Navigation – Plan du site

AccueilNuméros159MÉTIERSTransmettre l'histoireAtteinte à la mémoire d’Henri Curiel

MÉTIERS
Transmettre l'histoire

Atteinte à la mémoire d’Henri Curiel

« Disparition » de la plaque en mémoire d’Henri Curiel à Paris
Didier Monciaud
p. 143-148

Entrées d’index

Géographie :

Paris, France

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

Plaque commémorative de l’assassinat d’Henri Curiel posée à Paris, rue Rollin.

Sources : Wikipedia.org et <http://www.micheldandelot1.com/​paris-disparition-inquietante-de-la-plaque-en-memoire-d-henri-curiel-l-a207002164>.

  • 1 Voir « Paris : plaque à la mémoire d’Henri Curiel », 26 avril 2019, Ella Kadi et Chris Den Hond, <h (...)
  • 2 Sur sa trajectoire, voir Gilles Perrault, Un homme à part, Paris, Éditions Bernard Barrault, 1984 ; (...)

1Inaugurée à Paris en 20191, la plaque à la mémoire d’Henri Curiel2 a été « enlevée ». Ce communiste, anticolonialiste et pacifiste juif d’Égypte au long parcours militant en Égypte puis en France, avait été assassiné le 4 mai 1978 à Paris dans le contexte d’une violente et haineuse campagne de dénigrement dans certains médias.

2Le « Collectif secret défense : un enjeu démocratique3 » a rendu public ce triste épisode dans un communiqué que nous reproduisons ici. Regroupant dix-sept comités de campagnes4, il est actif sur « des affaires criminelles et affaires d’État non résolues à ce jour », où « il apparaît clairement que l’État français, au lieu d’assumer ses responsabilités conformément au droit, use de manœuvres diverses pour entraver la recherche de la vérité par les familles, les historiens, les chercheurs, et pour empêcher que justice soit rendue aux victimes ». Ce collectif refuse le recours à « la raison d’État » et au « secret défense » pour « entraver les enquêtes judiciaires, faisant de la victime, juridiquement protégée par les institutions de son pays, un adversaire à combattre, voire à abattre au lieu de lui rendre justice. Il empêche également les historiens, les chercheurs d’accéder aux informations nécessaires à leur travail scientifique pour établir la vérité historique5 ».

3_______________

4Communiqué

5Disparition inquiétante de la plaque en mémoire d’Henri Curiel

6Paris, 9 décembre 2023,

7Au tout début du mois de novembre 2023, la famille d’Henri Curiel a constaté que la plaque en hommage à ce combattant infatigable des indépendances et de la paix, apposée sur le mur de l’escalier qui mène de la rue Monge à la rue Rollin, dans le cinquième arrondissement de Paris, n’était plus là. Elle avait été inaugurée en mai 2018, à l’occasion du 40ème anniversaire de son assassinat, dont les exécutants et les commanditaires restent à ce jour non poursuivis.

8La famille a écrit à Laurence Patrice, maire-adjointe en charge de la mémoire, pour savoir ce qu’il était advenu de la plaque. Elle a répondu que plusieurs personnes avaient signalé cette disparition, qu’une enquête avait été diligentée et que, dans tous les cas, une plaque serait réinstallée.

9Plus d’un mois s’est écoulé depuis cet échange. Aucune explication n’a été avancée par la Mairie de Paris et le mur de l’escalier, au-dessus duquel Henri Curiel habitait, reste désespérément vide.

10Toutes et tous, nous demandons à la Mairie de Paris qu’une nouvelle plaque soit réinstallée au plus tôt et qu’une cérémonie, identique à celle de 2018, soit organisée.

11Collectif « Secret défense : un enjeu démocratique », le 9 décembre 2023.

12_____________

Rapides repères sur une trajectoire militante

  • 6 Le rôle et la contribution d’Henri Curiel dans le mouvement communiste égyptien des années 1940 et (...)
  • 7 Sur le communisme au Soudan, voir Didar Fawzy-Rossano, Le Soudan, problèmes du passage de la créati (...)

13Né en Égypte en 1914 dans une famille juive aisée, Henri Curiel évolue vers le marxisme et l’engagement politique avec sa découverte de la misère du peuple égyptien. Il joue un rôle politique important en créant et animant une des tendances qui participe à la renaissance du mouvement communiste égyptien à partir du début des années 1940. Dénommé à l’origine Mouvement égyptien de libération nationale (MELN ou Hamitu en arabe), son courant a exercé une réelle influence tant en Égypte6 qu’au Soudan7.

Sources : Wikipedia.org et <https://www.facebook.com/​photo/​?fbid=401633992072051&set=pb.100066763593562.-2207520000>.

  • 8 Il a alors la nationalité égyptienne.

14Expulsé par la monarchie égyptienne en 19508, il poursuit son combat en direction de l’Égypte, puis en faveur de la lutte pour l’indépendance du peuple algérien. Il joue ainsi un rôle décisif dans ce qu’on a dénommé les « porteurs de valise », réseau de soutien au FLN. Il est arrêté et détenu à partir de 1960.

15Après l’indépendance algérienne, il lance le mouvement Solidarité, dont l’objectif principal est d’apporter un soutien concret aux luttes au niveau international, en particulier à des mouvements de libération nationale, notamment en Afrique (ANC, UPK) et à des organisations luttant contre les dictatures militaires, en Amérique latine (Chili), en Grèce, en Espagne ou au Portugal. Son organisation fournit aussi des formations à la clandestinité, une assistance juridique aux prisonniers politiques, la fabrication de faux papiers ou une assistance pour des publications.

  • 9 Voir Henri Curiel, Pour une paix juste au Proche-Orient, Association Henri Curiel, 1979.

16Henri Curiel s’engage aussi dans la question du « conflit israélo-palestinien »9 et développe ses propres analyses. Bénéficiant d’un large réseau de contacts, il favorise l’organisation de rencontres secrètes entre militants et responsables politiques des deux camps partisans de la paix.

Henri Curiel en 1977.

Source : AFP/Gérard Fouet, <https://www.rfi.fr/​fr/​emission/​20180527-henri-curiel-egypte-une-histoire-personnelle-peu-connue>.

Un assassinat, une enquête et les suites

17Il est assassiné en 1978 dans un contexte de dénigrement et d’attaques contre lui. Ainsi, en 1976, dans l’hebdomadaire Le Point, Georges Suffert l’accuse d’être à la tête d’un réseau de soutien au terrorisme international et d’être lié au KGB. Le 25 octobre 1977, Henri Curiel se retrouve assigné à résidence à Digne par les autorités françaises. Le 12 janvier 1978, cette mesure et l’arrêté d’expulsion pris contre lui sont levés. Le 4 mai 1978, deux hommes l’assassinent dans l’immeuble parisien où il réside, situé au 4 rue Rollin. Différents groupes clandestins revendiquent cet acte criminel : les « commandos Delta » de l’OAS ou encore le « Groupe Charles-Martel ». L’arme de poing qui a servi à son assassinat est la même que celle utilisée le 2 décembre 1977 dans l’exécution de Laïd Sebaï, gardien de nuit de l’Amicale des Algériens en Europe.

  • 10 Par exemple, voir Sylvie Braibant, « Assassinat d’Henri Curiel : vérités évidentes, justice empêché (...)

18Les enquêtes n’identifieront jamais les responsables, malgré les nombreuses actions de ses proches : avec l’Association des amis d’Henri Curiel, ils cherchent à rétablir la vérité sur les activités de ce militant et à faire connaître la vérité sur son assassinat10. La persistance du « secret défense » représente un sérieux obstacle à l’obtention de la vérité sur cet assassinat. Les hypothèses d’une implication de services secrets, qu’ils soient français ou étrangers, sont envisagées.

19Au fil des années, différentes versions apparaissent sur les auteurs de ce crime. Elles émanent souvent d’anciens policiers, agents des renseignements ou militaires, de vétérans de l’extrême droite et/ou de membres du milieu, comme Lucien Aimé-Blanc, Marcel Leclerc, René Resciniti de Says ou Marc Ducarre... En 2017, l’économiste Philippe Aghion désigne Paul Aussaresses11 comme l'assassin d’Henri Curiel12.

Triste et inquiétant « vol »

20La « disparition » de la plaque commémorative est loin d’être un épisode anodin ou dérisoire, surtout si nous considérons le contexte politique actuel en France. La xénophobie est en plein essor, les idées et les thématiques d’extrême droite déferlent à un niveau sans précédent depuis les années 1960. De plus, les interventions « physiques » d’éléments de cette mouvance augmentent.

21Au fil des années, Henri Curiel est devenu un symbole. En premier lieu, il incarne une figure engagée anti-impérialiste, ensuite il est la victime d’une exécution politique dans le Paris de la Ve République, version giscardienne. Son assassinat et l’absence de résolution de l’enquête constituent ainsi une véritable « affaire » politique, avec ses silences, ses lenteurs et les obstructions des autorités, voire un manque de volonté de trouver les auteurs. Ce tragique épisode n’est pas un cas unique : mentionnons les assassinats de Mehdi Ben Barka et de Pierre Goldman.

22Avec la disparition de cette plaque commémorative, il y a vraiment de quoi s’interroger et s’en inquiéter.

Haut de page

Notes

1 Voir « Paris : plaque à la mémoire d’Henri Curiel », 26 avril 2019, Ella Kadi et Chris Den Hond, <https://www.youtube.com/watch?v=3eqBCCA5IEM&embeds_referring_euri=https%3A%2F%2Forientxxi.info%2F&feature=emb_title>.

2 Sur sa trajectoire, voir Gilles Perrault, Un homme à part, Paris, Éditions Bernard Barrault, 1984 ; « Crise et avenir de la solidarité internationale. Hommage à Henri Curiel », Recherches internationales, n° 52-53, 1998 ; René Gallissot, Henri Curiel : le mythe mesuré à l’histoire, Paris, Éditions Riveneuve, 2009 ; René Gallissot, « CURIEL Henri dit Younès en Égypte, dit Pointet, Jacques, Guillaume, Frédéric, Wassef en France », notice Maitron (Dictionnaire Algérie), <https://maitron.fr/spip.php?article153605> ; Michel Rogalski et Jean Tabet (dir.), Des Brigades internationales aux sans-papiers. Crise et avenir de la solidarité internationale, Actes des rencontres internationales Henri Curiel (novembre 1998, Gennevilliers), Pantin, Le Temps des Cerises, 1999 ; Didar Fawzy-Rossano, Mémoires d’une militante communiste (1942-1990) du Caire à Alger, Paris et Genève. Lettres aux miens, Paris, L’Harmattan, 1997 ; Jacques Charby, Les Porteurs d’espoir. Les réseaux de soutien au FLN pendant la guerre d’Algérie : les acteurs parlent, Paris, La Découverte, 2004. Deux documentaires lui sont consacrés : Henri Curiel, itinéraire d’un combattant de la paix et de la liberté (2001) de Mehdi Lallaoui, et Henri Curiel, un crime politique (2008) de Jean-Charles Deniau et Khaled Melhaa.

3 <https://collectifsecretdefense.fr/>.

4 Parmi les initiateurs, mentionnons Armelle Mabon, historienne, Kotou Diakité, Fasséry Coulibaly, Tindaogo Bélem, Souleymane Doucouré, Mbap Senghor, Antoine Abibou, membres des familles de victimes du massacre de Thiaroye ; Medhi Lallaoui, président de « Au nom de la mémoire » sur les massacres d’Algériens ; Henri Pouillot, président de « Sortir du colonialisme », sur la « disparition » de Maurice Audin ; Alain Gresh et Sylvie Braibant sur l’assassinat d’Henri Curiel ; Bachir Ben Barka, président de l’« Institut Ben Barka-Mémoire vivant » sur l’enlèvement et la disparition de Mehdi Ben Barka ; Mariam Sankara, veuve de Thomas Sankara, Aïda Kiemdé, fille de Fréderic Kiemdé, assassiné avec Thomas Sankara, et Bruno Jaffré du réseau « Justice pour Sankara, justice pour l’Afrique ». Les autres « affaires » suivies par le collectif concernent : le crash de la caravelle Ajaccio-Nice (1968) ; l’explosion du vol Air France Santiago-Orly à l’escale de Caracas (1969) ; l’assassinat de Robert Boulin (1979) ; la destruction d’un avion en vol au-dessus d’Ustica en Italie (1980) ; l’assassinat à Paris de Dulcie September, représentante de l’ANC en France (1988) ; l’explosion de la « Maison des têtes » de Toulon (1989) ; le génocide des Tutsis au Rwanda (1994) ; l’assassinat du magistrat Bernard Borrel (1995) ; le naufrage du chalutier breton « Bugaled Breizh » (2004) ; l’enlèvement et l’assassinat au Mali des envoyés spéciaux de Radio France Internationale (RFI) (2013) ; l’assassinat à Paris de Fidan Dogan, Sakine Cansız et Leyla Söylemez, trois militantes kurdes, le 9 janvier 2013.

5 <https://collectifsecretdefense.fr/>.

6 Le rôle et la contribution d’Henri Curiel dans le mouvement communiste égyptien des années 1940 et 1950 sont un objet d’historiographie et de discussions. Mentionnons quelques études historiques et contributions : Tareq Y. Ismael et Rifaʻat El-Saʻid, The communist movement in Egypt, 1920-1988, Syracuse, N.Y., Syracuse University Press, 1990 ; Rami Ginat, A history of Egyptian communism : Jews and their compatriots in quest of revolution, Boulder, Colo., Lynne Rienner Publishers, 2011 ; Selma Botman, The rise of Egyptian communism, 1939-1970, Syracuse, N.Y. : Syracuse University Press, 1988 ; Joel Beinin, Was the red flag flying there ? : Marxist politics and the Arab-Israeli conflict in Egypt and Israel 1948-1965, Berkeley, University of California 1990 ; Joel Beinin et Zachary Lockman, Workers on the Nile : nationalism, communism, Islam, and the Egyptian working class, 1882-1954, Princeton, N.J., Princeton University Press, 1987 ; Raʼūf ʻAbbās (ed), Awrāq Hinrī Kūryīl wa-al-hạraka al-shuyūʻīya al-Misṛīya, Le Caire, Sīnā lil-Nachr, Ibrâhîm Fatḥī, Hinrī Kūryīl dịdda al-Shuyūʻīyah al-ʻArabīyah : al-qadị̄yah al-Filastị̄nīyah, Le Caire, Dār al-Nadīm, 1989 ; Rifʻat Saʻīd, Tārīkh al-ḥarakah al-shuyūʻīyah al-Miṣrīyah, 5 vol., Le Caire, 1987-1988, Charikat al-Amal ; Ahṃad al-Qasị̄r, Hạditū, dhākirat watạn : hạwla munazẓạmat al-Hạrakah al-Dīmuqrātị̄yah lil-Tahạrrur al-Watạnī, Le Caire, Dār al-ʻĀlam al-Thālith, 2008 ; Muhạmmad Yūsuf al-Jundī, al-Yasār wa-al-hạrakah al-watạnīyah fī Misṛ, 1940-1950, Le Caire, Dār al-Thaqāfah al-Jadīdah, 1996 ; Didier Monciaud (coord.), « Les Gauches en Égypte (XIXe-XXe siècles) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 105-106, 2008 ; Mahmoud al-Wardani, Haditu Sira dhâtîa, Le Caire, Dâr Al-Hilâl, 2007.

7 Sur le communisme au Soudan, voir Didar Fawzy-Rossano, Le Soudan, problèmes du passage de la création de l’État à la libération de la nation, thèse de lettres, Université Paris 7, 1978, 2 vol. ; Tareq Y. Ismael, The Sudanese Communist Party : Ideology and Party Politics, Routledge, 2015 ; Walter Laqueur, Communism and Nationalism in the Middle East. Greenwood, New York, Frederick A. Praeger, 1956.

8 Il a alors la nationalité égyptienne.

9 Voir Henri Curiel, Pour une paix juste au Proche-Orient, Association Henri Curiel, 1979.

10 Par exemple, voir Sylvie Braibant, « Assassinat d’Henri Curiel : vérités évidentes, justice empêchée », Billet de blog Mediapart, 24 avril 2018, <https://blogs.mediapart.fr/sylvie-braibant/blog/240418/assassinat-d-henri-curiel-verites-evidentes-justice-empechee> ; Sylvie Braibant, « Henri Curiel, assassiné le 4 mai 1978, un ardent internationaliste », l’Humanité, 10 mars 2022 ; Marie Verdier, « 40 ans de mystères sur l’assassinat d’Henri Curiel », La Croix, 4 mai 2018.

11 Paul Aussaresses (1918-2013), parachutiste et général de l’armée française, est connu pour son rôle pendant la guerre d’indépendance algérienne. En 2000, il reconnaît sa pratique de la torture, en particulier lors de la « bataille d’Alger ». Voir Services spéciaux, Algérie 1955-1957 : Mon témoignage sur la torture, Paris, Éditions Perrin, 2001.

12 Radio M. Post, 3 juillet 2017, <https://www.youtube.com/watch?v=rusfL-SlO9w>. Économiste de renommée internationale et proche d’Emmanuel Macron, Philippe Aghion est le fils de Raymond Aghion (Alexandrie, 1921 - Paris, 2009), militant communiste originaire d’Égypte et cousin d’Henri Curiel.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Plaque commémorative de l’assassinat d’Henri Curiel posée à Paris, rue Rollin.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/23379/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Henri Curiel.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/23379/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Légende Henri Curiel en 1977.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/23379/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Didier Monciaud, « Atteinte à la mémoire d’Henri Curiel »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 159 | 2024, 143-148.

Référence électronique

Didier Monciaud, « Atteinte à la mémoire d’Henri Curiel »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 159 | 2024, mis en ligne le 02 avril 2024, consulté le 25 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/23379 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.23379

Haut de page

Auteur

Didier Monciaud

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search