Navigation – Plan du site

AccueilNuméros158LIVRES LUSTravaux de l’Académie nationale d...

LIVRES LUS

Travaux de l’Académie nationale de Reims, Mélanges académiques

t. 190, 2022, 382 p., 25 €.
Pierre Crépel
Référence(s) :

Travaux de l’Académie nationale de Reims, Mélanges académiques, t. 190, 2022, 382 p., 25 €.

Texte intégral

1Il paraît chaque année des centaines de volumes de Mémoires d’académies dites de province, de sociétés locales les plus diverses. Une grande partie des articles qui s’y trouvent a, explicitement ou implicitement, un caractère historique. L’intérêt de ces travaux nous semble gravement sous-estimé. Comme le disait l’Encyclopédie Diderot-D’Alembert (article « Provincial », t. XIII, p. 523), probablement sous la plume acérée du chevalier de Jaucourt, « la cour méprise la ville ; la ville méprise la province ; la province méprise les champs ». D’ailleurs, étymologiquement, la province, c’est le pays vaincu. Et ces compagnies sont souvent considérées comme des repaires de notables déclinants, d’amateurs et – pire encore – de généalogistes.

2Les Mémoires de ces sociétés sont surtout lus localement et en partie au sein d’autres compagnies de même type, grâce aux systèmes d’échanges réciproques. Il y a les « académies » en général nées au 18e siècle et toutes sortes de sociétés d’émulation, d’histoire locale, d’archéologie, plutôt nées au 19e, voire au 20e siècle. On sait que le Comité des travaux historiques et scientifiques (CTHS), fondé au début de la monarchie de Juillet, a beaucoup aidé à leur promotion et à leurs échanges. Mais ces divers types de structures ne sont pas organiquement dépendants. En tant qu’archiviste académique bénévole, je vois arriver des centaines de volumes en provenance de Brioude, de Montbéliard, du Lot ou d’Alsace, et je suis toujours étonné de l’intérêt que je prends d’abord à les feuilleter, puis à en lire entièrement un certain nombre. Voyons plutôt sur un exemple.

3Ce numéro des Mélanges académiques de Reims contient, en plus des nouvelles académiques (p. 1-34), onze articles de longueurs variables (entre 4 et 70 pages), fort bien illustrés, dont huit d’histoire et deux porteurs d’informations sur le passé, même si l’histoire n’est pas leur objet. Commençons par ceux-ci. « Intelligence artificielle, transhumanisme et justice pénale » de Jean Touzet (p. 353-379), procureur général honoraire près la cour d’appel de Reims, est d’autant plus fascinant que ce magistrat est âgé de 92 ans. Avec modestie mais détermination et esprit de jeunesse, il pose de multiples questions juridiques fort pertinentes sur ce que l’intelligence artificielle, les jumeaux numériques, le Métavers, le transhumanisme, le web3 ou l’informatique quantique pourraient ou ne pourraient pas modifier en matière pénale, pour la recherche de la vérité, la détermination de la sanction ou de la responsabilité. Les quelques aspects historiques indirects de cet article viennent, pour ces nouveaux problèmes, de leur mise en regard avec le vécu des 42 ans de carrière (1953-1995) de l’auteur. Le texte « Une brève histoire de l’élucidation du mystère des faux de Verzy » (p. 331-348), rédigé par Jacques Bierne, est plus un article de science (de génétique) que d’histoire. Il existe en effet dans la Montagne de Reims environ 800 hêtres qui ne sont pas « communs », c’est-à-dire élancés comme la plupart des arbres, mais « tortillards », aux troncs et branches tarabiscotés. Ce phénomène rare et impressionnant est souvent montré aux touristes comme une curiosité mystérieuse. L’auteur examine la mutation génétique instable qui fait passer de l’un à l’autre et parfois de l’autre à l’un (réversions). Ce qui est historique ici, c’est de montrer comment les interprétations de ces faits ont évolué depuis des décennies pour en arriver aux explications actuelles, qui paraissent assez satisfaisantes.

4Nous allons maintenant évoquer – un peu trop brièvement – les contributions proprement historiques. Leur point commun est de fournir des renseignements très précis sans laisser aucune place au verbiage et peu aux interprétations philosophiques. Elles contiennent souvent des listes assez longues de faits, de personnages, de lieux, issus des archives. Les auteurs ont mené l’enquête avec sérieux, indiqué leurs sources (certes parfois de façon un peu trop globale) et on voit que cela leur a souvent demandé un travail de longue haleine. C’est ainsi le cas pour Jocelyne Husson dans « L’aide apportée aux juifs pendant la Seconde Guerre mondiale. L’exemple des Justes marnais » (p. 311-332) ou pour Denis McKee dans « Heurs et malheurs de l’industrie à Reims (1880-1914) : le redéploiement des espaces manufacturiers » (p. 239-256). On pourra juste regretter, dans ce dernier écrit, que l’auteur n’aborde guère les conditions de travail des salariés, mais il est possible que les archives manquent à ce sujet. Continuons à remonter le temps. Antony Dussart, « Le boulangisme à Reims (1886-1889). Un royaliste rémois face au boulangisme » (p. 257-268), examine comment Ernest Bugg, « un bourgeois et un notable de la haute société rémoise, l’un des chefs de file royalistes », journaliste antirépublicain, passe du rejet à un soutien ambigu face à ce soldat dont on ne sait trop alors s’il est républicain, bonapartiste ou autre chose. Les évolutions, les comportements « stratégiques » de ce personnage, du type « les ennemis de nos ennemis sont nos amis », ne sont pas sans intérêt pour comprendre les montées actuelles des populismes. Restons dans les milieux bien en place avec le riche rentier auquel s’intéresse Emmanuel Dorffer dans « Hugues Krafft et l’Asie : voyages et collections » (p. 269-310). Il s’agit d’un tout autre type d’individu, Parisien, né en 1853 et mort en 1935, dont le rapport avec Reims est ici secondaire, mais réel (il est l’un des fondateurs de la Société du vieux Reims). Hugues Krafft est un étonnant voyageur, photographe, collectionneur d’art, géographe, qui a parcouru le monde entier, surtout le Japon et l’Asie centrale, et en a rapporté un nombre incalculable d’œuvres de toutes sortes, dont il a donné une partie à divers musées et vendu (donc dispersé) une autre.

5Attardons-nous un peu plus sur la contribution la plus longue du volume, celle de Michel Royer, « Enseigner les enfants du peuple à Reims avant Jules Ferry (1780-1880) » (p. 169-238). Cet article particulièrement bien fait nous permet, par son choix d’un espace ni trop grand ni trop petit (Reims), de suivre très efficacement un siècle d’histoire de l’école. D’abord, on comprend assez concrètement les trois grands types de méthodes : l’enseignement individuel (où le maître passe d’un élève à l’autre dans une classe forcément assez réduite), le simultané (ce qui ressemble le plus à ce que nous connaissons maintenant), le mutuel (où le maître est une espèce de chef d’orchestre dans une classe nombreuse, aidé par les meilleurs élèves ou les plus âgés qui lui servent de moniteurs), on croit y être. À la fin de l’Ancien Régime et tout au long d’une grande partie du 19e siècle, l’enseignement primaire (lire, écrire, compter, mais aussi et souvent surtout apprendre la morale religieuse) est assuré pour les garçons par les frères des Écoles chrétiennes et pour les filles par les sœurs du Saint-Enfant-Jésus, puis concurremment par les mêmes et des instituteurs communaux. Ce qui se passe à Reims est représentatif de l’ensemble du pays, mais avec des spécificités. On voit bien le rôle des municipalités face à celui de l’État, celui du « public » face à celui du privé religieux, mais on devrait mettre tout cela au pluriel ; le gratuit, le laïque, l’obligatoire ne sont pas toujours du côté où on les attendrait ; l’enseignement religieux est souvent assuré autant dans les écoles communales que dans celles tenues par les congrégations. Sans négliger les contextes politiques généraux et les avancées explicites au début de la monarchie de Juillet et sous la Troisième République, on constate que parfois, localement, la situation anticipe les grands changements nationaux. En d’autres termes, il s’agit de processus et non pas seulement de successions d’événements politiques plus ou moins isolés… une sorte de leçon de dialectique.

6Le texte du regretté Claude Damery, « La genèse du Club des Jacobins de Reims (1790-1791) » (p. 135-168), apporte un éclairage fort précis sur un aspect essentiel de l’histoire de la Révolution française, à savoir ce qu’y sont et font les diverses catégories sociales, la bourgeoisie montante, le peuple. L’analyse confirme pour l’essentiel les acquis historiques bien connus, mais « la qualité exceptionnelle des sources » nous permet d’assister presque en direct à ce qui s’est passé dans « un des centres les plus commerçants et les plus industriels de France » en 1789. Passons au long article de Françoise Néouze-Blond, « Les Ospedali (Hospices) de Venise aux XVIIe et XVIIIe siècles. De la charité à l’excellence musicale » (p. 37-100). C’est l’une des rares contributions qui n’a aucun rapport avec Reims ; c’est en partie de l’histoire de l’art, mais aussi de l’histoire sociale. Au-delà du plaisir de voyager à Venise, par le texte et par les très agréables illustrations, le lecteur attentif à la vie des pauvres et des déshérités ne peut s’empêcher d’être séduit par deux aspects rarement soulignés de façon aussi convaincante : la place des femmes dans l’histoire de la musique de haut niveau et les capacités des indigents, des abandonnés, des orphelins, c’est-à-dire des gens issus de rien ou tombés bien bas. En effet, habituellement, l’histoire de la musique à l’époque des rois se déroule surtout chez les princes et dans les églises. Indirectement, l’idéologie des dons prend ici un coup qu’on n’attendait pas, car toutes ces « filles bien cachées » accèdent à une certaine place (parfois anonyme) dans l’élite culturelle de la musique. L’étude de Robert Neiss, « Christianisme et urbanisme à Reims dans l’Antiquité tardive (IIIe-VIIe siècles) » (p. 101-134), concerne le passage de l’époque gallo-romaine à la domination du christianisme. L’auteur jongle avec talent entre les documents écrits de l’histoire ecclésiastique et les résultats de l’archéologie, ce qui nous éclaire beaucoup pour la compréhension du Reims central d’aujourd’hui, situé entre la cathédrale (au nord) et l’église Saint-Rémi (au sud).

7La dizaine d’articles que nous venons de présenter rapidement traite, à trois exceptions près, de l’histoire de Reims. Mais les leçons à en tirer débordent largement ce cadre, d’une part parce que les auteurs situent leur sujet dans un espace plus vaste, notamment grâce à des comparaisons avec le contexte national, d’autre part parce que la focalisation locale conduit souvent à une précision plus grande que les études générales ou parce que Reims bénéficie d’une situation particulière ou possède des archives plus complètes. Dans toutes les configurations, se retrouver au plus près des gens donne un caractère humain irremplaçable et un charme particulier. Dans le cas présent, le recueil examiné est essentiellement l’œuvre d’universitaires (mais non nécessairement historiens). Certes les mémoires de master, les thèses et d’autres recherches d’universitaires en poste comportent des études de cas, mais il ne s’agit pas d’opposer ce qui est complémentaire. Il est vrai que d’autres recueils sont essentiellement le fait de « purs » amateurs et que l’ensemble est parfois inégal. Plus généralement, le lecteur des Cahiers regrettera probablement que l’histoire du mouvement ouvrier soit peu abordée, que les contributions soient de facture assez classique et qu’elles ne prennent guère en compte les préoccupations et les approches théoriques les plus récentes. Il s’agit souvent (mais pas toujours) d’une histoire vue par les notables, parfois au croisement de l’histoire de l’art et d’une histoire politique et sociale. Mais, après tout, les modes actuelles de la production historique de ce début de 21e siècle passeront probablement aussi. En tout cas, on doit reconnaître à ces écrits, presque toujours issus de conférences publiques, que les auteurs ont acquis l’habitude méritoire de parler à un public varié et non aux seuls spécialistes (où le risque de l’entre-soi n’est pas toujours évité).

8Moralité : allez en bibliothèque, dans les fonds régionaux, et lisez les revues des sociétés locales, y compris de celles qui traitent de lieux que vous ne connaissez guère et qui ne vous intéresseraient pas a priori !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Crépel, « Travaux de l’Académie nationale de Reims, Mélanges académiques »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 158 | 2023, mis en ligne le 05 décembre 2023, consulté le 23 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/22936 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.22936

Haut de page

Auteur

Pierre Crépel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search