Navigation – Plan du site

AccueilNuméros158LIVRES LUSMonique Dental, Marie-Josée Salmo...

LIVRES LUS

Monique Dental, Marie-Josée Salmon (dir.), De Mai 68 au Mouvement de libération des femmes (MLF). Témoignages et retours critiques

Vulaines-sur-Seine, Éditions du Croquant, 2022, 225 p.
Justine Zeller
Référence(s) :

Monique Dental, Marie-Josée Salmon (dir.), De Mai 68 au Mouvement de libération des femmes (MLF). Témoignages et retours critiques, Vulaines-sur-Seine, Éditions du Croquant, 2022, 225 p.

Texte intégral

1Monique Dental et Marie-Josée Salmon – animatrices du réseau féministe « Ruptures » – dirigent cet ouvrage consacré à l’émergence et au développement du Mouvement de libération des femmes (MLF) parisien, ainsi qu’à la transmission générationnelle qui en résulte au début des années 2000, au moment où la troisième vague féministe se déploie en France. Cette publication est issue de trois tables rondes qui se sont tenues en 2008 à l’occasion des quarante ans de mai-juin 1968. Dans la lignée des nombreuses commémorations organisées autour de ces événements, Monique Dental et Marie-Josée Salmon sont d’avis « que l’approche féministe, encore méconnue sur cette période, [s’avère] incontournable ». Ainsi, durant ces tables rondes, des associations, des militantes et des chercheuses féministes – toutes générations confondues – ont retracé leur parcours individuel ou collectif et exprimé leurs positions et ressentis.

2Le livre se partage en trois grandes parties chronologiques, restituant chacune sept témoignages ayant eu lieu au cours des tables rondes. La première partie, intitulée « 1968, la prise de conscience. Des féministes à l’œuvre », regroupe les interventions de Cathy Bernheim (écrivaine et journaliste), Jacqueline Feldman (sociologue et physicienne), Antoinette Fouque (1936-2014, psychanalyste, éditrice et ancienne députée européenne), Geneviève Fraisse (philosophe et historienne, ancienne déléguée interministérielle aux Droits des femmes et ancienne députée européenne), Liane Mozère (1939-2013, sociologue et professeure émérite), Nadja Ringart (sociologue) et Anne Zelensky (présidente de la Ligue du droit des femmes cofondée avec Simone de Beauvoir). Elles y évoquent leurs expériences, en tant que femmes, durant les événements de mai-juin 1968 à Paris. Conscientes de l’invisibilisation dont les femmes sont victimes, quelques-unes d’entre elles – au gré des rencontres – mènent des actions ou fondent des groupes pionniers, tels que Féminin masculin avenir (FMA), devenu Féminisme marxisme action (FMA). Certaines d’entre elles abordent le « mois de mai des féministes » avec un point de vue original, comme Nadja Ringart, sous l’angle des vêtements, des slogans, des affiches ou des chansons. D’autres encore adoptent un regard plus distancié : Geneviève Fraisse propose plusieurs pistes de réflexion sur une « question de chronologie originale, avec l’exemple de Mai 68 face à des moments précédents. Puis la question : qu’est-ce qu’un événement dans l’histoire des femmes et dans l’histoire du féminisme ; que peut-il produire ? ». Elle démontre que « l’idée de la transmission fonctionne mal ».

3La deuxième partie, « La révolution féministe dans les années 1970-80 » revient sur ces années d’activité du MLF et propose de nombreuses contributions : Marie-Jo Bonnet (historienne), Hélène Fleckinger (maîtresse de conférences en cinéma), Simone Iff (1924-2014, ancienne présidente du Mouvement français pour le planning familial), Claudie Lesselier (agrégée d’histoire), Françoise Picq (maîtresse de conférences en science politique à l’université Paris-Dauphine, vice-présidente de l’ANEF), Maya Surduts (1937-2016, secrétaire générale de la CADAC et coporte-parole du Collectif national pour les droits des femmes), Nicole-Édith Thévenin (philosophe et psychanalyste) et Josette Trat (sociologue) . Parmi ces intervenantes, Hélène Fleckinger, trop jeune pour avoir participé directement au MLF, travaille sur « la rencontre entre vidéo, cinéma et féminisme dans les années 70 ». Des sujets aujourd’hui bien ou du moins mieux connus sont abordés, comme les luttes pour la contraception et l’avortement libres et gratuits, la question de l’homosexualité dans le MLF ou l’histoire des courants « lutte de classe » ; d’autres mériteraient d’être approfondis, tels que les liens entre « Elles voient rouge », un groupe de militantes du PCF, et le MLF ou l’histoire des groupes de femmes migrantes et exilées, telle la Coordination des femmes noires ou encore du Groupe femmes algériennes par exemple. Françoise Picq conclut cette partie pour contredire les propos de certaines jeunes chercheuses féministes qui voudraient dénoncer « une absence de prise en compte des autres rapports de pouvoir, “classe” ou “race” par le féminisme des années 1970 ».

4Enfin la troisième et dernière partie, « 40 ans après : Quelles résonances ? Quelles transmissions générationnelles ? Pour quels engagements féministes ? », regroupe les témoignages d’une chercheuse – Natacha Chetcuti (sociologue) – qui s’intéresse aux liens entre féminisme et lesbianisme des années 1970 au début des années 2000, et de plusieurs associations féministes, à savoir La Barbe, le Collectif contre le publisexisme, Efigies (association de jeunes chercheur·e·s en études féministes, genre et sexualités), le Groupe d’intérêt pour le matronyme, les Insoumises et le REZAF (Réseau d’alternatives féministes). En revenant sur leurs histoires, leurs fonctionnements et leurs multiples activités, les plus jeunes générations de féministes démontrent qu’elles sont toujours aussi dynamiques en 2008. Elles se situent dans la continuité, mais aussi parfois en « rupture » avec les militantes du MLF. Quelques-unes d’entre elles, telles les jeunes chercheur·e·s de l’association Efigies, mentionnent par exemple la « difficulté dans le dialogue générationnel » puisqu’elles et ils doivent sans cesse apporter les preuves de leur légitimité ou sont pris·e·s dans des conflits qui ne sont pas directement les leurs. Elles et ils réfléchissent ainsi aux « possibilités de dialogues entre générations ».

5Par conséquent, comme l’indiquent Monique Dental et Marie-Josée Salmon, cet ouvrage permet « de conserver des traces dont nous connaissons la fragilité » et « de ne pas oublier les actrices souvent effacées de l’histoire ». Il contribue à diffuser les témoignages des militantes du MLF, des associations et chercheuses féministes, ainsi que ce qui les unit ou divise, et démontre que les luttes féministes sont loin d’être achevées. De nos jours, les combats pour la libre disposition du corps des femmes sont plus que jamais d’actualité par exemple. Les témoignages soulèvent également des sujets qui continuent d’être étudiés par les jeunes chercheuses féministes, comme les événements de mai-juin 1968 sous l’angle du genre, les liens entre féminisme et mouvement ouvrier ou la prise en compte de l’intersectionnalité. Certains pensent aussi la question de la transmission générationnelle très actuelle. On regrette néanmoins que certaines contributions soient parfois trop courtes, ou la « survisibilisation » dont la capitale bénéficie encore une fois, au détriment des mouvements ou associations en régions. Cet ouvrage et les tables rondes dont il est issu laissent néanmoins espérer une multiplication de ces initiatives partout en France.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Justine Zeller, « Monique Dental, Marie-Josée Salmon (dir.), De Mai 68 au Mouvement de libération des femmes (MLF). Témoignages et retours critiques  »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 158 | 2023, mis en ligne le 05 décembre 2023, consulté le 23 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/22881 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.22881

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search