Navigation – Plan du site

AccueilNuméros159Le Mot de la rédaction

Texte intégral

1Ce numéro des Cahiers d’histoire est-il à l’image de notre présent, fait des morceaux d’un puzzle inquiétant, dont le sens global se dérobe ? En l’observant avec un peu de recul, il peut donner ce sentiment. Il conjugue les échos de temps fortement habités par la guerre, échos de menaces de la guerre, de souvenirs de la guerre, des diverses violences de l’oppression, en même temps que les échos d’immenses courages et d’immenses espoirs. Les pages d’histoire mêlent ici de façon particulièrement abrupte des creux, des abîmes, de ceux qui peuvent amener à désespérer de la raison humaine, et les sommets de l’espoir, de ceux qui conduisent à l’enchaînement d’inlassables luttes.

2Le dossier, coordonné par Pascal Guillot, est une pièce importante de ce puzzle. Il parle d’aube. D’aube de cet inattendu espoir levé à l’est. De « cette grande lueur venue de l’Est » évoquée par le pacifiste, humaniste, prix Nobel de littérature de 1915, communiste en devenir, Romain Rolland. L’ami artiste François Féret a placé un point rouge au cœur de la maquette de couverture qu’il nous offre. Plutôt incandescence stable que magie du jour qui vient et libère des terreurs de la nuit. Il installe dans la puissance des débuts, nourrie de volonté farouche et d’immenses espoirs de ce dont on ne connaît pas encore bien le nom. Le dossier témoigne de la persistance de l’aube, pendant de longues années faites du brassage des connaissances incertaines. Le mot lui-même charrie beaucoup d’histoire : titre de nombreuses feuilles communistes, il dit l’ardeur des débuts, ici du grand moment d’ouverture d’horizons rêvés avec la révolution de l’octobre russe. Mais le dossier évoque des espoirs des débuts qui veulent durer, en dépit des contradictions et des déceptions qui se précisent. Le cas de l’intellectuel engagé, André Morizet, étudié par Pascal Guillot, est bien révélateur de cette difficulté à renoncer à l’espoir. Les années nous paraissent longues entre 1917-1920 et les années Trente, mais les analyses fines menées ici conduisent à se demander ce que sont réellement dix ans, quinze ans dans les trajectoires individuelles et les actions collectives secouées par de gigantesques événements, une guerre atroce comme une révolution sans pareille. Et envers et contre tout, l’aube dure longtemps. Dans un autre registre, l’article confié ici par Anne Mathieu décrit aussi une dilatation de cette aube du communisme. Un monde qui devient monde, monde d’égaux en devenir. La révolution internationaliste bouscule tout : les rapports de force internationaux, mais aussi globalement le rapport à « tous les peuples de la Terre ». À travers les reportages dans l’Humanité de Magdeleine Marx sur la Turquie, l’horizon politique des lecteurs et lectrices devient aussi celui des impérialismes fauteurs de guerre et des luttes pour l’émancipation des peuples dominés. L’article proposé par Alain Ruscio montre combien, dix ans plus tard, la dynamique de l’inscription dans un horizon monde perdure. Certes, l’inscription des communistes dans l’internationalisme et la critique de toutes les formes de colonialisme ne va pas de soi, mais c’est bien l’horizon dessiné par la critique radicale du fait colonial qui s’impose. La condamnation de l’Exposition coloniale et la réalisation d’une exposition anti-impérialiste en 1931, par un Parti communiste qui ne fête que son dixième anniversaire, dit bien la force du souffle d’« une révolution qui ébranla le monde ». Toujours côté volontarisme et espoir, l’article de David Noël rappelle que l’enthousiasme culturel n’a pas concerné que des intellectuels lancés dans la vie publique comme André Morizet ou comme les écrivains surréalistes vaillants contestataires de l’ordre colonial, mais que le recours aux arts sous toutes leurs formes a été aussi une des manifestations cruciales de l’élargissement des horizons. Outils de propagande, pourvoyeuses d’idées neuves, les pièces de théâtre montées par les ouvriers sont aussi des occasions de retrouvailles festives. Loin des millions de spectateurs de l’exposition coloniale parisienne, le théâtre militant, telle « la vaillante phalange artistique » de Sallaumines dans le Pas-de-Calais, tisse au plus proche de ceux qui travaillent un maillage de références politiques partagées.

3Quelle dimension dynamique et propulsive d’un monde que l’on pense reconstruire pour le meilleur émerge de ces lectures !

4Et patatras, au sortir de ces pages roboratives, voilà alignés dans nos rubriques, « Métiers », puis « Débats », les malheurs du monde. D’un monde qui n’est pourtant pas totalement autre. 1940, 1943, 1944, dix ans à peine après la fougueuse affirmation de l’anticolonialisme par la réalisation en plein Paris d’une « exposition anti-impérialiste », les voix opposantes sont réduites au silence, les communistes sont emprisonnés, les résistants seront torturés, massacrés, les citoyens juifs déchus, puis raflés, déportés, la France, le monde se sont hérissés de frontières infranchissables, de contrôles policiers omniprésents.

5Le numéro des Cahiers d’histoire ne donne pas les clés de cet anéantissement, ce n’était pas son propos. La brutalité du changement de monde en est sans doute encore plus terrifiante. Ce sont des mondes presque concomitants et cruellement disjoints que rapprochent nos pages. Effet de hasard lié à notre choix de penser les suites d’Octobre qui se trouve avoir coïncidé avec de sinistres anniversaires dont nous avons voulu nous faire des porte-voix. Louis Poulhès synthétise ici les acquis récents des recherches sur la répression allemande en France et confronte à la monstrueuse mise en ordre de la mise à mort. Sylvie Zaidman, directrice du musée de la Libération de Paris-musée du général Leclerc-musée Jean Moulin, et Alix Quéré, chargée des publics, présentent les expositions installées dans le nouvel espace au-dessus de ce qui fut le poste de commandement de Rol-Tanguy, commandant des FFI de la région parisienne lors de la libération de Paris. Cette année, le musée s’est associé au Mémorial du Mont-Valérien pour faire penser la répression, en particulier autour de l’Affiche rouge, du groupe « Manouchian » bien sûr et des FTP-MOI dans la Résistance. Une recension des publications suscitées par la panthéonisation de Missak et de Mélinée Manouchian complète cette plongée dans l’atroce répression de la Résistance, en même temps que dans l’incroyable détermination de ces jeunes militants, pour la plupart communistes, des poignées un peu partout et souvent des étrangers. Ainsi, dans la part sombre, la boucle se noue avec les lendemains qui chantent du dossier.

  • 1 Pierre Dardot, La Mémoire du futur. Chili, 2019-2022, Montréal, Lux, 2023.

6Mais la psalmodie du malheur ne s’arrête pas avec les monstrueuses violences du nazisme et du fascisme. Dans « Débats », nous avons voulu faire place aux offensives autoritaires, anticommunistes, retrouvailles aussi avec d’anciens nazis, dans la grande Amérique latine, moins de trente ans après la défaite du nazisme. En 2023, bien sûr, nous avions le Chili en tête. Du fait des persistantes difficultés de la démocratie face à la puissance des oligarchies, du fait bien sûr de l’anniversaire du coup d’État militaire contre le président socialiste Allende. Pierre Dardot reprend ici quelques aspects de la crise contemporaine autour, notamment, de l’échec de la nouvelle constitution, crise qu’il a analysée dans son livre récent, La Mémoire du futur. Chili, 2019-20221. Notre collègue Grégoire Le Quang a de son côté cherché du côté des productions associées à la mémoire du coup d’État du 11 septembre 1973 et interviewé les auteurs du documentaire Revoir l’ambassade. Chili, 1973, produit en 2023. Les réalisateurs, Thomas Lalire et Benoît Keller, reviennent sur le choix fait par l’ambassadeur de France et son épouse, Pierre et Françoise de Menthon, de faire de l’ambassade un lieu de refuge. On retrouve, notamment à travers les propos tenus dans le film par Françoise de Menthon, alors encore en vie, la force des choix individuels, la part de responsabilité individuelle dans les plus grands effondrements collectifs. Là aussi, des boucles se nouent du côté du courage de prendre parti.

  • 2 Le 23 février dernier, la journaliste Sylvie Braibant annonce sur sa page Facebook que la plaque en (...)

7Du côté du présent aussi, Didier Monciaud relève des expressions des dénis de liberté d’expression et de justice à travers deux faits récents, l’attaque de la plaque à la mémoire de Henri Curiel, disparue en novembre 2023, et la disparition, cette fois du commerce, du livre d’Ilan Pappé, Le Nettoyage ethnique de la Palestine, livre publié en 2008 chez Fayard et qui a été retiré des ventes par l’éditeur. Ilan Pappé est un historien israélien, désormais en exil du fait de ses thèses qui mettent en avant la responsabilité israélienne dans l’expulsion des Palestiniens en 1948. Le retrait de son livre du commerce ne peut pas se penser hors du contexte actuel de condamnation de toute voix mettant en cause l’État israélien. Henri Curiel a été lui aussi une voix dissidente. Anticolonialiste égyptien, pacifiste, internationaliste communiste, on le retrouve dans la lutte pour l’indépendance de l’Algérie, puis dans les luttes contre les dictatures en Afrique et en Amérique latine (dont le Chili). Ce militant de la liberté, accusé très violemment par la droite française d’être membre d’une association terroriste, a été assassiné en plein Paris en 1978. Le Collectif secret défense a alerté sur la disparition de la plaque d’hommage et rappelé que l’on a affaire là à l’un des multiples assassinats sur lesquels la justice n’avance pas, du fait des entraves mises à la découverte de la vérité au nom du secret défense. Grâce à l’action de la municipalité parisienne, une plaque a été replacée2, mais cela n’efface pas l’atteinte qu’a subi ce lieu de mémoire.

8Notre puzzle est décidemment fait de pièces bien sombres, de mises à mort des défenseurs de la liberté ou a minima de leur réduction au silence.

9Quelques lumières viennent paradoxalement du côté de l’APECE, l’Association pour l’étude de la colonisation européenne de 1750 à 1850, qui se présente dans « Métiers ». Voilà des anticolonialistes bien vivants qui poursuivent des activités visant en particulier à mieux faire connaître l’esclavagisme européen, activités qui obtiennent de la reconnaissance de la part des pouvoirs politiques et du monde de la recherche académique.

10Autre ouverture plus heureuse, l’étude du syndicalisme en Europe proposé par Adrian Thomas dans « Chantiers ». On retrouve la béance de la Seconde Guerre mondiale, énorme fosse mortuaire, mais aussi source de renaissance de l’espoir sur les bords du charnier. Notre collègue peut écrire : « Forts de leur légitimité gagnée dans la résistance aux fascismes puis au retour de la démocratie, les syndicats et les PC sont sans doute au summum de leur influence sociétale ». Ce ne sont pas tout à fait les frémissements de l’aube, mais là aussi une boucle se renoue. Même s’il y a sans retour un avant et un après la guerre, il y a des personnes, des organisations qui, habitées d’espoirs et de peurs en partie transformées par l’épreuve, vont retrouver les matrices qui les avaient fait vivre, qui vont les faire vivre. Ainsi de puissants responsables syndicaux, décrits au travail par Adrian Thomas, dans une société où la croissance et la puissance de leurs organisations imposent un certain partage des fruits du travail.

11Le prochain numéro des Cahiers d’histoire nous entraînera vers les horizons de la fiction et de ce que l’histoire fait à ces fictions (et ces fictions à l’histoire), à travers un dossier coordonné par Sylvie Allouche. Mais nous reprendrons aussi, dans « Métiers » et dans « Débats », l’étude des cheminements concertés des mémoires, des immenses pans d’oublis qui les constituent et que, parfois, l’engagement, le volontarisme politique, le courage scientifique remettent partiellement dans la lumière. Ainsi de l’histoire de l’extrême droite au pouvoir autour de Pétain, de la Collaboration, de celles et ceux qu’ils ont massacré·es, que des historiens tels Serge Wolikow, Alexandre Courban et d’autres replaceront dans l’histoire et dans nos mémoires.

Haut de page

Notes

1 Pierre Dardot, La Mémoire du futur. Chili, 2019-2022, Montréal, Lux, 2023.

2 Le 23 février dernier, la journaliste Sylvie Braibant annonce sur sa page Facebook que la plaque en hommage à Henri Curiel a été refaite et remise en place, 4 mois après sa disparition. Elle remercie toutes les personnes s’étant exprimées et mobilisées, en particulier Laurence Patrice, l’adjointe à la maire de Paris en charge de la mémoire et du monde combattant, élue du 10ᵉ arrondissement du Groupe Communiste et Citoyen (<https://www.facebook.com/sylvie.braibant>).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Jollet, « Le Mot de la rédaction »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 159 | 2024, 5-9.

Référence électronique

Anne Jollet, « Le Mot de la rédaction »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 159 | 2024, mis en ligne le 02 avril 2024, consulté le 25 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/22993 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.22993

Haut de page

Auteur

Anne Jollet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search