Navigation – Plan du site

AccueilNuméros159DOSSIERMagdeleine Marx, reportrice en Tu...

DOSSIER

Magdeleine Marx, reportrice en Turquie pour l’Humanité

Anne Mathieu
p. 19-34

Résumés

Cet article s’appuie notamment sur des reportages réalisés en Turquie par Magdeleine Marx, journaliste engagée et militante communiste, oppositionnelle puis socialiste, antiraciste, défenseure des droits humains. Les seize articles étudiés, publiés à la une dans l’Humanité de novembre 1921 à janvier 1922, rendent compte de l’état de la Turquie et de ses habitants après la signature du Traité de Sèvres de 1920. L’analyse de l’œuvre de Magdeleine Marx révèle non seulement sa qualité d’enquêtrice et son grand professionnalisme, mais aussi son militantisme. Soucieuse de présenter une description du pays rigoureuse et dénuée d’orientalisme, elle cherche à remettre en cause les idées préconçues. L’article met ainsi l’accent sur l’implication de cette intellectuelle ayant la volonté de s’approcher de la vérité d’une situation. Grâce à un travail d’investigation stimulé par des idées de gauche, et tout en mettant un art oratoire dans sa plume, les reportages de Magdeleine Marx constituent une source précieuse de l’implication d’une intellectuelle dans l’entre-deux-guerres.

Haut de page

Texte intégral

1Le 3 novembre 1921, le lecteur du quotidien communiste l’Humanité découvre les « premiers éléments d’une enquête », « l’Humanité en Orient », qui a les honneurs de la une et est précédée de l’introduction suivante :

  • 1 Magdeleine Marx, « Premiers éléments d’une enquête – l’Humanité en Orient – On saisit là-bas, mieux (...)

« De retour d’Orient, notre amie Magdeleine Marx a bien voulu réserver à l’Humanité les éléments de l’enquête qu’elle a menée là-bas. Nous publierons ici ses articles, où nos lecteurs trouveront le vrai visage de l’Orient, que les poètes ont trop souvent affublé d’un visage de fantaisie. »1

  • 2 Nous ne sommes pas parvenus à trouver la date exacte du séjour de Magdeleine Marx en Turquie.

2Il s’agit donc d’un reportage a posteriori2, type de publication parfois pratiquée dans l’entre-deux-guerres, mais qui ne s’éloigne du genre journalistique du reportage que par son différé de parution. Dans les cas que nous connaissons, en effet, les codes narratifs du reportage y sont identiques. Si le journal ne nous avait pas renseignés sur ce décalage, nous n’en aurions rien su ; d’autant plus que la reportrice qui s’exerce ici au genre semble l’avoir pratiqué depuis toujours.

  • 3 Née Magdeleine Legendre (1889-1973).
  • 4 « Né d’une réaction contre la guerre, le mouvement Clarté, dont la première idée vint à Raymond Lef (...)
  • 5 Toutes ces informations et les suivantes sont issues de la biographie chronologique parue dans mon (...)
  • 6 Intellectuel belge d’origine russe, romancier et essayiste, journaliste, Victor Kibaltchitch, dit d (...)
  • 7 Cf. ibid. et aussi : Anne Mathieu, « Magdeleine Paz : une femme contre toutes les oppressions », Ad (...)

3Le nom de Magdeleine Marx3 est déjà connu dans les milieux intellectuels et militants. Elle a été en mai 1919 membre du comité d’initiative, puis du comité directeur international du mouvement Clarté4. Quand est paru le 21 octobre 1919 le premier numéro de la revue éponyme, Bulletin français de l’Internationale de la pensée, elle y a collaboré. Puis, en 1921, période où commence sa série dans l’Humanité, elle est devenue membre de son comité de rédaction. Sa réputation provient aussi des conférences qu’elle dispense, principalement dans des cadres militants et notamment celui de Clarté, de ses interventions dans des meetings ; par exemple celui du 11 janvier 1920 en faveur de la Révolution russe, sous la présidence de Boris Souvarine, organisé par la Société des amis de la Russie5. Elle a aussi publié deux romans, Femme (1919) et Toi (1921), dont le premier a eu le privilège d’un avant-propos d’Henri Barbusse. En quelques années, elle acquiert une certaine notoriété sous le patronyme de son second mari, Maurice Paz, elle est exclue comme lui du Parti en 1927 pour son appartenance à l’opposition communiste, devient l’une des plumes de la revue Contre le courant, puis la cheville ouvrière des campagnes pour la libération de Victor Serge6. Critique littéraire à l’hebdomadaire Monde en 1932-19337, elle devient journaliste au Populaire – l’organe quotidien de la SFIO, à laquelle elle a adhéré en 1931 – tout en continuant à collaborer à d’autres périodiques et en faisant des traductions.

4Mais ce 3 novembre 1921, Magdeleine Marx débute sa collaboration à l’Humanité et y fait une entrée remarquable : sa série s’étale jusqu’au 5 janvier 1922 et ne comprend pas moins de seize articles. À cette dimension quantitative s’ajoute le surtitre de ladite série, « l’Humanité en Orient », qui révèle, par un procédé classique de la presse de l’époque, une appropriation de la collaboratrice par le journal ; sans oublier la place en une qui lui est systématiquement accordée. En somme, Magdeleine Marx est traitée comme une personnalité éminente alors qu’elle commence juste à faire ses gammes. Des gammes toutefois bien exécutées et dont le professionnalisme est patent. Car c’est bien une reportrice, à l’aise déjà dans les codes narratifs du genre, qui va embarquer le lecteur avec elle pour un voyage en Turquie.

  • 8 Odile Moreau-Richard, « Difficile sortie de guerre : de l’Empire ottoman à l’émergence de la jeune (...)
  • 9 Magdeleine Marx, La Perfide (Par les routes d’Asie Mineure), Paris, Flammarion, 1925, p. 88. Cet ou (...)

5La Turquie est occupée depuis novembre 1918 par la France, la Grande-Bretagne, l’Italie et la Grèce. À la suite de la dissolution du Parlement par le sultan Mehmed VI en avril 1920, les forces nationalistes ont constitué un gouvernement provisoire « faisant office de contre-gouvernement dans la bourgade d’Ankara, sur le plateau anatolien. Mustafa Kemal y établit alors la Grande Assemblée nationale de Turquie (GANT8) ». Dans son ouvrage La Perfide, qu’elle publiera en 1925, Magdeleine Marx décrira la vie à Angora (aujourd’hui Ankara), et notamment le « Grand Restaurant » des députés où figure « pour tout ornement, le portrait en couleurs de Mustafa Kemal9 ! »

6Le 10 août 1920, le Traité de Sèvres est signé. L’historienne Odile Moreau-Richard précise qu’il est « extrêmement sévère » et

  • 10 Odile Moreau-Richard, art. cit., p. 46-47.

« va soulever l’indignation des forces nationalistes. Isolé sur la scène internationale, le gouvernement d’Ankara n’est alors reconnu que par Moscou et c’est le refus de ce traité qui consolide sa légitimité. Il s’organise militairement en intégrant les bandes armées aux forces régulières ottomanes qui se trouvent dans de nombreuses localités d’Anatolie. (…) Une pluralité de mouvements de résistance à l’occupation étrangère se développe en Anatolie ainsi qu’à l’extérieur des frontières ottomanes. À l’instar de Mustafa Kemal, les unionistes en exil se rapprochent aussi des bolcheviques, auxquels ils se présentent en hérauts du combat anti-impérialiste. Simultanément, ils entretiennent des contacts épistolaires avec Mustafa Kemal qui, perfidement, les encourage. »10

  • 11 Ibid., p. 51.
  • 12 Ibid.

7Les articles de Magdeleine Marx sont imprégnés de ce contexte, d’autant plus qu’un « traité d’amitié et de fraternité réglant aussi des questions de frontières11 » a été conclu entre les bolchéviks et Angora/Ankara le 16 mars 1921. Quant à la France, elle a signé le 20 octobre 1921 l’Accord Franklin-Bouillon, « par lequel les Français s’engagent à évacuer la Cilicie. Concluant une paix séparée, la France est la première puissance de l’Entente à reconnaître le gouvernement d’Ankara ainsi que le Pacte national, réalisant une importante avancée vers la reconnaissance internationale12 ». La série de Magdeleine Marx va donc se faire l’écho de ces diverses situations, tout en les analysant au prisme de la ligne éditoriale du quotidien communiste. En ayant toujours comme point de mire journalistique inaltérable la vérité, des faits aux commentaires, des visions offertes aux sources convoquées.

La vérité du reportage

8L’introduction reproduite ci-dessus reprenait, selon son office, l’un des arguments mis en avant dans le premier reportage de Magdeleine Marx :

  • 13 Magdeleine Marx, « Premiers éléments d’une enquête […] », l’Humanité, art. cit.

« On ne le sait pas assez, en Occident. On ne le sait même pas du tout. La Turquie, à nos yeux, ne représente guère qu’un Orient que je voudrais appeler « littéraire » (du fabuleux, de la couleur) et qu’un pays vaincu. On n’a qu’une vague, très vague idée de ce qui s’y passe, aucune idée de ce qui s’y prépare. »13

9La neutralité du pronom « on » permet de donner une dimension générale à cette méconnaissance, à cette ignorance, même sans marquage axiologique personnalisé ou national. Dans celui-ci naît un nous collectif plus précis, dans lequel la reportrice s’inclut, tout en opérant une distanciation par l’emploi de son je (« je voudrais »). Le savoir de l’enquêtrice apporte des éléments pour modifier dans l’esprit du lecteur l’image de la Turquie ; il s’oppose aux ornements de l’auteur de fiction, qu’elle brocarde à l’envi dans son deuxième reportage :

  • 14 Magdeleine Marx, « l’Humanité en Orient – La Turquie vaincue », Ibid., 4 novembre 1921, p. 1.

« Que mes lecteurs se rassurent. Je n’ai pas du tout l’intention de brosser devant eux un tableau à la Loti, ni de les accabler sous le clinquant de turqueries de bazar. Je ne le ferai pas pour la bonne raison que cette Turquie-là est sortie toute vive de l’imagination des romanciers et que, s’il est vrai qu’elle eut naguère certains aspects prestigieux – caïks chamarrés d’or, yalis surplombant le Bosphore, jardins mystérieux –, on n’en trouve plus trace dans la triste Byzance d’aujourd’hui. »14

10Le je s’affirme, par son opposition à « l’imagination des romanciers » et par son appropriation des « lecteurs » (« mes »), l’adresse à ces derniers introduisant une complicité dialogique. Elle les assure ainsi de l’honnêteté de son travail, ni « littéraire » ni exotique. La Turquie ne sera pas chez elle un paradis oriental, la lecture de celle-ci n’en sera pas toujours plaisante, mais l’authenticité de l’évocation est à ce prix. Comme elle l’annonçait dans l’extrait de son premier article cité ci-dessus, la reportrice, elle, est en capacité d’expliquer « ce qui s’y passe, (…) ce qui s’y prépare ». Ce seront les deux objectifs de sa série, nourris par ce qui est l’essence du journalisme, de l’enquête journalistique : la vérité. Une vérité dont elle se réclame en péroraison de son premier reportage, où elle indique qu’elle s’est attachée à « voir l’Orient sous son vrai jour », et où elle explique comment elle s’y est prise :

  • 15 Magdeleine Marx, « Premiers éléments d’une enquête […] », l’Humanité, art. cit.

« J’ai pénétré dans les milieux les plus différents, j’ai écouté et j’ai interrogé, j’ai visité tout ce qu’il était permis de visiter et tout ce qui n’était pas permis. Je n’ai jugé que sur des faits, sur des chiffres, sur des données précises, j’ai éliminé tout ce qui n’était pas preuve absolue, document authentique, je me suis appliquée à me débarrasser de toute idée préconçue, de tout sentiment personnel et je ne parle que de ce que j’ai vu. Avant de commencer, je voudrais seulement m’excuser de ne pas approfondir suffisamment chacun des sujets que je traiterai : je n’ai que quelques colonnes de journal. Il faudrait des volumes. »15

  • 16 Cf. les références de nos travaux supra, ainsi que « Quand le droit d’asile mobilisait au nom de la (...)
  • 17 Indiquons que ce passage recèle une intratextualité dynamique avec des propos d’Andrée Viollis (187 (...)

11Tout y est, ou presque : le motif discursif typique du genre journalistique du reportage, la « pénétr[ation] » dans le monde nouveau, les mentions du recueil oral des informations, de l’interview – qui inclut sans le dire un contact direct avec la population –, la fréquentation des « milieux les plus différents », l’abondance des lieux « visité[s] », sans omettre le fait de braver l’interdit. La thématique de l’objectivité est en outre conviée implicitement, puisque la reportrice écrit n’avoir « jugé » que sur « des faits, des chiffres, des données précises », ce qu’elle s’emploiera ensuite à rappeler dans sa série. Elle consacrera d’ailleurs des paragraphes entiers d’articles à les y reproduire, procédé dont elle usera invariablement dans ses reportages ultérieurs, qu’ils portent sur la prostitution ou le droit d’asile16. Là est concrètement l’enquête, sans fioritures, là est fondamentalement le reportage, genre journalistique qui mêle l’explication des faits et la plongée dans un autre monde. À cette objectivité par les faits et les sources est corrélée celle acquise grâce à eux et à ses pérégrinations, sa fréquentation assidue du pays et de ses habitants : « je me suis appliquée à me débarrasser de toute idée préconçue, de tout sentiment personnel, et je ne parle que de ce que j’ai vu ». La revendication du regard, même si elle n’intervient ici qu’en fin d’argumentation, est au cœur de celle-ci. Le regard est en effet l’essence du reportage, le premier de tous les sens usités et à foison indiqué par le reporter, car c’est par lui qu’il revendique sa connaissance, sa vérité17.

12Il n’empêche : en toute fin de cette péroraison, Magdeleine Marx prévient les possibles critiques de manques ou de superficialité qu’elle pourrait essuyer. Cet artifice rhétorique lui sert à fortifier la confiance du lecteur en montrant sa capacité à se remettre en cause, qualité qu’elle a donc pu mettre au service de son enquête. À accentuer, aussi, l’ampleur du travail qu’elle a mené, car si elle avait plus de signes disponibles, elle serait apte à produire plus d’éléments… L’« excuse » n’est rien que feinte… et donc fort rhétorique. La reportrice assoit son professionnalisme face à ce lecteur qui découvre sa signature dans le quotidien communiste.

  • 18 Cf. notamment mon ouvrage : Anne Mathieu, Nous n’oublierons pas les poings levés. Reporters, éditor (...)

13Un des codes narratifs du reportage est justement la remise en cause des « idée[s] préconçue[s] » de son auteur, de ses croyances sur le sujet ou le pays qu’il découvre18. Magdeleine Marx le manie déjà avec aisance, comme nous allons le constater dans l’extrait suivant, issu du dernier reportage de sa série, publié le 26 janvier 1922 et consacré à « La situation des femmes en Turquie » :

  • 19 Magdeleine Marx, « La situation des femmes en Turquie », Ibid., 26 janvier 1922, p. 1. Ce dernier a (...)

« Disons-le avant tout, – car c’est un fait essentiel – la polygamie n’existe plus. Comme tout étranger qui se respecte, à peine arrivée à Constantinople, je demandai naïvement à pénétrer dans un harem, et à faire connaissance avec les femmes mystérieuses qu’un noir grillage dissimule. Je dois bien l’avouer, ma demande fut accueillie par un éclat de rire général : « Comment, vous en êtes encore là ? Un harem ! Comment voulez-vous donc que nous puissions prendre la charge de quatre et même de deux femmes, quand nous avons déjà tant de mal à en entretenir une ? »19

  • 20 Ibid.
  • 21 Ibid. Elle développe néanmoins plus loin : « Il faut, d’ailleurs, situer bien à sa place ce « révei (...)

14Le lecteur aime le reporter humble, encore plus quand il goûte à l’autodérision. Cette mise en scène de l’acquisition d’une connaissance à l’épreuve des faits qui bouscule les stéréotypes nous intéresse aussi, car Magdeleine Marx place cette anecdote en appui à la « réalité actuelle20 » qu’elle souhaite montrer au lecteur. Les « choses ont terriblement marché depuis la guerre, ajoute-t-elle, et à vrai dire, c’est de la guerre que date le commencement d’affranchissement de la femme turque21 ». La vérité tire son origine de la réalité des faits retranscrits, pas de l’attendue confirmation fantasmée littéraire.

Une Turquie métamorphosée

  • 22 Magdeleine Marx, « l’Humanité en Orient – Les atrocités grecques – Quelques documents officiels irr (...)
  • 23 Ibid.
  • 24 Ibid.

15Les points positifs de changement sont toutefois rares dans cette série : c’est une Turquie métamorphosée par les événements qu’elle a subis et subit encore que la reportrice expose au lecteur. Ainsi s’attarde-t-elle sur « Les atrocités grecques22 », titre de son cinquième reportage où elle détaille notamment, à l’aide de « Quelques documents officiels irréfutables23 », la « cruauté24 » des Grecs envers les musulmans. Ce champ sémantique de la barbarie recèle toutefois un des moyens pour condamner l’attitude de l’Angleterre, comme le dévoile l’exorde du même reportage :

  • 25 Ibid.

« Mais voici un peuple – les Grecs – sciemment, délibérément jeté sur un autre – les Turcs – ouvertement soutenu par nos alliés, les Anglais, qui furent en 1914 du côté du “droit, de la justice et de 1a civilisation”, qui prétendent y être encore, qui ont connaissance des faits que je vais dire (une enquête officielle a été faite, à laquelle a pris part un général anglais) et qui, non seulement ne font rien pour les prévenir, mais alimentent la liste épouvantable, mais paient, fournissent, travaillent, ordonnent, traitent pour que la guerre continue. »25

  • 26 Odile Moreau-Richard, art. cit., p. 45. Il faut néanmoins distinguer l’anglophobie de l’état-major (...)

16L’Angleterre est vilipendée avec récurrence dans sa série, faisant par là même chorus avec le gouvernement français. « Dans la capitale ottomane, les Britanniques adoptent des mesures répressives contre des personnalités turques. Le général Franchet d’Espérey proteste à de multiples reprises contre les tentatives d’hégémonie britannique en Turquie », nous informe Odile Moreau-Richard. « À l’automne 1919, (…) les Turcs manifestent une hostilité croissante envers la Grande-Bretagne, souligne-t-elle. Les autorités françaises espèrent que toute perte d’influence par la Grande-Bretagne sera l’occasion pour la France d’en regagner26. »

17Un article entier de Magdeleine Marx est d’ailleurs consacré aux « Beautés de l’occupation anglaise », titre ironique dont est bien éloigné son exorde :

  • 27 Magdeleine Marx, « l’Humanité en Orient – Les beautés de l’occupation anglaise », l’Humanité, 4 jan (...)

« Venus soi-disant en égaux vis-à-vis de leurs alliés, les Anglais sont à présent les maîtres – les maîtres incontestés de Constantinople –, leur prépondérance est absolue, ils règnent, ils dominent, et pour qui sait ce qu’est la domination anglaise, il n’est certainement pas besoin d’ajouter un qualificatif. (…) Eux ont agi avec ce qu’il fallait pour s’assurer la première place, leur entrée s’est faite sans tapage, elle a passé pour ainsi dire inaperçue, ils ont eu l’adresse qu’il fallait, la rapidité de décision, la persévérance qu’il fallait, la maîtrise et la cruauté qu’autorisaient la veulerie de leurs alliés ; le résultat est là : ils font la loi – et quelle loi ! –, drainant à leur profit tout ce qu’il est encore possible de tirer du pays et, avec des moyens qui, si on les révèle, sembleront incroyables, se sont littéralement annexé le pays. »27

18Les énumérations s’enchaînent, traduisant rythmiquement d’une part la « prépondérance » des Anglais, d’autre part la « rapidité » avec laquelle ils se sont « assur[é] la première place ». Dans les deux cas, l’énumération aboutit à des segments plus longs révélant les motivations profondes de leurs agissements. Pour Magdeleine Marx, les Anglais pratiquent en Turquie la colonisation, l’impérialisme. On relèvera, en outre, l’attaque fortement teintée de stéréotypes français nationalistes à l’encontre des Anglais : « et pour qui sait ce qu’est la domination anglaise, il n’est certainement pas besoin d’ajouter un qualificatif ».

  • 28 Magdeleine Marx, « l’Humanité en Orient – La Turquie vaincue », l’Humanité, art. cit.
  • 29 Magdeleine Marx, « l’Humanité en Orient – « C’est donc ça la France ? - C’est l’impérialisme frança (...)
  • 30 Cf. notamment notre anthologie citée supra.

19Toutefois, c’est bien aux mains du « capitalisme interallié28 » qu’est liée la Turquie, et la France y détient aussi sa part. Dans son treizième reportage, Magdeleine Marx relate « l’exemple de la Compagnie française qui vient de se constituer, s’arrogeant le monopole des abattoirs29 », parfaite illustration d’une entreprise colonisatrice qu’on pourrait transposer sur d’autres territoires, tel celui du Maroc dans lequel elle se rendra en 1937 pour Le Populaire30.

  • 31 Magdeleine Marx, « l’Humanité en Orient – « C’est donc ça la France ? - C’est l’impérialisme frança (...)

20Dans ce même article, Magdeleine Marx explicite un autre aspect de l’occupation française du territoire turc : la répression politique. Dénonçant « l’ignominie31 » de la presse française qui y sévit, elle la disqualifie grâce à une gradation sur son contenu culminant en une condamnation de sa servitude vis-à-vis du pouvoir :

  • 32 Ibid.

« Devant les élucubrations de ces sous-Binet-Valmer, devant la niaiserie de leurs arguments, leur pauvreté d’esprit, leur vulgarité d’âme, la grossièreté de leur ton, les fautes de français dont fourmillent leurs phrases, leur platitude de valets, toute la Turquie intellectuelle se demande : “C’est donc cela la France ?”, et se détourne avec dégoût. Elle se demande si c’est la France, cette nation qui interdit l’expression des idées en matière sociale, qui étouffe la pensée et défend la lecture de ses propres journaux lorsqu’ils ne sont pas nettement réactionnaires (la vente de l’Humanité est interdite à Constantinople, ainsi que celle de toutes les publications socialistes ou “avancées” ; un service spécial de censure est organisé pour la lecture des exemplaires de l’Humanité adressés par la poste aux abonnés). »32

  • 33 Et de certifier en péroraison que le « rôle que la France est venue remplir en Orient (nous verrons (...)

21Par le truchement objectif de paroles rapportées, Magdeleine Marx invoque la réputation mise à mal de la France. « C’est donc ça la France ? », interroge le titre de l’article, reprise des paroles du tiers ; auquel le sous-titre répond, telle une dénégation vigoureuse émise par le journal : « C’est l’impérialisme français ! » La titraille est fidèle à l’article de la reportrice, qui développe avec une anaphore dont nous n’avons ici qu’un aperçu, ce qui justement ne peut pas être la France. Avec le journal l’Humanité, Magdeleine Marx symbolise donc la vraie France : elle accapare à la fois l’héritage de la Révolution française et celui des Lumières, un héritage idéologiquement marqué auquel les paroles réappropriées de la « Turquie intellectuelle » donnent un crédit irréfragable33.

  • 34 Magdeleine Marx, « l’Humanité en Orient – La soldatesque en question », l’Humanité, 5 janvier 1922, (...)
  • 35 Ibid.
  • 36 Ibid.

22Toutefois, la France n’est pas l’unique pays oppresseur en Turquie. L’Angleterre joue aussi cette partition, celle d’une « censure extrêmement rigoureuse » que détaille son avant-dernier article, intitulé « La soldatesque en question » : « toute publication de journal nouveau est interdite, on n’a le droit d’écrire ni le mot “massacre” en commentant la guerre grecque, ni le mot socialisme, ni le mot syndicat34 […] ». Pis, « les militants ou les gens soupçonnés de faire de la propagande socialiste sont assassinés par des Grecs, qu’on assure de l’impunité35 ». La péroraison s’achève sur une ferme allégation : « Moralement, matériellement, sans aucune exagération, il n’y a qu’un mot qui puisse résumer le régime anglais en Turquie : c’est le régime de la terreur36 ». Il serait donc nécessaire que s’y exprimât la vraie France…

  • 37 Une partie de la Géorgie est occupée par les forces britanniques depuis 1918.

23La répression politique est à son comble, selon la reportrice, contre les militants communistes, y compris s’ils sont étrangers. Détaillant avec précision ce qui les attend quand ils cherchent à connaître la situation du pays, elle balaye avec humilité son « cas personnel » – mais le mentionne quand même, s’assurant par ce mouvement rhétorique des dangers qu’elle encourt – pour évoquer celui d’un « camarade géorgien37 » :

  • 38 Magdeleine Marx, « l’Humanité en Orient – La Turquie vaincue », l’Humanité, art. cit.

« Mais si vous venez en voyageur désireux de vous renseigner sur la situation en Orient et si vous êtes communiste, vous avez à choisir entre ces trois alternatives : ou l’expulsion brutale si vous n’êtes encore qu’étiqueté, ou l’arrestation et le séjour (sans jugement), dans d’ignobles cachots si vous vous êtes rendu coupable de propagande, ou l’assassinat pur et simple si vous êtes considéré comme dangereux. Je pourrais citer mon cas personnel et rapporter des faits bien caractéristiques, je préfère citer celui d’un camarade géorgien qui fut assassiné, en plein midi, devant Le Péra-Palace, après avoir été menacé de mort s’il ne quittait pas immédiatement Constantinople. »38

  • 39 Magdeleine Marx, « l’Humanité en Orient – Le “kemalisme”. Son aspect extérieur. Ses causes profonde (...)

24Faut-il attendre une issue de celui qu’elle nomme « ce d’Annunzio de la Turquie39 », Mustafa Kemal ? Dès ses premiers articles, et notamment dans le quatrième où elle décrit le « kémalisme », Magdeleine Marx ne laisse aucune illusion avoir prise sur l’esprit militant de son lectorat :

  • 40 Ibid.

« Quelque interprétation qu’on donne à son alliance avec la Russie des Soviets, il n’est que cela. Son action n’a que ce caractère. J’ai rencontré des hommes qui sont en relation permanente avec lui, qui favorisent son œuvre, j’en ai vu qui venaient de le quitter, qui sont ses partisans fougueux, j’ai rencontré aussi ceux qui le combattent ouvertement. En somme, – activité multiple et puissante énergie – Kemal n’est qu’un patriote turc et qu’un dictateur militaire. »40

  • 41 Ibid.

25La journaliste étaye ses propos grâce à ses « rencontr[es] » multiples, destinées à se faire sa propre opinion — et où on relèvera la mention du verbe « voir », appuyant la réalité de ses investigations. Elle est alors en mesure de délivrer sans barguigner un commentaire politique qui tient de la mise en garde : « Il n’a accepté l’aide des Soviets que parce qu’il lui était manifestement impossible de tenir sans cette aide41 ».

Le peuple souffre

  • 42 Magdeleine Marx, « l’Humanité en Orient – La situation du prolétariat en Turquie », l’Humanité, 29  (...)
  • 43 Ibid.
  • 44 Ibid.

26Qu’en est-il du peuple turc, des habitants de Constantinople, dont « une partie extrêmement importante42 » appartient au « prolétariat43 », du « peuple d’Anatolie, composé de petits agriculteurs, [dont] [l]a situation est à la fois celle de l’indigène dans nos colonies et celle du serf du Moyen-Âge44 » ? Il souffre, premièrement du fait des conséquences de la guerre avec la Grèce. L’exorde de son dixième reportage entraîne le lecteur dans une Constantinople diurne et nocturne :

  • 45 Magdeleine Marx, « l’Humanité en Orient – La résistance à l’oppression capitaliste », l’Humanité, 3 (...)

« Dans les quartiers incendiés, 70 000 personnes vivent dans les décombres. On voit, en traversant des déserts de gravats, du linge qui pend, ici et là, après les ruines, des foyers qui s’allument devant des pans de murs, de la marmaille famélique qui pousse et s’éteint dans les pierres. (…) De lamentables scènes de prostitution se passent dès que tombe la nuit et, pendant la journée, on vaque à la mendicité puisqu’il est impossible de trouver du travail. »45

27La reportrice a arpenté chaque coin de la ville pour tout voir, pour que son regard précis et épousant ses pas aventureux puisse appréhender la situation véritable. Et de mêler connaissance du terrain et interviews pour pallier le manque de « statistique[s] » :

  • 46 Ibid.

« Les ravages de la syphilis, de la tuberculose, sont insensés. Ces deux fléaux dévorent littéralement le peuple. Encore une fois, aucune courbe statistique n’a été établie à ce sujet. Mais j’ai visité tous les grands hôpitaux, presque tous les cas sont d’origine syphilitique ou tuberculeuse et, au dire des médecins et des personnes autorisées, la recrudescence énorme de ces deux maladies coïncide à la fois avec l’accroissement de la misère et la prostitution qui sévit comme jamais depuis l’occupation interalliée. »46

28C’est dans la description de ce peuple souffrant, miséreux, affamé, que la reportrice excelle, usant des codes narratifs du reportage alliés aux motifs discursifs du journalisme engagé qu’elle maniera jusqu’en 1939 – avec des spécificités qu’offre l’extrait suivant. Il est issu d’un reportage intitulé « Sur la route de la misère humaine » – tout est dit, le sujet et le cheminement de la connaissance de la journaliste –, que nous allons citer longuement :

« Il faut les avoir vus, ces fantômes humains, ces ombres d’êtres ramassés sur eux-mêmes, parqués comme du bétail, plus dépouillés que des mendiants, plus craintifs que des prisonniers, je le répète, il faut les avoir vus.

  • 47 Magdeleine Marx, « l’Humanité en Orient – Sur la route de la misère humaine – Promenade à travers C (...)

Il faut avoir passé le seuil de la mosquée, (…) et être entré dans cette obscurité puante dont quatre cents poitrines, nuit et jour, s’alimentent. On marche en hésitant : on n’ose pas. (…) C’est dans ce réduit-là qu’ils vivent, et ils sont six, c’est là-dedans qu’ils dorment, à même la pierre, sans couverture, c’est là-dedans qu’ils passent leurs journées, sans linge, sans ustensiles de ménage, sans objets familiers, sans rien enfin, sans rien, en attendant le morceau de pain qui souvent ne vient pas ! On voudrait s’en aller, on se retourne timidement. Mais quoi, ils sont là, tout autour de vous, sortis comme des rats et déjà prêts à reculer… Mon Dieu : ces figures de femmes dont aucune n’a d’âge, ces vieillards blêmes, et la maigreur de ces enfants dépenaillés… est-ce possible ? Ah ! on voudrait tout faire, et il faut s’en aller, et ne pas les sauver, entendre la supplication écrite sur ces faces, et ne pas y répondre, quitter cette odeur de crypte et d’étable où des vivants sont enterrés, retrouver le dehors où le soleil est comme un luxe éblouissant, comme une fête inattendue… Comme un reproche, aussi. »47

  • 48 Ce procédé sera usité de façon identique dans ses reportages ultérieurs, notamment dans Le Populair (...)

29Le syntagme « Il faut » – qui se répète dans tout le reportage – renforce l’exigence du regard de la reportrice, la caractérisation de la vérité de ses descriptions48, lesquelles illustrent la thématique de l’animalité, à laquelle est corrélée celle de la misère. Les énumérations, l’une des marques stylistiques de cette journaliste tout au long de l’entre-deux-guerres, s’enchaînent pour traduire ce peuple du « rien » ; pour, aussi, exprimer le douloureux désarroi dans lequel se trouve la reportrice. Exercer son métier de reporter, c’est « s’en aller » – où l’on retrouve le syntagme « Il faut », aussi pressant que la nécessité de voir – ; c’est regarder, connaître, noter, sans « sauver » ceux qui sont dans le dénuement le plus absolu, le désespoir le plus âpre. C’est apprécier de sortir de cette obscurité pour retrouver sa vie confortable d’étranger à ce monde.

30Quelques lignes plus loin, la reportrice fait part de l’émotion qui affleure devant la misère, non loin de Constantinople :

  • 49 Magdeleine Marx, « l’Humanité en Orient – Sur la route de la misère humaine – Promenade à travers C (...)

« On s’approche au milieu de ces femmes qui déjà sont apprivoisées et qui esquissent toutes le beau salut d’Islam ; on ne sait pas quoi faire, on essaie de sourire et on baisse les yeux pour que les larmes ne se voient pas, on glisse furtivement, dans la main la plus proche, l’argent qu’on a sur soi, on prend entre ses bras le bébé qui se balançait dans un hamac fait de chiffons, au milieu de l’espace nu, on baise ses joues flétries, on le repose tout doucement, et on s’en va, presque à reculons, avec des signes gauches, comme si cela pouvait servir à quelque chose d’avoir pitié et d’avoir mal ! Cela ne sert à rien, on le sait bien. »49

31Et cela n’est pas constitutif du métier de journaliste, pourrait-elle compléter. Ce qui l’est, en revanche, c’est de donner à voir la situation, informer le lecteur pour que celui-ci accède à la connaissance et puisse aider à modifier le cours des choses.

L’appel au secours

  • 50 Puis entre le 5 et le 26, date de l’ultime article de sa série « turque ».

32Entre le 10 décembre et le 4 janvier50, la série de Magdeleine Marx s’interrompt. Hors des impératifs qu’aurait pu lui imposer la vie du quotidien l’Humanité réside peut-être une explication liée à son investissement militant. Car elle s’est lancée depuis la fin 1921 dans le secours à la « Russie affamée » et, les 3 et 4 janvier, publie deux articles sur ce sujet, auxquels succèdera une série de reportages en mars-avril.

33Une semaine après les descriptions de la « misère humaine » que nous venons de lire, elle évoque la rapidité avec laquelle une information prépondérante en chasse une autre, qui pâtit de ne sembler plus l’être par son déjà-traitement antérieur. Et cela au travers d’une apostrophe au lecteur, en prévenant comme souvent les objections qu’on pourrait lui faire :

  • 51 Magdeleine Marx, « l’Humanité en Orient – Il faut “faire quelque chose” pour les malheureux de Cons (...)

« Je sais bien que des gens meurent de faim par milliers en ce moment en Russie, mais sommes-nous donc si durs et avons-nous l’esprit si déformé que le malheur d’une multitude nous empêche de nous émouvoir à l’annonce du malheur d’une autre ? (…) Je sais bien que la guerre a fait aussi, en France, une situation tragique aux réfugiés du Nord et de l’Est. Mais si tragique qu’elle ait été et qu’elle reste encore, elle n’est pas comparable à celle des misérables de là-bas. »51

34En outre, grâce à l’apostrophe et à la convocation du verbe « émouvoir », le nous collectif militant est ici interrogé dans sa capacité à considérer ce qui n’en relève pas strictement ; un nous militant auquel est adjoint, dans un questionnement similaire, un nous collectif national implicite. Compatriotes ou camarades militants, pouvons-nous ressentir de l’empathie pour un contexte autre que le nôtre ? Son je militant et national inclus dans ces nous s’efface devant le je de la reportrice, plus fort, car il a vu, car il se doit de sonner le tocsin de l’urgence à agir, comme significativement dans la péroraison de ce même reportage, où le surlignement par l’italique aide à résonner l’anaphore :

  • 52 Ibid.

« J’ai encore dans l’oreille, les paroles de Hamdi bey, au moment où il me quitta : “C’est avec désespoir que nous voyons le temps passer et l’hiver s’avancer. Je vous assure, nous sommes désespérés”. Ils mourront. Ils doivent mourir. Est-ce qu’on ne pourrait pas, pourtant, faire quelque chose ? Faire quelque chose ! Ce sont ces trois mots-là que je rapporte, qui me torturent, qui m’obsèdent. Faire quelque chose ! »52

  • 53 Magdeleine Marx, « l’Humanité en Orient – La résistance à l’oppression capitaliste », l’Humanité, a (...)
  • 54 Magdeleine Marx, « l’Humanité en Orient – Caractère et conséquences du mouvement d’Angora », ibid., (...)

35Le rôle de la journaliste engagée ressort souvent de l’appel au secours. Dans nombre de colonnes de sa série, celle-ci laisse place à la militante, qui poursuit le but propagandiste révolutionnaire, l’optique prosélyte. Elle « désire connaître », établit-elle dans un de ses articles, « la conscience qu’oppose le peuple à sa misère, comment il réagit et s’organise contre ceux qui l’exploitent53 » ; elle souhaite débusquer « la seule chose qu’il nous importe en réalité de connaître : dans quelle mesure ce mouvement peut servir à la cause communiste54 ». L’appel au secours vibre alors de perspectives militantes, comme dans la péroraison de ce reportage intitulé « La résistance à l’oppression capitaliste » :

« Reste à capter l’immense aspiration vers un autre régime et la soif de libération qui parcourt le pays. J’ai exprimé, déjà, combien il était nécessaire d’aider ceux de nos camarades qui s’y emploient et je ne crains pas de le répéter parce que c’est la leçon qui sort de toute la vie sociale et de chacun de ses aspects : ils sont trop peu nombreux, trop étouffés pour suffire à la tâche ; ce n’est donc pas à eux, seulement qu’elle incombe, mais aux communistes européens.

  • 55 Magdeleine Marx, « l’Humanité en Orient – La résistance à l’oppression capitaliste », l’Humanité, a (...)

C’est par là, dans ce carrefour, que l’ennemi commun commence à voir faiblir sa force, par là qu’il frappe le plus dur et qu’il commet le plus de fautes, par là que la Russie déborde et par là que s’ouvre l’Asie. Nos camarades ont commencé l’attaque. Ils appellent à l’aide. Au nom de tout ce que nous servons, du but qui nous dépasse, nous n’avons pas le droit de ne pas les entendre. »55

  • 56 Cf. les références de mes travaux cités supra, et aussi : « Magdeleine Paz, personnage de ses repor (...)

36Communiste, oppositionnelle, socialiste, défenseure des droits humains, antiraciste, ce style-là sera définitivement celui de Magdeleine Marx-Paz. Un style alliant énumérations et phrases brèves, qui oscille de l’engagement au militantisme, qui privilégie le second quand l’heure est venue d’interpeller les camarades au-delà des lecteurs56. Un appel à la mobilisation. L’assertion péremptoire est souvent la patte du tribun. Dès ses premiers articles de reportages, cette journaliste engagée et militante maniait l’art oratoire dans sa plume. De grandes causes allaient en bénéficier jusqu’à la fin des années trente.

Haut de page

Notes

1 Magdeleine Marx, « Premiers éléments d’une enquête – l’Humanité en Orient – On saisit là-bas, mieux qu’ici, le caractère des temps que nous traversons », l’Humanité, 3 novembre 1921, p. 1.

2 Nous ne sommes pas parvenus à trouver la date exacte du séjour de Magdeleine Marx en Turquie.

3 Née Magdeleine Legendre (1889-1973).

4 « Né d’une réaction contre la guerre, le mouvement Clarté, dont la première idée vint à Raymond Lefebvre et qui fut officiellement constitué en mai 1919, tente d’organiser, sous la direction effective d’Henri Barbusse, la protestation contre la guerre par la constitution d’une Internationale des intellectuels » (Nicole Racine, « Une revue d’intellectuels communistes dans les années vingt : Clarté (1921-1928) », Revue française de science politique, 1967, <https://www.persee.fr/doc/rfsp_0035-2950_1967_num_17_3_393019>).

5 Toutes ces informations et les suivantes sont issues de la biographie chronologique parue dans mon anthologie : Magdeleine Paz, Je suis l’étranger. Reportages, suivis de documents sur l’affaire Victor Serge, textes réunis, annotés et présentés par Anne Mathieu, biographie chronologique par Anne Mathieu, Le Raincy, Éditions de la Thébaïde, 2015. Se reporter aussi à « Paz Magdeleine [Marx Magdeleine] », notice de Jean Prugnot et Nicole Racine revue par Anne Mathieu, <www.maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/>, avril 2016.

6 Intellectuel belge d’origine russe, romancier et essayiste, journaliste, Victor Kibaltchitch, dit depuis 1917 Victor Serge (1890-1947), fut exclu du Parti communiste soviétique en janvier 1928 pour activités fractionnelles et fut emprisonné. Libéré grâce à une campagne de soutien menée particulièrement en France, il fut arrêté pour la seconde fois en mars 1933. Mis au secret, condamné sans procès par simple mesure administrative, il fut déporté pour trois ans à Orenbourg, dans l’Oural. Il fut libéré en avril 1936.

7 Cf. ibid. et aussi : Anne Mathieu, « Magdeleine Paz : une femme contre toutes les oppressions », Aden, n° 6, « Féminisme et communisme », octobre 2007, p. 17-33.

8 Odile Moreau-Richard, « Difficile sortie de guerre : de l’Empire ottoman à l’émergence de la jeune République de Turquie (1918-1924) », Relations internationales, vol. 171, n° 3, 2017, p. 46.

9 Magdeleine Marx, La Perfide (Par les routes d’Asie Mineure), Paris, Flammarion, 1925, p. 88. Cet ouvrage tire très clairement sa source d’une plume journalistique : pour en juger, il suffit de lire l’extrait qui en est publié dans la revue syndicaliste-révolutionnaire, La Révolution prolétarienne, et qui tient totalement du reportage (« Ouvrières d’Angora », La Révolution prolétarienne, septembre 1925, p. 17-18). La narratrice évoque dans ce livre un premier voyage en Turquie, probablement celui qui fait l’objet de notre étude ; le second aurait alors été réalisé au moment de son voyage en Russie, La Perfide débutant à Moscou et se terminant en Asie centrale.

10 Odile Moreau-Richard, art. cit., p. 46-47.

11 Ibid., p. 51.

12 Ibid.

13 Magdeleine Marx, « Premiers éléments d’une enquête […] », l’Humanité, art. cit.

14 Magdeleine Marx, « l’Humanité en Orient – La Turquie vaincue », Ibid., 4 novembre 1921, p. 1.

15 Magdeleine Marx, « Premiers éléments d’une enquête […] », l’Humanité, art. cit.

16 Cf. les références de nos travaux supra, ainsi que « Quand le droit d’asile mobilisait au nom de la République », Le Monde diplomatique, janvier 2018, p. 14-15 ; « Une intellectuelle militante des années 30 pour le droit des étrangers : Magdeleine Paz », dans Anne Mathieu et François Ouellet (dir.), Journalisme et littérature dans la gauche des années 1930, Rennes, PUR, 2014, p. 107-119.

17 Indiquons que ce passage recèle une intratextualité dynamique avec des propos d’Andrée Viollis (1879-1950) sur le reportage.

18 Cf. notamment mon ouvrage : Anne Mathieu, Nous n’oublierons pas les poings levés. Reporters, éditorialistes et commentateurs antifascistes dans la guerre d’Espagne, Paris, Syllepse, 2021.

19 Magdeleine Marx, « La situation des femmes en Turquie », Ibid., 26 janvier 1922, p. 1. Ce dernier article ne porte plus le surtitre « l’Humanité en Orient », mais il est bien l’ultime de cette série.

20 Ibid.

21 Ibid. Elle développe néanmoins plus loin : « Il faut, d’ailleurs, situer bien à sa place ce « réveil de la femme qui s’opère en Turquie. (…) La femme turque, c’est la femme de l’ouvrier de Constantinople chargée d’enfants, se nourrissant à peine, traînant une existence de mendiante, c’est la paysanne d’Anatolie qui accomplit sa tâche de mère et de ménagère, s’acquitte des travaux de culture qu’un homme de nos pays assurerait à grand peine, et lorsqu’elle est enceinte, accouche au pied d’un arbre, emmaillote son petit et retourne au travail ; c’est la femme rongée par la tuberculose ou par la syphilis qu’on voit agoniser dans les hôpitaux (…) ; c’est l’ouvrière qui travaille aux tissages, aux tabacs, aux tapis, aux poteries, c’est en un mot la travailleuse. Et celle-là croupit dans l’ignorance, elle est plus exploitée que partout ailleurs, elle ne sait pas qu’elle a des droits : elle est tuée par ses devoirs » (Ibid., p. 2).

22 Magdeleine Marx, « l’Humanité en Orient – Les atrocités grecques – Quelques documents officiels irréfutables », l’Humanité, 8 novembre 1921, p. 1.

23 Ibid.

24 Ibid.

25 Ibid.

26 Odile Moreau-Richard, art. cit., p. 45. Il faut néanmoins distinguer l’anglophobie de l’état-major français des positions anti-impérialistes de la journaliste et de l’Humanité.

27 Magdeleine Marx, « l’Humanité en Orient – Les beautés de l’occupation anglaise », l’Humanité, 4 janvier 1922, p. 1. Il faut préciser que les moyens militaires d’occupation de la Turquie par les Anglais sont bien supérieurs à ceux des autres États européens, dont la France.

28 Magdeleine Marx, « l’Humanité en Orient – La Turquie vaincue », l’Humanité, art. cit.

29 Magdeleine Marx, « l’Humanité en Orient – « C’est donc ça la France ? - C’est l’impérialisme français ! », Ibid., 10 décembre 1921, p. 1.

30 Cf. notamment notre anthologie citée supra.

31 Magdeleine Marx, « l’Humanité en Orient – « C’est donc ça la France ? - C’est l’impérialisme français ! », art. cit.

32 Ibid.

33 Et de certifier en péroraison que le « rôle que la France est venue remplir en Orient (nous verrons par la suite qu’elle n’est pas la seule) est exactement celui d’un agent révolutionnaire », pour ajouter : « Le germe de la révolution était, dans ce pays, loin d’aboutir encore. Ce n’est certainement pas la France impérialiste qui l’y a déposé. Mais c’est elle, en partie, qui, transportant là-bas un esprit de révolte engendré par l’abus, aura précipité son éclosion ».

34 Magdeleine Marx, « l’Humanité en Orient – La soldatesque en question », l’Humanité, 5 janvier 1922, p. 2.

35 Ibid.

36 Ibid.

37 Une partie de la Géorgie est occupée par les forces britanniques depuis 1918.

38 Magdeleine Marx, « l’Humanité en Orient – La Turquie vaincue », l’Humanité, art. cit.

39 Magdeleine Marx, « l’Humanité en Orient – Le “kemalisme”. Son aspect extérieur. Ses causes profondes », ibid., 7 novembre 1921, p. 2.

40 Ibid.

41 Ibid.

42 Magdeleine Marx, « l’Humanité en Orient – La situation du prolétariat en Turquie », l’Humanité, 29 novembre 1921, p. 1.

43 Ibid.

44 Ibid.

45 Magdeleine Marx, « l’Humanité en Orient – La résistance à l’oppression capitaliste », l’Humanité, 30 novembre 1921, p. 1.

46 Ibid.

47 Magdeleine Marx, « l’Humanité en Orient – Sur la route de la misère humaine – Promenade à travers Constantinople », l’Humanité, 17 novembre 2021, p. 1.

48 Ce procédé sera usité de façon identique dans ses reportages ultérieurs, notamment dans Le Populaire.

49 Magdeleine Marx, « l’Humanité en Orient – Sur la route de la misère humaine – Promenade à travers Constantinople », l’Humanité, art. cit.

50 Puis entre le 5 et le 26, date de l’ultime article de sa série « turque ».

51 Magdeleine Marx, « l’Humanité en Orient – Il faut “faire quelque chose” pour les malheureux de Constantinople », l’Humanité, 24 novembre 1921, p. 1.

52 Ibid.

53 Magdeleine Marx, « l’Humanité en Orient – La résistance à l’oppression capitaliste », l’Humanité, art. cit., p. 1.

54 Magdeleine Marx, « l’Humanité en Orient – Caractère et conséquences du mouvement d’Angora », ibid., 6 novembre 1921, p. 1.

55 Magdeleine Marx, « l’Humanité en Orient – La résistance à l’oppression capitaliste », l’Humanité, art. cit., p. 2.

56 Cf. les références de mes travaux cités supra, et aussi : « Magdeleine Paz, personnage de ses reportages », dans Roman & Reportage. Rencontres croisées, textes réunis par Myriam Boucharenc, Presses universitaires de Limoges, 2015, p. 113-123.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Mathieu, « Magdeleine Marx, reportrice en Turquie pour l’Humanité »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 159 | 2024, 19-34.

Référence électronique

Anne Mathieu, « Magdeleine Marx, reportrice en Turquie pour l’Humanité »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 159 | 2024, mis en ligne le 02 avril 2024, consulté le 25 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/23054 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.23054

Haut de page

Auteur

Anne Mathieu

Université de Lorraine, CHS Mondes contemporains

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search