Navigation – Plan du site

AccueilNuméros158UN CERTAIN REGARDOppenheimer, film de Christopher ...

UN CERTAIN REGARD

Oppenheimer, film de Christopher Nolan, 2023, 180 min.

Les scientifiques face aux militaires, aux politiques et à leur conscience
Jacques Bordé et Annick Suzor-Weiner
p. 203-207

Texte intégral

1Cet article est dédié à la mémoire de Gérard Toulouse, physicien engagé contre les armes nucléaires, qui nous a quittés le 7 août 2023.

2Il faut rendre hommage au film de Christopher Nolan qui, outre ses qualités cinématographiques et narratives largement évoquées par ailleurs, suscite une réflexion opportune sur le rôle que jouent les scientifiques sur le cours de l’histoire. L’arme nucléaire en est un exemple majeur, car elle confère à l’humanité le pouvoir de s’autodétruire.

3Le film illustre les questionnements et les doutes des scientifiques impliqués dans le projet Manhattan et pose la question du degré de leur responsabilité, selon le but recherché et les conséquences prévisibles (ou imprévisibles) de leurs découvertes. Il suit admirablement les méandres des états d’âme d’Oppenheimer, tour à tour déterminé, indécis, perturbé ou carrément négatif. Sa personnalité apparaît dans toute sa complexité face à cette responsabilité : il doit composer avec sa très grande intelligence, apte à trouver des solutions rapidement, avec sa vaste culture et les citations qui lui viennent à l’esprit, notamment du Mahabharata, enfin avec son caractère qui oscille entre le doute de soi et l’aptitude à séduire son entourage. On sent le plaisir qu’il retire de son pouvoir de directeur du projet Manhattan et du respect que lui manifestent ses dizaines de milliers d’employés. Mais cette notoriété qui le flatte est due, il le sait, à sa bonne entente avec les militaires, et cette bonne entente repose sur un partage clair des rôles : aux chercheurs de résoudre les problèmes techniques, aux militaires de fournir l’argent et la logistique des infrastructures du site de Los Alamos (Nouveau Mexique) ; aux militaires aussi de décider avec les politiques de l’emploi de l’arme nucléaire. Les États-Unis sont en guerre contre les nazis et les scientifiques, en bons citoyens, doivent contribuer à la défense de leur pays en innovant dans les moyens techniques, sans remettre en cause la stratégie militaire. En voulant doter le plus rapidement possible les États-Unis de la bombe, Oppenheimer a le sentiment de concilier son désir de résoudre un problème scientifique majeur et son désir d’être un citoyen loyal à son pays.

  • 1 Robert K. Merton, The Normative Structure of Science, 1942.

4Mais la question se pose très différemment en temps de paix, où les scientifiques universitaires sont traditionnellement perçus comme œuvrant pour le bien général de l’humanité plus que pour des intérêts particuliers industriels ou nationaux. Ils doivent notamment partager leurs connaissances pour respecter les normes « CUDOS » de l’ethos de la science exprimées par Robert Merton1. En fait, dès la fin de la guerre, le film montre les scientifiques divisés entre ceux dont la fascination technologique oblitère la réflexion morale et ceux qui s’interrogent sur les conséquences de leurs découvertes. On voit que pour Isidor Rabi l’arme atomique est immorale, car trop dangereuse pour les civils ; pour Oppenheimer, elle est un mal nécessaire ; pour Edward Teller, elle est excitante et il réclame même de développer la bombe H, mille fois plus puissante. Oppenheimer lui-même est fluctuant, voire incohérent à propos du bombardement sur le Japon, qu’il approuve dans un premier temps (on le voit rejeter la pétition d’autres scientifiques voulant l’éviter), puis qu’il regrette, au point que Truman l’insulte lorsqu’il exprime ses remords. On le voit obsédé, en pleine réunion, par l’imagination d’un corps calciné sous ses pieds et on sait qu’il est passé par des moments de dépression après les bombardements. Lorsque Truman lui dit que c’est lui-même, comme président, qui a pris la décision d’utiliser la bombe, Oppenheimer comprend que les scientifiques ont été dépossédés de leur invention. En outre, Truman savait que les Japonais étaient prêts à capituler, sa décision fut prise pour démontrer la puissance américaine et pour impressionner Staline en particulier : la guerre froide a démarré avec Hiroshima.

5Oppenheimer se donne néanmoins bonne conscience en pensant à l’intérêt général de la paix dans le monde : il se convainc que la bombe, par ses effets horribles, va amener la fin des guerres et, pour cela, il plaide pour le partage des connaissances sur sa fabrication avec tous les pays, dont l’URSS. Il pense ainsi arrêter l’escalade vers la puissance de mort et, notamment, il refuse le développement de la bombe H. Malheureusement, ses prises de position alimentent les arguments de ceux qui veulent le mettre à l’écart pour diverses raisons : Teller, car il veut la bombe H, Lewis Strauss, car il a développé une haine personnelle envers Oppenheimer. Strauss exploite adroitement aussi les sympathies passées d’Oppenheimer et de ses proches pour le communisme et organise un simulacre de jugement en montant une commission qui qualifiera Oppenheimer de « risque pour la sécurité de la nation » et qui parviendra à le destituer de ses responsabilités concernant l’armement nucléaire. Plus rien ne s’oppose alors à la collusion entre militaires et industriels pour développer des armes nucléaires. Collusion d’autant plus forte qu’elle va dans le sens du rapport « Science, The Endless Frontier » de Vannevar Bush (1945), qui prônait un rapprochement entre la recherche universitaire et l’industrie. Collusion si forte qu’Eisenhower, dans son discours d’adieu de 1961, va accuser le lobby militaro-industriel de piloter les politiques en poussant démesurément l’arsenal des États-Unis.

  • 2 Voir, par exemple, Jean-Jacques Salomon, Le scientifique et le guerrier, Belin, p. 71-87, ou Harry (...)

6Ce faisant, ce lobby a eu besoin d’exploiter au maximum les talents des scientifiques pour améliorer sans cesse cet arsenal, et on peut constater à quel point il a influencé la recherche universitaire américaine en la prenant en otage par ses financements2. Les questions d’éthique de la recherche ne sont pas très loin, car les chercheurs dont les résultats dérangent sont marginalisés ou perdent leur financement. C’est le cas aussi quand ils dérangent par leurs opinions politiques, ce qu’on a vu aux États-Unis avec le maccarthysme. Toutefois, on a vu qu’Oppenheimer a été écarté davantage à cause de son opposition à la bombe H que de ses sympathies avec des communistes. De même, en France, Frédéric Joliot-Curie a été licencié du CEA plus pour son opposition aux armes nucléaires que pour ses convictions communistes. Comme Joliot-Curie, Oppenheimer prônait une communication internationale des découvertes scientifiques et la mobilisation de l’opinion publique, mais cette transparence était vue par les militaires et les politiques comme un cadeau à l’Union soviétique.

  • 3 Alison Kraft, Carola Sachse (ed.), Science, (Anti-)Communism and Diplomacy, the Pugwash Conferences (...)
  • 4 Jacques Bordé, Annick Suzor-Weiner, « Les scientifiques face à l’armement et au désarmement », Rech (...)

7Pour pousser à ce dialogue transparent entre scientifiques de tous les pays, même en conflit, il fallait être un scientifique très connu, n’ayant pas ou plus besoin de financements et convaincu que la science doit améliorer l’avenir de l’humanité entière. Ce fut le cas de Russell et d’Einstein, puis des savants qui ont signé leur Manifeste en 1955 et ont participé au Mouvement Pugwash3 (Prix Nobel de la Paix en 1995, pugwash.org) à partir de 19574, impulsé par Joseph Rotblat, seul physicien à avoir volontairement quitté le projet Manhattan, six mois avant Hiroshima. Bizarrement, Oppenheimer, qui admirait pourtant l’œuvre de Bertrand Russell et avait côtoyé Einstein à Princeton, n’a pas signé leur Manifeste ni participé à la réunion fondatrice de Pugwash, sans doute lassé par les mauvais procès dus à ses engagements précédents et par son ambition déçue d’influencer l’avenir selon ses convictions morales.

  • 5 Gilbert Hottois, Le Signe et la technique. La philosophie à l’épreuve de la technique, Aubier, 1984

8Le dilemme d’Oppenheimer se retrouve pour d’autres technologies (chimie, biologie, cyber…) où la demande militaro-industrielle d’innovations sollicite fortement les recherches universitaires pour aboutir très vite face à la concurrence ou à l’ennemi. On peut dire que le projet Manhattan est le premier exemple de recherche à la fois finalisée (le but était très précis) et fondamentale (on ne savait pas si la solution existait) : on est sorti du modèle linéaire d’innovation, où la recherche technologique puise dans les connaissances déjà acquises, pour entrer dans l’ère de la « technoscience », selon le philosophe Gilbert Hottois5, face à laquelle la recherche de curiosité pure, pourtant si essentielle, risque d’être sous-financée. Le chercheur universitaire peut avoir à se poser la question : « Est-ce souhaitable, même si c’est faisable ? », à laquelle il est difficile de donner une réponse compatible à la fois avec sa conscience et avec les attentes des politiques et des militaires.

9Le film Oppenheimer illustre bien ce dilemme dans le cas des armes nucléaires : la curiosité scientifique poussait à mettre au point la bombe H, mais la construire allait amener l’humanité à vivre dans la terreur de l’apocalypse et à devoir croire au succès éternel de la dissuasion nucléaire… Le large succès du film, y compris auprès des jeunes générations post-guerre froide, est salutaire par les questions qu’il soulève sur la dissuasion nucléaire dans la période troublée que nous traversons, entre guerres et menaces géopolitiques, climatiques et technologiques.

Haut de page

Notes

1 Robert K. Merton, The Normative Structure of Science, 1942.

2 Voir, par exemple, Jean-Jacques Salomon, Le scientifique et le guerrier, Belin, p. 71-87, ou Harry Bernas, L’île au bonheur. Hommes, atomes et cécité volontaire, Éditions Le Pommier, 2022.

3 Alison Kraft, Carola Sachse (ed.), Science, (Anti-)Communism and Diplomacy, the Pugwash Conferences on Science and World Affairs in the Early Cold War, Brill, 2020.

4 Jacques Bordé, Annick Suzor-Weiner, « Les scientifiques face à l’armement et au désarmement », Recherches internationales, n° 116, octobre 2019.

5 Gilbert Hottois, Le Signe et la technique. La philosophie à l’épreuve de la technique, Aubier, 1984.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/22948/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 458k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Bordé et Annick Suzor-Weiner, « Oppenheimer, film de Christopher Nolan, 2023, 180 min. »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 158 | 2023, 203-207.

Référence électronique

Jacques Bordé et Annick Suzor-Weiner, « Oppenheimer, film de Christopher Nolan, 2023, 180 min. »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 158 | 2023, mis en ligne le 04 décembre 2023, consulté le 23 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/22948 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.22948

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search