry, « L’autre boycott des Jeux olympiques de Moscou 1980 : quand l’événement sportif nourrit le combat anticommuniste de l’extrême-droite française. »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 158 | 2023, mis en ligne le 04 décembre 2023, consulté le 23 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/22611 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.22611

Haut de page

Auteur

Valentin Guéry

Institut des sciences sociales du politique, Université Paris-Nanterre

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search