Navigation – Plan du site

AccueilNuméros159DOSSIERCommunistes et surréalistes contr...

DOSSIER

Communistes et surréalistes contre la « grande foire coloniale »1 de 1931 : convergences et initiatives séparées

Alain Ruscio
p. 55-69

Résumés

Durant l’entre-deux-guerres, la quasi-totalité des hommes politiques, journalistes, intellectuels – et, avec eux, l’opinion publique – étaient fermement convaincus que la colonisation était un bienfait, tant pour la France que pour les peuples « indigènes ». La grande Exposition coloniale internationale organisée en 1931 en fut une éclatante démonstration. Pourtant, des voix protestataires, certes minoritaires, mais fortes, se firent entendre. Deux initiatives vont marquer. La mouvance communiste (PCF, mais aussi CGTU, Secours rouge international, Ligue contre l’impérialisme) va être à l’initiative d’une contre-Exposition, à laquelle seront associés les intellectuels surréalistes. Initiative méritoire, mais soldée par un échec populaire. La seconde initiative fut propre aux surréalistes : une déclaration-tract, « Ne visitez pas l’Exposition coloniale », texte qui a traversé le temps et garde aujourd’hui toute sa force.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 l’Humanité, 5 janvier 1931.
  • 2 Le Figaro, 7 mai 1931.
  • 3 Communiqué du bureau de l’Exposition, 16 novembre 1931, repris par toute la presse française le 17  (...)
  • 4 Le Temps, 17 novembre 1931.

1Le 6 mai 1931 à 14 h 55, le président Gaston Doumergue – c’était là son dernier acte officiel, il sera remplacé le 13 du même mois par Paul Doumer – et le maréchal Lyautey, qui préside aux destinées de l’Exposition coloniale internationale, quittent l’Élysée pour se rendre sur les lieux de l’exposition, à la lisière de Paris, porte Dorée et autour du lac du bois de Vincennes. Sur le parcours, des enfants des écoles agitent des drapeaux. Quelques minutes plus tard, le cortège arrive à l’entrée. La Marseillaise retentit. Une immense estrade est édifiée face au Palais permanent des Colonies (aujourd’hui musée de l’Immigration). Tous les officiels français sont là, dont Pierre Laval, président du Conseil, des invités étrangers et des notables « indigènes ». Quatre discours sont prononcés par le maréchal Lyautey, Jean De Castellane, président du Conseil de Paris, le prince di Scalea, représentant l’Italie fasciste, doyen des délégations étrangères, qui salue au passage « l’odyssée homérique de la race blanche2 » et enfin par le ministre des Colonies, Paul Reynaud. Dans les mois qui suivent, 8 millions de Françaises et de Français visitent l’Exposition qui comptabilise à sa clôture 33 490 339 entrées3. C’est un immense succès populaire, ce chiffre situe l’Expo de 1931 à la deuxième place de toutes les initiatives de ce genre, certes assez loin derrière l’Exposition universelle de 1900 (48 millions d’entrées), mais devant celle de 1889 (32 millions). Le Temps, fidèle porteur de la pensée conservatrice, pouvait écrire au lendemain de la fermeture des portes (16 novembre) : « Jamais succès d’une manifestation de cette nature ne fut, en France et sans doute aussi à l’étranger, plus complet, plus franc, plus total. (…) L’idée coloniale française (…) a pris enfin dans la mystique nationale sa véritable place, qui est tout simplement la première4 ».

  • 5 Voir Sophie Leclercq, « En marge du bois de Vincennes », dans Claire Zalc et al., 1931. Les étrange (...)

2Il a été maintes fois affirmé que l’esprit colonial s’était progressivement imposé aux Français, au point d’être très massivement majoritaire dans l’entre-deux-guerres. Vincennes en fut une manifestation éclatante. Mais majorité massive ne signifie pas unanimité. Comme depuis les débuts de la présence française outre-mer (esclavage, puis colonisation), des voix s’élevèrent pour refuser le consensus, faire appel au sens critique, porter le cri protestataire contre les crimes commis. En 1931, les communistes, les surréalistes, la maigre aile gauche de la SFIO, les libertaires, sans oublier quelques esprits marginaux, reprirent cette tradition5.

  • 6 Carole Reynaud-Paligot, Parcours politique des surréalistes, 1919-1939, Paris, CNRS Éditions, 2010.
  • 7 Cité par José Pierre, Tracts surréalistes et déclarations collectives, vol. I, 1922-1939, Paris, (...)
  • 8 Ce fonds, Service de liaison des originaires de la France d’outre-mer (SLOTFOM), série III, carton  (...)

3De ces manifestations d’hostilité, deux ont traversé les décennies et marqué les mémoires : l’activité surréaliste6 et l’organisation d’une contre-Exposition. Si le tract-pamphlet intitulé Ne visitez pas l’Exposition coloniale7, rédigé principalement par André Breton et signé également par Paul Éluard, Benjamin Péret, Georges Sadoul, Aragon, René Char, Yves Tanguy, Pierre Unik, André Thirion, René Crevel, Maxime Alexandre et Georges Malkine, est assez connu, il subsiste bien des zones d’ombre dans l’historiographie sur l’initiative dite La Vérité sur les colonies, ou encore à propos de l’Exposition anti-impérialiste, place du Combat – aujourd’hui du Colonel-Fabien –, au cœur du Paris alors populaire. Cette contre-Exposition a été moins étudiée par l’historiographie que l’appel surréaliste. Il existe pourtant à Aix-en-Provence, aux Archives d’outre-mer, un fonds d’une exceptionnelle richesse, fruit du travail d’espionnage par des éléments infiltrés dans les organisations (poison pour les militants, mais bénédiction pour les historiens), qui permet de décrire cette seconde forme de protestation8.

La contre-Exposition : une paternité surréaliste ?

4Dans les études sur ce second événement, une question est restée en suspens : qui en a pris l’initiative, les communistes ou les surréalistes ? Avec une tendance à privilégier la seconde hypothèse. Pour beaucoup, il s’est agi d’une confusion pure et simple entre le tract-pamphlet et la contre-Exposition. Il en est ainsi de l’intitulé de la plaque apposée par la mairie de Paris au n° 3 de l’avenue Mathurin-Moreau, face à l’endroit où elle se tint :

« Alors que l’Exposition coloniale internationale et des pays d’outre-mer ouvre ses portes en 1931 dans le bois de Vincennes, un Manifeste des intellectuels surréalistes, proches de la gauche communiste et anticolonialiste, intitulé “Ne visitez pas l’Exposition coloniale”, dénonce les fastes coloniaux de Vincennes. Le 19 septembre 1931, avenue Mathurin-Moreau, dans l’ancien pavillon des soviets de l’Exposition des arts décoratifs de 1925, sera inaugurée une contre-exposition coloniale intitulée “La vérité sur les colonies”, à l’initiative des surréalistes, de militants de la CGTU et d’opposants au colonialisme. Le 2 décembre 1931, elle fermera ses portes ».

  • 9 André Thirion, Révolutionnaires sans révolution, Paris, Robert Laffont, 1972.
  • 10 Voir Serge Causseron, notice, dictionnaire Maitron, <https://maitron.fr:spip.php?article216426>.
  • 11 SLOTFOM, ANOM, Aix-en-Provence, fonds cité.
  • 12 Voir Nicole Racine, notice, dictionnaire Maitron, <https://maitron.fr:spip.php?article132487. Dans (...)
  • 13 Voir Alain Ruscio, Aragon et la question coloniale. Itinéraire d’un anticolonialiste, préface de Pi (...)
  • 14 Nicole Racine, notice citée.
  • 15 Philippe Forest, Aragon, Paris, Gallimard-NRF, 2015, p. 348.
  • 16 Panivong Norindr, Phantasmatic Indochina. French Colonial Ideology in Architecture, Film and Litera (...)

5Mais peut-on parler seulement de confusion lorsque la paternité même de l’initiative est attribuée aux seuls intellectuels radicalisés ? La source de cette version est à chercher dans l’ouvrage Mémoires d’André Thirion9. Tout à la fois en 1931 membre du groupe surréaliste et du PCF, Thirion se présenta quarante années plus tard comme le principal interlocuteur français de la Ligue internationale contre l’impérialisme, une antenne de l’Internationale communiste alors basée à Berlin (voir infra) : Alfred Kurella10, un de ses hauts cadres , lui aurait dit : « Je te confie la direction de cette entreprise, tu y représenteras la Ligue ». Thirion aurait alors porté sur ses épaules, pour l’essentiel, l’organisation pratique : « Je passais de longues heures avenue Maturin-Moreau. J’arrivais souvent le premier et je partais le dernier ». Cependant, il (sur)valorisa manifestement sa fonction. Car sa version est problématique. En premier lieu, il fut le seul, après un long silence, à la présenter. Dans les rapports des mouchards retrouvés dans les fonds d’archives, son nom n’apparaît jamais11. Par ailleurs, et surtout, Thirion ne joua jamais un rôle d’importance dans l’appareil communiste12. Durant toute la période de la contre-Expo, son nom ne fut jamais imprimé par l’Humanité. En ces temps d’ouvriérisme étroit, il était un intellectuel, peu fiable « par définition » (Aragon, plus fidèle, plus lié dès ce moment à l’appareil, fut pourtant lui-même en butte à des vexations et mises à l’épreuve13). Considéré comme suspect, opportuniste, Thirion fut d’ailleurs convoqué par la commission centrale de contrôle en mai 1931, au moment même où il situe son entretien avec Kurella. Il fut exclu le 2 novembre 193114. En ces temps de méfiance généralisée, peut-on imaginer que cet homme aurait été chargé d’une tâche si importante ? Lorsqu’il écrit Mémoires, Thirion a connu un long cheminement, à travers le Parti socialiste, le groupe oppositionnel Que faire ?, avant de rejoindre après-guerre le RPF de De Gaulle. Cheminement qui ne peut évidemment le discréditer, mais invite néanmoins à examiner son témoignage avec une certaine distance critique, ce que n’ont pas fait bien des études citées ici : « Grâce à Thirion, la mobilisation trouve à se prolonger sous la forme d’une contre-exposition15 ». Pour d’autres, les communistes disparurent : il n’y eut qu’une « exposition anticoloniale surréaliste16 ».

La contre-Exposition : une paternité communiste

6En 1931, le PCF vient de célébrer son dixième anniversaire. L’anticolonialisme et l’internationalisme n’y ont nullement été spontanés, contrairement aux injonctions de la 8e condition d’adhésion à l’Internationale. Il a fallu bien des combats internes de ses militants les plus jeunes et les plus radicaux, Paul Vaillant-Couturier, Jacques Doriot, et des colonisés organisés en son sein, Nguyen Ai Quoc, le futur Ho Chi Minh, Abdelkader Hadj Ali et d’autres, pour amener le nouveau parti à la radicalité en ce domaine. Si les premières années ont été hésitantes et bien timides en la matière, la lutte contre la guerre du Rif a été un baptême du feu réussi, inaugurant une période de luttes anticolonialistes.

7La dénonciation de la « foire de l’impérialisme sous ses formes les plus odieuses » (l’Humanité, 8 mars 1931), avant même le jour de l’inauguration, était donc dans la nature des choses. Durant la tenue de l’Exposition coloniale, le quotidien tint régulièrement une rubrique : « Derrière le décor de Vincennes : les buts impérialistes de l’Exposition coloniale » (Fernand Fontenay, 18 mai) ; « Au Congo, pour 200 kilomètres de voie ferrée, on a sacrifié 17 000 nègres… » ; « Une visite au pavillon des Missions » (18 août) ; « Les missionnaires de l’impérialisme » (Georges Cogniot, 21 août). La revendication indépendantiste était exaltée : « Pour le soutien de la Révolution indochinoise, pour l’indépendance de l’Indochine ! » (29 mai) ; « Pour l’indépendance des colonies » (Joanny Berlioz, 14 juin) ; « Toutes les colonies sont en effervescence. Les masses exploitées réclament leur indépendance nationale, première étape sur le chemin de la révolution sociale » (20 juin), etc.

  • 17 « L’Exposition coloniale de 1931. Mythe républicain ou mythe impérial ? », dans Pierre Nora (dir.), (...)
  • 18 L’Exposition coloniale, Bruxelles, Éditions Complexe, 1991.

8Mais la raison d’être du PCF – en tout cas s’il obéissait à la 8e condition citée – était d’agir, et non seulement de protester, contre le colonialisme. Ce ne fut pourtant pas sans mal. Et c’est de l’extérieur qu’est venu le coup de pouce initial : du bureau de la Ligue internationale contre l’impérialisme et l’oppression coloniale, alors basé à Berlin, relais de l’Internationale de Moscou. La paternité communiste, au sens large, ne peut être contestée. C’est d’ailleurs ce qu’affirment des études d’ensemble sur l’épisode Exposition/contre-Exposition, notamment celles de Charles-Robert Ageron17 ou de Catherine Hodeir et Michel Pierre18.

9Le premier courrier (retrouvé) entre Berlin et Paris19 date du 26 janvier 1931 – ce qui était déjà tard, car l’annonce de l’exposition officielle datait déjà de plusieurs mois – et émane de Willy Muzenberg20 et Virendranath Chattoupadyaya, secrétaires de la Ligue, hommes-clés du dispositif communiste mondial. Le premier, allemand, était en charge de l’Europe de l’Ouest. Le second, indien, avait côtoyé Lénine et connaissait Nehru et Zhou Enlaï. La missive était adressée à la section française de la Ligue. Il s’agissait d’un véritable plan de bataille :

  • 21 Thierry Levasseur, La Ligue française contre l’impérialisme et l’oppression coloniale (1927-1936), (...)

« La Ligue anti-impérialiste, qui est l’unique organisation internationale ayant assumé la tâche de diriger les luttes des masses opprimées des pays coloniaux, a décidé d’organiser une contre-exposition, une Exposition coloniale anti-impérialiste, au moment où l’Exposition coloniale, soi-disant “internationale” sera tenue à Paris. Malgré le temps très court dont on peut encore disposer pour ramasser et classer la grande quantité de matériaux indispensables pour le succès de l’exposition projetée, le secrétariat international de la Ligue contre l’impérialisme a prié la section française d’ouvrir l’Exposition anti-impérialiste à peu près à la même date que l’Exposition coloniale, c’est-à-dire en mai 1931, même si ça doit être sur une base relativement petite. (…) Prière aux particuliers, secrétaires d’organisations, rédacteurs de journaux, auteurs, éditeurs, photographes, agents photographiques de la presse, etc., pour faciliter la tâche assumée en faveur du but de libération des peuples coloniaux, d’envoyer tous les matériaux, si possible en deux exemplaires, par des lettres ou des paquets recommandés, à l’adresse d’un des soussignés, secrétaires internationaux de la Ligue contre l’impérialisme. »21

  • 22 Il peut s’agir d’Abdelkader Hadj Ali, bien que ce dernier n’avait plus en 1931 la même aura ni le m (...)
  • 23 Voir Jean Maitron et Claude Pennetier, notice, dictionnaire Maitron, <https://maitron.fr/spip.php?a (...)
  • 24 Tiemoko Garan Kouyaté, secrétaire général de la Ligue de défense nègre. Voir Solofo Randrianja et A (...)
  • 25 Corentin Lahu, La solidarité comme arme : le Secours rouge international, une organisation de défen (...)

10Suivait la liste des documents demandés : des photographies, des caricatures, des coupures de presse sur les périodes des conquêtes ou des opérations de répression, ou dénonçant « la misère des masses coloniales (des cabanes de travailleurs, des camps de concentration), des domaines réservés aux indigènes, des conditions d’existence des travailleurs des plantations, des conditions d’existence des paysans, etc. », à mettre en parallèle/opposition avec d’autres documents montrant les « palais des princes, des chefs de tribu, des magnats industriels, des requins du commerce, aussi bien que des gouverneurs et des hauts fonctionnaires impérialistes ». Furent chargés de la réalisation de ce projet « les nommés Ali22 et Herclet23, du secrétariat international de la CGTU, Kouyaté24 et André Girard ». En fait, en ces temps de contrôle rigoureux par l’appareil international, c’est, outre ladite Ligue, toute la mouvance communiste française, PCF bien sûr, Jeunesses communistes, mais aussi Confédération générale du travail unitaire (CGTU), Secours rouge international (SRI)25 et Association républicaine des anciens combattants (ARAC) – souvent du reste les mêmes militants –, qui avait été interpellée et même sommée de passer à l’acte.

  • 26 « Offensive contre l’Exposition coloniale » (3 mars 1931). La confrontation entre la publication pa (...)

11Cette lettre (sans toutefois les noms des responsables) va être mise sous les yeux des Français avant même le début de l’Exposition de Vincennes. Un des piliers du Parti colonial, Jacques Ladreit de Lacharrière, la publia intégralement (l’auteur avait la réputation d’être très lié aux services de renseignement), avec des commentaires indignés et des cris d’alerte dans le supplément colonial bimensuel du Temps26.

12Dans un premier temps, le lieu choisi fut l’historique salle du 33 de la rue de la Grange-aux-Belles. Puis la Maison des syndicats, propriété de la CGTU, sur le terre-plein attenant à la place du Combat, fut retenue.

Un passage à l’acte lent et laborieux

  • 27 Roger Martelli, « Les effectifs du PCF de 1920 à 2009 : tableaux et cartes », site Fondation Gabrie (...)
  • 28 Jean-Paul Brunet, « Une crise du Parti communiste français : l’affaire Barbé-Célor », Revue d’histo (...)

13Un élément d’une extrême importance vint d’emblée contrarier la vie du PCF, déjà affaibli par la tactique « classe contre classe » qui lui avait fait perdre plus de la moitié de ses adhérents entre 1927 (55 480) et 1931 (25 288, étiage absolu)27 : cette même année 1931 fut celle d’une des crises majeures – il y en eut beaucoup – de l’organisation communiste, en fait un règlement de comptes opposant Henri Barbé, Pierre Célor et Henri Lozeray à une équipe menée par Maurice Thorez28.

  • 29 Voir Jean Maitron et Claude Pennetier, notice, dictionnaire Maitron, <https://maitron.fr/spip.php?a (...)
  • 30 « À l’occasion de l’Exposition coloniale. Dénonçons les méfaits sanglants de la colonisation », 17  (...)
  • 31 Ce militant avait été victime de la répression à plusieurs reprises. En mai 1930, il avait particip (...)
  • 32 Mis en liberté conditionnelle en janvier 1931, il fut quasiment immédiatement de nouveau arrêté le (...)
  • 33 l’Humanité, 20 mai 1931.

14Une première réunion préparatoire eut lieu le 3 mars 1931 au 120 rue La Fayette, alors siège national du PCF. Un militant de longue date, Roger Gaillard29, en charge de la section coloniale du parti, un proche de Doriot, auteur d’un article de synthèse dans les Cahiers du bolchevisme (« De l’exposition de Vincennes à la réalité coloniale », 1er juin 1931), devint à ce moment la cheville ouvrière de la contre-Expo. À l’origine, la Ligue internationale avait demandé que la contre-Exposition fût inaugurée à peu près en même temps que l’exposition officielle (début mai). Il était déjà trop tard. La réunion retint la date du 15 juin, plus tard repoussée au 14 juillet, puis au 8 août… Dans La Vie ouvrière, alors bimensuel de la CGTU, un premier article parut le 17 avril 1931 : « La Ligue anti-impérialiste et contre l’oppression coloniale organisera une contre-exposition » ; les « camarades » qui possèderaient des documents témoignant des « horreurs » et des « cruautés » des colonialistes étaient priés de les transmettre. Fait significatif, il était rédigé et signé par un colonisé, un Vietnamien, qui signait Cho Moi30 (c’était là le pseudonyme de Nguyen Van Tao31, communiste vietnamien, membre du comité central du PCF), lequel était au même moment sous le coup d’un arrêté d’expulsion vers sa terre natale, mesure qui pouvait lui être fatale32. Le 19 mai 1931 fut organisé un meeting de protestation « pour la libération de Tao et [pour] l’indépendance de l’Indochine ». Tous les dirigeants du PCF, Semard, Doriot, Duclos, Thorez, Cachin, s’y exprimèrent, ainsi que Kouyaté et l’épouse de Tao, mais aussi d’autres voix, comme Léon Werth et Romain Rolland (un message fut lu)33. Étonnamment, il n’y fut pas question de la contre-Expo, pourtant alors en gestation, signe évident d’une sous-estimation. Il fallut attendre le 4 juillet, donc deux mois après l’inauguration de Vincennes, pour que l’Humanité évoque pour la première fois cette initiative. Puis des annonces régulières demandèrent aux militants qui auraient des documents de contacter les organisateurs. Le 20 août, Fernand Fontenay, sous le titre significatif « Antidote à Vincennes », expliqua à ses lecteurs « ce que sera l’Exposition anti-impérialiste ». On en était donc encore à la mise en place des panneaux.

15La contre-Exposition fut finalement inaugurée le 23 septembre, donc quatre mois et demi après la « Grande ». Le lendemain, un encart dans l’Humanité annonça triomphalement la nouvelle et demanda aux lecteurs d’y venir « en foule » et d’y « emmener leurs amis ». Il faut croire que cette insistance était un signe avant-coureur des déboires de la contre-Expo.

16Une fois de plus, un informateur était présent en ce jour d’inauguration et rendit compte à la police34. L’exposition se tenait sur trois niveaux : « Dans la salle du rez-de-chaussée sont dressés une vingtaine de panneaux sur lesquels sont fixées des photographies, des feuilles détachées de journaux illustrés, des affiches et des cartes de géographie ». L’un des panneaux dénonçait les conditions de vie des « indigènes d’Afrique du Nord ». Un autre proposait des portraits du maréchal Lyautey et des généraux Mangin et Gouraud. L’informateur n’en disait pas plus, mais on peut imaginer les légendes. Un panneau présentait des photos d’« indigènes au travail forcé en Afrique centrale », avec cette statistique : « chemin de fer Congo-océan, 18 000 morts ». Un autre, émanant du SRI, exaltait les missions des avocats envoyés en Indochine (Gaston Pérau35), en Syrie (André Berthon36) et à Madagascar (Robert Foissin37). Sur le mur du fond étaient présentées des caricatures de L’Assiette au beurre ou du Charivari d’avant 1914. Au premier étage, une salle présentait des statuettes, des masques, des instruments de musique qualifiés d’« art colonial » (voir infra). Enfin, la dernière salle exaltait « l’admirable solution apportée par nos camarades de Russie au problème des nationalités, hier opprimées sous le tsarisme, aujourd’hui librement fédérées dans l’Union soviétique » (cette dernière formule sous la plume de Fernand Fontenay, l’Humanité, 20 août 1931). Le tout était ponctué de phrases de Marx (« Un peuple qui en opprime un autre ne saurait être libre ») et de Lénine affichées aux parois. L’informateur poussait même le professionnalisme jusqu’à préciser qu’une buvette de La Famille nouvelle, dans la cour, accueillait les visiteurs. Description minutieuse, conforme à toute la documentation consultée par ailleurs : la police savait recruter et former des mouchards de qualité.

17Il convient de s’arrêter sur ce que cet informateur avait appelé « art colonial ». Cette partie fut proprement organisée et animée par les surréalistes. Aragon, qui avait encore à ce moment-là les deux engagements, joua un rôle naturel de « passerelle ». Bien plus tard, il rappela cet épisode :

  • 38 Préface à L’Œuvre poétique, vol. V, Paris, Livre-Club Diderot.

« L’essentiel, avec les inscriptions explicatives abondantes qui l’accompagnaient, en était constitué par une exposition de sculptures africaines, océaniennes et américaines, d’une ampleur jamais vue à Paris, que j’avais pu constituer grâce à la participation des principaux collectionneurs de l’art des pays colonisés, dont plusieurs surréalistes (André Breton, Paul Éluard, Tristan Tzara, Georges Sadoul et moi-même). Nous avions obtenu des pièces provenant de chez les grands marchands de Paris, spécialisés dans ce domaine. »38

  • 39 London, Whisart & Company, 1934.

18Aragon, sans doute pour ne pas rouvrir une blessure récente – une rupture en 1928 qui le mena au bord du suicide –, ne cita pas son ancienne compagne Nancy Cunard, avocate passionnée de cet art, qui préparait alors sa Negro Anthology (publiée en 1934)39. En octobre 1931, dans la revue L’Internationale de l’enseignement, Aragon établit le lien qui, à ses yeux, unissait exaltation de cet art non européen et luttes anticolonialistes :

« L’art issu des civilisations propres aux peuples aujourd’hui colonisés (…) traduit (…) cette communauté de la mentalité psychique décrite par Staline comme un caractère essentiel d’une nation, et de ce fait manifeste pour nous d’une façon simple ce droit à l’indépendance des nations opprimées, que les gouvernements d’Europe se refusent à considérer comme partie intégrante du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes si hypocritement invoqués par eux ».

  • 40 Paris, Fernand Nathan, 1929. Les dessins étaient d’un certain Jean Bruller, plus connu 15 ans plus (...)
  • 41 D’après les photos présentées par André Breton dans un article du Surréalisme au service de la Révo (...)

19Il y avait également des objets dénonçant l’imprégnation des idées colonialistes et racistes auprès des enfants (là encore, l’apport des surréalistes avait été important) : un jeu de massacre, avec des figurines grimaçantes d’ « indigènes » à dégommer, une panoplie d’officier colonial à offrir à Noël, un livre d’Alphonse Crozière, Loulou chez les nègres (1929)40 (dont on peut se demander s’il n’inspira pas Hergé, auteur l’année suivante de Tintin au Congo), déposés dans des vitrines ou sur des tables41.

  • 42 L’informateur ne cite pas le prénom. Il y avait plusieurs Claverie dans la mouvance communiste à ce (...)
  • 43 L’informateur ne cite pas le prénom. Idem.
  • 44 Voir supra.
  • 45 Nous n’avons pu trouver trace du parcours de ce militant. Ou bien était-ce simplement un prénom fém (...)
  • 46 Voir supra.
  • 47 Paul Bouthonnier. Voir Jacques Girault, notice, dictionnaire Maitron, <https://maitron.fr/spip.php? (...)
  • 48 Stéphane Rosso, militant communiste guadeloupéen, membre de la section coloniale du PCF. Voir Étien (...)
  • 49 Isidore Alpha, militant communiste martiniquais, membre de la section coloniale du PCF. Voir Étienn (...)
  • 50 Nous n’avons pu trouver trace du parcours de ce militant.
  • 51 De nouveau, possiblement, Abdelkader Hadj Ali (voir supra).
  • 52 Auguste Dumay, l’un des fondateurs du Club des marins de Marseille (CGTU). Voir Antoine Olivesi, no (...)

20Manifestement, les militants et la population ouvrière ne se précipitèrent pas. Devant le peu de succès, une nouvelle réunion se tint, le 28 octobre, un mois après l’inauguration, dans une salle de La Famille nouvelle, 49 rue de Bretagne. L’informateur, présent, fit son travail une nouvelle fois. Grâce à lui, on peut connaître le noyau, si ce n’est dirigeant, du moins organisateur de terrain : une vingtaine de membres étaient présents, nota-t-il, dont Roger Gaillard, Aragon, mais aussi « Claverie42, Bertrand43, la femme de Tao44, Henriette, membre de la section coloniale45, Foissin46, Bouthonnier47, Rosso48, Alpha49, Danaë50, deux Chinois, deux Indochinois, Ali51 et Dumay52 ». Un chiffre de fréquentation de la contre-Expo fut annoncé : 2 389, soit de l’ordre de 70 visiteurs par jour. Cette réunion tourna vite à une sorte de règlement de comptes. Gaillard, mis en accusation, plaida le manque de moyens : nous avions bien préparé un devis, mais en juin, nous n’avions pas encore touché « le premier sou » pour entamer le chantier ; c’est seulement à ce moment qu’une somme de 25 000 francs nous fut versée de Berlin, ce qui ne correspondait qu’à 1/6 du devis ! Dans ces conditions, « il ne fut pas possible de réaliser ce qui avait été prévu, mais il fallait absolument faire quelque chose ». On pouvait discerner à mi-mot dans le plaidoyer de Gaillard un sentiment d’abandon. À juste titre : « Depuis septembre, il [était] surchargé de travail, on lui a[vait] enlevé tout collaborateur et il [était] seul à assurer la direction de la section coloniale », ce qui semble avoir été un tableau réaliste de la situation.

21Cette réunion déboucha-t-elle sur une note à la direction du PCF ? ou à celle de la Ligue, à Berlin ? ou aux deux ? Toujours est-il que trois jours plus tard, le 31 octobre, Marcel Cachin, alors directeur de l’Humanité, y consacra dans ses colonnes un article sous le titre « Une visite à l’Exposition anti-impérialiste ». On remarquera l’absence totale des autres dirigeants de premier plan du moment : ni Thorez, alors en pleine ascension, ni Duclos, ni Doriot, ni Vaillant-Couturier ne furent mêlés à la préparation, ni semble-t-il ne visitèrent l’Expo, effet sans doute de la crise dite « du groupe Barbé-Célor » évoquée supra : les dirigeants passèrent plus de temps dans les couloirs du siège, dans des réunions discrètes avec des envoyés de l’Internationale, voire dans des voyages à Moscou, que sur le terrain proprement militant.

  • 53 Thierry Levasseur, mémoire cité.
  • 54 Les Anticolonialistes (1881-1962), Paris, Robert Laffont, Coll. « Les Hommes et l’histoire », 1992.
  • 55 Charles-Robert Ageron, loc. cit.
  • 56 Roger Martelli, « Les effectifs du PCF », loc. cit.
  • 57 Morgan Poggioli, « L’expérience CGTU (1922-1936) », site Fondation Gabriel Péri.
  • 58 Julien Mischi et Michel Streith, « L’implantation du PCF. Bastions ruraux, bastions urbains », Revu (...)
  • 59 Marcel Cachin, Carnets, 1906-1947, ouvrage publié sous la direction de Denis Peschanski, annoté par (...)

22La contre-Expo resta ouverte jusqu’en février 1932, soit quatre mois après la fermeture de l’exposition officielle. Une tentative de rattraper une partie du terrain perdu ? Si ce fut le cas, une nouvelle désillusion attendait les organisateurs. L’assistance resta bien maigrelette, terriblement inférieure en tout cas aux objectifs fixés par le mouvement communiste mondial via la Ligue anti-impérialiste. Le 9 janvier 1932, le comité exécutif de la Ligue se réunit à Paris et évalua à 5 000 le nombre total des visiteurs53. Les études publiées ultérieurement avancent des évaluations comparables : les plus précis, Jean-Pierre Biondi et Gilles Morin, proposent le chiffre de 4 22654 ; Charles-Robert Ageron confirme le chiffre arrondi de 5 00055. Ce qui amènerait une fréquentation quotidienne de l’ordre d’une trentaine de spectateurs. Ce chiffre est à rapprocher de celui des adhérents du PCF (en 1931, plus de 25 000 nationalement, dont un tiers en région parisienne56) et de la CGTU (de l’ordre de 200 00057), des électeurs communistes (aux législatives de 1928, le PC a dépassé les 11 % de suffrages, 20 % en région parisienne58) ou des lecteurs de l’Humanité (23 371 alors en région parisienne59).

23Mais pour les milieux conservateurs, c’était encore trop. Au sein du monde politique, journalistique et intellectuel de cet apogée du sentiment colonial, les exaltations de l’œuvre de la France étaient si fréquentes que les critiques apparaissaient comme purement scandaleuses. L’éditorialiste de L’Ami du peuple enrage :

  • 60 « Pourquoi tolère-t-on le scandale de l’Exposition “anticolonialiste” ? ».

« Ah ! l’infâme bourrage de crâne ! Mais pourquoi le tolère-t-on ? Pourquoi laisse-t-on des misérables à la solde de l’étranger – et quel étranger ! – risquer d’intoxiquer les âmes naïves de ce pays ? Qu’attend-on pour prendre un arrêté ordonnant la fermeture de cette exposition anticolonialiste ? » (L.-F. Auphan, 30 octobre 1931).60

  • 61 Georges Rayon, « Chez les exposants rouges », 9 octobre 1931.

24Le Figaro lui consacre également un article vengeur, qui dénonce la « réplique mesquine, laide, odieuse, criminelle » de Vincennes, « où s’étalent la mauvaise foi la plus impudique » et une « haine farouche61 ».

25En parallèle, les communistes tentaient de protester contre l’Exposition coloniale officielle.

La contestation communiste dans la rue ou au sein de l’Expo

26La protestation, sur place, à l’entrée ou a fortiori dans l’enceinte même de l’Expo, était très difficile. On imagine que la police avait quadrillé les lieux. Mais il y eut tout de même quelques actes, vite réprimés. La presse conservatrice de l’époque et quelques archives nous permettent de connaître le phénomène.

  • 62 « Le drapeau rouge à l’Exposition coloniale », La Défense, 27 février 1931, cité par Corentin Lah (...)

Déjà, pendant les travaux, des mains inconnues avaient retiré du faîte du pavillon de l’AEF le drapeau tricolore pour y hisser un drapeau rouge (nuit du 20 au 21 février)62.

Durant l’Expo, des papillons de la Ligue, du PCF ou du SRI furent distribués à la volée ou collés sur les murs, puis ramassés ou décollés à la va-vite par des policiers ou par le personnel de l’exposition – ils figurent aujourd’hui dans les archives d’Aix-en-Provence. Le tract le plus important était une présentation de la contre-Expo :

« “La vérité sur les colonies” est une exposition contre le colonialisme organisée par la Ligue anti-impérialiste. Tout ce que cache le masque impérialiste de Vincennes y est exposé. Sa visite s’impose. L’exploitation et la misère des masses indigènes, la terreur et l’oppression politique, l’expropriation des terres et le travail forcé, les femmes, les jeunes aux colonies, le bluff de l’enseignement, etc. Vous pourrez aussi y voir la vie des peuples asiatiques libérés par la révolution soviétique. Nombreux documents photographiques, statistiques et graphiques. Exposition de dessins et d’art colonial. Cinéma, radio, musque exotique, chœurs malgaches, orchestre indigène, théâtre prolétarien, café maure et couscous. Venez-y-en foule, 8 avenue Mathurin Moreau (19e), entrée 2 francs. Enfants : gratuit. »

27Les papillons recueillis portaient les messages : « Depuis un an, l’aviation française massacre en Indochine des centaines d’hommes, de femmes et d’enfants annamites » ou « Des milliers de nègres sont morts pour construire la ligne Congo-océan. C’EST BEAU LA MISE EN VALEUR ! ».

  • 63 « L’Exposition coloniale en état de siège ».
  • 64 « La concentration communiste à l’Exposition coloniale », 3 août 1931.

28Mais la police veillait. Le 1er août, décrété par les milieux communistes « Journée Internationale de lutte contre la guerre », des manifestants furent arrêtés. l’Humanité dénonça le véritable « état de siège » qui régnait par exemple autour de l’expo de Vincennes, pour conclure : « La foire de l’impérialisme est bien protégée » (2 août 1931)63. Le lendemain, le même journal dénonça des arrestations « en masse », parmi lesquelles celles du journaliste communiste Daniel Renoult, du maire d’Ivry Georges Marrane64Le Petit Parisien du même jour donnait, on s’en doute, une autre explication :

  • 65 Le Petit Parisien, « Soixante-dix arrestations à l’Exposition coloniale », 2 août 1931.

« La préfecture de police, renseignée sur la manifestation projetée, avait organisé à l’Exposition et aux abords un très important service d’ordre. Les agents avaient reçu ordre d’interpeller tout individu suspect et de lui demander ses papiers. Les inspecteurs du service des renseignements généraux, de leur côté, devaient déceler et contrarier la venue à l’Exposition des étrangers et militants des organisations communistes. Le service préventif ainsi organisé sous la direction de MM. Faralicq et Philippon, commissaires, a eu pour résultat qu’aucune manifestation, qu’aucun cortège n’eut lieu, hier soir, à l’Exposition coloniale. »65

Échec populaire, valeur symbolique

29Au final, le bilan de la contre-Exposition est contrasté. Le constat est impitoyable : ce fut un échec populaire, rares furent les militants – sans parler des dirigeants – qui se sentirent investis. Mais l’initiative La Vérité sur les colonies fut un moment symbolique fort, un jalon. L’internationalisme, dans le mouvement ouvrier et démocratique français, ne fut jamais, au grand jamais un acquis, mais un combat permanent, toujours renouvelé, une greffe en état de menace de rejet à tout moment.

Haut de page

Notes

1 l’Humanité, 5 janvier 1931.

2 Le Figaro, 7 mai 1931.

3 Communiqué du bureau de l’Exposition, 16 novembre 1931, repris par toute la presse française le 17 novembre.

4 Le Temps, 17 novembre 1931.

5 Voir Sophie Leclercq, « En marge du bois de Vincennes », dans Claire Zalc et al., 1931. Les étrangers au temps de l’Exposition coloniale, Paris, Gallimard/CNHI, 2008 ; même autrice, La Rançon du colonialisme. Les surréalistes face aux mythes de la France coloniale (1919-1962), Paris, Les Presses du réel, 2010.

6 Carole Reynaud-Paligot, Parcours politique des surréalistes, 1919-1939, Paris, CNRS Éditions, 2010.

7 Cité par José Pierre, Tracts surréalistes et déclarations collectives, vol. I, 1922-1939, Paris, Éric Losfeld, 1980.

8 Ce fonds, Service de liaison des originaires de la France d’outre-mer (SLOTFOM), série III, carton 5, fourmille de tracts, papillons, signés « Le Parti communiste », dénonçant l’Exposition, recueillis par des agents de la police ou des auxiliaires, plus des rapports d’indicateurs infiltrés dans les instances communistes (ces documents seront abondamment cités dans cette étude).

9 André Thirion, Révolutionnaires sans révolution, Paris, Robert Laffont, 1972.

10 Voir Serge Causseron, notice, dictionnaire Maitron, <https://maitron.fr:spip.php?article216426>.

11 SLOTFOM, ANOM, Aix-en-Provence, fonds cité.

12 Voir Nicole Racine, notice, dictionnaire Maitron, <https://maitron.fr:spip.php?article132487>. Dans son Histoire intérieure du parti communiste, Philippe Robrieux ignore Thirion (volume IV, Fayard, Paris, 1984).

13 Voir Alain Ruscio, Aragon et la question coloniale. Itinéraire d’un anticolonialiste, préface de Pierre Juquin, Éditions Manifeste !, Paris, 2023.

14 Nicole Racine, notice citée.

15 Philippe Forest, Aragon, Paris, Gallimard-NRF, 2015, p. 348.

16 Panivong Norindr, Phantasmatic Indochina. French Colonial Ideology in Architecture, Film and Literature, chapter 3 : “The Surrealist Counter-Exposition”, Durham and London, Duke University Press, 1996. Voir également Stephen Fein & Krishnan Srinivasan, Surrealists and Communists in Paris. A counter-exhibition that changed Western understanding of colonial cultures, 7 septembre 2020, <https://openthemagazine.com/columns/surrealists-communists-paris/>.

17 « L’Exposition coloniale de 1931. Mythe républicain ou mythe impérial ? », dans Pierre Nora (dir.), Les Lieux de mémoire, vol. I, La République, Paris, Gallimard, 1984

18 L’Exposition coloniale, Bruxelles, Éditions Complexe, 1991.

19 « Appel universel à toutes les associations qui luttent contre l’impérialisme colonial, à tous les individus qui combattent la colonisation, aux chefs de rédaction des journaux, aux rédacteurs, aux photographes », Berlin, 26 janvier 1929 (la date est évidemment fausse, il s’agit bien de 1931), appel cité dans une note dactylographiée en date du 20 novembre 1931, intitulée « A/S de l’Exposition anti-impérialiste ». En haut à gauche ç 9.124 ; en haut au centre J.C. 5, ANOM, fonds cité. Ce contenu est confirmé par la publication de ce texte, dans un but polémique, par le supplément colonial bimensuel du Temps, 3 mars 1931.

20 Voir Jacques Droz, notice, dictionnaire Maitron, <https://maitron.fr:spip.php?article216488>.

21 Thierry Levasseur, La Ligue française contre l’impérialisme et l’oppression coloniale (1927-1936), mémoire de maîtrise d’histoire contemporaine, Université Paris 4-Sorbonne, juin 1989.

22 Il peut s’agir d’Abdelkader Hadj Ali, bien que ce dernier n’avait plus en 1931 la même aura ni le même pouvoir dans les milieux communistes. Voir René Gallissot, notice, dictionnaire Maitron, <https://maitron.fr/spip.php?article151823>.

23 Voir Jean Maitron et Claude Pennetier, notice, dictionnaire Maitron, <https://maitron.fr/spip.php?article94955>.

24 Tiemoko Garan Kouyaté, secrétaire général de la Ligue de défense nègre. Voir Solofo Randrianja et Alexis Roy, notice, dictionnaire Maitron, <https://maitron.fr/spip.php?article173285>. Plusieurs sources affirment qu’il était manipulé par la police, mais font référence à des événements postérieurs.

25 Corentin Lahu, La solidarité comme arme : le Secours rouge international, une organisation de défense face à la répression du mouvement communiste (1918-1934), thèse de doctorat en histoire, Dijon, université de Bourgogne, 2022.

26 « Offensive contre l’Exposition coloniale » (3 mars 1931). La confrontation entre la publication par cette feuille et les documents aux ANOM est concluante : ce n’était pas un faux.

27 Roger Martelli, « Les effectifs du PCF de 1920 à 2009 : tableaux et cartes », site Fondation Gabriel Péri.

28 Jean-Paul Brunet, « Une crise du Parti communiste français : l’affaire Barbé-Célor », Revue d’histoire moderne et contemporaine, n° 16-3, 1969.

29 Voir Jean Maitron et Claude Pennetier, notice, dictionnaire Maitron, <https://maitron.fr/spip.php?article49974>.

30 « À l’occasion de l’Exposition coloniale. Dénonçons les méfaits sanglants de la colonisation », 17 avril 1931.

31 Ce militant avait été victime de la répression à plusieurs reprises. En mai 1930, il avait participé à une manifestation d’étudiants colonisés qui se rapprocha de l’Élysée avant d’être dispersée. Il fut alors incarcéré à la Santé. Voir Daniel Hémery, notice, dictionnaire Maitron, <https://maitron.fr/spip.php?article123914>.

32 Mis en liberté conditionnelle en janvier 1931, il fut quasiment immédiatement de nouveau arrêté le 19 avril suivant pour avoir participé à une nouvelle réunion interdite. Il fut expulsé le 27 avril, dix jours avant l’inauguration de l’Exposition coloniale. Fort heureusement, il ne fut pas condamné à mort et rejoignit le PC indochinois clandestin. En 1945, il sera ministre du Travail dans le premier gouvernement Ho Chi Minh.

33 l’Humanité, 20 mai 1931.

34 « A/S de l’Exposition anti-impérialiste », note dactylographiée, 24 septembre 1931, ANOM, fonds cité.

35 Voir Claude Pennetier, notice, dictionnaire Maitron, <https://maitron.fr/spip.php?article125497>.

36 Voir Jean Maitron et Claude Pennetier, notice, dictionnaire Maitron, <https://maitron.fr/spip.php?article16510>.

37 Voir Denis Peschanski, notice, dictionnaire Maitron, <https://maitron.fr/spip.php?article50396>.

38 Préface à L’Œuvre poétique, vol. V, Paris, Livre-Club Diderot.

39 London, Whisart & Company, 1934.

40 Paris, Fernand Nathan, 1929. Les dessins étaient d’un certain Jean Bruller, plus connu 15 ans plus tard sous le pseudonyme de « Vercors ». Voir Nathalie Gibert-Joly, « Jean Bruller, dessinateur et illustrateur de la littérature coloniale pour la jeunesse de l’entre-deux-guerres : de “Loulou chez les nègres” (1929) à “Baba Diène et Morceau-de-Sucre” (1937) », Strenæ [En ligne], 3, 2012.

41 D’après les photos présentées par André Breton dans un article du Surréalisme au service de la Révolution, n° 4, décembre 1931, <https://www.andrebreton.fr/work/56600100834880>.

42 L’informateur ne cite pas le prénom. Il y avait plusieurs Claverie dans la mouvance communiste à ce moment, comme en témoignent les notices du dictionnaire Maitron.

43 L’informateur ne cite pas le prénom. Idem.

44 Voir supra.

45 Nous n’avons pu trouver trace du parcours de ce militant. Ou bien était-ce simplement un prénom féminin, sans précision ?

46 Voir supra.

47 Paul Bouthonnier. Voir Jacques Girault, notice, dictionnaire Maitron, <https://maitron.fr/spip.php?article17668>.

48 Stéphane Rosso, militant communiste guadeloupéen, membre de la section coloniale du PCF. Voir Étienne Arnould, notice, dictionnaire Maitron, <https://maitron.fr/spip.php?article251803>.

49 Isidore Alpha, militant communiste martiniquais, membre de la section coloniale du PCF. Voir Étienne Arnould, notice, dictionnaire Maitron, <https://maitron.fr/spip.php?article251804>.

50 Nous n’avons pu trouver trace du parcours de ce militant.

51 De nouveau, possiblement, Abdelkader Hadj Ali (voir supra).

52 Auguste Dumay, l’un des fondateurs du Club des marins de Marseille (CGTU). Voir Antoine Olivesi, notice, dictionnaire Maitron, <https://maitron.fr/spip.php?article111304>.

53 Thierry Levasseur, mémoire cité.

54 Les Anticolonialistes (1881-1962), Paris, Robert Laffont, Coll. « Les Hommes et l’histoire », 1992.

55 Charles-Robert Ageron, loc. cit.

56 Roger Martelli, « Les effectifs du PCF », loc. cit.

57 Morgan Poggioli, « L’expérience CGTU (1922-1936) », site Fondation Gabriel Péri.

58 Julien Mischi et Michel Streith, « L’implantation du PCF. Bastions ruraux, bastions urbains », Revue française de science politique, n° 171-172, mars-avril 2004.

59 Marcel Cachin, Carnets, 1906-1947, ouvrage publié sous la direction de Denis Peschanski, annoté par Serge Wolikow et Jacques Girault, Vol. III, 1921-1933, CNRS, Paris, 1998.

60 « Pourquoi tolère-t-on le scandale de l’Exposition “anticolonialiste” ? ».

61 Georges Rayon, « Chez les exposants rouges », 9 octobre 1931.

62 « Le drapeau rouge à l’Exposition coloniale », La Défense, 27 février 1931, cité par Corentin Lahu, thèse, p. 563.

63 « L’Exposition coloniale en état de siège ».

64 « La concentration communiste à l’Exposition coloniale », 3 août 1931.

65 Le Petit Parisien, « Soixante-dix arrestations à l’Exposition coloniale », 2 août 1931.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Ruscio, « Communistes et surréalistes contre la « grande foire coloniale » de 1931 : convergences et initiatives séparées »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 159 | 2024, 55-69.

Référence électronique

Alain Ruscio, « Communistes et surréalistes contre la « grande foire coloniale » de 1931 : convergences et initiatives séparées »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 159 | 2024, mis en ligne le 02 avril 2024, consulté le 25 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/23114 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.23114

Haut de page

Auteur

Alain Ruscio

docteur en histoire, spécialiste de l’histoire coloniale

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search