Navigation – Plan du site

AccueilNuméros158LIVRES LUSOlivette Otele, Une histoire des ...

LIVRES LUS

Olivette Otele, Une histoire des Noirs d’Europe de l’Antiquité à nos jours

Paris, Albin Michel, 2022, 301 p. (traduit de l’anglais, African Europeans : An Untold History, Londres, Hurst, 2020)
Étienne Arnould
Référence(s) :

Olivette Otele, Une histoire des Noirs d’Europe de l’Antiquité à nos jours, Paris, Albin Michel, 2022, 301 p. (traduit de l’anglais, African Europeans : An Untold History, Londres, Hurst, 2020)

Texte intégral

  • 1 « In the introduction to her classic 1995 study Black London : Life Before Emancipation, Gretchen G (...)

1Pour rendre compte de l’ouvrage d’Olivette Otele, j’aurais aimé disposer d’une anecdote aussi pertinente que celle dont le regretté Tyler Stovall se sert pour commencer sa propre recension1. Il raconte comment Gretchen Gerzina, à la recherche du livre de Peter Fryer sur la longue histoire des Noirs en Grande-Bretagne, s’est vu répondre dans une librairie londonienne qu’il n’y avait pas de Noirs en Angleterre avant 1945. J’ignore ce qu’aurait répondu, il y a encore quelques mois, un libraire parisien à la demande d’un ouvrage portant sur l’histoire des populations noires en Europe, mais il est très probable que, désormais, et avec raison, il propose ce livre.

2Olivette Otele, universitaire née au Cameroun, docteure en études anglophones (Paris 4), professeure d’histoire coloniale à l’université de Bristol, propose dans son dernier ouvrage, désormais traduit en français, un vaste tableau de la présence d’Africains ou de leurs descendants en Europe depuis l’Antiquité. Pour cela, elle s’appuie sur des sources variées et sur de nombreuses études portant sur la présence d’Africains ou de Noirs dans soit un cadre national ou régional, soit encore un cadre chronologique limité, soit enfin des biographies dont elle présente une riche synthèse. Son ouvrage couvre l’ensemble de l’Europe, les nombreux personnages évoqués au fil des chapitres ayant vécu de Londres à Moscou, de la Scandinavie à la péninsule ibérique.

3Cet ouvrage de vulgarisation dans le meilleur sens du terme (« élu meilleur livre de l’année 2020 par le Guardian et History Today ») atteint son premier objectif, faire découvrir qu’il existe une histoire des Africains et afro-descendants en Europe dans la longue durée. Il est construit en sept chapitres, chronologiques et thématiques, traitant de la construction de l’identité noire en Europe, depuis la construction religieuse des identités durant l’Antiquité tardive (1er chapitre) jusqu’aux identités africaines-européennes dans l’Europe actuelle (7e et dernier chapitre), en passant par la période des traites négrières et la racialisation des identités. Olivette Otele multiplie, d’étape en étape, les confrontations du passé et du présent, affirmant par là son intention d’écrire une histoire située.

4Particulièrement intéressant, le chapitre 5, illustrant un cas d’« amnésie coloniale » : le passé colonial du Brandebourg-Prusse aux 18e et 19e siècles, occulté puis redécouvert à la fin du 19e siècle pour justifier les ambitions coloniales de l’Empire allemand et, en prolongement, les revendications d’Africains-Européens originaires du Kamerun au début du 20e siècle.

5D’entrée, l’autrice explique le choix de désigner les Africains, ou descendants d’Africains, vivant en Europe sous le terme d’Africains-Européens, ou Afro-Européens, construit sur le modèle étatsunien, African Americans, et le décline à l’occasion en Afro-Italiens ou Afro-Suédois, etc. Ce choix s’avère pertinent, même si l’inclusion de l’Afrique du Nord semble parfois hésitante. Ainsi, si elle considère que le légionnaire romain Maurice, né en Égypte et mort en martyr du christianisme au 3e siècle (vénéré comme saint Maurice, patron du Saint-Empire romain germanique), fut un Africain-Européen, le militant anti-impérialiste Henri Curiel, né également en Égypte, n’est pas qualifié d’Africain-Européen. De même, l’auteure rappelle à juste titre que Christiane Taubira fut « la première femme noire à être nommée ministre de la Justice en France », sans préciser que Rachida Dati l’avait précédée à ce poste (sans oublier le Martiniquais Henry Lemery, brièvement, Garde des Sceaux en 1934).

  • 2 cf. Geisser Vincent « “Bon nègre” méritant versus “mauvais nègre” délinquant ? Ambivalences et hypo (...)

6Pour raconter cette Untold History, Olivette Otele use de la notion d’« exceptionnalisme », puisque les Africains qui ont laissé une trace sont essentiellement ceux qui ont été jugés exceptionnels, du fait de leurs talents ou leurs vies. Il est à ce titre dommage qu’Olivette Otele n’interroge pas plus la situation actuelle des populations africaines ou afro-descendantes en Europe au regard de cet exceptionnalisme qui perdure, comme l’a illustré le cas, en France, de Mamadou Gassama2, alors même qu’elle en donne un autre bel exemple contemporain avec les frères Antetokounmpo, basketteurs stars de la NBA, nés en Grèce de parents nigérians.

7Olivette Otele ne justifie que tardivement son choix de désigner par le terme « biculturelles » les personnes qualifiées, en français, de métisses ou, en anglais, de mixed-race ou people of double heritage. « Biculturel » apparaît cependant comme une traduction abrégée de la dernière formule, sans pourtant être vraiment satisfaisante. Ainsi, on peut s’étonner qu’elle qualifie de biculturel, Theodor Wonja Michael, né et ayant vécu en Allemagne d’un père originaire du Kamerun et d’une mère allemande, ne parlant que l’allemand… User d’une terminologie juste est un défi incontournable s’agissant de sujets aussi piégés que les questions raciales, mais les solutions ne sont pas faciles à trouver.

8Cette histoire est bâtie autour d’une collection, bien sûr non exhaustive, de portraits d’Africains-Européens, certains juste évoqués, d’autres plus amplement présentés. Le lecteur découvre le destin obscur de Maurice, légionnaire romain du 3e siècle, et celui évidemment plus connu de Septime Sévère, empereur romain du 2e siècle, le latiniste et grammairien espagnol Juan Latino (16e siècle), le pasteur et théologien hollandais Jacobus Capitein (18e siècle), le docker puis modèle suédois Pierre Louis Alexandre, dit Neger Peterson (19e siècle), le trompette anglais John Blanke (16e siècle), la patineuse artistique française Surya Bonaly (20e siècle) et la population du village grec d’Avato au 21e siècle, etc.

9Certes, les portraits d’Africaines-Européennes sont rares, l’invisibilisation les frappant doublement, mais l’autrice accorde une attention particulière à l’afro-féminisme parmi les mobilisations africaines-européennes contemporaines.

10Cet ouvrage, qui ne manquera pas d’intéresser un large public francophone, propose dans ses notes une riche bibliographie, essentiellement en anglais. On peut cependant regretter que les quelques références à des travaux d’auteurs francophones soient des publications en anglais (ainsi Pierre H. Boulle, Dieudonné Gnammankou, Myriam Cottias, Silyane Larcher, etc.) et aussi s’étonner qu’aucune référence ne soit faite à l’ouvrage de Pap Ndiaye, La Condition noire : essai sur une minorité française, ainsi qu’aux travaux d’Anne Lafont ou de Sylvain Pattieu, parmi d’autres chercheurs francophones travaillant sur ce domaine.

  • 3 Sony Labou Tansi, La Vie et demie, Seuil, 1979, 192 p.

11À l’instar de l’écrivain congolais Sony Labou Tansi qui, plutôt qu’être un « auteur engagé », se voulait un « homme engageant3 », Olivette Otele se veut une historienne engageante. Elle conclut son livre par un épilogue, invitation à poursuivre son œuvre en « replaçant ces récits de vie dans le contexte plus large tant de l’histoire européenne que de celle de l’Afrique » (p. 253), car « ce qui compte n’est pas seulement se souvenir. Il faut, pour triompher de la brutalité institutionnalisée, des formes quotidiennes de racisme, des micro-agressions, de la pauvreté, de l’exclusion et de la marginalisation, avoir une approche radicale de ces récits de résistance. » (p. 255). Elle nous offre ainsi une Untold History, une histoire jusque-là non écrite (contrairement à ce que le titre en français semble dire) et ainsi contribue, après et avec d’autres, à ouvrir un important chantier.

Haut de page

Notes

1 « In the introduction to her classic 1995 study Black London : Life Before Emancipation, Gretchen Gerzina describes entering a London bookshop in search of Peter Fryer’s book on the long history of black people in Britain, only to be told by the saleswoman that there were no black people in England before 1945 », dans Tyler Stovall, English Historical Review, vol. 137, no 584 (February 2022), Oxford University Press, 2021.

2 cf. Geisser Vincent « “Bon nègre” méritant versus “mauvais nègre” délinquant ? Ambivalences et hypocrisies autour de la fabrique du héros Mamoudou Gassama », Migrations Société, vol. 172, no 2, 2018, p. 3-11

3 Sony Labou Tansi, La Vie et demie, Seuil, 1979, 192 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Étienne Arnould, « Olivette Otele, Une histoire des Noirs d’Europe de l’Antiquité à nos jours »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 158 | 2023, mis en ligne le 07 décembre 2023, consulté le 23 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/22918 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.22918

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search