Navigation – Plan du site

AccueilNuméros158MÉTIERSAux sources de l'histoireÀ propos du film La Conférence. L...

MÉTIERS
Aux sources de l'histoire

À propos du film La Conférence. Lecture historienne

Marie-Bénédicte Vincent
p. 133-138

Texte intégral

1Ce film, qui s’apparente au genre de la docufiction, relate la tristement célèbre conférence de Wannsee du 20 janvier 1942, réunissant à proximité de Berlin des représentants des différentes instances partisanes, ministérielles et policières du régime nazi, afin non pas de décider, mais de coordonner l’organisation centralisée et la logistique de la « solution finale à la question juive », expression désignant dans la langue nazie l’extermination systématique des juifs d’Europe. Œuvre en 2022 du réalisateur allemand Matti Geschonneck, primé cette même année par le Deutscher Fernsehpreis, le film est sorti sur les écrans français en avril 2023. Le parti pris d’une reconstitution sobre, sans musique, de ce huis clos a rencontré un succès certain (plus de 80 000 entrées en France début juillet 20231), qui s’explique par plusieurs raisons.

2La première est d’ordre historique : tourné dans les lieux mêmes où s’est tenue la conférence, dans la villa de Wannsee, une maison de la SS devenue lieu de mémoire et de documentation aujourd’hui2, le film est extrêmement fidèle à ce que l’histoire retient de cet événement, grâce au document notoire qui nous est parvenu : le protocole de la conférence de Wannsee. Il s’agit du compte rendu en quinze pages de la réunion, rédigé environ un mois après par Adolf Eichmann, le responsable du bureau de la « question juive » au sein de la Gestapo, qui assistait à la réunion. Le compte rendu, édité en trente exemplaires, fut envoyé à tous les ressorts y ayant participé, mais un seul exemplaire a été découvert après 1945, le seizième, retrouvé dans les fonds du ministère des Affaires étrangères du Reich. Ce document, devenu iconique de la « solution finale », est aujourd’hui exposé en facsimilé dans la villa de la conférence de Wannsee et consultable sur son site Internet (ainsi que d’autres documents d’archive)3. Il évoque les différents points abordés lors de la réunion dans un style sobre, ne désignant pas telle quelle l’extermination des juifs et édulcorant sans doute les débats internes. Le film reprend bien ces éléments, cite parfois le document mot à mot et montre dans l’une des scènes le décompte par pays des 11 millions de juifs d’Europe visés par cette politique génocidaire. La durée d’environ 90 minutes reconstitue celle de la conférence notée par Eichmann. Il s’agit de la partie « documentaire » du film, qui est fiable au sens de conforme à ce que dit l’histoire sur le sujet4, même s’il ne s’agit pas d’images d’archives.

  • 5 On peut lire en français à ce sujet Florent Brayard, Auschwitz, Enquête sur un complot nazi, Paris, (...)
  • 6 Florent Brayard, op. cit., p. 228 sq.

3Mais le documentaire est plus que cela : il veut montrer les coulisses de cette conférence, expliciter les euphémismes du protocole et ses non-dits comme les débats oraux qui ont sans doute été suscités. En ce sens, il revêt une part de fiction. Mais cette fiction est inspirée par ce que des années de recherche ont établi de manière scientifique sur ces événements en croisant les sources, notamment sur les différences de points de vue entre les instances du Reich à propos des modalités d’organisation de la « solution finale »5. L’historiographie a été ici mobilisée et le scénario s’en est inspiré. En effet, on sait aujourd’hui que le protocole n’est que la trace dicible et relativement lisse au plus haut sommet du Reich des échanges qui se sont tenus sur l’extermination des juifs déjà en cours à cette date. Les premières tueries en masse de civils juifs, hommes, femmes et enfants, ont commencé dès l’été 1941 dans le sillage de l’opération Barbarossa, la guerre à l’Est étant projetée par Hitler non comme une guerre conventionnelle, mais comme une guerre d’anéantissement. La « Shoah par balles » a débuté sept mois avant la conférence de Wannsee. On sait aussi que les premiers essais de gazage de juifs ont été perpétrés en décembre 1941 à Chelmno (dans le Warthegau, partie de la Pologne annexée au Reich). La tenue de la conférence de Wannsee, initialement prévue le 9 décembre 1941, a été repoussée du seul fait de l’entrée en guerre des États-Unis. Quant à l’expression « solution finale », elle a revêtu plusieurs sens au cours de l’évolution du régime nazi : respectivement émigration des juifs, puis transplantation forcée dans un territoire à définir (Madagascar, Est, etc.), et enfin anéantissement par gazage dans des centres de mise à mort dédiés. La langue employée dans le protocole ne doit pas tromper ; ainsi le terme « d’évacuation » (Evakuierung), en page 3, revêt à cette date déjà un sens génocidaire, à court ou à moyen terme (sur ce dernier point, les instances du régime ont pu avoir des interprétations différentes : l’historien Florent Brayard pense que certains, comme Goebbels, feignent de croire encore dans la communication officielle du régime à une extinction lente des juifs transplantés6). L’expression utilisée en janvier 1942 de « transplantation des juifs d’Europe » a par ailleurs pu servir d’argumentaire de défense aux accusés comparaissant après l’effondrement du Reich, notamment lors du procès de Nuremberg, pour lequel le protocole de la conférence de Wannsee ne fait toutefois pas partie des pièces de l’accusation. C’est lors d’un des procès ultérieurs, celui des ministères – dit aussi de la Wilhelmstrasse (1947-1949) –, que le protocole de la conférence de Wannsee fut utilisé par le procureur américain Robert Kempner à l’encontre d’ex-hauts fonctionnaires des Affaires étrangères qui niaient alors leur compromission dans la « solution finale ».

  • 7 Sur le RSHA, nous nous permettons de renvoyer à Marie-Bénédicte Vincent, Kaltenbrunner. Le successe (...)
  • 8 Les participants à la conférence sont dans le détail : Reinhard Heydrich, Otto Müller et Adolf Eich (...)
  • 9 Hannah Arendt, Eichmann à Jérusalem, Paris, Gallimard, coll. « Folio histoire », 1991. Sur l’interp (...)

4Le documentaire apparaît subtil dans sa manière de traiter les rapports de force entre les protagonistes et les instances représentées à Wannsee. La toute-puissance de l’Office central de sécurité du Reich (Reichssicherheitshauptamt, RSHA), gigantesque appareil de pouvoir créé en septembre 1939 lors de l’entrée en guerre et réunissant les diverses polices et les services de renseignement sous la direction de Reinhard Heydrich (jusqu’en juin 1942), est manifeste7. Ses membres sont assis derrière la même table, face aux représentants des principaux ministères et bureaux du Reich (Intérieur, Justice, Affaires étrangères, Territoires occupés, etc.)8. Ainsi Heydrich, le chef de la police de sécurité et du service de renseignement (Chef der Sicherheitspolizei und des Sicherheitsdiensts), arrivé le dernier de Prague (où il est à la tête du protectorat de Bohême-Moravie), sûr de lui, souriant, domine nettement la réunion. L’un des objectifs de la conférence est d’ailleurs de rappeler sa prééminence dans le traitement de la « solution finale » sans limite de frontières, ayant reçu à ce sujet, le 31 juillet 1941, une lettre de mission signée de Göring. Le chef de la Gestapo, Müller, qui est le personnage le plus craint en début de la réunion avant l’arrivée de son supérieur, apparaît clairement ensuite comme son subordonné (la Gestapo correspondant au bureau IV du RSHA). Enfin, Eichmann est montré dans son rôle de bureaucrate, à l’arrière-plan et prenant des notes, en parfait exécutant. On voit qu’il approuve les décisions et partage l’antisémitisme radical de ses supérieurs. Cela est conforme aux apports de la recherche, qui ont relativisé la représentation du simple receveur d’ordres forgée lors de son procès en 1961 : il y incarne pour se défendre la figure du criminel de bureau, mais aussi, aux yeux de la politiste Hannah Arendt, dépêchée des États-Unis à Jérusalem pour couvrir le procès, « la banalité du mal »9.

5Quant aux bureaucrates, non en uniforme de la SS mais en civil avec leur costume et leur cravate, ils sont certes présentés comme appartenant à des instances étatiques, donc distinctes de celles du parti nazi et de la police. Mais cette apparente opposition, qui peut les conduire à formuler des réserves sur certains points présentés par Heydrich, notamment sur le sort à réserver aux « demi-juifs » (Mischlinge), c’est-à-dire ceux ayant un ou deux grands-parents juifs selon la définition raciale donnée par les lois de Nuremberg de 1935, ne doit pas conduire à une méprise : ils ne sont en rien des opposants au régime, qu’ils servent au contraire de manière zélée. Ils défendent seulement leur périmètre de pouvoir face aux empiètements croissants du parti et, surtout, de la SS, et cherchent à peser dans les arbitrages. En l’occurrence, Wilhelm Stuckart, secrétaire d’État au ministère de l’Intérieur du Reich, s’oppose au projet de Heydrich de considérer les « demi-juifs » de 1er degré (ceux qui ont deux grands-parents juifs) comme des juifs à part entière, ce qui signifierait leur déportation hors du Reich. Otto Hofmann, du bureau de la SS pour la race, propose de laisser dans le Reich les demi-juifs, mais de les stériliser. Stuckart argue que cela va susciter un accroissement ingérable de travail pour l’administration. Erich Neumann, représentant le Plan de quatre ans, évoque le problème que vont poser pour l’économie de guerre les déportations des demi-juifs en l’absence d’une main-d’œuvre de remplacement. Les oppositions ne sont pas d’ordre idéologique mais pratique. On ne sait pas si le sort des demi-juifs (concernés ou non par la « solution finale » ?) a été tranché à Wannsee.

  • 10 Des biographies des protagonistes de la conférence sont disponibles sur le site de la Haus der Wann (...)
  • 11 Martin Broczart, L’État hitlérien. L’origine et l’évolution des structures du IIIe Reich, Paris, Pl (...)

6En réalité, les bureaucrates sont en parfaite connivence avec les dirigeants de l’ordre noir, voire font partie de la SS, comme le montre la scène où, durant la pause, des discussions informelles se nouent et des relations mondaines se tiennent. Stuckart, par exemple, est un nazi convaincu10 : il est entré en 1922 au NSDAP, en 1932 dans la SA et a un grade dans la SS depuis 1936. Il a participé à l’élaboration de la législation raciale de Nuremberg en 1935 et a édité un commentaire des lois avec Hans Globke : c’est son travail de juriste qu’il cherche ici à défendre face aux empiètements de la SS. Jusqu’au bout, il reste d’ailleurs un partisan acharné du nazisme, comme en témoigne sa participation à l’ultime gouvernement de l’amiral Dönitz en mai 1945 après le suicide de Hitler. La recherche récente interprète la « polycratie » du régime nazi décrite par l’historien allemand Martin Broszat non plus comme étant un facteur d’instabilité et de chaos, mais comme permettant la radicalisation perpétuelle des politiques criminelles de la part d’instances rivales dans les objectifs à atteindre11.

  • 12 À ce sujet, voir Édouard Husson, Heydrich et la solution finale, avec une préface de Ian Kershaw, P (...)

7Les regrets à l’endroit de ce documentaire sont seulement d’ordre pédagogique. La valse des arrivées et des salutations au début du film perd les spectateurs non spécialistes, qui ne connaissent pas les rôles et les fonctions de chacun dans le régime nazi. Par ailleurs, la stature de Heydrich apparaît toute puissante, mais les vrais donneurs d’ordre restent dans l’ombre : Hitler et Himmler. Le Führer n’est présent que par l’intermédiaire d’un discours à la radio. Quant à Himmler, le Reichsführer SS (depuis 1929) et chef de la police allemande (depuis 1936), il n’est pas explicitement mentionné. Or, c’est bien lui le supérieur de Heydrich et le dirigeant le plus puissant du régime après Hitler à cette date. Par ailleurs, la question de savoir de quand exactement vient la décision d’exterminer systématiquement tous les juifs d’Europe n’est pas vraiment affrontée : on sait qu’il s’agit d’un enjeu de recherche, puisqu’à ce jour aucun ordre écrit de Hitler n’a été retrouvé. La manière dont la décision, qui ne peut venir que de lui, a été prise et transmise (jusqu’à quel niveau hiérarchique ?) reste un sujet débattu entre historiens12. Ces regrets n’enlèvent rien à la qualité du film, qui fait passer auprès du grand public les acquis de près de 80 ans de recherche.

Haut de page

Notes

1 Box-office publié sur le site Allociné, consulté le 4 juillet 2023 : <https://www.allocine.fr/film/fichefilm-289843/box-office/>.

2 Voir le site Internet de la Haus der Wannsee-Konferenz : <https://www.ghwk.de/de>.

3 Voir <https://www.ghwk.de/fileadmin/Redaktion/PDF/Konferenz/protokoll-januar1942_barrierefrei.pdf>.

4 Voir par exemple en français Christian Gerlach, Sur la conférence de Wannsee, Paris, Liana Levi, 1999.

5 On peut lire en français à ce sujet Florent Brayard, Auschwitz, Enquête sur un complot nazi, Paris, Seuil, 2012.

6 Florent Brayard, op. cit., p. 228 sq.

7 Sur le RSHA, nous nous permettons de renvoyer à Marie-Bénédicte Vincent, Kaltenbrunner. Le successeur de Heydrich, Paris, Perrin, 2022.

8 Les participants à la conférence sont dans le détail : Reinhard Heydrich, Otto Müller et Adolf Eichmann pour l’Office central de la sécurité du Reich ; Josef Bühler, secrétaire d’État, gouvernement général (partie annexée de la Pologne) ; Eberhard Schöngarth, commandant de la police de sécurité et du SD dans le gouvernement général (Pologne occupée) ; Rudolf Lange, commandant de la police de sécurité et du SD en Lettonie-Ostland ; Roland Freisler, secrétaire d’État du ministère de la Justice du Reich ; Martin Luther, sous-secrétaire d’État au ministère des Affaires étrangères du Reich ; Wilhelm Stuckart, secrétaire d’État au ministère de l’Intérieur du Reich ; Alfred Meyer et Georg Leibbrandt, secrétaire d’État et représentant du ministère du Reich pour les territoires occupés à l’Est ; Erich Neumann, secrétaire d’État au bureau du Plan de quatre ans ; Otto Hofmann, représentant du Bureau pour la race et la colonisation de la SS (SS-Rasse- und Siedlungsamt) ; Gerhard Klopfer, directeur ministériel, représentant de la chancellerie du NSDAP ;Wilhelm Kritzinger, directeur ministériel, représentant de la chancellerie du Führer.

9 Hannah Arendt, Eichmann à Jérusalem, Paris, Gallimard, coll. « Folio histoire », 1991. Sur l’interprétation de la posture d’Eichmann lors de son procès en 1961, voir Johann Chapoutot, « Eichmann bureaucrate insignifiant ou soldat de l’idéologie nazie ? », Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande, 43-3, juillet-septembre 2011, p. 455-464.

10 Des biographies des protagonistes de la conférence sont disponibles sur le site de la Haus der Wannsee-Konferenz : <https://www.ghwk.de/fileadmin/Redaktion/PDF/Konferenz/konferenzteilnehmer_barrierefrei.pdf>.

11 Martin Broczart, L’État hitlérien. L’origine et l’évolution des structures du IIIe Reich, Paris, Pluriel, 2012 (traduction française du livre publié en Allemagne en 1969).

12 À ce sujet, voir Édouard Husson, Heydrich et la solution finale, avec une préface de Ian Kershaw, Paris, Perrin, 2008, réédition Tempus 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Bénédicte Vincent, « À propos du film La Conférence. Lecture historienne »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 158 | 2023, 133-138.

Référence électronique

Marie-Bénédicte Vincent, « À propos du film La Conférence. Lecture historienne »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 158 | 2023, mis en ligne le 04 décembre 2023, consulté le 23 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/22763 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.22763

Haut de page

Auteur

Marie-Bénédicte Vincent

Université de Franche-Comté

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search