Navigation – Plan du site

AccueilNuméros159MÉTIERSAux sources de l'histoireLa répression allemande en France...

MÉTIERS
Aux sources de l'histoire

La répression allemande en France, 1940-1944 : principaux chiffres

Louis Poulhès
p. 117-124

Résumés

Cet article propose une synthèse des données chiffrées obtenues par la recherche à ce jour sur la répression allemande pendant l’Occupation en France. Un tableau et deux graphiques présentent le bilan des deux principales formes de répression – exécutions et déportations – mises en œuvre par les occupants entre 1941 et 1944, dont l’évolution apparaît étroitement liée au développement de la résistance intérieure. Il est complété par un focus sur les exécutions allemandes au Mont-Valérien et au stand de tir de Balard, à Paris, au cours de l’année 1943.

Haut de page

Texte intégral

1La connaissance de la répression exercée en France par les Allemands entre 1940 et 1944 est restée longtemps limitée à nombre de témoignages ou d’études ponctuelles et le nombre de ses victimes est demeurée dans l’incertitude durant des décennies. Si le Mémorial de la déportation des juifs de France, publié en 1978 par Serge et Beate Klarsfeld, puis réédité en 2012 après corrections et additions, a dressé la liste de tous les déportés juifs de France, il a fallu attendre 2004 et la publication par les Éditions Tirésias du Livre-Mémorial des déportés de France arrêtés par mesure de répression, réalisé par un collectif de chercheurs sous l’égide de la Fondation pour la mémoire de la déportation, pour disposer de son équivalent en ce qui concerne les déportés de répression. La thèse de Thomas Fontaine, qui a participé activement à ce travail, Déporter : politiques de déportation et répression en France occupée 1940-1944, soutenue en 2013, a permis d’affiner la connaissance de cette répression dans l’un de ses instruments essentiels.

2En ce qui concerne la répression la plus drastique, celle des exécutions, il a fallu un peu plus de temps encore. Le livre de Jean-Pierre Besse et Thomas Pouty, Les fusillés. Répression et exécutions pendant l’Occupation (1940-1944), publié en 2006 aux Éditions de l’Atelier a d’abord permis de lever le voile sur le nombre des fusillés, dont l’évaluation était jusqu’alors fluctuante et toujours très surestimée. Le Dictionnaire biographique des fusillés et exécutés par condamnation et comme otages ou guillotinés en France pendant l’Occupation, paru sous le titre Les Fusillés en 2015 en format papier, toujours aux Éditions de l’Atelier, par une équipe de recherche constituée dans le cadre du Maitron sous la direction de Claude Pennetier, Jean-Pierre Besse, Thomas Pouty et Delphine Leneveu, a permis de préciser la biographie des personnes exécutées par les Allemands (et les Français) durant cette période. Désormais, la mise en ligne de ces instruments facilite considérablement le travail des historiens2.

3Le tableau ci-dessus s’efforce de présenter de façon synthétique cette répression allemande sous ses deux grandes formes : les exécutions et les déportations en Allemagne (ci-dessous, graphique 1). Il faut toutefois noter qu’il manque un troisième volet important, les condamnations à des peines de prison inférieures à trois ans infligées par les tribunaux militaires allemands, normalement purgées en France (en Allemagne au-delà de cette durée), seuil abaissé à neuf mois à partir d’août 1943. Il convient aussi de préciser que les données produites dans ce tableau ne portent que sur la répression allemande, sans préjuger de la répression politique menée par les autorités françaises, condamnations par les tribunaux français et internements administratifs.

4On sait que les Allemands ont procédé à trois grands types d’exécutions : judiciaires, d’otages ou sommaires (graphique 2). Leur nombre est parfois difficile à déterminer, car le Maitron des fusillés, organisé principalement par ordre alphabétique, nécessite une recherche longue pour estimer année par année le nombre des exécutés ; en outre les catégories d’exécution ne sont pas toujours exactes et, plus encore, beaucoup des très nombreux exécutés sommairement en 1943 et 1944 restent hors du champ de l’ouvrage.

  • 3 Les travaux de Gaël Eismann, Hôtel Majestic. Ordre et sécurité en France occupée (1940-1944), Paris (...)
  • 4 Pour 1944, l’estimation provient de Peter Lieb : « Répression et massacres. L’occupant allemand fac (...)

5Les exécutions « judiciaires », bien que résultant de parodies de procès, font suite à des procédures formelles : la condamnation à mort prononcée par les tribunaux militaires allemands. Les chiffres restent encore à préciser par les chercheurs et les données présentées dans le tableau résultent pour partie d’estimations, mais elles sont sans doute très proches des chiffres réels3. Les exécutions d’otages, personnes exécutées sans liens avec les faits pour lesquels elles sont exécutées, toujours des hommes, résultent aussi de procédures formelles bien documentées et les chiffres sont ici les données réelles et non des estimations. Les exécutions sommaires, effectuées par définition sans procédure formelle, principalement en 1944 au cours d’opérations des troupes allemandes, parfois aussi par des auxiliaires français, notamment la Milice, ne peuvent encore faire l’objet que d’une estimation pour le chiffre global4.

6Deuxième grand mode de répression, les Allemands se sont livrés à des déportations vers l’Allemagne, elles-mêmes de trois types : cinq convois d’otages juifs au 1er semestre de 1942, des petits convois, des convois massifs.

  • 5 Les estimations sont issues des travaux de la thèse de Thomas Fontaine : « Déporter : politiques de (...)

7Les chiffres des convois d’otages juifs, organisés au croisement de la répression et de la persécution antijuive dans le cadre de la politique de représailles au premier semestre 1942, sont les données réelles retrouvées par Serge Klarsfeld. Les petits convois de déportation, en général d’une cinquantaine de personnes, sont composés eux-mêmes de quatre types de déportés : des condamnés en France qui doivent purger leur peine en Allemagne ; des prévenus maintenus dans le secret qui doivent être jugés en Allemagne, que l’historiographie a pris l’habitude d’intituler « N Wehrmacht », le sigle NN étant explicité comme Nacht und Nebel (nuit et brouillard) ; une nouvelle modalité de répression à partir du printemps de 1943, la déportation en Allemagne également dans le secret, mais sans objectif de jugement, dite « NN Gestapo » ; enfin des personnalités otages envoyées préventivement en Allemagne où elles sont internées dans des conditions privilégiées : 160 hommes au second semestre 1943, notamment Daladier, Reynaud, Gamelin, plus de 360 en 1944, en particulier quelques préfets. Les chiffres de ces convois, qui partent en général de la gare de l’Est à Paris dans des conditions très nettement meilleures que celles des grands convois, sont principalement des estimations, probablement proches des données réelles5. Sur les convois massifs, on dispose de données réelles, désormais bien connues grâce aux travaux de Thomas Fontaine et de la FMD.

8À partir de ce tableau, on observe les deux évolutions fondamentales de la répression allemande, au deuxième semestre 1941, d’une part, au deuxième semestre de 1943, d’autre part, toutes liées à l’évolution de la résistance intérieure en France.

  • 6 Ces chiffres sont issus de l’« État des condamnations à mort prononcées en zone occupée », Archives (...)

9Au cours du second semestre 1940 et du premier semestre 1941, la répression allemande reste relativement modérée, bien que non négligeable : vingt exécutions « judiciaires » sont avérées au second semestre 1940 (non mentionnées dans le tableau), chiffre très proche des exécutions au premier semestre 1941 (19)6. Elles affectent principalement des personnes impliquées dans des rixes avec des soldats allemands (dont Jacques Bonsergent) ou des sectionnements de câbles téléphoniques. Les déportations par petits convois débutent en avril 1941 et affectent soixante-cinq personnes. Le pays est alors à peu près pacifié et la Résistance, peu active, ne représente pas encore une menace sérieuse pour les Allemands.

  • 7 À partir de septembre 1941, 220 otages sont exécutés dans le ressort du commandement militaire alle (...)

10La situation se transforme radicalement avec la lutte armée lancée par les communistes, sous forme d’attentats sur des matériels à partir de juillet, puis contre les militaires allemands eux-mêmes à partir d’août 1941. Elle provoque une vive réaction des occupants qui se traduit par un alourdissement considérable de leur répression. Au second semestre 1941, les exécutions par suite de condamnations par les tribunaux allemands bondissent à plus d’une centaine (115 exécutions), dont Honoré d’Estienne d’Orves et, plus encore, les exécutions d’otages lancées par le commandement militaire allemand font 245 victimes à partir de septembre 1941, les plus célèbres étant Guy Môquet et Gabriel Péri7. La déportation par petits convois s’accélère et affecte 525 personnes au second semestre 1941, dont 250 déportés par l’Abwehr, le service de renseignement militaire allemand, au moins trente-quatre d’entre eux étant exécutés plus tard en Allemagne.

11La répression s’accentue très vivement en 1942, à la fois par les exécutions judiciaires qui affectent 650 personnes, mais aussi par les exécutions d’otages qui font 455 victimes  : 251 otages exécutés dans le ressort du commandement militaire en France entre janvier et mai (dont Pierre Sémard), cinquante dans le Nord-Pas-de-Calais en mars-avril 1942, suivis de 204 autres exécutés en août et septembre 1942 dans le ressort du commandement militaire en France, alors que la Sipo-SD, police de sureté et service de sécurité que les Français appellent Gestapo, qui n’en est que la composante principale, est désormais chargée de la répression allemande. Le nombre jamais atteint de plus de 1 150 exécutions par suite de procédures formelles en 1942 ne sera d’ailleurs pas dépassé par la suite.

12La déportation, préconisée par le commandant militaire Otto von Stülpnagel dès décembre 1941 tend à accompagner désormais la politique d’exécution. Les exécutions d’otages s’accompagnent ainsi de la déportation à Auschwitz de 5 149 otages juifs (dont soixante-six femmes) en cinq convois les 27 mars, 5 juin, 22 juin, 25 juin, 28 juin 1942, avant que la politique de persécution antijuive prenne son autonomie dans le cadre de « la solution finale » nazie à partir de juillet 1942. Cette politique de déportation par grands convois s’exprime aussi par la déportation de 1 175 personnes, à plus de 90 % des communistes, par le convoi du 5 juillet 1942 dit des « 45 000 » d’après les nombres tatoués à leur arrivée à Auschwitz. Le nombre des déportés par petits convois est, quant à lui, multiplié par deux fois et demie, affectant près de 1 500 personnes au moins en 1942, notamment grâce à la procédure dite NN Wehrmacht à partir de mai 1942.

13Si la répression marque un peu le pas au premier semestre 1943 en ce qui concerne les exécutions, la politique des otages étant provisoirement abandonnée et les exécutions judiciaires quelque peu ralenties, c’est que la politique de déportation s’y substitue largement pour répondre aussi aux besoins croissants de main-d’œuvre en Allemagne. Avec près de 1 400 déportés, les petits convois atteignent presque, au cours de ce semestre, le nombre des déportés par ce moyen durant toute l’année 1942. Une nouvelle procédure est lancée en mars-avril 1943, avec 170 déportés à ce titre, celle des déportations dites NN Gestapo, destinées elles-aussi à faire disparaître purement et simplement les déportés sans laisser de trace, mais sans perspective de jugement en Allemagne, à la différence des NN Wehrmacht. Les grands convois, avec six convois de l’opération Meerschaum (écume de mer), déportent 6 900 personnes.

14Le deuxième semestre de 1943 marque une deuxième grande rupture dans la répression allemande, après celle du deuxième semestre de 1941. Face aux réquisitions obligatoires de main-d’œuvre dans le cadre du STO, qui affecte la quasi-totalité des familles françaises, la société française bascule dans une large opposition à l’Occupation et la Résistance y trouve un regain de vigueur. Les exécutions reprennent, avec une dernière vague de cinquante otages exécutés en octobre 1943 ; les exécutions judiciaires, avec 350 fusillés, doublent par rapport au premier semestre, alors que les troupes allemandes et leurs auxiliaires français commencent à se livrer à une centaine d’exécutions sommaires, toutes commises au dernier trimestre de 1943, principalement à Lyon, dans l’Isère ou à Clermont-Ferrand, dans le cadre de la « lutte contre les bandes » du fait du développement des maquis (graphique 2). Si les grands convois ralentissent quelque peu avec 3 800 déportés pour l’opération Buchenwald-Dora, les déportations par petits convois s’accroissent de 50 % par rapport au premier semestre avec plus de 2 000 déportés, notamment du fait de l’accroissement des déportations NN Gestapo qui affectent un millier de personnes.

15Cette évolution prélude au déchainement de la violence de l’année 1944 qui connaît une multiplication par 9 des exécutions, par 2,5 des déportations par rapport à 1943, pour des données qui portent seulement sur sept à huit mois en 1944 et non l’année entière (graphiques 1 et 2). Non seulement le nombre des exécutions judiciaires qui affectent plus de 1 100 personnes fait plus que doubler par rapport à l’ensemble de l’année 1943, mais les exécutions sommaires prennent une ampleur considérable, 5 à 6 000 personnes étant massacrées, principalement par des troupes allemandes encouragées par les ordres supérieurs à procéder à une répression sans frein. Les convois massifs de déportation se développent de façon jusqu’alors inconnue avec près de 35 000 déportés dans ce cadre et se substituent quelque peu aux petits convois qui comptent au moins 1 300 déportés, nombre inférieur de trois cinquièmes à celui de l’ensemble de l’année 1943.

Haut de page

Notes

2 <http://www.bddm.org/liv/index_liv.php> pour la base de données de la Fondation pour la mémoire de la déportation, <https://fusilles-40-44.maitron.fr/> pour le Maitron des fusillés, Mémorial de la Shoah et <https://stevemorse.org/france/> pour les juifs de France.

3 Les travaux de Gaël Eismann, Hôtel Majestic. Ordre et sécurité en France occupée (1940-1944), Paris, Tallandier, 2010, en particulier son graphique p. 507, servent de base aux données publiées ici, complétées par le Maitron des fusillés.

4 Pour 1944, l’estimation provient de Peter Lieb : « Répression et massacres. L’occupant allemand face à la Résistance française, 1943-1944 », dans Gaël Eismann, Stefan Martens (dir.), Occupation et répression militaire allemandes 1939-1945. La politique de « maintien de l’ordre » en Europe occupée, Paris, Autrement, 2007. Il s’agit d’ailleurs d’une fourchette. Les données de 1943, au nombre bien moindre, établies à partir du Maitron des fusillés, sont plus précises.

5 Les estimations sont issues des travaux de la thèse de Thomas Fontaine : « Déporter : politiques de déportation et répression en France occupée 1940-1944 », retravaillées pour les années 1942 et 1943 à partir du Livre mémorial de la Fondation pour la mémoire de la déportation (FMD).

6 Ces chiffres sont issus de l’« État des condamnations à mort prononcées en zone occupée », Archives nationales F/60/1485, vérifiés à partir du Maitron des fusillés.

7 À partir de septembre 1941, 220 otages sont exécutés dans le ressort du commandement militaire allemand en France, auxquels s’ajoutent 25 otages exécutés dans le Nord-Pas-de-Calais, qui dépend du commandement militaire en Belgique et nord de la France.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Louis Poulhès, « La répression allemande en France, 1940-1944 : principaux chiffres »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 159 | 2024, 117-124.

Référence électronique

Louis Poulhès, « La répression allemande en France, 1940-1944 : principaux chiffres »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 159 | 2024, mis en ligne le 02 avril 2024, consulté le 25 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/23294 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.23294

Haut de page

Auteur

Louis Poulhès

historien, spécialiste des camps d’internement en France1Louis Poulhès, L’État contre les communistes, 1938-1944, Atlande, 2021, 821 p. ; Louis Poulhès, Les Camps d’internement de Châteaubriant, Choisel et Moisdon-la-Rivière, 1940-1945, Atlande, 2023, 407 p. Voir le compte rendu de ces deux ouvrages dans ce numéro, rubrique « Livres lus ».

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search