Navigation – Plan du site

AccueilNuméros159MÉTIERSTransmettre l'histoireHistoire, hommage et pédagogie au...

MÉTIERS
Transmettre l'histoire

Histoire, hommage et pédagogie au musée de la Libération de Paris-musée du général Leclerc-musée Jean Moulin

Sylvie Zaidman et Alix Quéré
p. 129-132

Entrées d’index

Géographie :

Paris, France

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Le musée de la Libération de Paris-musée du général Leclerc-musée Jean Moulin a ouvert, avenue du Colonel-Henri Rol-Tanguy, le 25 août 2019, pour le 75e anniversaire de la Libération de Paris. L’emplacement de la nouvelle installation du musée, situé pendant plus de vingt ans au-dessus de la gare Montparnasse, a été choisi en raison de la présence d’un abri de défense passive à 20 mètres sous terre, qui a servi de poste de commandement aux Forces françaises de l’intérieur de la région parisienne, dirigées par le colonel Rol-Tanguy durant la semaine de la Libération en août 1944. L’entrée de ce musée municipal et la visite du poste de commandement sont gratuites.

2Les collections sont le reflet des premiers legs et donations : elles concernent prioritairement la 2e division blindée et la vie et la carrière de Jean Moulin. Toutefois, le musée s’est efforcé d’acquérir des objets et des documents qui contextualisent l’action des deux hommes et mettent en valeur la Résistance à Paris et la libération de la capitale. Ainsi, le parcours permanent retrace avec des objets originaux l’histoire de Paris sous l’Occupation, jusqu’à sa libération en août 1944.

3La Résistance y est racontée au travers de l’action politique de Jean Moulin, unificateur des mouvements de résistance. Des objets et des documents permettent de mieux comprendre les particularités de l’action résistante, chacun montrant un aspect de la lutte contre l’Occupation et l’État français : de nombreux tracts, bien sûr, mais aussi des journaux clandestins, un matériel de faussaire, un poste émetteur-récepteur pour communiquer avec Londres et un pistolet, évoquant l’action armée.

4En contrepoint, les affiches originales allemandes annoncent la répression. Des pièces émouvantes permettent au visiteur de saisir la violence qui s’exerce sur les résistants : la lettre de Charlotte Jackson, d’origine suisse, demandant à sa sœur des colis avant sa déportation ; le livre religieux de Madeleine Riffaud, compagnon de son emprisonnement à Fresnes ; la brochure éditée par les services de propagande lors du procès des FTP-MOI (résistants francs-tireurs et partisans de la main-d’œuvre immigrée) en février 1944. Ce document est le pendant de l’affiche connue sous le nom de « l’affiche rouge », apposée sur les murs pour dénoncer les « terroristes » étrangers. C’est l’occasion pour les visiteurs du musée de faire connaissance avec l’un des accusés, une femme du nom de Golda (dite Olga) Bancic, juive roumaine réfugiée en France. Militante communiste, engagée dans la MOI, elle était chargée de garder les armes et de les transporter au moment des actions. Arrêtée le 16 novembre 1943, elle fut la seule femme du groupe jugée avec ses compagnons de la FTP-MOI. Alors que les 23 autres étaient fusillés au Mont-Valérien le 21 février, elle fut envoyée en Allemagne, à Stuttgart, pour y être guillotinée, le 10 mai 1944.

5Le groupe de FTP-MOI, arrêté en novembre 1943, était basé à Paris et a opéré en région parisienne. La panthéonisation de Missak Manouchian accompagné de sa femme Mélinée, annoncée pour le 21 février 2024, était l’occasion de faire le point sur les connaissances historiques sur le groupe et la transmission de la mémoire, de mémoire familiale et collective en mémoire nationale.

6Le musée et le mémorial du Mont-Valérien se sont associés pour proposer une programmation commune, mettant en œuvre visites et conférences.

7Ce partenariat s’est d’abord axé sur un projet pédagogique. Depuis la rentrée de septembre 2023, une nouvelle visite intermusées est proposée en partenariat avec le mémorial du Mont-Valérien autour de l’Affiche rouge. Au musée de la Libération de Paris, les élèves découvrent le contexte de l’Occupation et de la répression, en se focalisant sur la partie consacrée à la Résistance. Une analyse approfondie de l’Affiche rouge et du témoignage d’Arsène Tchakarian, survivant du groupe Manouchian, complètent cette première visite. Au Mont-Valérien, ils découvrent les lieux où 23 membres du groupe furent fusillés et évoquent plus en détail le parcours de chacun d’eux.

8L’autre volet du partenariat concerne les visiteurs du musée. Au mois de février, durant les vacances scolaires, des visites guidées sont proposées aux visiteurs individuels dans les collections du musée, autour de la thématique « Les étrangers dans la Résistance ». L’occasion de faire découvrir au plus grand nombre des destins parfois méconnus, dont ceux des résistants de l’Affiche rouge.

9La programmation de films, fiction (L’Armée du crime de Robert Guédiguian, 2009) ou documentaires (L’Affiche rouge de Franck Cassenti, 1976 ; La Traque de l’Affiche rouge de Jorge Amat et Denis Peschanski, 2007 ; Les Résistants de l’Affiche rouge d’Elisabeth Van Zijll Langhout, 2024), donne un panorama de la production autour de l’histoire du groupe Manouchian et de l’intérêt du public pour l’histoire tragique du groupe.

10Les conférences proposées permettent aux participants d’explorer plus avant l’histoire de ces combattants FTP-MOI dans toutes leurs dimensions. Dimension historique bien entendu, avec les interventions de Denis Peschanski (directeur de recherche émérite au CNRS) et de Thomas Fontaine (directeur des projets du musée de la Résistance nationale), dont les recherches permettent aujourd’hui de mieux connaître le parcours de Missak et Mélinée Manouchian, ainsi que les histoires particulières de chacun des membres de son groupe. Dimension mémorielle aussi, puisque l’une des rencontres proposées donne la parole aux familles de ces résistants fusillés au Mont-Valérien. Dimension pédagogique enfin, puisque nous nous intéressons à la transmission de l’histoire au travers d’un media accessible aux plus jeunes, la bande dessinée. Les auteurs des livres de jeunesse récemment parus sur Manouchian et sur le groupe des FTP-MOI nous engagent à regarder autrement le récit historique. En parallèle, un accrochage dans la salle de conférences du musée (salle Sasse) rend hommage à des sportifs de l’entre-deux-guerres, en mettant l’accent sur le parcours de l’un d’entre eux, Rino Della Negra, membre du groupe fusillé le 21 février 1944 avec ses compagnons.

11Le musée de la Libération de Paris-musée du général Leclerc-musée Jean Moulin s’est donc saisi de l’actualité et des hommages rendus par la nation pour proposer à son public, avec le mémorial du Mont-Valérien, une programmation enrichissante pour tous.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/23364/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 566k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Zaidman et Alix Quéré, « Histoire, hommage et pédagogie au musée de la Libération de Paris-musée du général Leclerc-musée Jean Moulin »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 159 | 2024, 129-132.

Référence électronique

Sylvie Zaidman et Alix Quéré, « Histoire, hommage et pédagogie au musée de la Libération de Paris-musée du général Leclerc-musée Jean Moulin »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 159 | 2024, mis en ligne le 02 avril 2024, consulté le 25 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/23364 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.23364

Haut de page

Auteurs

Sylvie Zaidman

directrice

Alix Quéré

chargée des publics

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search