Navigation – Plan du site

AccueilNuméros158LIVRES LUSTariq Ali, Churchill, sa vie, ses...

LIVRES LUS

Tariq Ali, Churchill, sa vie, ses crimes

trad. Étienne Dobenesque, Paris, La Fabrique Éditions, 2023.
Alma-Pierre Bonnet
Référence(s) :

Tariq Ali, Churchill, sa vie, ses crimes (trad. Étienne Dobenesque), Paris, La Fabrique Éditions, 2023.

Texte intégral

1Longtemps adulé, de façon presque axiomatique, Winston Churchill et son héritage sociopolitique sont de plus en plus remis en question au sein du monde intellectuel britannique, tout autant que dans la société de Sa Gracieuse Majesté. Hier encore idole incontestée – et incontestable –, il est aujourd’hui l’archétype de la figure politique clivante. Le Marmite politician par excellence, comme le disent les Anglais, en référence à cette pâte à tartiner à base d’extrait de levure, qui provoque des réactions dénuées de nuances sur lesquelles la marque joue habilement dans sa publicité : Love it or Hate it, soit on aime, soit on déteste.

2Churchill a en effet toujours soufflé, volontairement ou non, le chaud et le froid sur l’opinion publique britannique. Comment pourrait-il en être autrement ? Cela fait plus d’un siècle que sa figure s’inscrit en filigrane du débat politique outre-Manche, soit par sa participation active, soit par son souvenir savamment exploité. Le dernier exemple en date, la campagne référendaire de 2016, est peut-être le plus représentatif. Au-delà des clivages et des divisions idéologiques, ce référendum sur le maintien du Royaume-Uni au sein de l’Union européenne a remis le Vieux Lion sur le devant de la scène. Chaque camp a prétendu, avec assurance et non sans arguments valables, que Churchill aurait été pour, ou contre, la sortie de l’UE. À l’heure où l’on déboulonne les statues et brûle les idoles du passé, le Brexit a plus que jamais réintroduit Churchill dans le débat politique.

3Tariq Ali, historien britannique d’origine pakistanaise et figure importante de l’activisme politique des années 1960-1970, est un personnage clé de la nouvelle gauche et du trotskysme en Grande-Bretagne, par sa contribution notamment à l’essor de l’International Marxist Group (1968). Son ouvrage s’inscrit dans la lignée certes extrêmement marginale, mais relativement ancienne, des biographies à charge (la quatrième de couverture parle même d’« acte d’accusation »). Précurseur de ce domaine, le médecin personnel de Churchill, Charles Wilson, avait publié en 1966, soit un an après la mort du grand homme, son journal intime intitulé The Struggle for Survival, qui avait suscité un tollé parce qu’il se permettait, aux yeux de ses pairs et autres intellectuels britanniques, de faire des commentaires sur les qualités du leader. Puis, en 1970, Robert Rhodes James avait publié A Study in Failure, mais ce churchillien convaincu ne s’était attaqué qu’aux années 1900 à 1939, affirmant que s’il avait dû continuer au-delà de 1939, il aurait changé son titre en A Study in Greatness. John Charmley est peut-être le seul à avoir véritablement, et systématiquement, critiqué Churchill et cherché à déconstruire son héritage politique, dans The End of Glory, publié en 1993. Toutefois, sa défense de Neville Chamberlain et l’idée selon laquelle le Royaume-Uni aurait dû faire la paix avec l’Allemagne plutôt que de continuer le combat l’a couvert d’opprobre dans la communauté universitaire britannique.

4Mais les temps changent et le contexte actuel incite à repenser l’héritage churchillien avec un regard plus critique ou tout simplement plus nuancé, loin de l’hagiographie habituelle. L’historien britannique Richard Toye, de l’université d’Exeter, est aujourd’hui l’un des rares à avoir assez bien réussi ce numéro d’équilibriste en évoquant le « mythe churchillien ».

5Churchill n’est donc pas intouchable, tant s’en faut, et Tariq Ali le revendique : « ce livre est écrit […] comme une effraction, je l’espère, au sein d’un ordre historico-politique qui semble hégémonique mais qui demeure vulnérable ». La trajectoire politique de Churchill est en effet assortie « d’une analyse politique et historique qui prend le contre-pied de ses opinions et de celles de ses nombreux épigones ». Ali dépasse alors la simple biographie, et c’est probablement ce qui constitue l’attrait principal de ce livre. L’auteur ne se cantonne pas à la dichotomie quelque peu stérile entre procès et hagiographie. Au-delà de la figure du Vieux Lion, il s’attache davantage à évoquer les combats postcoloniaux de groupes marginalisés. Par exemple, la bravoure dont a fait preuve Churchill en novembre 1899 lors de l’attaque du train dans lequel il voyageait en Afrique du Sud et sa capture par les soldats boers sont à peine effleurés. Son évasion des geôles de Pretoria n’est même pas évoquée. La relation conflictuelle avec son père est balayée d’un revers de main. Les discours de guerre ne sont même pas abordés. Ces épisodes constituent pourtant des éléments incontournables sur lesquels les biographes de Churchill aiment s’épancher. Ali, quant à lui, préfère consacrer plusieurs pages au massacre de Peterloo, qui vit, en 1819, la cavalerie charger une manifestation pacifique qui réclamait une réforme électorale, ou évoquer l’émergence du chartisme, ce puissant mouvement populaire qui se développa dans les années 1830.

6Ainsi Churchill n’est qu’une ouverture pour offrir un point de vue différent de l’historiographie occidentale, qui adopte trop souvent celui des puissants, comme le souligne l’introduction :

« Ce petit livre est une nouvelle pierre jetée dans la mare. Il ne porte pas exclusivement sur Churchill et ce n’est pas une biographie au sens traditionnel du terme. Il situe Churchill au sein de la classe dominante qui a combattu les travailleurs et les dissidents à l’intérieur du pays et bâti un immense empire à l’extérieur. » (p. 15)

7Cette biographie est peut-être l’une des seules à étudier la figure de Churchill à travers une conception marxiste qui le décrit, toute sa vie durant, au service des intérêts de la classe dirigeante, bourgeoise et impérialiste. C’est en effet à travers le prisme des « petits », dans une approche « bottom-up », qu’Ali déconstruit l’image de Churchill.

8Le livre souffre toutefois de quelques limites, notamment dans une perception volontairement restrictive de Churchill, décrit comme un impérialiste borné et réactionnaire, responsable, dirait-on, de tous les maux de la société actuelle. Si la lecture est assez fluide, le livre est inégal. La partie sur la famine en Inde est particulièrement édifiante, tout comme la description de la révolte kenyane et de sa répression impitoyable. D’autres passages, comme la redistribution de l’ordre mondial post-1945, abordé exclusivement à travers un prisme marxiste, montrent quelques limites. Par ailleurs, certaines digressions sont un peu longues et inutilement polémiques. Leur lien avec Churchill n’est pas toujours évident. On peut même se demander si Ali ne cherche pas à régler quelques comptes historiographiques plutôt que de livrer une véritable biographie – la conclusion tourne d’ailleurs à l’essai politique anticapitaliste.

9Toute biographie « neutre », « objective » d’une telle figure semble une gageure, et Tariq Ali nous livre ici un récit qui a le mérite de ne pas cacher ses partis pris, tout en respectant les méthodes de l’histoire.

10Cet ouvrage s’appuie essentiellement sur des sources secondaires, et de ce point de vue il ne propose pas un renouveau de l’historiographie churchillienne. Cependant, il a le mérite de remettre en cause un mythe fondateur de la nation britannique actuelle (« la coque du HMS Britain reste recouverte d’une couche de nostalgie dont Churchill forme une bonne part. On aurait tout intérêt à bien frotter pour la faire partir », p. 446). Il faut rappeler qu’il y a peu encore, critiquer l’héritage churchillien pouvait suffire à être ostracisé par le monde universitaire britannique, et au-delà. Cette période est révolue, et on ne peut que s’en réjouir.

Haut de page

Bibliographie

John Charmley, Churchill : The End of Glory, Londres, H&S, 1993.

Robert Rhodes James, A Study in Failure, Londres, WPPC, 1970.

Andrew Roberts, Churchill : Walking With Destiny, Londres, Viking, 2018.

Richard Toye et al., The Churchill Myths, Oxford, OUP, 2020.

Charles Wilson, Churchill : The Struggle for Survival, Londres, Constable, 1966.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alma-Pierre Bonnet, « Tariq Ali, Churchill, sa vie, ses crimes  »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 158 | 2023, mis en ligne le 05 décembre 2023, consulté le 23 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/22901 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.22901

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search