Navigation – Plan du site

AccueilNuméros158MÉTIERSTransmettre l'histoireQuestions à Marie-Clémence Andria...

MÉTIERS
Transmettre l'histoire

Questions à Marie-Clémence Andriamonta-Paes sur le film-documentaire Fahavalo

Entretien réalisé par Alain Gabet et Sébastien Jahan
p. 139-148

Résumés

Le 7 octobre 2023, à l’occasion des Rendez-vous de l’histoire à Blois, les Cahiers d’histoire co-organisaient la projection du documentaire Fahavalo. Madagascar 1947, sorti en salles en 2018, en présence de Marie-Clémence Andriamonta-Paes, sa réalisatrice. Ce film est le fruit d’un long travail de recherche et de collectage de la mémoire des derniers témoins malgaches du soulèvement de 1947-1948 contre le pouvoir colonial français. Les Cahiers d’histoire reviennent sur la genèse d’une œuvre remarquable et essentielle, qui a vocation à faire sortir de l’oubli cet épisode méconnu des luttes anticoloniales.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Madagascar

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Comment en êtes-vous arrivée à vous intéresser à ce pan de l’histoire de Madagascar ? Des membres de votre famille ont-ils été parties prenantes de l’insurrection ?

2En 2011, j’ai été frappée par les transcriptions des témoignages de l’exposition monumentale de Pierrot Men et Raharimanana, à Avignon, sur l’insurrection malgache de 1947. Les moyens de répression évoqués par les témoins me renvoyaient des images des camps de concentration en Europe, filmés en 1945. Comment pouvait-on encore mettre des gens dans des trains de marchandises et les parquer dans des enclos ? À peine 18 mois après la libération ! J’ai voulu en savoir plus. J’ai donc interrogé ma mère, qui avait 15 ans en 1947 à Fianarantsoa :

- De quoi te souviens-tu à propos de 1947 ?

- Oh, j’ai dû arrêter l’école pendant un an pour apporter à manger à mon père qui était en prison… Mais il n’avait rien à voir avec tout ça ! Il avait été dénoncé par des voisins et arrêté dans une réunion interdite. Ils l’ont mis en prison, il a été très malade, il est sorti en mars 1948 et quelque temps après il est mort.

- Mais pourquoi ne m’as-tu jamais rien dit ?

- Mais parce que tu ne m’as jamais rien demandé !

3Elle n’a jamais voulu en dire plus. Seulement ces quelques phrases prononcées en 2011. Alors, j’ai voulu savoir ce qui était arrivé à mon grand-père. J’ai aussi voulu comprendre pourquoi on ne trouvait pas un mot de ces événements dans les livres d’histoire, ni en France ni à Madagascar, et surtout pourquoi ce silence dans la plupart des familles.

4C’est le point de départ de la longue aventure du film Fahavalo, Madagascar 1947. Je suis d’abord allée rencontrer les historiens, j’ai lu leurs livres et puis je me suis plongée dans les archives mentionnées dans leurs ouvrages ou leurs articles pour essayer de comprendre ce qui s’était passé.

5Comment avez-vous retrouvé les acteurs de l’événement qui témoignent dans le film ? Ont-ils/elles accepté facilement de raconter leurs souvenirs ? Ces personnes avaient-elles l’habitude de parler de ce passé en famille, voire en public ?

6La plongée dans les archives était guidée par la quête du dossier de mon grand-père. Il a été emprisonné à Fianarantsoa, où le taux de mortalité des prisonniers était extrêmement haut, au point qu’un magistrat y fut envoyé pour faire une expertise sur les conditions de détention. Il rédigea le « rapport Rolland », sur ce « mouroir » où les prisonniers mouraient en masse. Mais ils mouraient surtout de dysenterie et de pneumonie. Je n’ai jamais retrouvé mon grand-père dans les archives malgaches ou françaises, mais j’ai commencé à dessiner une géographie de l’insurrection, là où les gens sont entrés dans la lutte armée. C’est un grand rectangle délimité par les deux lignes de chemin de fer et le canal des Pangalanes, à l’est de l’île. J’y ai déterminé les lieux où avaient été commis les crimes de guerre, qui sont bien connus des historiens. Et les archives militaires sont très précises à leur propos. Nous nous sommes rendus sur ces lieux pour les filmer, et ensuite c’était du travail de calcul : je ne voulais rencontrer que les personnes âgées de plus de 90 ans en 2015, année du tournage.

7La caméra a toujours été posée sur les lieux de vie du témoin, et bien souvent c’était le même endroit où la personne vivait en 1947. Nous les avons toujours filmés entourés de leurs proches, enfants, petits-enfants, parfois assistants de vie ou camarades, l’intention étant de favoriser la triangulation de l’entretien. Pour beaucoup de témoins, c’était une occasion unique pour raconter aux proches ce qu’ils avaient vécu. Très vite, les enfants et les voisins oubliaient la caméra et l’équipe de Vazaha (Blancs), parce que le récit du vieux grand-père était bien plus captivant.

8Nous avons eu toutefois de longues palabres pour faire accepter à Boto Service d’enregistrer son témoignage. Il est dans le film et l’argumentation est audible dans la vidéo : « Pourquoi ce film ?1 ».

9Votre documentaire illustre bien les fractures qui pouvaient traverser la société malgache face à la colonisation et face à la lutte armée. Il y a les rebelles, certes, mais aussi ceux qui collaborent avec le pouvoir colonial, ceux qui suivent la voie légaliste ou encore ceux qui font le choix de la neutralité… Le terme malgache fahavalo (ennemi) lui-même sonne étrangement : pourquoi désigner ceux qui se battent contre l’occupation française du point de vue de l’oppresseur ?

10Ce titre est ressenti comme une provocation de la part de certains Malgaches. Il suffit de voir le film pour comprendre la raison de ce choix. C’est un mot polysémique en malgache : il veut dire à la fois « ennemi » et « le huitième ». En effet, le huitième rang, dans l’art divinatoire, désigne l’ennemi. C’est comme l’œuf et la poule : quel sens existe en premier ? Fahavalo, c’est l’ennemi oui, mais l’ennemi de qui ? Comme dans cette blague Carambar : « Proverbe militaire : l’ennemi est stupide, il croit que l’ennemi c’est nous, alors que c’est lui ! » ; là est la question posée par le film.

  • 2 Menalamba (littéralement « toges rouges ») est le nom donné aux rebelles qui s’insurgèrent contre l (...)

11Ce mot fahavalo a été francisé par l’administration française lors de la campagne d’occupation de Gallieni. On retrouvait alors dans les journaux en français et sur les cartes postales de propagande coloniale le terme « favalous » : il désignait les insurgés de la première heure – en 1895 – tels les menalamba2, les bandits, bref, les « terroristes » de l’époque, ceux qui menaçaient le nouvel ordre colonial.

12En Afrique du Nord, le terme « fellaga » a été francisé de la même manière, et c’est également le titre d’un film tunisien d’Omar Khlifi, Fellag. Ce mot est resté plus longtemps dans la langue française. On le connaît d’autant mieux qu’un humoriste l’a pris comme nom d’artiste.

13Dans toute situation d’occupation, il y a des collabos et des résistants. 1947 ne fait pas exception, mais le film évoque aussi toute la population civile qui veut juste survivre et faire son chemin entre ces deux extrêmes. Faire son choix, entre l’engagement dans la lutte armée ou le fait de se ranger, c’est une question de responsabilité très individuelle et non culturelle.

14Cette révolte, si elle présente des similitudes avec d’autres insurrections coloniales contemporaines, étonne aussi par ses spécificités. On pense notamment au sous-équipement des insurgés, maintes fois souligné par les acteurs du soulèvement, mais aussi à l’absence de soutien extérieur et de référence à une « idéologie importée ». Sur le plan mémoriel, cette histoire n’a pas engendré non plus de grand récit national. Pourquoi ?

15Contrairement à l’Algérie ou à l’Indochine, c’est l’histoire d’un échec d’un côté et d’une répression féroce de l’autre. Personne n’a vraiment eu envie de « remuer toute cette boue », comme on me l’a souvent dit à Antananarivo pendant que je faisais mes recherches. Comme les rebelles ont été assignés à résidence loin de chez eux pendant des années, quand ils sont revenus, après 1960, c’est-à-dire treize ou quatorze ans après les faits, ils n’avaient pas vraiment l’occasion de raconter, de transmettre leur histoire à leur entourage. La génération des acteurs et des témoins directs a parfois souffert de traumatismes et la génération suivante a grandi dans le silence. Il a fallu attendre Tsiranana en 1967 pour voir les premières commémorations à Tananarive.

16La parentèle joue un rôle extrêmement fort dans le tissu social malgache. Les descendants de ceux qui ont collaboré avec les forces coloniales n’ont pas forcément envie qu’on ramène tout ça sur le tapis. Les noms doivent être portés malgré ce qu’a pu commettre son ancêtre par le passé. Les lignages sont bien plus solides que les partis et rajoutent une grande sophistication à la vie politique malgache.

17Les liens qu’ont pu tisser les chefs rebelles avec d’autres combattants de l’empire colonial français datent de la Seconde Guerre mondiale, et parfois même de la Première Guerre pour certains. Malgaches, Sénégalais, Marocains, Algériens, Annamites faisaient partie de la même armée française face aux Allemands en 1940. Après la débâcle, ils avaient vécu dans les mêmes camps de prisonniers, les Frontstalags, dans les Landes notamment. La traversée du paquebot Île-de-France en juillet 1946, avec 9 600 soldats à bord, a aussi été l’occasion de renforcer les liens entre Malgaches indépendantistes.

18Il arrive à Antananarivo que l’on se moque de la crédulité des rebelles de Manakara : « Ha ha ! Ils croyaient que les Américains allaient venir les aider ?» Or, les chefs rebelles étaient tous d’anciens soldats : ils avaient en effet vu le débarquement en France et ils ont même été sous commandement américain dès juin 1944. Certains avaient été dans le « train » jusqu’à Berlin : dans le jargon militaire, ce sont ceux qui alimentent les véhicules militaires en carburant.

19Sur place, à Madagascar, chaque enfant, chaque adulte avaient vécu personnellement le débarquement des Anglais en 1942. L’opération Ironclad avait été déclenchée au prétexte d’un sous-marin japonais dans la baie de Diego, et les Britanniques avaient débarqué avec leurs Zoulous ! C’était une sorte de répétition générale du débarquement en Normandie pour les Alliés. Ils ont surtout enlevé le pouvoir aux vichystes, fort bien installés à Madagascar, et l’ont remis aux gaullistes. Ou du moins à ceux qui étaient devenus gaullistes. Le film de propagande d’Alfred Hitchcock, Aventure malgache, réalisé en 1944, évoque bien l’ambiance à Tananarive dans les années 1940.

20C’est ce qui rend la répression à Madagascar en 1947 plus dramatique. Des frères d’armes se retrouvaient soudain face à face à. Et le silence a été plus pesant dans les familles où les fratries pouvaient être divisées, entre ceux qui avaient rempilé avec l’armée française en 1946 et ceux qui étaient entrés en rébellion.

21La magie, la divination, les croyances sont très présentes dans le récit de plusieurs témoins qui considèrent que talismans ou gestes propitiatoires leur ont permis d’échapper à la mort. Cet élément bien connu a été utilisé par la propagande coloniale pour présenter les rebelles comme des paysans crédules et superstitieux, manipulés par les « intellectuels hovas ». Quelle place la culture populaire et la tradition jouent-elles dans la révolte ?

22La magie et les croyances ancestrales ont été au cœur de l’organisation des troupes rebelles. Les chefs avaient chacun un chamane qui savait galvaniser les troupes et leur donner un moral d’acier pour affronter l’ennemi suréquipé. C’est de la stratégie militaire, ça fait partie de la guerre psychologique et cela servait aussi à gérer les pénuries et l’alimentation des combattants, notamment en faisant respecter des tabous alimentaires.

23Les troupes rebelles étaient essentiellement composées de paysans de la côte Est. Précisément là où les voies de chemin de fer avaient été construites grâce au travail forcé. Ces voies reliaient les plantations de café aux ports de Tamatave et Manakara. Dans ces régions, les souvenirs des morts du chemin de fer sont aussi vivaces que ceux de 1947. Les hommes s’étaient enrôlés en 1939 pour échapper au travail forcé et dans l’espoir de devenir citoyens, un peu comme les jeunes Malgaches qui entrent dans la Légion étrangère aujourd’hui et se retrouvent dans l’opération Barkhane.

24Il ne faut pas oublier que les troupes de répression étaient elles-mêmes composées de soldats originaires de l’Afrique de l’Ouest, de Syrie, ou du Maghreb, tous profondément convaincus de la puissance des charmes malgaches.

  • 3 Mouvement insurrectionnel du peuple Kikuyu, au Kenya, contre l’oppression coloniale britannique, à (...)

25Au Kenya, les rebelles Mau Mau3 avaient des pratiques similaires pour faire face aux forces britanniques. Ils disaient « magi, magi ! », comme on dit « rano, rano ! » en malgache pour transformer les balles de l’ennemi en eau.

  • 4 « “Feux, fièvres, forêts”, de Marie Ranjanoro : magie malgache contre fusils français », compte ren (...)

26Le roman de Marie Ranjanoro, Feux, fièvres, forêts, que nous avons édité chez Laterit4, part d’une archive militaire qui décrit précisément l’aspect et les pouvoirs de Telonono, magnifique sorcière à trois seins, qui a été arrêtée à Moramanga en mars 1947. Cheffe insurgée, à la tête de cinquante rebelles, elle avait le pouvoir, d’après le rapport, d’endormir les gardes à son passage. D’autres archives prouvent que, malgré leur supériorité en armes, les forces françaises ne sont venues à bout de certaines poches de résistance qu’en 1950.

27La connaissance du terrain, la force mentale, la légitimité de la lutte sont des éléments déterminants dans l’organisation d’une résistance, et les témoins que nous avons filmés ont su partager cette énergie dans leur propos. Quand je leur demandais si vraiment les charmes et les amulettes étaient efficaces, ils me répondaient : « Mais enfin madame, si ça n’avait pas marché je ne serais pas là à bavarder avec vous aujourd’hui ! ».

28Il est très intéressant pour nous Malgaches de constater à travers les archives que l’état-major de l’armée française prenait ces croyances très au sérieux, pour les instrumentaliser à des fins de propagande et les porter en dérision, mais il engageait également des « sorciers » parce qu’il est bien connu qu’on ne peut contrer un sort que par un contre-sort !

29Dans les témoignages, nous avons été frappés par la fermeté des convictions et la sérénité de ces anciens combattants. Que sont-ils devenus après la répression ? À partir de quand leur mémoire a-t-elle été prise en compte ?

  • 5 Le 13 mai 1972, des milliers d’étudiants et de lycéens malgaches de la province de Tananarive se so (...)
  • 6 Éditée par Maspero en 1974, puis chez Karthala en 1986, sous le titre : L’Insurrection malgache de (...)
  • 7 Madagascar 1947, la tragédie oubliée. Colloque AFASPA des 9, 10 et 11 octobre 1997. Actes réunis pa (...)

30Après les cérémonies théâtrales de soumission organisées en 1948 pour signifier le retour à la situation coloniale, les combattants ont été emprisonnés ou exilés, le silence s’est installé et a été renforcé par la peur de la délation. Il suffisait d’être sympathisant du MDRM (Mouvement démocratique de la rénovation malgache), interdit dès avril 1947, pour être inquiété, voire arrêté ou déporté. Et puis l’indépendance a été « donnée » par De Gaulle en 1960, mais tout se décidait encore à Paris. Les indépendantistes n’ont vraiment pris leur revanche qu’en 1972, lors du « Mai malgache5 ». La mémoire des anciens combattants a pu alors jouer un nouveau rôle. Jacques Tronchon a rédigé en 1973 une thèse sur les archives du MDRM6, et le premier colloque d’histoire sur les « événements » de 1947 n’a eu lieu qu’en 1997, quand les archives ont été déclassifiées. Le colloque de Saint-Denis en 20077 a permis de collecter des articles faisant état des connaissances sur cette période bien peu présente dans les manuels scolaires. Il a été réédité chez Mémoires de Madagascar et Laterit en 2017.

31Le travail de transmission de cette histoire passée sous silence est encore à son début. Celui qui ignore son histoire est condamné à la revivre. Nous essayons de tirer un fil de récits à travers plusieurs formes, la photo, le théâtre, le cinéma, le roman, la BD, pour que les jeunes générations puissent s’approprier une autre narration de l’histoire.

32Nous avons été très sensibles aux qualités formelles du documentaire et notamment à la manière dont la musique et le montage sont utilisés pour cadencer le film. Le tempo lent et régulier qui se déploie dignifie la parole des témoins et accentue la force bouleversante de leur récit. Comment avez-vous travaillé cet aspect ?

33Dès la recherche et les premiers repérages, j’échangeais beaucoup avec Régis Gizavo, l’accordéoniste originaire de Tuléar qui a joué avec I Muvrini, Cesaria Evora ou Nguyen Lê. Je lui avais montré les photos découvertes pendant la recherche, notamment les photos d’enrôlement des jeunes Malgaches qui partaient en 1939 pour les fronts de la Seconde Guerre mondiale : parmi ces futurs tirailleurs des Ardennes qui partaient pieds nus, certains allaient devenir des insurgés en 1947. Je lui avais aussi fait écouter les rushes des témoins, Iamby, le rebelle de Nosy Varika, et Bebe Dadoa, la grand-mère de 103 ans habillée de rose, qui avait élevé le bébé dans la forêt. Début 2017, il m’envoie quatre morceaux enregistrés seul avec la complicité d’un grand ingénieur du son. Juste une maquette. Il me dit : « Écoute, et on en parle à mon retour d’Allemagne, on ira en studio avec des musiciens pour développer des thèmes choisis ». Et puis un jour Régis est mort sur scène, en Corse, alors que nous étions encore en montage. Nous n’avons jamais pu aller en studio, en revanche les quatre maquettes sont entrées telles quelles dans le montage du film, sans aucun effet ni même mixage additionnel, pour garder l’esprit de ce qu’il voulait faire pour ce film. Ce sont ses musiques qui portent les archives et elles le font avec beaucoup d’éloquence. Je la trouve parfois même bavarde alors qu’elle est sans paroles. Je tenais à faire vivre ces archives autrement, sans textes, juste avec l’émotion de sa musique.

34Elle s’est particulièrement bien mariée aux chutes de films du fonds Sanchez, tournées fin 1940, début 1950, et que nous avions restaurées après avoir tourné à Madagascar. Par une incroyable coïncidence, nous avions des images similaires. Similitudes des gestes et des lieux que nous avons révélées au montage. Normalement, on trouve des archives d’abord et on part rechercher les mêmes lieux ensuite. Nous avons vécu exactement le contraire pendant le montage du film Fahavalo !

35Comment le film a-t-il été reçu à Madagascar ? Et notamment par les jeunes ? Au-delà de l’appropriation de cette histoire mal connue, quel est l’écho de cette révolte dans le contexte des années 2020, de la postcolonialité, des enjeux de souveraineté politique et économique, de la crise climatique, etc. ?

36Un clip que l’on peut consulter en ligne donne un aperçu de la réception du film par les jeunes Malgaches à Madagascar8.

37La méconnaissance de l’histoire donne un complexe et empêche de questionner les enseignants et l’entourage. Le film a donc été conçu pour que même ceux qui ne savent pas où est Madagascar puissent suivre, mais aussi pour que ceux qui comprennent les différentes langues puissent plonger plus finement dans le récit. Filmer des témoins est une expérience très différente de celle qui consiste à lire une histoire dans un livre ou à en entendre parler. Spécialement parce qu’on fait face à leur regard qui en dit long. Plus que les mots, l’image filmée enregistre et restitue quelque chose qui provoque l’émotion. Cette rencontre des témoins est une expérience forte : on écoute ce qu’ils ont à nous dire, et surtout ce qu’ils n’ont pas réussi à oublier.

38Le colonialisme évolue sous des formes très sophistiquées de nos jours. Certes, il n’y a plus de plantations coloniales à proprement parler, mais les entreprises étrangères transforment les petits paysans en ouvriers journaliers, sans terre pour leurs cultures vivrières de surcroît. C’est l’avènement du « cryptocolonialisme », bien plus difficile à combattre parce qu’il est multilatéral désormais. L’accaparement des terres pour les agrocarburants et autres projets spéculatifs sont les vrais enjeux, ils se font au détriment de l’autonomie alimentaire de l’île. Les étiquettes peuvent changer, mais les tiroirs semblent conserver les mêmes fonctions. Les jeunes générations doivent apprendre à décrypter cette évolution à la lumière de l’histoire. Le film Fahavalo est une petite contribution pour les aider à débroussailler le terrain, comprendre un minimum pour pouvoir aller plus loin en lisant des livres, en faisant des recherches, en lançant des conversations lors des réunions familiales.

39Avez-vous d’autres projets de documentaires historiques sur Madagascar ?

  • 9 Fanny Pigeaud, Mahaleo, 40 ans d’histoire(s) de Madagascar, Paris, Éditions Laterit, 2011.
  • 10 DVD : Marie-Clémence et César Paes, L’Opéra du bout du monde, Laterit Productions, 2013.

40Avec Mahaleo, le groupe phare du soulèvement étudiant de 1972 à Madagascar, nous avions abordé la question de l’indépendance, le mot mahaleo signifiant : libre, autonome, indépendant. Nous avons produit le film Mahaleo, édité plusieurs CD du groupe et publié le livre de Fanny Pigeaud, Mahaleo, 40 ans d’histoire(s) de Madagascar9. Et pour ce faire, nous avions travaillé sur des archives cinématographiques et photographiques des années 1970. L’Opéra du bout monde10 est le film documentaire musical qui nous a permis d’explorer le 17e siècle à Madagascar, de confronter les versions orales et écrites de l’histoire du peuplement de l’île de la Réunion.

41Parmi les projets, nous avons en chantier l’écriture d’un documentaire sur l’exil définitif des bagnard·es malgaches à Saint-Laurent du Maroni en Guyane à la fin du 19e siècle. L’histoire de Madagascar est un immense champ à arpenter…

Haut de page

Notes

1 <https://www.youtube.com/watch?v=tPC4xQmJDwc>.

2 Menalamba (littéralement « toges rouges ») est le nom donné aux rebelles qui s’insurgèrent contre la mise en place du protectorat français à Madagascar, après la prise d’Antananarivo (30 septembre-1er octobre 1895). La révolte fut durement réprimée par le général Gallieni (1896-1898). Voir Stephen Ellis, L’Insurrection des menalamba, une révolte à Madagascar (1895-1898), Leyde-Paris-Fianarantsoa, ASC-Karthala-Ambozontany, 1998.

3 Mouvement insurrectionnel du peuple Kikuyu, au Kenya, contre l’oppression coloniale britannique, à partir de 1952. La répression aurait fait près de 100 000 victimes. Voir Caroline Elkins, Imperial Reckoning : The Untold Story of Britain’s Gulag in Kenya, Henry Holt, 2005.

4 « “Feux, fièvres, forêts”, de Marie Ranjanoro : magie malgache contre fusils français », compte rendu par Gladys Marivat dans Le Monde, 25 mai 2023.

5 Le 13 mai 1972, des milliers d’étudiants et de lycéens malgaches de la province de Tananarive se soulevèrent contre le pouvoir pour dénoncer un système scolaire et universitaire entièrement calqué sur le modèle français et déconnecté des réalités locales. En plus de réclamer la malgachisation de la forme et des contenus de l’enseignement, ils protestaient aussi contre le poids des schémas sociétaux patriarcaux et le régime autoritaire et corrompu du président Tsiranana. Malgré sa sanglante répression, le mouvement provoqua la chute du président Tsiranana, remplacé par un régime de « transition militaire ». Voir Françoise Blum, « Madagascar 1972 : l’autre indépendance. Une révolution contre les accords de coopération », Le Mouvement social, vol. 236, no 3, 2011, p. 61-87. Une journée d’études intitulée « Madagascar, mai 1972 : les mises en récits, les mises en mots et en images » a été organisée par le CESSMA (Inalco, université Paris Cité, IRD) le 13 avril 2022, à l’occasion du 50e anniversaire des événements.

6 Éditée par Maspero en 1974, puis chez Karthala en 1986, sous le titre : L’Insurrection malgache de 1947. Essai d’interprétation historique.

7 Madagascar 1947, la tragédie oubliée. Colloque AFASPA des 9, 10 et 11 octobre 1997. Actes réunis par Francis Arzalier et Jean Suret-Canale, Le Temps des cerises, 1998.

8 En ligne : <https://www.youtube.com/watch?v=0zOAOwN-mSo>.

9 Fanny Pigeaud, Mahaleo, 40 ans d’histoire(s) de Madagascar, Paris, Éditions Laterit, 2011.

10 DVD : Marie-Clémence et César Paes, L’Opéra du bout du monde, Laterit Productions, 2013.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/22769/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 881k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Questions à Marie-Clémence Andriamonta-Paes sur le film-documentaire Fahavalo »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 158 | 2023, 139-148.

Référence électronique

« Questions à Marie-Clémence Andriamonta-Paes sur le film-documentaire Fahavalo »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 158 | 2023, mis en ligne le 04 décembre 2023, consulté le 23 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/22769 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.22769

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search