Navigation – Plan du site

AccueilNuméros159DÉBATSQuestions à Thomas Lalire et Beno...

DÉBATS

Questions à Thomas Lalire et Benoît Keller sur le film documentaire Revoir l’ambassade. Chili 1973

Entretien avec les réalisateurs, réalisé par Grégoire Le Quang
p. 157-163

Résumés

La cruelle répression qui s’abat sur les opposants au coup d’État organisé contre le régime deSalvador Allende le 11 septembre 1973 pousse des centaines d’entre eux sur les voies de l’exil. Les ambassades sont une des portes du départ : de septembre 1973 à juillet 1974, plusieurs centaines de personnes sont ainsi accueillies dans l’ambassade, ainsi que dans la résidence de l’ambassadeur français et son épouse, Pierre et Françoise de Menthon, dans des conditions d’improvisation et avec un dévouement dont témoignent, cinquante ans plus tard, les exilé·es qui ont accepté de rappeler la mémoire de cette histoire. Les deux réalisateurs évoquent pour les Cahiers d’histoire le sens et les enjeux de leur œuvre, produite par Pauline Marion-Mataillet pour La Société des Apaches. Le film a été présenté en avant-première à la Maison de l’Amérique latine à Paris en juillet 2022, en présence du président de la République chilienne, Gabriel Boric. Une version de 52 minutes est disponible en replay sur France TV, une version de 68 minutes est proposée aux salles indépendantes, associations et collectifs qui voudraient le projeter1.

Haut de page

Texte intégral

1Vous avez choisi d’aborder l’histoire du coup d’État contre Allende par le biais d’un épisode peu connu : le rôle de l’ambassade française dans l’asile accordé à plusieurs centaines de réfugiés politiques. Comment avez-vous eu connaissance de cet épisode et qu’est-ce qui vous a donné l’envie de le reconstituer ?

2Thomas Lalire : J’ai étudié les sciences politiques pendant une année au Chili, l’occasion d’appréhender les enjeux de la mémoire du coup d’État du 11 septembre 1973. Un travail de recherche m’a permis d’approfondir le rôle de l’ambassade de France pendant les premiers mois de la dictature. Alors que la France n’était pas favorable à l’asile diplomatique, l’ambassadeur Pierre de Menthon et sa femme, Françoise, ont accueilli dans les locaux de l’ambassade près de 800 réfugiés en danger de mort. Cette histoire m’a captivé, car cette action trouve une résonance importante avec le temps présent. Je pense en particulier aux débats autour des questions d’asile et d’immigration.

3L’envie de réaliser un film commence comme une enquête à la recherche de témoins. Et lors de ma première rencontre avec Françoise de Menthon, je me suis confronté aux enjeux du recueil de la mémoire. À 94 ans, elle témoignait d’une volonté intacte de transmettre cette histoire. Si certains souvenirs semblaient très présents, elle me renvoyait aussi aux carnets qu’elle avait écrits à l’époque pour garder une trace des événements. Ces carnets décrivent l’étrange quotidien d’une ambassade transformée en lieu d’hébergement d’urgence. Les réceptions protocolaires et les mondanités laissent place à la recherche de lits, de couvertures et à la préparation de repas avec les moyens du bord. Au-delà de ce premier récit, j’ai poursuivi la recherche de témoins afin de recueillir leur mémoire comme autant de points de vue subjectifs soumis au passage du temps. J’ai filmé ainsi une dizaine d’entretiens en France et au Chili.

4Benoît Keller : Lorsque Thomas m’a proposé de le rejoindre dans l’aventure du film, nous avons longuement échangé et j’ai revu les nombreux entretiens que Thomas avait déjà réalisés. Que ce soit auprès du personnel de l’ambassade ou auprès des réfugiés chiliens, la mémoire des journées passées dans l’ambassade était encore très vive. Les images qui surgissaient des récits des protagonistes étaient très précises. Les gestes, les mots, les lieux, tous avaient gardé un souvenir très net des événements qui les ont conduits à l’ambassade, du quotidien ou de leur départ de l’ambassade. Certains entretiens duraient plus de trois heures, et chaque mot semblait avoir été pesé et médité pendant de longues années. J’ai l’habitude de recueillir des témoignages, mais une telle densité est rare. C’est la parole des Chiliens qui nous a convaincus d’ancrer le film dans le présent, de manière à pouvoir nous appuyer à la fois sur les récits des événements, mais en préservant ce filtre de la mémoire qui densifiait certains moments, en fragilisait d’autres, mais donnait toute son importance à la question de la transmission de cette histoire. L’enjeu de cette transmission reste d’ailleurs très présent à chacune des projections du film, chaque fois qu’un ancien réfugié chilien voit le film et confie son témoignage au reste de la salle. Pour nous, c’est comme si l’histoire de l’ambassade continuait de s’écrire de projection en projection. C’est très émouvant.

5Dans de précédents films, j’avais déjà abordé la question du déracinement. Dans une maison de retraite, puis dans un foyer de la protection de l’enfance, j’avais filmé des personnes âgées et des enfants plongés dans le quotidien d’une institution censée les protéger. Là aussi, les résidents devaient faire face à un déracinement souvent violent et cherchaient les moyens de réinventer leur vie. En entendant les récits des réfugiés de l’ambassade, j’ai eu le sentiment d’entendre des histoires proches de celles que j’avais entendues en institution, mais avec une intensité historique et dramatique beaucoup plus grande. Les situations sont évidemment très différentes, mais dans tous ces récits on comprend vite que la parole cherche à tisser une histoire, à reconstituer une chronologie et que cette construction a une dimension thérapeutique évidente. Il ne s’agit pas seulement d’approcher la vérité par la parole, mais aussi de se réconcilier avec elle. C’est tout le sens des scènes avec José. Ses dessins sont aussi précis que possible (le loquet de la porte, la poignée de main, les mots de Françoise…) parce qu’à travers cette description il cherche à faire sienne cette histoire qui l’a façonné. Il cherche à s’accorder avec l’histoire dont ils ont hérité, avec toute la violence qu’elle charrie.

6Le documentaire est un film choral qui mêle les voix des Chiliens accueillis à l’ambassade, qui relatent, à distance des années, les circonstances de leur sauvetage, entrecoupées d’extraits du journal tenu sur le vif par Françoise de Menthon, la femme de l’ambassadeur. Comment s’est imposé ce montage, qui interroge par son choix de ne pas recourir aux images d’archives (hormis les premières images du film qui reprennent les vidéos du bombardement du palais présidentiel chilien, le 11 septembre 1973) ?

7Thomas Lalire : Après plusieurs années d’enquête pour documenter l’histoire de l’ambassade, je me suis confronté à des questions formelles pour envisager la réalisation du film. En travaillant avec Benoît autour de l’écriture, je lui ai fait part de mon intention de raconter l’histoire depuis le château familial du couple de Menthon, situé à Choisey dans le Jura. C’est dans ce château que j’ai rencontré Françoise de Menthon pour la dernière fois, quelques mois avant son décès en avril 2019. Avec quantité de traces visibles de cette époque et de liens tissés avec les réfugiés (photos, statuettes, affiches…), ce lieu semblait idéal pour figurer l’espace intime et familial inhérent à l’accueil des réfugiés dans la résidence de l’ambassade. Il restait à imaginer comment le château, les carnets de Françoise de Menthon et la mémoire des exilés chiliens pouvaient se rencontrer. L’idée d’inviter d’anciens réfugiés dans ce château surgit donc au croisement d’un travail d’écriture et d’échanges spontanés avec la famille de Menthon, enthousiaste à l’idée de faire connaissance avec les Chiliens de l’ambassade. Cette rencontre s’est imposée comme un espace de tournage pour le film. Cinquante ans après le coup d’État, elle permettait de réunir différentes mémoires et d’explorer leurs correspondances.

8Benoît Keller : La plupart des documentaires historiques font le choix de plonger le spectateur dans les événements historiques en utilisant les entretiens et l’ensemble des archives (qu’elles soient visuelles, sonores, écrites…) comme des moyens qui permettent aux auteurs de reconstituer l’action et de proposer aux spectateurs une sorte de plongée en immersion dans le passé, avec un narrateur omniscient qui raconte l’histoire. Cette manière de faire nous a semblé problématique, parce que l’immersion écarte tout le travail du temps, annihile toute distance critique et fait prévaloir la grande histoire sur les trajectoires de chacun. Or, ce qu’il y a de passionnant dans l’histoire de l’ambassade, c’est l’extrême diversité des histoires qui y convergent : il y a des femmes, des hommes, des enfants de tous les âges, de toutes les professions, de milieux sociaux très différents. C’est très émouvant d’entendre ces personnes qui n’auraient jamais dû se rencontrer et de constater qu’elles ont réellement une histoire en commun. C’est ce lien entre l’histoire collective et les voix singulières de chacun que nous avons voulu mettre en avant, en refusant par exemple le recours à la voix off.

9Nous voulions que l’histoire de l’ambassade soit incarnée, qu’elle soit racontée par les anciens réfugiés, pas par nous. Avec ce passage de témoin, nous devions aussi considérer que les protagonistes sont maintenant âgés, qu’ils ont parfois traversé de longues périodes de silence avant de parvenir à affronter le passé et que tous sont maintenant préoccupés par la question de la transmission de leur histoire. Si cette question de la transmission a pris une telle place dans le film, c’est aussi parce qu’elle était fortement présente, dès les premiers entretiens effectués par Thomas.

10L’idée de la réception au château de la famille de Menthon nous a séduits parce qu’elle nous permettait de placer les anciens réfugiés au premier plan, à égalité avec la voix de Françoise de Menthon. En rejouant « en miniature » l’accueil des réfugiés à l’ambassade, en transposant l’action dans le château de la famille de Menthon, Thomas et moi avons fait le choix d’être dans l’évocation plutôt que dans la reconstruction du passé. Comme nous étions, avec l’association Papyrus Production, les co-organisateurs de cette réception avec la famille de Menthon, nous avions carte blanche pour organiser toutes les résonances que nous voulions. Nous ne nous sommes donc pas contentés de la simple ressemblance entre le château et l’ambassade, mais nous avons organisé la journée comme un parcours qui permettrait aux invités de recevoir différentes évocations du passé. À Choisey, l’histoire se manifeste à travers une exposition, une projection d’extraits d’entretiens, des temps musicaux, des prises de parole, des photographies… Plutôt que de tisser une histoire à partir de fragments récoltés ici et là, nous avons pris le parti de faire entrer les traces du passé dans le château. Nous avons mis en scène la réception en faisant surgir des visages, des musiques, des voix et, dans un second temps, nous avons filmé la journée en espérant que le château devienne effectivement cette caisse de résonance que nous espérions. Les choses se sont bien passées, puisque de nombreux invités se sont présentés devant les deux caméras que nous avions mises à leur disposition pour y déposer un souvenir. Pendant quelques heures, tous les regards, toutes les discussions, tous les souvenirs étaient tendus vers ce moment où l’ambassade de France au Chili s’est transformée en centre d’accueil d’urgence pour réfugiés. C’est aussi le sens du titre du film : Revoir l’ambassade.

11

12Finalement, le documentaire interroge plus largement sur la manière dont on peut réagir à une crise politique et humanitaire : face à la tragédie, le couple d’ambassadeurs choisit de ne pas abandonner les Chiliens persécutés pour des raisons politiques, le plus souvent des militants de gauche, parfois communistes ou révolutionnaires. En sait-on plus sur les raisons qui ont motivé les choix de Pierre et Françoise de Menthon ? Cette action courageuse a-t-elle fait l’objet de critiques ou de soutiens en France ?

13Thomas Lalire : Pierre et Françoise de Menthon étaient démocrates-chrétiens. Eux-mêmes avaient fait le choix du Chili, intéressés par le gouvernement de Salvador Allende qui leur semblait être une troisième voie entre le modèle capitaliste nord-américain et le modèle communiste soviétique. De retour au Chili après le coup d’État, ils découvrent les exécutions sommaires, la torture et les disparitions, autant de signes avant-coureurs d’un régime que Françoise de Menthon compare d’ailleurs à celui des nazis. Ils ne relaient pas le récit dominant selon lequel les militaires chiliens n’ont pas de tradition putschiste et qu’ils n’ont pas vocation à garder le pouvoir. En participant par exemple aux obsèques de Pablo Neruda, au lendemain de son retour au Chili, Pierre de Menthon semble indiquer que son rôle de diplomate est également de se soucier des droits et des libertés fondamentales. Au-delà de l’accueil des réfugiés à l’ambassade, ils contribuent aussi à faire connaître la violation des droits humains au Chili en recoupant des témoignages et des observations directes de leurs collaborateurs. Leur expérience respective de la Seconde Guerre mondiale est décisive pour comprendre leur positionnement. Pierre de Menthon a vécu cinq ans en captivité dans un stalag, Françoise de Menthon a perdu son premier mari dès le début de la guerre.

14Au cours des premiers mois, l’action de l’ambassade passe sous les radars du traitement médiatique du coup d’État en France. On observe en revanche une forte mobilisation de la gauche politique et syndicale contre la dictature. Élu démocratiquement en septembre 1970, le gouvernement de Salvador Allende semblait résonner avec l’aspiration des partis signataires du programme commun de 1972. À l’Assemblée nationale, François Mitterrand et Georges Marchais interpellent le gouvernement de Pierre Messmer sur la question de la reconnaissance de la dictature. Il faut attendre janvier 1974 pour qu’un premier article dans le journal Le Monde fasse le récit de l’arrivée en France des Chiliens accueillis à l’ambassade. Dans l’intervalle, Pierre de Menthon ne se contente pas de négocier des sauf-conduits avec la junte militaire. Il échange régulièrement avec le ministère des Affaires étrangères en France pour organiser le prolongement de l’asile diplomatique, c’est-à-dire l’arrivée en France de plusieurs centaines de Chiliens. À Paris, près de dix-sept associations travaillent fin octobre avec le ministère à ouvrir des lieux d’hébergement d’urgence pour les réfugiés du Chili.

15Benoît Keller : Dans ses carnets, Françoise place toujours l’engagement chrétien du couple au-dessus de toute autre considération. Avant d’être des militants communistes ou révolutionnaires, les réfugiés sont pour elle l’image de Dieu et, en leur portant secours, c’est évidemment au Christ qu’elle pense. Pourtant, la dimension politique de leur engagement apparaît à de nombreuses reprises, par exemple lorsque Françoise affirme que si Bernadette Soubirous était vivante, elle « serait peut-être du MIR chilien » ! Les scènes décrites à la grille de l’ambassade pour faire entrer les réfugiés font clairement penser à des scènes issues de la Résistance et les militaires sont souvent associés au souvenir des nazis. C’est évidemment la fidélité à leurs convictions humanistes et la question de l’engagement qui rendent la lecture des carnets de Françoise passionnante. Dans la sélection que nous avons faite pour le film, nous avons essayé de conserver les récits qui nous permettraient de comprendre en quoi a consisté réellement leur action, au jour le jour. Leurs liens d’amitié avec les prêtres ouvriers qui vivent dans les quartiers populaires et sont en contact avec les militants pourchassés dessinent une sorte de colonne vertébrale autour de laquelle toute l’action de l’ambassade a pu se structurer. Mais il est évident qu’avec un autre couple d’ambassadeurs l’histoire aurait pu être tout à fait différente. Les mots que Pompidou adresse à Pierre de Menthon au lendemain du coup d’État – « Faites votre possible d’un point de vue humanitaire » – pouvaient être interprétés de nombreuses manières. Le couple d’ambassadeurs s’est battu pour qu’au sein de l’ambassade la France reste fidèle à ses valeurs républicaines et humanistes. C’est en cela que l’histoire nous concerne encore aujourd’hui.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Questions à Thomas Lalire et Benoît Keller sur le film documentaire Revoir l’ambassade. Chili 1973 »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 159 | 2024, 157-163.

Référence électronique

« Questions à Thomas Lalire et Benoît Keller sur le film documentaire Revoir l’ambassade. Chili 1973 »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 159 | 2024, mis en ligne le 02 avril 2024, consulté le 25 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/23388 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.23388

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search