Navigation – Plan du site

AccueilNuméros158LIVRES LUSSylvain Dufraisse, Une histoire s...

LIVRES LUS

Sylvain Dufraisse, Une histoire sportive de la guerre froide

Paris, Nouveau Monde Éditions, 2023, 376 p., 25 €.
Valentin Guéry et Igor Martinache
Référence(s) :

Sylvain Dufraisse, Une histoire sportive de la guerre froide, Paris, Nouveau Monde Éditions, 2023, 376 p., 25 €.

Texte intégral

1Selon la fameuse formule de Clausewitz, la guerre n’est que la continuation de la politique par d’autres moyens. À la lecture de l’ouvrage de Sylvain Dufraisse, nous serions désormais tentés d’ajouter que le sport est la continuation de la guerre (froide) par d’autres moyens. Maître de conférences à l’université de Nantes et coordinateur du programme de recherche Sportnaouka consacré aux présences soviétiques dans le milieu sportif international depuis 19451, l’auteur propose ici une impressionnante synthèse historiographique, agrémentée d’archives inédites venant corriger une tendance à considérer le sport comme une dimension anecdotique, pour montrer « comment le sport s’est immiscé dans la guerre froide, comment il en est devenu une scène, mais aussi comment ce conflit a accentué le phénomène de sportification, c’est-à-dire de spécialisation, de professionnalisation et de rationalisation des pratiques physiques à visée compétitive ». En d’autres termes, comment le sport a constitué une arène à part entière de la guerre froide, mais aussi réciproquement comment « la guerre froide a été une étape capitale dans la constitution du sport tel qu’on le connaît aujourd’hui ».

  • 2 De ce fait, son ouvrage enrichit et élargit fortement la perspective de la précédente synthèse port (...)

2S’il existe une littérature abondante sur ces questions, principalement en langue anglaise, le grand mérite de Sylvain Dufraisse réside non seulement dans le fait de l’avoir rassemblée, mais aussi de l’avoir fait dialoguer avec celle qui porte sur la guerre froide, en dépassant les cloisonnements linguistiques et disciplinaires. L’ouvrage aborde ces thèmes à différentes échelles – internationale, nationale, locale et même individuelle – dans les différents continents impliqués, en mettant en relief la diversité des acteurs, bien au-delà des seuls dirigeants sportifs et politiques2 – si tant est que cette distinction soit réellement pertinente.

  • 3 Là où l’ouvrage de Jérôme Gygax commence en 1952, avec l’entrée de l’URSS au CIO.

3Six chapitres se succèdent chronologiquement. Intitulé « Faire du sport sur des ruines », le premier chapitre traite des années de l’immédiate après-guerre (1945-1952)3, durant lesquelles se remet laborieusement en place un ordre sportif avec la reprise, dès 1944, de rencontres internationales entre clubs, via l’organisation de tournées d’équipes soviétiques notamment, et une faible épuration des instances internationales, comme le rappelle pertinemment l’auteur. Compte tenu des difficultés économiques et des traumatismes de la guerre, nombre de pays déclarent forfait lors des premiers championnats organisés par les fédérations internationales. Les Jeux de Londres en 1948 parviennent cependant à faire le plein de nations et d’athlètes, même si les stigmates du conflit restent très prégnants. Dans le même temps, l’URSS et les instances sportives internationales mènent un prudent travail de rapprochement réciproque, tandis que Moscou impulse une soviétisation des organisations sportives à l’est du Rideau de fer. Bien que la commercialisation du sport y soit déjà particulièrement avancée, avec l’existence de ligues fermées totalement privées, les États-Unis ne restent pas passifs et soutiennent notamment des tournées d’athlètes afin d’utiliser le sport comme outil de propagande et d’endiguement du communisme à l’échelle internationale, tout en prêtant le flanc aux vives protestations contre la ségrégation raciale en vigueur sur leur territoire.

4La décennie suivante offre « des terrains pour la coexistence pacifique » (chapitre 2) : l’intégration de l’URSS, entérinée aux Jeux d’Helsinki, renforce considérablement l’intérêt de la manifestation, tout en « attest[ant] l’apolitisme de l’olympisme » – même si Avery Brundage, tout juste élu à la tête du CIO, doit se fendre à l’issue des Jeux d’un rappel à l’ordre contre toute entreprise de propagande politique. L’arène sportive apparaît ainsi à la fois comme un moyen de relier les peuples au-delà du Rideau de fer et un terrain d’affrontement privilégié entre les deux blocs, mais aussi en leur sein – surtout à l’Est. La circulation internationale des athlètes s’intensifie alors fortement, tandis que ces derniers sont perçus comme des représentants des régimes de leur pays, sur fond de débat intense autour de l’amateurisme, chaque bloc ayant mis au point ses propres expédients pour contourner l’interdiction du professionnalisme tout en dénonçant ceux de l’autre. Enfin, les instances internationales du sport doivent composer avec la division de certains pays par la guerre froide, à commencer par les deux Allemagnes, mais aussi les anciennes colonies, alors que s’ouvre une nouvelle vague d’indépendances.

5La décolonisation fait justement l’objet du troisième chapitre, « Nouvelles forces émergentes et diffractions », qui s’étend des années 1950 à 1970, alors que le nombre d’États indépendants quadruple, donnant consistance à une nouvelle réalité géopolitique : le « tiers-monde ». Le sport joue ainsi un rôle particulier dans la construction des « nouvelles » nations, en même temps qu’il représente un nouvel axe de l’affrontement Est-Ouest. Au 20e congrès du Parti communiste d’URSS, le pays abandonne la doctrine stalinienne d’un primat de la révolution sur la décolonisation et prend le parti des pays décolonisés en leur apportant un soutien non désintéressé, auquel répondent les États-Unis via leurs agences fédérales, avec la création en 1963 d’un Comité interagence sur le sport international. Les pays d’Afrique et d’Asie cherchent cependant à exister indépendamment des deux blocs et renforcent leur coopération. Cette politique du non-alignement culmine en matière sportive avec l’organisation des Jeux des nouvelles forces émergentes (GANEFO, suivant l’acronyme anglais) organisés par l’Indonésie en novembre 1963 avec près de 2 700 athlètes venus de tous les continents, Europe de l’Est incluse. Mais si le pays hôte a volontairement quitté le CIO, ce dernier menace d’exclusion les participants à cette manifestation perçue comme dissidente, ce qui entrave sa perpétuation. Mais pour l’auteur, cet échec s’explique aussi parce que les GANEFO « compromettent également l’influence soviétique au CIO et dans les fédérations », même si l’URSS apporte un soutien important à la solidarité internationale et à la lutte contre la ségrégation raciale en Afrique australe.

6Le quatrième chapitre traite de la « détente » entre 1962 et le milieu des années 1970, alors que Washington comme Moscou sont confrontés « à une même contestation de leur propre modèle tout en poursuivant une même quête de la performance, par des processus et des méthodes de plus en plus similaires ». Respectivement motivées par la répression violente des dissidents dans les démocraties populaires, la guerre du Vietnam et l’immixtion dans la politique intérieure de plusieurs pays d’Amérique latine, ces oppositions culminent aux Jeux de Mexico en 1968, inaugurés par le massacre de Tlatelolco, alors que la RDA est pour la première fois autorisée à concourir. Après être revenu sur la fameuse diplomatie du ping-pong menée par la Chine, notamment à l’égard des États-Unis, l’auteur montre comment la guerre froide est utilisée par les organisateurs et les médias comme un ressort dramatique capable de transformer une manifestation en « événement ». Alors que les deux grandes puissances fourbissent leurs sciences et techniques dans la course à la performance, les manifestations sportives, Jeux en tête, sont utilisées comme des tribunes politiques pour diverses causes : lutte contre la ségrégation raciale, contestation de la domination soviétique ou encore indépendance de la Palestine lors du massacre de Munich en 1972, qui inaugure en réaction une sécurisation des Jeux.

7Intitulé « Performances de guerre fraîche », le cinquième chapitre revient sur l’essor dans la décennie suivante d’une critique radicale du sport, concomitante à celui de l’agitation supportériste de part et d’autre du Rideau de fer. Les revendications de moralisation du sport s’amplifient et se cristallisent, notamment lors du Mondial de football masculin organisé par la sanglante junte argentine en 1978, mais touchent aussi différents sujets, tels que la protection des enfants champions. L’auteur s’arrête évidemment longuement sur les Jeux de Moscou en 1980 et de Los Angeles en 1984, non sans complexifier la vision souvent simpliste de leurs boycotts réciproques. « Et l’Ouest s’est imposé », conclut logiquement l’ultime chapitre, qui commence par rappeler l’expérience des Goodwill Games de 1986 à Moscou, organisés alors par le milliardaire Ted Turner sur le modèle des Jeux olympiques, prenant ainsi le CIO à son propre jeu de la commercialisation à outrance. Cette manifestation surfe également sur le mot d’ordre de pacification au cœur de la politique gorbatchévienne et parvient à rassembler des athlètes des deux blocs. Sylvain Dufraisse s’arrête ensuite sur les Jeux de 1988 confiés à Séoul, capitale d’une Corée du Sud peu démocratique mais économiquement en plein boom, qui se révèle intransigeante à l’égard de sa voisine du Nord, nouvelle occasion de fortes tensions. Avant de rappeler le processus de dislocation progressive du bloc de l’Est, l’auteur s’arrête sur la « perestroïka sportive », autrement dit la libéralisation marchande progressive que le sport soviétique connaît alors, puis détaille les reconfigurations du sport international qu’elle a impliquées, sur fond de tensions et de revendications nationalistes.

  • 4 Jean-Michel Faure et Charles Suaud, La Raison des sports. Sociologie d’une pratique universelle et (...)
  • 5 Jacques Defrance, « La politique de l’apolitisme. Sur l'autonomisation du champ sportif », Politix, (...)

8Le sport a joué un rôle non négligeable durant la guerre froide, permettant d’amorcer des rapprochements ou à l’inverse attisant des antagonismes, cependant l’auteur reconnaît que cette histoire sportive est néanmoins une « histoire modeste » : « elle nous enseigne que la guerre froide a bousculé le sport international, qu’elle a largement participé à sa mondialisation et à sa redéfinition, sans doute bien plus que le sport n’a affecté le devenir du conflit ». Faisant sien le cadre d’analyse de ses collègues sociologues Jean-Michel Faure et Charles Suaud4, qui montrent que le sport est l’objet de luttes continues de marquages symboliques, il observe que les différents pays protagonistes de la guerre froide se sont finalement « emparés de l’utopie universaliste d’un sport apolitique et vecteur de paix », tout en accusant l’adversaire d’enfreindre la frontière entre sport et politique, afin de « s’incarner en premier défenseur des valeurs du sport et de l’olympisme, de capter et par-là même construire, d’une certain façon, un sport plus universel ». L’auteur met ainsi en évidence, à travers cette relecture roborative d’une période majeure de l’histoire récente, un autre versant de la « politique de l’apolitisme5 ».

Haut de page

Notes

1 Voir le blog associé à l’URL : < https://sportnauka.hypotheses.org/>.

2 De ce fait, son ouvrage enrichit et élargit fortement la perspective de la précédente synthèse portant sur le sujet, à savoir l’ouvrage de Jérôme Gygax tiré de sa thèse : Jérôme Gygax, Olympisme et guerre froide culturelle. Le prix de la victoire américaine, Paris, L’Harmattan, 2012.

3 Là où l’ouvrage de Jérôme Gygax commence en 1952, avec l’entrée de l’URSS au CIO.

4 Jean-Michel Faure et Charles Suaud, La Raison des sports. Sociologie d’une pratique universelle et singulière, Paris, Raisons d’agir, 2015.

5 Jacques Defrance, « La politique de l’apolitisme. Sur l'autonomisation du champ sportif », Politix, n° 50, 2000, p. 13-27.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Valentin Guéry et Igor Martinache, « Sylvain Dufraisse, Une histoire sportive de la guerre froide »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 158 | 2023, mis en ligne le 05 décembre 2023, consulté le 23 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/22854 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.22854

Haut de page

Auteurs

Valentin Guéry

Articles du même auteur

Igor Martinache

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search