Navigation – Plan du site

AccueilNuméros158LIVRES LUSNicolas Bancel, Pascal Blanchard,...

LIVRES LUS

Nicolas Bancel, Pascal Blanchard, Gilles Boëtsch, Daphné Bolz, Yvan Gastaut, Sandrine Lemaire et Stéphane Mourlane (dir.), Une histoire mondiale de l’olympisme, 1896-2024

Paris, Atlande, 2023, 474 p., 25 €.
Igor Martinache
Référence(s) :

Nicolas Bancel, Pascal Blanchard, Gilles Boëtsch, Daphné Bolz, Yvan Gastaut, Sandrine Lemaire et Stéphane Mourlane (dir.) Une histoire mondiale de l’olympisme, 1896-2024, Paris, Atlande, 2023, 474 p., 25 €.

Texte intégral

  • 1 Voir Michaël Attali (dir.), Le Sport et ses valeurs, Paris, La Dispute, 2004.
  • 2 Patrick Clastres, « La renaissance des Jeux olympiques, une invention diplomatique », Outre-Terre, (...)

1L’organisation des Jeux olympiques et paralympiques à l’été 2024 à Paris – mais aussi d’autres parties du territoire – ouvre un boulevard éditorial dont les chercheurs en sciences humaines et sociales auraient tort de ne pas s’emparer, au risque de laisser le champ libre aux compilations d’anecdotes et autres chroniques subjectives entretenant les mythes autour des supposées valeurs du sport1 et de l’olympisme. La somme que proposent ici les 36 auteurs, majoritairement historiens, mais aussi sociologues, géographes, gestionnaires ou juriste, sous la coordination de Nicolas Bancel, Pascal Blanchard, Gilles Boëtsch, Daphné Bolz, Yvan Gastaut, Sandrine Lemaire et Stéphane Mourlane, est une gageure. L’ouvrage se propose en effet de réaliser une histoire « mondiale » des Jeux olympiques modernes – on leur sait gré d’avoir évité l’épithète « global » qui aurait ici été fallacieux –, couvrant les quelque 13 décennies écoulées depuis le fameux « Congrès international du renouveau athlétique » de juin 1894. Ce congrès, qui s’est tenu à la Sorbonne, a acté, non sans d’intenses manœuvres diplomatiques2, le « rétablissement » de la compétition. L’ouvrage que nous présentons relève le défi de marcher sur la corde raide entre rigueur scientifique et souci de vulgarisation, au sens noble du terme.

  • 3 Les Jeux d’hiver et les Jeux paralympiques doivent faire l’objet d’un autre ouvrage dans le cadre d (...)
  • 4 Voir l’article d’Anaïs Bohuon et Lucie Pallesi dans ce numéro, la première signant également la con (...)

2Si le volume de l’ensemble pourrait dissuader certains lecteurs, les chapitres sont synthétiques et accessibles, sans pour autant sacrifier les références bibliographiques. Comme l’écrivent les coordinateurs en introduction, les Jeux olympiques, loin d’être en apesanteur sociopolitique, « sont un miroir offrant le reflet, plus ou moins déformé, de dynamiques à l’œuvre au sein des sociétés contemporaines », ébauchant rien de moins qu’une « autre histoire du monde », ce que s’emploie à démontrer chacune des contributions, regroupées en six grandes parties thématico-chronologiques  : « Des jeux olympiques sous influence (1896-1920) », « L’Europe des totalitarismes (1920-1945) », « L’impact de la guerre froide (1945-1984) », « Revendications et ruptures (1968-1990) », « Les défis du gigantisme (2000-2020) » et « Enjeux et problématiques olympiques ». Loin de se limiter à ces derniers chapitres, de nombreuses problématiques sont soulevées tout au long de l’ouvrage. La majorité des contributions traite d’une édition des Jeux olympiques d’été3 tandis que quelques-unes abordent des « perspectives » plus transversales, telles que les valeurs olympiques, les tentatives soviétiques d’organiser des Jeux prolétariens, les Jeux face à la guerre froide, les boycotts, la lutte contre le dopage, le professionnalisme, la lex sportiva du CIO, la durabilité des Jeux, les contrôles de sexe imposés aux seules sportives4 ou l’apolitisme du CIO face aux régimes autoritaires.

  • 5 Ce qui n’est pas sans faire écho fortuitement au titre du récent ouvrage d’un tenant de la théorie (...)
  • 6 Sébastien Fleuriel et Manuel Schotté, « Dépasser l’alternative amateurs/professionnels. Programme p (...)

3S’il est impossible ici de résumer l’ensemble de ces textes, eux-mêmes synthétiques, on peut néanmoins souligner qu’ils mettent en lumière la dimension politique de l’événement quadriennal et, par-delà, du sport en général, tout en replaçant soigneusement chaque édition des Jeux dans son contexte socio-historique spécifique – une précaution que ne prennent pas toujours les commentateurs pressés dans d’autres écrits. Ainsi Christina Koulouri rappelle l’investissement du relativement jeune État grec dans la « renaissance » des Jeux, quand Pascal Ory, pointant l’intrication étroite de l’édition de 1900 dans l’Exposition universelle, demande non sans provocation si ces premiers Jeux parisiens ont vraiment eu lieu5. Fabrice Delsahut souligne pour sa part le poids du racisme dans ceux de Saint-Louis en 1904, des Jeux noyés dans une Exposition universelle qui célébrait le centenaire de l’achat de la Louisiane. Michael Krüger met quant à lui en relation les Jeux avortés de Berlin en 1916 et le développement de la gymnastique et du sport en Allemagne. Les Jeux d’Anvers, en 1920, voient l’inauguration du drapeau aux anneaux entrelacés et marquent l’entrée de la manifestation dans une nouvelle ère, en même temps que le début de la mise à l’écart de Coubertin. Les premiers Jeux de Paris, en 1924, que la France utilise comme un moyen d’affirmer sa puissance, se caractérisent par l’avènement du sport-spectacle avec ses stars, dont certains acteurs hollywoodiens, mais aussi la professionnalisation larvée qui montre déjà toute la porosité entre amateurisme et professionnalisme dans ce domaine6. Dérivatif de la Grande Dépression qui bat alors son plein, les Jeux de 1932 à Los Angeles permettent aux États-Unis de marquer l’événement de leur empreinte modernisatrice à travers différentes innovations : resserrement du calendrier, remise des médailles in situ accompagnée des hymnes ou chronométrage au centième de seconde. L’alliance de circonstance entre olympisme et nazisme lors des Jeux de Berlin en 1936 constituait un « calcul à court terme » qui n’a « pas fini de hanter la société allemande et l’histoire de l’olympisme », estime Daphné Bolz, tandis qu’à l’inverse les traces de la longue relation entre l’olympisme et le fascisme sont vite passées inaperçues, comme le pointe Stéphane Mourlane.

  • 7 Voir aussi son article dans ce numéro.

4C’est cependant sans conteste avec la guerre froide que la dimension politique des Jeux olympiques est apparue d’une manière plus éclatante et durable. Plusieurs contributions lui sont logiquement consacrées, nous déplaçant de part et d’autre du Rideau de fer, mais aussi dans les espaces tiers, comme le continent africain, où Pascal Charitas montre comment se prépare l’intégration dans l’ordre mondial et olympique des pays colonisés avant même les indépendances des années 19607. Nous apprenons comment le CIO peine à se remettre en question sous la présidence du conservateur étatsunien Avery Brundage (1952-1972), dont l’antisémitisme le dispute à l’anticommunisme. Les Jeux de Mexico en 1968 constituent un concurrent sérieux à la palme de l’édition la plus politisée dans le contexte extrêmement tendu de la guerre du Vietnam, mais aussi des tensions de Corée et du Printemps de Prague, auxquels s’ajoutent les mouvements sociaux qui éclatent à différents points du globe. Les Jeux, précédés par une sanglante répression des mobilisations étudiantes qui culmine le 2 octobre avec le massacre de Tlatelolco et ses plus de 300 morts, sont aussi marqués par la contestation politique en faveur des droits civiques aux États-Unis : les coureurs du 200 mètres, Tommie Smith et John Carlos, sont exclus à vie pour leur poing levé ganté de noir. Mais ces Jeux donnent aussi lieu à la dénonciation de la répression soviétique en Tchécoslovaquie ; la sextuple championne de gymnastique Vera Caslavska et son mari sont également exclus pour avoir simplement signé un manifeste.

5Nicolas Bancel montre comment le boycott par 24 pays africains des Jeux de Montréal en 1976, contre le maintien par la Nouvelle-Zélande de relations sportives avec le régime de l’apartheid, a également constitué un moyen pour ces pays d’affirmer l’existence d’une véritable force africaine sur la scène internationale, alors qu’ils prenaient conscience, à partir du début des années 1960, du puissant levier d’image que représente le sport, comme le raconte Sylvère-Henri Cissé. La victoire du soldat éthiopien Abebe Bikila, qui concourt pieds nus au marathon des Jeux de Rome de 1960, est un autre exemple de la vitrine politique que constituent les Jeux. Il court ainsi sur les lieux mêmes d’où les troupes de Mussolini étaient parties envahir son pays un quart de siècle plus tôt.

6Enfin, les Jeux de Séoul en 1988 marquent l’émergence du continent asiatique, en même temps que le chant du cygne de l’URSS et de la RDA sur le terrain du sport, alors qu’éclatent les premiers scandales de dopage : celui par exemple du sprinteur canadien Ben Johnson, vingt ans après l’instauration des premiers contrôles. Fabien Ohl revient justement sur la lente émergence de ce « problème public » en rappelant notamment que la question fut longtemps jugée insignifiante par le CIO, et notamment par Brundage, bien plus préoccupé par la question de l’amateurisme.

7Celui-ci vole en éclat sous la présidence Samaranch à partir de 1980, qui fait aussi entrer l’événement dans une nouvelle ère marchande en ouvrant grand la porte au sponsoring et à la commercialisation des droits télévisés et de la marque olympique. Cela n’empêche pas pour autant les entreprises politiques de se poursuivre, qu’il s’agisse de l’investissement chinois avec les Jeux de Pékin de 2008 pour marquer sa montée en puissance, ou dans un autre registre la mise en scène par Londres de Jeux « exemplaires » en 2012. Incarnant son souci de « durabilité » écologique par l’adoption d’un « Agenda 21 » dès 1999, le CIO et les comités d’organisations locaux sont à bon droit taxés d’écoblanchiment, tandis que certaines solutions sont avancées pour limiter les dégâts, comme la gabegie financière ou le fait de désigner un site fixe par continent qui organiserait l’événement à tour de rôle, rappelées dans sa conclusion par Georges Vigarello, qui les juge cependant « complexes, voire inapplicables ». Autre enjeu politique : la gouvernance du CIO, dont les démocraties populaires réclamaient sans succès la démocratisation. Mise à l’épreuve par plusieurs scandales de corruption, celle-ci paraît de plus en plus inadaptée aux grandes transformations du monde actuel, comme le détaille Emmanuel Bayle dans sa contribution. Et si la réforme « CIO 2000 », abaissant notamment la limite d’âge à 70 ans et favorisant l’intégration de représentants des athlètes, a modifié la sociologie de ce club coopté, elle ne suffit pas à enrayer la crise de légitimité que traverse l’institution olympique. « Les Jeux olympiques de l’ère moderne pourraient ainsi s’éteindre comme se sont éteints les Jeux antiques » (p. 438), pronostique encore Vigarello après avoir récapitulé quelques-uns des défis auxquels ils font face. Cette histoire-là n’est pas encore écrite, mais cette somme riche, dont on peut forcément toujours regretter certains manques, constitue sans conteste un outil précieux pour l’aborder. On ne peut qu’espérer qu’il trouvera ses lecteurs parmi les amateurs d’histoire aussi bien que de sport.

Haut de page

Notes

1 Voir Michaël Attali (dir.), Le Sport et ses valeurs, Paris, La Dispute, 2004.

2 Patrick Clastres, « La renaissance des Jeux olympiques, une invention diplomatique », Outre-Terre, n° 8, 2004, p. 281-291.

3 Les Jeux d’hiver et les Jeux paralympiques doivent faire l’objet d’un autre ouvrage dans le cadre du même programme de recherche et de diffusion scientifique « Histoire, Sport & Citoyenneté », financé par un groupe bancaire partenaire des JOP de Paris 2024 et qui comprend également plusieurs colloques et expositions.

4 Voir l’article d’Anaïs Bohuon et Lucie Pallesi dans ce numéro, la première signant également la contribution consacrée à ce sujet dans l’ouvrage.

5 Ce qui n’est pas sans faire écho fortuitement au titre du récent ouvrage d’un tenant de la théorie critique radicale du sport, Marc Perelman, Les Jeux olympiques n’ont pas eu lieu, Paris, Éditions du Détour, 2021.

6 Sébastien Fleuriel et Manuel Schotté, « Dépasser l’alternative amateurs/professionnels. Programme pour une histoire sociale des sportifs au travail », Le Mouvement social, n° 254, 2016, p. 3-12.

7 Voir aussi son article dans ce numéro.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « Nicolas Bancel, Pascal Blanchard, Gilles Boëtsch, Daphné Bolz, Yvan Gastaut, Sandrine Lemaire et Stéphane Mourlane (dir.), Une histoire mondiale de l’olympisme, 1896-2024 »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 158 | 2023, mis en ligne le 05 décembre 2023, consulté le 23 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/22816 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.22816

Haut de page

Auteur

Igor Martinache

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search