Navigation – Plan du site

AccueilNuméros159LIVRES LUSChristian-Georges Schwentzel, Déb...

LIVRES LUS

Christian-Georges Schwentzel, Débauches antiques - Comment la Bible et les Anciens ont inventé le vice

Paris, Vendémiaire, 2023, 312 p., 24 €.
Thierry Pastorello
Référence(s) :

Christian-Georges Schwentzel, Débauches antiques - Comment la Bible et les Anciens ont inventé le vice, Paris, Vendémiaire, 2023, 312 p., 24 €.

Texte intégral

1Christian-Georges Schwentzel est historien antiquisant et spécialiste de l’Orient hellénistique. Son ouvrage Débauches antiques aborde la définition de la perversion sexuelle dans les textes de la Bible et la littérature gréco-romaine. Dans le préambule, il montre les variations de la débauche tout comme son lien avec le non-travail (p. 12).

  • 1 Élian Cuvillier, « L’objectivité scientifique en exégèse biblique. Quelques réflexions actuelles à (...)
  • 2 Sébastien Doane, Sortir la Bible du placard : la sexualité, de la Genèse à l’Apocalypse, Anjou, Fid (...)
  • 3 Thomas Römer, Loyse Bonjour, L’Homosexualité dans le Proche-Orient ancien et la Bible, Genève, Labo (...)
  • 4 Bien plus tard, l’homosexualité sera décrite comme « vice italien » à partir de la Renaissance, et (...)

2Les deux premiers chapitres explorent la notion de crime sexuel dans la Bible et plus spécifiquement dans l’Ancien Testament. Le vice est personnifié dans certaines femmes, vues comme emblématiques du mal et apportant le malheur. L’auteur démontre combien ces points de vue reflètent surtout la pensée des rédacteurs de ces textes. De fait, la datation des textes bibliques permet un examen critique1. Par exemple, il montre combien la prostitution était acceptée, un mari pouvant même être amené à prostituer son épouse. Ce qui importe d’abord, c’est le maintien de la hiérarchie patriarcale. Il indique combien les interdits visent à protéger les hommes dominants : violer une jeune vierge est infiniment moins grave que sodomiser un homme. Cependant il faut faire mention à ce propos des débats exégétiques concernant le crime de Sodome, au sujet duquel c’est l’inhospitalité qui est surtout décriée2 : des exégèses soutiennent que le principal reproche fait aux sodomites (AT Genèse 19) était de dénier les lois de l’hospitalité, si importantes dans les sociétés proche-orientales3. De même, ce sont toujours des femmes étrangères qui incarnent le mal et qui personnifient la débauche4. Pourtant, les filles d’autres peuples peuvent servir d’esclaves sexuelles : il s’agit d’une morale propre à un peuple, dont l’étranger est exclu. Elle n’est donc pas universelle (p. 54).

  • 5 Peuple de l’actuel Kazakhstan.
  • 6 Voir Sylvie Joye, « Pater familias : un père autoritaire mais nourricier, entre Antiquité tardive e (...)

3La plus grande partie de l’ouvrage est consacrée à la vision de la débauche dans le monde gréco-romain. Dès l’introduction, l’auteur précise une différence essentielle avec la Bible : pour le monde gréco-romain, la débauche signifie l’absence de maîtrise de soi. Elle peut entraîner le pire, comme on le vérifie dans les littératures grecque et latine, auxquelles Christian-Georges Schwentzel fait régulièrement référence, ainsi, dans l’Odyssée, le passage où les massagètes5 font bombance, ce qui les conduit au coma et finalement à être massacrés par Cyrus. L’historien latin Valère Maxime reprend ce thème à propos des Carthaginois. Ainsi, la débauche fait perdre à l’homme la maîtrise de soi (p. 83-85). Ce thème de l’homme dominé par ses désirs et qui perd sa mesure est très présent dans la littérature latine, comme le montre très bien cet ouvrage, au service d’une morale qui vise à préserver et célébrer l’homme dominant, le pater familias6. La sexualité conquérante sur des êtres inférieurs est parfaitement admise. Elle ne rencontre aucun problème. Cependant, comme il est souligné, le citoyen romain se doit de respecter les fils et filles vierges des autres citoyens, ainsi que les épouses romaines. Les relations avec les esclaves et les prostitué·es sont permises. De même, certaines pratiques, comme le cunnilingus ou la fellation, sont jugées malséantes car elles mettent le citoyen romain dans un rapport de soumission. En revanche, les identités sexuelles ne sont pas envisagées : homosexualité, hétérosexualité… L’auteur pointe la différence entre une morale grecque admettant la pédérastie (entre un homme mûr et un jeune garçon) et une morale romaine qui rejette toute soumission, même passagère, pour le citoyen romain.

  • 7 Rémy Poignault, « Dimitri Tilloi-D’Ambrosi, l’Empire romain… par le menu », Sociopoétiques, 3, 2018 (...)

4Dionysos incarne la joie, mais aussi la terreur, et établit un lien entre débauche et religion. Christian-Georges Schwentzel s’inscrit en faux contre le mythe de l’orgie de nourriture sous l’Antiquité romaine, popularisée notamment au cinéma. Prenons l’exemple de Trimalchion dans le Satyricon de Pétrone : ses orgies ne constituaient pas la norme dans le monde romain, où prévalait plutôt une tradition de frugalité. Les excès alimentaires définissaient les tyrans, tandis que le bon prince était sobre et frugal7. Cet ouvrage prend le contre-pied des représentations communes, qui peuvent être trompeuses. Il s’interroge sur leurs auteurs et leurs intentions.

  • 8 José Hidalgo de la Vega, « Voix soumises, pratiques transgressives. Les magiciennes dans le roman g (...)

5Par ailleurs, un lien est établi entre tyrannie et turpitudes, à travers plusieurs figures de la transgression, comme celle de Néron, dépeint par les historiens Tacite et Suétone. L’auteur rappelle comment les épouses des citoyens étaient surveillées, mais aussi comment elles parvenaient à contourner ces règles strictes. Il envisage plusieurs cas de figure, dont le lesbianisme, évoqué notamment sur des inscriptions obscènes, tel un graffiti découvert à Pompéi dénonçant les pratiques saphiques d’une certaine Eupla. Au-delà, ne faut-il pas établir un lien direct avec le patriarcat antique, auquel ces « magiciennes » portent ombrage ? Ne font-elles pas preuve d’indépendance d’une certaine façon8 ? Pourrait-on aussi établir un lien avec la répression de la sorcellerie en Europe à l’époque moderne ? Car la ou le débauché(e) est toujours celle ou celui qui contrevient à la hiérarchie des sexes.

  • 9 Alain Houziaux, « L’idéal de chasteté dès les débuts du christianisme, pourquoi ? », Études théolog (...)
  • 10 Élisabeth Roudinesco, La Part obscure de nous-mêmes : une histoire des pervers, Paris, Albin Michel (...)
  • 11 Kenneth James Dover, Greek homosexuality, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 1989, VIII-2 (...)

6En conclusion, l’auteur précise avec raison que, si le christianisme n’a pas inventé le discrédit des appétits du corps, il a condamné tout érotisme et jeté un discrédit global sur le plaisir sexuel. La spiritualité chrétienne impliquait le renoncement au plaisir sexuel, qui est avéré dès le début du christianisme et s’inscrit dans son essence même, avec le désir de salut9. Elle procède de l’opposition entre corps et esprit, comme le mentionne l’ouvrage. Les anciens prônaient la tempérance, mais ne niaient pas toute forme d’érotisme. Cette différence de perception introduit une révolution anthropologique. Dans sa conclusion, l’auteur rappelle que c’est le christianisme qui inventa l’homosexualité, ce qui pourrait être discuté. Il prend pour témoin Paul (RM 1 24-27). Or, Daniel Helminiak a montré combien le sens des expressions bibliques a été ramené à son sens contemporain et doit être recontextualisé. Elles ne peuvent en tout cas apporter des réponses à des situations contemporaines. L’ouvrage conclut sur la manière dont les normes sexuelles ont toujours évolué. Ainsi, de nos jours, c’est autour de la notion de consentement qu’est défini le délit en matière de sexualité. De même, la perversion sexuelle10 par excellence est constituée par la figure du pédophile, alors que la civilisation grecque ancienne intégrait à travers la pédérastie certaines relations sexuelles entre un adulte et un adolescent11.

Haut de page

Notes

1 Élian Cuvillier, « L’objectivité scientifique en exégèse biblique. Quelques réflexions actuelles à propos d’un vieux débat », Cahiers d’études du religieux. Recherches interdisciplinaires, 16, 2016, mis en ligne le 24 juin 2016, URL : <http://journals.openedition.org/cerri/1607>.

2 Sébastien Doane, Sortir la Bible du placard : la sexualité, de la Genèse à l’Apocalypse, Anjou, Fides, 2019, 199 p.

3 Thomas Römer, Loyse Bonjour, L’Homosexualité dans le Proche-Orient ancien et la Bible, Genève, Labor et Fides, 2016, 136 p.

4 Bien plus tard, l’homosexualité sera décrite comme « vice italien » à partir de la Renaissance, et à la fin du 19e siècle comme « vice allemand ».

5 Peuple de l’actuel Kazakhstan.

6 Voir Sylvie Joye, « Pater familias : un père autoritaire mais nourricier, entre Antiquité tardive et haut Moyen Âge », dans Enrica Asquer, Anna Bellavitis et Isabelle Chabot (dir.), Vingt-cinq ans après : les femmes au rendez-vous de l’histoire, Rome, École française de Rome, 2019, p. 287-299.

7 Rémy Poignault, « Dimitri Tilloi-D’Ambrosi, l’Empire romain… par le menu », Sociopoétiques, 3, 2018, mis en ligne le 08 juin 2023, URL : <http://revues-msh.uca.fr/sociopoetiques/index.php?id=221.>

8 José Hidalgo de la Vega, « Voix soumises, pratiques transgressives. Les magiciennes dans le roman gréco-romain », Dialogues d’histoire ancienne, 2008/1, 34/1, p. 27-43. URL : <https://www.cairn.info/revue-dialogues-d-histoire-ancienne-2008-1-page-27.htm>.

9 Alain Houziaux, « L’idéal de chasteté dès les débuts du christianisme, pourquoi ? », Études théologiques et religieuses, vol. 83, n° 1, 2008, p. 73-103.

10 Élisabeth Roudinesco, La Part obscure de nous-mêmes : une histoire des pervers, Paris, Albin Michel, 2007, 229 p. L’autrice y montre les différentes images des pervers à travers l’histoire et envisage l’image du pédophile comme figure contemporaine de la perversion.

11 Kenneth James Dover, Greek homosexuality, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 1989, VIII-246 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thierry Pastorello, « Christian-Georges Schwentzel, Débauches antiques - Comment la Bible et les Anciens ont inventé le vice »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 159 | 2024, mis en ligne le 03 avril 2024, consulté le 25 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/23487 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.23487

Haut de page

Auteur

Thierry Pastorello

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search