Navigation – Plan du site

AccueilNuméros159CHANTIERSRobert Dussart, idéaltype du synd...

CHANTIERS

Robert Dussart, idéaltype du syndicaliste communiste ouest-européen des Trente Glorieuses ?

Adrian Thomas
p. 97-114

Résumés

Douze dirigeants syndicaux communistes de neuf nations de la prospère période de l’après-guerre sont comparés, sur la base d’un exemple belge étudié en profondeur, afin de tenter de définir leur profil théorique commun. Cinq grandes analogies, à partir des origines familiales jusqu’à la fin de carrière, offrent un regard hypothétique sur le parcours militant de douze ouvriers peu scolarisés qui ont mené de grands conflits sociopolitiques avec le personnel de leur usine et assumé des responsabilités importantes à la tête de leurs syndicats et partis, non sans rencontrer de multiples problèmes et tensions internes. Cette analyse permet d’entrevoir l’ethos d’un type particulier de syndicaliste et l’environnement qui l’a conduit à se surpasser et à briser le plafond de verre de la reproduction sociale, sans trahir les aspirations et valeurs de sa classe.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Adrian Thomas, Robert Dussart, une histoire ouvrière des ACEC de Charleroi, Bruxelles, Aden, 2021.
  • 2 « Histoire croisée : le cas de la Belgique. Robert Dussart, une histoire ouvrière des ACEC de Charl (...)
  • 3 « Robert Dussart, idéaltype du syndicaliste communiste ? », Journée d’étude sur le centenaire du PC (...)

1De quoi Robert Dussart est-il le nom ? J’ai conclu la biographie1 de ce communiste belge par cette question car elle saute aux yeux quand on découvre son parcours militant, qui a marqué la classe ouvrière du Hainaut sur une période longue d’une quarantaine d’années. Cet itinéraire fascinant invite naturellement à la comparaison. Au séminaire de l’histoire globale des communismes de l’université de Bourgogne-Franche-Comté, j’ai eu l’occasion d’envisager un rapprochement avec des militants français. Les premiers noms de Roger Linet et de Claude Poperen, syndicalistes illustres de Renault-Billancourt, ont fait consensus. Roger Martelli pense ainsi que « ce sont des modèles de syndicalistes communistes qui sont des idéaltypes parfaits. Et Dussart en est un2 ». Fort de cet échange, j’ai sondé la question lors d’un colloque à Liège3, en restant toutefois sur ma faim. Je disposais de trop peu d’exemples. Une recherche historiographique approfondie se révélait nécessaire pour croiser le cas de Dussart avec d’autres. Une démarche prosopographique ne pouvait pas s’en tenir à la Belgique, faute d’échantillon suffisant. Ce parti pris biographique prétend s’inscrire dans l’approche relativement neuve de la sociohistoire, de l’histoire sociale du politique, croisée, comparative, par le bas. C’est un prisme qui tranche avec l’étude classique des partis sous le seul axe des grands débats idéologiques, internationaux et parlementaires.

Introduction : à la recherche d’un profil politique et ouvrier bien particulier

2Décortiquons les démarcations de l’objet de l’investigation : cerner l’idéaltype du syndicaliste communiste ouest-européen des Trente Glorieuses. Insistons d’abord sur la nature abstraite et illusoire par définition de l’idéaltype, outil méthodologique conçu par Max Weber. C’est une construction du chercheur, qui sélectionne des cas distincts mais pertinents pour son étude. Sa modélisation ne reprend que certains traits de la réalité et les simplifient pour sa démonstration.

  • 4 Maurice Cronin, « Sinclair, Elisabeth (Betty) », dans Dictionary of Irish Biography, 2009 [en ligne (...)
  • 5 Pierre Outteryckx, Martha Desrumeaux : une femme du Nord, ouvrière, syndicaliste, déportée, féminis (...)

3Le terme « syndicaliste » est à prendre d’abord au sens de la saisie et du maintien sur un temps long de responsabilités syndicales notables, qui vont du mandat de délégué principal de son lieu de travail à la direction du syndicat. C’est une carrière qui s’amorce dans l’entreprise et se poursuit dans l’appareil du syndicat, en gardant en ligne de mire le port d’attache. Précisons qu’il s’agit d’ouvriers. Peu de syndicalistes employés ont connu en ce temps-là un large écho. Les meneurs paysans ne sont pas compris dans la recherche, ni les femmes qui traversent encore à l’époque une expérience de vie trop distincte des hommes, toujours peu insérées dans le marché du travail et en partie dans les syndicats et partis. Il y a cependant des exceptions, surtout parmi les ouvrières du textile, comme Betty Sinclair4 ou Martha Desrumeaux5, qui mériteraient une étude à part entière.

  • 6 « Quarante ans de cellules communistes aux ACEC », Lava, n° 19, hiver 2021, p. 144-155.

4La notion de communiste signifie que le militant a adhéré au parti ad hoc de son pays et y est resté peu ou prou fidèle durant son activité syndicale. Le syndicaliste communiste marie ses deux engagements non seulement dans sa vie courante, en politisant les revendications des luttes, mais aussi concrètement en s’organisant consciemment pour faire croître l’influence et les effectifs de son parti dans sa firme et sa structure syndicale. Le rôle de la cellule d’entreprise du PC est donc capital dans l’enquête. J’ai développé dans un article, concentré sur les cellules des quatre usines des ACEC, en quoi ce type d’organisation est inhérent à l’action communiste, malgré la grande difficulté à l’entretenir sur un terrain en tout point hostile6. J’y reviendrai.

  • 7 Nina Fishman, Anita J. Prazmowska, Holger Heiter, « Communist Coalmining Union Activists and Postwa (...)
  • 8 Ad Knotter, « “Little Moscows” in Western Europe : The Ecology of Small-Place Communism », Internat (...)
  • 9 Robert W. Cherny, Harry Bridges : Labor Radical, Labor Legend, University of Illinois Press, 2023.
  • 10 Richard Desrosiers, « Bob Haddow, militant syndical », dans Robert Comeau, Bernard Dionne, Le Droit (...)

5L’originalité première de la démarche est de mettre en dialogue douze personnalités de neuf nations ouest-européennes. Certains historiens ont utilisé la méthode avec pertinence en sélectionnant des cas d’étude pour comparer des syndicalistes mineurs7 et des « petites Moscou »8. Le cadre belge ou même francophone est trop restreint. Il faut élargir la focale. L’espace occidental choisi ne colle ni à la construction européenne ni au sens culturel qui lui associe des pays qui n’en font géographiquement pas partie (Grèce et Chypre) et ne sont pas compris dans le panel. Tout l’Occident pourrait aussi être embrassé, avec l’Amérique du Nord. Il y a quelques rares cas probants aux États-Unis et au Canada, comme Harry Bridges à San Francisco9 ou Bob Haddow au Québec10. Mais notre champ de recherche sera circonscrit à l’Europe de l’Ouest au sens strict, car notre but n’est d’être ni représentatif ni exhaustif. Ce n’est ni possible ni essentiel.

6Enfin, en termes de périodisation, la fin de la guerre ouvre trois décennies de grande croissance économique qui touchent toutes les nations ouest-européennes, que ce soient les pays vainqueurs (les Trente Glorieuses en France), les vaincus (comme le Miracolo economico italien) et les dictatures encore un peu à la marge (tel que le milagro español). C’est une phase d’expansion considérable de la production, de la consommation et de la démographie. L’industrie lourde est au cœur de cette prospérité. Le rôle de la classe ouvrière n’en est que plus central. Le prolétariat a maints avantages dans ce rapport de force avec le patronat, que ce soit sur le marché du travail grâce au plein emploi ou sous un angle politique à la faveur de sa force syndicale et partisane. C’est en effet une ère de syndicalisation et d’affiliation massive aux partis de gauche, en premier lieu communistes. Forts de leur légitimité gagnée dans la résistance aux fascismes puis au retour de la démocratie, les syndicats et les PC sont sans doute au summum de leur influence sociétale.

7Bien sûr, les deux ne marchent pas forcément d’un même pas. La symétrie fonctionnait à peu de chose près dans des syndicats à majorité communiste comme la CGT en France, la CGIL en Italie, la CGTP au Portugal ou encore les CCOO en Espagne, mais pas en Belgique ni au Royaume-Uni ni en Irlande ni au Danemark. La spécificité des Pays-Bas est qu’un petit syndicat communiste (EVC) a fonctionné une quinzaine d’années après la guerre avant de se fondre dans son homologue social-démocrate. Dans ces cinq derniers pays, quelques communistes ont pu briser le plafond de verre syndical quand leur parti tutélaire se bornait à la marginalité électorale. Ce sont des phénomènes plutôt extraordinaires et très méconnus de l’historiographie.

Une sélection de douze dirigeants syndicaux communistes des Trente Glorieuses

  • 11 « DUSSART Robert », Le Maitron, dictionnaire biographique du mouvement ouvrier belge, [en ligne], o (...)
  • 12 « Robert Dussart, une histoire ouvrière belge », Cause commune. Revue d’action politique du PCF, n° (...)

8L’itinéraire de Dussart étonne à plus d’un titre. Son parcours est résumé dans Le Maitron11 et Cause commune12. C’est en deux mots le délégué syndical principal, communiste, des Ateliers de constructions électriques de Charleroi (10 000 salariés). Durant une très longue période de trente ans, il a été de concert un dirigeant politique national du PCB et le meneur emblématique d’une grande usine qui a donné le ton à la lutte sociale régionale, dès la grande grève de 1960-1961 que Dussart a incarnée localement. C’est une longévité rare en Belgique, mais aussi ailleurs en Europe, même si plusieurs des cas de figure surprennent par leur durabilité. Ce qui l’est peut-être davantage, c’est que cette ascension survit à son rapport souvent conflictuel avec la direction syndicale. Dussart n’a pas cherché à ménager la chèvre et le chou : les ACEC ont été en grève quasiment chaque année de 1960 à 1982. Il a construit son assise syndicale, certes sur la participation ouvrière, mais aussi sur une nette autonomie à l’égard des instances de la FGTB et même du PCB. C’est une singularité, qui le rattache à peu de personnalités de notre panel.

  • 13 Jules Pirlot, « BAIWIR Marcel », Le Maitron [en ligne], 2019 ; Marcel Baiwir, Contribution à l’hist (...)
  • 14 Gerrit Voerman, « MEIS Frederik », dans Biografisch Woordenboek van Nederland, t. 5, La Haye, 2002 (...)
  • 15 Kurt Jacobsen, « Knud Jespersen », dans Arbeijderhistorie redaktionen (leksikon.org) [en ligne], 20 (...)
  • 16 Ewan Gibbs, « Michael “Mick” McGahey : Miner, communist and trade union leader », Twentieth Century (...)
  • 17 Lawrence William White, « Barr, Andrew (Andy) », Dictionary of Irish Biography, 2010 [en ligne] ; F (...)

9Outre Dussart, Marcel Baiwir a évolué dans une situation assez similaire. Ce sidérurgiste est malgré tout parvenu en fin de carrière à présider la délégation syndicale de l’immense ensemble sidérurgique liégeois Cockerill13. Aux Pays-Bas, il faut relever la performance de « Fré » Meis, l’un des meneurs de la petite centrale communiste dissoute en 1960, qui a offert à son parti une victoire électorale inédite en 1970 après une décennie de luttes ouvrières victorieuses14, tandis que Knud Jespersen est considéré comme le porte-drapeau naturel de la plus grande grève de l’histoire danoise (1956) avant de rendre populaire son parti durant les seventies15. L’Écossais « Mick » McGahey a aussi gagné une visibilité nationale en menant au cours des années 1970 une série de grèves de mineurs, poussant même à la démission un Premier ministre16. Que dire enfin d’« Andy » Barr, qui a réussi l’exploit de présider la confédération syndicale de toute l’Irlande alors que son parti a toujours été infime17 ? Ces percées sont toutefois des exceptions qui confirment la règle, généralement perdues dans un océan de syndicalisme social-démocrate.

  • 18 Claude Poperen, Renault, regards de l’intérieur, Paris, Éditions sociales, 1983 ; Robert Kosmann, « (...)
  • 19 Paul Boulland, Des vies en rouge. Militants, cadres et dirigeants du PCF (1944-1981), Paris, Éditio (...)
  • 20 Michel Dreyfus, « Alberto Balducci, symbole d’une petite Italie syndicale dans la Lorraine du fer » (...)
  • 21 Pio Galli, Sandro Bianchi, Da una parte sola. Autobiografia di un metalmeccanico, Roma, Manifestoli (...)
  • 22 Maria João Raminhos Duarte, Oposição à ditadura militar e ao « Estado Novo » no Algarve (1926-1958) (...)
  • 23 Marcelino Camacho, Confieso que he luchador, Madrid, Temas de Hoy, 1990 ; Oscar Estaire Cabanas, «  (...)

10En revanche, l’Italie, l’Espagne, le Portugal et surtout la France ont compté moult syndicalistes communistes remarquables. Claude Poperen, déjà cité, a peut-être été le militant qui a le mieux incarné la forteresse cégétiste de Renault-Billancourt, joyau prolétarien du PCF18. Robert Marchadier a mené dans le combat social une autre citadelle ouvrière, Michelin à Clermont-Ferrand. En plus de son grand prestige de résistant, il personnifie pour Paul Boulland « l’idéaltype du dirigeant ouvrier19 ». Alberto Balducci a dirigé efficacement les mineurs lorrains, leur évitant une certaine marginalité syndicale corollaire à la fermeture graduelle des puits20. De l’autre côté des Alpes, Pio Galli est arrivé à réunifier la FIOM aux autres syndicats métallurgistes et à tenir la dragée haute au patronat galvanisé par la révolution conservatrice21. Quant à João Negrão, le Portugais est arrivé à organiser au fil des années 1940-1960 les luttes des liégeurs de l’Algarve, malgré la terreur de la police politique22. Enfin, et non des moindres, Marcelino Camacho est en Espagne l’un des fondateurs des CCOO clandestines, faisant de son syndicat le premier du pays après la fin d’une dictature qui l’aura enfermé durant douze années cumulées23.

11Cet article vise donc à comparer Dussart à onze autres syndicalistes qui lui sont contemporains en termes de militantisme, plutôt voisins et nécessairement de son obédience, et à en souligner des caractéristiques communes afin de brosser le portrait d’une sorte d’idéaltype, voire d’un ethos particulier, tout en distinguant les inévitables différences et les limites de la démarche. Ces douze profils n’ont pas été aisés à repérer. L’échantillon a été établi à titre exploratoire selon la ressemblance la plus proche des parcours de vie. D’autres auraient pu être choisis, mais l’exercice dépend de l’historiographie actuelle, qui reste fort inégale selon les pays, et de son accessibilité. Cette étude en chantier réclamera par conséquent à l’avenir un étayage.

  • 24 Max Weber, L’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme, Paris, Plon, 1964.
  • 25 Bernard Fusulier, « Le concept d’ethos : de ses usages classiques à un usage renouvelé », Recherche (...)
  • 26 Julian Mischi, Le Parti des communistes. Histoire du Parti communiste français de 1920 à nos jours, (...)
  • 27 Robin Bruyère, Travail syndical et influence du PCB au sein de la FGTB de Liège dans les années 197 (...)

12À quoi ressemble un dirigeant syndical communiste ouest-européen des Trente Glorieuses ? Est-il possible de cerner une sorte d’idéaltype du genre ? Faut-il d’abord établir son ethos ? Ce concept, défini par Max Weber24 et souvent réadapté25, tente d’articuler l’éthique théorique d’un individu, c’est-à-dire l’image qu’il parvient à se forger de lui-même en accord avec ses valeurs, et sa manière de la mettre (ou non) en pratique de multiples façons. L’ethos envisage donc une identité collective à travers ses actions rationnelles et son lien avec d’autres parcours plutôt similaires. Qu’est-ce qui les caractérise donc ? Certains se sont attelés à la tâche, comme Julian Mischi26 ou Robin Bruyère27, avec une série de traits communs. Quels sont les nôtres ? Il y en aurait beaucoup à souligner. Restreignons-nous aux cinq plus éloquents.

Une jeunesse marquée par le déterminisme social et politisée par le syndicalisme

Localisations des douze dirigeants syndicaux communistes

13Il y a d’abord l’enfance et l’éducation familiale. Les échantillons naissent dans la grande misère, parfois effroyable. Galli et McGahey ont perdu de jeunes frères, par exemple de la diphtérie ou de maladie professionnelle. À part Camacho, les hommes grandissent en banlieue ouvrière de grandes villes industrielles. Tous s’y établiront. Aucun n’évolue en communauté isolée. Ils ne sont pas issus de l’immigration étrangère, hormis Balducci, ni même interne, excepté le cas hispanique. Le père et quelquefois la mère sont ouvriers (sauf pour Poperen, qui vient d’une famille d’instituteurs), souvent dans la même usine que les sujets fréquenteront, tout en passant de temps en temps par une brève phase de petits boulots, à la fin de leur courte scolarité. Ils l’achèvent à quatorze ans, voire avant. Certains suivront des cours du soir pour prétendre à un métier qualifié. La religion, si pesante dans la société d’alors, n’a pas d’emprise sur leur famille. Leurs parents ne sont pas réellement des bouffeurs de curés, mais plutôt, à peu de chose près, des indifférents à la foi. Eux-mêmes ne se rendent pas ou peu à l’église et resteront athées à vie. Ils se marieront avec des femmes de mêmes classe et conviction qu’eux. Ils évoluent naturellement dans un milieu socialement homogène : presque tous leurs proches sont ouvriers dans le même secteur.

14Le rôle du père dans leur conscientisation politique est presque unanime, bien plus que leur mère ou les deux parents à parts égales. Aucun n’a en tout cas de sérieux désaccord idéologique avec ses géniteurs. Soit le père est déjà au parti, soit il est très marqué à gauche (antifasciste, républicain, anarchiste). De ce fait (et d’autres), il n’y a pas vraiment d’hésitation avec le parti socialiste ou de choix par la négative, en rejet de la social-démocratie (même là où elle est dominante). Seul Marchadier vient d’une famille guère militante. Le père acclimate ses enfants généralement par un centre culturel comme la maison du Peuple (très marquante pour Dussart) ou le Left Book Club, voire par la presse. Negrão dira avoir appris à lire grâce au journal illégal du parti communiste. L’exploitation salariée des parents, observée voire partagée par eux-mêmes, stimule aussi la révolte, de même que l’injustice ou la répression subie pour leur engagement politico-syndical. Le père les initie d’ordinaire au syndicalisme, activement ou non.

15La lutte syndicale intervient comme première mise à l’épreuve de leur légère formation idéologique. Ce sont parfois de grands mouvements nationaux (1936 pour Baiwir et les cas franco-espagnols dans une certaine mesure). C’est globalement moins éclatant pour les autres types, comme Dussart, qui intègrent rapidement le syndicat après leur embauche et découvrent pas à pas les multiples facettes du combat, grâce à leurs aînés qui les parrainent et les encouragent. Cette révélation se matérialise à travers de fréquentes mobilisations socio-économiques, parfois dans un cadre clandestin, et la prise de premiers mandats représentatifs du personnel au sein du syndicat, au niveau basique de l’atelier.

16Un grand point commun est donc que leur politisation s’amorce presque toujours grâce au père et systématiquement par le syndicalisme. C’est la première marche de leur militantisme, qui va de pair avec l’adhésion au parti, ou y conduit, même si certains passent par la jeunesse communiste.

Le poids de la répression sur l’engagement

17Les syndicalistes communistes ouest-européens choisissent une voie difficile, qui est nettement caractérisée par le conflit et donc par la répression de toute nature : policière, judiciaire, patronale et même intrasyndicale ou partisane. Les militants ont encaissé bien des coups durant leur vie.

18Il y a tout d’abord l’oppression la plus violente, celle de la dictature fasciste meurtrière. Certains connaissent la lutte armée dans leur formation pratique. Inévitable pour Camacho, Negrão et Galli, cette expérience est rencontrée dans la résistance pour quatre individus de pays occupés, tandis que Dussart et un autre militant sont victimes du STO. Un cas est trop jeune : le panel comprend des cas presque tous issus de la même génération, nés entre 1911 et 1926, sauf Poperen (1931). Les deux Anglo-Saxons sont restés sur leurs îles durant la guerre. Quatre des douze sont même envoyés dans les camps, cinq si on compte le cas espagnol. Camacho endure ainsi de longs séjours dans les prisons franquistes. Jespersen ne s’est jamais vraiment remis des tortures alors infligées par les nazis. Negrão est cependant parvenu à échapper à la sinistre police politique, malgré sa surveillance constante et plusieurs tentatives d’arrestation, avant de se mettre au vert pour de bon. Il y a enfin des violences partidaires particulières, comme en 1956 quand des catholiques ciblent les communistes en réaction à l’affaire hongroise. Meis doit se cacher pour échapper à leur frénésie. De même, Barr a toujours cherché à apaiser les troubles en Irlande, mais un projectile lancé par un unioniste le blesse lors d’un défilé à Belfast (1974). Ce sont des tribulations qui marquent au fer rouge dans la chair le poids de leur engagement.

  • 28 Sauf dans de rares cas. Voir par exemple Élie Teicher, « Une brèche dans le système belge de relati (...)

19La répression légale dans un cadre plutôt démocratique, par la police et la justice, surgit tout au long du parcours militant, mais surtout à son début, lorsque le syndicaliste est encore vulnérable et mal assuré sur ses bases. C’est parfois pour des raisons politiques, comme dans le contexte du pacte germano-soviétique (Baiwir), mais le plus souvent durant ou après une lutte syndicale dure. Balducci écope en 1953 d’une peine de prison et d’une amende avec sursis pour une grève. Marchadier est astreint en 1938 à 18 mois de prison ferme en réaction au blocage de Clermont-Ferrand. Poperen (1950) et Dussart (1961) sont écroués quelques jours pour l’occupation d’une autre usine que la leur. Des violences policières accompagnent quelquefois leur arrestation, comme quand McGahey est brutalement frappé par un agent sur un piquet de grève en 1972. Les appels téléphoniques du syndicaliste britannique sont aussi écoutés par le MI5. Il paraît évident que tous sont surveillés par la sûreté nationale, même si c’est rarement démontré. Il est possible que des milices ou détectives privés, voire des barbouzes et des militants violents d’extrême-droite à la solde de grands bourgeois, les aient tenus à l’œil, mais ce n’est pas non plus prouvé28.

  • 29 Robert Boure, Les Interdictions professionnelles en Allemagne fédérale, Paris, Maspero, 1978.

20Une condamnation judiciaire légitime la répression patronale. Si Dussart parvient à prouver son innocence à ses deux procès (1961 et 1979) et à désamorcer les représailles de son employeur, Poperen est déclassé à un poste sous-qualifié, mais reste tout de même à l’usine pour continuer à militer. Une expérience de sanction patronale arrive toutefois souvent pour des prétextes plus triviaux, comme une grève (McGahey, Barr, Galli) ou même la création d’une section syndicale (Balducci, Marchadier), et se traduit par un licenciement sec. Il est alors très délicat de trouver un travail car le militant est placé sur une liste noire patronale attestée (Meis, Galli, Marchadier) ou non. L’arbitraire reste de mise dans le règne de la propriété privée, même si la législation va l’atténuer (sauf dans l’Allemagne fédérale du Wirtschaftswunder29 et sous les diverses formes maccarthystes des années 1950). Il va sans dire qu’aucun ne connaît de promotion professionnelle dans son entreprise.

La cellule d’usine comme pépinière de syndicalistes combatifs

21La répression peut aussi se dérouler dans une certaine mesure au sein du syndicat, surtout si le militant est en décalage idéologique avec sa direction. Le cas s’est aussi produit dans un cadre interne au parti. Avant d’approfondir ce point, l’origine principale de ce rapport conflictuel se trouve en bonne partie dans l’autonomie que s’érige le dirigeant syndical communiste à partir de sa base. La première brique de cette liberté se constitue d’abord à partir de la cellule d’usine.

22C’est une spécialité communiste, souvent imitée par ses rivaux (maoïstes, trotskistes, socialistes et même sociaux-chrétiens), mais jamais égalée, pour le moins par sa longévité et sa popularité. La section d’entreprise du parti communiste est l’un des traits communs majeurs des douze cas de figure. La cellule ne joue pas seulement un rôle clé dans leur formation idéologique et pratique, c’est aussi leur rampe de lancement, qui donne corps à leur engagement. Elle les précède, mais leur succédera rarement. Ce sera en tout cas souvent leur base arrière et leur « ascenseur social ».

23À l’exception de la couche la plus âgée du panel (Marchadier, Camacho), ce ne sont pas eux qui fondent ces cellules sur leur lieu de travail, mais la génération qui les précède. On retrouve en effet les premières sections d’usine durant l’entre-deux-guerres, qui peinent néanmoins à survivre. Beaucoup se développent grâce à la stratégie antifasciste de Front populaire, puis au cours de la guerre (surtout du côté anglo-saxon). La phase de la Libération les met en sommeil au profit de structures municipales permettant un meilleur recrutement. Elles sont réactivées massivement au début de la guerre froide, c’est à ce moment que presque tout l’échantillon les rejoint (hormis les deux précités et Barr), mais elles s’estompent peu à peu dans le climat sectaire de l’époque. Elles connaissent un nouvel âge d’or au fil des années 1960-1970, mais s’éteignent par la suite, même si les cycles de progrès et de recul sont inégaux et parfois un peu décalés.

24Ces cellules ne sont jamais très peuplées, sauf les modèles français et à l’exception de quelques intervalles comme les Golden Sixties (du moins au Benelux). Le plancher des effectifs s’établit donc à un noyau d’une dizaine de membres et a pu monter à des centaines d’affiliés (plus de deux mille à Renault-Billancourt durant maintes années !). Ces sections apparaissent quoi qu’il en soit parmi les plus solides de leur parti dans le monde ouvrier. C’est le cas pour les exemples franco-belges, mais aussi anglo-saxons. Au sud, ce sont Seat à Barcelone et Fiat-Mirafiori à Turin qui remportent la palme, sans pourtant disposer de dirigeant syndical emblématique à l’image des douze personnalités. Ces cellules ont une durée de vie souvent longue, à savoir vingt à quarante ans (parfois plus chez Renault, Michelin et Cockerill), sauf encore une fois curieusement pour les cas italo-espagnols. La cellule de l’aciérie de Galli (Caleotto), ouverte à la fin de la guerre, est liquidée en 1953 par l’éviction de son noyau et fondue dans la section locale, sans qu’aucune trace laisse distinguer une renaissance plus tard. Peu d’éléments n’autorisent non plus à penser que le groupe secret de Perkins Hispania, fondée en 1957, ait survécu à l’arrestation de Camacho en 1967 ou ait été relancé après la mort de Franco. La cellule clandestine de Fábrica do Ingles est en revanche la plus agissante de celles de Silves (Algarve), toutes contrôlées par Negrão, du moins durant sa phase la plus active (1948-1958).

25Ailleurs, il semble assez certain que les structures militantes usinières soient restées pérennes. La Branch de Shorts, l’usine aéronautique de Barr, édifiée peu avant la guerre, semble avoir conservé une substance durant bien des années. Celle de McGahey, créée dans le même temps au charbonnage de Cardowan (Glasgow), a compté au moins dix membres jusqu’à sa fermeture en 1983. Balducci a mené une cellule de mineurs lorrains antérieure à l’Occupation et à son propre engagement, l’a développée dès lors (la région dispose de dizaines de sections de puits avec des centaines d’adhérents dans l’après-guerre) et a accompagné leur déclin dans les années 1960, avec désinvolture selon la direction du PCF. Quant aux ACEC-Charleroi, leur cellule naît à la Libération et rencontre un premier succès grâce à l’offensive sociale du début de la guerre froide, puis s’essouffle avant de connaître durant les années 1960 leur période la plus fructueuse (250 membres), dans le sillon de la grande grève de 1960-1961, que Dussart a animée au Pays noir. Tirant son influence de divers canaux (syndical, social-chrétien, pacifiste et régionaliste), la section subit ensuite un tassement graduel, jusqu’à sa disparition avec la retraite de Dussart et la dislocation de l’usine à la fin des années 1980. Même observation pour Jespersen : le chef du syndicat des dockers d’Aalborg quitte le port en 1958 pour assumer la présidence de parti à Copenhague. Le cas néerlandais est enfin plus distant car, vite promu permanent syndical en début de carrière, Meis n’est pas affecté à une cellule en particulier, même s’il garde l’œil sur celles de l’industrie du carton-paille de Groningen (durables jusqu’à la fin des années 1970).

26Le recul global des cellules d’entreprise mériterait plus d’explications, mais on peut sans doute percevoir, au-delà de la crise de leur PC, une causalité paradoxale avec l’ascension syndicale et politique de leur meneur. Sa montée dans les échelons de l’appareil l’éloigne fatalement de sa base. Le don d’ubiquité n’existe pas. La cellule perd sa locomotive et s’affaiblit. Cinq des cas de figure restent attachés de près ou de loin à leur cellule d’origine malgré leur nouvelle fonction (Dussart, Baiwir, Poperen, Balducci, McGahey), tandis que les autres s’en détachent pour diverses raisons. L’enjeu de ce genre de défi est d’assurer une relève, mais il s’avère épineux et aggravé par la désindustrialisation, phénomène souvent dissocié à tort de l’érosion des PC. Seules de grandes cellules arrivent en bonne partie à se renouveler (Cockerill, Renault, Michelin) avant leur restructuration. Dussart ne parvient toutefois pas à former de remplaçant, si bien que la dernière génération de syndicalistes aux ACEC sera impuissante à résister à la dispersion de leur firme. Meis, McGahey, Barr, Camacho et Galli semblent avoir été confrontés au même challenge, pour la plupart inextricables, et avoir quitté la scène avec ce regret-là.

27Ces cellules ont servi d’incubateurs à une série de brillants syndicalistes. La sociabilité militante qui s’en dégage a permis de façonner une culture politique ouvrière, collectivement capitalisée et transmise grâce à l’action de masse, et a fait jaillir d’excellents organisateurs qui dépréciaient peut-être d’abord leur potentiel. Si ces pépinières avaient le temps et les moyens de tenir leurs promesses, la conquête et la conduite de mandats syndicaux en découlaient rapidement. Mais, comme déjà dit, cette connexion s’est révélée rare dans les syndicats non communistes.

Un rapport multiconflictuel avec la hiérarchie syndicale et politique

28Ces douze syndicalistes sont remarquables pour leur carrière syndicale. Ils ont honoré durant de longues années la représentation du personnel de leur entreprise ou secteur d’origine grâce à la confiance de leur base ouvrière. Tous ont fréquenté de ce fait les instances nationales de leur syndicat (voire les ont dirigées), à l’exception des deux Belges et du Portugais (qui durant la clandestinité rencontrait ses supérieurs individuellement). Cette progression n’a été ni aisée ni linéaire, même dans les syndicats procommunistes où se mêlent des conflits politiques qui avortent parfois des trajectoires prometteuses. Nombre de tensions et querelles intrasyndicales ont jalonné leur parcours. Bien souvent en cause : leur autonomie d’action, relative ou entière.

29Dans les syndicats à majorité socialiste, les syndicalistes communistes doivent filer doux. C’est ce qui explique la privation de fonctions clés des deux Belges à la FGTB. Écartés de toute charge dirigeante depuis leur purge de 1948, les militants du PCB y sont à peine tolérés, du moins s’ils ne tentent pas de remettre en cause l’unité interne et surtout la légitimité des chefs sociaux-démocrates, même les plus radicaux. Baiwir frise deux fois l’exclusion pour avoir désobéi au dirigeant régional André Renard (d’abord en 1951 durant une campagne pacifiste, puis surtout en 1960 pour son rôle clé dans le lancement de la « grève du siècle » à Liège), ne sauvant sa place que grâce au soutien résolu de ses amis métallos et s’abstenant absolument de prétendre à tout mandat politique électif. Dussart est moins mis sous pression. Son usine, marquée depuis la Libération par une équipe syndicale pluraliste, échappe au patron de la FGTB à Charleroi. Arthur Gailly cherche à réaffirmer son autorité sur les ACEC. Quand Dussart déclenche la grève de 1960-1961 au Pays noir, il l’exclut, avant de vite se rétracter. Leur relation ne se normalisera pas. Gailly garde Dussart à l’écart de l’exécutif des métallos jusqu’à sa retraite en 1971. Dussart veille plus encore à la prudence, se privant bien de soutenir les grèves sauvages d’alors et délaissant sa cellule afin d’affermir son intégration syndicale. Son endurance lui permet, dans les années 1970, d’avoir les coudées franches et même de prendre l’ascendant sur les successeurs de Gailly. Même s’il ne conquiert pas la présidence régionale du syndicat, Dussart gagne de sa hiérarchie syndicale toute latitude en 1979 pour mener à bien sa grève pour les 36 heures, longue et gagnante, et la conserve durant ses dernières années. Pareille reconnaissance syndicale envers un dirigeant communiste de premier plan témoigne d’un respect rarissime de la part des socialistes, pourtant jamais menacés dans leur hégémonie sur les bassins industriels wallons. Il dispose de cette autonomie aussi de la part de son parti, dont il est pourtant l’un des chefs (membre du bureau politique dès 1971, directeur un temps de l’organe central, sénateur durant quatre ans et dernier président francophone de 1985 à 1990). Est-ce un cas unique ?

30Les syndicats anglo-saxons autorisent dans une large mesure leurs fédérations à agir plutôt à leur guise. Celui des mineurs, tenu par les communistes (du moins en pays écossais et gallois), le démontre à de nombreuses reprises. McGahey cultive durant toute sa carrière un côté rebelle, n’hésitant pas à critiquer ses supérieurs. Battu en 1971 à la présidence nationale du syndicat par un travailliste (qui aurait retardé sa retraite pour s’assurer que McGahey ne se présente à nouveau), le syndicaliste écossais s’en tient à la seconde place et mène des grèves victorieuses, sans être gêné par sa direction. Bien que combatif, il est pragmatique et s’oppose à la stratégie excessive de son camarade Arthur Scargill durant la grande grève des mineurs de 1984-1985, sachant se faire apprécier au-delà de son cercle proche. C’est davantage le cas de Barr. Au cours de sa brillante carrière syndicale étalée sur les Glorious Thirty, le syndicaliste irlandais semble avoir soigneusement choisi ses luttes. Même s’il doit attendre la mort de Staline pour devenir permanent à temps plein, il ne souffre pas du climat toujours plus anticommuniste au sein du syndicat. Il évite les grèves spontanées et engrange des succès tactiques grâce à d’autres, lui ouvrant l’ascenseur syndical qui l’amène à présider le syndicat irlandais en fin de parcours (1974-1975). Quant au cas néerlandais, Meis et ses camarades troquent la liquidation de leur petit syndicat communiste contre un rôle d’aiguillon idéologique, leur permettant de remporter des victoires dans leurs bastions. Les communistes danois ont, eux, longtemps gardé une grande influence dans les syndicats du transport, du bâtiment et des enseignants. Jespersen a disposé d’une réelle autonomie d’action, l’amenant à jouer un rôle clé dans la grève de 1956. Ces cas exceptionnels ne rompent toutefois pas l’endiguement social-démocrate global de leur syndicat.

31Dans les syndicats communistes, les conflits intrasyndicaux se superposent plutôt à des enjeux politiques au sein du parti. Certains s’en sortent bien, comme Negrão qui a parfois même perdu le contact avec le sien à cause de l’arrestation de ses chefs. D’autres ne rencontrent des tensions qu’en fin de carrière. Galli est tancé par les dirigeants du PCI quand le syndicat métallurgiste quitte la communiste Fédération syndicale mondiale pour son homologue centriste (1980), mais il est absout par Berlinguer. Camacho est en revanche écarté en 1991 de la tête des CCOO par sa nouvelle direction socialiste. Poperen quitte en 1987 le bureau politique, regrettant finalement de l’avoir rejoint aux dépens de l’usine. Marchadier vit, lui, une situation extrême : disposant après-guerre d’une liberté d’action et de parole, encombrante pour Thorez, il est mis sur la touche en 1950 avant d’être démis de ses fonctions fin 1955. Il cesse de militer. Sans doute pour se préserver de cette menace, Balducci construit un réseau stable, parallèle à l’appareil de parti, à partir de puits et de mairies de villages miniers, qui lui donne une rare autonomie syndicale et de ton envers le PCF. Ce « communisme syndical », qualifié d’« anarchosyndicalisme » par les caciques locaux du parti, a perduré tant bien que mal des années 1950 à 1970, et a laissé Balducci devenir et rester secrétaire général de la CGT des mineurs, sans jamais quitter le parti.

32Dussart paraît bien plus autonome que le reste du panel. Les autres meneurs semblent plus collectifs et interchangeables. Ils ne sont pas omnipotents et doivent rendre des comptes à leur hiérarchie. Même si tous mènent une carrière simultanée à la tête du parti, il faut dire qu’ils jouent dans une catégorie supérieure sur le plan syndical à celle de Negrão, Dussart et Baiwir. Ce type de conflit est pourtant assez banal dans toute organisation sociale.

Un syndicalisme de lutte des classes ?

33La cause majeure de toutes ces épreuves n’est-elle pas pour finir la pratique, tout au long du parcours militant, d’un syndicalisme de lutte des classes ? C’est-à-dire un usage des structures syndicales dans une perspective radicale de confrontation, selon la lecture marxiste de l'antagonisme capital-travail, en rupture ou au moins en dépassement de la concertation sociale traditionnelle, du corporatisme et du syndicalisme réformiste privilégié par les socialistes. À l’heure où des syndicats de nombreux pays sont poussés à se muer en simples lobbys parmi d’autres, la question se pose.

34Ces douze militants sont communistes, ce type de syndicalisme devrait être leur credo, certes, mais pas de manière caricaturale. Ils n’auraient pas fait de grande carrière sans pondération, ce que leur reprochera âprement leur extrême gauche, car la pluralité d’opinion prévaut dans les syndicats. Le modèle syndical n’est par ailleurs pas partout le même. Les règles sont très distinctes entre le syndicalisme de services, établi par les sociaux-démocrates dans le nord-ouest européen, et le syndicalisme militant qui a longtemps tenu la tête au sud du continent. Le premier a largement résisté à la crise de popularité des syndicats et connaît toujours en partie un succès d’affiliation, car il y a une symbiose entre le syndicalisme institutionnalisé, qui mène des missions de service public (comme le paiement des allocations de chômage en Belgique), et la social-démocratie qui se trouve dans le même temps à gouverner divers niveaux de pouvoir. Le second est plus souple et combatif, mais peine à maintenir un taux de syndicalisation respectable. C’est un environnement globalement différent que les douze syndicalistes affrontent de part et d’autre.

35Malgré les concessions et les déceptions, on peut tout de même avancer que l’échantillon n’a pas vraiment été « digéré » par le système officiel de concertation sociale. Qu’est-ce que le syndicalisme de luttes des classes ? Ce sont des mobilisations permanentes de travailleurs et des démarches unitaires (envers les collègues de la même firme ou du même secteur, les employés, les autres syndicats et usines de la région), afin d’élargir la portée syndicale, de se libérer du carcan de la table de négociation et d’établir un réel rapport de force pour traiter à armes égales avec le patron. C’est aussi la politisation des luttes, en offrant une analyse anticapitaliste globale à des problèmes a priori techniques, des revendications structurantes, une ouverture à d’autres thèmes (comme le pacifisme et l’antiracisme, facilitant la convergence des luttes) et également des relais dans les partis de gauche. La relation partisane est souvent crainte au syndicat, mais est objectivement inévitable dès le moment où l’ambition dépasse le cadre étroit de la concertation et vise à une stratégie d’ensemble. C’est le pluralisme qui permet d’empêcher la satellisation partidaire du syndicat, et non son indépendance supposée qui relève plus du prétexte que de la réalité idéologique de la classe ouvrière, vivante et multiforme. De ce point de vue, aucun des douze syndicalistes étudiés n’a réellement rompu avec cette orientation, même si Poperen, Galli et Barr ont mené sans grand coup d’éclat leurs campagnes syndicales.

Conclusion : une expérience contiguë du syndicalisme communiste

36Est-il donc possible d’établir l’idéaltype d’un syndicaliste communiste ? Pas vraiment. Les douze cas relevés présentent bien des discordances, sans parler de la disparité du climat sociopolitique de leur pays, même quand leurs cinq grandes ressemblances sont scrutées. Ces traits leur sont toutefois globalement communs, permettant de percevoir l’ethos de ce type de militant original.

37C’est un homme marqué par la brutalité de la condition ouvrière. Scolarisé jusqu’à la puberté, il découvre assez vite le travail industriel dans l’usine la plus éprouvée. Conscientisé dans sa jeunesse par son père et par une épreuve très intense (comme la Résistance), il se syndique et adhère au parti communiste, souvent via une cellule d’usine et durant une lutte. Cet engagement est confronté à une forme de répression légale, mais est poursuivi. S’ensuit alors un parcours lors duquel le militant s’échine à édifier un contre-pouvoir ouvrier et créatif via son parti et son syndicat. Son ascension dans des instances parallèles l’amène à des conflits de loyauté incommodes. Il est tiraillé entre autonomie et fidélité, entre direction de parti ou de syndicat. Ces situations parfois schizophréniques n’abrègent d’ordinaire pas leur carrière militante, qu’ils conduisent en général jusqu’à son terme, mais pèsent quand même sur leur sentiment final. Il est en tout cas remarquable que l’échantillon trouve l’apogée de son influence dans les années 1970. Sauf Marchadier, Negrão et Balducci, ils sont tous de puissants dirigeants syndicaux et politiques dans cette décennie où le fond de l’air est rouge. Reflètent-ils un phénomène générationnel ? C’est en tout cas un vécu collectif. Le fil conducteur qui les relie est ténu, mais peut s’interpréter.

38Le succès de ce cheminement s’explique en bonne partie grâce à la capacité du syndicaliste à articuler les attentes de son milieu avec une offre politique cohérente et audacieuse, c’est-à-dire non pas seulement à s’ériger en homme de synthèse, prérequis absolu, mais à transfigurer les intérêts de sa classe. Le militant devient dirigeant, car il saisit l’expression politique et organisationnelle des travailleurs de son milieu, puis il le recompose pour lui donner une tonalité combative et efficace. Grâce à divers cercles concentriques de camarades, le chef de file mène sa communauté locale à étayer sa cohésion de groupe et à s’entrelacer à d’autres étroites contre-sociétés, sans dériver en secte ni s’isoler en petit « communisme syndical ». Cette structuration est toutefois ardue à produire, puisque le modèle syndical des communistes ne s’est généralisé ni sur cette partie du continent ni après les Trente Glorieuses.

39Dussart n’incarne donc pas un phénomène marginal. Sa trajectoire s’inscrit au contraire dans son époque et son environnement. Il s’apparente bien à d’autres personnalités de même type. Leurs expériences, pratiques et conceptions se comparent pertinemment et facilitent l’entendement de leur Umwelt et de leur ethos. Mais ce n’est pas l’idéaltype recherché. L’échantillon est sûrement trop réduit pour s’en faire une idée plus décisive. Cet exercice prosopographique sera bien plus probant si l’historiographie du mouvement ouvrier de n’importe quel pays s’approfondit, et si des biographies de militants au profil assez semblable sont dressées et inventoriées.

Haut de page

Notes

1 Adrian Thomas, Robert Dussart, une histoire ouvrière des ACEC de Charleroi, Bruxelles, Aden, 2021.

2 « Histoire croisée : le cas de la Belgique. Robert Dussart, une histoire ouvrière des ACEC de Charleroi », Séminaire de Paprik@2F, Fondation Gabriel Péri-MSH Dijon, 22 novembre 2021 [en ligne].

3 « Robert Dussart, idéaltype du syndicaliste communiste ? », Journée d’étude sur le centenaire du PCB, université de Liège, 3 décembre 2021.

4 Maurice Cronin, « Sinclair, Elisabeth (Betty) », dans Dictionary of Irish Biography, 2009 [en ligne].

5 Pierre Outteryckx, Martha Desrumeaux : une femme du Nord, ouvrière, syndicaliste, déportée, féministe, Lille, Geai bleu, 2006. Voir aussi Pierre Outteryck, « Martha Desrumaux, une nécessité : transmettre l’histoire », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 150 | 2021, p. 143-163.

6 « Quarante ans de cellules communistes aux ACEC », Lava, n° 19, hiver 2021, p. 144-155.

7 Nina Fishman, Anita J. Prazmowska, Holger Heiter, « Communist Coalmining Union Activists and Postwar Reconstruction, 1945–52 : Germany, Poland, and Britain » dans Science & Society, vol. 70, n° 1, janvier 2006, p. 74-97.

8 Ad Knotter, « “Little Moscows” in Western Europe : The Ecology of Small-Place Communism », International Review of Social History, n° 56, 2011, p. 475-510.

9 Robert W. Cherny, Harry Bridges : Labor Radical, Labor Legend, University of Illinois Press, 2023.

10 Richard Desrosiers, « Bob Haddow, militant syndical », dans Robert Comeau, Bernard Dionne, Le Droit de se taire. Histoire des communistes au Québec, de la Première Guerre mondiale à la révolution tranquille, Montréal, VLB, 1989.

11 « DUSSART Robert », Le Maitron, dictionnaire biographique du mouvement ouvrier belge, [en ligne], octobre 2021.

12 « Robert Dussart, une histoire ouvrière belge », Cause commune. Revue d’action politique du PCF, n° 31, novembre-décembre 2022, p. 63-66.

13 Jules Pirlot, « BAIWIR Marcel », Le Maitron [en ligne], 2019 ; Marcel Baiwir, Contribution à l’histoire sociale wallonne. Un militant témoigne, Liège, FAR, 2005.

14 Gerrit Voerman, « MEIS Frederik », dans Biografisch Woordenboek van Nederland, t. 5, La Haye, 2002 [en ligne].

15 Kurt Jacobsen, « Knud Jespersen », dans Arbeijderhistorie redaktionen (leksikon.org) [en ligne], 2001 ; Gert Petersen, « Knud Jespersen », dans Dansk Biografisk Leksikon [en ligne], 2011.

16 Ewan Gibbs, « Michael “Mick” McGahey : Miner, communist and trade union leader », Twentieth Century Communism, 2022, issue 23, p. 4-34 ; John McIlroy, « “Every factory our fortress” : Communist Party Workplace Branches in a Time of Militancy, 1956-79, Part 1 : History, Politics, Topography », Historical Studies in Industrial Relations, n° 10, 2000, p. 99-139.

17 Lawrence William White, « Barr, Andrew (Andy) », Dictionary of Irish Biography, 2010 [en ligne] ; Francis Devine, « An undiminished dream : Andy Barr, communist trade unionist », Saothar, XVI (1991), p. 95-111.

18 Claude Poperen, Renault, regards de l’intérieur, Paris, Éditions sociales, 1983 ; Robert Kosmann, « POPEREN Claude », Le Maitron [en ligne], 2014 ; Alain Viguier, Le PCF à Renault-Billancourt (1944-1992), Nancy, Arbre bleu, 2020.

19 Paul Boulland, Des vies en rouge. Militants, cadres et dirigeants du PCF (1944-1981), Paris, Éditions de l’Atelier, 2016 ; Jean-Philippe Mangeon, « MARCHADIER Robert », Le Maitron [en ligne], 2010.

20 Michel Dreyfus, « Alberto Balducci, symbole d’une petite Italie syndicale dans la Lorraine du fer », dans Judith Rainhorn (dir.), Petites Italies dans l’Europe du Nord-Ouest. Appartenances territoriales et collectives, Valenciennes, PU Valenciennes, 2005 ; « BALDUCCI Albert », Le Maitron [en ligne], 2008 ; Julian Mischi, Servir la classe ouvrière. Sociabilités militantes au PCF, Rennes, PUR, 2010 ; Gérard Noiriel, Immigrés et prolétaires. Longwy, 1880-1980, Marseille, Agone, 2019.

21 Pio Galli, Sandro Bianchi, Da una parte sola. Autobiografia di un metalmeccanico, Roma, Manifestolibri, 1997 ; Pio Galli, Giancarlo Pertegato, Fiat 1980. Sindrome della sconfitta, Roma, Ediesse, 1994 ; « Pio Galli : biografia », Associazione Pio Galli (CGIL) [en ligne].

22 Maria João Raminhos Duarte, Oposição à ditadura militar e ao « Estado Novo » no Algarve (1926-1958) : o caso do Concelho de Silves, thèse de doctorat éditée (Colibri, 2010), Universidade de Lisboa, 2008.

23 Marcelino Camacho, Confieso que he luchador, Madrid, Temas de Hoy, 1990 ; Oscar Estaire Cabanas, « Marcelino Camacho, syndicalista castellano marco transicíon », dans Elespañol, 13 mars 2022 [en ligne].

24 Max Weber, L’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme, Paris, Plon, 1964.

25 Bernard Fusulier, « Le concept d’ethos : de ses usages classiques à un usage renouvelé », Recherches sociologiques et anthropologiques, 42/1, 2011, p. 97-109.

26 Julian Mischi, Le Parti des communistes. Histoire du Parti communiste français de 1920 à nos jours, Marseille, Hors d’atteinte, 2020.

27 Robin Bruyère, Travail syndical et influence du PCB au sein de la FGTB de Liège dans les années 1970-80, mémoire inédit, 2017, université de Liège.

28 Sauf dans de rares cas. Voir par exemple Élie Teicher, « Une brèche dans le système belge de relations collectives ? Les grèves à Citroën-Forest (1969-1970) », Le Mouvement social, n° 278, 2022, p. 89-113.

29 Robert Boure, Les Interdictions professionnelles en Allemagne fédérale, Paris, Maspero, 1978.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Localisations des douze dirigeants syndicaux communistes
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/23219/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 305k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Adrian Thomas, « Robert Dussart, idéaltype du syndicaliste communiste ouest-européen des Trente Glorieuses ? »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 159 | 2024, 97-114.

Référence électronique

Adrian Thomas, « Robert Dussart, idéaltype du syndicaliste communiste ouest-européen des Trente Glorieuses ? »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 159 | 2024, mis en ligne le 02 avril 2024, consulté le 25 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/23219 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.23219

Haut de page

Auteur

Adrian Thomas

Centre des archives du communisme en Belgique (CArCoB), Associatio culturelle Joseph Jacquemotte (ACJJ)

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search