Navigation – Plan du site

AccueilNuméros159DOSSIERIntroduction : Intellectuels, art...

DOSSIER

Introduction : Intellectuels, artistes à l’aube du communisme

Pascal Guillot
p. 13-17

Texte intégral

« Nous savons tous que l’art n’est pas la vérité. L’art est un mensonge qui nous fait comprendre la vérité, du moins la vérité qu’il nous est donné de pouvoir comprendre. L’artiste doit connaître le moyen de convaincre les autres de la véracité de ses mensonges. »

Pablo Picasso

Interview par Marius De Zayas, The Arts, New York, 1923 (traduit de l’anglais et publié dans Picasso, « Propos sur l’Art », Paris, Gallimard, 1998)

  • 1 Voir les ouvrages de Bernard Pudal, Jacques Girault, Claude Pennetier, Nathalie Viet-Depaule et Jea (...)
  • 2 Voir notamment les travaux de Roger Martelli, L’Archipel communiste. Une histoire électorale du Par (...)
  • 3 Voir notamment les travaux de Jean Vigreux et d’Annette Wiviorka : Jean Vigreux, Waldeck-Rochet. Un (...)
  • 4 Dimitri Manessis et Guillaume Roubaud-Quashie, Empreintes rouges. Nouvelles perspectives pour l’his (...)
  • 5 Le 10 novembre 2023, une première séance de ce séminaire, fruit d’un partenariat avec la MSH de Dij (...)

1Depuis plus d’une décennie, en complément à l’étude des militants1, des électeurs2, des dirigeants3, dans le cadre d’une histoire politique et culturelle contemporaine, de nouvelles perspectives s’ouvrent pour l’histoire du communisme français, « empreintes rouges » pour reprendre l’expression utilisée par Dimitri Manessis et Guillaume Roubaud-Quashie4. La Fondation Gabriel-Péri, à travers son séminaire « Histoire des communismes : entre histoire globale et histoire nationale », dans le prolongement du programme Paprik@2F, poursuit cette identification des nouveaux chantiers du communisme5.

  • 6 Jean Vigreux et Serge Wolikow (dir.), Cultures communistes du XXème siècle. Entre guerre et moderni (...)
  • 7 Jean-Numa Ducange, Julien Hage et Jean-Yves Mollier, Le Parti communiste français et le livre. Écri (...)
  • 8 Jean Vigreux, dans Jean Vigreux et Serge Wolikow (dir.), op. cit., préface, p. 7.
  • 9 Frédérique Matonti, Intellectuels communistes. Essai sur l’obéissance politique, La Nouvelle Critiq (...)
  • 10 Marie-Cécile Boujou, Lire en communiste. Les maisons d’édition du Parti communiste français, 1920-1 (...)

2Les enjeux culturels et socioculturels ont été abordés notamment dans les ouvrages collectifs dirigés d’une part par Jean Vigreux et Serge Wolikow6, d’autre part par Jean-Numa Ducange, Julien Hage et Jean-Yves Mollier7. L’édition, les écrits « marquent la pratique politique, mais aussi l’éducation politique pour conquérir les esprits et fonder une culture politique8 ». Des travaux de grande qualité ont rendu compte de la nébuleuse intellectuelle communiste, mais en se penchant surtout sur les Trente Glorieuses. Parmi ceux-ci, l’ouvrage de Frédérique Matonti porte ainsi sur La Nouvelle Critique à partir de la fin des années 19609. Seuls les domaines de l’édition et des voyages en URSS concernent partiellement cette « aube du communisme »10.

3Qu’est-ce qui pousse un individu ou un collectif à s’engager, à épouser une cause ou à prendre ses distances avec elle ? Comment promouvoir les idées révolutionnaires et convaincre de la pertinence de ses choix politiques, à l’intérieur et à l’extérieur ? Comment convertir les consciences au bien-fondé de ce communisme naissant ?

  • 11 Depuis plusieurs années, les éditeurs de L’Échappée, Martin de Halleux et Cent Pages publient les œ (...)

4Nous sommes face à un foisonnement intellectuel et artistique qui voit le monde chamboulé. La culture occupe une place centrale dans la dynamique des engagements. Une fascination pour la nouvelle Russie soviétique se manifeste dans les avant-gardes artistiques, et les œuvres circulent entre la France et la Russie. En 1926, conjointement organisée par trois structures soviétiques à la Maison Pachkov de Moscou, l’exposition « L’Art révolutionnaire occidental » a pour ambition de montrer l’importance internationale des arts révolutionnaires à la veille du 10e anniversaire de la révolution d’Octobre. En 1928 s’ouvre à la galerie d’État Trétiakov une rétrospective d’art français intitulée « L’Art contemporain français ». La galerie Billiet-Worms, dirigée par Pierre Worms, membre du PCF, très reconnu dans le monde artistique français et international, expose dès 1928 le groupe soviétique « La Voie de la peinture ». Pourtant, les séjours et voyages dans la nouvelle Russie sont rares dans les milieux artistiques dans les années 1920. Les nombreuses demandes de voyages (Raoul Dufy, Paul Signac, Fernand Léger, Jean Lurçat, Jules Grandjouan, Jean Effel entre autres), pour certains d’entre eux membres des Amis de l’URSS, n’aboutissent pas en dépit des efforts de Worms. Ce n’est qu’en 1935 que Frans Masereel, artiste belge installé à Paris et en quelque sorte père du roman graphique, peut enfin effectuer un premier séjour d’un mois en URSS11. Du côté des intellectuels, et surtout des politiques comme André Morizet, moins électrons libres, le voyage s’effectue en revanche très tôt. Il joue un rôle indéniable dans l’adhésion, mais aussi paradoxalement dans la prise de distance critique, voire l’irrévérence. De son côté, Magdeleine Paz, internationaliste convaincue, passée par le mouvement Clarté et membre du comité de rédaction de l’Humanité, permet à ses lecteurs d’accéder à la connaissance et de mobiliser les militants, comme le souligne Anne Mathieu en se penchant sur ses articles relatifs à la Turquie.

  • 12 Romain Ducolombier, Camarades ! La naissance du Parti communiste en France, Paris, Perrin, 2010.

5Les bals et le théâtre ouvrier, dont rend compte David Noël, participent, outre à la sociabilité, à la fois à l’action militante et à l’édification du public, et donc visent à l’efficacité. Toutes ces pratiques artistiques et littéraires, quels que soient les supports, doivent servir à ce qu’on appelle alors l’« agit-prop », abréviation d’agitation et de propagande, qui désigne à la fois la formation des militants, afin qu’ils deviennent des militants révolutionnaires professionnels (propagande), l’instruction des masses et la conquête des esprits (agitation). Une culture communiste, s’émancipant de la culture bourgeoise, se fonde alors et révèle que le communisme ne constitue pas une simple greffe, mais pénètre très tôt et profondément les milieux culturels français, comme nous le montre Romain Ducoulombier dans un ouvrage qui a fait date12. Aussi, notre dossier révèle d’une part le poids indéniable des personnalités fortes, ces passeurs-médiateurs, tant à l’échelle locale que nationale, et d’autre part la porosité mais aussi la continuité entre le communisme naissant et une certaine forme d’anarchisme.

  • 13 Sur cette question, à partir de la riche collection de photographies du musée national d’Art modern (...)

6D’ailleurs, en 1925, la guerre coloniale du Rif au Maroc est l’occasion pour les surréalistes de se rapprocher du parti communiste français, seul parti politique appelant comme eux à « l’évacuation immédiate des colonies ». En 1931, à l’occasion de l’Exposition coloniale au bois de Vincennes, le tract-pamphlet « Ne visitez pas l’Exposition coloniale » se diffuse et la contre-exposition intitulée « La vérité sur les colonies », organisée la même année par les surréalistes et les communistes, propose, malgré une audience très limitée, de déconstruire les ressorts d’une propagande coloniale qui connaît son acmé dans l’entre-deux-guerres13. Alain Ruscio restitue ce moment symbolique, dont la paternité revient bien aux communistes. Comme le fait remarquer Maurice Agulhon,

  • 14 Maurice Agulhon, postface, dans Jean Vigreux et Serge Wolikow (dir.), Cultures communistes…, op. ci (...)

« Le communisme des années 1920 a eu très tôt des affinités, ou connu des réciprocités d’attraction, avec le surréalisme et avec les avant-gardes, notamment celle des plasticiens. Le plus symbolique ou le plus notoire des noms est celui de Picasso. Il n’est pas abusif de dire qu’il a révolutionné la peinture comme Lénine allait révolutionner la politique, et l’on peut trouver logique qu’il soit devenu un jour lui-même communiste »14.

7Mais, souligne-t-il, cette situation inclut une contradiction. Qui dit moderne dans le domaine culturel, qui dit « avant-garde », est compris par la minorité la plus cultivée de la population, mais se trouve incompris par la majorité du peuple, initiée à l’école primaire seulement aux goûts académiques consacrés. Ceci explique d’ailleurs le contraste entre les quelque 33 millions de visiteurs de l’Exposition coloniale de 1931 et les 5 000 de la contre-exposition.

  • 15 Voir notamment Patrice Allain, « Loris : empreintes et cicatrices d’un monde cruel », dans L’Album (...)
  • 16 Jonathan Thomas, « Une histoire du disque politique français des années 1930 », Revue d’histoire mo (...)

8Aussi, notre dossier ne rend que partiellement compte de l’effervescence culturelle autour de la promotion d’un communisme naissant. Des productions, autres que des écrits ou la pratique artistique du bal et du théâtre ouvrier, des trajectoires individuelles extrêmement originales se manifestent durant cette aube du communisme. Dans le cinéma, le parcours d’André Colomer, analysé par Dimitri Vezyroglou, mérite notre attention. L’iconographie visuelle militante de Fabien Loris, membre du groupe Octobre, troupe de théâtre prolétarien, avec ses montages anticolonialistes, objet d’analyses récentes de Patrice Allain15, restitue encore cette porosité entre surréalisme, communisme et anticolonialisme. Notons aussi que le disque politique, analysé par Jonathan Thomas16, diffuse massivement les discours et chants politiques dès la fin des années 1920 et soutient la formation des militants. Notre revue ne manquera pas, dans ses prochaines livraisons, d’accueillir quelques-unes de ces contributions pour prolonger la lecture de ce dossier.

Haut de page

Notes

1 Voir les ouvrages de Bernard Pudal, Jacques Girault, Claude Pennetier, Nathalie Viet-Depaule et Jean Vigreux : Bernard Pudal, Prendre parti, pour une sociologie historique du PCF, Paris, PFNSP, 1989 ; Jacques Girault (dir.), Des communistes en France (années 1920-années 1960), Paris, Publications de la Sorbonne, 2002 ; Claude Pennetier et Nathalie Viet-Depaule (dir.), La Part des militants, Paris, Éditions de l’Atelier, 1996 ; Jean Vigreux, La Faucille après le marteau. Le communisme des champs dans l’entre-deux-guerres, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2012.

2 Voir notamment les travaux de Roger Martelli, L’Archipel communiste. Une histoire électorale du Parti communiste, Paris, La Dispute, 2009.

3 Voir notamment les travaux de Jean Vigreux et d’Annette Wiviorka : Jean Vigreux, Waldeck-Rochet. Une biographie politique, Paris, La Dispute, 2000 ; Annette Wiviorka, Maurice et Jeannette. Biographie du couple Thorez, Paris, Fayard, 2010. D’autres biographies sont attendues, notamment celle de Léo Rosell sur Ambroise Croizat (thèse en cours).

4 Dimitri Manessis et Guillaume Roubaud-Quashie, Empreintes rouges. Nouvelles perspectives pour l’histoire du communisme français, Rennes, PUR, coll. « Histoire », 2018.

5 Le 10 novembre 2023, une première séance de ce séminaire, fruit d’un partenariat avec la MSH de Dijon, le Laboratoire interdisciplinaire de recherches « Sociétés, Sensibilités, Soin » (Université de Bourgogne Franche- Comté), le Centre d’histoire sociale des mondes contemporains (Université Paris I), l’Université Sapienza Roma et le Groupe de recherche d’histoire de l’université de Rouen, s’est tenue, autour du thème introductif « Où en est l’histoire du communisme aujourd’hui ? », en présence des historienne et historiens Ecaterina Ojoga, Roger Martelli, Jean Vigreux et Serge Wolikow. Voir la vidéo sur le site de la Fondation Gabriel Péri.

6 Jean Vigreux et Serge Wolikow (dir.), Cultures communistes du XXème siècle. Entre guerre et modernité, Paris, La Dispute, 2003.

7 Jean-Numa Ducange, Julien Hage et Jean-Yves Mollier, Le Parti communiste français et le livre. Écrire et diffuser le politique en France au XXème siècle (1920-1992), Dijon, EUD, coll. « Sociétés », 2014.

8 Jean Vigreux, dans Jean Vigreux et Serge Wolikow (dir.), op. cit., préface, p. 7.

9 Frédérique Matonti, Intellectuels communistes. Essai sur l’obéissance politique, La Nouvelle Critique (1967-1980), Paris, La Découverte, 2005.

10 Marie-Cécile Boujou, Lire en communiste. Les maisons d’édition du Parti communiste français, 1920-1968, Rennes, PUR, 2010 ; Sophie Cœuré, La Grande lueur à l’Est. Les Français et l’Union soviétique (1917-1939), Paris, Seuil, 1999 ; Sophie Cœuré et Rachel Mazuy, Cousu de fil rouge. Voyages des intellectuels français en Union soviétique, Paris CNRS Éditions, 2012.

11 Depuis plusieurs années, les éditeurs de L’Échappée, Martin de Halleux et Cent Pages publient les œuvres de Masereel. Un bel ouvrage de Samuel Dégardin et Tatiana Trankvillitskaïa rend compte par ailleurs du désir de voyage et du voyage en Russie soviétique de Masereel : Samuel Dégardin et Tatiana Trankvillitskaïa (dir.), Frans Masereel. Voyages au pays des Soviets, Gand, Snoeck, 2022.

12 Romain Ducolombier, Camarades ! La naissance du Parti communiste en France, Paris, Perrin, 2010.

13 Sur cette question, à partir de la riche collection de photographies du musée national d’Art moderne, une exposition « Décadrage colonial » se tient au Centre Georges-Pompidou en 2022 et un livre-catalogue est paru à cette occasion : Damarice Amao (dir.), Décadrage colonial. Surréalisme, anticolonialisme, photographie moderne, Paris, Centre Georges Pompidou/Éditions Textuel, 2022.

14 Maurice Agulhon, postface, dans Jean Vigreux et Serge Wolikow (dir.), Cultures communistes…, op. cit., p. 307.

15 Voir notamment Patrice Allain, « Loris : empreintes et cicatrices d’un monde cruel », dans L’Album de Fabien Loris, Bouaye, Éditions Bouclard, 2023. La maison Bouclard a édité ce beau livre-objet sous forme de triptyque comprenant l’essai de Patrice Allain, des photographies et des poèmes de Loris.

16 Jonathan Thomas, « Une histoire du disque politique français des années 1930 », Revue d’histoire moderne et contemporaine, n° 69, avril 2022, et « De la musique pour le peuple : une proposition d’analyse des premiers disques folkloriques de Chant du monde », Analitica, vol. 10, 2017. Notons que Jonathan Thomas, en partenariat avec la BNF (gallica.fr) et avec l’ENS de Lyon (phonobase.org) a conçu et réalisé la base de données « Propagande sonore enregistrée au XXème siècle » (PS.XX, <https://didomena.ehess.fr/collections/st74cw33j>).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascal Guillot, « Introduction : Intellectuels, artistes à l’aube du communisme »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 159 | 2024, 13-17.

Référence électronique

Pascal Guillot, « Introduction : Intellectuels, artistes à l’aube du communisme »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 159 | 2024, mis en ligne le 02 avril 2024, consulté le 25 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/22999 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.22999

Haut de page

Auteur

Pascal Guillot

UVSQ-CHS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search