Navigation – Plan du site

AccueilNuméros158LIVRES LUSCéline Regnard, En transit. Les S...

LIVRES LUS

Céline Regnard, En transit. Les Syriens à Beyrouth, Marseille, Le Havre, New York (1880-1914)

Paris, Anamosa, 2022.
Laurence Montel
Référence(s) :

Céline Regnard, En transit. Les Syriens à Beyrouth, Marseille, Le Havre, New York (1880-1914), Paris, Anamosa, 2022.

Texte intégral

1Le 19 avril 2015, au large des côtes libyennes, au moins 700 émigrants ont péri. En septembre, le corps sans vie d’Aylan, 3 ans, gisant sur la plage turque de Bodrum, suscitait une compassion internationale. On lisait dans The Independant : « Si ces images extraordinairement fortes d’un enfant syrien rejeté sur une plage ne modifient pas l’attitude de l’Europe vis-à-vis des réfugiés, qu’est-ce qui le fera ? ». Un nouveau naufrage meurtrier vient pourtant d’ôter la vie, au large du Péloponnèse, à plus de 500 personnes embarquées sur un navire de pêche. En transit nous transporte dans un temps où l’Europe n’était pas cette forteresse close, mais, des années 1880 à la veille de la Grande Guerre, une terre d’accueil et de transit pour des millions de migrants qui, d’Europe méridionale, orientale et du Moyen-Orient, partaient chercher fortune à l’étranger, en particulier sur le continent américain. Entre 1840 et 1940, pas moins de 56 millions d’Européens traversèrent l’Atlantique, dont 300 000 habitants de la province ottomane de Syrie. Rappeler ce temps où des Syriens ont pu circuler sans trop d’entraves résonne avec notre actualité. Encore faut-il préciser qu’il s’agissait à 90 % de chrétiens libanais et non de musulmans, dans un contexte où les nations occidentales et leurs opinions publiques étaient rôdées à s’indigner du sort des chrétiens ottomans, en particulier sous le règne d’Abdülhamid II, marqué par un tournant islamique du pouvoir. Pour autant, ces migrants se déclaraient syriens et c’est également ainsi qu’ils sont désignés dans les sources. Il y a là une réalité historique que Céline Regnard a choisi de respecter.

2L’Europe ne leur était pas fermée : ils furent entravés d’abord par la législation ottomane qui, jusqu’en 1896, leur interdisait de quitter l’Empire. Il ne semblait toutefois pas bien difficile de contourner les contrôles, de corrompre des fonctionnaires, de s’entendre avec des bateliers pour rejoindre dans les eaux beyrouthines les navires des compagnies de navigation européennes qui passaient outre la loi ottomane avec un intérêt tout commercial. Une fois embarqués, les Syriens pouvaient gagner l’Europe, préférentiellement la France, car les liens étaient étroits avec le Mont-Liban, et d’abord Marseille : ils furent entre 3 000 et 20 000 à y transiter chaque année entre le milieu des années 1890 et les années 1910, comme le rappelle l’auteure. La route était longue, composée d’une succession de transits par des ports où il était courant de stationner en l’attente d’une correspondance, de secours pécuniaires, pour raison de santé ou par choix. Aller de la Méditerranée orientale aux rives du nouveau continent prenait deux et plus souvent trois semaines, mais plusieurs mois en cas d’aléas. Ce sont ces lieux et ces moments de transit que le livre explore, à partir des cas de Beyrouth, Marseille, Le Havre et New York, qui, reliés les uns aux autres, balisent l’une des principales routes.

3Cinq chapitres se succèdent : « Habiter le transit », « Vivre le contrôle », « Un monde d’escrocs », « Un univers de ressources », et « Au miroir du transit », qui égrainent les principales expériences que font les migrants dans ces ports. Sauf transfert immédiat, situation rare, il leur fallait se loger, se nourrir et s’équiper de billets pour le voyage suivant – à moins que des proches ne les envoient –, de vêtements nouveaux pour paraître Européens, de marchandises à revendre dans le futur. Il leur fallait également se soumettre à des quarantaines, à des contrôles sanitaires, et risquer le refoulement. Celles et ceux qui craignaient d’être refusés par les autorités étatsuniennes pouvaient chercher à emprunter des routes plus sinueuses, par Liverpool, par Mexico, ou bien se détournaient vers l’Amérique latine et en particulier vers le Brésil. Le temps du transit, les Syriens entraient en contact avec les populations locales. Ils suscitaient des réactions variées, des représentations diverses, tour à tour plaints, rejetés, admirés pour leur sens du commerce. Ils étaient les clients d’une foule de pisteurs, de bateleurs, de commerçants, d’hôteliers, dont l’activité dépendait de l’existence de ces puissants flux migratoires, quand ils n’en étaient pas les proies, victimes d’escrocs prompts à exploiter leur désorientation. Riche d’imprévus et de hasards, le temps du transit pouvait être fatal : Loulina Elias Omaïr, une Libanaise de 60 ans, se rendait en Syrie, en provenance du Venezuela, pour rendre visite à sa famille en passant par Marseille, où elle avait déjà séjourné. Mais le 20 août 1908, elle est assassinée et dépouillée par un pisteur marseillais, lui-même d’origine beyrouthine, César Tasso, installé à Marseille et bien inséré dans le milieu local de l’hôtellerie, comme d’autres parmi ses compatriotes. Si la découverte de ces deux destins dans les archives marseillaises a suscité la libido sciendi de la chercheuse, c’est pour ce qu’ils révèlent de la diversité des trajectoires migratoires individuelles et des interactions dans les temps de transit. Tourné vers l’étude de l’expérience migratoire, le livre prête attention à la capacité d’agir et aux ressources mobilisables par les migrants. Souvent ils partaient en groupe, forts des retours d’expérience de compatriotes plus expérimentés, instruits par les guides nouvellement édités et avec des contacts et des adresses en poche. En cas de litige, d’aléas, ils pouvaient s’adresser à leur consulat ou porter plainte, et en étaient peut-être d’autant plus capables qu’ils n’appartenaient pas aux plus misérables des habitants de la montagne. Car émigrer était coûteux, de même que l’est aujourd’hui le voyage clandestin. Nombreux furent, au final, les parcours migratoires réussis et appropriés avec fierté, comme le suggèrent les portraits qui composent, parmi d’autres clichés, l’élégante iconographie du livre en sus d’un texte vivant, émaillé d’extraits d’archives et de témoignages.

4Cette migration des Syriens libanais concerna environ un tiers de la population de la montagne. Elle trouvait ses causes dans la mise en difficulté par la concurrence chinoise et japonaise de la sériciculture locale, après plusieurs décennies de prospérité durant lesquelles la population s’était considérablement accrue. La Grande Guerre interrompit les traversées. Le Mont-Liban connut en outre une famine dramatique. Puis les États-Unis inaugurèrent une politique des quotas (1921-1924), à quoi succéda la crise économique de 1929 : le tout marqua un temps d’arrêt à l’émigration libanaise, avant une nouvelle accélération des années 1960 à la fin du siècle. C’est depuis lors, rappelle l’historienne en conclusion, que les frontières et les murs se dressent, notamment autour de l’Europe de Schengen, et pas seulement face aux Syriens.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurence Montel, « Céline Regnard, En transit. Les Syriens à Beyrouth, Marseille, Le Havre, New York (1880-1914) »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 158 | 2023, mis en ligne le 05 décembre 2023, consulté le 23 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/22863 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.22863

Haut de page

Auteur

Laurence Montel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search