Navigation – Plan du site

AccueilNuméros158DOSSIERLes Jeux de Paris 2024, une cause...

DOSSIER

Les Jeux de Paris 2024, une cause sans adversaires ?

Igor Martinache et Olivier Le Noé
p. 95-109

Résumés

Les méga-événements sportifs comme les Jeux olympiques et paralympiques font l’objet de contestations croissantes en raison de leurs impacts financiers, sociaux ou écologiques. La capitale française, qui doit accueillir la prochaine édition estivale, semble pourtant échapper à ces controverses qui, même si elles existent, ne paraissent guère à même d’ébranler le « consensus olympique ». À partir d’un corpus d’articles de la presse nationale et d’entretiens auprès d’acteurs engagés dans l’organisation de Paris 2024, cet article propose de mettre en évidence non seulement le cadrage médiatique favorable au maintien de ce consensus, mais aussi le travail de mobilisation qui le sous-tend, mené par différentes catégories d’agents sociaux, politiques et administratifs aux intérêts convergents et qui ont incorporé une même disposition à enchanter les Jeux. Face à ces réseaux de circonstance, les oppositions apparaissent au contraire trop dispersées et fragmentées.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Paris, France

Chronologie :

XXIe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Seine-Saint-Denis. Le magazine, n° 92, octobre 2020.
  • 2 Nicolas Ksiss-Martov, Qatar, le mondial de la honte, Montreuil, Libertalia, 2022.
  • 3 Hugo Bourbillères et Michel Koebel, « Les processus de contestation dans le cadre des candidatures (...)
  • 4 Le dernier concurrent en lice, Los Angeles, a en effet accepté après tractation d’organiser l’éditi (...)
  • 5 Éric Monnin et Christophe Maillard, « Pour une typologie du boycottage aux Jeux olympiques », Relat (...)

1« Les Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024, accélérateurs d’histoire(s) » : tel est le slogan choisi à la fin de l’année 2020 par le Conseil départemental de Seine-Saint-Denis pour sa campagne de communication préparant l’accueil du plus grand événement sportif mondial1. Plus encore que la capitale elle-même, le territoire le plus pauvre de métropole doit en effet jouer un rôle central dans le dispositif olympique, en abritant une grande partie des installations destinées non seulement aux compétitions, mais aussi à l’entraînement et l’hébergement des athlètes et de leur staff, avec le village olympique, celui des médias, sans oublier le siège du comité d’organisation. Tandis que les visuels de la campagne mêlent athlètes valides et handisport, scolaires et ouvriers de la construction, la communication écrite vante les retombées en termes d’infrastructures sportives, mais aussi de transports, d’emplois et d’émotions suscitées par un « rêve olympique à la maison ». Le président du Conseil départemental, pourtant dans l’opposition au gouvernement en place, affirme que l’événement constitue « un formidable moyen […] d’améliorer la vie des habitantes et habitants ». Un tel unanimisme contraste avec la vivacité des dénonciations à l’égard de la Coupe du monde de football masculine au Qatar2, mais aussi celles, plus locales, des habitant·es des autres villes candidates à l’organisation des Jeux de 2024 – Budapest, Boston, Hambourg et Rome – qui ont abouti à leur rétractation3, faisant de l’attribution à Paris une victoire à la Pyrrhus4. Auparavant, de multiples épisodes de boycottage ont en outre émaillé les Jeux olympiques modernes dès leur première édition, en 1896, pour des motivations variées, mais le plus souvent extérieures à la compétition elle-même5.

  • 6 Jacques Defrance, « La politique de l’apolitisme. Sur l’autonomisation du champ sportif », Politix, (...)
  • 7 Albert Hirschman, Défection et prise de parole, Paris, Fayard, 1995.
  • 8 Alexandre Morteau, Le Consensus olympique : la construction politique et administrative des grands (...)
  • 9 D’autres travaux ont en effet mis en évidence le désamorçage des critiques à l’égard d’autres éditi (...)

2En dépit d’une « politique de l’apolitisme6 » vigoureusement entretenue par les dirigeants du mouvement olympique, les Jeux ont ainsi très souvent servi au cours du 20e siècle de tribune diplomatique à travers le recours à la défection plutôt qu’à la prise de parole7. Néanmoins, comme l’a relevé Alexandre Morteau8, un changement de régime critique est intervenu au tournant des années 2010, dans la mesure où celui-ci ne dépend plus du contexte géopolitique, mais porte désormais sur le principe même de tels méga-événements sportifs (MES), qu’il s’agisse des coûts financiers, mais aussi sociaux et écologiques supportés par les populations concernées, des retombées économiques pour le moins incertaines, si tant est qu’elles soient rigoureusement mesurables, ou même de la logique compétitive. De ce fait, le consensus olympique va de moins en moins de soi et implique un travail de construction collectif, à l’instar des efforts séquano-dyonisiens dépeints en ouverture. Comprendre cette production du consensus dans le cas des Jeux olympiques et paralympiques (JOP) de Paris 2024 relève d’un exercice de sociohistoire du temps présent dont les analyses ne peuvent par définition pas revêtir de portée définitive. Il s’agit ici d’orienter quelques rais de lumière sur la question de savoir pourquoi les critiques à l’égard de l’organisation des JOP sont restées largement inaudibles en France, contrairement à d’autres pays, permettant jusqu’à présent le maintien d’une rhétorique de la « victoire » de la candidature de Paris pour l’accueil de l’édition 2024. En d’autres termes, comment comprendre la – relative – exception parisienne9 et son imperméabilité à la critique montante des MES ?

  • 10 Constitué à partir des mots-clés « Paris 2024 » et « Jeux olympiques » dans la base Europresse, pui (...)
  • 11 Ce volet a été mené avec Jean-François Davoust, ancien responsable de la commission confédérale spo (...)

3L’hypothèse qui sera étayée ici est que celle-ci a fait l’objet d’un travail actif de mobilisation impliquant différentes catégories d’acteurs sociaux dont les intérêts se sont trouvés alignés par la perspective d’accueillir cet événement dans la capitale hexagonale, tandis que les voix critiques restent pénalisées par leur fragmentation. Les propos qui suivent s’appuient sur l’analyse quantitative et qualitative d’un corpus de 595 articles de presse parus entre janvier 2015 et mars 2020 dans quatre titres de la presse quotidienne nationale (L’Équipe, Le Figaro, Le Monde et Libération)10, complétée par une vingtaine d’entretiens auprès d’acteurs sociaux impliqués dans l’organisation des JOP de Paris 2024, à travers notamment la Charte sociale des JOP de Paris 202411, ces deux volets permettant tout à la fois de donner à voir le cadrage médiatique et le travail politique sous-jacent de différentes catégories d’agents « intéressés » à divers titres par la bonne tenue de la compétition.

La construction médiatique d’une « bonne cause »

  • 12 Philippe Juhem. « La légitimation de la cause humanitaire : un discours sans adversaires », Mots, n (...)
  • 13 Ibid., p. 11.

4S’interrogeant sur les causes de la forte croissance des organisations médicales humanitaires entre les années 1970 et 1990, Philippe Juhem a pointé que celle-ci ne tenait pas simplement aux propriétés intrinsèques de la cause défendue, mais également à l’élaboration d’un ensemble d’énoncés mis en œuvre par les acteurs du secteur pour décrire et justifier leur action, qu’il qualifie de « discours humanitaire », coconstruit avec d’autres acteurs, médiatiques ou politiques12. Cette analyse nous semble largement transposable dans le sport, même si, comparaison n’étant pas raison, les ressorts mobilisés diffèrent évidemment quelque peu. L’examen du corpus d’articles rassemblé permet ainsi de mettre en évidence certaines propriétés de cette « grammaire olympique », dont l’un des effets est de faire qu’« aucun acteur n’est susceptible de tenir durablement un discours critique capable de discréditer la cause13 » que constituent les JOP de Paris 2024.

  • 14 Les trois autres supports étudiés comportent respectivement : pour Le Figaro, 153 articles (25,5 % (...)
  • 15 Christian Pociello, Les Cultures sportives, Paris, PUF, 1995, p. 138.
  • 16 Voir David Garcia, « Grandes affaires et petits arrangements du Tour de France », Le Monde diplomat (...)
  • 17 Patrick Issert et Alain Lunzenfichter, Malheureux aux jeux. Pourquoi Paris n’obtient jamais les Jeu (...)

5De manière peu surprenante, plus de la moitié des articles de notre corpus sont issus de L’Équipe (303 articles, soit 51 % du total14). Cette surreprésentation ne tient pas qu’à la spécialisation thématique du quotidien sportif, mais aussi à la dimension économique : un tel événement exerce un effet amplificateur de l’audience du journal, donc de ses ventes et de ses recettes publicitaires, redoublé par le fait qu’il doit se dérouler en France, ce qui peut inciter les journalistes, pour tenter de le faire durer autant que possible, à le traiter sur le mode du « feuilleton sportif15 », tout en atténuant les critiques afin de ne pas tuer la poule aux œufs d’or. Le quotidien sportif est du reste coutumier du fait puisque son actionnaire principal, qui détient également Le Parisien-Aujourd’hui en France, est aussi l’organisateur du Tour de France et du rallye Paris-Dakar à travers sa filiale Amaury Sport Organisation (ASO)16. Ancien journaliste de L’Équipe, spécialisé sur les JOP et co-auteur d’un ouvrage sur les échecs successifs des candidatures parisiennes à leur organisation17, Patrick Issert confirme l’intériorisation d’une autocensure, notamment à propos de la campagne pour l’obtention des JOP de 2012, alors portée par un consortium d’entreprises privées emmené par le groupe Lagardère :

  • 18 Entretien avec Patrick Issert, 11 juillet 2022.

« Lagardère à l’époque était actionnaire à hauteur de 20 % du groupe Amaury dont fait partie L’Équipe. Tu vois la situation : tu as comme interlocuteur principal l’un des actionnaires de ton groupe ! Donc ça t’apprend la diplomatie, à marcher sur la pointe des pieds. »18

6Les facteurs d’un traitement plus superficiel tiennent cependant également aux transformations du travail journalistique, qui se traduisent par une injonction croissante à la productivité et à la réactivité en réponse à la baisse continue des tirages et à la digitalisation, comme l’explique le même enquêté :

  • 19 À noter cependant que cet éloignement entre les journalistes et leurs sources peut aussi réduire la (...)
  • 20 Ibid.

« Ce qui a évolué aussi, c’est l’arrivée d’Internet [...], ça a réduit les formats : avant, on avait des papiers plus longs, plus fouillés. Sur un écran ou sur un smartphone qui plus est, on demande d’être beaucoup plus contracté en matière d’écriture. Beaucoup plus rapide aussi [...]. Ça a une autre incidence, c’est-à-dire que tes rapports avec tes interlocuteurs ne sont plus aussi nourris. […] Tu créais un réseau qu’aujourd’hui tu ne peux plus créer, ou en tout cas pas avec la même intensité. C’est beaucoup plus dans l’échange de paroles bien calibrées19. »20

  • 21 Érik Neveu, Sociologie du journalisme, Paris, La Découverte, 2019, not. chap. IV, et Karim Souanef, (...)
  • 22 55 articles pour le seul mois de septembre 2017, lorsque les Jeux sont officiellement attribués à P (...)

7S’il ne résume pas toutes les transformations du métier, ce glissement vers un journalisme de communication, c’est-à-dire dépendant des dépêches et des communiqués, est corroboré par diverses enquêtes sociologiques21 et s’avère particulièrement visible dans le traitement réservé aux JOP dans notre corpus. Avant tout, on peut noter une forte irrégularité dans la parution des articles, concentrés à certains moments forts22 ; ce qui suggère un certain suivisme de la part des journaux étudiés, ne faisant que réagir aux « événements » suscités par les promoteurs des JOP. La taille des articles étant indissociable de leur type, on peut en outre constater que les formats courts y sont nettement majoritaires. Les brèves ou comptes rendus, qui comptent au maximum 250 mots – mais en moyenne 40 mots dans le corpus –, constituent environ un tiers du total. Ces articles livrent une information brute, sans réel traitement journalistique ni analyse, et proviennent souvent de dépêches d’agences parfois simplement recopiées. Peu coûteux à produire, ces articles ont également le mérite de nourrir le feuilleton.

8Les reportages, qui contiennent entre 250 et un millier de mots – en moyenne entre 500 et 600 ici – constituent 47 % du corpus. Ils permettent certes un traitement plus fouillé d’une information et l’adoption d’un angle permettant de se distinguer de la concurrence, sans pour autant rendre possible le déploiement d’une analyse détaillée. Ils se bornent ainsi à livrer le témoignage de quelques sources directement impliquées dans le sujet traité, sous forme de citations livrées telles quelles. Dès lors, ils consistent essentiellement à donner la parole aux promoteurs de l’événement sans effort de confrontation. On peut y ajouter les interviews, d’une longueur moyenne comprise ici entre 1 000 et 2 000 mots, qui constituent 12 % du corpus, proportion non négligeable qui révèle un intérêt des journalistes pour les témoignages directs, relativement économiques et qui n’impliquent pas d’analyse. En l’occurrence, les acteurs interrogés sont pour l’essentiel des membres du mouvement sportif ou des professionnels de la politique impliqués dans l’organisation et/ou la promotion de Paris 2024 et se montrent évidemment favorables.

9D’un format plus long que les reportages, soit plus de 1 000 mots, les analyses donnent lieu à un traitement plus fouillé et surtout problématisé, dans lequel les journalistes peuvent apporter des éléments de contrepoint à la parole des acteurs, qui ne sont ici généralement pas ou peu mobilisés. Environ 5 % des textes de notre corpus relèvent de ce format. On peut encore en distinguer les enquêtes, qui impliquent un travail long et minutieux d’investigation mobilisant des sources nombreuses et diversifiées, sous forme de documents et témoignages qu’il s’agit de recouper. Compte tenu des facteurs socio-économiques invoqués, ce type de format tend à s’amenuiser – même si certains médias s’en sont fait une spécialité, révélant l’existence d’une « demande » –, et il est pratiquement absent de notre corpus. Tout au plus peut-on relever quelques articles rangés dans des rubriques explicitement intitulées « enquêtes », mais aucun ne semble véritablement présenter les propriétés évoquées précédemment. De même, très rares sont les éditoriaux consacrés aux JOP (seulement huit), autre indicateur de l’absence de caractère polémique du sujet, d’autant plus que leur teneur s’avère unanimement positive. Notons cependant la présence, quoique très faible (seulement cinq), de tribunes où les journalistes laissent la plume – non sans conserver un pouvoir de filtrage – à d’autres acteurs engagés à un titre ou un autre sur le sujet traité, qui expriment une prise de position. En l’occurrence, ceux-ci émettent tous des critiques des JOP de 2024, et sont l’apanage du Monde et de Libération.

  • 23 Faute de place, il n’est malheureusement pas possible de reproduire ici les graphiques illustrant c (...)

10Il s’agit bien des exceptions qui confirment la règle, car lorsque l’on s’intéresse aux acteurs mobilisés dans les articles, le recensement révèle que les journalistes donnent de manière presque exclusive la parole à quatre catégories d’acteurs dont la position sociale laisse fortement augurer d’une prise de position favorable : dirigeants sportifs, représentants du mouvement sportif, athlètes ou responsables politiques23. Plus encore, à l’échelle individuelle, deux d’entre eux sont particulièrement surreprésentés : le président du Comité d’organisation, Tony Estanguet, et la maire de Paris, Anne Hidalgo, qui apparaissent ensemble ou séparément dans près de la moitié du corpus.

  • 24 Sibylle Vincendon, « Hidalgo refuse de tomber dans le panneau olympique », Libération, 8 novembre 2 (...)
  • 25 Sibylle Vincendon, « Anne Hidalgo, la fausse suivante », Libération, 24 juin 2015.
  • 26 Voir par exemple Cécile Collinet, Mathieu Delalandre et Sandie Beaudouin, « L’opinion des Français (...)

11D’une manière plutôt singulière, la maire de Paris, qui était initialement défavorable à l’accueil de la compétition24, s’y est ralliée avec la foi des convertis, ayant semble-t-il perçu combien un tel projet pouvait servir ses ambitions politiques25, et surtout la grande popularité de l’événement indiquée par les enquêtes d’opinion successives26. Régulièrement attaquée par ses opposants qui lui imputent tous les dysfonctionnements de la capitale, Anne Hidalgo peut ainsi espérer se fabriquer une image plus consensuelle en bénéficiant de l’apolitisme entourant les JOP et de leur popularité, au double sens du terme. Le choix de l’ancien kayakiste, Tony Estanguet, champion encore jeune retiré depuis peu de la compétition, comme porte-parole de la candidature puis président du COJOP, semble s’inscrire dans une tactique. Elle offre l’opportunité de déminer les critiques adressées aux dirigeants économiques ou de fédérations sportives qui avaient porté les candidatures précédentes couronnées d’insuccès, jugés trop âgés et éloignés des terrains de sport.

  • 27 Michaël Attali (dir.), Le Sport et ses valeurs, Paris, La Dispute, 2004.
  • 28 Voir par exemple Jean-Julien Ezvan, « Paris 2024, les coulisses d’une folle campagne olympique », L (...)
  • 29 Entretien du 5 septembre 2022.

12En dépit de leurs différences flagrantes de profil, les deux principaux représentants privilégiés par les médias étudiés s’expriment néanmoins sur un mode similaire, qui domine plus largement dans le corpus étudié. On y retrouve tout d’abord une forte mobilisation du registre des émotions : les Jeux sont ainsi présentés comme une « grande fête » pour tous les Français, qui viendrait fédérer et ainsi renforcer l’unité nationale, dans un contexte marqué par les attentats meurtriers de l’année 2015. C’est plus largement l’éventail des valeurs supposées du sport qui est mobilisé : passion, respect de l’autre, dépassement de soi, universalité, paix, intégration, etc.27 La campagne pour l’obtention des jeux est elle-même présentée comme un « combat » de longue haleine dans lequel se sont investis différents acteurs ayant su faire taire leurs antagonismes, réalisant ainsi une sorte d’union sacrée28. Elle devient une revanche venant laver l’affront des échecs précédents, rétablissant ainsi la fierté nationale. L’accent est également mis sur les retombées supposées de ce qui constituerait ainsi une opportunité à ne pas manquer : accélération des travaux d’infrastructure du Grand Paris, emplois et recettes diverses, notamment liées au tourisme, ou encore stimulation de la pratique sportive dans la population, l’ensemble étant cristallisé sous la notion d’« héritage » pour désigner l’empreinte sociale positive et durable que l’événement est supposé laisser dans le pays, sous la supervision d’une direction dédiée au sein du COJOP. Corollairement, les critiques potentielles sont anticipées et ainsi désamorcées par avance, avec des annonces portant sur un coût réduit de l’organisation, en particulier pour les contribuables, ou encore une exemplarité en matière sociale et environnementale que les acteurs ne cessent de mettre en avant. On retrouve ainsi une stratégie similaire aux organisateurs des Jeux de Londres en 2012, qui ont « réussi à vendre leur réussite bien avant leur ouverture », selon l’historien Patrick Clastres29.

Travail de conviction et alignement des intérêts

13Cette « grammaire olympique » a pour elle la force de l’évidence répétée, d’autant que les responsables de l’organisation rencontrés semblent en être sincèrement convaincus, du fait de leur propre socialisation dans le milieu sportif, comme l’exprime le directeur général du COJOP :

  • 30 Entretien avec Étienne Thobois, 7 juillet 2022.

« D’abord, moi, je suis un militant féru du sport et de l’organisation d’événements sportifs, et quand je dis ça, je pense à toute la partie exemplarité autour du sport, je pense que ça véhicule un certain nombre de valeurs et – ce n’est pas le bon terme –, mais le fonds de commerce, c’est les valeurs, les fameuses valeurs du sport. [...] Et quelque part ces notions de respect, d’excellence – alors l’amitié c’est peut-être un peu au-delà, même si dans la version olympique, c’est l’amitié entre les peuples –, l’universalisme des jeux, pour moi, c’est très important. Donc ça, ça m’anime, j’allais dire quasiment d’un point de vue militant. »30

  • 31 Stephen Kalberg, Les Idées, les valeurs et les intérêts. Introduction à la sociologie de Max Weber, (...)

14Le lapsus conscient de l’intéressé à propos du « fonds de commerce » révèle au passage l’intrication étroite des valeurs et des intérêts, en cette matière comme en bien d’autres, ainsi que l’avait déjà relevé Max Weber31. On peut donc relever que si les différents promoteurs de Paris 2024 n’ont pas nécessairement les mêmes intérêts selon l’espace social dans lequel ils évoluent – économique, politique, sportif… –, ce type de méga-événement permet néanmoins un alignement de ces intérêts autour de l’effet d’entraînement qu’il serait supposé déclencher et qui permettrait de neutraliser au moins temporairement certains clivages en vigueur dans le cours ordinaire de ces champs (syndicats et patronat, grandes entreprises et PME, partis politiques, etc.). C’est ce que suggère le vice-président de la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME), également président de sa branche départementale de Seine-Saint-Denis et qui représente son organisation dans le Comité de la Charte sociale des JOP 2024 :

  • 32 Entretien avec Jean-Lou Blachier, 5 juillet 2022.

« Je me souviens que, alors que j’étais vraiment très très jeune, mais plusieurs fois il y a eu l’occasion d’avoir les Jeux olympiques en France et moi j’étais tout petit. Je me souviens en tout cas. Et là, les Jeux olympiques sont en France, c’est génial ! […] D’autre part, que ça soit en Seine-Saint-Denis qui est un département qui est vraiment extraordinaire, mais qui est mal connu. C’est un département avec lequel moi j’ai les plus grands bonheurs du monde, parce qu’on a entre les différents acteurs économiques et politiques de bonnes relations. »32

15Il serait pourtant erroné, sinon naïf, de penser que ces valeurs et arguments, et les énoncés qui les véhiculent, l’emporteraient par leur seule force intrinsèque de conviction, et que les différents agents concernés – gouvernement, collectivités territoriales, grandes entreprises, PME, mouvement sportif, athlètes, médias – concevraient spontanément qu’il est dans leur intérêt de soutenir la réception des JOP dans la capitale française. Cet alignement est en effet le résultat toujours provisoire d’un travail de mobilisation et de persuasion de longue haleine, impulsé par certains membres de ces catégories plus spécifiquement intéressés – au double sens du terme – du fait de leur propre socialisation et de leur position actuelle.

  • 33 Alexandre Morteau, Le Consensus olympique…, op. cit.

16Ainsi, comme le montre Alexandre Morteau33, les cabinets des différents ministres de premier plan (Économie, Intérieur, Affaires étrangères et Europe) se sont mobilisés dès les premiers temps de la candidature, en 2015, dans le sillage de la présidence de la République qui l’a portée. De même, le Comité de candidature a mené un intense travail de conviction auprès des responsables syndicaux et politiques, comme le raconte son ancien responsable des relations institutionnelles :

  • 34 Entretien avec Sébastien Moreau, 16 septembre 2021.

« Donc je n’avais que quatre mois [pour mettre la Charte en place] et [...] j’ai réussi à trouver quelques contacts, quelques 06, par l’intermédiaire du conseiller social de l’Élysée, que je connaissais, qui avait été DRH de la Ville de Paris, secrétaire général de l’Association des régions de France, donc je l’avais croisé plusieurs fois, donc il m’a envoyé quelques contacts, ou des noms, et parfois j’appelais le standard, [...] je n’avais pas de 06, et je demandais à parler aux conseillers politiques. Et donc j’ai fait des réunions d’abord individuelles, avec chaque syndicat, pour que chacun puisse dire aussi sa propre problématique. […] De la même manière, j’ai sondé l’ensemble de l’échiquier politique, de manière hétérogène, en fonction de… j’ai fait prendre des rendez-vous avec Bernard [Lapasset, co-président du Comité de candidature] à l’ensemble de l’échiquier politique. »34

17Le même explique avoir cependant exclu deux organisations, le Rassemblement national et La France insoumise, non sans œuvrer en coulisses à désamorcer les potentielles critiques de cette dernière :

  • 35 Ibid.

« J’ai fait le choix de ne pas prendre de rendez-vous avec Mélenchon. Parce qu’à un moment donné je me suis dit que ça ne va servir à rien. L’intuition que j’avais, c’est que Danielle Simonnet allait pouvoir lui mettre un petit peu la pression. Je la connais bien, j’étais dir’cab’ du maire du 20e [arrondissement] ! C’était mon adjointe à la vie associative […]. Mélenchon s’est dit : “franchement, très pragmatiquement, ce n’est pas ma tasse de thé ce truc, je n’aime pas le sport, je n’aime pas ces organisations internationales technocratiques qui sont souvent du côté du manche plutôt que du côté du peuple, et objectivement c’est vrai, mais pourquoi bon je vais aller me faire chier à taper sur un sport populaire qu’aiment les gens, y compris mon électorat, le truc est plutôt bien foutu, je vais me faire taper de partout, pourquoi je vais aller me faire chier là-dedans ?” Et en fait on a réussi… »35

18Si les motivations du leader de La France insoumise sont ici certainement davantage postulées que rapportées, cet extrait révèle néanmoins, outre l’intériorisation du risque politique qu’il y aurait à critiquer les JOP compte tenu de leur supposée popularité, l’importance des réseaux de sociabilité interpersonnels en deçà des organisations dans ce travail de mobilisation pour la cause des JOP.

19La dimension temporelle est également cruciale à noter, dans la mesure où la persuasion demande un effort prolongé et où les retombées supposées sont également attendues dans un avenir suffisamment lointain pour rendre incertaines, et d’une certaine manière invérifiables, les promesses avancées. C’est ce qu’exprime bien la responsable de « l’héritage » au COJOP :

  • 36 Entretien avec Marie Barsacq, 8 juin 2022.

« C’est l’exemple des 30 minutes d’activité physique quotidienne à l’école, une expérimentation qu’on a proposée à l’Éducation nationale et qui a été lancée en 2020 […]. Et bon an mal an la mesure a cheminé. Elle a rencontré son public, puisque aujourd’hui on a des écoles qui, de façon volontaire, vont la mettre en place et, du coup, le président de la République se dit : “C’est un bon coup ce truc ! S’il y a 30 % des écoles qui le font de façon volontaire, c’est qu’il y a un potentiel pour généraliser”. […] Bref, le timing était bon. En fait, on est assez contents et c’est un bon exemple pour montrer que quand on travaille très, très en amont, on peut cranter des habitudes. […] On ne peut pas se satisfaire d’avoir 140 milliards par an de dépenses publiques liées à la sédentarité pour notre pays, c’est quand même énorme ! »36

20On retrouve ici un schéma rhétorique souvent entendu et lu, consistant à souligner un coût ou un déficit actuel important – ici les « 140 milliards de dépenses publiques liées à la sédentarité » –, que l’organisation des JOP est supposée venir combler, à une échéance indéterminée mais tout aussi impossible à questionner. Et si les arguments rationnels ne suffisent pas à emporter l’adhésion, le registre émotionnel est de nouveau mobilisé, comme le raconte la vice-présidente du MEDEF, coprésidente du Comité de la Charte sociale avec Bernard Thibaut :

  • 37 Entretien avec Dominique Carlac’h, 16 juin 2021.

« Quand [en 2014] Pierre Gattaz [alors président du MEDEF] me dit : “Tu vas prendre la présidence du comité sport”, je lui réponds : “À une condition, Pierre, c’est qu’on se positionne en faveur de l’organisation des Jeux et non de l’Exposition universelle”… Parce que la maison MEDEF était pro-Exposition universelle plutôt que Jeux olympiques, au prétexte que ça allait coûter une blinde et qu’on ne voulait pas financer. Et j’ai dit : “Écoute, Pierre, des grands événements planétaires comme ça il n’y en aura pas 50 : on a eu les Jeux en 1924. Moi, de mon vivant, si je peux défendre une candidature à des Jeux, je le ferai volontiers. En plus, c’est bénévole !”. […] C’est aussi un événement finalement qui va laisser une empreinte, un héritage, de l’influence qu’on va avoir dans le monde, sur notre modèle de société. Et Pierre a acheté. »37

21Au cours du même entretien, Dominique Carlac’h développe l’argumentaire utilisé pour convaincre les élus du MEDEF de se rallier à la candidature parisienne, mêlant arguments économiques et affects, en insistant par exemple sur l’impact que la tenue des JOP dans l’Hexagone aurait sur la motivation des salariés, et partant leur productivité. Il serait pour autant excessif d’avancer que tous ont été réellement convaincus, mais ils ont en tout cas fait preuve de loyauté silencieuse en taisant les critiques, au moins dans la sphère publique. Et de fait, le caractère apparemment consensuel de la « cause » Paris 2024 n’implique pas l’absence totale d’oppositions, mais plutôt leur incapacité à se faire réellement entendre.

Des oppositions en ordre dispersé

22À l’instar des autres villes candidates à l’organisation des JOP, Paris n’est pas exempte d’oppositions aux JOP, dotées d’un discours désormais rodé, voire répliqué à l’envi sans effort d’ajustement aux évolutions contextuelles. Certains agents et collectifs sont devenus de véritables spécialistes de l’appel au boycott des grands événements sportifs depuis une quarantaine d’années. De tels appels peuvent être lancés pour des raisons conjoncturelles, pour dénoncer par exemple le non-respect des droits humains dans les pays hôtes, soit plus structurellement au nom d’une critique radicale du sport qui constituerait un adjuvant essentiel de la domination capitaliste. Portées en France notamment par le sociologue Jean-Marie Brohm depuis le mitan des années 1970, ces analyses présentent le sport, et tout particulièrement sa variante spectaculaire, comme une source de réduction du champ de la conscience sociale quant aux situations d’exploitation. Le sport contribuerait à façonner un corps machinique, au même titre que le travail à la chaîne, et serait destiné à accroître le rendement du travailleur – et d’oppression –, le sport serait un opium du peuple abrutissant les masses, quand il ne suscite pas une haine violente pouvant aller jusqu’au meurtre.

  • 38 Igor Martinache, « Comment peut-on être antisportif ? La théorie critique du sport au prisme de son (...)
  • 39 Jean-Marie Brohm, « Nous refusons la candidature de Paris aux JO 2024 ! », The Huffington Post.fr, (...)

23De fait, en dépit de relais médiatiques récurrents et d’une productivité éditoriale manifeste, cette approche peine à élargir son audience, pour des raisons qui tiennent tout à la fois au fond essentialisant de cette dernière et aux tensions et contradictions internes de ses porteurs38. Cette absence de renouvellement est aussi une faiblesse de la contestation portée par les tenants du boycott de l’événement. Deux mois après le lancement officiel de la candidature parisienne, le 13 avril 2015, Jean-Marie Brohm publie ainsi la première tribune opposée à celle-ci dans un média en ligne39. Paradoxalement, c’est peut-être aussi sa force relative en France qui pourrait contribuer à diviser les oppositions potentielles aux JOP, dans la mesure où si certains peuvent s’inquiéter de telles ou telles externalités négatives suscitées par l’événement, ils n’en sont pas pour autant prêts à souscrire à une critique qui se présente elle-même comme radicale vis-à-vis du sport dans sa globalité.

24Fin 2016 se constitue en effet un autre collectif baptisé « NON aux JO de Paris 2024 », qui s’abstient de convier les porteurs de la théorie critique à ses réunions40. Une mise en route trop tardive, de l’aveu même de son principal porte-parole, le juriste Frédéric Viale, auteur notamment d’une tribune dans Le Monde durant l’été précédant la désignation de Paris41. En février 2017, le collectif lance une pétition en ligne pour exiger un référendum sur la candidature parisienne, mais qui n’a recueilli que 32 500 signatures six ans plus tard42, loin des presque 300 000 collectées à Budapest par exemple. En dépit de sa participation à différents rassemblements contre les « grands projets inutiles et imposés » dans la région et du soutien de quelques élus Europe Écologie-les Verts, le collectif peine à dépasser les quelques dizaines de membres, comme l’illustrent les rangs particulièrement clairsemés d’une manifestation organisée devant le siège du COJOP en décembre 202243.

  • 44 Jules Boykoff, Celebration Capitalism and the Olympic Games, Londres, Routledge, 2013.
  • 45 Michel Dobry, Sociologie des crises politiques, Paris, Presses de la FNSP, 1987.
  • 46 Coralie Schaub, « JO 2024 : à Aubervilliers, le combat des jardiniers pour sauver leurs lopins prom (...)
  • 47 Léna Lutaud, « JO 2024 : ils se battent pour maintenir leurs festivals pendant les Jeux de Paris », (...)
  • 48 Un même constat a pu être fait à propos des Jeux olympiques de Londres en 2012 et du « capitalisme (...)

25En dépit d’une palette d’arguments construits et touchant à différentes thématiques contemporaines sensibles – dégâts écologiques, généralisation de la surveillance ou encore explosion et socialisation des coûts et privatisation des bénéfices qui caractérisent le modèle de ce « capitalisme de célébration »44 –, les opposants aux JOP peinent à faire converger autour d’eux les militants de ces différentes autres causes. Ou, pour le dire autrement, à désectoriser ces différents enjeux pour déclencher une véritable crise politique45. De ce fait, si après la période traitée dans le corpus de presse ont émergé plusieurs fronts d’opposants aux Jeux, qui ont bénéficié d’une certaine couverture médiatique, pour la défense des jardins ouvriers d’Aubervilliers promis à la destruction par le chantier du centre aquatique46 ou le maintien des festivals de l’été 2024 menacés par la concentration des forces de sécurité sur les JOP47, ces mobilisations demeurent cloisonnées48, faute d’un référentiel commun mettant en cause la manifestation en elle-même, tandis que manque à ceux qui le proposent un réseau élargi d’alliés, de cautions et d’autorités pour relayer la légitimité et la pertinence de la mise en cause de l’événement.

  • 49 Sur les rapports ambivalents à ce cloisonnement, voir Jean-Gabriel Contamin et Olivier Le Noé, « La (...)

26En résumé, ce n’est pas le caractère irréprochable de l’événement et des agents qui le portent qui suffit à expliquer le relatif consensus qui l’entoure. De même, ce n’est pas l’absence complète de critique, mais celle d’acteurs institutionnels – au sein des administrations, des partis politiques, des partenaires sociaux – susceptibles d’être gênés par l’événement et qui pourraient par conséquent avoir intérêt à porter un discours critique à son égard. À l’inverse, ceux qui promeuvent l’événement sont porteurs d’intérêts qui ont pu s’aligner sous l’effet d’un travail de mobilisation prenant appui sur des dispositions déjà incorporées à enchanter l’événement. L’impossible contestation du projet repose ainsi conjointement sur les caractéristiques de mise en forme de ses énoncés, sur la puissance tant économique que sociale des organisations qui le promeuvent et la mise en avant d’acteurs positivement considérés (des sportifs populaires notamment). L’organisation d’un événement comme les Jeux olympiques de 2024 constitue bien un objet politique, mais dépolitisé, car présenté comme relevant de la « société civile » en vertu d’un cloisonnement soigneusement entretenu entre sport et politique49. C’est à cette condition qu’il est conçu comme un sujet qui se tient à l’écart des polémiques et en fin de compte une cause sans adversaires.

Haut de page

Notes

1 Seine-Saint-Denis. Le magazine, n° 92, octobre 2020.

2 Nicolas Ksiss-Martov, Qatar, le mondial de la honte, Montreuil, Libertalia, 2022.

3 Hugo Bourbillères et Michel Koebel, « Les processus de contestation dans le cadre des candidatures des villes européennes aux Jeux olympiques et paralympiques 2024 », Movement & Sport Sciences, n° 107, 2020, p. 17-29.

4 Le dernier concurrent en lice, Los Angeles, a en effet accepté après tractation d’organiser l’édition de 2028 en échange d’une substantielle compensation financière. Voir Matthew Futterman, « Olympic Committee Favors Paris in 2024 », The Wall Street Journal, 30 mai 2017.

5 Éric Monnin et Christophe Maillard, « Pour une typologie du boycottage aux Jeux olympiques », Relations internationales, n° 162, 2015, p. 173-198.

6 Jacques Defrance, « La politique de l’apolitisme. Sur l’autonomisation du champ sportif », Politix, n° 50, 2000, p. 13-27.

7 Albert Hirschman, Défection et prise de parole, Paris, Fayard, 1995.

8 Alexandre Morteau, Le Consensus olympique : la construction politique et administrative des grands événements sportifs internationaux, d’Albertville 1992 à Paris 2024, thèse de doctorat en science politique, Université Paris-Dauphine/PSL, 2022.

9 D’autres travaux ont en effet mis en évidence le désamorçage des critiques à l’égard d’autres éditions olympiques, notamment les Jeux d’hiver à Sotchi en 2014, en dépit de multiples motifs de dénonciation à l’égard du régime autoritaire russe, en étudiant également le cadrage médiatique (Julian Boykoff et Mathew Yasuoka, « Media Coverage of the 2014 Winter Olympics in Sochi, Russia : Putin, Politics, and Pussy Riot », Olympika, n° 23, p. 27-55) ou à partir d’une analyse en termes de relations internationales mobilisant le paradigme réaliste (Johan Ekberg et Michael Strange, « What Happened to the Protests ? The Surprising Lack of Visible Dissent During the Sochi Winter Olympics », Sport in Society, vol. 20, n° 4, p. 532-545).

10 Constitué à partir des mots-clés « Paris 2024 » et « Jeux olympiques » dans la base Europresse, puis traité avec le logiciel d’analyse textuelle Prospero, cet échantillon visait à inclure une période d’environ deux ans et demi avant et autant après l’attribution officielle des JOP de 2024 à Paris, en septembre 2017, tandis que les quatre titres retenus nous semblaient assurer une certaine diversité d’opinions et d’approches du sport.

11 Ce volet a été mené avec Jean-François Davoust, ancien responsable de la commission confédérale sport de la CGT et membre du Comité de la Charte, et a donné lieu à un ouvrage sur ce sujet (Jean-François Davoust et Igor Martinache, Travailleur·e·s, faites vos jeux !, Paris, Arcane 17, 2023). Innovation de ces JOP de Paris 2024 comprenant seize engagements non contraignants pris par le Comité d’organisation des JOP, la Société de livraison des équipements olympiques (Solidéo), les cinq principales confédérations syndicales de salariés et les trois principales organisations patronales, cette Charte sociale constitue un objet particulièrement ambivalent, dont l’une des fonctions semble être précisément de désamorcer les critiques potentielles à l’égard de l’événement et qui s’inscrit dans une logique plus générale d’endogénéisation du droit par les organisations privées (voir Lauren B. Edelman, « Legal Ambiguity and Symbolic Structures : Organizational Mediation of Civil Rights Law », American Journal of Sociology, vol. 97, n° 6, p. 1531-1576).

12 Philippe Juhem. « La légitimation de la cause humanitaire : un discours sans adversaires », Mots, n° 65, 2001, p. 9-27.

13 Ibid., p. 11.

14 Les trois autres supports étudiés comportent respectivement : pour Le Figaro, 153 articles (25,5 % du corpus) ; pour Le Monde, 89 articles (15 %) ; pour Libération, 50 articles (8,5 %). Cela reflète aussi un rapport différent au traitement du sport : Le Figaro s’est par exemple investi précocement sur le sujet, allant jusqu’à organiser ses propres manifestations pour tenter de contrer l’influence communiste dans le champ durant l’entre-deux-guerres, tandis que Libération, à son lancement en 1973, refusait de parler de sport.

15 Christian Pociello, Les Cultures sportives, Paris, PUF, 1995, p. 138.

16 Voir David Garcia, « Grandes affaires et petits arrangements du Tour de France », Le Monde diplomatique, juillet 2009, p. 22-23.

17 Patrick Issert et Alain Lunzenfichter, Malheureux aux jeux. Pourquoi Paris n’obtient jamais les Jeux olympiques, Paris, Prolongations, 2006.

18 Entretien avec Patrick Issert, 11 juillet 2022.

19 À noter cependant que cet éloignement entre les journalistes et leurs sources peut aussi réduire la connivence particulièrement forte dans le champ sportif, notamment à l’échelle locale. Voir par exemple Benjamin Parrot, « Sport et presse quotidienne régionale : un journalisme sous influence ? », Communication & langages, n° 168, 2011, p. 113-125.

20 Ibid.

21 Érik Neveu, Sociologie du journalisme, Paris, La Découverte, 2019, not. chap. IV, et Karim Souanef, Le Journalisme sportif. Sociologie d’une spécialité dominée, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2019.

22 55 articles pour le seul mois de septembre 2017, lorsque les Jeux sont officiellement attribués à Paris, contre 10 à 15 articles par mois en moyenne pour les années 2016 ou 2018 notamment.

23 Faute de place, il n’est malheureusement pas possible de reproduire ici les graphiques illustrant cette assertion.

24 Sibylle Vincendon, « Hidalgo refuse de tomber dans le panneau olympique », Libération, 8 novembre 2014.

25 Sibylle Vincendon, « Anne Hidalgo, la fausse suivante », Libération, 24 juin 2015.

26 Voir par exemple Cécile Collinet, Mathieu Delalandre et Sandie Beaudouin, « L’opinion des Français sur les Jeux olympiques de Paris 2024 », Movement & Sport Sciences, n° 107, 2020, p. 31-40.

27 Michaël Attali (dir.), Le Sport et ses valeurs, Paris, La Dispute, 2004.

28 Voir par exemple Jean-Julien Ezvan, « Paris 2024, les coulisses d’une folle campagne olympique », Le Figaro, 12 septembre 2017.

29 Entretien du 5 septembre 2022.

30 Entretien avec Étienne Thobois, 7 juillet 2022.

31 Stephen Kalberg, Les Idées, les valeurs et les intérêts. Introduction à la sociologie de Max Weber, Paris, La Découverte, 2010.

32 Entretien avec Jean-Lou Blachier, 5 juillet 2022.

33 Alexandre Morteau, Le Consensus olympique…, op. cit.

34 Entretien avec Sébastien Moreau, 16 septembre 2021.

35 Ibid.

36 Entretien avec Marie Barsacq, 8 juin 2022.

37 Entretien avec Dominique Carlac’h, 16 juin 2021.

38 Igor Martinache, « Comment peut-on être antisportif ? La théorie critique du sport au prisme de son principal entrepreneur de cause », Sciences sociales et sport, n° 18, 2021, p. 65-90. L’un des promoteurs de la théorie critique du sport, en rupture de ban, a également publié isolément un ouvrage, relayé par Le Monde et Le Figaro : Marc Perelman, 2024. Les Jeux olympiques n’ont pas eu lieu, Bordeaux, Éditions du Détour, 2021.

39 Jean-Marie Brohm, « Nous refusons la candidature de Paris aux JO 2024 ! », The Huffington Post.fr, 23 juin 2015 [En ligne].

40 Christophe-Cécil Garnier, « Paris 2024 : depuis quand des Français ne veulent-ils plus des JO dans leur pays ? », Slate.fr, 10 août 2017 [En ligne].

41 « Frédéric Viale : “Les JO 2024 à Paris, un projet inutile et imposé” », Le Monde, 10 juillet 2017. On pourra noter la forme du titre, qui marque une prise de distance prudente du support qui la publie.

42 Accessible à l’URL : <https://www.mesopinions.com/petition/politique/appel-referendum-candidature-paris-aux-jo/28276> (consultée le 26 avril 2023).

43 Robin Richardot, « À Aubervilliers, une timide mobilisation anti-Jeux olympiques », Le Monde, 11 décembre 2022.

44 Jules Boykoff, Celebration Capitalism and the Olympic Games, Londres, Routledge, 2013.

45 Michel Dobry, Sociologie des crises politiques, Paris, Presses de la FNSP, 1987.

46 Coralie Schaub, « JO 2024 : à Aubervilliers, le combat des jardiniers pour sauver leurs lopins promis au béton », Libération, 5 décembre 2020.

47 Léna Lutaud, « JO 2024 : ils se battent pour maintenir leurs festivals pendant les Jeux de Paris », Le Figaro, 15 décembre 2022.

48 Un même constat a pu être fait à propos des Jeux olympiques de Londres en 2012 et du « capitalisme festif » qui les sous-tendait, à l’encontre desquels plusieurs types de mobilisations parallèles ont pu être observés (nationales, locales, sur enjeux, « glocales », néotribales et situationnistes). Voir Richard Giulianotti, Gary Armstrong, Gavin Hales et Dick Hobbs, « Sport Mega-Events and Public Opposition : A Sociological Study of the London 2012 Olympics », Journal of Sport and Social Issues, vol. 39, n° 2, p. 99-119.

49 Sur les rapports ambivalents à ce cloisonnement, voir Jean-Gabriel Contamin et Olivier Le Noé, « La coupe est pleine, Videla ! Le Mundial 1978 entre politisation et dépolitisation », Le Mouvement social, n° 230, 2010, p. 27-46.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Igor Martinache et Olivier Le Noé, « Les Jeux de Paris 2024, une cause sans adversaires ? »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 158 | 2023, 95-109.

Référence électronique

Igor Martinache et Olivier Le Noé, « Les Jeux de Paris 2024, une cause sans adversaires ? »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 158 | 2023, mis en ligne le 04 décembre 2023, consulté le 23 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/22661 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.22661

Haut de page

Auteurs

Igor Martinache

MCF STAPS

Articles du même auteur

Olivier Le Noé

professeur STAPS, directeur du laboratoire ISP

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search