Navigation – Plan du site

AccueilNuméros158DÉBATSHommages à Sadek Hadjeres, figure...

DÉBATS

Hommages à Sadek Hadjeres, figure historique du communisme et du progressisme en Algérie

Didier Monciaud
p. 151-168

Texte intégral

1Le 28 février 2023, une soirée d’hommage à Sadek Hadjerès1, figure du mouvement progressiste et anticolonialiste algérien, est organisée par le Maghreb des films, l’Association Josette et Maurice Audin et l’association Histoire coloniale et postcoloniale, avec le soutien de La Contemporaine, de Virtuel Production et la revue des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique. Prévu au Centre culturel algérien, qui l’a annulée, c’est finalement à l’ENS-ULM qu’elle se tient2.

Annonce affichée du 5 janvier au 22 janvier 2023 sur le site du Centre culturel algérien, <https://histoirecoloniale.net/​La-soiree-d-hommage-a-Sadek-Hadjeres-prevue-au-Centre-Culturel-Algerien.html>

  • 3 Voir sa notice biographique dans le Maitron : HADJERÈS Sadek [Dictionnaire Algérie], par René Galli (...)
  • 4 L’Algérie libre vivra a été republié dans la revue Sou’al dirigée par Mohammed Harbi, Sou’al, n° 6, (...)

2Ce militant a eu une riche trajectoire politique et intellectuelle3. Né en 1928, il s’engage très tôt chez les scouts musulmans, de 1943 à 1946, puis en 1944 au Parti du peuple algérien (PPA), qui devient le Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques (MTLD). En 1949, il est l’un des auteurs de la brochure L’Algérie libre vivra4, qui propose une conception plurielle de la nation algérienne. Après la crise « berbériste » de 1949, il rompt avec le PPA-MTLD.

Alger, 1948. Sadek Hadjerès et Mohand Idir Aït Amrane, militants du Parti du peuple algérien, photo extraite de Pierre-Jean LeFoll-Luciani, « Un nom et un visage. Sadek Hadjerès, l’insaisissable clandestin (1928-2022) », Trajectoires dissidentes, 05/11/2022, <https://www.trajectoires-dissidentes.com/​2022/​11/​05/​UN-NOM-ET-UN-VISAGE-SADEK-HADJERES-LINSAISISSABLE-CLANDESTIN-1928-2022/​>

3Il rejoint le PCA en 1950 et devient un cadre dirigeant, membre du comité central, puis du bureau politique, responsable des CDL, Combattants de la Libération, groupe militaire lancé par le PCA. C’est l’organisateur de « l’Opération Maillot » en 1956, du nom d’Henri Maillot, officier du PCA qui déserte avec un lot d’armes qu’il transmet aux CDL. Il est l’un des responsables du PCA qui discutent avec le FLN, conduisant à sa dissolution et à l’adhésion de ses militants au FLN.

4Après l’indépendance, il continue à militer, notamment au sein du PAGS, Parti de l’avant-garde socialiste, fondé en 1966. Il passe dans la clandestinité après le coup d’État de 1965 et y reste jusqu’en 1988. Avec la crise des années 1990, qui se transforme en guerre civile, il s’exile à Paris. Associé à l’université Paris-8, il publie sur l’Algérie, sa politique et son histoire. Il est une référence progressiste5 sans avoir désormais d’affiliation partisane. Il anime le très riche site6 socialalgerie.net, qui propose de nombreux textes très diversifiés sur l’Algérie, le Maghreb et le Proche-Orient, avec d’importants documents historiques. Ses obsèques se tiennent en Algérie7 le 9 novembre 2022.

Idir El-Watani, Vive l’Algérie, (1949), <https://www.calameo.com/​books/​000427528bb6af34d4ec6/​>

<https://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k3339147p/​>

<https://texturesdutemps.hypotheses.org/​1297>

<https://www.liberte-algerie.com/​culture/​nouveautes-au-sila-375458>

5Lors de cet hommage parisien sont projetés des extraits8 du film Opération Maillot (2015)9, d’Okacha Touita10, évoquant l’histoire de l’aspirant Henri Maillot11, tué après un détournement d’armes avec ses camarades, dont Maurice Laban, communiste vétéran des Brigades internationales12. Des extraits d’entretiens avec Sadek Hadjerès13 sont également présentés.

  • 14 Michèle Audin, Une vie brève, Gallimard, 2013.
  • 15 Malika Rahal, Ali Boumendjel. Une affaire française, une histoire algérienne, Paris, Les Belles Let (...)
  • 16 Mentionnons Alain Ruscio, Les Communistes français et la guerre d’Indochine, 1944-1954, Paris, L’Ha (...)
  • 17 Ali Guenoun, Chronologie du mouvement berbère. Un combat et des hommes, Alger, éditions Casbah, 199 (...)
  • 18 Avec Sadek Hadjeres, ils ont réalisé un important travail historique en créant une banque de donnée (...)

6Les débats, animés par Gilles Manceron, rassemblent Aliki Papadomichelaki, épouse de Sadek Hadjerès et militante communiste grecque du PAGS ; Michèle Audin, fille de Josette et Maurice Audin14 ; Malika Rahal, qui a participé à l’écriture du premier volume des mémoires de Sadek Hadjérès15 ; Alain Ruscio, spécialiste de la colonisation, de l’Indochine et de l’Algérie16 ; Ali Guenoun, historien de la question berbère dans le nationalisme algérien17 ; Khaled Gallinari, ancien journaliste, enseignant et artiste, collaborateur du site socialalgérie.net18 ; Okacha Touita, cinéaste.

7Nous publions ici les interventions d’Alain Ruscio, Ali Guenoun et Khaled Gallinari lors de cette soirée.

Alain Ruscio, « Merci à Sadek Hadjerès, grand camarade, “homme-passerelle” »

8Comment se fait-il que, lorsque j’ai commencé à construire une contribution à l’occasion de cet hommage à Sadek Hadjerès, une phrase de Paul Éluard me soit venue à l’esprit : « De l’horizon d’un homme à l’horizon de tous » ?

9Oui, la vie entière de Sadek fut faite de ce dépassement, de cette multiplication que fut le passage d’un parcours aux destinées d’un peuple, son peuple, l’Algérien dans toute sa diversité, à tous les opprimés du monde. Il y avait chez lui quelque chose de jauressien : l’intense patriotisme qui l’attacha à la terre d’Algérie l’amena sur les chemins de l’internationalisme, dans ce que Sadek aurait aimé qu’on appelât une unité dialectique.

10Je vais employer une formule : Sadek fut un “homme-passerelle”.

11Passerelle entre le nationalisme algérien sous sa forme PPA et un communisme algérien autonome qui s’est longtemps cherché. Passerelle, ensuite, entre ce communisme algérien et le communisme français.

12Pour la première passerelle, il a fallu au jeune Hadjerès une intrépidité que nous avons bien du mal à imaginer aujourd’hui pour se rapprocher des communistes. En 1950, lorsqu’il adhère au PCA, les plaies de la catastrophique lecture des massacres du Constantinois du printemps 1945 par le PCF et le PCA sont encore ouvertes dans les rangs nationalistes.

  • 19 Sadek Hadjerès, Quand la nation s’éveille. Mémoires, vol. I, 1928-1949, Alger, INAS Éditions, 2014.

13C’est, peut-être de façon contradictoire, ce moment que choisissent bien d’autres « non-Européens » (on adoptera cette appellation, plutôt que « musulmans ») pour devenir communistes. Si le jeune PCA fut évidemment le lieu d’expression et de militantisme d’Européens internationalistes, si l’histoire a retenu les noms d’Henri Alleg, de Maurice Audin, d’Henri Maillot, de Raymonde-Taous Peschard, de Fernand Iveton, il y eut également des militants qui n’avaient pas assimilé la spécificité de la situation coloniale, tel ce Gachelin, rencontré en 1943, qualifié par Sadek d’« un des Européens communistes les plus sympathiques et les plus actifs ». Pourquoi, lui demanda Sadek, parais-tu « si tiède envers la revendication d’indépendance » ? Gachelin rétorqua : « Êtes-vous sûrs que l’indépendance est une bonne chose pour vous ? Vous auriez plus de liberté avec une France socialiste. Dans tous les cas, vous, les musulmans, vous n’y arriverez jamais ». Mais pourquoi donc ? « Parce que vos femmes sont voilées19 ! » Derrière cet échange se cachait un véritable choc des cultures : même ce « communiste actif et sympathique » ne pouvait imaginer une sortie de la situation coloniale à l’initiative des musulmans, soit de neuf Algériens sur dix… Combien étaient-ils, les militants européens d’Algérie, dans ce cas ?

14Fin 1950, quand Sadek devient membre du PCA, ce parti est en train de connaître une mue qui s’avèrera décisive : une nouvelle génération de militants non-européens accède à des postes de direction. Sadek lui-même devient membre du comité central en 1952, du bureau politique en 1954, numéro deux du parti aux côtés de Bachir Hadj Ali durant toute la guerre d’indépendance. Au terme du 6e congrès (1952), le secrétariat comptait plus de musulmans (Larbi Bouhali, Bachir Hadj Ali, Ahmed Akkache) que d’Européens (Paul Caballero, André Moine). La proportion était de 8 pour 4 au bureau politique, de 30 pour 17 au comité central. À la veille de la guerre d’indépendance, le PCA comptait de l’ordre de 60 % de non-Européens. Il était alors, en nombre d’adhérents, la deuxième force politique dans cette population : si le PPA-MTLD, largement en tête, pouvait compter sur une force militante de l’ordre de 25 000 personnes, les non-Européens membres du PCA oscillaient entre 7 000 et 8 000, plus, donc, que d’Amis du manifeste, mouvement plus élitiste.

15Mais c’est surtout lors de la guerre d’indépendance que son rôle d’homme-passerelle va s’affirmer. Il fut, avec Bachir Hadj Ali, l’interlocuteur du FLN. Interlocuteur tardif, du fait de la non-réceptivité du Front jusqu’au printemps 1956, mais interlocuteur décisif, tant la paternité du PCA dans l’opération Maillot – paternité dans laquelle Sadek joua un rôle majeur – permit, enfin, une coopération.

16Cet épisode étant connu, c’est sur les rapports avec le PCF que je voudrais m’étendre.

17Durant la plus grande partie de son histoire, le mouvement communiste algérien – avant, mais aussi après la fondation formelle du PCA, en 1936 – avait été lié à la stratégie du PCF. Une alliance fraternelle, qu’il convient de ne pas mépriser a posteriori, car elle fut souvent fructueuse. Mais également alliance inégale, car le PCF, fort de son expérience, de son poids politique, avait tendance à sous-estimer la spécificité de la situation algérienne. Le PCF fut longtemps non seulement le « parti frère », mais le « parti grand frère », usant et parfois abusant de cette inégalité. Aimé Césaire, lorsqu’il quitta le PCF en 1956, forgea à ce propos le néologisme de « fraternalisme ». Revenons à la date d’adhésion de Sadek : en 1950, c’était alors André Marty qui suivait, selon un mot assez pénible alors utilisé, le PCA. Sa brutalité bien connue a sans doute accentué ce penchant. Mais, évidemment, ce fraternalisme était le fait de bien d’autres dirigeants français.

  • 20 « La lutte des patriotes algériens contre le régime colonial », Paix & Démocratie, hebdomadaire d’i (...)
  • 21 « L’organisation du front unique de la classe ouvrière ».
  • 22 « En Algérie », éditorial, l’Humanité, 13 juin 1955. Cachin appelait les lecteurs à se rendre au ra (...)

18Or, qu’a-t-on constaté lors de la guerre de libération ? J’avance l’hypothèse que l’influence PCF/PCA s’est alors inversée. Les communistes algériens ont franchi la Méditerranée pour demander à leurs camarades français de radicaliser la condamnation de la guerre en cours. Plus, pour prononcer le mot-clé de la lutte : indépendance, et ce dès juin 1955. Larbi Bouhali joua à cette occasion un rôle majeur, signant un article dans l’organe du Kominform (lu en général par les cadres de haut niveau du mouvement communiste)20, puis dans l’hebdomadaire du PCF France Nouvelle, un article comportant en son cœur l’affirmation : « Le problème algérien est le suivant : comme tous les peuples opprimés, le peuple algérien aspire à une vie libre, à son indépendance nationale. (…) Il se crée en Algérie une communauté nouvelle, et l’unité nationale se forge. Un peuple qui en opprime un autre ne saurait être libre21 ». Le 13 juin, le très respecté (et très lu) directeur de l’Humanité, Marcel Cachin, signa l’éditorial de son journal22. Il y dénonçait les « ratissages (…), provocations (…), arrestations par milliers », qui ne pourront rien contre « des millions d’Algériens qui aspirent à l’indépendance. » Puis, il poursuivait : « Il serait urgent de leur donner les moyens de vivre de leur travail en leur rendant la possession du sol de leur patrie. Il s’agit là d’un mouvement national soutenu par tout un peuple. (…) Ils veulent vivre de leur travail sur leur sol libre et indépendant ».

  • 23 Ce développement d’après Sadek Hadjerès, entretien avec l’auteur, Malakoff, 3 février 2017.

19Comment ne pas remarquer qu’un certain Sadek Hadjerès fit en septembre-octobre 1955 un voyage à Paris (sous une couverture légale : médecin, il se fait inviter aux Entretiens de Bichat)23, au cours duquel il rencontra « dans le plus grand secret, d’anciens officiers FTP (on ne me dit même pas leurs noms). Ils me donnèrent des conseils tirés de leur expérience : organisation, méthodes de lutte ».

20Pris par le temps, je ne peux longuement développer cet aspect.

21Mais je voudrais souligner un autre message, un autre enseignement de la vie de cet homme : son absolue sincérité. Tel il fut durant toute sa vie politique active, tel il était resté. Tous ceux, dans cette salle, qui ont pratiqué l’entretien oral pour compléter leur information historique savent quelle distance critique il faut prendre avec les témoignages. Erreurs factuelles et parfois volontés manipulatrices ne sont pas rares chez les témoins. Hors de question d’affirmer qu’on eût dû abandonner cette distance critique avec Sadek. Mais il y avait avec lui un « quelque chose de plus » que l’on rencontre rarement, rarissimement chez les témoins, une sorte de confiance tranquille dans ses affirmations, même celles – il y en avait – qui comportaient des faits délicats, dérangeants, pour l’histoire de ses engagements politiques. Chez Sadek, pas de faux-fuyants, pas de détours, pas de « secrets de famille », pas de « confidences off », comme disent les politiciens. Mais la vérité issue de sa mémoire, qui était précise, chargeait l’historien-intervieweur d’en faire ensuite l’usage qu’il voulait.

22Voilà, en quelques trop courtes formules, quel homme était Sadek Hadjerès. Pas un héros, encore moins un modèle, les peuples n’en ont pas besoin, mais un militant, ce beau mot trop souvent discrédité, un Algérien, un membre de la communauté humaine, indissociablement. Dialectiquement.

Khaled Gallinari, « Sadek Hadjerès dans l’Algérie indépendante »

La période de postindépendance

23À l’indépendance de l’Algérie, le pays est exsangue, mais connaît un immense élan, comme on peut le percevoir nettement dans les films de René Vautier sur cette période. Le climat est à la mobilisation et à l’union dans les mouvements de masse pour édifier le pays. Les cheminots vont aider les ouvriers agricoles à réparer les machines, on lance la révolution agraire, le volontariat, on plante un million d’arbres à Labartache dans une vallée ravagée par les flammes pendant la guerre. L’envie de déplacer les montagnes est là. Sadek rassemble les forces du PCA et d’Alger républicain. Il avait publié, en mai 1962, Perspectives de la démocratie dans l’Algérie indépendante, où il exposait sa vision d’un front pluriel et uni dans les tâches d’édification. Alger républicain reparaît malgré les pressions, et joue un rôle d’apaisement des luttes intestines de l’été 1962 en titrant ses premières pages « Sept ans de guerre, ça suffit » ou « Les soldats ne tireront pas sur les soldats ». Le journal soutient les travailleurs et le mouvement social unitaire, et encourage les objectifs socialistes prônés par le FLN dans la charte de Tripoli (datant d’avril 1962) et confirmés dans la « charte d’Alger » de mai 1964. Malgré les pressions permanentes sur sa ligne éditoriale, et les tentatives de récupération, comme au congrès de 1964 où le président Ben Bella annonce qu’Alger républicain va devenir l’organe du FLN, Alger républicain tient et devient le fer de lance du mouvement social, ainsi que l’instrument d’ouverture du PCA sur celui-ci.

24En novembre 1962, le PCA est officiellement interdit. Sadek part faire une tournée de trois mois pour informer les partis de cette décision (Italie, URSS, Cuba, Tchécoslovaquie). Certains ne comprennent pas que Ben Bella, ami de Cuba et du camp socialiste, interdise le PCA. D’autres ne comprennent pas pourquoi le PCA ne se fond pas dans le parti unique de masse, le FLN, considéré comme révolutionnaire. C’est la période de la Tricontinentale, et les pays nouvellement colonisés, soutenus par le camp socialiste, connaissent un élan vers la gauche. Des partis communistes se fondent dans des partis de masse (en Grèce, à Cuba, en Égypte…). Mais pour Sadek, il ne faut pas confondre front unique et parti unique, le PCA a encore son mot à dire.

25La décision est prise de ne pas affronter frontalement le pouvoir, mais de maintenir clandestinement le PCA, sans signer les documents par le parti. Un dirigeant pouvait signer individuellement, sans que cela fasse de doute sur l’origine du texte. Ainsi, le PCA, habitué à la clandestinité, a pu suivre l’action de ses militants, conserver son autonomie de réflexion et d’action sans casser les canaux unitaires et poursuivre son travail fructueux dans les mouvements de masse, les mouvements sociaux à accompagner, orienter, guider.

26Les syndicats, investis par les militants du PCA, sont organisés dans l’UGTA. Après le coup de force de janvier 1963 où toute l’ancienne direction, anciennement formée à la CGT, fut remplacée par des cadres du FLN, le travail est réengagé à la base. Si bien que lors du congrès de l’UGTA, en mai 1965, un fort courant unitaire et prosocialiste se dégage. « C’était notre orientation », disait Sadek. Chez les étudiants, dans cette période, les bureaux élus sont massivement communistes. Le PCA est actif également dans les organisations de femmes (comme lors de la marche géante de mars 1963), culturelles et de jeunes. Peu avant le coup d’État du 19 juin 1965, le PCA est interdit, freiné dans son développement, saboté dans ses actions, sous surveillance, mais peu réprimé et relativement toléré.

Coup d’État du 19 juin 1965 - Le PAGS (1966-1991)

27Le 19 juin 1965 intervient le coup d’État du colonel Boumediene. Ben Bella est jeté en prison pour de longues années. En réponse est créée l’ORP (Organisation de la résistance populaire), constituée d’éléments de la gauche du FLN et de ceux du PCA. Scellée semble-t-il à la hâte et dans un certain déficit de débat et de vigilance, sa direction est rapidement démantelée (notamment Zahouane et Hadj-Ali), en même temps que les arrestations et tortures s’abattent sur les communistes et les militants de l’ORP.

28Sadek, activement recherché, trouve refuge, comme il le raconte dans son site Socialgérie, chez un concierge espagnol. De là part le travail de redémarrage, jusqu’à la création, fin 1966, du Parti de l’avant-garde socialiste (PAGS), un parti d’avant-garde, pour guider, éclairer le mouvement de masse. C’est le début d’une nouvelle clandestinité totale pour Sadek, qui devient premier secrétaire à la libération de Bachir Hadj-Ali en 1968. Son secrétariat est composé de Benzine, Khalfa, Bouhraoua, Abdelmoumen et Belgaçem.

29Il va organiser le PAGS comme une véritable école de formation pour de nombreux militants et cadres de l’action de masse, dans laquelle il est immergé. Il produit clandestinement un journal, Saout Echaâb (La Voix du peuple), qui relaye les revendications et les mouvements sociaux dans tout le pays. Les militants font l’expérience de l’organisation des actions, de leur éclairage politique, des réunions et, malgré les conditions de vigilance imposées par la clandestinité, ils participent à de larges débats durant de longues semaines.

30Dans la plateforme de 1967, le PAGS affirme : « Le choix n’est pas entre le capitalisme et le socialisme. Le choix est entre une véritable indépendance et la stagnation dans la dépendance ».

31Dans les années 1970, la politique du PAGS se nuance, entre critique des manquements et des insuffisances du pouvoir et appui politique de ce qu’il considère être des réalisation positives pour le peuple algérien (nationalisation des hydrocarbures, des mines, gestion socialiste des entreprises, développement de l’industrie nationale…). Cette politique le positionne entre deux feux, car le FLN lui reproche son sectarisme alors que les autres mouvements d’opposition lui reprochent son suivisme. Le PAGS anime, ou y participe, les nombreuses grèves qui se développent dans le pays (4 % du nombre total des travailleurs en 1969, 16 % en 1980). Les camarades sortis à la légalité en 1974 pour des raisons de santé, comme Hamid Benzine et Bachir Hadj Ali, reçoivent en permanence des émissaires du pouvoir qui n’hésitent pas à employer le chantage ou la menace pour demander l’arrêt de telle grève, ou la modération de telle autre… sans résultats.

32Les années 1980 voient l’apparition d’un nouveau contexte, avec l’arrivée au pouvoir de Chadli Benjdid et de ses orientations droitières. Le PAGS maintient alors son activité parmi les travailleurs et au sein des syndicats. Il dénonce la casse de l’industrie nationale, les importations tous azimuts à l’aide de la rente pétrolière et le virage à droite du FLN. La répression augmente, mais le bouillonnement social de cette période fait que la contestation est grande et le PAGS, malgré la clandestinité et la surveillance, actif sur ce terreau-là.

33Après les événements d’octobre 1988, et l’obtention du pluripartisme un an plus tard, le PAGS connaît une période de légalité de deux ans. Il vit cependant des difficultés liées au contexte international, avec le début du démantèlement du camp socialiste et le désarroi d’un certain nombre de militants. À l’échelle nationale, il connaît l’infiltration d’éléments liés à la sécurité militaire, jusqu’au plus haut niveau de son organisation. Sadek se retire de la direction du PAGS après le congrès de décembre 1990, où un groupe prend la tête du parti, contre les suffrages exprimés, pour annoncer sa dissolution quelques semaines plus tard.

34Sadek et Aliki, sa femme et sa compagne de lutte pendant la période du PAGS, quittent l’Algérie. Sadek commence alors un long travail de mémoire, de recherche et de transmission, pour, comme il aimait à le dire : « Faire connaître ces combats et ces vérités historiques pleines d’enseignements aux jeunes générations, qui doivent éviter tous ces pièges, tous ces écueils… ».

Citations et enseignements

35Je souhaite ponctuer cette intervention par cinq citations glanées au cours des entretiens que j’ai pu mener avec Sadek, qui me paraissent receler des idées représentatives de sa pensée et qui soulignent quelques-uns des enseignements qu’il a tirés de cette expérience et de ce parcours si singulier de dirigeant d’une opposition démocratique et sociale dans l’Algérie indépendante, mais dominée par l’hégémonisme du parti unique.

36Sur la stratégie d’union et d’alliance politique du PCA durant la période de 1962 à 1965 :

« Il faut toujours préserver une marge d’autonomie dans le cadre d’une alliance politique. Cela permet, en cas de volte-face, de dérives ou d’orientations erronées, de mieux servir la cause nationale. »

37Sur le PAGS clandestin et l’esprit démocratique, sa richesse, sa force et sa meilleure protection :

« Un parti qui se réclame de la liberté et de la justice sociale se doit de faire régner, à tous les niveaux de son organisation, non seulement l’esprit collectif, mais surtout une démocratie bien ressentie par tous. Ainsi, fort de sa pluralité, il peut isoler, par le débat élargi, les dérives autoritaires internes, comme les infiltrations et les manipulations externes, qu’il est techniquement impossible d’empêcher. »

38Sur la personnification et l’analyse en politique :

« Même si on peut avoir d’énormes griefs contre certaines personnes du pouvoir, l’essentiel des problèmes que nous avons connus n’ont pas été le fait de personnes. Nous devons nous demander quels sont les conditions politiques, l’environnement social et les circonstances historiques qui ont permis à ces individus et à ces orientations de s’imposer. »

39Sur les luttes politiques :

« Les luttes ont plusieurs dimensions, et c’est en articulant toutes ces dimensions, anti-impérialiste, démocratique, sociale, que les luttes sont plus efficaces. Dès qu’il manque un de ces aspects, la lutte devient bancale. »

40Sur la mentalité de parti unique, ses conséquences et la difficulté à rassembler une opposition de gauche :

« Cette mentalité de parti unique, qui consiste à se considérer comme seul porteur de solutions, dans un hégémonisme débouchant souvent sur les invectives et les coups de force, a été instillée par le FLN aux partis de l’opposition. Ainsi, il a pu les manipuler et à chaque fois se renforcer. C’est à cette mentalité que s’est nourri l’islamisme politique des années 1990, qui prônait l’islam comme seule solution. Ce qu’il fallait, c’était s’unir et se rassembler sur des revendications à la portée de tous, comme l’eau potable, le logement, les injustices (hogra), pour bien se lier au peuple et créer les conditions du changement. »

41Je vous remercie de votre attention.

Ali Guenoun, « Sadek Hadjerès, un homme de rupture dans l’Algérie colonisée »

42Il n’est pas aisé de résumer le riche parcours de Sadek Hadjerès dans un court article. Je vais donc me restreindre à quelques points qui me semblent méconnus ou peu mis en valeur.

43Je commence ce texte par l’évocation de ma rencontre avec Sadek Hadjerès. Il était important pour un jeune historien algérien, comme moi, qui débutait ses recherches sur des moments de crise dans l’histoire de l’Algérie contemporaine – qui avait essuyé des refus d’interviews d’anciens militants nationalistes algériens – de pouvoir interroger ce « mystérieux » personnage qui avait vécu plus de vingt ans dans la clandestinité. Je l’ai rencontré en 1989 au siège provisoire du PAGS à Alger, quelque temps seulement après qu’il a retrouvé la légalité. Il n’a pas hésité à accepter de répondre à mes questions sur la crise de 1949. L’évocation du nom de Mohand Idir Aït Amrane, son ancien camarade au lycée Ben Aknoun, qui m’a recommandé auprès de lui, y a certainement été pour quelque chose. Malheureusement, la crise que traversait le PAGS l’a rapidement éloigné du pays. J’ai, grâce à Aït Amrane, repris contact avec lui par courrier alors qu’il se trouvait en exil dans la région parisienne. Notre deuxième rencontre s’est déroulée en 1998 à Paris, où je l’ai interviewé longuement. Nos rencontres se sont intensifiées après mon installation à Paris en 2000. Contrairement à plusieurs militants algériens, Sadek Hadjerès s’est ouvert aux chercheurs qui l’ont sollicité et n’a cessé de donner sa version du passé. Il était un homme généreux, qui méprisait la rétention d’informations ou de documents.

Sadek était un homme de son temps

44Sa vie, du moins politique, est secouée par plusieurs moments de crises et de ruptures. Fils d’instituteur, il était un privilégié parmi les millions d’enfants algériens déshérités et qui avaient faim. Privilégié aussi parce qu’il a pu fréquenter normalement l’école sans se soucier des problèmes matériels, ce qui n’était pas le cas de plusieurs élèves comme Mouloud Feraoun, qui relate cette misère dans Le Fils du pauvre. Privilégié aussi parce qu’il a baigné dans plusieurs cultures : kabyle par sa famille et ses pérégrinations entre la ville et son village de Taddart Bouadda, en Haute Kabylie, où il est né en 1928 ; française par l’école et par son père, qui était lecteur de La Voix des humbles, de L’École libératrice, du Djurdjura à travers les siècles de Boulifa ou du Feu d’Henri Barbusse ; arabe et musulmane par sa mère Fadhma Aït Rached, issue d’une famille de lettrés coraniques, qui a tenu à ce que son fils suive des cours d’arabe à la médersa. Les différentes affectations de son père (Taguine près de K’sar Chellala, Berrouaghia et Larbaâ Beni Moussa) en dehors de la Kabylie lui ont permis, enfant ou adolescent, de s’ouvrir à d’autres cultures et communautés (arabophone, juive, européenne) et de se rendre compte de la diversité de la société.

Sadek est aussi un homme d’une génération

45La génération de Sadek Hadjerès s’est distinguée par une rupture profonde avec ses parents et ses aînés. Il a fait partie de ces jeunes Algériens scolarisés qui ont connu la Seconde Guerre mondiale, le débarquement des Américains et des Anglais en Afrique du Nord en 1942, et qui se sont rendu compte de la vulnérabilité de la France face aux Allemands. Les massacres de mai 1945 les ont traumatisés. Selon leurs témoignages, face aux moyens colossaux utilisés par l’armée coloniale pour réprimer les populations de l’est algérien, ils se sont rendu compte de l’inutilité du réformisme et des luttes pacifiques pour libérer l’Algérie. C’est la période durant laquelle Sadek intègre le lycée de Ben Aknoun où il se familiarise très rapidement avec d’autres élèves algériens et adhère au parti nationaliste indépendantiste clandestin, le PPA, après avoir animé en 1943 le groupe SMA (Scouts musulmans algériens) de Larbaâ Beni Moussa, et le district des SMA de l’Est-Mitidja. Son adhésion au parti messaliste l’opposait aux convictions politiques de son père, qui était plutôt proche des réformistes de l’UDMA de Ferhat Abbas. C’est dans ce lycée de la banlieue algéroise qu’il commence à réfléchir en groupe avec ses camarades, tous du PPA, venus de Kabylie (Mohand Idir Aït Amrane, Ali Laïmèche, Saïd Aïch, Saïd Chibane, Omar Oussedik, Amar Ould Hamouda…) sur la situation de l’Algérie et de son avenir. Il faut souligner que l’arrivée dans le parti radical de ces jeunes militants instruits était une bouffée d’oxygène pour les militants plébéiens qui formaient la majorité des effectifs du PPA. Mais leurs noms et leur rôle dans la libération du pays ont été jusqu’à une époque récente gommés des tablettes du « roman national » que l’Algérie indépendante voulait écrire.

46Sadek et ses camarades étaient des précurseurs de l’implantation de leur parti dans plusieurs localités du pays. Certains étaient membres du comité central (CC), du bureau politique (BP), dirigeants de l’organisation paramilitaire (OS) du PPA, de différentes sections des scouts (SMA) et des élus au sein de l’Association des étudiants musulmans de l’Afrique du Nord (AEMAN). Étudiant en médecine, c’est dans cette association estudiantine que Sadek Hadjerès, membre du bureau, organisera des débats sur la situation de l’Algérie et des questions démocratiques.

47Bien implantés dans les instances du PPA, ils étaient au fait de la gestion de leur parti, dont ils décriaient la méthode. Influencés par les idées des « Lumières » et des expériences des autres mouvements indépendantistes européens et asiatiques, ils ont profité de l’expérience de leurs aînés de l’Étoile nord-africaine (ENA) dans l’émigration. Sadek Hadjerès et ses camarades ont mené une fronde contre leur direction. Ils ont mis en cause les pratiques antidémocratiques, ont refusé la définition arabo-islamique exclusive de l’Algérie et ont essayé d’imposer le pluralisme culturel en mettant en évidence la profondeur historique berbère de l’Algérie.

Sadek Hadjerès et la définition de la nation algérienne

48C’est justement en voulant engager un débat sur la situation de leur parti et sur la définition de l’Algérie qu’ils ont été exclus du PPA-MTLD, comme « déviants berbéristes » et donc « antinationalistes » et « alliés du colonialisme ». Cet épisode inédit de l’histoire du nationalisme algérien, dans lequel une violence verbale et physique a été exercée par la direction sur les contestataires « berbéristes », est connu sous le nom de « crise berbériste de 1949 ».

49Sadek Hadjerès était aussi un homme de réflexion sur sa propre société et son devenir. Pour peser sur le débat verrouillé par les tenants de la direction et expliquer leurs idées, Hadjerès et ses camarades (en particulier Yahia Henine, Mabrouk Belhocine) ont cosigné sous le pseudonyme d’Idir El Watani la brochure L’Algérie libre vivra. Ce texte, publié en juillet 1949 au moment de la crise, avait pour objectif de répondre à l’accusation de berbérisme dont ils faisaient l’objet. Les idées qu’ils y ont développées restent d’ailleurs d’actualité. L’Algérie libre vivra est le texte algérien le mieux abouti sur la définition de la nation, mais aussi sur les moyens de parvenir à l’indépendance du pays en privilégiant la diversité ethnique, culturelle et religieuse de l’Algérie. Dans cette perspective, leur référence à l’histoire dans la longue durée et à la culture berbère n’était qu’une des conséquences impliquées par leur attachement à des idéaux et à des pratiques démocratiques.

50Il faut dire que la construction identitaire élaborée par des hommes de religion, les ‘ulama, pour définir l’identité algérienne (arabe et islamique) de même que la ventilation des composantes ethniques de l’Algérie en arabes et berbères faite par les idéologues et administrateurs coloniaux, repose sur des falsifications historiques.

51L’Algérie indépendante est envisagée dans ce texte comme un État démocratique garantissant les libertés individuelles. Dans leur définition de la nation, ses auteurs se démarquent de la conception très répandue chez les nationalistes et chez les ‘ulama. Ils soulignent que le concept de nation moderne « est un concept tout à fait récent » et s’interdisent de confondre nation et État. La nation y est définie comme « une communauté d’individus constituée par les événements historiques ».

52Ils empruntent, tout au long du texte, la définition de la nation à Ernest Renan et aux philosophes français qui voient la nation comme un plébiscite quotidien. Ils s’opposent, avec arguments, à la conception allemande et du courant romantique allemand, dont les idées ont inspiré les islamo-populistes du PPA-MTLD et les réformistes musulmans des ‘ulama, qui défendaient une approche organique du fait national. Les rédacteurs ne citent à aucun moment les ‘ulama ou les islamo-populistes auxquels ils n’empruntent jamais leurs concepts, comme celui de l’umma. La nation, selon la définition dite allemande, est le produit d’une certaine culture, le partage d’une même langue, la possession de semblables racines ou d’un même sang. Elle repose, selon eux, sur des traits communs naturels acquis dont l’individu ne peut se défaire : la langue, la race, le sang, la culture, la coutume, la religion... Pour les partisans de cette conception, l’identité, la nation sont des éléments figés.

53Contrairement à eux, les rédacteurs de la brochure pensent que la nation « est dynamique et non statique », qu’elle est « le résultat d’un pacte tacite qui demande chaque jour à être renouvelé ». La nation ne suppose, pour eux, ni communauté de race, ni de religion, ni de langue. Ils ne croient pas à une race pure et ne voient pas de nation qui ne compte pas de « groupes ethniques différents ». Pour eux, ceux qui ont soutenu des théories raciales « ne l’ont fait que pour justifier leur action après coup, sans croire à la rigueur scientifique de leur thèse, ou bien [ils] étaient aveuglés par un chauvinisme démesuré ».

54Ils s’étonnent de voir des gens mettre en avant le facteur religieux pour définir une nation, alors que « l’existence, pour eux, de plusieurs religions dans un pays n’empêche pas du tout celui-ci de se développer en nation s’il en a les facteurs suffisants ». Même s’ils reconnaissent que la religion est un facteur parmi d’autres qui ont contribué à forger le caractère national des Algériens, ils mettent en garde contre la confusion entre le nationalisme et le sentiment religieux. C’est là une conception laïque du nationalisme qui se démarque de celle des populistes du PPA-MTLD et des ‘ulama.

55Cette brochure est le premier texte écrit par des nationalistes qui défendent explicitement la diversité culturelle. La nation, écrivent-ils, « peut bien se développer alors que les habitants qui la constituent parlent des langues différentes » et citent le cas des pays bilingues ou multilingues comme la Belgique, la Suisse, la Yougoslavie... Ils vont, pour la première fois de l’histoire de l’Algérie contemporaine, revendiquer le « développement des langues et des cultures populaires », le tamazight et l’arabe dialectal qu’ils nomment « berbrya ». Comme pour montrer les limites de la thèse « arabiste » qui dit que la nation arabe existe là où on parle arabe, ces militants font le parallèle avec la théorie pangermanique qui prétend que « la nation allemande se trouve partout où se parle l’allemand ».

56La nation est définie dans cette brochure comme une combinaison de plusieurs indices. Ces éléments « absolument indispensables » sont quatre : le territoire, l’économie, le caractère national, le culte d’un même passé et le souci d’un même avenir. Ils se démarquent de la conception de Bismarck et adoptent celle de Mazzini, qu’ils trouvent « large et féconde », essayant d’englober les aspirations des éléments qui composent la nation et de « les [faire] épanouir en les réalisant toutes ».

57« La nation algérienne existe », soulignent-ils. Pour le démontrer, ils s’appuient surtout sur trois éléments importants : le caractère national, le culte du passé et le souci d’un même avenir. Les Algériens, souligne la brochure, sont soudés par plusieurs éléments. Une longue vie commune depuis des millénaires les a marqués. Le mode de vie propre est le témoin de sa longue évolution. La mentalité, malgré ses variantes régionales, facilite la compréhension entre compatriotes. La culture diverse est richesse et complémentarité. La religion les a aidés à prendre conscience de leur unité. Le facteur linguistique est un élément d’intercompréhension.

58Sadek Hadjerès n’a jamais cessé de mener un combat pour la démocratisation de son parti. Il sollicite, sans y parvenir, Messali Hadj, son chef, pour la réunion des cadres du parti dans un congrès démocratique pour résoudre les différends. Découragé par l’exclusion de plusieurs de ses camarades, il se consacre un moment aux activités de l’AEMAN, dont il devient président, puis rejoint en 1951 le Parti communiste algérien (PCA).

Haut de page

Notes

1 Voir « Hommage Sadek Hadjerès », 1ère partie : La conquête de l’indépendance, <https://www.youtube.com/watch?v=w65-MdImJ18> ; 2e partie : L’indépendance, <https://www.youtube.com/watch?v=kj8feForSHg>.

2 Voir <https://histoirecoloniale.net/Les-images-de-la-soiree-d-hommage-a-Sadek-Hadjeres-a-l-Ecole-normale-superieure.html>.

3 Voir sa notice biographique dans le Maitron : HADJERÈS Sadek [Dictionnaire Algérie], par René Gallissot, version mise en ligne le 2 janvier 2014, dernière modification le 15 novembre 2022, <https://maitron.fr/spip.php?article151869>.

4 L’Algérie libre vivra a été republié dans la revue Sou’al dirigée par Mohammed Harbi, Sou’al, n° 6, 1987.

5 Voir « Entretien avec Sadek Hadjerès », Berbère Télévision, <https://www.youtube.com/watch?v=tYaS9IKPx-g> (1ère partie) ; <https://www.youtube.com/watch?v=P-vMaem_FBQ> (2e partie).

6 Socialgerie : <https://www.socialgerie.net/>.

7 Voir « Alger - Enterrement ‎de Sadek Hadjerès », <https://www.youtube.com/watch?v=h9_GivxAt7g>.

8 Voir <https://www.youtube.com/watch?v=Z-E0vM3qNTk>.

9 Bande-annonce : <https://www.youtube.com/watch?v=q-ViKnOeS_8>.

10 Okacha Touita, né en 1943, est un acteur et cinéaste algérien. Il a notamment réalisé Le Cri des hommes (1990) ; Le Rescapé (1986) et Les Sacrifiés (prix Georges-Sadoul 1982, mention spéciale du jury et prix du public aux journées cinématographiques d’Orléans 1982-Mostra de Venise 1982).

11 Voir Serge Kastell, Le Maquis rouge. L’aspirant Maillot et la guerre d’Algérie, 1956, L’Harmattan, 1997.

12 Voir Jean-Luc Einaudi, Un Algérien, Maurice Laban, Le Cherche Midi, 1999.

13 Sadek Hadjerès répond à Gilles Manceron, <https://www.youtube.com/watch?v=zQdNNW7eCto> ; Sadek Hadjerès à la Contemporaine, <https://www.youtube.com/watch?v=hNsz4azeFzg>.

14 Michèle Audin, Une vie brève, Gallimard, 2013.

15 Malika Rahal, Ali Boumendjel. Une affaire française, une histoire algérienne, Paris, Les Belles Lettres, 2010 ; L’UDMA et les Udmistes. Contribution à l’histoire du nationalisme algérien, Alger, Barzakh, 2017 ; Algérie 1962. Une histoire populaire, Paris, La Découverte, 2022.

16 Mentionnons Alain Ruscio, Les Communistes français et la guerre d’Indochine, 1944-1954, Paris, L’Harmattan, 1985 ; Le Credo de l’homme blanc. Regards coloniaux français, XIXe-XXe siècles, Bruxelles, Complexe, 1996 ; Que la France était belle au temps des colonies. Anthologie de chansons coloniales et exotiques françaises, Paris, Maisonneuve & Larose, 2001 ; Nostalgérie. L’interminable histoire de l’OAS, Paris, La Découverte, 2015 ; Les Communistes et l’Algérie : des origines à la guerre d’indépendance, 1920-1962, Paris, La Découverte, 2019.

17 Ali Guenoun, Chronologie du mouvement berbère. Un combat et des hommes, Alger, éditions Casbah, 1999 ; La Question kabyle dans le nationalisme algérien, 1949-1962, Éditions du Croquant, 2021.

18 Avec Sadek Hadjeres, ils ont réalisé un important travail historique en créant une banque de données sur le militantisme algérien, avec une dizaine d’heures d’entretiens filmées. Elle a été déposée aux archives départementales de Bobigny (93) ; Latifa Madani, « Hommage à Sadek Hadjeres. Un phare pour le mouvement de libération sociale de l’Algérie », l’Humanité, 6 novembre 2022, <https://www.humanite.fr/en-debat/deces/hommage-a-sadek-hadjeres-un-phare-pour-le-mouvement-de-liberation-sociale-de-lalgerie-769982>.

19 Sadek Hadjerès, Quand la nation s’éveille. Mémoires, vol. I, 1928-1949, Alger, INAS Éditions, 2014.

20 « La lutte des patriotes algériens contre le régime colonial », Paix & Démocratie, hebdomadaire d’informations politiques, Vincennes, 3 juin 1955.

21 « L’organisation du front unique de la classe ouvrière ».

22 « En Algérie », éditorial, l’Humanité, 13 juin 1955. Cachin appelait les lecteurs à se rendre au rassemblement contre « la répression en Algérie » (Mutualité, orateur Jacques Duclos). Le gouvernement interdit cette réunion, sous le prétexte classique de crainte de troubles à l’ordre public. Voir la protestation dans l’Humanité du 14 juin.

23 Ce développement d’après Sadek Hadjerès, entretien avec l’auteur, Malakoff, 3 février 2017.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Annonce affichée du 5 janvier au 22 janvier 2023 sur le site du Centre culturel algérien, <https://histoirecoloniale.net/​La-soiree-d-hommage-a-Sadek-Hadjeres-prevue-au-Centre-Culturel-Algerien.html>
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/22793/img-1.png
Fichier image/png, 572k
Légende Alger, 1948. Sadek Hadjerès et Mohand Idir Aït Amrane, militants du Parti du peuple algérien, photo extraite de Pierre-Jean LeFoll-Luciani, « Un nom et un visage. Sadek Hadjerès, l’insaisissable clandestin (1928-2022) », Trajectoires dissidentes, 05/11/2022, <https://www.trajectoires-dissidentes.com/​2022/​11/​05/​UN-NOM-ET-UN-VISAGE-SADEK-HADJERES-LINSAISISSABLE-CLANDESTIN-1928-2022/​>
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/22793/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Légende Idir El-Watani, Vive l’Algérie, (1949), <https://www.calameo.com/​books/​000427528bb6af34d4ec6/​>
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/22793/img-3.png
Fichier image/png, 47k
Légende <https://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k3339147p/​>
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/22793/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende <https://texturesdutemps.hypotheses.org/​1297>
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/22793/img-5.png
Fichier image/png, 444k
Légende <https://www.liberte-algerie.com/​culture/​nouveautes-au-sila-375458>
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/22793/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Didier Monciaud, « Hommages à Sadek Hadjeres, figure historique du communisme et du progressisme en Algérie »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 158 | 2023, 151-168.

Référence électronique

Didier Monciaud, « Hommages à Sadek Hadjeres, figure historique du communisme et du progressisme en Algérie »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 158 | 2023, mis en ligne le 04 décembre 2023, consulté le 23 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/22793 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.22793

Haut de page

Auteur

Didier Monciaud

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search