Navigation – Plan du site

AccueilNuméros159DOSSIERAndré Morizet, un intellectuel cr...

DOSSIER

André Morizet, un intellectuel critique en Russie soviétique

Pascal Guillot
p. 71-94

Résumés

André Morizet, issu du syndicalisme révolutionnaire, homme de revues, docteur en droit, maire de Boulogne-sur-Seine dès 1919, rejoint le Parti communiste français dès sa fondation. Mû par l’internationalisme et le souci de l’unité, soviétophile, il voyage dans la jeune Russie soviétique en 1921 et en rapporte un ouvrage, Chez Lénine et Trotski, préfacé par le commissaire au peuple lui-même, à l’audience retentissante. Nous analysons à travers la figure de Morizet les enthousiasmes, hésitations et doutes qui traversent une partie des intellectuels politiques face à la naissance de la nation socialiste et aux implications des succès des bolchéviques sur le mouvement socialiste international. Nous montrons que pointe déjà dans l’ouvrage un détachement critique. Peu à peu, bien que jouant un rôle dirigeant au sein du nouveau parti, Morizet prend, non sans repentir, ses distances avec le parti qu’il quitte en janvier 1923. Cette difficulté à se situer face à une réalité radicalement nouvelle, à exprimer son point de vue sur une situation, en particulier des rapports de force, tant nationaux qu’internationaux, en permanente et imprévisible transformation, est révélatrice de ce temps de l’aube du communisme et constitue le fil conducteur de notre analyse.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 La thèse a été soutenue en 1903 à la faculté de droit de Paris et publiée la même année par les Édi (...)
  • 2 On peut lire la biographie consacrée à Hubert Lagardelle par Christine Bouneau, Hubert Lagardelle. (...)
  • 3 Le Parti socialiste, section française de l’Internationale ouvrière (SFIO), a été fondé par Jean Ja (...)

1Dans cet article, nous allons analyser, autour de la figure du journaliste, militant socialiste aguerri en 1920, André Morizet, les hésitations entre enthousiasme et doutes qui traversent une partie des intellectuels militants politiques face à la naissance de la nation socialiste et aux implications du succès des bolchéviques sur le mouvement socialiste international. Morizet est un militant politique. Il est aussi un journaliste, un homme de revues et il est docteur en droit. Cela fait de lui une figure singulière de ce que nous pouvons nommer « un élu intellectuel » en même temps qu’« un élu militant ». Il a rédigé une thèse atypique sur Les Secrétariats ouvriers en Allemagne1, qui l’inscrit bien du côté du croisement entre activité intellectuelle et engagement politique. Par la suite, Morizet continue à évoluer dans le milieu intellectuel syndicaliste révolutionnaire de l’entre-deux-siècles. Il collabore alors activement à des revues marquées pour la plupart, comme le soulignent leurs titres, par une hostilité à tous les pouvoirs, militaire, clérical, patronal, parlementaire, et notamment au pouvoir d’État, du Bonnet rouge au Conscrit, de L’Avant-Garde socialiste, syndicaliste, révolutionnaire à L’Action directe, des Hommes du jour à La Barricade puis au Courrier européen à partir de 1905. Mais c’est au Mouvement socialiste que Morizet se montre le plus prolifique. Alter ego d’Hubert Lagardelle2 qui fonde cette revue en 1899, il en devient le secrétaire de rédaction de 1901 à 1907, puis l’administrateur-gérant. Se voulant le carrefour des tendances les plus diverses du socialisme, et surtout du syndicalisme révolutionnaire, le périodique se caractérise par la participation de jeunes socialistes dreyfusards de quelque 23 ou 24 ans, issus pour la plupart du Groupe des étudiants collectivistes (GEC). Orienté vers l’étude des thèmes sociaux, il fait œuvre d’éducation populaire et vise à analyser dans un esprit scientifique les manifestations nouvelles du mouvement ouvrier sous toutes ses formes. Le périodique s’oriente de plus en plus vers les tendances les plus hostiles au Bloc des gauches et devient progressivement l’organe théorique du « socialisme ouvrier », avec Georges Sorel comme figure tutélaire. Morizet, prolifique, manifeste alors dans de nombreux articles son hostilité à toute tentative de paix sociale et d’intégration de la classe ouvrière dans l’État bourgeois. Rejoignant le Parti socialiste3 en 1909, puis élu maire de Boulogne-sur-Seine en 1919, mû par l’internationalisme et le souci d’unité, il adhère dès le congrès de Tours, en décembre 1920, au PC-SFIC. Il y fait partie des « Reconstructeurs », courant au sein du PS, non pas hostile, mais critique sur l’adhésion. Soviétophile, il joue un rôle important dans le Parti communiste, notamment en voyageant dans la jeune Russie soviétique et en publiant un ouvrage de propagande à l’influence retentissante, Chez Lénine et Trotski, préfacé par le commissaire du peuple lui-même. Cependant, nous montrerons que pointe un détachement critique. Peu à peu, bien que jouant un rôle dirigeant au sein du nouveau parti, il prend, non sans repentir, ses distances avec le Parti communiste qu’il quitte en janvier 1923. Cette difficulté à se situer face à une réalité radicalement nouvelle, à exprimer son point de vue sur une situation, en particulier des rapports de force internationaux comme nationaux en permanente et imprévisible transformation, nous semble révélatrice de ce temps de l’aube du communisme et sera le fil conducteur de notre analyse.

Vers le communisme. Un propagandiste de l’internationalisme

2André Morizet estime que la révolution russe constitue la conséquence fondamentale de la guerre. Cependant, il met dans un premier temps sur le même plan la révolution russe et l’idéologie de la nouvelle force américaine du président Woodrow Wilson. Dans son message au Congrès du 8 janvier 1918, le président des États-Unis a présenté la planète comme un grand marché pacifique, arbitré par une Société des Nations. Selon Morizet, Wilson incarne adéquatement le pacifisme occidental au même titre que les bolchéviques en Orient. Le nouveau rapport de force mondial surgit aussi bien grâce à la ténacité de l’un qu’à celle des autres :

  • 4 André Morizet, « À travers les ruines. Le socialisme va s’avancer », l’Humanité, 14 novembre 1918.

« En culbutant son despotisme guerrier, en jetant sur le tapis sanglant de l’Europe une première tête impériale, le peuple russe a remis les autres dans la bonne voie. Et, en Occident, s’exprime la voix d’un sage en langage juridique à usage des nations évoluées. [L’un et l’autre] veulent ne pas haïr les peuples, mais châtier les mauvais bergers. […] Si nous nous dégageons de l’imprécision lamentable où nous avons vécu, si nous retrouvons la conscience des réalités obscurcies, c’est grâce, non pas à notre propre effort, mais à la révolution russe et à Wilson. »4

3Contrairement à la grande majorité de ses camarades, Morizet ne décèle aucune contradiction entre l’Union sacrée et le nouveau monde : la même aspiration à la paix et la même volonté d’établir l’autodétermination des peuples contre les régimes autocratiques s’expriment.

  • 5 Préfecture de police de Paris (PPo), intervention d’André Morizet, réunion électorale du 12 novembr (...)
  • 6 Ibid., interventions d’André Morizet, réunions électorales de Nogent-sur-Marne, Saint-Denis et Sain (...)
  • 7 Voir notamment André Morizet, « La victoire socialiste dans la Seine », l’Humanité, 12 décembre 191 (...)

4Candidat du Parti socialiste aux élections législatives du 16 novembre 1919 dans le 4e secteur de la Seine, Saint-Denis/Sceaux, Morizet ne ménage pas ses efforts pour convaincre l’électorat. Ses principales interventions se focalisent sur les questions militaires et la révolution russe. Lors d’une réunion électorale à Fontenay-sous-Bois, il s’enthousiasme pour le nouveau régime : « Le prolétariat russe a conquis le pouvoir et s’efforce au milieu du blocus de réaliser un régime de fraternité et de bonheur5 ». D’ailleurs, dans trois réunions dont celle-ci, il assure que son parti et lui acceptent l’épithète de « bolchevik » qui leur est donnée par ceux qui veulent rétablir le tsarisme : « On nous traite de bolcheviks. Eh bien, nous sommes des bolcheviks à notre façon ! 6 ». Il n’hésite pas à recourir à une rhétorique incantatoire en terminant la plupart de ses discours par les formules « Le socialisme va s’avancer » – employée dans l’Humanité un an auparavant – ou « Le socialisme triomphera7 ».

5L’année 1920 constitue un tournant sur le plan politique. Dans le contexte de remise en cause du réformisme et d’expérience révolutionnaire à l’Est, des choix collectifs et individuels, de rupture ou de continuité, doivent se faire. Pour Morizet, clivé entre son désir d’unité et son refus de transiger avec les principes du socialisme, la complexité de la situation rend le choix difficile.

6L’Internationale communiste, née en mars 1919, se donne pour objectif de diffuser et de populariser les idées bolchéviques dans le monde et de gagner l’adhésion des partis socialistes à la cause communiste. Après que son 2e congrès a fixé, en juillet 1920, les conditions pour l’entrée dans la Troisième Internationale – avant tout la rupture totale avec le réformisme –, se déroule au cours de l’automne et de l’hiver 1920 un débat très vif dans tous les pays européens sur les conditions d’adhésion. Quand l’Internationale communiste décide de fixer 9, puis 19, puis 21 conditions, elle entend créer un nouveau parti de type bolchevik, centralisé sur le plan national et international, différent des structures antérieures. Dès lors, le choix de procéder à la constitution de partis communistes se traduit par des scissions dans les partis socialistes. En ce qui concerne la France, en décembre 1920 a lieu le 18e Congrès national du PS à Tours.

  • 8 Les premières motivations d’adhésion les plus abondamment citées par les délégués sont l’hostilité (...)

7De nombreux signes témoignent durant l’année 1920 de la volonté de Morizet de rompre avec le réformisme et les pratiques du PS et de cheminer vers d’autres horizons. L’attachement à la révolution russe, bien que 5e motivation d’adhésion des délégués au congrès de Tours8, clairement affirmé dès 1918, constitue le principal moteur de son adhésion. Morizet ne cesse de manifester son soutien à la révolution russe et au nouveau régime. Dans sa ville, il préside toutes les réunions de soutien aux affamés de Russie. En octobre 1920, lors d’une réunion organisée par la section socialiste de Boulogne, il se fait l’écho du peuple russe « qui combat pour délivrer l’humanité du joug capitaliste » et fait appel aux assistants pour protester « contre l’aide apportée par le gouvernement français aux ennemis de la République des soviets ». Il accepte l’épithète de bolchevik dont ses adversaires l’affublent. De telles positions ne sont pas isolées au sein du PS, elles émanent de militants qui suivent la majorité donnant en décembre leur adhésion à la Troisième Internationale.

8La participation de Morizet à La Vague revêt une signification particulière. En 1920, il écrit dans cette revue, non seulement marquée par un pacifisme intransigeant, mais aussi très déférente envers les nouveaux dirigeants russes. Morizet fait toujours preuve dans ses écrits et interventions d’un anti-étatisme virulent.

  • 9 Robert Tourly, à la SFIO depuis 1911, franc-maçon, journaliste, adhère au Parti communiste dès sa f (...)
  • 10 Musée des Années 30, Boulogne-Billancourt, fonds Morizet, carton 2, lettre d’André Morizet à Robert (...)

9Or, en 1920, l’antiparlementarisme voit son influence grandir. Après l’échec du mouvement de grèves du mois de mai, le groupe parlementaire socialiste enregistre de graves déconvenues : il ne peut empêcher le vote d’une dure loi sur les impôts en juin et l’élection en septembre de Millerand à la présidence de la République. De plus en plus, dans les fédérations, on réclame que les élus viennent faire de la propagande et ne perdent plus de temps à la Chambre. Morizet, malgré sa discrétion dans la presse, partage des convictions analogues dans sa correspondance. Dans une lettre adressée à Robert Tourly9, il déplore l’élection de Millerand et fustige l’attitude du groupe parlementaire socialiste : « Ah, le revoilà, notre politicien d’affaires... à la tête de notre République ploutocratique ! Il nous manquait cruellement. [...] Mais que font nos parlementaires ? Ils ne changent pas, même les nôtres10 ».

  • 11 « L’injure au drapeau », L’Écho de Paris, 23 juillet 1920.
  • 12 Archives municipales de Boulogne-Billancourt (AMBB), dossier « Drapeau rouge », lettre du 30 juille (...)
  • 13 Citation de Morizet, dans « Histoire fantastique d’un drapeau à Boulogne », Le Populaire, 26 juille (...)
  • 14 AMBB, 3K 3, « Groupe des intérêts de Boulogne », affiche (s.d.).

10Par ailleurs, l’activité édilitaire de Morizet, à ses débuts, se marque par des gestes symboliques qui témoignent de ce même attachement à la révolution russe et au communisme en émergence. Le drapeau rouge, emblème éminemment politique, serait apparu au fronton de la mairie de Boulogne en juillet 1920. Lors de manifestations organisées par la municipalité pour accueillir le congrès des municipalités socialistes, l’étoffe du drapeau tricolore est arrachée de la hampe au niveau de la fenêtre de la mairie. La droite exploite l’incident. L’Écho de Paris évoque Boulogne comme « un foyer d’anarchie [livré aux] excentricités des camarades bolchévistes11 ». L’emblème est en effet rendu en partie invisible – ne laissant apparaître que le rouge – à la demande supposée du photographe qui estime que le drapeau le gêne pour photographier les représentants des municipalités socialistes. Le préfet de la Seine écrit alors aux maires, leur enjoignant de « ne pas tolérer les exhibitions de drapeau rouge, ornement au sens nettement séditieux, blessantes pour le patriotisme et les convictions de la majorité des citoyens12 ». À la suite de cette injonction, Morizet déclare qu’il s’agit d’une « farce » et donne sa version des faits : « Un camarade qui se trouvait à la fenêtre, masqué par l’étoffe du drapeau, l’a repoussé par un geste un peu brusque, puis l’a déchiré13 ». Cette substitution du drapeau rouge au drapeau tricolore est présentée par la presse de gauche, notamment Le Populaire, comme un fantasme, un de ces « racontars les plus idiots », tandis que l’opposition municipale exploite la situation. Le « Groupe des intérêts de Boulogne » appose sur les murs une affiche destinée à la population, dénonçant précisément la municipalité sortante comme « disciple de Moscou » : « Allez-vous abaisser le drapeau tricolore devant le drapeau rouge ? Ou renier La Marseillaise pour suivre les hordes hurlant l’Internationale ? Vous êtes de bons Français, vous qui rougiriez d’être vu lisant l’Humanité dans le métro14 ».

11Un courrier abondant afflue alors à la mairie pour dénoncer de telles pratiques, que Morizet ne dément jamais catégoriquement.

12Pourtant, Morizet décide de s’afficher parmi les « Reconstructeurs », courant au sein du PS, non pas hostile, mais critique sur l’adhésion. Certes, Morizet admire la révolution russe et rend hommage à l’expérience politique inédite de la Russie, mais il veut rester fidèle à des principes propres au socialisme français, jugés incompatibles avec l’allégeance à Moscou. Autour de Jean Longuet et de Paul Faure, le Comité pour la reconstruction de l’Internationale décide d’élaborer un texte d’orientation pour le prochain congrès, publié dans l’Humanité le 6 novembre 1920 sous le titre « Motion d’adhésion avec réserves à la Troisième Internationale », dite « motion Longuet ». Il « fait notamment des réserves sur les conditions qui ont trait à l’organisation intérieure du parti » et considère comme

« inacceptables [les 20e et 21e conditions sur l’épuration et les exclusions du parti] parce que portant atteinte, d’une part, à son autonomie et de nature, d’autre part, à provoquer la division complète qu’il considèrerait [...] comme devant être extrêmement nuisible au prolétariat et à la cause même de la Révolution ».

13Morizet fait partie des 204 signataires de la motion. Malgré sa posture hétérodoxe, à la fois délégué de la Seine et des Basses-Pyrénées, sans qu’il s’exprime une seule fois lors du congrès ni fasse connaître ses positions, il finit par suivre la majorité et rejoint le nouveau PC-SFIC. Cette adhésion formelle pour sauver l’unité pèse largement sur ses choix ultérieurs. Du fait de son attirance pour la révolution russe, héritée d’une culture pacifiste et antimilitariste, et toujours sensible à la rhétorique antiétatique et antiautoritaire, Morizet aurait pu se retrouver sans état d’âme dans le nouveau parti. Pourtant, en même temps, cet héritage pouvait aussi lui faire détester les conditions de l’Internationale. Le silence de Morizet pendant le congrès révèle ce clivage, et donc une profonde inquiétude devant une scission imparable.

Un voyage dans la Russie soviétique à double tranchant : entre fascination et distance

  • 15 Charles Rappoport, docteur en philosophie, journaliste, enseignant, adhère au Parti communiste dès (...)
  • 16 Danielle Tartakowsky, Les Premiers communistes français : formation des cadres et bolchévisation, P (...)

14L’ascension de Morizet au sein du nouveau parti s’effectue fort rapidement. Bien que n’occupant aucune fonction à la fédération de la Seine, Morizet la fréquente. Prépondérante dans le nouveau parti, la fédération se dote dès janvier 1921 d’une école du propagandiste qui s’adresse aux militants, dominée par la personnalité de Charles Rappoport15. « Réfuter sans cesse l’argumentation des adversaires, tel est le rôle des propagandistes. Créer un cadre d’orateurs instruits, d’administrateurs éclairés, formant l’ossature solide du parti, tel est le but de l’école16 ».

  • 17 Bibliothèque marxiste de Paris (BMP), Br. b. 916, André Morizet, « La presse du capitalisme », 7e c (...)
  • 18 « La délégation française à Moscou au prolétariat français », l’Humanité, 25 août 1921.

15Morizet se range parmi les premiers formateurs. Il y prononce quelques conférences, dont une relative aux rapports de la presse et du capitalisme, publiée dans Les Cahiers du propagandiste, et qui reprend – en l’actualisant – les grandes lignes de son opuscule Pourquoi nous avons besoin d’une presse puissante ?, écrit en 191217. En juin 1921, il fait partie de la délégation envoyée à Moscou au 3e congrès de la Troisième Internationale avec Lucie Colliard, déléguée à la propagande, Marcel Delagrange, Charles-André Julien, Lucie Leciague, Isidore Loriot, Victor Naegelen, Boris Souvarine, Alexandre Tommasi et Paul Vaillant-Couturier. La délégation séjourne deux mois en Russie, loue à son retour « la politique intelligente et réaliste du Parti communiste, [qui] n’a jamais méconnu les difficultés ni jamais dissimulé ses fautes et ses erreurs » et lance un appel à la « paix à la République des Soviets et [à] l’aide et [au] secours au peuple russe18 ».

Délégation du PCF (composée essentiellement de Boris Souvarine, de Charles-André Julien, d’André Morizet – 3e à partir de la gauche – et du couple Vaillant-Couturier) accueillie au Kremlin, à Moscou, en 1921, par l’intellectuel francophile et esthète Anatole Lounatcharski, commissaire à l’Instruction [coupure de presse conservée par André Morizet, source non identifiée, archives privées de Madame Lucie Dreyfus-Morizet].

  • 19 PPo, Ga M2 12 445, dossier Morizet, rapport de police (s.d.) et notice individuelle « Mme Renault » (...)

16Lors de la troisième session du congrès fédéral du PC de la Seine, le 19 décembre 1921, Morizet est élu par 4 915 voix délégué de la fédération de la Seine au 1er congrès national du parti à Marseille, qui, le 30 décembre 1921, l’élit membre du conseil d’administration du journal l’Humanité19. Il n’est élu membre du comité directeur qu’à l’issue du 2e congrès du PC, à Paris, en octobre 1922. Depuis le 3 mars 1922, il occupe enfin la fonction de secrétaire adjoint de l’Union des municipalités communistes de la Seine.

  • 20 Morizet reste en Russie à peu près un mois de plus que la délégation dont il fait partie.
  • 21 Le premier papier de Morizet sur la Russie paraît dans l’Humanité du 2 septembre 1923, sous le titr (...)
  • 22 André Morizet, Chez Lénine et Trotski, préface de Léon Trotski, Paris, La Renaissance du Livre, 192 (...)

17Étant donné ses compétences sur les questions militaires, alors qu’il fait partie de la délégation envoyée à Moscou, Morizet, spécialement mandaté par le PC, se livre à une étude sur l’Armée rouge. Il passe trois mois en Russie20, essentiellement à Moscou et Petrograd, et rencontre les principaux dirigeants. À son retour, début septembre21, il relate dans le quotidien communiste ses impressions de voyage, véritable « enquête au pays des Soviets », qui dépassent largement le cadre fixé. Il fait publier par un éditeur indépendant du Parti un récit de 300 pages22, préfacé par Trotski, au moment où la Russie inaugure sa Nouvelle politique économique (NEP).

  • 23 Encore une fois, l’observation de la vie rurale fait défaut. Voir Sophie Cœuré, Images de la Russie (...)

18Quand ce livre paraît, la Russie est peu connue du grand public, après l’omniprésence de la question allemande dans les esprits. Morizet veut faire connaître davantage la politique engagée par les nouveaux dirigeants comme le fonctionnement et la nature du nouvel État, d’autant qu’il a eu le privilège de rencontrer la plupart des dirigeants, notamment Lénine, Trotski et Kalinine, le président de l’exécutif. Précisément, l’ouvrage de Morizet, après une première partie consacrée à la vie urbaine des Russes23, repose sur des entretiens avec les grands dirigeants du pays.

  • 24 Ibid., p. 97. Au-delà du PC, Édouard Herriot, Jules Moch et Anatole De Monzie rendent la guerre et (...)
  • 25 Catholique, normalien, le professeur de russe, essayiste et traducteur Pierre Pascal se rend en Rus (...)

19Dans sa préface, Trotski montre que Morizet a écrit ce livre dans le but de « dire aux masses laborieuses la vérité sur la première République du travail », contre « les calomnies et mensonges répandus contre la Russie soviétique ». Dans ce livre, Morizet ne dissimule pas ses sympathies pour les chefs de la révolution russe. Nous découvrons ainsi « le camarade Trotski », « l’ami Rakowski », appelé même « notre Raco ». Morizet ne peut s’empêcher d’employer des hyperboles pour qualifier la révolution et le nouveau régime : « le mouvement le plus prodigieux que l’histoire ait vu s’accomplir pour la libération des hommes », « l’œuvre formidable du nouveau régime », « la grandeur de l’œuvre accomplie ». Comme beaucoup d’autres dirigeants et militants du PC, il attribue les difficultés économiques du pays à la guerre et au blocus24. Il justifie globalement tous les actes du nouveau régime, même les exécutions commises par la Tcheka, dont il compare le nombre à celles opérées par les Versaillais contre les Communards en France en 1871. Surtout, et une partie de la presse le lui reproche fortement, il puise tous ses renseignements à la même source, c’est-à-dire auprès de l’administration soviétique. Ainsi, il cite le chiffre de 9 641 exécutions pour les années 1918 et 1919 d’après la brochure de Pierre Pascal25, alors que certaines sources font état de plus d’un million de victimes. La question de la liberté de la presse, que l’on peut penser lui être particulièrement sensible du fait de son passé de journaliste, ne semble pas retenir son attention ou, du moins, ne le conduit pas à exprimer des critiques.

20Cependant, l’écrivain – qui illustre son livre de ses propres clichés – n’hésite pas à publier quelques photographies suggestives sur la pauvreté et la désolation : places désertes, magasins clos. Morizet ne s’attarde pas sur ces terribles réalités, dont il fait porter encore une fois la responsabilité à la guerre et au blocus des pays capitalistes, mais il ne les occulte pas. Surtout, s’il juge positives les orientations de la NEP, il n’en condamne pas moins les erreurs initiales des bolchevistes. Dans sa conclusion, notamment, il leur reproche d’avoir fait du guesdisme, c’est-à-dire d’avoir une vision trop politique de la réalité sociale, d’avoir négligé l’importance des institutions ouvrières, de ne pas leur avoir attribué de valeur propre :

  • 26 André Morizet, Chez Lénine et Trotski, op. cit., p. 287-289.

« Ils ont cru que la possession du pouvoir permettrait de résoudre tous les problèmes et qu’on pouvait établir le régime socialiste par décret. Pénétrés de conceptions purement “politiques” plutôt que d’un esprit véritablement “ouvrier”, ils ont opéré comme ils l’avaient fait chez nous. [...] Ils ont fait du “guesdisme”. Il n’y a pas dans ma pensée quoi que ce soit d’irrespectueux à l’adresse de Plekhanov ou de Guesde, et je ne méconnais pas leur rôle glorieux dans la formation de nos idées [...]. Mais à leurs yeux, l’importance des institutions ouvrières [syndicat, coopérative] était très relative. Il ne leur attribuait pas de valeur propre. [...] La révolution russe s’est accomplie sans que le peuple ouvrier eût le temps de se doter de ces institutions. [...] En rendant l’affiliation au syndicat obligatoire, [les bolchevistes] ont annihilé l’esprit syndicaliste qui aurait merveilleusement fleuri pour le plus grand profit de la restauration industrielle. [...] Presque tous sont des “intellectuels” dressés surtout au travail spéculatif. Imbus de conceptions trop uniquement politiques, ils ont pensé que l’exercice jacobin de l’autorité suffirait pour fonder le socialisme. Ils ont cru que, des décrets déterminant les principes, des administrations d’État, même composées en partie d’adversaires, pourraient assurer militairement l’application des volontés des dirigeants. Erreur manifeste... »26

21Cette critique du volontarisme politique rappelle ses écrits du début du siècle, sa thèse et ses articles dans le Mouvement socialiste. On perçoit la continuité d’une pensée toujours fortement anti-étatique et anti-autoritaire, qui explique en partie ses choix politiques des années 1920, du congrès de Tours à la démission du parti.

22L’œuvre de Morizet ne relève ni du dénigrement ni de l’hagiographie. Même s’il ne fait pas partie de ceux qui veulent nouer des contacts sans parti pris, la plupart d’ailleurs pas avant l’année 1922 – Herriot, Daladier, Moch, Charles Gide... –, Morizet produit une œuvre singulière. D’ailleurs, le PC le choisit probablement pour témoigner sur la Russie et rapporter la bonne parole de ses dirigeants, non pas seulement en raison de son talent journalistique, mais surtout parce qu’il ne fait pas partie de l’aile la plus à gauche du Parti. Alors que Souvarine ou Vaillant-Couturier auraient manifesté trop de complaisance à l’égard de la nouvelle Russie et auraient ainsi rendu peu crédible leur propos auprès de la presse et de l’opinion publique, Morizet, le reconstructeur, le maire populaire et reconnu, pouvait être le plus qualifié pour amener à la Russie les sympathies dont elle avait besoin.

  • 27 L’ouvrage est tiré l’année de sa parution à 6 000 exemplaires. L’examen du compte de droits d’auteu (...)
  • 28 L’historien Albert Mathiez, favorable au communisme, juge l’ouvrage « vivant, coloré, puissant ». M (...)

23L’audience plutôt convenable de l’ouvrage27 se limite pourtant essentiellement aux milieux intellectuels de gauche et soviétophiles28. Ainsi, Morizet a réussi le pari d’une certaine alchimie, d’un certain équilibre, celui de ne décevoir ni son parti ni les gens de gauche moins enclins à défendre les communistes. Il jouit évidemment de sa notoriété de journaliste reconnu et apprécié chez ses confrères et construit un livre qui laisse place à l’esprit critique.

24Chez les socialistes, on tient précisément à faire remarquer les contradictions de Morizet, et le communiste Amédée Dunois, de la tendance de gauche du parti, partisan d’un alignement inconditionnel à Moscou, distille quelques phrases sibyllines dans son papier de l’Humanité à l’adresse de Morizet. Jules Uhry, dans Le Populaire, fait remarquer à ses lecteurs :

  • 29 Jules Uhry, « La nouvelle politique russe », Le Populaire, 25 août 1921.

« Morizet, que je sache, et il me l’a souvent dit, puisque nous sommes de bons amis, n’est pas communiste. Il a été avec nous “un reconstructeur”, et il regarde avec un sourire quelque peu méprisant les turbulents qui veulent faire la révolution à chaque minute et dresser des barricades à tous les points de vue. »29

25Il dit que Morizet est resté avec la majorité pour ne pas diviser les travailleurs de Boulogne et compromettre les efforts de sa municipalité. D’autres commentateurs soulignent le fait que Morizet est resté réellement socialiste ou est un communiste atypique, ce qui le rend sympathique. Amédée Dunois, après avoir complimenté Morizet, retrace son itinéraire et fait observer malicieusement :

  • 30 Amédée Dunois, « Un bon et beau livre », l’Humanité, 27 mai 1922.

« Morizet est resté fidèle et au socialisme révolutionnaire et au parti. Non qu’il ne fît aucune réserve sur les thèses, les tactiques et les conditions de la IIIème Internationale ; il en faisait, qui sait s’il n’en fait pas encore ? [souligné par nous] [...]. Morizet est resté dans son parti ; je ne crois pas qu’il ait eu à en souffrir ; je suis sûr qu’il s’y est renouvelé. »30

  • 31 Voir les travaux de Rachel Mazuy, Croire plutôt que voir ? Voyages en Russie soviétique (1919-1939)(...)

26Certes, Morizet est le premier membre du Parti à rendre compte dans un ouvrage de son expérience auprès de la Russie soviétique, et même si le voyage en Russie ne constitue pas encore une étape nécessaire de l’ascension dans l’appareil du PC31, le caractère précurseur de sa démarche ne devrait pas le desservir. Pourtant, encore une fois, la plupart des commentateurs soulignent l’absence d’esprit partisan de l’auteur et sa propension à ne pas occulter les faces noires de la réalité soviétique, et si cela donne une grande légitimité à l’auteur et une réévaluation de l’image de la Russie soviétique, cela brouille aussi l’image de Morizet auprès des dirigeants communistes. L’ouvrage est donc une arme à double tranchant : il procure tout à la fois une reconnaissance de Morizet dans le communisme international, mais aussi l’image complexe d’un socialiste par adhésion égaré dans un nouveau parti pour préserver l’unité.

27En fait, l’internationalisme devient la principale préoccupation de Morizet au lendemain de la guerre. Certes, la curiosité et ses convictions politiques le conduisent en Russie, mais cela, plus par internationalisme que par adhésion totale aux thèses de la Troisième Internationale. Il croit en l’entente générale des peuples et à la marche de l’humanité vers la libération humaine grâce à une expérience sociale jamais tentée jusqu’alors. Lorsqu’il rentre de Russie, il fait preuve d’un lyrisme singulier :

  • 32 André Morizet, « En rentrant de Russie », l’Humanité, 10 août 1921.

« La Russie mystérieuse et captivante [...] et son peuple merveilleux qui se sacrifie pour le triomphe de notre cause ! L’Allemagne brutale et revêche, le plus étonnant des mécanismes producteurs. La France, terre de finesse aimable, terre de généreuse douceur, pays exquis qu’on ne saurait ne pas aimer quelles que soient ses erreurs et ses sottises. Ces aspects de la beauté profonde se complètent. Quand donc les peuples comprendront-ils qu’ils ont besoin les uns des autres ? La paix harmonieuse et sereine, qui naîtra du seul socialisme, sera cette pure blancheur qui ne s’obtient que des couleurs juxtaposées. »32

  • 33 Information tirée du Journal du peuple, Boulogne, 3 septembre 1921.
  • 34 Ibid., Demandes et autorisation de délivrance de passeport. Morizet dépose une demande pour chacun (...)
  • 35 Henri Sellier, au parcours politique et intellectuel semblable à celui de son ami Morizet, devient (...)
  • 36 André Morizet, « Des cités-jardins, enfin ! », l’Humanité, 11 juin 1922.

28Par internationalisme, il faut entendre surtout solidarité envers les peuples opprimés ou libérés de la tutelle capitaliste. Dès le début de l’année 1921, dans sa commune, Morizet préside des fêtes ou des meetings organisés par son parti ou par des associations en faveur de la solidarité internationale. Par exemple, le 1er septembre 1921, à l’initiative de l’Association ouvrière des mutilés et orphelins de guerre, il préside une conférence lors d’une grande fête au profit des affamés de Russie et des grévistes de Roubaix, à la salle des fêtes de Boulogne33. À la fin de chaque réunion politique, Morizet fait systématiquement appel à « la générosité des ouvriers français » en organisant une quête. Son internationalisme se mesure aussi à la fréquence de ses voyages dans toute l’Europe, comme avant la Grande Guerre d’ailleurs. Ses nouvelles fonctions édilitaires l’amènent à effectuer des voyages d’étude. Durant les années 1921 et 1922, outre en Russie, il se rend en Belgique, au Royaume-Uni et en Allemagne34. Là, en juillet 1922, accompagné par Henri Sellier35, il visite les habitations à bon marché et, séduit par la qualité des réalisations urbaines outre-Rhin, il invite ses compatriotes à « transplanter dans notre France retardataire ce que l’étranger fait depuis longtemps36 ».

  • 37 OURS, 50 APO 18, fonds André Lebey, André Morizet, lettre à André Lebey, « Mon cher ami », 20 septe (...)

29Cet état d’esprit internationaliste lui permet de relativiser les divisions au sein du mouvement ouvrier français. Dans une lettre au socialiste dissident et franc-maçon André Lebey, après avoir écrit qu’il n’y a pas d’autre avenir pour la Russie que dans le bolchévisme et que la révolution constitue « une chose longue, complexe et sale (mot souligné deux fois) », il conclut : « Nos divisions... Oui ! Mais ce sont des incidents insignifiants pour l’histoire. La révolution russe, c’est l’avenir du monde »37.

30Aussi, Morizet, dès le lendemain du congrès de Tours, affirme son attachement au nouveau parti. Dès son retour de Moscou, à la fin du mois d’août 1921, dans une déclaration cosignée avec ses autres camarades délégués destinée « au prolétariat français », la rhétorique disciplinaire et antisocialiste s’exprime sans nuance :

  • 38 Déclaration de « la délégation française à Moscou au prolétariat français », l’Humanité, 25 août 19 (...)

« Les délégués du PCF rentrent en France plus convaincus que jamais de l’excellence de l’orientation de leur parti et résolus à travailler, avec la plus grande cohésion, à la plus grande discipline et au plus grand effort de leur organisation communiste. Unanimes, nous appelons le prolétariat français à se libérer des influences bourgeoises et petites-bourgeoises. »38

  • 39 Ibid. et PPo, intervention d’André Morizet, réunion organisée par la section communiste de Saint-De (...)

31Lors des réunions politiques dans lesquelles il intervient, il engage son auditoire à « faire une active propagande communiste ». Lorsque le pouvoir central révoque ou conteste un élu membre du PC dans le département de la Seine, il manifeste sa solidarité sans délai et se rend aux réunions de soutien. Ainsi, en avril 1922, il vient soutenir Gaston Philippe, maire de Saint-Denis invalidé, quelques jours avant la tenue d’élections municipales partielles, en déclarant : « Il faut que la municipalité de Saint-Denis soit communiste afin qu’elle sauvegarde vos intérêts et que vous chassiez ceux qui ont trahi la classe ouvrière au moment où elle eût pu triompher de ses adversaires39 ».

32De même, lorsque Justin Oudin, maire d’Issy-les-Moulineaux, est suspendu de ses fonctions pour avoir réclamé l’amnistie pour les marins de la mer Noire, Morizet vient lui apporter son soutien, à la fois en tant que maire d’une commune limitrophe et en tant que communiste « et fier de l’être ». Faisant le procès du préfet de la Seine, il prétend que le véritable motif des révocations est d’être resté fidèle au PC. Il affirme ensuite que le PC a une politique administrative :

  • 40 PPo, Ibid., compte rendu de mandat des conseillers municipaux d’Issy, 5 octobre 1922. Rapport de po (...)

« Ce qui a été fait à Issy a été fait dans toutes les communes ayant à leur tête une municipalité communiste. [...] Les communes où l’on paie le moins d’impôts ont à leur tête des municipalités communistes. Les sanctions contre les élus communistes prouvent que ces derniers font leur devoir en restant fidèles à la discipline de leur parti et que cela donne plus de force à l’organisation. »40

  • 41 L’Internationale, 28 juillet 1922, entretien avec André Morizet, « La réaction à l’œuvre. Après la (...)
  • 42 Le communiqué, signé par le secrétaire fédéral Georges Marrane, paraît dans l’Humanité du 28 juille (...)

33Dans son intervention, on compte dix occurrences de l’adjectif « communiste » – ce n’est que l’année suivante que « communiste » devient un substantif –, attestant la netteté avec laquelle Morizet revendique cette identité. Lors de la révocation de son mandat municipal en juillet 1922 pour avoir refusé de participer à la parade militaire du 11-Novembre à Longchamp, au bois de Boulogne, Morizet manifeste clairement son appartenance au Parti communiste, tout du moins formellement. Il ne se considère pas comme révoqué, car il faudrait, selon lui, que ce soit la section communiste elle-même qui prononce cette révocation41. Après que la fédération de la Seine du PC a affirmé par un communiqué officiel « s’associer au geste qui a valu à Morizet, maire de Billancourt, d’être révoqué42 », ce dernier, avant de rendre compte de son mandat devant ses électeurs, fait preuve dans l’Humanité d’un légitimisme encore plus marqué : « Trop discipliné pour lâcher un seul mot avant que nos organisations n’aient parlé, je me suis abstenu d’écrire une ligne dans le journal du parti depuis ma révocation ». Reconnaissant que la fédération de la Seine ainsi que sa section lui ont témoigné leur solidarité, il poursuit :

  • 43 André Morizet, « À Boulogne », l’Humanité, 5 août 1922.

34« Mes camarades savent que je leur appartiens cuir et peau. Et je sais qu’ils le savent. Cela suffit, nous nous comprenons. [...] Que pourrais-je demander de plus ? Je suis avec mon parti. Le reste... [...] On n’est rien sans son parti. Lorsqu’on marche avec lui, on marche la tête haute et la conscience tranquille. Venez, camarades, au communisme libérateur. »43

  • 44 AMBB, D 20b. Affiche (s.d.), section de Boulogne du PC, « La révocation du maire. Au peuple ouvrier (...)

35À son tour, la section du Parti manifeste publiquement sa totale solidarité en s’adressant à la population, à travers une affiche – sur laquelle est reproduite la lettre de Morizet au ministre de la Guerre – pour l’inviter à venir en masse à deux meetings où le maire rendra compte de son mandat. S’adressant « au peuple ouvrier, notre juge », elle écrit : « Morizet ne reconnaît pour juge que son parti, qui l’a désigné à vos suffrages, et vous qui l’avez élu. Nous, Parti communiste, nous nous solidarisons entièrement avec lui. À vous de vous prononcer à votre tour44 ».

Un détachement critique : vers la dissidence de l’intellectuel militant

  • 45 Dans son édition du 26 août 1922, Le Merle blanc revendique un tirage de 812  000 exemplaires.
  • 46 Victor Méric et Henri Fabre, nés la même année que Morizet (1876), journalistes, écrivains, après u (...)

36On peut remarquer, qu’en mai 1922, au moment où la Troisième Internationale cherche à mettre au pas une certaine forme de journalisme de gauche, pacifiste et antimilitariste, souvent teinté d’anarchisme, qui imprègne alors un bon nombre de rédacteurs de l’Humanité – tradition à laquelle se rattache Morizet –, ce dernier n’écrit plus dans l’Humanité ni ne collabore à aucun des périodiques jugés subversifs par l’Internationale. Même sous pseudonyme, Morizet ne signe aucun article, ni au journal satirique au fort tirage Le Merle blanc45, ni à la tribune d’un large bloc de gauche, Le Journal du peuple, dirigés respectivement par Victor Méric depuis le 10 mai 1919 et par Henri Fabre46 depuis le 1er janvier 1919. Encore une fois, Morizet ne se retrouve pas là où on aurait pu l’attendre : il est absent alors que la plupart de ses amis et fidèles participent à l’une des deux publications, en particulier au Journal du peuple. Même faute de temps, si Morizet avait souhaité délibérément participer à l’un de ces titres par conviction, il ne s’en serait pas privé, comme naguère à La Vague. Cette attitude légaliste lui permet de gagner la confiance des différentes directions du PC et lui épargne toute critique venue de la gauche. Surtout, Morizet, comme chaque fois qu’il intègre un parti, préfère taire toute divergence en suivant la majorité, pour préserver l’unité, toujours déterminante à ses yeux.

  • 47 Archives nationales, F7 12893, conseil fédéral de la Seine du PC-SFIC, 30 mai 1921, rapport de poli (...)
  • 48 PPo, GA M2, dossier Morizet, rapport de police de juillet 1921. Sténodactylo, Lucie Leiciague fait (...)
  • 49 Ibid., rapport de police de décembre 1921.

37Pourtant, cette solidarité du parti à l’égard de Morizet semble faire défaut à plusieurs reprises, même dès le courant de l’année 1921. Sur le plan interne, le parti semble faire preuve d’une certaine réticence à accepter dans ses rangs l’ancien « reconstructeur », intellectuel de surcroît. Dès mai 1921, lors du conseil fédéral, on lit une protestation de la section de Boulogne relative à Morizet. Elle fait observer que ce camarade n’a jamais été mandaté par sa section pour être délégué au congrès fédéral, et que par conséquent il lui était statutairement impossible d’être délégué au congrès national, et à plus forte raison au congrès international47. En juin 1921, lors de la réunion du comité de la Troisième Internationale, Leibovici critique la composition de la délégation envoyée à Moscou, en particulier la présence de Morizet et de Lucie Leiciague, « qui est très suspectée48 ». Le 12 décembre, lors de la 2e session du congrès fédéral de la Seine du PC, Cartier attaque Morizet et lui reproche d’avoir voulu rencontrer Alexandre Millerand à l’Élysée. Morizet ne dément pas, mais dit qu’il n’aurait agi qu’avec l’assentiment du comité directeur et que le secrétaire général, Louis-Oscar Frossard, l’aurait accompagné49. Pourtant, à l’issue de la 3e session, le 25 décembre, Morizet est élu par 4 915 voix délégué de la fédération de la Seine au congrès national du PC, à Marseille.

38En fait, le tournant date réellement d’octobre 1922, autour du 2e congrès du PCF. Boris Souvarine, délégué du Parti à Moscou et, de par sa fonction, symbole de l’autoritarisme de l’Internationale, provoque l’ire du centre et de la droite du parti. Plusieurs membres du comité directeur appartenant à la gauche du parti (Amédée Dunois, Isidore Loriot, Albert Treint, Paul Vaillant-Couturier) donnent leur démission en signe de solidarité avec Souvarine. Dès lors, les rapports entre l’Internationale et le parti français, en particulier la fédération de la Seine, deviennent très conflictuels. Cette fédération, la plus importante de France, devient un enjeu central des rapports entre la section française et l’Internationale entre 1921 et 1922. Elle regroupe des courants politiques antagonistes, en particulier la gauche, pour laquelle l’Internationale doit diriger les partis, sections d’une organisation mondiale, et le centre, courant d’hostilité à la centralisation de l’organisation communiste, pour lequel les partis nationaux doivent conserver l’initiative de leur politique et de leur congrès. La délégation française se soumet « par discipline » au vote de la conférence en faveur du front unique. Les rapports entre l’Internationale et le parti français se tendent encore davantage, ponctués par l’envoi de télégrammes, de lettres publiques, de discours de Trotski et de demandes d’exclusion, notamment de Raoul Verfeuil, qui a continué d’écrire dans Le Journal du peuple en dépit de l’article 9 des statuts internationaux .

  • 50 Nous n’avons trouvé aucune trace d’une intervention de Morizet au congrès de Marseille. En revanche (...)
  • 51 BMP, bobine 31.
  • 52 Ibid.
  • 53 Ibid., p. 28-30.

39Malgré la reprise en main de la fédération de la Seine depuis mai 1922 – se traduisant par l’exclusion de Verfeuil –, celle-ci reste nettement divisée à la veille du congrès de Paris, qui se déroule du 15 au 19 octobre. Morizet y assiste sans intervenir50. Dans une atmosphère de crise, il est amené à choisir pour la constitution des organismes centraux du parti entre la motion de la gauche, qui déclare accepter l’arbitrage de l’Internationale, et la motion du centre, préconisant la nomination directe par le congrès d’un comité directeur exclusivement centriste. Par 1 698 voix contre 1 516 et 814 abstentions, le centre l’emporte de justesse et décide d’assumer seul la direction du Parti. Morizet se trouve alors propulsé au comité directeur, en tant qu’« employé de l’État révoqué et maire révoqué », et « non syndiqué »51. Indéniablement, la fiche omet de signaler la réelle profession de Morizet : journaliste, et précisément syndiqué au Syndicat des journalistes, alors que cette profession est mentionnée pour Robert Tourly52. Il convient d’y voir un signe, celui notamment d’apparaître suspect en affichant cette profession désormais sensible et si stratégique aux yeux de l’Internationale. Morizet assiste, sans intervenir, à la séance du comité directeur du 24 octobre. Plusieurs désignations ont aussi lieu durant cette séance : Ferdinand Faure, délégué permanent à la propagande ; Aimé Méric, chef des services de rédaction de l’Humanité ; Louis Ker, directeur de La Vie sociale ; Noël Garnier et Robert Tourly, secrétaires de rédaction53. À la suite d’une série de démissions de la gauche des postes de rédaction de l’Humanité, le comité directeur lance un appel au parti :

« Le Congrès de Paris n’a pas dénoué la crise redoutable que traverse le parti... Le IVe Congrès mondial [de l’Internationale communiste] examinera la situation du parti... Il se trouve saisi d’un conflit qui porte essentiellement sur le point de savoir si le Congrès pouvait être dépouillé de son droit de choisir les hommes qu’il investit de sa confiance. »

  • 54 PPo, Ga M2 12 445, dossier Morizet, rapport de police, 21 octobre 1922. Aucune autre source ne perm (...)

40Singulièrement devenu l’un des pourfendeurs les plus virulents de l’attitude du PCF, Trotski, à travers l’envoi de nombreuses missives, désavouerait à l’issue du congrès de Paris tout ce qui le concerne dans le livre Lénine et Trotski et demanderait aux journaux de publier qu’il n’a jamais voulu recevoir Morizet54.

  • 55 Voir sur ce point notamment les travaux d’Emmanuel Naquet, Pour l’humanité. La Ligue des droits de (...)
  • 56 PPo, Ga M2 12 445, dossier Morizet, service des RG et des Jeux, division de cabinet, 13 avril 1923.
  • 57 BMP, bobine 28, annexe 5, Comité de défense communiste, déclaration (s.d.).

41Alors que la délégation française comprend 25 membres représentant les différentes tendances du parti, le 4e congrès de l’Internationale, le 1er décembre 1922, adopte une résolution extrêmement sévère sur la direction du PCF. Elle demande que les éléments non révolutionnaires soient exclus du Parti ; elle proclame l’incompatibilité entre l’appartenance à la franc-maçonnerie, à la Ligue des droits de l’homme et l’appartenance au parti à partir du 1er janvier 1923 et révèle une certaine défiance à l’égard des intellectuels, pour beaucoup d’entre eux francs-maçons ou à la Ligue55. Désormais, chaque section nationale se doit d’adhérer aux 21 conditions de l’Internationale. Aussi, à « titre exceptionnel », l’exécutif décide que le comité directeur du PCF sera constitué sur une base proportionnelle (10 militants de la tendance de gauche, 10 militants de la tendance du centre et 5 militants de la tendance Renoult) et aussi que les candidats du parti aux prochaines élections législatives devront être pour 9/10 au moins des ouvriers. Lors du comité directeur du 16 décembre, au retour de la délégation française, Morizet présente une motion émettant de nombreuses réserves sur les décisions prises par le 4e congrès mondial vis-à-vis du PCF. Celle-ci ne recueille que quelques voix, et par 15 voix contre 4, le comité directeur affirme sa loyauté à l’égard de l’Internationale56. L’incompatibilité entre l’appartenance au Parti et l’adhésion à des organisations jugées bourgeoises, les dispositions électorales ainsi que la défiance envers les intellectuels ne peuvent pas laisser Morizet indifférent. Certes, ni franc-maçon ni membre de la Ligue, il aurait pu ne pas se sentir concerné, mais la solidarité vis-à-vis de ses amis – Frossard est franc-maçon –, la défiance vis-à-vis des intellectuels auxquels il appartient et le principe lui-même l’indignent. Pourtant, Morizet ne démissionne pas pour autant du PC, et il ne signe d’ailleurs pas la déclaration du Comité de défense communiste, formé au sein du Parti en janvier 1923 sur l’initiative de Georges Pioch, Victor Méric et Ernest Lafont. En effet, ce comité regroupe une centaine de militants exclus du parti, alors que Morizet ne l’est pas. Parmi les signataires, on retrouve des maires du département de la Seine, Philippe, Oudin, Bachelet, mais aussi Robert Tourly et les amis de Morizet du PSDF de 1902. On y remarque surtout la présence d’une grande partie des « Reconstructeurs » du congrès de Tours. La continuité « syndicaliste révolutionnaire », anti-autoritaire et qui se pense affranchie de tout dogme, ne fait aucun doute. Dans cette déclaration, les signataires revendiquent « le libre choix de leurs représentants » et s’indignent du « centralisme arbitraire enlevant aux sections nationales le minimum d’indépendance nécessaire au fonctionnement sérieux d’un parti ». Ils protestent vigoureusement contre les décisions concernant la franc-maçonnerie et « contre la division que l’on voudrait faire dans le parti entre les ouvriers manuels et ceux que l’on qualifie “d’intellectuels” ». Plus globalement, ils estiment que les décisions du congrès remettent en cause chez les militants « le sens critique et l’esprit de discussion57 ».

  • 58 BMP, bobine 30. Voir le rapport (postérieur) n° 4 du secrétariat du parti au comité exécutif de l’I (...)
  • 59 Voir sur ce point Annie Burger-Roussennac, « Les intellectuels du PCF : le cas des journalistes de (...)
  • 60 Marcel Cachin, « 1923. Le Parti traversera ce défilé et surmontera sa crise », l’Humanité, 1er janv (...)

42Morizet siège encore au comité directeur du 2 janvier 1923, au cours duquel on applique les décisions du Congrès mondial. Louis Sellier, secrétaire général intérimaire du parti, donne lecture de la lettre de démission de Frossard. La presse communiste, aussi, occupe une grande place dans les débats du comité directeur : des rédacteurs de l’Humanité sont congédiés, car « leurs sentiments communistes ne sont pas à la hauteur de leurs compétences professionnelles58 ». Or, jusqu’alors, le journal se singularisait par la présence de nombreux intellectuels et de journalistes professionnels, en raison même de son mode de recrutement59. Par conviction et pour acquérir une vraie légitimité, l’Humanité se veut un journal techniquement bien fait, clair, lisible, où prévaut une conception informative de la presse – que Morizet incarne, au grand dam de l’Internationale. Or, Marcel Cachin, qui défend jusqu’alors cette conception de la presse, demeuré à la tête du quotidien communiste à l’issue du 4e congrès, écrit dans son éditorial daté du 1er janvier 1923 : « Le parti resserre sa discipline intérieure. [...] Le réformisme de la dissidence multiplie les preuves de son impuissance radicale et glisse de plus en plus vers la collaboration bourgeoise et le crétinisme parlementaire60 ».

  • 61 Le communiqué officiel du 10 janvier de la commission exécutive du Comité de défense communiste – t (...)

43Dans son édition du 16 janvier 1923, l’Humanité annonce la tenue d’une réunion organisée par le PC de Boulogne sur « le cas Morizet », où ne sont admis que les membres ayant répondu oui aux décisions du 4e congrès. En fait, Morizet ne tarde pas à rejoindre le Comité de défense communiste, puisque le comité directeur du Parti, dans une déclaration publiée le 18 janvier dans l’Humanité, l’intègre dans les signataires de la déclaration dudit comité. Il ne s’agit pas d’une erreur : Morizet démissionne du Parti avant d’en être exclu. Il rejoint le Comité de défense communiste lorsqu’il se transforme en Comité d’union communiste – préfiguration du PC unitaire – le 10 janvier, sur décision de sa commission exécutive. Il entend alors rassembler, outre les exclus, les démissionnaires et menacés d’exclusion, en fait tous ceux qui s’opposent à « la ratification de résolutions [de l’Internationale] » jugées inapplicables et dangereuses. Morizet intègre donc à cette date ce comité, avec notamment Victor Méric et Robert Tourly61. Le maire de Boulogne a du mal à prendre une telle décision, mais la préfère à l’exclusion, trop humiliante. Surtout, il veille à ce que ses choix politiques correspondent, non pas à ceux de sa section, mais à ceux de ses adjoints et conseillers municipaux, d’autant que sur trente-quatre conseillers que compte la municipalité de Boulogne, trente-trois suivent en décembre 1920 le premier magistrat dans son adhésion au PC. Dans son communiqué du 18 janvier 1923, le comité directeur stipule :

  • 62 Ce communiqué est publié par l’Humanité le 18 janvier 1923. Reconnaissons toutefois que lorsqu’un m (...)

« Les citoyens dont les noms suivent ont signé la déclaration du Comité de défense communiste. Ils se sont mis en état de rébellion active contre la discipline de l’Internationale communiste. Ils ont trahi le parti dans le moment même où celui-ci avait à supporter les coups du pouvoir bourgeois. Le comité directeur les exclut du PC et les déclare indignes de la confiance de la classe ouvrière. »62

  • 63 Justinien Raymond écrit, dans la notice du « Maitron » concernant Morizet et dans la biographie qu’ (...)

44Ainsi, Morizet est considéré comme exclu par ce texte qui englobe tous les signataires, mêmes récents, de la déclaration du comité. Mais on ne peut que remarquer la situation atypique de Morizet par rapport aux autres signataires, le seul d’ailleurs à faire partie du comité directeur encore deux semaines auparavant63.

45Avec d’autres dissidents, notamment Louis-Oscar Frossard, il se refuse à rejoindre « la vieille Maison » et il cofonde l’Union socialiste communiste. Cependant, l’ambition politique et l’impossibilité de créer l’union ouvrière autour du nouveau parti l’amèneront, par opportunisme, à adhérer de nouveau au PS à l’issue des élections sénatoriales de 1927.

  • 64 Parmi les ouvrages et brochures, on compte, outre sa thèse et son voyage en Russie, entre autres : (...)
  • 65 Ce n’est pas pour rien que le PCF se préoccupe d’emblée de la formation de ses militants à travers (...)
  • 66 Morizet occupe la position de secrétaire de plusieurs revues, du Groupe des étudiants collectiviste (...)

46À travers le parcours de cet intellectuel militant, certes aussi très politique, se perçoivent à la fois les continuités, les héritages, mais aussi les contradictions d’une entrée dans le communisme. Sa prise de conscience politique se forge au moment de l’affaire Dreyfus, il perçoit alors l’action politique en termes de providence avec un rôle important dévolu à la culture. Brassant tous les aspects de la vie sociale et culturelle, s’intéressant à tout, écrivant de nombreux livres et brochures64, il acquiert en fréquentant le milieu des revues une solide culture polyvalente. Il est avant tout un militant intellectuel et non pas un intellectuel du socialisme, encore moins du communisme, venant se soumettre à une cause ou venant offrir ses services au prolétariat, ni un intellectuel socialiste ou communiste. Il garde un rapport très personnel à l’expression de son engagement, qui se traduit à travers des formes de militantisme spécifiques. Son horizon idéal de référence (l’hostilité à l’État, l’antiparlementarisme, la confiance dans le syndicalisme révolutionnaire) et sa rhétorique de la rupture (la sécession) constituent pour lui le meilleur moyen d’entrer dans le jeu politique et de se prêter à la forme du voyage dans la nouvelle patrie du socialisme. Morizet aspire avant tout à l’unité, sans être dupe. Il joue le rôle de médiateur entre le communisme et le peuple, position typique de la jeune bourgeoisie intellectuelle, héritière des Lumières, posture qui suscite de la méfiance de la part de la nouvelle élite en formation dans le Parti communiste naissant65. Selon celle-ci, il faut éduquer le peuple pour lui donner les outils de son émancipation, d’où l’insistance sur l’école et la culture dans des cadres collectifs propres au parti66. D’où l’importance accordée au travail de journaliste, à la pensée et à l’action autour du rôle de secrétaire de rédaction, celui qui permet aux autres de disposer d’un savoir. Il y a une empreinte, une force symbolique du communisme naissant qui s’impose à toute une génération. L’entrée enthousiaste de Morizet dans le communisme, peu liée aux problèmes de la classe ouvrière, est avant tout intellectuelle. En adhérant au PC, Morizet caresse le mirage de l’unité et surtout d’un retour d’avant Jaurès, au temps du syndicalisme révolutionnaire, mais cette position n’est plus adaptée. Désormais, il s’agit moins d’écrire dans des revues que de contrôler un appareil. Le Parti communiste recrute un nouveau type de militant, plus populaire, moins individualiste, davantage aux ordres des directions politiques. Cette nouveauté contribue dans un mouvement contradictoire à construire l’intellectuel comme « esprit libre », en même temps que se développe une hostilité à la forme « parti ». Certes, Morizet trouve encore sa place dans le communisme naissant par la plume, en rendant compte de son voyage dans la Russie soviétique, alors que beaucoup le suspectent déjà. Morizet l’hétérodoxe, malgré une ascension politique rapide et des doutes refoulés par la volonté de construire l’unité, ne parvient finalement pas à se sentir à l’aise dans une structure renouvelée. Peut-être son éducation classique bourgeoise et son âge ne lui permettent-ils pas de s’adapter aux nouvelles normes : progressivement, il reprend ses habitudes, revient au monde ancien en se contentant d’une posture identitaire par son retour tardif à la SFIO en 1928.

Haut de page

Notes

1 La thèse a été soutenue en 1903 à la faculté de droit de Paris et publiée la même année par les Éditions du Mouvement Socialiste.

2 On peut lire la biographie consacrée à Hubert Lagardelle par Christine Bouneau, Hubert Lagardelle. Un bourgeois révolutionnaire et son époque, 1874-1958, Bordeaux, Eurédit, coll. « Passés composés », 2000. Par ailleurs, la revue Le Mouvement socialiste a fait l’objet de plusieurs travaux de Marion Dachary de Flers, dont « Le Mouvement socialiste (1899-1914) », dans Cahiers Georges Sorel, V, 1987, p. 24-31.

3 Le Parti socialiste, section française de l’Internationale ouvrière (SFIO), a été fondé par Jean Jaurès en 1905. Ce dernier parvient à unifier les courants très divers du mouvement socialiste. Morizet ne rejoint ce parti qu’au moment du congrès de Toulouse en 1909, à l’occasion duquel, d’une part, Jaurès manifeste son esprit conciliateur et, d’autre part, les syndicalistes révolutionnaires et une grande partie de la CGT parviennent à peser sur les orientations du PS.

4 André Morizet, « À travers les ruines. Le socialisme va s’avancer », l’Humanité, 14 novembre 1918.

5 Préfecture de police de Paris (PPo), intervention d’André Morizet, réunion électorale du 12 novembre 1919, organisée par l’Union républicaine et sociale de banlieue, Fontenay-sous-Bois, rapport de police du 13 novembre 1919.

6 Ibid., interventions d’André Morizet, réunions électorales de Nogent-sur-Marne, Saint-Denis et Saint-Mandé, rapports de police des 4, 10 et 13 novembre 1919.

7 Voir notamment André Morizet, « La victoire socialiste dans la Seine », l’Humanité, 12 décembre 1919.

8 Les premières motivations d’adhésion les plus abondamment citées par les délégués sont l’hostilité aux parlementaires, l’hostilité au socialisme de guerre, la volonté de réorganiser le PS, de renouer avec l’action révolutionnaire, puis la révolution russe. Voir « Sur deux questions centrales », dans Jean Charles, Jacques Girault, Jean-Louis Robert, Danielle Tartakowsky et Claude Willard (dir.), Le Congrès de Tours, texte intégral, édition critique, Paris, Éditions sociales, 1980, 919 p., p. 69-72.

9 Robert Tourly, à la SFIO depuis 1911, franc-maçon, journaliste, adhère au Parti communiste dès sa fondation. Rédacteur à l’Humanité à partir de janvier 1921, il rejoint le comité directeur du parti en octobre 1922. Il se rapproche peu à peu de ceux qui s’opposent à la ligne de l’Internationale. Il est écarté du quotidien communiste en décembre 1922.

10 Musée des Années 30, Boulogne-Billancourt, fonds Morizet, carton 2, lettre d’André Morizet à Robert Tourly (s.d.).

11 « L’injure au drapeau », L’Écho de Paris, 23 juillet 1920.

12 Archives municipales de Boulogne-Billancourt (AMBB), dossier « Drapeau rouge », lettre du 30 juillet 1920.

13 Citation de Morizet, dans « Histoire fantastique d’un drapeau à Boulogne », Le Populaire, 26 juillet1920.

14 AMBB, 3K 3, « Groupe des intérêts de Boulogne », affiche (s.d.).

15 Charles Rappoport, docteur en philosophie, journaliste, enseignant, adhère au Parti communiste dès sa fondation. Membre du comité directeur du parti, internationaliste, il démissionne du PCF en 1938.

16 Danielle Tartakowsky, Les Premiers communistes français : formation des cadres et bolchévisation, Paris, PFNSP, 1980, 215 p., p. 32.

17 Bibliothèque marxiste de Paris (BMP), Br. b. 916, André Morizet, « La presse du capitalisme », 7e conférence de la fédération PCF de la Seine, Les Cahiers du propagandiste, n° 1, 1920, p. 28-31. Morizet est d’autant plus habilité à prononcer cette conférence qu’il cofonde en novembre 1918 le Syndicat des journalistes. La BMP, ouverte en 1955 dans le 13ème arrondissement de Paris, est placée sous la responsabilité de l’Institut Maurice Thorez, puis de l’Institut de recherches marxistes. Elle ferme définitivement ses portes en 2001 ; son fonds est conservé au siège national du PCF (et non aux archives départementales de la Seine-Saint-Denis, où ont été déposées depuis 2003 la plus grande partie des archives du parti).

18 « La délégation française à Moscou au prolétariat français », l’Humanité, 25 août 1921.

19 PPo, Ga M2 12 445, dossier Morizet, rapport de police (s.d.) et notice individuelle « Mme Renault », 9 janvier 1923.

20 Morizet reste en Russie à peu près un mois de plus que la délégation dont il fait partie.

21 Le premier papier de Morizet sur la Russie paraît dans l’Humanité du 2 septembre 1923, sous le titre « Notre enquête au pays des Soviets. Les chefs de l’Armée rouge ». Cet article correspond à la mission assignée par le PC à Morizet (une étude sur l’organisation de l’armée), mais aucun des articles suivants ne concerne directement l’armée.

22 André Morizet, Chez Lénine et Trotski, préface de Léon Trotski, Paris, La Renaissance du Livre, 1922, 301 p.

23 Encore une fois, l’observation de la vie rurale fait défaut. Voir Sophie Cœuré, Images de la Russie soviétique dans la culture politique française (1919-1936), thèse dirigée par Jean-Jacques Becker, juin 1995, p. 151.

24 Ibid., p. 97. Au-delà du PC, Édouard Herriot, Jules Moch et Anatole De Monzie rendent la guerre et le blocus responsables de la situation économique russe.

25 Catholique, normalien, le professeur de russe, essayiste et traducteur Pierre Pascal se rend en Russie dès 1911. Il publie en 1921 une brochure intitulée En Russie rouge, enthousiaste sur le nouveau régime. Il y fait même l’éloge de la Tchéka et des « camps modèles ». Bien que continuant de vivre en URSS, il prend progressivement ses distances avec le régime stalinien.

26 André Morizet, Chez Lénine et Trotski, op. cit., p. 287-289.

27 L’ouvrage est tiré l’année de sa parution à 6 000 exemplaires. L’examen du compte de droits d’auteur de Morizet permet d’estimer la vente annuelle entre 1 000 et 2 000 exemplaires par an entre 1922 et 1926. Postérieurement, aucune source exploitable n’est disponible [archives privées de Mme Dreyfus-Morizet].

28 L’historien Albert Mathiez, favorable au communisme, juge l’ouvrage « vivant, coloré, puissant ». Musée des Années 30, fonds Morizet, carton 1, Albert Mathiez, lettre à André Morizet, « Mon cher Morizet », Dijon, 8 mai 1922.

29 Jules Uhry, « La nouvelle politique russe », Le Populaire, 25 août 1921.

30 Amédée Dunois, « Un bon et beau livre », l’Humanité, 27 mai 1922.

31 Voir les travaux de Rachel Mazuy, Croire plutôt que voir ? Voyages en Russie soviétique (1919-1939), Paris, Odile Jacob, 2002.

32 André Morizet, « En rentrant de Russie », l’Humanité, 10 août 1921.

33 Information tirée du Journal du peuple, Boulogne, 3 septembre 1921.

34 Ibid., Demandes et autorisation de délivrance de passeport. Morizet dépose une demande pour chacun des pays visités. Il n’obtient un passeport « pour tous pays » qu’à partir du 14 mai 1923, à l’occasion d’un nouveau voyage en Allemagne.

35 Henri Sellier, au parcours politique et intellectuel semblable à celui de son ami Morizet, devient maire de Suresnes en 1919, puis préside le conseil général de la Seine. Il est le père des cités-jardins qui voient le jour dans l’entre-deux-guerres en banlieue parisienne.

36 André Morizet, « Des cités-jardins, enfin ! », l’Humanité, 11 juin 1922.

37 OURS, 50 APO 18, fonds André Lebey, André Morizet, lettre à André Lebey, « Mon cher ami », 20 septembre 1922.

38 Déclaration de « la délégation française à Moscou au prolétariat français », l’Humanité, 25 août 1921.

39 Ibid. et PPo, intervention d’André Morizet, réunion organisée par la section communiste de Saint-Denis, 25 avril 1922. Rapport de police du 26 avril 1922.

40 PPo, Ibid., compte rendu de mandat des conseillers municipaux d’Issy, 5 octobre 1922. Rapport de police du 6 octobre 1922.

41 L’Internationale, 28 juillet 1922, entretien avec André Morizet, « La réaction à l’œuvre. Après la révocation de Morizet. Notre camarade considère la mesure comme nulle ».

42 Le communiqué, signé par le secrétaire fédéral Georges Marrane, paraît dans l’Humanité du 28 juillet 1922.

43 André Morizet, « À Boulogne », l’Humanité, 5 août 1922.

44 AMBB, D 20b. Affiche (s.d.), section de Boulogne du PC, « La révocation du maire. Au peuple ouvrier notre juge ! ».

45 Dans son édition du 26 août 1922, Le Merle blanc revendique un tirage de 812  000 exemplaires.

46 Victor Méric et Henri Fabre, nés la même année que Morizet (1876), journalistes, écrivains, après une jeunesse libertaire, antimilitaristes, lancent avec ce dernier en 1908 l’hebdomadaire satirique et politique Les Hommes du jour ; Victor Méric et Morizet font paraître à partir de 1910 le périodique antiparlementaire La Barricade. Puis Henri Fabre prend la tête de la publication soviétophile Le Journal du peuple (auquel collabore Méric) en décembre 1921, avant d’en être exclu trois mois plus tard.

47 Archives nationales, F7 12893, conseil fédéral de la Seine du PC-SFIC, 30 mai 1921, rapport de police du 31 mai 1921.

48 PPo, GA M2, dossier Morizet, rapport de police de juillet 1921. Sténodactylo, Lucie Leiciague fait partie à l’été 1921 de la délégation française, avec Morizet, partie à Moscou (la seule femme) et rédige à son retour un rapport sur celle-ci. Elle retourne à Moscou en 1924 avant de quitter le PCF cinq ans plus tard.

49 Ibid., rapport de police de décembre 1921.

50 Nous n’avons trouvé aucune trace d’une intervention de Morizet au congrès de Marseille. En revanche, nous le trouvons photographié – avec son chapeau familier sur la tête – en compagnie d’André Julien et d’Ernest Desprès dans l’édition du 5 janvier 1922 (n° 1) du Bulletin communiste, p. 19.

51 BMP, bobine 31.

52 Ibid.

53 Ibid., p. 28-30.

54 PPo, Ga M2 12 445, dossier Morizet, rapport de police, 21 octobre 1922. Aucune autre source ne permet de valider cette information, d’où l’emploi du conditionnel. Néanmoins, il est certain que Trotski a réellement préfacé l’ouvrage de Morizet, puisque nous disposons d’une copie du tapuscrit de Trotski, traduit par Pierre Pascal, avec des ratures de l’auteur.

55 Voir sur ce point notamment les travaux d’Emmanuel Naquet, Pour l’humanité. La Ligue des droits de l’homme, de l’affaire Dreyfus à la défaite de 1940, Rennes, PUR, coll. « Histoire », 2014.

56 PPo, Ga M2 12 445, dossier Morizet, service des RG et des Jeux, division de cabinet, 13 avril 1923.

57 BMP, bobine 28, annexe 5, Comité de défense communiste, déclaration (s.d.).

58 BMP, bobine 30. Voir le rapport (postérieur) n° 4 du secrétariat du parti au comité exécutif de l’Internationale.

59 Voir sur ce point Annie Burger-Roussennac, « Les intellectuels du PCF : le cas des journalistes de l’Humanité (1921-1939) », dans Nicole Racine et Michel Trebitsch (dir.), « Intellectuels engagés d’une guerre à l’autre », Cahiers de l’IHTP, n° 26, mars 1994 p. 173-184.

60 Marcel Cachin, « 1923. Le Parti traversera ce défilé et surmontera sa crise », l’Humanité, 1er janvier 1923.

61 Le communiqué officiel du 10 janvier de la commission exécutive du Comité de défense communiste – transformant donc ledit comité en Comité d’union communiste – paraît postérieurement, dans le numéro 1 de L’Égalité (17 janvier 1923).

62 Ce communiqué est publié par l’Humanité le 18 janvier 1923. Reconnaissons toutefois que lorsqu’un militant démissionne du PC, l’exclusion suit la plupart du temps.

63 Justinien Raymond écrit, dans la notice du « Maitron » concernant Morizet et dans la biographie qu’il lui consacre dans l’Actualité de l’histoire, que Morizet est exclu du PCF en raison de son appartenance à la franc-maçonnerie. Ces deux informations sont erronées, au vu des sources consultées et disponibles dans les années 1950 (Morizet meurt en 1942). Voir Justinien Raymond, « André Morizet », L’Actualité de l’histoire, n° 32, juillet-septembre 1960, p. 219.

64 Parmi les ouvrages et brochures, on compte, outre sa thèse et son voyage en Russie, entre autres : De l’incohérence à l’assassinat ! 30 mois de ministère radical (1909) ; Pourquoi nous avons besoin d’une presse puissante (1909) ; De l’incapacité des militaires à faire la guerre (1921) ; Du vieux Paris au Paris moderne. Haussmann et ses prédécesseurs (1932).

65 Ce n’est pas pour rien que le PCF se préoccupe d’emblée de la formation de ses militants à travers ses écoles. Voir à ce propos les travaux pionniers de Danielle Tartakowsky (voir note 16). Notre revue a publié un dossier sur cette question : « Les écoles des partis ouvriers au 20e siècle », sous la direction de Maurice Carrez : Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 79, 2000.

66 Morizet occupe la position de secrétaire de plusieurs revues, du Groupe des étudiants collectivistes, du Syndicat des journalistes (fondé en 1918) et d’associations diverses.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Délégation du PCF (composée essentiellement de Boris Souvarine, de Charles-André Julien, d’André Morizet – 3e à partir de la gauche – et du couple Vaillant-Couturier) accueillie au Kremlin, à Moscou, en 1921, par l’intellectuel francophile et esthète Anatole Lounatcharski, commissaire à l’Instruction [coupure de presse conservée par André Morizet, source non identifiée, archives privées de Madame Lucie Dreyfus-Morizet].
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/23172/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascal Guillot, « André Morizet, un intellectuel critique en Russie soviétique »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 159 | 2024, 71-94.

Référence électronique

Pascal Guillot, « André Morizet, un intellectuel critique en Russie soviétique »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 159 | 2024, mis en ligne le 02 avril 2024, consulté le 25 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/23172 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.23172

Haut de page

Auteur

Pascal Guillot

UVSQ, CHS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search