Navigation – Plan du site

AccueilNuméros159LIVRES LUSJean-Paul Chabrol, Résister. Peti...

LIVRES LUS

Jean-Paul Chabrol, Résister. Petite histoire d’un graffiti célèbre

Maisons-Laffitte, Éditions Ampelos, 2023, 150 p., 12 €.
Laurent Ropp
Référence(s) :

Jean-Paul Chabrol, Résister. Petite histoire d’un graffiti célèbre, Maisons-Laffitte, Éditions Ampelos, 2023, 150 p., 12 €.

Texte intégral

  • 1 Voir en particulier Philip Benedict, Hugues Daussy et Pierre-Olivier Léchot (dir.), L’Identité hugu (...)

1Jean-Paul Chabrol révèle dans cet ouvrage les résultats d’une enquête originale autour de la fameuse inscription « résister » (orthographiée « register ») gravée sur une margelle de la tour de Constance, à Aigues-Mortes, une prison exclusivement réservée aux huguenots entre 1686 et 1768. Dans un contexte historiographique où les travaux sur la mémoire des protestants français se multiplient1, l’auteur, qui a déjà publié de nombreux ouvrages sur l’histoire des Cévennes et des camisards, analyse le souvenir et les usages du « résister », connu aujourd’hui au-delà des cercles protestants.

2Neuf chapitres, qui suivent l’ordre chronologique, structurent le propos. Jean-Paul Chabrol souligne en premier lieu l’absence de mention du graffiti dans les sources jusqu’en 1866, ce qui s’explique peut-être par la faible hauteur à laquelle il est situé et par la saleté de la pièce où il est gravé. Puis l’auteur expose « l’invention du “résister” » par deux protestants, le pasteur et historien François Puaux, et le banquier genevois Alexandre Lombard, qui attribuent l’inscription aux camisards. À partir de la décennie suivante, les mentions du graffiti se multiplient dans les publications des fils des huguenots et l’inscription est désormais présentée comme l’œuvre d’une femme. Un usage théologique en est fait par des pasteurs : par exemple, à l’occasion de l’inauguration du nouveau temple d’Aigues-Mortes, en 1897, les ministres du culte s’appuient sur le « résister » pour inviter leur auditoire à rester ferme dans la foi et à ne pas céder aux sollicitations du diable. Les années 1920 voient le développement des pèlerinages huguenots à la tour de Constance – une question qui aurait peut-être pu faire l’objet d’un plus long développement – et la multiplication des images et des imprimés consacrés aux prisonnières. C’est à la suite d’une pièce de théâtre du pasteur Charles Dombres (Le Mot qui fut gravé, 1922) et des projections lumineuses réalisées par l’artiste Samuel Bastide que se diffuse massivement la légende qui attribue le « résister » à Marie Durand, la plus célèbre des prisonnières, incarcérée à Aigues-Mortes de 1730 à 1768. Celle-ci est bien connue dans les milieux protestants depuis l’ouvrage à succès que lui a consacré le pasteur Daniel Benoît en 1884.

3Le graffiti fait aussi l’objet de travaux de recherche. Au milieu de la décennie 1920, une controverse érudite éclate à propos du déchiffrement d’une autre inscription, en grande partie effacée, découverte par l’épigraphiste et ancien militaire Émile Espérandieu au-dessus des premières lettres du « résister ». Faut-il lire « au ciel », comme ce savant, ce qui permet de souligner l’inspiration divine de la résistance spirituelle de Marie Durand, ou plutôt, avec l’orientaliste Charles Bruston, « au capel » (c’est-à-dire « au curé »), une option qui amoindrirait la grandeur morale de la sainte femme ? La controverse est finalement enterrée lorsque Bruston renonce à sa thèse, en 1927. Cinq ans plus tard, le philologue protestant hollandais Marmelstein démontre, en analysant une lettre de Marie Durand, que la célèbre prisonnière n’a pas pu être l’autrice de l’inscription, dans la mesure où sa prononciation n’était pas caractérisée par le chuintement des sifflantes dont témoigne l’orthographe « register ». Mais cette étude, parue dans une revue savante, reste sans effet sur l’opinion protestante.

4Jean-Paul Chabrol signale que les héritiers des huguenots ne sont bientôt plus les seuls à entretenir la mémoire du « résister » : en 1938, lors du trente-cinquième congrès national de la SFIO qui se tient trois mois après l’Anschluss, le socialiste Jean Longuet rappelle l’inscription d’Aigues-Mortes afin de promouvoir « la résistance à l’oppression », alors que l’Allemagne menace la Tchécoslovaquie. Très peu nombreuses lors de la Première Guerre mondiale, les références au « résister » se multiplient dans la France des années noires, au sein des milieux réformés. Le graffiti inspire à la protestante Yvonne Oddon le nom du journal du réseau du musée de l’Homme, Résistance. Il est également mentionné dans la prédication et apparaît sur l’insigne des protestants de la France libre.

5Après 1945, la mémoire du « résister » s’estompe, mais elle ressurgit à l’occasion du bicentenaire (1968) et du 250e anniversaire (2018) de la libération des prisonnières. Plusieurs manifestations commémoratives ont lieu et les intervenants protestants cessent d’attribuer l’inscription à Marie Durand, comme l’écrivain André Chamson, qui publie en 1970 un roman sur la tour de Constance.

6Le dernier chapitre offre une mise au point historique sur le mot gravé. Jean-Paul Chabrol explique que rien ne permet d’identifier l’autrice ou l’auteur du graffiti. À condition qu’elle soit l’œuvre d’un ou d’une fidèle de la Réforme (ce qui n’est pas absolument certain), l’inscription ne doit pas être comprise comme une incitation à l’insoumission vis-à-vis du pouvoir politique. Il s’agit plutôt d’un témoignage de la volonté des prisonniers pour la foi de tenir ferme face à la tentation d’abjurer. L’ouvrage s’achève par un appel à ne pas agiter « en permanence tel un hochet ou une crécelle le mot résister pour des combats contemporains » qui n’ont jamais été ceux des détenus de la tour de Constance. L’auteur déplore l’utilisation du terme lors de la contestation du projet de barrage de La Borie (1983-1991) : des « register » avaient alors été peints sur les routes cévenoles.

7Jean-Paul Chabrol a judicieusement choisi d’insérer de longues citations qui révèlent la passion des protestants lorsqu’ils font référence au « résister ». Il aurait été utile de placer ces passages en retrait afin de mieux les distinguer du texte de l’auteur et de commenter les extraits de sources de manière plus approfondie. De plus, il aurait peut-être fallu nuancer l’affirmation selon laquelle le cas de Jean Longuet « montre que l’histoire de Marie Durand ressortit à une culture historique – probablement livresque – qui dépasse le monde protestant » (p. 89), car il s’agit de la seule appropriation du « résister » hors de cette minorité religieuse que le livre dévoile pour les années 1930. Les exemples cités par l’auteur suggèrent, d’ailleurs, que la mémoire de l’inscription ne déborde véritablement les cercles protestants qu’à partir de 1968.

  • 2 Patrick Cabanel, op. cit., p. 551-596.

8L’ouvrage de Jean-Paul Chabrol offre une mise au point très utile sur la mémoire de cette inscription emblématique de l’épopée huguenote durant plus d’un siècle et demi. Les lecteurs curieux pourront prolonger cette lecture par celle du dernier chapitre de La Fabrique des huguenots, que Patrick Cabanel a intitulé « l’autre Marie : la mémoire huguenote au féminin2 ».

Haut de page

Notes

1 Voir en particulier Philip Benedict, Hugues Daussy et Pierre-Olivier Léchot (dir.), L’Identité huguenote. Faire mémoire et écrire l’histoire (xvie-xxie siècles), Genève, Droz, 2014, et Patrick Cabanel, La Fabrique des huguenots. Une minorité entre histoire et mémoire (xviiie-xxie siècles), Genève, Labor et Fides, 2022.

2 Patrick Cabanel, op. cit., p. 551-596.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Ropp, « Jean-Paul Chabrol, Résister. Petite histoire d’un graffiti célèbre »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 159 | 2024, mis en ligne le 02 avril 2024, consulté le 25 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/23494 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.23494

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search